Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Cesare Battisti : En devançant l’horloge
de : Robert Solé
mardi 18 mai 2004 - 13h16 - Signaler aux modérateurs

Chronique du médiateur, par Robert Solé

LE MONDE

Il est 12 h 30 environ, mardi 4 mai, quand le ministre de l’économie et des finances, Nicolas Sarkozy, commence une conférence de presse très attendue à Bercy. A quelques centaines de mètres de là, les premiers exemplaires du Monde sont déjà sortis des rotatives d’Ivry, avec cette manchette péremptoire : "Toutes les mesures du plan Sarkozy pour redresser l’économie française".

Comment le journal pouvait-il deviner ce qu’allait dire le ministre ? Don de voyance ? Fraude sur la marchandise ? Ou simple exercice de gymnastique informative pour devancer l’actualité ? C’est évidemment la troisième explication qui est la bonne, avec tout ce qu’elle suppose de chasse aux nouvelles, de savoir-faire professionnel... et de risques.

Contrairement à la quasi-totalité de ses confrères français, Le Monde n’est pas un quotidien du matin, mais du soir, ou plutôt de la mi-journée. Si le décalage horaire l’avantage pour les nouvelles en provenance d’Amérique, il est pénalisé pour tout ce qui concerne l’Europe : ce n’est jamais la nuit que se tiennent les conférences de presse ou que sont rendus publics les verdicts, les nominations et les opérations financières.

"Nous ne faisons ni un hebdomadaire ni un mensuel, mais un quotidien, dont le rôle est d’abord de donner les nouvelles du jour, remarque Edwy Plenel, le directeur de la rédaction. Donner tout ce qui doit être donné... Notre heure de sortie nous soumet à une double temporalité : il faut rendre compte à la fois de ce qui s’est passé et de ce qui va se passer. Pour être complet, Le Monde, qui est en vente jusqu’au lendemain soir, doit être le premier."

Chaque mercredi, le conseil des ministres, réuni en fin de matinée, à l’heure du bouclage, contraint le journal à jongler avec l’information. Pas question d’attendre le lendemain pour en rendre compte. Car les lecteurs de province n’en auraient alors connaissance que le surlendemain. Là, il ne s’agit plus d’être en avance sur les confrères, mais de ne pas être en retard. D’où un exercice compliqué, qui consiste à anticiper sans se tromper. Au conseil des ministres, rien n’est acquis : jusqu’à la dernière minute, une surprise est possible. Le Monde écrira tout ce qu’il sait, mais avec une prudence de Sioux : Untel "devait être nommé", tel projet de loi "devait être adopté"...

Pour la conférence de presse de Jacques Chirac, le 29 avril en fin de matinée, le journal avait pu obtenir la déclaration liminaire sur l’Europe que ferait le chef de l’Etat, et il l’a publiée dans son intégralité. C’était une manière de devancer l’actualité, tout en offrant aux lecteurs une exclusivité.

Nicolas Sarkozy, lui, a peaufiné jusqu’au dernier moment ses mesures, en liaison avec l’Elysée et Matignon. Après avoir fait le siège de son entourage, Le Monde a pu en avoir connaissance. Et il les a publiées, avec les précautions d’usage. L’article principal passait insensiblement du conditionnel au passé composé et au présent, selon une technique propre à la presse, qui ferait hurler un correcteur de dissertation française. On y lisait successivement que Nicolas Sarkozy "devait tenir une conférence de presse", qu’il "ne s’est pas contenté d’annoncer une vingtaine de mesures", qu’il "refuse de se laisser piéger par l’alternative dans laquelle certains dirigeants chiraquiens rêvaient de l’enfermer"et que, "prenant ses détracteurs à contre-pied, il a présenté un plan économique jouant sur un tout autre registre, celui de la rigueur, mais sans intégrisme".

De telles anticipations supposent un rapport de confiance entre les journalistes et leurs informateurs. Une rencontre d’intérêts aussi : si les premiers sont toujours à l’affût d’informations exclusives, les seconds jugent parfois utiles de les diffuser. Mais il arrive que les médias se heurtent à un mur ou se fassent piéger par de complexes stratégies de communication : par exemple, lors des différentes phases de la procédure budgétaire, où les chiffres ne sont pas vérifiables immédiatement.

Le journal était bien informé sur la conférence de presse du ministre de l’économie. Les mesures qu’il a annoncées par anticipation sont celles que M. Sarkozy devait détailler peu après. Dans son numéro suivant, Le Monde s’est contenté de rendre compte de l’ambiance de la conférence de presse, des questions des journalistes, des réponses du ministre et des réactions politiques. On aurait pourtant aimé un rappel - cette fois au présent, à l’affirmatif - des mesures annoncées. C’est souvent l’inconvénient de l’anticipation : ayant tout dit par avance, le journal ne se sent plus obligé de le redire quand l’événement a eu lieu. Un lecteur qui aurait manqué le numéro de la veille ne saurait pas exactement ce qu’a décidé M. Sarkozy.

Le Monde avait été moins bien inspiré le mois dernier en annonçant que Renaud Dutreil était nommé ministre de la justice dans le nouveau gouvernement Raffarin. L’article ne se contentait pas de donner cette (fausse) nouvelle, mais en soulignait la signification politique. Le lendemain, un rectificatif était publié, avec cette explication : "A 10 heures, mercredi matin, de bonnes sources, recoupées, y compris dans l’entourage du ministre, nous avaient affirmé que l’ex-secrétaire d’Etat aux PME avait été choisi pour remplacer Dominique Perben dans le gouvernement Raffarin III. Mais M. Perben, tenté par le ministère de la défense et pressenti pour les affaires sociales, a finalement fait part dans la journée de son souhait de conserver son poste. M. Dutreil a été averti par téléphone vers 14 heures, mercredi, qu’il n’obtiendrait donc pas ce ministère mais celui de la fonction publique et de la réforme de l’Etat."

Une solution simple serait évidemment d’attendre que l’événement ait eu lieu pour en rendre compte. Mais le média qui se contenterait de cette formule confortable perdrait peu à peu des lecteurs, qui iraient voir ailleurs. La chasse aux nouvelles, sinon aux scoops, fait partie intégrante du métier de journaliste. Il est légitime de vouloir être le premier à publier une information, à condition que celle-ci soit vérifiée : un retard vaut toujours mieux qu’une erreur.

Ces dernières années, Le Monde a beaucoup développé son souci d’être le premier - et de le souligner. La formule " Le Monde révèle" (qui agace de vieux lecteurs, habitués à plus de retenue) a fait son apparition dans les titres de première page : "Le Monde révèle le contenu du rapport sur les abus de l’intermittence" (15 janvier), "Le Monde révèle" la nature des inspections dont avait fait l’objet l’avion accidenté de Flash Airlines (17 janvier), "Le Monde révèle" la baisse de la délinquance dans les arrondissements parisiens (2 février), comme il "révèle" la teneur de la lettre sur le dopage adressée aux responsables du cyclisme français (12 février) ou les courriels échangés entre Vivendi et la Deutsche Bank (31 mars)...

L’anticipation ne se limite pas évidemment à des révélations. Elle relève aussi de l’analyse : ces derniers jours, par exemple, le journal s’est empressé de mettre en exergue les tortures et humiliations survenues dans les prisons irakiennes, pressentant qu’elles auraient d’énormes conséquences politiques.

Au-delà de l’actualité quotidienne, l’anticipation suppose d’ouvrir les yeux et de tendre l’oreille, sans parti pris, pour saisir l’air du temps et déceler des évolutions sociales. "La France s’ennuie", écrivait Pierre Viansson-Ponté dans Le Monde du 15 mars 1968. "L’ardeur et l’imagination sont aussi nécessaires que le bien-être et l’expansion." Deux mois plus tard, la France s’embrasait, comme pour faire écho à ce brillant analyste qui, au fil de ses chroniques, avait su donner au mot "observateur" sa véritable dimension.

http://www.lemonde.fr/web/article/0...



Imprimer cet article





Précarité étudiante : le cinq décembre dans toutes les têtes
mercredi 13 - 18h37
GILETS JAUNES Acte 52 à Montpellier : La terreur bleue !
mardi 12 - 16h26
de : JO
CES 600 MILLIARDS QUI MANQUENT À LA FRANCE
mardi 12 - 12h16
de : Ernest London
BOLIVIE ! Processus électoral électronique mis en cause !
mardi 12 - 11h32
de : JO
1 commentaire
Pour poser de nouveaux jalons de laïcité
mardi 12 - 01h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Intervention de Michèle Sibony, au nom de l’UJFP, à la manifestation du 10 novembre contre l’islamophobie
lundi 11 - 23h23
de : Chantal Mirail
6 commentaires
L’appel à manifester des sous-marins jaunes
lundi 11 - 21h09
de : jean1
Rassemblement contre la précarité étudiante dans toute la France le mardi 12 novembre
lundi 11 - 20h50
de : jean1
La terre a tremblé de Cruas à Tricastin ; Allo vous m’entendez ?
lundi 11 - 15h40
de : le fou du roi nucléaire pour coordi SudEst
1 commentaire
Gauche SERVILE ou gauche INDOCILE face aux intégrismes religieux
lundi 11 - 11h53
de : Christian DELARUE
5 commentaires
Coup d’Etat en Bolivie :Les syndicats annoncent un siège et donnent 48 heures à Camacho pour quitter La Paz
lundi 11 - 11h13
de : JO
2 commentaires
L’Europe doit cesser d’investir dans l’industrie du génocide
dimanche 10 - 22h29
de : DAIARA TUKANO via Christine Prat
ISLAMOPHOBIE : du SENS STRICT au SENS LARGE
dimanche 10 - 17h42
de : Christian DELARUE
8 commentaires
Le voile est-il une obligation religieuse ?
dimanche 10 - 17h22
de : Mohammed Chirani
5 commentaires
Comprendre l’instrumentalisation du féminisme à des fins racistes pour résister
dimanche 10 - 17h07
de : Lisbeth Sal et Capucine Larzillière 15 septembre 2011
3 commentaires
MRAP : La lutte contre la haine doit être unitaire
dimanche 10 - 00h01
de : Christian D (CN - MRAP)
4 commentaires
Riposte populaire face à l’islamophobie
samedi 9 - 19h00
de : jean1
8 commentaires
Montpellier : Un Acte 52 des Gilets Jaunes marqué par plusieurs blessés et de nombreuses interpellations
samedi 9 - 17h42
de : jean1
PECO : Hypocrisie du bloc pro-capitaliste
samedi 9 - 16h06
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Combattre le fémonationalisme
samedi 9 - 13h08
de : Chantal Mirail
8 commentaires
Retraites à points : les salariés du privé ont tout à y perdre
samedi 9 - 08h53
Les "zélites" , qui détruisent la France sont responsables : à Lyon : un étudiant stéphanois s’immole par le feu
samedi 9 - 01h51
de : nazairien
4 commentaires
Épuration, recyclages et (grandes) compagnies... - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 8 - 22h49
de : Hdm
GILETS JAUNES TOULOUSE : ACTE 51 (video)
vendredi 8 - 15h36
de : JO
LA PETITE MAISON DANS LA ZERMI - Chroniques d’un saisonnier de la misère
vendredi 8 - 12h13
de : Ernest London
Les PECO : déception d’un capitalisme pur et dur et souci de penser encore une alternative
jeudi 7 - 22h10
de : Christian DELARUE
4 commentaires
Sarkozy, mais en mieux.
jeudi 7 - 16h59
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Vol, pillage des ressources naturelles de la planète : Partout là où sont encore présentent les multinationales !
jeudi 7 - 16h04
de : JO
Casser les deux communautarismes, le dominant et le dominé.
mercredi 6 - 23h59
de : Christian DELARUE
2 commentaires
LE VOILE, CHIFFON ROUGE OU TORCHE-CUL ?
mercredi 6 - 19h28
de : Nemo3637
8 commentaires
Un blessé grave de plus dans les manifs. des Gilets Jaunes !
mercredi 6 - 15h27
de : joclaude
Ces entreprises qui empochent les milliards du CICE en licenciant
mercredi 6 - 08h22
Communiqué du PRCF (Pôle de Renaissance Communiste en France) à l’occasion du 30ème anniversaire de la fin de la RDA
mercredi 6 - 06h09
de : jodez
7 commentaires
Double tiers-mondisation intérieure : sociale, territoriale.
mardi 5 - 22h42
de : Christian DELARUE
Usine Biopole d’Angers : les leçons d’un fiasco industriel
mardi 5 - 20h01
de : Christian Haroble
NOTRE ENVIRONNEMENT SYNTHÉTIQUE - La Naissance de l’écologie politique
mardi 5 - 11h38
de : Ernest London
Brésil : un défenseur de la forêt amazonienne de la tribu Guajajara tué
lundi 4 - 19h02
de : élian
artiste lili-oto exposition sur les gilets jaunes
lundi 4 - 14h48
de : lili-oto
1 commentaire
L’Assemblée des Gilets Jaunes vote la jonction à la grève du 5 décembre 19
dimanche 3 - 16h08
de : joclaude
5 commentaires
Qu’ils soient de gauche ou de droite...
dimanche 3 - 14h08
de : jean1

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Nul n'est plus esclave que celui qui croit à tort être libre. Goethe
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite