Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Voici le plan B pour l’Europe : La Constituante
de : Jan Buelinckx - Frans Leens
mardi 10 juin 2008 - 10h45 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

Voici le plan B pour l’Europe : La Constituante

Date 3/6/2008 9:40:00

Les Irlandais seront les seuls citoyens européens à donner leur avis sur le Traité de Lisbonne le 12 juin. Malgré le battage médiatique et politique le Oui est loin d’être sûr de gagner. Les politiques vont à nouveau nous dire qu’il n’y a pas de plan B, pas d’alternative à la direction de l’Europe par l’oligarchie financière et politique confirmée par la Constitution européenne et resservie par le Traité de Lisbonne. Il y a un plan B, c’est de reconstruire l’Europe avec tous les citoyens. Elire une Constituante qui rédigera une Constitution à ratifier par un référendum dans chaque pays de l’Union.

Lisez ici le plan B, donnez votre avis et commençons à rédiger les cahiers de doléances.

Voici le plan B pour l’Europe : La Constituante

Quel bilan pour l’Europe aujourd’hui ?

Pendant longtemps, la construction européenne a été vue d’un œil bienveillant par la plupart des Européens. La paix est assurée entre les pays membres. Les nouveaux membres ont rapidement tiré bénéfice de leur intégration dans la Communauté, puis l’Union. Le drapeau, l’hymne puis la monnaie ont donné le sentiment d’appartenance à un espace de paix et de prospérité. Les voix critiques qui émergeaient ici ou là étaient quasiment inaudibles ou incomprises.

Le débat sur la Constitution européenne a mis en lumière le vrai visage de l’Europe

Les altermondialistes (ATTAC, Forum social…) mobilisaient depuis longtemps sur le danger la mondialisation du libre échange. Cette mondialisation s’est d’abord fait sentir dans les pays en voie de développement toujours en attente de développement, ou par les crises financières en Thaïlande ou en Argentine. Mais tout cela se passait sans beaucoup d’impact sensible pour les Européens. Au même moment que le débat sur la Constitution européenne (2004-2005), les premiers effets de la mondialisation se sont fait sentir en Europe par les vagues de délocalisations et la montée de la Chine comme usine du monde. L’Europe avait abandonné toute protection de son industrie par l’abandon des barrières douanières au nom du libre échange mondialisé, de la concurrence libre et non faussée.

Mondialisation du libre-échange organisée par l’Europe

En fait, le libre-échange mondialisé n’est pas un phénomène naturel : c’est l’Europe qui l’a mis en place avec les USA. Les Européens souffrent maintenant des délocalisations. Cette pratique s’est répandue afin de produire ailleurs à moindre coût social et écologique comme c’est le cas en Chine où les conditions sont déplorables. En plus, la menace de délocalisation est souvent utilisée pour faire pression sur les salaires en Europe.

Résultat : Creusement de l’écart entre riches et pauvres

La politique économique et sociale mise en place par les Institutions européennes a abouti à maintenir un important chômage de masse. Les emplois offerts aujourd’hui le sont de plus en plus avec des contrats temporaires et/ou à temps partiel. Si le chômage baisse un peu ces derniers mois, c’est grâce essentiellement à ces emplois précaires que les chômeurs peuvent de moins en moins refuser. En Europe, la concurrence sociale s’installe : des entreprises de pays à faible protection sociale (et donc moins chères) peuvent être actives dans les pays où les travailleurs sont mieux protégés. Par exemple, en 2008, deux décisions de la Cour de justice européenne ont obligé les Suédois d’un côté et les Allemands de l’autre à accepter chez eux des entreprises étrangères de pays à bas salaires (Estonie et Pologne) sans que ces dernières aient à respecter le droit social local. Ces mesures et bien d’autres ont fait que le fossé entre riches et pauvres continue à se creuser. Ces 25 dernières années, 10% des richesses créées ont été transférées du travail (ceux qui crée les richesses) au capital (ceux qui détiennent les richesses). Tout le monde ne bénéficie pas de la même manière de la croissance.

L’Europe n’aide pas l’Afrique

L’Organisation mondiale du commerce (OMC), le Fond monétaire international (FMI) et la Banque mondiale, institutions où l’Europe est un acteur important, ne font rien d’efficace pour améliorer le sort de l’Afrique, au contraire. l’Europe par exemple, subventionne les exportations agricoles ; le poulet européen est ainsi moins cher sur les marchés à Dakar que le poulet sénégalais. C’est imparable pour affaiblir l’agriculture africaine et jeter des milliers d’Africains dans des barques pour essayer de trouver une vie meilleure chez nous.

L’Europe communique mais ne veut pas entendre les Européens

Les Institutions européennes trouvent qu’elles n’informent pas assez les Européens. Leur message est que la construction européenne se fait pour le bien des Européens et du reste du monde. Mais l’information doit rester à sens unique. Surtout, il faut éviter d’écouter les citoyens et encore moins d’en tenir compte comme après les référendums de 2005 en France et en Hollande. le Traité constitutionnel est resservi tel quel dans le Traité de Lisbonne (identique à 98% d’après Giscard d’Estaing) et en plus compliqué (Jean-Claude Juncker, Premier ministre du Luxembourg). L’Europe communique, mais surtout pas sur les conséquences du Traité qui va permettre de continuer et d’approfondir la même politique.

Pas d’autre politique sans d’autres Institutions

Depuis 2005, les partisans de la Constitution claironnent qu’il n’y a pas de plan B à leur programme. Dans nos pays, c’est le législatif qui fait les choix et l’exécutif qui exécute. Au niveau européen, c’est l’exécutif qui fait les choix : le Conseil européen, l’exécutif des pays, chefs d’Etat et les gouvernements, et la Commission européenne qui leur obéit. Le Parlement européen ne peut décider que sur les matières secondaires. Le Parlement européen n’a pas le droit d’initiative, les députés ne peuvent rien proposer. 70% des législations nationales sont aujourd’hui la transposition pure et simple des décisions prises par l’exécutif européen. Et ces décisions sont imposées aux Parlements nationaux qui ne peuvent rien y changer. On peut aussi parler des lobbys européens qui dictent leur agenda à la Commission européenne. Le plus bel exemple c’est le puissant lobby patronal de la Table Ronde Européenne des industriels (ERT) dont les recommandations sont devenues le Traité européen dit « Acte unique européen » en 1986 pour le plus grand bonheur des multinationales. L’ »Acte unique » a été l’accélérateur des dérégulations et du libre échange mondialisé. Si rien ne change, ce sera toujours les même qui seront écoutés.

Le plan B c’est la démocratie

Les Européens veulent maintenant avoir leur mot à dire sur la construction européenne. Osons mettre en place un nouveau cadre institutionnel qui permettra de construire l’Europe telle qu’aspirée par ses citoyens. Le plan B tient en 3 étapes pour remettre l’Europe sur des rails :

1. Une Constituante élue par les européens

2. Un projet de Constitution rédigé par la Constituante

3. Référendum dans chaque pays sur cette Constitution

Les pays qui ne ratifieraient pas la nouvelle Constitution s’excluront de fait de la nouvelle organisation. Un plan de sortie ou une nouvelle forme d’association sera à mettre en place pour eux, si nécessaire.

Pourquoi faire confiance aux citoyens qui savent quelle Europe ils souhaitent ?

Seule la démocratie permettra la réhabilitation de la souveraineté populaire sur les décisions européennes. Pour organiser l’Europe pour le bénéfice des Européens, il faut qu’ils définissent eux-mêmes ce qu’ils veulent mettre en commun et construire ensemble. Les élites ont réalisé durant 50 ans l’Europe qu’ils souhaitaient avec de belles paroles pour nous convaincre que l’avenir sera radieux, demain... Depuis toujours, ce sera dans 10 ans. Aujourd’hui cette illusion ne fonctionne plus. Il est temps de donner la parole aux Européens. Les référendums sur la Constitution et celui sur le Traité de Lisbonne ont fait apparaître un hiatus entre la population et les élus qu’ils ont choisis dans chacun de leur pays. Même si les raisons de voter oui ou non ont été fort diverses de chaque côté, le résultat a montré que les votants ont un comportement différent lorsqu’ils votent sur des idées ou des principes, comme ceux d’une Constitution, que lorsqu’ils votent pour des élus parfois choisis plus pour leur bonne mine, leur charme personnel, que pour les idées qu’ils vont défendre. Ce n’est donc pas aux seuls élus de définir notre avenir. Le plan B pour l’Europe permet de s’assurer de l’implication de la population qui aura à intervenir au moins au début (choix des constituants) et à la fin (Référendum de ratification). Les Constituants eux-mêmes ne pourront plus suivre leur propre agenda, puisque leurs choix seront directement sanctionnés par le référendum en fin de processus. Ils auront donc intérêt à rester en contact permanent avec ceux qui auront à ratifier la nouvelle Constitution, à les faire participer autant que possible aux débats.

Comment faire ?

1 - Une Constituante élue par les Européens

Faire du prochain Parlement européen un Constituante va permettre une première mobilisation des citoyens. D’élection en élection, les citoyens se sont détournés du vote pour le Parlement européen constatant que leurs élus ont un rôle secondaire dans le processus de décision européen. La Constituante va imposer aux candidats un dialogue avec leurs électeurs pour dégager les orientations qu’ils défendront lors des débats.

2 - Un projet de Constitution rédigé par la Constituante

Rendre public les débats constitutionnels permettra aux citoyens de participer au plus près aux choix des orientations qui seront plus tard soumis à leurs suffrages. Ils pourront ainsi peser sur leurs élus pour obtenir une constitution organisant les institutions qui permettra une politique plus favorable pour les citoyens. Le nouveau texte donnera toute la légitimité nécessaire à l’Europe. Il ne manquera pas de mettre le citoyen au centre du processus de décision des nouvelles institutions.

3 - Référendum dans chaque pays sur cette Constitution

Le texte soumis à la sanction populaire devra être particulièrement compréhensible pour obtenir l’approbation des citoyens d’un nombre significatif de pays. Les référendums de ratification de la nouvelle Constitution seront organisés sur base nationale puisque l’Europe procède toujours des Etats.

Qu’est ce que sera la nouvelle Europe ? La parole aux citoyens

Pour la démocratie : Les Européens mettront en place des Institutions qui leur permettront de participer plus activement au processus de décision et pour des décisions plus conforme à l’intérêt général.

Pour savoir ce que l’Europe nous apporte : Evaluer l’impact des décisions prises.

Pour la paix : Plus d’aventures militaires comme celles des pays Européens qui ont porté la guerre contre des pays qui ne les agressent pas comme en Yougoslavie, en Irak ou en Afghanistan.

Pour un contrôle public sur les biens communs de l’humanité : L’air, l’eau, l’énergie, l’alimentation, ... En finir avec les spéculateurs qui taxent le monde entier.

Pour la priorité au bien être social et écologique : Le bien-être des européens et du reste du monde avant le bien être des entreprises. Par exemple et comme le propose le professeur Sapir, des barrières douanières peuvent être mise en place pour obliger à équilibrer les contraintes sociales et environnementales entre l’Europe et le reste du monde et même entre pays européens. De cette manière, nos entreprises ne se trouveraient pas en situation de concurrence toute à fait faussée face à des pays qui ne respectent pas les même contraintes que nous. De plus, ce serait un encouragement pour ces pays pour améliorer leur situation sociale et environnementale.

Pour le respect des souverainetés : pour des relations équilibrés et respectueuses lors des négociations commerciales multilatérales (OMC, FMI …) ou bilatérales, pour ne pas nuire au bien-être des peuples.

Avant que la finance mondiale et ses partisans ne détruisent complètement notre système économique et social, c’est maintenant à nous, Européens d’exiger le plan B pour l’Europe, de nos gouvernements, nos politiciens et nos partis : la Constitution des citoyens.

Jan Buelinckx - Frans Leens

Cet article vient de CAP - Comité pour une autre politique

http://www.autrepolitique.be/site

http://www.autrepolitique.be/site/m...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Voici le plan B pour l’Europe : La Constituante
10 juin 2008 - 11h46

La Commission se doute-t-elle de quelque chose ? La France est là pour l’éclairer…

Date de publication : 10/06/2008 - Rubrique : Bloc-Notes

Aujourd’hui, la Commission européenne et les institutions européennes en général vivent en état de siège, barricadées avec fureur et ferveur contre un intrus épouvantable : la réalité.

C’est le sens de leur attitude vis-à-vis de plusieurs problèmes pressants, telle que nous la répercutent certaines de nos sources à la Commission européenne. Deux exemples illustrent cette attitude, que certains qualifient du terme redoutable de “négationnisme” : les désordres du prix du pétrole et le référendum irlandais. C’est alors que la France, qui se sent déjà et irrésistiblement présidente de l’UE, déboule sur la scène européenne.

• Il y a donc l’attitude des institutions européennes vis-à-vis de la question de l’augmentation du prix du pétrole, telle que cette question a été posée par les Français lorsqu’ils ont demandé de plafonner la TVA sur les carburants.

L’AFP a répercuté (le 6 juin) une attaque contre les institutions européennes du secrétaire d’Etat français aux Affaires européennes, Jean-Pierre Jouyet, qui va exactement dans le sens de la révolte du bon sens contre l’obtusion (“état de ce qui est obtus”) de la Commission et des institutions européennes. La mesure proposée par la France « peut être débattue mais ce qui n’est pas admissible, c’est que l’on dise au niveau européen qu’il ne se passe rien sur le prix des matières premières ».

Enchaînant dans le même sens en général interdit du bon sens, Jouyet remarquent que les institutions européennes vont, si elles continuent à « nier les problèmes » provoqués par la hausse du pétrole et du gaz, conduire à un « divorce » entre l’Europe et ses citoyens. Il insiste dans cette voie, battant le rappel de la réalité : « Il faut savoir si on veut en Europe faire une politique qui réponde aux aspirations des citoyens ou pas [car] il est impossible de dire “business as usual” quand vous avez un baril de pétrole à 150 dollars et des envolées du prix du gaz. »

• “Divorce” du citoyen avec l’Europe, – on ne peut mieux dire, au point qu’on se croirait revenu lors de la campagne du référendum du printemps 2005, et encore dans le camp qu’on imagine, non ? Justement, – “référendum”, on en parle, à propos de l’Irlande. Les Irlandais votent après-demain, à propos du traité de Lisbonne, et les augures statistiques sont plutôt sombres. Là aussi, est-ce le “divorce” entre le citoyen et l’Europe ? Après tout, on pourrait croire que les Irlandais ont entendu Jouyet et s’apprêtent à s’en inspirer, non ? Oui ? Malheureux, vous avez bien mal écouté et vous n’avez rien compris. On veut dire, – si l’on en croit les lumières furieuses du ministre des affaires étrangères français, qui cloue au pilori de la vertu européenne l’électeur irlandais tenté par le sacrilège.

Nous le citons, Kouchner, en anglais, à partir du Financial Times (FT) d’aujourd’hui, – car nous savons bien que cela lui fera plaisir (d’être cité en anglais) : « Irish voters were warned on Monday that the rest of the European Union would look at them with “gigantic incomprehension” if they rejected the bloc’s Lisbon reform treaty in Thursday’s referendum. […]“It would be very, very awkward if we couldn’t count on the Irish, who themselves have counted a great deal on Europe’s money,” he added. » (le “he”, sans aucun doute, désigne le ministre BK). Bis : “On ne peut mieux dire, au point qu’on se croirait revenu lors de la campagne du référendum du printemps 2005, et encore dans le camp qu’on imagine”, oui ?

• La France présente donc le visage d’une charmante cacophonie, virevoltant, tantôt avec fureur (celle du non), tantôt avec fureur (celle du oui), autour de la Commission et autour de l’Irlande. La France est parfaitement à l’image de son temps, clamant tout et son contraire, la colère des peuples et la fureur des grands esprits, prétendant prendre les rênes de l’Europe sous le regard de bœuf abasourdi d’une Commission dont la vivacité d’esprit est bien illustrée par son Commissaire en chef Barroso. La France représente tout, à la fois la fureur des révoltés du non, à la fois la fureur des révoltés de Saint-Germain-des-Près.

Cette charmante inconséquence, rythmée par les résultats des sondages et la lecture du dernier édito du FT, a le mérite de la réalité. La France est, aujourd’hui, le reflet de la réalité en considérable désordre du monde, donc parfaitement dans son temps comme l’a voulu l’équipe aujourd’hui à sa tête. Il n’est que justice qu’elle fasse la leçon, à la fois à la Commission européenne et à l’électeur basique de la république libre d’Irlande.

Mis en ligne le 10 juin 2008 à 09H02

http://www.dedefensa.org/article.ph...



Voici le plan B pour l’Europe : La Constituante
10 juin 2008 - 15h37

En fait, le libre-échange mondialisé n’est pas un phénomène naturel : c’est l’Europe qui l’a mis en place avec les USA. Les Européens souffrent maintenant des délocalisations. Cette pratique s’est répandue afin de produire ailleurs à moindre coût social et écologique comme c’est le cas en Chine où les conditions sont déplorables. En plus, la menace de délocalisation est souvent utilisée pour faire pression sur les salaires en Europe.

"Conditions déplorables" en Chine, la plus grande usine mondiale ! Et au niveau "qualité" de quoi cauchemarder ! Ce matin, dit à la radio, des prothèses dentaires fabriquées en Chine, donc bien moins chers, seraient dangereuses pour notre santé à cause d’une présence anormale de plomb à un taux élevé ! Un scandale à venir du même niveau que l’affaire de l’amiante !

Reste plus qu’à la commission européenne, au journalisme d’investigation, aux associations de consommateurs d’aller vérifier !






Laurent Berger, le syndicaliste grèvophobe
dimanche 15 - 17h28
de : mat
1 commentaire
Retraite à 67 ans : quand le gouvernement anticipe !
dimanche 15 - 16h21
1 commentaire
Fondation SNCF : réseau d’influence et "social washing"
dimanche 15 - 15h48
de : Mat
solidarité
samedi 14 - 17h28
de : jean1
(video) Le capitalisme porte en lui la guerre, la violence !
vendredi 13 - 11h07
de : JO
7 commentaires
Prévision théatrale
jeudi 12 - 21h50
de : jean1
L’ Acentrale Radio de la grève
jeudi 12 - 16h55
de : jean1
R.N. la place à la tête de l’état est déjà occupée
jeudi 12 - 10h06
de : jean1
bourgeois, tremblez, ça n’fait que commencer ! C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 11 - 22h34
de : Hdm
1 commentaire
TOTAL en Ouganda Rendez-vous au Tribunal ce jeudi 12 décembre
mercredi 11 - 19h21
de : SURVIE
BOLIVIE : La dictature auto-proclamée en appelle à Israël !
mercredi 11 - 17h16
de : JO
1 commentaire
COP 25 : supercherie capitaliste
mercredi 11 - 16h13
de : jean1
Retraites : Édouard Philippe confirme les mauvais coups du rapport Delevoye
mercredi 11 - 15h41
2 commentaires
Les régimes sociaux coûtent un pognon de dingue ? No coment !
mercredi 11 - 09h57
de : JO
2 commentaires
Contre le travaillisme , une gauche de RTT 32 H et de retraite à 60 ans.
mardi 10 - 23h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Deuxième journée de grève : le nombre de manifestants dans 50 villes
mardi 10 - 17h50
3 commentaires
Les manipulations de macron, pour "piller" , nos retraites révélées au grand jour
lundi 9 - 20h13
de : nazairien
5 commentaires
Delevoye et le think tank "Parallaxe"
lundi 9 - 13h59
de : Mat
2 commentaires
Les liaisons troubles de Jean-Paul Delevoye avec le milieu de l’assurance !
lundi 9 - 11h43
de : lullal
6 commentaires
Emission - Grève SNCF : Cheminots et cheminotes luttent pour tout le monde !
lundi 9 - 11h14
de : Emission Polémix et La Voix Off
(video) Pour gagner : « reconduction, auto-organisation, généralisation » de la grève
lundi 9 - 07h13
2 commentaires
Grève : le scénario catastrophe d’un "lundi noir" se précise, la RATP et la SNCF alarmistes
dimanche 8 - 19h08
de : nazairien
Le labyrinthe.
dimanche 8 - 16h14
de : L’iena rabbioso
(video) « Nos camarades de la SNCF et la RATP ne veulent pas de chèques, ils veulent qu’on fasse grève avec eux »
dimanche 8 - 16h06
Convergence des luttes : 5 décembre : les manifs dans plus de 45 villes en France ! à suivre... (vidéos)
dimanche 8 - 11h37
de : nazairien
6 commentaires
LA TERRORISATION DÉMOCRATIQUE
dimanche 8 - 11h31
de : Ernest London
Jamais 2 sans 3
samedi 7 - 18h14
de : jean1
3 commentaires
Un peu plus de musique
samedi 7 - 18h08
de : jean1
UN PEU DE MUSIQUE
samedi 7 - 17h58
de : jean1
Suppression des régimes de retraites des parlementaires ?
samedi 7 - 09h08
de : Jean-Marie Défossé
Reportage photo : Manifestation à Paris pour les retraites- jeudi 5 décembre 2019
vendredi 6 - 21h39
de : jean1
Grève de la destruction du monde à Saint-Victor
vendredi 6 - 18h36
de : AMASSADA
Comment Maduro, a t il pu laisser faire cela, livrer « Stan Maillaud » au psychopathe macron (vidéo)
vendredi 6 - 17h07
de : nazairien
2 commentaires
Verdi, ancien « vrai journaliste », nous fait, une analyse extremement détaillée de cette puissante mobilisation du 5-12
vendredi 6 - 15h44
de : nazairien
1 commentaire
Quand les riches détruisent des bâtiments publics, avec le soutien de la justice
vendredi 6 - 13h00
de : Louisette
2 commentaires
Les Etats-Unis se hasardent-ils à considérer la CHINE comme une République bananière ?
jeudi 5 - 22h46
de : JO
Le principe de continuité du mouvement de grève
jeudi 5 - 20h03
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Grève du 5 décembre : manif monstre à Saint-Nazaire
jeudi 5 - 13h12
de : naairien
6 commentaires
LREM, Macron, farandole de casseroles : A mettre dans le livre des records (document Médiapart)
mercredi 4 - 23h53
de : nazairien
1 commentaire
Un mouvement de grève ne nous empêche pas de vous proposer nos programmes, bien au contraire ! C’est l’heure de l’mettre
mercredi 4 - 22h07
de : Hdm

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Nier la religion, ce bonheur illusoire du peuple, c'est exiger son bonheur réel. Exiger qu'il abandonne toute illusion sur son état, c'est exiger qu'il renonce à un état qui a besoin d'illusions. La critique de la religion contient en germe la critique de la vallée de larmes dont la religion est l'auréole. Karl Marx
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite