Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
180 ans ? Ça se fête…
jeudi 21 mars
de Info’Com-CGT
Le syndicat Info’Com-CGT (prolongement de l’historique syndicat des typographes, la Chambre Syndicale Typographique Parisienne) est heureux de vous convier à fêter ses 180 ans. Une telle continuité syndicale unique est due, à son animation, des décennies durant, par des militantes et militants CGT qui ont à cœur de lutter pour l’émancipation sociale des travailleurs et travailleuses. Un tel anniversaire tombe à pic pour réaffirmer notre attachement à un syndicalisme (...)
Lire la suite, commenter l'article...

CHOMDU 23
de : P'tit Nico
mercredi 19 mars 2008 - 14h37 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 23 ko

de P’tit Nico

« La cooptation à laquelle les média, après l’État, ont donné les noms de participation et de concertation, y dit l’pote Paul Beaud, instaure sur la base d’une modification quantitative des rapports entre classes un système de pouvoir qui tend à concurrencer les formes traditionnelles du conflit, de la négociation et du compromis : action syndicale, système représentatif de la démocratie parlementaire.

Si le principe de la délégation cachée, sans mandat avoué, ne date pas d’hier, la nouveauté réside dans l’élargissement de son objet et de sa base sociale, plus encore dans sa prétention à être un mode de traitement plus direct, plus démocratique des problèmes sociaux, plus rationnel et plus raisonnable. (...)

Les mass média, tantôt accusés d’occulter le pouvoir, tantôt loués de le rendre transparent, ont en fait pour effet de dissimuler sous les mythes de la manipulation ou de la libre circulation de l’information la permanence de réseaux de communication structurés en fonction de rapports de classes, d’intérêts politiques et économiques, réseaux dans lesquels les média sont d’ailleurs eux-mêmes imbriqués. (...)

M’sieur l’voyou Tapie copain d’not’ ancien président d’gôche qu’était un monarque aussi qu’les Français y z’avaient élu comm’ not’ président, y dit : "Quand on va voir le médecin, on ne lui demande pas s’il est de droite ou de gauche, on lui demande de nous soigner". Y disait ça pour préparer la cohabitation des voyous.

Parce que m’sieur Auguste Comte, le père des sociopathes amis de not’ président, y l’avait dit : « quand la politique sera devenue une science positive, le public devra accorder aux publicistes et leur accordera nécessairement la même confiance pour la politique qu’il accorde actuellement aux astronomes pour l’astronomie, aux médecins pour la médecine, etc. ».

Comm’ y disaient des médecins du travail dans un reportage à la radio de not’ président qui s’intitulait « complices malgré eux » : « nous on est pas "pour" les salariés ni "pour" les employeurs, on est "pour" la santé ! ». C’est pour ça, y rajoute l’pote Poulantzas, qu’ « en raison de la situation de cette petite-bourgeoisie comme classe intermédiaire, polarisée entre la bourgeoisie et la classe ouvrière, en raison aussi de l’isolement de ses agents (individualisme petit-bourgeois), celle-ci a une forte tendance à considérer l’État comme une force neutre en soi, dont le rôle serait d’opérer un arbitrage parmi les classes sociales en présence. » C’est pour ça qu’y croit beaucoup aux pétitions l’p’tit bourgeois et qu’y l’arrête pas d’en signer sur Internet qu’c’est facile "en un clic" comm’ pour ach’ter n’importe quoi.

C’est à la fin des années 60, y continue l’pote paul Beaud, qu’y a eu « la soudaine apparition (...) d’un nouvel enjeu de négociation sociale : l’accès à ces moyens nouveaux de communication comme moyen de participation à la gestion de la société d’une couche sociale qui trouve dans ce débat lieu et matière à concrétiser l’une de ses principales conquêtes, son droit à la parole dans l’espace public. (...) Les nouvelles classes moyennes (...) peuvent se caractériser par leur rôle de médiateurs dans le champ de la production et par la capitalisation de ce à quoi elles doivent leur place dans ce champ : des savoirs scolaires et des savoir-faire sociaux, bagages d’entrée dans cette industrie de "l’intégration psychosociale et du bonheur". »

En fait, y dit mon ancien délégué syndical CGT, la p’tite bourgeoisie ell’ sert à occuper tout l’espace public et privé d’la parole et d’l’image. Qu’c’est pour ça qu’y bavardent partout, qu’c’est un vrai poulailler d’p’tit bourgeois la radio, la télé et les forums d’Internet d’not’ président qui amuse "l’peuple" qui s’en fout, d’tout’ manière, parce que qu’y l’écoute ou pas, l’prolo, ça change rien pour lui, et au moins ça l’endort pour faire ronfler la bête aliénation qu’est dedans not’ corps.

« Il n’existe pas, y dit m’sieur Debray, on le sait, un appareil idéologique dominant pour toutes les classes et catégories sociales. Pour un ouvrier, l’appareil productif de l’usine, avec ses règlements, l’organisation des outils, les hiérarchies internes, incarne une puissance idéologique évidemment supérieure aux autres : pour lui, l’alpha et l’omega ne peuvent être le journal et la télé. Ce qu’il entend à la télé et lit dans son journal passe par le tamis de sa quotidienne expérience des rapports sociaux : comment s’expliquer qu’il existe encore quelque chose comme un mouvement ouvrier s’il n’y avait pas, quelque part dans l’expérience quotidienne, un noyau de réalité réfractaire aux formidables pressions, cumulées sur plus d’un siècle, exercées par cette masse d’images et d’idées sociales pour lesquelles le mot d’"exploitation" n’est qu’une invention d’idéologues aigris ? »

« Les classes populaires, y rajoute m’sieur Hoggart, ne sont pas à même de prendre une vue d’ensemble de la vie économique et de ses conflits ni de tenir une comptabilité des coûts et des profits. Mais situées, en quelque sorte, au plus près et au plus intime des processus d’exploitation, elles occupent, en revanche, une place privilégiée pour voir à l’oeuvre, dans leurs moindres détails, la libre entreprise et l’égoïsme des nantis : les gens du peuple qui servent d’intermédiaires entre clients et patrons sont bien placés pour connaître les petits carottages de l’économie de marché. »

« Le "silence des masses" que croit percevoir Baudrillard, y reprend l’pote Paul Beaud, n’est qu’abstention non de la "masse" mais de tous ceux qu’excluent les nouvelles médiations sociales, quand elles ont pour but de redéfinir l’espace du social, et qui n’ont d’autres possibilités que de ne pas répondre à toute question qui ne les concerne pas ou d’y répondre selon une logique que le questionneur ramènera à la sienne (sondages, élections, etc.), en un quiproquo intéressé baptisé opinion publique, légitimité ou consensus. » Y z’ont calculé, les potes de Le Plan B, que, alors qu’ les ouvriers y représentent 24,8% d’la population active, y sont que 0,17% à l’assemblée nationale d’la République des Lumières. Alors qu’les professions libérales ell’s sont 20,5% à l’assemblée pour 1,25% d’la population active. Qu’dans les émissions d’débat d’la télé publique d’not’ président, en 2006, sur 1437 invités y a eu 1253 cadres et professions intellectuelles supérieures invités et 1 n’ouvrier.

C’qui fait qu’les ouvriers on les voit pus, y’en a mêm’ qui s’demandent si ça existe encore la classe ouvrière que m’sieur Trillat y l’est parti à leur recherche avec sa caméra pour vérifier. Mais à cause d’ça, les ouvriers y s’rendent plus compte d’leur force pour mener la bagarre générale, mêm’ si, y dit l’pote Poulantzas, la bourgeoisie « se heurte au noyau irréductible de la socialisation du procès de travail productif, qui conduit constamment la classe ouvrière à la subversion de ces rapports, et c’est là précisément le propre des revendications antihiérarchiques de la classe ouvrière et qui se distinguent en général, dans leur contenu, de celles de la nouvelles petite-bourgeoisie. Ce n’est pas par hasard si la bourgeoisie doit passer, pour introduire ces rapports politico-idéologiques au sein de la classe ouvrière, par le biais tout particulier de l’"aristocratie ouvrière" et des "bureaucraties syndicales de collaboration de classe" (Lénine). Ces coordonnées restent, bien entendu, co-substantielles à la domination de la bourgeoisie sur la classe ouvrière, mais elles sont constamment subverties par les rapports de travail au sein de la classe ouvrière (l’ "instinct de classe "), alors que l’intériorisation de ces rapports au sein de la nouvelle petite-bourgeoisie bureaucratisée découle de la reproduction de sa place même dans la division sociale du travail. » Ouais, qu’y dit Fred, quand j’vois l’service d’ordre d’la CGT jeter les mecs qui sont pas d’accord avec eux dans les manifs, j’ai plutôt l’impression qu’c’est "l’instinct d’casse". Et pis la solidarité, les patrons y l’ont bien cassé aussi avec les nouvelles organisations du travail, la précarité et la peur du chômage.

En plus, y dit Polo, c’est au niveau mondial aussi qu’l’bourgeois y l’cache dans l’bidonville l’prolo pauvre. « En tout, y l’explique m’sieur Davis, la classe ouvrière informelle mondiale (qui, tout en la recoupant, n’est pas identique à la population des bidonvilles) est forte d’environ un milliard de membres, ce qui en fait la classe sociale dotée de la croissance la plus forte et la plus radicalement nouvelle de la planète. (...) Même si de vastes secteurs informels existaient sans aucun doute dans les villes victoriennes, comme dans le Shanghai des compradors ou dans l’Inde coloniale urbaine ("une réalité écrasante et persistante", écrit Nandini Gooptu), le rôle macroéconomique actuel de l’informalité est révolutionnaire. Il y a dans la communauté scientifique un consensus de base pour dire que la crise des années 1980 - au cours desquelles le secteur du travail informel a crû de deux à cinq fois plus vite que le secteur formel - a inversé leurs positions structurelles relatives, le travail informel pour la survie devenant le mode de subsistance majoritaire dans les villes du tiers monde.(...)

Une partie de ce prolétariat informel sert à l’évidence de main-d’oeuvre fantôme pour l’économie formelle, et de nombreuses études ont montré la profondeur à laquelle les réseaux de sous-traitants de Wal-Mart et autres mégacompagnies étendent leurs ramifications dans les colonias et les chawls. De même, les tréfonds du secteur informel sont sans doute davantage reliés au monde de plus en plus dérégulé du secteur formel dans un continuum que séparés par une faille abrupte. Pourtant, au bout du compte, la majorité des travailleurs pauvres habitant dans les bidonvilles sont véritablement et radicalement sans domicile dans l’économie mondiale contemporaine. (...) En lieu et place d’une mobilité sociale ascendante, on ne trouve en réalité qu’un escalator qui ne fait que descendre, par lequel les travailleurs licenciés du secteur formel et les employés remerciés de la fonction publique s’enfoncent dans l’économie parallèle.

La brutale tectonique de la mondialisation néolibérale depuis 1978 rappelle les processus catastrophiques qui aboutirent à la formation originelle d’un "tiers monde", à l’ère de l’impérialisme de la fin de l’époque victorienne (1870-1900). À la fin du XIXème siècle, l’incorporation de force au marché mondial des grandes paysanneries de subsistance d’Asie et d’Afrique entraîna la mort par famine de millions d’individus et le déracinement de dizaines de millions d’autres hors de leurs terres traditionnelles. Le résultat final (en Amérique latine aussi) fut une "semi-prolétarisation" rurale, c’està- dire la création d’une immense classe mondiale de semi-paysans et de journaliers miséreux dépourvus de toute sécurité existentielle de subsistance. La conséquence en fut que le XXème siècle devint une ère non pas de révolutions urbaines, comme l’avait imaginé le marxisme classique, mais de gigantesques soulèvements ruraux et de guerres d’indépendance soutenues par le monde paysan.

Depuis 1980, cependant, l’informalité économique est de retour, et avec une puissance redoublée. L’équation marginalité urbaine = marginalité professionnelle est devenue irréfutable et universelle : d’après les Nations unies, les travailleurs informels représentent environ les deux cinquièmes de la population économiquement active des pays en voie de développement. (...) D’après Aprodicio Laquian, "la plupart des emplois trouvés dans les petites et moyennes villes appartiennent au secteur informel : étals de nourriture et restaurants, instituts de beauté et échoppes de barbier, salons de couture ou vente à la sauvette. Si ces emplois du secteur informel sont souvent des emplois à maind’oeuvre intensive et ont la capacité d’absorber un nombre important de travailleurs, on peut s’interroger sur leur efficacité économique et leur potentiel productif".

Dans la plupart des villes subsahariennes, la création d’emplois formels a pour ainsi dire totalement cessé. Une étude menée par l’OIT sur le marché de l’emploi urbain au Zimbabwé pendant la période d’ajustement structurel "stagflationniste" du début des années 1990 a montré que le secteur formel ne créait que 10 000 emplois par an, pour une population active urbaine qui s’enrichissait quant à elle de 300 000 nouveaux travailleurs chaque année. De même, une étude de l’OCDE portant sur l’Afrique de l’Ouest prédit que le secteur formel en diminution constante n’emploiera plus qu’un quart de la population active en 2020. Cette prédiction s’accorde avec les sinistres projections de l’ONU selon lesquelles le secteur de l’emploi informel devra, d’une manière ou d’une autre, absorber 90 % des nouveaux travailleurs de l’Afrique urbaine au cours de la décennie à venir. » « Un prolétariat sans usines, sans ateliers, et sans travail, et sans patrons, éperdu dans les djobs, noyé dans la survie et menant son existence comme un sillon entre les braises. » y dit m’sieur Chamoiseau.

Mais mêm’ là, la classe moyenne, ell’ empêche l’pauvre d’se défendre, y raconte m’sieur Davis : « Le vétéran du militantisme pour le droit au logement P.K. Das formule une critique encore plus sévère des ONG qui s’occupent des bidonvilles : "Elles n’ont de cesse de subvertir, désinformer et démoraliser les gens afin qu’ils se tiennent à l’écart de toute lutte des classes. Elles adoptent et propagent la pratique qui consiste à mendier des faveurs en s’appuyant sur la pitié et l’humanitarisme au lieu de faire prendre conscience aux opprimés des droits qui sont les leurs. Concrètement, ces agences et ces organisations interviennent systématiquement pour s’opposer à la voie émeutière lorsque des individus la choisissent pour obtenir satisfaction de leurs demandes. Elles travaillent constamment à divertir l’attention des gens des plus importants méfaits politiques de l’impérialisme, en la focalisant sur des problèmes purement locaux et en empêchant ainsi les gens de faire clairement la distinction entre leurs ennemis et leurs amis".

Dans Slumming India (2002), pamphlet virulent, d’une puissance presque swiftienne, contre le culte des ONG travaillant dans le domaine urbain, Gita Verma développe et précise les reproches de Das. Urbaniste rebelle travaillant en marge de ce qu’elle appelle "le Système", Verma décrit les ONG comme des intermédiaires "d’une nouvelle classe" qui, avec la bénédiction des organisations philanthropiques étrangères, usurpent la parole authentique des pauvres. Elle raille la Banque mondiale et son paradigme d’amélioration des bidonvilles qui entérine l’existence du bidonville comme une réalité éternelle, ainsi que les mouvements anti-expulsion qui refusent de se faire porteurs de revendications plus ambitieuses. Le "droit de rester, dit-elle, est un piètre privilège. [...] Il empêchera peut-être tel ou tel bulldozer de passer, mais, pour le reste, il se contente pour l’essentiel de remplacer l’étiquette “problème” par l’étiquette “solution”, avec un enrobage de jargon créatif en petits caractères". "Sauver le bidonville, ajoute-t-elle en faisant spécifiquement référence à Delhi, signifie accepter l’injustice que constitue le fait qu’un quart à un cinquième de la population de la ville vit sur à peine 5 % de sa superficie." »

C’est comm’ y dit l’pote Paul Beaud pour le p’tit bourgeois travailleur social d’nos quartiers d’misère, y dit Djamel : « Le travail social, écrit Robert Castel, a pour but désormais d’aider l’ensemble "des partenaires, chacun en fonction de sa place, bien entendu, à rester dans le circuit de la production-consommation, en reconduisant la structure socioéconomique dans sa totalité. (...) L’aliénisme et son modèle de l’internement ont représenté la version médicalisée de la conception ségrégative de l’assistance. Les technologies de relations dans la communauté correspondent à une conception participationniste de l’intégration. Elles supposent que soit cassée la dichotomie du normal et du pathologique et la séparation des espaces où a lieu la "prise en charge", comme doit être dépassée, sur le plan social, la rupture entre les classes".

Cette technicisation du contrôle social individualisé, dont l’une des bases est la négation de la nature collective des antagonismes sociaux, n’est enfin elle-même qu’un aspect d’une vision techniciste de la société dans son ensemble, dont l’effet, présenté pour cause, est l’apparent affaiblissement des antagonismes idéologiques, lequel est avant tout l’illustration de l’entrée sur cette scène publique de nouvelles couches sociales, d’une redistribution des cartes. (...) Globalement, depuis 1960, ce sont les effectifs d’employés et surtout de cadres moyens et supérieurs qui ont connu les plus forts taux d’augmentation ; pour ces catégories, cette augmentation est due en partie, dans le secteur secondaire, au développement des activités de services et de l’appareil administaratif. » « Aujourd’hui, une élite professionnelle comprenant des médecins psychiatres, des experts en sciences humaines, des travailleurs sociaux et des fonctionnaires joue un rôle prédominant dans l’administration de l’État et de "l’industrie de la connaissance", y précise m’sieur Lasch. (...) et cette nouvelle élite professionnelle interpénétrée en tant d’endroits avec les entreprises privées (qui s’intéressent de plus en plus à tous les aspects de la culture) possède tant de caractéristiques propres aux directeurs d’industrie qu’elle ne doit pas être considérée comme une classe distincte, mais comme une branche de celle des dirigeants modernes. »

« Si l’on voulait ranger les divers types de caractère dans le moule des classes sociales, on dirait que que la "direction de l’intérieur" est le propre de la "vieille" classe moyenne - le banquier, le commerçant, le petit entrepreneur, l’ingénieur cantonné dans les tâches techniques -, tandis que la "direction par l’autre" devient le trait de caractère essentiel de la "nouvelle" classe moyenne... », y rajoute m’sieur Riesman. Et y z’en ont fabriqué des p’tits bourgeois d’encadrement du pauvre, y constate Fred. « Michael Pollak, y continue l’pote Paul Beaud, rappelle que l’arrivée de Lazarsfeld aux États-Unis correspond à un premier essor de la recherche sociale appliquée. "L’administration américaine, d’abord sous la présidence de Herbert Hoover et plus tard de Franklin D. Roosevelt commence à utiliser systématiquement la recherche sociale née dans les milieux d’affaires autour des problèmes de gestion, d’organisation du travail et de marketing, pour la formulation des stratégies politiques. Avec l’augmentation massive des moyens consacrés à la recherche sociale appliquée, les années trente sont la période clé de transformation des sciences sociales américaines, mais aussi du style politique.

La "politics" comme activité d’argumentation et de mobilisation des masses est progressivement abandonnée et remplacée par le policy making, l’élaboration "scientifique" et le choix entre des solutions alternatives à des problèmes isolés, une activité présentée comme technique, donc réservée à l’élite. La réorganisation et la professionnalisation des sciences sociales pendant cette époque ont eu pour conséquence une liaison très étroite entre politique et recherche, et à la longue un alignement idéologique des universitaires sur le système politique dominant qui détruisit les restes de la méfiance qui caractérise souvent les relations entre les intellectuels et le pouvoir. (...) On ne peut qu’être frappé de la proximité de ce débat avec celui qui divise aujourd’hui la sociologie européenne. À la faveur de la crise et des mutations technologiques, la tentation est grande chez certains sociologues de revendiquer un rôle d’ingénieur social en participant comme experts aux organes politiques de décision, allant ainsi à la rencontre du pouvoir politique. En France, on assiste ainsi à une prolifération de "commissions" de chercheurs en sciences humaines et de rapports sur l’éducation, l’informatique ou le développement des nouvelles technologies de communication. (...)

Et puisqu’il est question de fonctionnaires, on doit rappeler ici que Paul Lazarsfeld, l’un des "pères fondateurs", avec Lasswell, Lewin et Hovland, de la "science des média" nommait lui-même recherche "administratrive" les études contractuelles réalisées au sein du Bureau of Applied Social Research qu’il dirigeait à l’Université de Columbia à New- York, véritable entreprise dont la productivité reposait sur des principes d’organisation dont les modèles idéaux n’étaient autres que l’"entreprise commerciale, le parti politique et l’armée : des commandes bien précises, des relations hiérarchiques, une division du travail poussée à l’extrême et, corrélativement, une spécialisation des membres de l’équipe (qui) caractérisent ce modèle d’organisation". (...) Parlant de la Nouvelle Classe que constituent les intellectuels et l’intelligentsia technicienne, Alvin Gouldner écrivait qu’à la différence de la classe dominante et des politiciens, elle ne dispose ni des moyens économiques, ni des moyens institutionnels d’agir pour la défense de ses intérêts propres. Elle ne peut que tenter de persuader que ceux-ci coïncident avec l’intérêt général. Le mode d’influence caractéristique de cette Nouvelle Classe est donc la communication, l’écriture et la parole. Ses intérêts politiques et économiques dépendent ainsi uniquement de la continuité de son accès aux média, de la garantie formelle de son droit de publier et de parler. La rhétorique est le moyen fondamental de ses fins. En d’autres termes, l’existence même de cette nouvelle classe est liée à la persuasion, à ses techniques et aux technologies qui permettent de l’exercer. (...)

Ainsi, la production de masse, la publicité ont multiplié les sociologues, les "techniciens-psychologues", les statisticiens, les artistes et inventeurs d’idées publicitaires. Ceci explique en particulier la mainmise croissante de la classe dominante sur l’université, les pressions qu’elle exerce sur celle-ci pour qu’elle abandonne l’humanisme au profit de disciplines spécialisées, pourvoyeuses de "fonctionnaires des superstructures " (Gramsci). » Mais aussi sur les médias pour dire à "l’peuple" des lumières dans la gueule du prolo c’qui doit savoir, comm’ y disent les présentateurs d’la télé d’not’ président : « Voilà ce qu’il nous faut retenir de l’actualité du monde aujourd’hui ». Pour faire eux aussi comm’ les américains maîtres du monde : « Ainsi, le producteur du journal télévisé du soir de la chaîne A.B.C. définit en ces termes son travail : "Il s’agit d’informer les gens de ce que nous croyons qu’ils doivent savoir : le monde est-il en sûreté ? Leur maison est-elle en sûreté ?" qu’y cite m’sieur Spitz, qu’y cite l’pote Paul Beaud.

Un des rôles essentiels des média dans cette période a été de substituer à la rhétorique et au vocabulaire des affrontements idéologiques du champ politique traditionnel une autre rhétorique et un autre vocabulaire, les catégories préalables à toute discussion sur la gestion rationnelle du progrès économique et social. Le pouvoir des média est celui dont dispose à travers eux le pouvoir social moins de sermonner que d’imposer les termes dans lesquels toute question qui lui est posée doit lui être posée. (...) ... puisque son enjeu est la rationalisation de la domination, non le triomphe de la raison et la transparence du débat sur la société. (...) L’ultime pas à franchir était le remplacement du politicien par le journaliste. C’est aujourd’hui chose faite depuis peu, les journalistes de la presse, de la radio et de la télévision françaises ont levé ce dernier pseudo-tabou déontologique et parlent entre eux de politique, devant caméras et micros, en dissimulant leurs attaches partisanes derrière ce consensus qui fait de la politique un domaine dont il est maintenant possible de parler professionnellement : un domaine technique. Ce consensus explique sans doute que les professionnels de l’information puissent sans difficulté passer d’une entreprise à l’autre, en dépit de ce qui les sépare politiquement. »

(à suivre...)

PDF - 2.5 Mo

Chomdu 22

http://bellaciao.org/fr/spip.php?ar...



Imprimer cet article





L’Oberfuhrer Lallement et le Gauleiter Castaner, n’ont pas entamé la combativité des "gilets jaunes" (vidéo)
dimanche 24 - 23h57
de : nazairien
VIVE LA LIBERTÉ DE MIGRER !
dimanche 24 - 22h25
de : DUPIN Bernard
Georges Moréas, ancien commisaire principal, parle de déontologie, Gilets jaunes et ménage de printemps à la PP
dimanche 24 - 12h30
de : nazairien
Un chiffre absolument spectaculaire : 39% des Français favorables à une nouvelle Révolution !
dimanche 24 - 12h03
de : JO
3 commentaires
ACTE 19 GILETS JAUNES : Témoignages Toulouse/Nice
dimanche 24 - 11h51
de : JO
2 commentaires
Commune libre jaune de Montmartre et de France
samedi 23 - 19h24
de : Alina Reyes
4 commentaires
Bonne nuit les petits
samedi 23 - 11h09
Dans une démocratie on parle d’élection pas de répression !!!
vendredi 22 - 20h41
de : JO
3 commentaires
Café d’histoire critique et d’études marxistes, 23 mars 2019 : mouvement syndical et moyens d’action …
vendredi 22 - 17h19
de : Jo.dez
Podemos, Podemos, qui t’a vu et ne te reconnaît plus ...
vendredi 22 - 17h07
de : Antoine (Montpellier)
L’ARMÉE MANIPULÉE PAR UN POUVOIR À LA DÉRIVE !
vendredi 22 - 16h43
de : Info’Com-CGT
Et bientôt grâce à l’Europe qui protége la précarité énergétique
vendredi 22 - 13h17
de : Irae
Sentinelle pour l’acte 19 : pas d’accord, « mon fils militaire se mettra en maladie » (video)
vendredi 22 - 10h56
de : JO
Omnes vulnerant , ultima necat.
vendredi 22 - 10h55
de : L’iena rabbioso
François RUFFIN : Je ne viendrai pas à l’Elysée !
vendredi 22 - 10h40
de : JO
Gilets jaunes : a Montpellier, les policiers détestent être surveillés
vendredi 22 - 07h48
La bande des faux monnayeurs de la République
jeudi 21 - 21h19
de : Alina Reyes
1 commentaire
Intervention militaire : C’est en un mois de mars 1871 que la Commune de Paris y vit se rallier la Garde Nationale
jeudi 21 - 17h18
de : JO
La monarchie absolue, les sondages semblent bien dire : ça suffit !
jeudi 21 - 16h52
de : JO
Casino : quand des syndicats font le jeu du capitalisme sauvage
jeudi 21 - 15h29
de : François
180 ans ? Ça se fête…
jeudi 21 - 12h10
de : Info’Com-CGT
JACOU : UN PROJET DE BUDGET SANS AMBITION ET DANGEREUX POUR LA VIE DÉMOCRATIQUE DE LA COMMUNE
jeudi 21 - 12h01
GILETS JAUNES : ACTE 19 SAMEDI 23 MARS
jeudi 21 - 11h44
de : JO
7 commentaires
La presse porte parole du pouvoir - instauration de la loi martiale ? (video)
jeudi 21 - 08h17
de : Irae
1 commentaire
Chiens de garde aux basques d’une gilets jaune (video)
jeudi 21 - 00h08
de : Irae
Le "Sanglier Jaune" , qui va à la rencontre de la France en jaune, était à Paris pour sa 12 ème étape, acte 18 (video)
mercredi 20 - 23h20
de : nazairien
1 commentaire
Les Faucheurs OGM de Colmar Acte 2
mercredi 20 - 22h42
de : Jean-Yves Peillard
Pensée émue pour la famille des vitrines... / C’est l’heure de l’mettre
mercredi 20 - 22h32
de : Hdm
0%.
mercredi 20 - 18h39
de : L’iena rabbioso
Verdi, lance, un nouveau "coup de gueule" salutaire, Violence d’Etat, merdias infâmes : la révolte jaune s’enracine (video)
mercredi 20 - 16h23
de : nazairien
2 commentaires
Amandine : « Passée à tabac par les flics, j’ai une commotion cérébrale mais ils ne me feront pas taire ! »
mercredi 20 - 13h48
de : nazairien
3 commentaires
APPEL PROPOSE PAR LES ELU-E-S FRONT DE GAUCHE ET ADOPTE A L’UNANIMITÉ DU CONSEIL MUNICIPAL
mercredi 20 - 12h00
de : BERNARD DUPIN
2 commentaires
19 mars : une grève interprofessionnelle très forte dans les écoles
mardi 19 - 20h29
de : Stéphane Ortega
1 commentaire
Acte 18, Le "Média" donne la parole à ceux à qui on l’a confisquée : Paroles de "gilets jaunes" (video)
mardi 19 - 20h21
de : nazairien
1 commentaire
Les enseignants sont-ils des frelons asiatiques ? Honte à la police ! (video)
mardi 19 - 19h42
de : jean 1
l’Algérie est libre.
mardi 19 - 19h06
de : L’iena rabbioso
JACOU : UN PROJET DE BUDGET SANS AMBITION ET DANGEREUX POUR LA VIE DÉMOCRATIQUE DE LA COMMUNE
mardi 19 - 15h59
de : BERNARD DUPIN
Lettre aux gentils de la République
mardi 19 - 13h20
de : jean 1
Le 18 mars 1871 : Le peuple et la Garde nationale fraternisent contre la République bourgeoise
mardi 19 - 11h55
de : jean 1
Acte XVIII mis en musique (video)
mardi 19 - 07h58

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Je voudrais seulement comprendre comment il se peut que tant d'hommes, tant de bourgs, tant de villes, tant de nations supportent quelquefois un tyran seul qui n'a de puissance que celle qu'ils lui donnent, qui n'a de pouvoir de leur nuire qu'autant qu'ils veulent bien l'endurer. Etienne de La Boétie, 1576
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite