Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Le locuteur est un enculé et le locuté est électrifié
mercredi 4 juin 2008 - 16h48 - Signaler aux modérateurs

On devrait nommer mythomanie le fait d’accuser autrui de ce dont il n’est pas responsable.
Mais si ce caractère lui a été imposé par la force, du coup il sera préférable de nommer cela du cynisme.
Et si enfin ce caractère est imposé par le locuteur lui-même, alors dans ce cas on dira que c’est de la folie.

Dans tous les cas il s’agit d’une forme de folie mais au fur et à mesure qu’on incrémente ce qui fait contexte à une condamnation, on voit défiler tout un spectre de la folie, ainsi nommée seulement à la fin.

Dans tous les cas le locuteur est un enculé, mais regardons plutôt l’effet induit chez le locuté.
Il ne s’agit pas pour lui d’aboutir à ces conclusions pragmatiques sur un ton dépassionné, ces conclusions, sont le fruit de l’analyse d’après-guerre. Ce sont des commentaires, ou même, les dénominations les plus parlantes de l’analyse.

Quand un tel commentaire est le produit de toutes les directions prises par la pensée depuis l’émission de la bêtise, forcément il se place de façon extérieure et englobante à ce qu’il veut décrire.
Ceci est le fruit de la pensée et de la conscience.

Mais précisément ceci était aussi utilisé comme arme au moment de l’émanation défectueuse, un discours ou une politique, basés sur des conceptions fallacieuses.
Car quand l’orateur débile affirme ses accusations, la première posture dans laquelle il se positionne pour pouvoir clamer son verbiage est toujours celui d’une lourde distanciation, vécue par lui-même comme une externalisation d’ordre scientifique et atemporelle.
Alors que cette distanciation, en réalité, ne peut s’affranchir du temps auquel elle appartient, et encore moins de la débilité du cerveau dans laquelle elle a été conçue.

De même, l’orateur lui-même aura toujours du mal à admettre sa propre débilité, alors pourtant qu’avec le temps il est possible qu’il finisse par y consentir.
Le syndrome du "j’ai changé" est précisément un genre de posture morale qui admet sa précédente débilité, et qui pense qu’il suffit d’y mettre de la distance pour se croire dans un abris tel que serait celui de l’externalisation.

-

Revenons à l’effet produit sur le locuté, électrocuté par des paroles futiles. Comment cela se fait-il ?
Eh bien logiquement, tel que nous l’avons vu, le locuteur se croit extérieur, c’est à dire qu’il ne l’est pas en réalité, ce que le locuté voit très bien, et précisément, c’est ça qui l’effraie.

En voyant la frayeur du locuté, le locuteur n’hésite jamais à en rajouter une couche, pensant ainsi enfoncer le clou, en faisant tomber le sabre de son autorité sur le locuté.

Les gens, eux, sont du côté du vainqueur.
Mais comme le vaincu est en réalité dans le même camp que celui où croient ne pas être les accusateurs et leurs subordonnés, il s’avère que le coup peut être analysé, selon une vraie posture extérieure, comme un coup asséné à soi-même.

En vérité à chaque mensonge, chaque accusation fallacieuse, chaque coup porté même au travers des sous-entendu revêt une énergie-virus, qui prouve qu’elle est à l’œuvre, prête à se glisser partout où la réflexion et l’humanisme n’aura pas été établir le domaine de son étude morale et dépassionnée.

C’est tels des émissaires de l’intelligence que les aventuriers doivent diriger leur focus sur les problématiques les plus porteuses de désordre. De la même manière qu’il y a la croix rouge pour la médecine, la croix bleue pour l’alimentation, il faudra encore aussi une croix verte pour les analystes envoyés par les Sages, employés à ordonner les énergies à l’œuvre.

-

On peut nommer mensonger le fait qu’un propos soit tenu en se plaçant dans un contexte pour lequel il n’a pas été conçu.
Comment cela peut-il se faire ? demandera le témoin naïf de l’affaire, simplement, comme nous l’avons bien remarqué, que les propos tenus sont souvent rabâchés, et dès lors, le contexte dans lequel ils sont utilisés, ne peut jamais être identique, et même, il tendra à s’assécher.

Il ne reste qu’une structure de vérité, appliquée à des contextes inappropriés, du moins à des contextes qui n’auraient jamais pu donner naissance à de si beau dictons, ou qui n’en n’ont pas d’autre besoin, que celui de l’affirmation de l’autorité du locuteur.

La savoir est une technologie et ce qui compte n’est pas la quantité de puissance dégagée par un dicton destiné à rallier le maximum de neurones à sa cause, mais la pertinence avec laquelle il sera postérieurement jugé finement approprié à la situation ; ce dont seul l’esprit peut juger et non la masse.

Imaginons le locuteur qui présente son argument tel une badge avec écrit "CIA" dessus, laissant bien entendre que le "I" signifie l’intelligence à laquelle il est relié, et pour le moins, ainsi positionné de façon pseudo-extérieure. Ce gars-là par exemple explique avec son argument définitif que toute une troupe d’autres gars comme lui sont prêts à venir confirmer à quel point il a raison. Le badge, finalement, prend une signification qui tourne comme le vin au vinaigre, comme la preuve de la vérité de son discours, dont le discours lui-même peut s’exempter. Non seulement le discours, non analysé comme fallacieux ou non, est d’avance présenté comme implacable et irréductible, mais en plus la présentation du "badge" (symbolique) qui est asséné comme un Joker, est en somme une tricherie.

Et là on voit comme le locuté peut être interloqué en discutant avec des gens qui présentent des badges super-brillants afin de conforter la moindre de leur émanations, extirpés avec douleur d’un cerveau atrophié par des années et des années de cette pratique virusée.

De là on pourra observer combien de ces badges sont en circulation, en réalité, des élixirs de la science qui sont détournés de leur fondement, et appliqués de façon impropre jusqu’à ce que l’inanité finisse par s’emparer de ces arguments ; y compris même pour le contexte seul valable d’où il est né.

On pourra même objecter que toute discussion avec des politiciens est perdue d’avance tant il est certain que chacun va rentrer chez lui après ça, tant il est certain que le politicien ne risque rien.

-

Dès lors le commentateur extérieur peut se demander, si celui qui se croit à l’abris et à l’extérieur, croit ne rien risquer, pourquoi aurait-il peur de l’affrontement des arguments ?

Eh bien encore une fois la logique est dans le discours, celui qui se croit à l’abris a bien une part de lui-même qui sait qu’il ne l’est pas. De plus, comme nous l’avons remarqué, les arguments-badgés qu’il croit approprié de sortir pour défendre n’importe quelle affirmation, ne sont pas illimités, ils risquent de s’entrechoquer et peut-être ainsi, sans faire exprès, d’envoyer un éclairage involontaire sur les soubassements d’une fondation morale complètement laissée à l’abandon.

Certains parmi même les historiens diront de Sarko comme de Hitler qu’il était un génie à sa manière, d’être capable de jongler ainsi avec les badges chromés, suffisamment pour embrouiller l’esprit de ses interlocuteurs le temps de passer des coups en douce.

Et sans doute il faudra encore quelques autres générations d’historiens supplémentaires pour affirmer en toute quiétude l’ampleur catastrophique de cette technique d’usurpation de la vérité, enseignée à coup de matraques verbales de toutes parts et en tous lieux, toute la journée, comme un bain duquel on n’imagine pas qu’il soit possible de s’extirper.

8119
 http://w41k.info/17476



Imprimer cet article





A propos de « l’islamophobie douce »
dimanche 22 - 23h16
de : Christian DELARUE
Le "média" , nous propose dans une courte vidéo, l’acte 45 à Paris avec la convergence des luttes
dimanche 22 - 21h49
de : nazairien
1 commentaire
UN CAR PARIS-LANNEMEZAN POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH !
dimanche 22 - 19h38
de : jean clément
Manifestations Climat et Gilets Jaunes : Paris sous tension (vidéo)
dimanche 22 - 18h50
de : nazairien
7 commentaires
IMMIGRATION : refuser le duo-duel dégoûtant de Macron et de Le Pen ! Tous ensemble en même temps dans les luttes !
dimanche 22 - 18h26
de : jodez
La "flicaille" hors controle, n’entame pas, la détermination du peuple en colère (vidéo)
dimanche 22 - 18h10
de : nazairien
3 commentaires
Mardi 24 sept 2019 à 13h45 Soutien Vincenzo Vecchi
dimanche 22 - 17h44
de : fabiola
« Gazés en plein visage », un couple de touristes est évacué des Champs-Elysées
dimanche 22 - 17h18
de : joclaude
A propos des franchouillards dans les manifs.
dimanche 22 - 17h09
de : Christian DELARUE
2 commentaires
LA PEUR DU PEUPLE - Agoraphilie et agoraphobie politiques
dimanche 22 - 10h57
de : Ernest London
1 commentaire
Gilets jaunes : un acte 45 réussi ? L’avis de Faouzi Lellouche (vidéo)
dimanche 22 - 02h22
de : nazairien
4 commentaires
Marche du 21 sept à Paris : 1 km et lacrymos |
samedi 21 - 20h12
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Gilets-Jaunes - Acte 45 - Dès ce matin mobilisation massive à Paris !
samedi 21 - 11h21
de : joclaude
C3H8NO5P
vendredi 20 - 20h51
de : L’iena rabbioso
LIBERTE POUR VINCENZO VECCHI
vendredi 20 - 18h39
La liste des 11 membres du gouvernement à avoir « oublié » des biens dans leur déclaration de patrimoine
vendredi 20 - 17h20
de : joclaude
La France équipe les troupes égyptiennes soupçonnées d’exactions dans le Sinaï
vendredi 20 - 14h11
de : joclaude
2 commentaires
TROIS QUESTIONS À CORINNE MOREL DARLEUX à propos de PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE
jeudi 19 - 09h40
de : Ernest London
1 commentaire
Climat : comment les syndicats préparent-ils la grève du 20 septembre ?
jeudi 19 - 08h46
1 commentaire
D’aucun devrait apprendre que nous vivons un monde Multipolaire et non plus unipolaire !
mercredi 18 - 17h02
de : joclaude
Assez cautionné le « dialogue social » bidon avec le gouvernement et ses représentants !
mercredi 18 - 13h26
de : Jodez
3 commentaires
Urgence pour l’Hôpital ! Urgence totale des luttes sociales !
lundi 16 - 22h07
de : Lepotier
ACTE 44 des Gilets Jaunes : Les BRUTES de macron à l’oeuvre ! (video)
lundi 16 - 19h17
de : joclaude
2 commentaires
Les "affaires" en régime macronien ! Vertueuse prédiction : Plus jamais ça ?
lundi 16 - 11h59
de : joclaude
2 commentaires
Venezuela : les très gênantes photos de Guaidó en compagnie des narco-paramilitaires colombiens
lundi 16 - 10h45
de : Olivier Arendt
Les sous-traitants du nucléaire en grève le 18 septembre contre le dumping social
lundi 16 - 08h11
DÉCÈS D’UN TORTIONNAIRE EN ALGÉRIE.
dimanche 15 - 15h17
de : Transmis par Nuits de septembre 1965
Que la Terre nous sauve.
samedi 14 - 13h27
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Mesures Buzyn, c’est du Coluche : Dites nous ce dont vous avez besoin, nous vous dirons comment vous en passer (vidéo)
samedi 14 - 13h12
de : nazairien
1 commentaire
MANIFIESTA 2019 - C’est l’heure de l’mettre !
samedi 14 - 11h47
de : Hdm
Patrick Balkany, proche de Sarkozy, condamné à 4 ans de prison ferme et incarcéré (vidéo Verdi)
vendredi 13 - 16h16
de : nazairien
10 commentaires
Les corbeaux , les vautours en passe de disparaître ?
jeudi 12 - 20h12
de : joclaude
1 commentaire
Réaction de LFI après la diffusion des images de Quotidien sur le jour des perquisitions (video)
jeudi 12 - 12h38
de : LFI
40 minutes d’images cachées : le coup monté médiatico-judiciaire contre LFI (video)
jeudi 12 - 08h57
de : L’Ère du peuple
1 commentaire
Je suis prêt ! « Et ainsi de suite… »
jeudi 12 - 08h44
de : Jean-Luc Mélenchon
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 - 08h41
de : Info’Com-CGT
Grèce : l’expérience autogestionnaire des Viome menacée
jeudi 12 - 08h04
Le Val-de-Marne, premier département de France à bannir le glyphosate
mercredi 11 - 09h40
de : Agnès Vives
2 commentaires
Perquisition chez Mélenchon... Un autre son de cloches (video)
mercredi 11 - 09h01
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 - 07h51
de : Roberto Ferrario
2 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Ce que vous faites peut paraître insignifiant, mais il est très important que vous le fassiez. Gandhi
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite