Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

"Death to the Arabs !" : "Mort aux Arabes !"...
de : Gilong
samedi 5 avril 2008 - 23h27 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire
JPEG - 33.3 ko

de Uri Avnery

DEMAIN, ce sera le 32e anniversaire du premier "Jour de la Terre", un des événements qui jalonnent l’histoire d’Israël.

Je me souviens bien de ce jour. J’étais à l’aéroport Ben Gourion, au départ pour une rencontre secrète à Londres avec Saïd Hamami, émissaire de Yasser Arafat, quand quelqu’un m’a dit : "Ils ont tué beaucoup de manifestants arabes !"

Cela n’était pas totalement inattendu. Quelques jours auparavant, nous – les membres du tout nouveau Conseil israélien pour la paix israélo-palestinienne – avions remis au Premier ministre, Yitzhak Rabin, un mémorandum urgent l’avertissant que l’intention du gouvernement d’exproprier d’énormes parcelles de terres de villages arabes provoquerait une explosion. Nous y avions joint une proposition de solution alternative, élaborée par Lova Eliav, un vétéran expert des colonies.

Quand je suis revenu de l’étranger, le poète Yevi suggéra que nous fassions un geste symbolique de chagrin et de regret pour les morts. Trois d’entre nous, Yevi lui-même, le peintre Dan Kedar et moi sommes allés déposer des couronnes sur la tombe des victimes. Ceci déclencha une vague de haine contre nous. J’ai senti qu’il s’était passé quelque chose d’une grande portée, que les relations entre Juifs et Arabes à l’intérieur de l’État avaient fondamentalement changé.

Et en effet, l’impact du Jour de la Terre – comme l’événement fut appelé – fut encore plus fort que le massacre de Kafr Kassem de 1956 ou les tueries des événements d’octobre 2000.

LES RAISONS en remontent au tout premier jour de l’État.

Après la guerre de 1948, seule une communauté arabe petite, faible et apeurée pu rester à l’intérieur de l’État. Non seulement environ 750.000 Arabes avaient été déracinés du territoire qui était devenu l’État d’Israël, mais ceux qui restaient n’avaient pas de dirigeants. Les élites politiques, intellectuelles et économiques avaient disparu, la plupart d’entre elles dès le début de la guerre. Le vide fut d’une certaine façon comblé par le Parti communiste, dont les dirigeants avaient été autorisés à rentrer de l’étranger – principalement pour plaire à Staline qui, à l’époque, soutenait Israël.

Après un débat interne, les dirigeants du nouvel État décidèrent d’accorder aux Arabes de l’"État juif" la citoyenneté et le droit de vote. Cela n’allait pas de soi. Mais le gouvernement voulait apparaître aux yeux du monde comme un État démocratique. De mon point de vue, la raison principale était de politique partisane : David Ben Gourion croyait qu’il pourrait amener les Arabes à voter pour son propre parti.

Et en effet, la grande majorité des citoyens arabes votèrent pour le parti travailliste (qui s’appelait alors Mapai) et ses deux partis arabes satellites qui avaient été créés dans le même but. Ils n’avaient pas le choix : ils vivaient dans un état de peur, sous l’étroite surveillance des services de sécurité (alors appelés Shin Bet). On disait à chacune hamulah (famille étendue) arabe exactement comment voter, soit pour le Mapai, soit pour l’un des deux autres partis subsidiaires. Étant donné que chaque liste électorale avait deux piles de bulletins de vote, une en hébreu, une en arabe, il y avait six possibilités pour les fidèles arabes dans chaque bureau de vote, et il était facile pour le Shin Bet de faire en sorte que chaque Hamula vote exactement comme on lui avait dit. Plus d’une fois Ben Gourion n’a atteint la majorité à la Knesset que grâce à ces votes captifs.

Au nom de la "sécurité" (dans les deux sens) les Arabes furent soumis à un "gouvernement militaire". Chaque détail de leur vie en dépendait. Ils avaient besoin d’un permis pour quitter leur village et aller à la ville ou au village voisin. Sans la permission du gouvernement militaire, ils ne pouvaient pas acheter un tracteur, envoyer une fille au collège, obtenir un travail pour un fils, obtenir une licence d’importation. Sous l’autorité du gouvernement militaire et d’un ensemble de lois, d’énormes portions de terres furent expropriées pour des villes juives et des kibboutz.

Une histoire gravée dans ma mémoire : mon regretté ami, le poète Rashed Hussein du village Musmus, fut convoqué par le gouverneur militaire de Netanya, qui lui dit : Le Jour de l’Indépendance approche et je veux que vous écriviez un poème pour l’occasion. Rashed, fier jeune homme, refusa. Quand il vint chez lui, il trouva toute sa famille assise sur le sol et en larmes. D’abord, il pensa que quelqu’un était mort, mais ensuite, sa mère cria : "Tu nous as détruits ! Nous sommes finis !" Alors le poème fut écrit.

Chaque initiative politique arabe indépendante fut étranglée à sa naissance. Le premier groupe indépendant – le groupe nationaliste al-Ard ("la terre") – fut purement et simplement supprimé. Il fut déclaré illégal, ses dirigeants furent exilés, son journal interdit – tout cela avec la bénédiction de la Cour suprême. Seul le parti communiste fut autorisé à rester, mais ses dirigeants furent aussi persécutés de temps à autre.

Le gouvernement militaire ne fut démantelé qu’en 1966, après le départ du pouvoir de Ben Gourion et peu de temps après mon élection à la Knesset. Après avoir manifesté contre lui si souvent, j’eus le plaisir de voter pour son abolition. Mais en pratique, très peu a changé – au lieu du gouvernement militaire officiel, un gouvernement militaire non officiel est resté, comme l’essentiel de la discrimination.

’LE JOUR DE LA TERRE" a changé la situation. Une seconde génération d’Arabes avait grandi en Israël, plus aussi timidement soumise, une génération qui n’avait pas connu les expulsions de masse et dont la situation économique s’était améliorée. L’ordre donné aux soldats et aux policiers de tirer sur eux provoqua un choc. Ainsi un nouveau chapitre a commencé.

Le pourcentage de citoyens arabes dans l’État n’a pas changé : des premiers jours de l’État à aujourd’hui, il tourne autour de 20%. Le taux plus élevé de croissance naturelle de la communauté musulmane était compensé par l’immigration juive. Mais les nombres absolus ont cru de façon significative : de 200.000 au début de l’État à près d’1,3 million – deux fois la taille de la communauté juive qui avait fondé l’État.

Le Jour de la Terre changea aussi spectaculairement l’attitude du monde arabe et des Palestiniens à l’égard des Arabes d’Israël. Jusqu’alors ils étaient considérés comme des traîtres, des collaborateurs de l’"entité sioniste". Je me rappelle une scène en 1965 d’une rencontre organisée à Florence par le légendaire maire Giorgio La Pira, qui essayait de réunir ensemble des personnalités d’Israël et du monde arabe. A l’époque ce fut considéré comme une entreprise courageuse.

Durant une des pauses, j’étais en train de bavarder avec un diplomate égyptien de haut rang sur une place ensoleillée à l’extérieur du lieu de la conférence, quand deux jeunes Arabes d’Israël, qui avaient entendu parlé de la conférence, s’approchèrent de nous. Après nos accolades, je les ai présentés à l’Égyptien, mais celui-ci leur tourna le dos et s’exclama : "Je suis prêt à parler avec vous, mais pas avec ces traitres !"

Les événements sanglants de la Journée de la Terre ramenèrent les "Arabes d’Israël" dans le sein de la nation arabe et du peuple palestinien, qui aujourd’hui les appellent "les Arabes de 1948".

En octobre 2000, des policiers ont encore tiré et tué des citoyens arabes, quand ceux-ci ont essayé d’exprimer leur solidarité avec les Arabes tués l’Esplanade des Mosquées (Mont du Temple) à Jérusalem. Mais entretemps, une troisième génération d’Arabes avaient grandi en Israël, nombre d’entre eux, en dépit de tous les obstacles, avaient fait des études supérieures et étaient devenus hommes d’affaires, hommes politiques, professeurs, avocats, et médecins. Il est impossible d’ignorer cette communauté – même si l’État essaie de tout faire pour cela.

De temps en temps, on entend des réclamations à propos de la discrimination, mais tout le monde se dérobe devant la question fondamentale : quel est le statut de la minorité arabe qui a grandi dans l’État qui se définit lui-même officiellement comme "juif et démocratique" ?

UN DIRIGEANT de la communauté arabe, le regretté membre de la Knesset Abd-el-Aziz Zuabi, a ainsi exprimé ce dilemme : "Mon État est en guerre avec mon peuple". Les citoyens arabes appartiennent à la fois à l’État d’Israël et au peuple palestinien.

Leur appartenance au peuple palestinien va de soi. Les citoyens arabes d’Israël, qui depuis quelque temps ont tendance à s’appeler "Palestiniens d’Israël", ne sont qu’une part du peuple palestinien dispersé, qui comprend de nombreuses branches : les habitants des territoires occupés (aujourd’hui eux-mêmes séparés entre la Cisjordanie et la bande de Gaza), les Arabes de Jérusalem-Est (officiellement "résidents" mais pas "citoyens" d’Israël), et les réfugiés vivant dans de nombreux pays différents, chacun sous un régime particulier. Toutes ces branches ont un fort sentiment d’appartenance commune, mais la conscience de chacune est formée par sa situation particulière.

Quelle est la force de la composante palestinienne dans la conscience des citoyens arabes d’Israël ? Les Palestiniens des territoires occupés se plaignent souvent qu’elle s’exprime principalement en mots, mais pas en actions. Le soutien apporté par les citoyens arabes d’Israël à la lutte de libération est surtout symbolique. Ici et là un citoyen est arrêté pour avoir aidé un kamikaze, mais ce sont de rares exceptions.

Quand l’extrémiste anti Arabe Avigdor Lieberman proposa qu’un groupe de villages arabes d’Israël proches de la Ligne verte (appelés ’"Le Triangle") reviennent au futur État palestinien en échange des blocs de colonies juives en Cisjordanie, pas une seule voix arabe ne s’est élevée pour le soutenir. Cela est un fait très significatif.

La communauté arabe est beaucoup plus attachée à Israël qu’il ne semble à première vue. Les Arabes jouent un rôle important dans l’économie israélienne, ils travaillent dans l’État, paient les impôts à l’État. Ils bénéficient de la sécurité sociale – c’est normal puisqu’ils paient pour cela. Leur niveau de vie est beaucoup plus élevé que celui des frères palestiniens des territoires occupés et d’ailleurs. Ils prennent part à la démocratie israélienne et ne désirent pas vivre dans des régimes comme ceux d’Égypte et de Jordanie. Ils ont de nombreuses raisons de se plaindre – mais ils vivent en Israël et continueront de le faire.

CES DERNIÈRES ANNÉES, des intellectuels de la troisième génération arabe d’Israël ont publié plusieurs propositions pour la normalisation des relations entre la majorité et la minorité.

Il existe, en principe, une alternative principale :

Première solution : Israël est un État juif, mais un autre peuple y vit aussi. Si les Israéliens juifs ont défini des droits nationaux, les Israéliens arabes doivent aussi définir des droits nationaux. Par exemple dans les domaines de l’éducation, de l’autonomie culturelle et religieuse (comme le jeune Vladimir Jabotinsky l’a demandé il y a une centaine d’années pour les Juifs de la Russie tsariste). Ils doivent être autorisés à avoir des relations libres et ouvertes avec le monde arabe et le peuple palestinien, comme les relations entre les citoyens juifs avec les Juifs de la Diaspora. Tout ceci doit être inscrit dans la future constitution de l’État.

Deuxième solution : Israël appartient à tous ses citoyens, et seulement à eux. Tout citoyen est israélien, tout comme tout citoyen des États-Unis est citoyen américain. Dès lors que l’État est concerné, il n’y a pas de différence entre un citoyen et un autre, qu’il soit juif, musulman ou chrétien, Arabe ou Russe, tout comme, du point de vue de l’État américain, il n’y a pas de différence entre les citoyens blancs, bruns ou noirs, qu’ils soient d’origine européenne, africaine ou asiatique, protestants, catholiques, juifs ou musulmans. Dans le langage israélien, cela s’appelle "un État de tous ses citoyens".

Il va sans dire que je préfère la seconde solution, mais je suis prêt à accepter la première. Chacune des deux est préférable à la situation existante, où l’État prétend qu’il n’y a pas de problème à part quelques traces de discrimination qui subsistent (sans faire quoi que ce soit contre cela).

Si on n’a pas le courage de soigner une blessure, celle-ci s’infecte. Dans les matchs de football, la racaille crie "Mort-aux-Arabes !" et les députés d’extrême droite de la Knesset menacent d’expulser les membres arabes de leur Institution, et aussi de l’État.

Au trente-deuxième anniversaire de la Journée de la Terre, alors que le soixantième anniversaire du Jour de l’Indépendance est proche, il est temps de prendre le taureau par les cornes.

Article en anglais, "Death to the Arabs !", Gush Shalom, 29 mars 2008

Traduit de l’anglais pour l’AFPS : RM/SW. Révisé par Mondialisation



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
"Death to the Arabs !" : "Mort aux Arabes !"...
7 avril 2008 - 12h10

quel est le statut de la minorité arabe qui a grandi dans l’État qui se définit lui-même officiellement comme "juif et démocratique" ?

"Juif et démocratique", "catholique et démocratique", "musulman et démocratique" ! On voit bien que le noeud du problème est là, on ne peut pas être les deux à la fois, sous peine d’exclure les autres ! Un état démocratique n’exclut personne. La laïcité non plus. Dans ce cas-là, il y a plus d’avantages à ouvrir large, pour que tout le monde y trouve sa place.






Retraites : la CGT, FO, Solidaires et la FSU appellent à la grève le 5 décembre
mercredi 16 - 07h54
15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
14 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
22 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1
double face
jeudi 10 - 12h01
de : jean 1
1 commentaire
Appel à Manifestation samedi 12 octobre à Saint-Victor
mercredi 9 - 22h05
de : AMASSADA
Détruire le capitalisme avant qu’il ne nous détruise (à propos de Lubrizol)
mardi 8 - 23h50
de : nazairien
3 commentaires
On nous cache tout, on nous dit rien :Frais d’obseques des deputes et de toute leur famille payes par nos impots (vidéo)
mardi 8 - 23h05
de : nazairien
LES BESOINS ARTIFICIELS - Comment sortir du consumérisme
mardi 8 - 17h23
de : Ernest London
11 commentaires
Le Maquillage Vert du Capitalisme ne change pas son essence prédatrice
lundi 7 - 23h02
de : Cecilia Zamudio
Emission - Lubrizol – Enfumage chimique. Enfumage médiatique. Enfumage étatique.
lundi 7 - 16h59
de : Emission Polémix et La Vox Off
Sur les Gilets Jaunes, l’État et le fascisme – lettre d’Antonin Bernanos
lundi 7 - 16h06
de : jean 1
Ami entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne : L’Europe nous supprime la faucille ! Et le marteau ! ...
lundi 7 - 15h07
de : nazairien
1 commentaire
Réformes des retraites : depuis 1993 l’âge de départ et le montant des pensions reculent
lundi 7 - 07h50
1 commentaire
TROIS "I" en même temps !
dimanche 6 - 21h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Rencontre nationale des communes libres et des listes citoyennes
dimanche 6 - 21h42
de : commercy par invités de médiapart
La “surprise” de l’acte 47 des GJ : l’occupation du centre commercial Italie2 (vidéo)
dimanche 6 - 11h11
de : nazairien
4 commentaires
Un féminisme accusé de contrôle du corps des femmes
dimanche 6 - 02h31
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Le communautarisme du Rassemblement National - RN (ex FN).
dimanche 6 - 02h21
de : Christian DELARUE
confirmation expulsion appel à convergence
samedi 5 - 22h27
de : AMASSADA
Acte 47 Toulouse et violences à AMiens
samedi 5 - 21h51
de : https://www.frontsocialuni.fr/les-luttes-invisibles/
Une lobbyiste de la pollution au coeur de la convention pour le climat
samedi 5 - 21h39
de : Gaspard D’Allens REPORTERRE
Christine Renon : marée humaine quand l’Éducation Nationale ne veut pas de vague
vendredi 4 - 14h32
Les palettes : Il n’aurait jamais dû signer...
vendredi 4 - 10h22

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Il n'est point dessein de bourreau qui ne lui soit suggéré par le regard de la victime. Pier Paolo Pasolini
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite