Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Mai 68 - De la généralisation de la grève au « protocole » de Grenelle
de : Lutte Ouvrière
lundi 19 mai 2008 - 20h26 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires

Lundi 13 mai 1968, la sympathie que le mouvement étudiant avait rencontrée après quelques jours de manifestations, l’indignation suscitée par les brutalités policières lors de la nuit des barricades, avaient amené l’ensemble des organisations syndicales et politiques se réclamant de la classe ouvrière à appeler à une journée de mobilisation et de grève nationale.

Ce jour-là, tout le pays s’arrêta. À Paris, un immense défilé rassembla, selon les chiffres avancés par la presse, un million de personnes entre la Gare de l’Est et la place Denfert-Rochereau. Pour la première fois depuis bien longtemps dans une manifestation de gauche, les drapeaux rouges dominaient et l’Internationale était reprise sans se lasser. Malgré les réticences de la direction de la CGT, les étudiants se mêlaient aux travailleurs. Le soir, la Sorbonne était occupée.

Les grèves s’étendent

Cependant les organisations syndicales avaient conçu cette journée du 13 mai comme une soupape devant diminuer la pression accumulée dans la classe ouvrière et dans le pays par la révolte étudiante. À cette journée du 13 mai, elles n’avaient ni annoncé ni prévu la moindre suite. Et pourtant, le lendemain 14 mai, la grève continuait à l’usine Sud-Aviation, à Bouguenais près de Nantes, où des débrayages avaient lieu depuis trois semaines sur des revendications de salaire et de diminution du temps de travail. Les travailleurs y décidaient d’occuper l’usine et de retenir le directeur et quelques cadres.

En quelques jours, la grève se répandit à travers tout le pays comme une traînée de poudre. Le 15 mai, l’usine Renault de Cléon, était occupée à l’initiative de jeunes ouvriers. Et puis tout s’enchaînait. Dès le 16 mai, le mouvement de grève illimitée avec occupation de l’usine s’étendait de proche en proche à Renault-Flins, Renault-Le Mans, puis Renault-Billancourt, aux portes de Paris.

Ces premières grèves, démarrées sans que les confédérations syndicales aient donné la moindre consigne, étaient suivies avec attention par tous ceux qui étaient encore au travail. Dans les usines, les cantines, les radios restaient allumées et les informations suivies avec attention. Les discussions sur la situation étaient incessantes, tous attendaient quelque chose.

Dans cette ambiance, les organisations syndicales et en particulier la plus influente, la CGT, décidaient enfin de prendre les devants, d’ouvrir les vannes. Elles n’appelèrent pas l’ensemble des travailleurs à la grève, mais afin de ne pas être débordées par la classe ouvrière, voire d’être débarquées si elles s’opposaient au mouvement, elles prirent l’initiative d’appeler à la grève, usine par usine, quand la vapeur semblait prête à faire exploser le couvercle. Elles appelaient aussi le plus souvent à l’occupation, mais en veillant à ce que le mouvement reste encadré par elles.

C’est que les mois qui avaient précédé mai 1968 avaient vu se dérouler, essentiellement en province, des conflits sociaux de longue durée, que les appareils syndicaux avaient eu bien du mal à contrôler. Et le Parti Communiste Français venait, dans ces premiers jours de mai, de perdre la plus grande partie de son crédit parmi les étudiants, en traitant les manifestants de « fils à papa » et de « provocateurs ». Il lui fallait absolument éviter de subir pareil sort dans la classe ouvrière.

La CGT prend le tournant des grèves

La CGT et derrière elle les autres centrales syndicales donnèrent donc le feu vert à leurs militants, dont beaucoup ne demandaient que cela, pour entrer en grève. Celles-ci prirent rapidement de l’ampleur. Le nombre de grévistes donné par la presse grossissait de jour en jour, voire d’heure en heure : le matin du vendredi 17 mai, la radio annonçait 100 000 grévistes, l’après-midi, 200 000 et dans la nuit, 300 000. Après Sud-Aviation et Renault, Hispano, Rateau, Babcock, Berliet, Rhône-Poulenc, Air France, la SNCF, le métro parisien, les chantiers navals de Saint-Nazaire, etc., etc., arrêtaient le travail. Lorsque De Gaulle rentra de son voyage en Roumanie, le samedi matin 18 mai, les grévistes étaient plus d’un million. Le soir, la presse annonçait deux millions de grévistes. Ils furent trois millions dans les jours qui suivirent. Le 20 mai, la grève continuait de s’élargir, englobant les pompistes, les taxis, les garçons de café, de multiples petites entreprises. Tout s’arrêtait.

Cependant, tout en appelant à faire grève et en disant qu’il fallait occuper les usines et les bureaux, les organisations syndicales utilisaient leurs militants et leur influence pour, immédiatement, s’assurer le contrôle de la situation. Dans la plupart des entreprises, les occupations furent bien plus le fait de l’encadrement syndical que des travailleurs du rang, elles revêtirent bien plus l’aspect d’une « protection de l’outil de travail » que d’une contestation du droit de propriété. Les appareils syndicaux purent le faire sans rencontrer trop de difficultés, parce qu’il n’y avait aucune organisation dans la classe ouvrière suffisamment influente pour contester leur politique et parce que l’immense majorité des grévistes leur faisait confiance, sans avoir conscience du rôle que jouaient ces appareils, qui ne voulaient surtout pas mettre la bourgeoisie en difficulté.

Le tournant des accords de Grenelle

Ainsi, dans bien des endroits, les travailleurs firent grève en restant chez eux, se contentant de venir régulièrement aux nouvelles avant de repartir et de laisser l’occupation de l’usine et les initiatives aux seuls dirigeants syndicaux. Ces derniers firent même tout ce qu’ils purent pour dresser une barrière entre les étudiants et les travailleurs, pour isoler ceux-ci de cette jeunesse des facultés et des lycées en pleine effervescence, d’où était parti l’élan de liberté, de discussion, de démocratie qui allait marquer mai 1968. Il leur fallait à tout prix empêcher que les idées révolutionnaires qui refleurissaient en mai 68 et enflammaient toutes les discussions pénètrent la classe ouvrière.

Après s’être mis quasiment partout à la tête des grèves, à travers parfois des « comités intersyndicaux de grève », les directions syndicales laissèrent le mouvement s’écouler. Mais ce n’était plus seulement les étudiants qui occupaient la rue et cette grève qui s’était généralisée à toute vitesse avait déclenché un vent de panique du côté du gouvernement et du patronat. Il fallait maintenant trouver le moyen de faire refluer cette vague qui avait submergé toutes les entreprises du pays.

Dès le samedi 25 mai, des négociations s’engagèrent donc dans la hâte au ministère du Travail, rue de Grenelle, entre représentants des confédérations syndicales, du patronat et du gouvernement, pour tenter de trouver une issue à la crise, un moyen de remettre au travail la classe ouvrière. On épilogua longtemps pour savoir si, à la fin de cette réunion, un « accord » avait été signé entre les différents négociateurs. Le secrétaire général de la CGT, Georges Séguy, le nia... après que le contenu du « protocole de Grenelle » eut été hué par les travailleurs de Boulogne-Billancourt auxquels il était venu le présenter. Mais quoi qu’il en soit, Grenelle allait être un coup de poignard dans le dos du mouvement gréviste. Car à partir de ce moment-là les directions confédérales émiettèrent le mouvement, en disant qu’il fallait désormais négocier branche par branche, voire entreprise par entreprise.

Après Grenelle, la grève générale n’allait plus être que la juxtaposition de grèves locales. Mais elle allait encore durer trois semaines.

Lucienne PLAIN



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Mai 68 - De la généralisation de la grève au « protocole » de Grenelle
19 mai 2008 - 21h37 - Posté par Canaille le Rouge

Les faits sont têtus quel que soit la façon de réécrire l’histoire.
le film et les enregistrements sonores du meeting de Billancourt démontrent si besoin est la lecture "exotique" de notre correspondante "docteur es insurrection prolétarienne".

Il est vrai que l’implantation quasi préférentielle des gens de LO dans FO ou la CFDT, du Crédit Lyonnais à Billancourt n’a pas aidé à les rendre crédible durant les grèves du printemps 68.

J’hésite toujours entre le fou rire et la consternation quand j’entends ou lis ces cotisants militants de Chérèque ou Bergeron crier "CGT trahison".

C’est comme si Robert Hue qualifiait un cheminot gréviste de gauchiste. Oh, pardon, celle là, il l’a fait lui aussi en 99.



Mai 68 - De la généralisation de la grève au « protocole » de Grenelle
12 août 2012 - 15h00 - Posté par Giléo

Si tu trouves pertinente l’analyse de l’article, tu as aussi le droit de ne pas te reconnaître dans la façon de militer de Lutte Ouvrière...

Par contre leur reprocher d’être dans tel ou tel syndicat ça implique que selon toi il existe UN syndicat "mieux" que les autres, puisque FO ou CFDT ce n’est pas "bien", et alors il faut expliquer lequel et pourquoi.

Et puis "les gens de LO" comme tu dis, ont certainement "tous les torts", mais pas celui de soutenir les directions syndicales françaises, Chérèque ou Bergeron en tête, ou de relayer leurs politiques de co-gestion.

Pour des militants révolutionnaires qui veulent créer un parti dans la classe ouvrière (et non pas un syndicat), c’est peut-être juste plus facile d’être dans une section syndicale qui ne virent pas les militants critiques....


Mai 68 - De la généralisation de la grève au « protocole » de Grenelle
12 août 2012 - 20h33 - Posté par A.C

Et puis "les gens de LO" comme tu dis, ont certainement "tous les torts", mais pas celui de soutenir les directions syndicales françaises, Chérèque ou Bergeron en tête, ou de relayer leurs politiques de co-gestion.

C’est la meilleure !

Je vais la faire suivre à l’ex copine retraitée.., recordwoman des candidates aux Présidentielles..... qui , pendant qu’avec mes copains de la CGT on se farcissait les Banquiers et leurs complices des syndicats-voyous de latribu "Stylos agiles" , (quand je collectionnais les avertissements pour distrib de tracts cocos ou vente de l4Huma Dimanche dans les locaux dela BNP...)
.................................n’avait pas trop de mal à faire en sorte que les miltants FO/LO du Crédit Lyonnais trustent les "permanences" et pour certains, quittent un jour la taule sans même savoir la différenc eentre un chèque et un virement !!!

Mais avec la signature de leur Fédé F.O... au bas d’accords (comme celui de 93) qui ont conduit à amputer ma retraite d’au moins 400 Euros ce jour !

Tu me diras : à la CGt aussi, au PC aussi, il ya eu -il y a encore- des tristes sires ;
Exact et j’ai plus de respect pour un militant FO intègre que pour tel ou tel dirigeant de laFédération CGt desBanques et assurances..ou du Commerce !

Mais ton certificat de pureté révolutionnaire décerné à LO de façon aussi globale, excuse moi : je rigole !!

Si ça t’intéresse, un jour, de savoir ce qu’est vraiment L.O , le mieux c’est de demander à quelques uns de ses ex dirigeants, virés par Arlette, et qui aujourd’hui sont au NPA après être entrés à la LCR...

Il y a quelques bordelais de ma connaissance, militants CGT des Hopitaux notamment, qui te "causeront" mieux que moi de ce que LO trimballe comme casseroles du"double langage !"
Tiens voilà comment ils relataient leur exclusion par Mamy Arlette

http://membres.multimania.fr/vdt/br...

Cordialement

A.C

Qui n’est pas près d’oublier en ces mois ou le Capital cogne dur en se servant de tous ces outils "européens" que LO , par sa lâche abstention, a permis la victoire du OUI à Maasstrich, le OUi du Ps,de la Droite et du MEDEF...

D’ou mon "amusement" devant ton commentaire...


Mai 68 - De la généralisation de la grève au « protocole » de Grenelle
12 août 2012 - 15h59 - Posté par luis

LA GRÈVE GÉNÉRALE MAI-JUIN 1968 EN FRANCE
Quelle actualité pour les révolutionnaires ?

Jean-François Cabral et Charles Paz
http://orta.dynalias.org/inprecor/a...






ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
14 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
22 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1
double face
jeudi 10 - 12h01
de : jean 1
1 commentaire
Appel à Manifestation samedi 12 octobre à Saint-Victor
mercredi 9 - 22h05
de : AMASSADA
Détruire le capitalisme avant qu’il ne nous détruise (à propos de Lubrizol)
mardi 8 - 23h50
de : nazairien
3 commentaires
On nous cache tout, on nous dit rien :Frais d’obseques des deputes et de toute leur famille payes par nos impots (vidéo)
mardi 8 - 23h05
de : nazairien
LES BESOINS ARTIFICIELS - Comment sortir du consumérisme
mardi 8 - 17h23
de : Ernest London
11 commentaires
Le Maquillage Vert du Capitalisme ne change pas son essence prédatrice
lundi 7 - 23h02
de : Cecilia Zamudio
Emission - Lubrizol – Enfumage chimique. Enfumage médiatique. Enfumage étatique.
lundi 7 - 16h59
de : Emission Polémix et La Vox Off
Sur les Gilets Jaunes, l’État et le fascisme – lettre d’Antonin Bernanos
lundi 7 - 16h06
de : jean 1
Ami entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne : L’Europe nous supprime la faucille ! Et le marteau ! ...
lundi 7 - 15h07
de : nazairien
1 commentaire
Réformes des retraites : depuis 1993 l’âge de départ et le montant des pensions reculent
lundi 7 - 07h50
1 commentaire
TROIS "I" en même temps !
dimanche 6 - 21h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Rencontre nationale des communes libres et des listes citoyennes
dimanche 6 - 21h42
de : commercy par invités de médiapart
La “surprise” de l’acte 47 des GJ : l’occupation du centre commercial Italie2 (vidéo)
dimanche 6 - 11h11
de : nazairien
4 commentaires
Un féminisme accusé de contrôle du corps des femmes
dimanche 6 - 02h31
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Le communautarisme du Rassemblement National - RN (ex FN).
dimanche 6 - 02h21
de : Christian DELARUE
confirmation expulsion appel à convergence
samedi 5 - 22h27
de : AMASSADA
Acte 47 Toulouse et violences à AMiens
samedi 5 - 21h51
de : https://www.frontsocialuni.fr/les-luttes-invisibles/
Une lobbyiste de la pollution au coeur de la convention pour le climat
samedi 5 - 21h39
de : Gaspard D’Allens REPORTERRE
Christine Renon : marée humaine quand l’Éducation Nationale ne veut pas de vague
vendredi 4 - 14h32
Les palettes : Il n’aurait jamais dû signer...
vendredi 4 - 10h22
LA MANIFESTATION CLIMAT DU 21 SEPTEMBRE A-T-ELLE ÉTÉ INFILTRÉE PAR LE BLACK BLOC ?
jeudi 3 - 22h36
de : jean 1
Alexandre Langlois réagit à l’attaque au couteau à la préfecture de police de Paris (vidéo)
jeudi 3 - 20h25
de : nazairien
Une corrompue de plus, comme commissaire européen : Emplois fictifs : « I’m clean », se défend Sylvie Goulard
jeudi 3 - 17h54
de : nazairien
3 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Les statistiques : la seule science qui permette à des experts utilisant les mêmes chiffres de tirer des conclusions différentes. Evan Esar (1899-1995), humoriste américain.
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite