Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Un journaliste place Cuba sur le podium des droits humains
de : association FRANCE CUBA
lundi 19 mai 2008 - 18h07 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires
JPEG - 37.8 ko

En faisant une lecture comparative du Rapport 2006 d’Amnesty International, le journaliste français Salim Lamrani juge infondées les sanctions dictées en 2003 par l’Union européenne contre le gouvernement cubain.

Comparaison est-elle raison ?

Une interview de Salim Lamrani à Benito Pérez.

Le 5 juin 2003, l’Union européenne (UE) dictait des sanctions diplomatiques contre le gouvernement cubain. Il s’agissait, pour Bruxelles, de condamner l’incarcération, deux mois auparavant, de 75 dissidents, considérés par la justice cubaine comme des agents de Washington. Plus largement, l’UE critiquait la « violation des droits humains » à Cuba, et réaffirmait sa position commune adoptée en décembre 1996, exigeant de La Havane une « transition pacifique vers le pluralisme démocratique » et « des politiques économiques » plus efficientes.

Bien que suspendues en 2005, ces mesures, et plus globalement l’ingérence européenne à l’égard de Cuba, sont restées en travers de la gorge du journaliste français Salim Lamrani. Ce spécialiste des relations USA-Cuba (1) y perçoit l’incapacité de l’UE à adopter une politique étrangère « rationnelle, constructive et indépendante ».

Pour le prouver, Salim Lamrani s’est lancé dans une périlleuse aventure. A l’aide des rapports d’Amnesty International (2), son dernier ouvrage Double Morale (3) met en balance les violations des droits humains à Cuba avec celles commises dans les autres pays d’Amérique. Une approche relativiste qui montre rapidement ses limites mais a le mérite d’alimenter le débat sur l’instrumentalisation des droits humains par les puissances occidentales.

  B.P : Utiliser les rapports d’une ONG des droits humains pour défendre Cuba n’est pas commun.
 Salim Lamrani : J’ai voulu démontrer l’hypocrisie de la position européenne, qui ne s’appuie pas sur une réalité factuelle précise. Pour ce faire, je me suis basé sur le travail reconnu d’une ONG prestigieuse, Amnesty International, très contestée par le gouvernement cubain, qui refuse de l’inviter depuis 1988. J’ai même décidé de m’arrêter aux seuls droits civils et politiques, bien qu’il y aurait beaucoup à dire sur les droits sociaux et culturels...

 B.P : Les droits civils et politiques seraient-ils respectés à Cuba ?
 S.L : Ne comptez pas sur moi pour tenir ce discours. Amnesty répertorie un certain nombre de violations. Je publie d’ailleurs in extenso le rapport 2006 de Cuba dans mon livre. Mais le résultat de la comparaison avec les autres pays est édifiant : s’il y a une spécificité cubaine en matière des droits humains, c’est qu’ils y sont mieux respectés qu’ailleurs !

 B.P : C’est-à-dire ?
 S.L : Les violations à Cuba sont non seulement moins nombreuses mais aussi moins graves : on ne relève aucun cas d’assassinat politique à Cuba, ni d’exécution extrajudiciaire, aucun déplacement forcé, aucun cas de torture, aucun syndicaliste assassiné, aucun cas de disparition forcée, aucun massacre de paysans, aucun viol commis par la police, pas d’esclavage, pas d’assassinat d’enfants, etc., etc. Autant de crimes qui figurent dans les rapports des autres pays du continent. Pensez à la Colombie, au Brésil, au Mexique, à la Bolivie !

 B.P : La position européenne n’est-elle pas surtout motivée par l’absence de démocratie politique à Cuba ?
 S.L : Le vrai problème pour Bruxelles tient dans le fait que le gouvernement cubain soit revenu sur certaines initiatives qu’il avait laissées au secteur privé durant la décennie précédente. Ce qui dérange l’Europe, c’est le système économique et social cubain.

 B.P : Mais ses dernières sanctions datent de l’incarcération de 75 dissidents.
 S.L : Cela a servi de prétexte. Ces personnes n’ont pas été arrêtées pour leurs opinions, mais parce qu’elles recevaient un financement de la part d’un Etat étranger. Comment expliquer, sinon, qu’un dissident aussi critique qu’Oswaldo Paya n’ait jamais été inquiété ? Simplement parce qu’on n’a jamais prouvé qu’il était stipendié par une puissance étrangère. N’oublions pas que les Etats-Unis tentent depuis 1959 de fabriquer et d’orienter une opposition interne à Cuba. La législation des Etats-Unis est claire : tant la loi Torricelli de 1992 que la loi Helms-Burton de 1996 prévoient un budget à cet effet. Un rapport US de 2006 l’évalue à 80 millions de dollars.

 B.P : Admettons que les critiques des Etats cachent des intérêts politiques. Mais Amnesty relève tout de même 58 prisonniers politiques...
 S.L : C’est le seul désaccord que j’ai avec le rapport d’Amnesty : du moment que ces personnes sont stipendiées par un Etat étranger, ce sont des agents, non des dissidents. D’ailleurs, Amnesty a reconnu en 2007 que ces prisonniers avaient été financés par les Etats-Unis (4).

 B.P : Pourquoi Human Right Watch (HRW) met-elle aussi en exergue les violations cubaines ?
 S.L : HRW a un rapport assez critique à l’égard de Cuba, mais là aussi, je vous invite à comparer avec les autres pays !

 B.P : HRW écrit pourtant : « Cuba demeure le seul pays d’Amérique latine qui réprime presque toute forme de dissidence politique ».
 S.L : Très bien ! Mais la réalité démontre le contraire : il n’y a pas une semaine sans qu’on lise une interview de la célébrissime dissidence cubaine dans la presse internationale. Tous les dimanches, les célébrissimes « Dames en blanc » défilent sur Quinta Avenida (à La Havane, ndlr), sans qu’il y ait le moindre problème. A Cuba, il n’y a pas de brigades antiémeute, ce sont de simples policiers qui encadrent les rassemblements. Ce qui n’empêche pas les images de la moindre de leurs interventions de faire le tour du monde.

 B.P : Il y a des cas de manifestations interdites.
 S.L : En France, tous les jours on interdit des manifs.

 B.P : Mais qu’est-ce qui pousse HRW à affirmer que : « Les citoyens cubains se voient systématiquement empêchés d’exercer leurs droits fondamentaux : liberté d’expression, d’association, de presse », etc. ? -S.L : Il faudrait le leur demander... Si par liberté d’expression, on entend : accorder le « 20 heures » aux dissidents, il n’y a pas non plus de liberté en France : jusqu’à présent on me l’a toujours refusé. HRW se trompe lourdement. La liberté de la presse, c’est quoi ? Laisser les médias aux seuls groupes économiques privés ?

PROPOS RECUEILLIS PAR BENITO PEREZ

1 Il est notamment l’auteur de Washington contre Cuba (2005), éd. Le Temps des Cerises.

2 Disponibles à l’adresse : www.amnesty.org/fr/library/info/IOR...

3 Double Morale, Cuba, l’Union européenne et les droits de l’homme, éd. Estrella, Paris, 2008.

4 Nous n’avons pas trouvé trace de cette affirmation. En revanche, Amnesty affirme que « le seul crime commis par ces 58 personnes est d’avoir exercé de manière pacifique leurs libertés fondamentales » et « les considère comme des prisonniers d’opinion », condamnés après des « procès inéquitables ».

[Note de Salim Lamrani : Amnesty a bien reconnu que les 58 personnes avaient été condamnées « pour avoir reçu des fonds ou du matériel du gouvernement américain pour des activités perçues par les autorités comme subversives ou faisant du tort à Cuba ».

Source : Amnesty International, « Cuba. Cinq années de trop, le nouveau gouvernement doit libérer les dissidents emprisonnés », 18 mars 2008. http://www.amnesty.org/fr/for-media...(site consulté le 23 avril 2008).]

Source : Le Courrier (Genève)

Double morale. Cuba, l’Union européenne et les droits de l’homme. Paris : Editions Estrella, 2008. 123 pages. 10 euros. Disponible auprès de lamranisalim@yahoo.fr



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Un journaliste place Cuba sur le podium des droits humains
19 mai 2008 - 22h57 - Posté par Lo Piccolo Alfred

Salim Lamrani a tout à fait raison quand il affirme dans son livre que ces 58 dissidents emprisonnés étaient financés par une puissance étrangère, et je crois que dans n’importe quel pays du monde des personnes faisant la même chose seraient emprisonnées, on en a des exemples ici même en Europe" sans qu’ils ne soient relevés par la presse".Ces personnes étaient en contact permanent avec l’attaché des intérêts des Etats - Unis à Cuba, j’ai des photos ou on en voit quelques uns, dans la maison"ils avaient un laisser passer officiel", de ce Monsieur Cason qui faisait fonction un d’embassadeur ou de consul et qui se permettait beaucoup de choses qui n’auraient pas étées acceptées ici, j’ai même des relevés de sommes qui étaient allouées à ces dissidents, ces documents ont étés dévoilés, par des agents Cubains qui les avaient infiltrés,il faut aussi lire le livre " les dissidents "écrit par la journaliste Miriam Elizade,qui explique tous ces évennements,ou celui de Maxim Vivas qui aussi dit la vérité, quand il dit que RSF aussi était impliquée, en aidant ces dissidents en distribuant des postes radios, des ordinateurs portables, du papier pour ces machines à ecrire,pour essayer d’avoir des documents compromettants contre Cuba, ce sont ces mêmes agents infiltrés qui ont dévoilés ces immixtions dans les affaires interieures de Cuba.Il est vrai qu’on ne parle de Cuba que pour le critiquer ou essayer de le salir le plus possible c’est vrai que c’était le seul pays jusqu’à peu de temps encore à tenir tête au libéralisme, et aupays le plus fort du monde malgré un blocus criminel de plus de 46 ans,et sans que les soits disant démocraties occidentales interviennent pour lever ce blocus (les droits des hommes sélectifs)il ne fautt donc pas trop en dire du bien, si ce n’est pas"encore" un paradis loin s’en faut il a au moins le mérite de chercher une voie meilleure pour son peuple, et peut être serait il plus avancé si on ne lui mettait pas des bâtons dans les roues, aussi bien par les Etats - Unis,que par les Européens qui n’osent pas affronter leurs alliés et préfèrent se soumettres à leurs désiratas.AL de TOULOUSE



Un journaliste place Cuba sur le podium des droits humains
20 mai 2008 - 09h48 - Posté par AL

Sujet : Cuba dénonce les contacts des diplomates US en poste à La Havane avec des terroristes résidant aux États-Unis

ACN 4
Service en langue française

Cuba dénonce les contacts des diplomates US en poste à La Havane avec
des terroristes résidant aux États-Unis

La Havane, 19.05.08 (acn) Cuba a présenté ce lundi une quinzaine de
preuves documentaires démontrant l’existence de liens directs entre des
diplomates états-uniens en poste à La Havane et des terroristes notoires
ayant commis des actes de violence contre la population cubaine.

Au cours d’une conférence de presse à La Havane, Mme Josefina Vidal,
responsable de l’Amérique du Nord au ministère cubain des Affaires
étrangères, et Manuel Hevia (Sur l’image), directeur du Centre des
Recherches historiques de la Sécurité de l’Etat, ont présenté 14 preuves
documentaires démontrant l’existence de contacts entre le chef de la
Section des Intérêts des États-Unis à La Havane (SINA, sigles en
espagnol), M. Michael Parmly ; d’autres fonctionnaires diplomatiques US
en poste à La Havane et le terroriste d’origine cubaine Santiago Alvarez
Magriña, qui réside aux États-Unis.

Selon les séquences vidéo et des échanges de courriels présentés comme
preuves documentaires, des diplomates états-uniens en poste à Cuba ont
servi comme « mules » pour faire parvenir à Mme Martha Beatriz Roque,
chef de file contre-révolutionnaire à La Havane, des sommes d’argent
envoyées depuis les États-Unis par la Fundacion Rescate Juridico,
dirigée par le terroriste Santiago Alvarez Magriña, actuellement en
prison aux États-Unis pour possession d’armes de guerre, entre autres
chefs d’accusation.

Une des courriels présentés prouve que le chef des diplomates US à La
Havane, Michael Parmly, avait participé personnellement à l’envoi
d’argent destiné aux groupes d’opposants à Cuba.

« Ces faits prouvent le rôle des diplomates des États-Unis à La Havane
en tant qu’agents de liaison pour faciliter des contacts et l’arrivée
d’argent envoyé par Santiago Alvarez aux contre-révolutionnaires à
Cuba », a dénoncé Mme Josefina Vidal.

La fonctionnaire du ministère cubain des Affaires étrangères a signalé
que ce comportement des diplomates US viole les normes internationales
qui régissent les droits et prérogatives des personnels des missions
diplomatiques. Elle a ensuite exhorté les autorités des États-Unis à
enquêter sur le comportement de leurs représentants à La Havane et à
mettre un terme à leurs pratiques.

Mme Josefina Vidal a fait remarquer aussi le lien, démontré par les
preuves documentaires présentées, qui existe entre les « éléments contre-
révolutionnaires à Cuba et un terroriste dont ils reçoivent de
l’argent ».

« Ce sont les mêmes qui jouissent d’un traitement spécial de la part du
gouvernement des États-Unis, y compris du président lui-même, qui leur
envoie des lettres personnelles et discute avec eux au cours de vidéo-
conférences », a indiqué la fonctionnaire du ministère cubain des
Affaires étrangères.

hv


Service en langue française



Un journaliste place Cuba sur le podium des droits humains
20 mai 2008 - 16h34

Monsieur Lamrani, un seul mot : Merci !!
Merci de retablir un peu la verité pour ce pays et ces habitants qui luttent depuis si longtemps pour avoir le droit a l’alternative et dont le seul crime est de ne pas etre assez naifs pour se laisser berner par les plus pernicieuses des propagandes, a laquelle maleureusement nous en France sommes si permissifs.
Il suffit de voir les sommes astronomiques que reçoit reporter sans frontieres de Miami ou de la CIA pour s’apercevoir que quelque chose n’est pas clair dans leur "denonciation" du regime en place a Cuba.
Je vous conseille d’aillerus l’article suivant : http://vdedaj.club.fr/cuba/dossier_..., " pourquoi reporter sans frontiere s’acharne sur Cuba."

Pour finir je reprendrai la maxime de Jose Marti a laquelle j’adhere parfaitement, "ser culto es ser libre", "etre cultivé c’est etre libre". et je pense qu’en ces termes le peuple cubain est bien plus libre que bien d’autres.



Un journaliste place Cuba sur le podium des droits humains
21 mai 2008 - 16h13 - Posté par Laurent

Cuba n’aurait-elle pas réussi sa révolution ? Ainsi, le système capitaliste n’aurait il pas tout intérêt à cacher la réalité ?






Jamais 2 sans 3
samedi 7 - 18h14
de : jean1
1 commentaire
Un peu plus de musique
samedi 7 - 18h08
de : jean1
UN PEU DE MUSIQUE
samedi 7 - 17h58
de : jean1
Suppression des régimes de retraites des parlementaires ?
samedi 7 - 09h08
de : Jean-Marie Défossé
Reportage photo : Manifestation à Paris pour les retraites- jeudi 5 décembre 2019
vendredi 6 - 21h39
de : jean1
Grève de la destruction du monde à Saint-Victor
vendredi 6 - 18h36
de : AMASSADA
Comment Maduro, a t il pu laisser faire cela, livrer « Stan Maillaud » au psychopathe macron (vidéo)
vendredi 6 - 17h07
de : nazairien
Verdi, ancien « vrai journaliste », nous fait, une analyse extremement détaillée de cette puissante mobilisation du 5-12
vendredi 6 - 15h44
de : nazairien
1 commentaire
Quand les riches détruisent des bâtiments publics, avec le soutien de la justice
vendredi 6 - 13h00
de : Louisette
1 commentaire
Les Etats-Unis se hasardent-ils à considérer la CHINE comme une République bananière ?
jeudi 5 - 22h46
de : JO
Le principe de continuité du mouvement de grève
jeudi 5 - 20h03
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Grève du 5 décembre : manif monstre à Saint-Nazaire
jeudi 5 - 13h12
de : naairien
6 commentaires
LREM, Macron, farandole de casseroles : A mettre dans le livre des records (document Médiapart)
mercredi 4 - 23h53
de : nazairien
1 commentaire
Un mouvement de grève ne nous empêche pas de vous proposer nos programmes, bien au contraire ! C’est l’heure de l’mettre
mercredi 4 - 22h07
de : Hdm
VIOLENCE D’ETAT, VIOLENCE REVOLUTIONNAIRE
mercredi 4 - 19h55
de : Nemo3637
Pas d’argent pour les Retraites ?
mercredi 4 - 17h49
1 commentaire
Spectacle ’Du Gabon à la Russie’ le 7 décembre à Nantes : exil, amour, justice
mercredi 4 - 00h41
Retraites des fonctionnaires : ça va saigner pour les enseignants, les paramédicaux et les agents territoriaux
mardi 3 - 14h01
« Rassemblement non stop » : les pompiers veulent occuper la place de la République une semaine entière (vidéo)
lundi 2 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires
En grève jusqu’à la retraite !
lundi 2 - 12h47
de : jean1
2 commentaires
Acte 55 Gilets Jaunes à Toulouse ! Témoignage d’un vrai REPORTER !
dimanche 1er - 20h40
de : JO
CRITIQUE du TRAVAIL salarié et de la RELIGION
dimanche 1er - 15h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Vous avez dit : Un monde multipolaire ? Autre démonstration !
samedi 30 - 10h58
de : JO
1 commentaire
EPO et Hamster chinois.
vendredi 29 - 18h03
de : L’iena rabbioso
L’éruption de la faim - C’est l’heure de l’mettre !
vendredi 29 - 12h44
de : Hdm
1 commentaire
CONVERGENCE DES LUTTES : Contribution !
vendredi 29 - 12h14
de : JO
BOLIVIE : La succession d’EVO Morales assurée et organise la Résistance !
vendredi 29 - 11h25
de : JO
Un 5 décembre fort ou exceptionnel ! L’état de la mobilisation secteur par secteur
vendredi 29 - 07h36
1 commentaire
Xavier Kemlin, star déchue de la complosphère d’extrême-droite
jeudi 28 - 17h21
de : Blanqui75
1 commentaire
BOLIVIE : suite du complot contre EVO MORALES + corruption à la clé !
jeudi 28 - 11h57
de : JO
1 commentaire
Rafael Correa (ancien président de l’équateur) reçoit Evo Morales, (coup d’état et lutte de classes) (vidéo)
jeudi 28 - 11h32
de : nazairien
1 commentaire
La mort de Sami Abu Diak, prisonnier politique palestinien
jeudi 28 - 10h34
de : librinfo74 via jyp
Greve du 5 décembre
jeudi 28 - 10h04
de : jean 1
ARGENTINE : Alberto Fernandez Président élu, refusera le crédit du FMI !
jeudi 28 - 10h03
de : JO
Gilets jaunes : les interdictions de manifestation, l’autre face de la répression
mercredi 27 - 13h11
1 commentaire
Le monarque se prépare-t-il à lancer ses brutes contre notre Jeunesse ?
mardi 26 - 23h50
de : JO
BOLIVIE : A lire absolument ce que nos médias aux ordres ne vous diront pas !
mardi 26 - 16h15
de : JO
1 commentaire
C’est quoi : un pognon de dingue ?
mardi 26 - 15h22
de : JO
On se crève au travail, que crève le travail !
mardi 26 - 12h26
de : jean1
1 commentaire
Culture dominante et perception du déshonneur
lundi 25 - 21h09
de : Christian DELARUE
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Quand l'argent d'un gouvernement dépend des banques, ce sont elles et non les chefs du gouvernement qui contrôlent la situation. Napoleon Bonaparte
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite