Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Unité et cohérence (Raoul Marc JENNAR)
de : tristana
mercredi 11 juin 2008 - 19h56 - Signaler aux modérateurs
9 commentaires

L’aspiration à l’unité à gauche est extrêmement forte chez les citoyennes et les citoyens. Je crois même qu’elle l’est à un point qu’on apprécie insuffisamment chez les militants politiques. Je pense qu’elle explique le succès de la campagne du « non » au TCE. Et le succès des appels unitaires qui se répètent.

Conscient qu’il a le nombre pour lui, le peuple de gauche se désespère de l’impuissance de la gauche face à l’offensive d’un capitalisme dont l’arrogance rappelle le 19e siècle du « laisser faire, laisser passer ». Et il s’impatiente des divisions qui se perpétuent. Mais suffit-il de se rassembler pour résister et avancer valablement ?

Quelle est l’utilité d’un rassemblement de partis et de mouvements dont les objectifs et les stratégies divergent ? Une gauche fourre-tout rassemblée est-elle en capacité d’offrir autre chose que l’exemple catastrophique donné par la gauche plurielle ? Faut-il rappeler que c’est la gauche plurielle qui a poursuivi l’œuvre, entamée par le PS, d’ouverture de l’Europe et de la France à une mondialisation néolibérale par ailleurs négociée par les mêmes au niveau international ? Faut-il rappeler les privatisations et libéralisations initiées par Jospin et ses ministres PS, PCF et Verts ? Faut-il rappeler que les privatisations et libéralisations qui ont été décidées depuis 2002 par la droite n’auraient pas été possibles sans les choix du gouvernement Jospin soutenu par le PCF et les Verts ?

Les déceptions du passé ne trouvent-elles pas leur origine dans la confusion des projets et des attentes ?

Avant de rassembler, n’est-il pas plus important de définir sur quoi et en vue de quoi on se rassemble ? N’y a-t-il pas vis-à-vis des citoyennes et des citoyens un devoir de clarté dans les choix et de cohérence dans les démarches ? La confusion et l’ambiguïté, si habilement entretenues à droite lorsqu’il s’agit d’inviter les électrices et les électeurs à choisir, seraient-elles devenues des méthodes de gauche ? Souvenons-nous de la campagne contre le TCE et des arguments employés par des responsables du PS et des Verts pour faire accepter ce projet de société néolibéral. Pouvons-nous faire nôtres de telles méthodes ? A l’heure d’une refondation de la gauche, n’est-il pas temps de s’imposer un minimum d’éthique ?

Je crois pour ma part qu’il n’est pas possible de rassembler ceux qui refusent de faire du capitalisme l’horizon indépassable de l’humanité et ceux qui considèrent qu’il appartient à l’ordre naturel des choses.

Il n’est pas possible de rassembler ceux qui défendent le principe de la propriété sociale et ceux qui considèrent la propriété privée comme un dogme intangible.

Il n’est pas possible de rassembler ceux qui accordent à la question sociale et à la question écologique une même centralité parce qu’elles ont une même causalité et ceux qui refusent de les lier.

Il n’est pas possible de rassembler ceux qui questionnent les finalités de la production et de l’échange et ceux qui cultivent la religion du progrès scientifique et technique comme instrument du progrès social.

Il n’est pas possible de rassembler les écologistes anticapitalistes et les partenaires « éco-réformistes » de la gestion sociale-libérale du capitalisme.

Il n’est pas possible de rassembler ceux que l’avenir des générations futures préoccupe et ceux qui s’en moquent, les adversaires du nucléaire et ceux qui le défendent, les adversaires de la privatisation du vivant et ceux qui la défendent, les adversaires des technologies aliénantes et ceux qui les défendent, ceux qui combattent les nuisances et ceux qui en défendent la production.

Il n’est pas possible de rassembler ceux qui veulent une démocratie avancée dans les institutions et sur les lieux de travail et ceux qui entretiennent les formes modernes de la féodalité et du paternalisme.

Il n’est pas possible de rassembler ceux qui acceptent l’Europe telle qu’elle est avec les politiques qu’elle mène et défend et ceux qui veulent une Europe démocratique et sociale, une Europe moteur des solidarités européennes et internationales, une Europe qui fait avancer la force du droit plutôt que le droit de la force.

Et par-dessus tout, il n’est pas possible de rassembler ceux qui restent aux côtés des plus faibles dans leurs luttes et leurs aspirations et ceux qui se drapent dans les idéaux de la gauche pour occuper le pouvoir et servir les objectifs du patronat.

Il est de notre devoir d’élaborer des choix clairs et de proposer un rassemblement basé sur ces choix. On ne peut pas rassembler des contraires. On ne peut pas rassembler celles et ceux qui les portent. Il y a bien deux gauches. Une gauche qui remet en cause l’ordre établi et une gauche qui se vautre dans le système, une gauche qui lie de façon indissociable exploitation des dominés et destruction de la nature et de la biosphère et une gauche productiviste. On ne peut les rassembler. On ne peut s’allier avec l’une et tenir le discours de l’autre. Ni inversement. L’unité sans la cohérence est un leurre.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Unité et cohérence (Raoul Marc JENNAR)
11 juin 2008 - 23h38 - Posté par joel

le pcf ne cesse de rechercher les conditions d’un rassemblement à gauche, sur la base d’un projet de transformation sociale. Malheureusement ni les gestionnaires socio libéraux ni les gauchistes ne souhaitent se ralier à cette perspectives. Deux unilatéralités qui nous enferment dans l’impuissance. Renforcer le PCF pour en faire le pivot de la gauche est à mes yeux la seule perspective digne d’etre poursuivie parce qu’elle seule pourra imposer l’unité pour le changement.



Unité et cohérence (Raoul Marc JENNAR)
11 juin 2008 - 23h55 - Posté par

La preuve du pudding c’est qu’on le mange...
Comme les sociaux démocrates sont tous comme y sont et que les gauchistes de tous poils sont pas mieux, préfèrons manger notre pain blanc - à la place de pudding- et attendons le grand soir du PCF.
On pourra se mettre au même balcon que les sociaux... qui attendent le grand soir des postes et des gauchos qui attendent le grand soir de la crise et de la révolution.
Comme cela, on est sûr de ne plus compter et le communisme de ne plus influer sur le cours des choses en France.
Je préfère qu’une dynamique communiste contribue à faire vivre une force d’alternative à gauche, de transformation sociale et écologique à vocation majoritaire.
Difficile, impossible ? Mais pas d’autre solution....


Unité et cohérence (Raoul Marc JENNAR)
12 juin 2008 - 01h04 - Posté par Copas

Il n’y a pas de milieu entre social-libéralisme et révolutionnaires, comme on essaye de la faire croire là comme si il y avait le PCF entre social-démocrates et gauchistes.

Ouvrez les yeux ! le social-libéralisme n’est pas la social-démocratie, question de nature ! Et les révolutionnaires ne sont pas des gauchistes. Le gauchisme c’est autre chose.

Le choix des mots montrent l’état de confusion par rapport à la réalité des choses.

Jennar trace une ligne rouge utile sur toute une série de terrains. L’eut-il tracée plus tôt qu’il n’aurait pas fait l’aller-retour sans issue avant les présidentielles et aurait mené une campagne clarificatrice utile à toutes et tous. Mais la compagnie est grande, on est beaucoup à avoir trainé ces illusions. Mais celles-ci sont ce qui permet d’avancer . Errare humanum est, perseverare diabolicum...

Jennar bombarde sur les jointures , merci.

On est beaucoup d’ailleurs à avoir partagé cette illusion d’une alliance avec des gens qui auraient enfin tiré leçon des choses et auraient été étanches à toute alliance avec le social-libéralisme sous quelque masque qu’il se présente afin d’aider les travailleurs à y voir plus clair et progresser vers un rassemblement politique efficace, concret, militant des partis et individus de la gauche révolutionnaire.

Car le social-libéralisme est certes matérialisé en France par le PS et la transformation d’un parti de gauche en "parti démocrate" , mais pas seulement. C’est également une critique profonde du chemin qui y mène dans une époque où ça ne rigole plus et où il faut choisir entre maroquins et classe ouvrière, l’un excluant l’autre dans l’essentiel des cas (comme des alliances douteuses avec discipline majoritaire avec des social-libéraux).

Jennar appuie le doigt sur une série de terrains (je ne suis pas completement d’accord avec lui quand il traite de questions que j’estime être toutes très importantes mais pas de même importance) utile et retrace à nouveau ce qui importe, merci.

Par rapport à cela il ne faut pas se situer par rapport à sa boutique mais par rapport à ce qui nous semble utile et nécessaire, ce qui permet de se rapprocher des partis convenant au mieux à notre orientation.

Les divergences actuelles, on le sait, ne passent pas globalement entre les trois pôles (PS, PCF et LCR) mais excluent la quasi-totalité du PS qui a quitté le champ de la classe ouvrière et du socialisme, elles séparent le PCF en plusieurs lignes comme la LCR (où une minorité pense efficace de s’allier avec des forces et des militants balayant des révolutionnaires jusqu’à des cliques de privatisateurs et de TCIstes).

Dans cette affaire, même si on ne tombe pas exactement sur la meilleure position imaginable il est juste d’indiquer enfin ce qui n’est pas du domaine de la négociation dans les rapprochements politiques.

Je ne suis pas d’accord sur tout avec Jennar mais il a immense mérité d’indiquer, avec force, ce qui est acceptable et ce qui ne l’est pas. Et de cesser à tourner autour du pot et de faire l’inverse de ce qu’on dit dés qu’il y a la moindre ombre du désir d’une écuelle possible.

Ca change de tous ceux qui font des proclamations mais qui sont comme les trois singes, un avec les mains sur les oreilles , un avec les mains sur les yeux, et un autre les patounes sur la bouche, mais arrivent encore à signer des textes haut en couleurs mais confus dans les engagements au point d’attirer à boire et à manger.

Un peu de clarté, please, un peu de sincérité, merci. On sait bien que nous ne sommes pas d’accord sur tout (chaque militant est presque un parti à lui tout seul), mais il y a moyen de dégager des engagements concrets pourvus qu’on cesse de nous prendre pour des ânes sur des engagements élémentaires, de jouer avec.

Il y a des fois où nous sommes teigneux les uns avec les autres mais à nous de distinguer le fondamental acceptable de ce qui ne peut l’être.


Unité et cohérence (Raoul Marc JENNAR)
12 juin 2008 - 10h52 - Posté par LE BRIS RENE

En fait et cela devrait être le débat du congrès s’il y avait des textes
contradictoires et une franchise de tous dans ses positions, c’est entre
une stratégie d’accompagnement de l’Alternance ou une stratégie de
rupture et donc de l’alternative.
L’Alternance, c’est effectivement s’inscrire dans une logique
d’économie de marché et comme cette formulation peut être équivoque
puisque certains disent qu’il faut bien fabriquer et vendre des productions,
je dirai plutôt OPTER POUR UN MODE DE PRODUCTION CAPITALISTE !
Il y a au sein du PCF et je le pense notamment la direction actuelle
cette prise de position = d’où des constats intéressants mais lorsque on
arrive au concret, et notamment aux alliances, on a forcément soit des
formules vagues du genre union du peuple sur un programme de trans-
formation sociale donc un PCF proche du peuple, d’où la stratégie du
drapeau ; mais réalisme, l’aveu de Marie Georges, surtout ne nous mêler
pas avec l’extrème gauche, nous , nous sommes la Gauche ! Si Duclos
avec ses 22 % pouvait encore dire cela, aujourd’hui c’est plus dure !!!
Et puis il y a aussi des positions qui s’inscrivent dans UNE ALTERNATIVE.
Et comme à l’extérieur du PCF, il y a plusieurs options dans cette direction.
Sur la notion de croissance, sur l’énergie nucléaire, sur l’armement, sur
les relations internationales etc ... ; sur les choix du rassemblement, il y a
aussi plusieurs options, ceux qui pensent notamment que le PCF en
retrouvant une ligne révolutionnaire pourra être un pivot pour changer,
ceux qui ont signé l’appel de POLITIS ( dont je suis ), d’autres qui
veulent créer un autre parti en souhaitant surtout enlever le terme de
communiste etc ... ; Bien sûr, selon que l’on se situe dans une logique
d’alternance ou dans une logique d’alternative, on n’a pas le même
comportement dans le mouvement social, et c’est d’autant plus vrai
en ce qui concerne les directions confédérales ; d’où aussi de plus en
plus de débats au sein même de la CGT !
Donc pour conclure, ce que l’on appelle la recomposition des
forces de gauche qui durent depuis déjà assez longtemps, je pense
que nous en sommes au niveau des choix entre l’alternance et
l’alternative = c’est ainsi que le problème a aussi été posé en 1921,
mais dans les conditions que l’on sait, première révolution prolétarienne
réussie, les 21 conditions de l’Internationale Communiste, les effets
de la guerre 14/18 etc... ; les conditions sont différentes, mais si les
nouveaux dégâts du capitalisme augmentent ( nouvelles guerres notamment
l’Iran, crise alimentaire, dégradation accentuée du pouvoir d’achat dans
les pays industrialisés frappant notamment les couches moyennes ) alors
il pourrait y avoir une accélération de ces clarifications dont le mouvement
ouvrier à besoin.


Unité et cohérence (Raoul Marc JENNAR)
12 juin 2008 - 12h38 - Posté par Copas

C’est dans le concret que s’exprime réellement le mouvement des choses pour un parti.

Le vaporeux sert à conserver les plus valeureux des militants dans le soutien à la ligne majoritaire en l’entrelardant de manœuvres pour susciter des réactions de patriotisme de parti étouffant les oppositions et les critiques.

................pendant que la politique concrète est à la poursuite de l’alliance au social-libéralisme.


Unité et cohérence (Raoul Marc JENNAR)
12 juin 2008 - 12h46 - Posté par Copas

Si Duclos avec ses 22 % pouvait encore dire cela, aujourd’hui c’est plus dure !!!

Ca ne rajeunit pas mais, jeune communiste, j’ai fait la campagne pour Duclos.
Ce camarade était peut-être un vieux stalinien mais il était d’une trempe exceptionnelle (j’allais faire une critique cruelle comparative avec les deux dirigeants du PC de l’époque .... me suis retenu, sans parler des lointains descendants qui.... alors là.....).

Duclos était un tribun, parlant un langage compréhensible par la classe ouvrière (sans essayer de se la jouer prolo dans le discours), c’était un homme doté d’une solide formation politique , un des derniers de la direction à cette époque.

Les travailleurs, d’accord ou pas d’accord, comprenaient ce qu’il leur disait . Bref, ça pétillait. Même avec une ligne politique que je voie maintenant respectivement comme mauvaise.


Unité et cohérence (Raoul Marc JENNAR)
12 juin 2008 - 11h03 - Posté par D@v !d B.

Il n’est pas possible de rassembler ceux qui défendent le principe de la propriété sociale et ceux qui considèrent la propriété privée comme un dogme intangible.

Dit comme ça, c’est vrai.

Maintenant, elle commence , la propriété privée ? La plupart des militants politiques sont des possédants : de leur maison (histoire de moins se faire avoir qu’en louant à des proprios), de leur bagnole, canapé, TV, etc. Au PC aussi. Et à ce qui se complaît à se (laisser) définir comme EXTREME gauche, aussi. Et pas question de leur retirer leur PETITE propriété. Et vous voudriez exproprier les Grands propriétaires ?

Si je suis entré au PC(-F. par accident de l’Histoire), c’est que cette formation (évidemment détestable dans la calcification des rapports sociaux internes, produit là aussi de l’Histoire ; évidemment nécessaire comme "lieu" politique de l’union des démunis) incarne justement deux perspectives contradictoires : combat "révolutionnaire" ET placement institutionnel. Parce que, dans le système dans lequel nous sommes (et là aussi, on peut s’amuser à faire un concours pour nommer l’Innommable), les luttes sans relais institutionnel NE PAIENT PAS. Je le regrette, mais c’est comme ça.

(Est-ce que je le regrette vraiment, d’ailleurs ? Vu l’état moyen, ou médian, de la Culture ambiante - au sens anthropologique de "Pratiques et Représentations" - le danger du social populisme est bien proche, si nous ne sommes pas déjà en plein dedans. Qu’il y ait, donc, des garanties de pérennité d’un certain MODE DE CONCERTATION, y compris avec le PS, et même une partie de la Droite ! ne me paraît pas insensé. Nous qui défendons, notamment, les acquis du CNR, ne devrions pas oublier qu’il y avait des gens de Droite, là-dedans, et même, quitte à me voir vouer aux gémonies, rappellerai-je qu’une partie de l’Action Française était entrée en Résistance. Parce que la politique sans adversaire c’est le contraire de la VIE.)

Je le répète, à plus de quatre on est... etc. Mais il faut bien faire avancer le schmilblick de la vie de la cité, donc bien se regrouper. Je ne suis pas partisan du bipartisme. Mais quand-même, à un moment donné, il faut savoir être clair sur les objectifs, et conciliant sur les moyens. Qu’il y ait, d’inspiration "révolutionnaire" de gauche, ou au moins de "radicalité populaire", pas moins de quatre listes à une élection présidentielle me fait simplement halluciner.

Et il me semble que, si on ne peut pas rassembler les contraires, on a juste oublié ce qu’est la dialectique, chez Platon, puis Hegel, ou Marx (même Nietzsche, l’antidialecticien avait compris ça). ON ne peut pas rassembler les contraires. Ce sont eux-mêmes qui SE DEPASSENT MUTUELLEMENT. Dans la lutte.

Certes, l’Histoire du PC a ses moments de gloire et ses moments honteux. Non. Ses moments HONTEUX. Là, voilà. Mais n’oublions pas que nous nous sommes séparés de la SFIO en raison du soutien à l’Union Soviétique naissante. Tous ceux qui ne l’ont pas fait ne sont pas simplement des salauds. Une partie de ceux qui l’ont fait en était. Rassembler les contraires ?

Nous sommes tous des contraires incarnés. Et l’orthodoxie, la parole Une et Droite, si elle a pour rôle de TENIR DES POINTS (Badiou. Qu’on en pense ce qu’on veut, mais là-dessus il a raison, je crois) peut rapidement devenir le contraire de ce que je/nous recherch(ons)e en Vie commune.

Alors les gars, vous qui depuis 68 perséverez à présenter des listes face au PC, au nom de telle ou telle divergence, parce que "la ligne n’est pas travaillable de l’intérieur", pensez ce que vous voulez.

Y compris que (puisque vous présentez des candidats aux élections pièges à cons) la ligne sociale démocrate serait PLUS travaillable de l’intérieur.

Je trouve que LO présente de l’unité et de la cohérence. Et que la Ligue aussi. Et que les Verts aussi. Et que les Anars aussi. Et que les "Alter-" aussi. Et que le PS aussi. Et que les médecins de campagne aussi. Et que les boulangers-pâtissiers aussi. Et alors ?

Les Réalistes, parce qu’ils tournent en rond (CELA EST, donc j’ai raison de nommer), aussi. Les Nominalistes (qui incarnent le contraire : j’observe des points communs, donc je peux nommer, et donc le NOM existe PLUS que la catégorie en soi) aussi.

Les contraires ne peuvent pas se rassembler, mais sur ce site, on passe un temps fou à s’engueuler.
Parce que je crois en le Pouvoir du Peuple (passque si j’avais écrit directement "démocratie", y’en a qui me seraient tombés dessus), parce que je crois en la dialectique, parce que je suis sensible au nominalisme ET au Réalisme, parce que je suis à la fois communiste ET libertaire, parce que je suis un enfant du libéralisme ET de communistes. Parce que je suis à la fois JEUNE et VIEUX.
Parce que, comme MARX, je n’ai pas à trancher entre Matérialisme et Idéalisme.

JE suis uni et cohérent (ah, ah !).

Et m’intéresse avant tout, dans un parti politique, les moyens que nos engueulades peuvent nous permettre de METTRE EN ŒUVRE pour faire avancer nos divergences, nos désaccords. On veut tous soulager la misère, ou l’éradiquer, en préservant nos illusions (ou vestiges, au choix) de "liberté".

Créez un énième parti, unitaire et cohérent, M. Jennar. Pas de souci. Vous n’êtes ni le premier ni le dernier à décrédibiliser le peu de moyens d’actions qui reste aux derniers élus du peuple qui croient en leur travail (catégorie ne se limitant pas aux communistes du PCF, ne les incluant pas tous non plus, parce que même dans un parti à 2%, y en a encore pour déchirer le plancher avec des dents commack !).

Incarnez la rigueur du PENSER DROIT. Du VRAI, du BIEN, du BEAU.

Mais laissez-nous discuter et agir ENSEMBLE, avec Tous ceux qui veulent bien, même pour des motifs qui nous échappent. Avec nos incohérences, avec nos désunions.

Avec VOUS.

Bien cordialement,

D@v !d B.



Unité et cohérence (Raoul Marc JENNAR)
12 juin 2008 - 17h59 - Posté par René LE BRIS

Et bien voilà, c’est clair et moi je respecte tes idées d’Alternance !
Mais avoue que le PS est peut être un meilleur outil pour cela mais
ça te regarde !!! le problème au Parti, c’est que ceux qui s’inscrivent
dans une orientation d’ALTERNATIVE peuvent s’exprimer en paroles,
dans les cellules quand elles existent ou dans des Assemblées de
sections et puis après point barre ! c’est cela le verrouillage organisé ...
pour la nouvelle formule d’alternance qui sortira du prochain congrès !


Unité et cohérence (Raoul Marc JENNAR)
12 juin 2008 - 20h01 - Posté par Cop

LE BRIS RENE,

Je crois que tu as mit encore plus précisément le doigt que notre ami Jennar sur la démarche en relevant qu’elle doit être comparable à celle qui avait prévalu à la création de l’Internationale communiste.

Là où Raoul Marc met à juste titre en valeur des contradictions insolubles, la démarche construite sur des conditions d’adhésion à minima, similaire par la méthode, aux conditions d’adhésion lors de la création des PC au lendemain de la 1ere guerre mondiale me parait finalement une bonne démarche.

Des conditions rigoureuses (différentes d’il y a presque 1 siècle) devraient permettre des clarifications politiques utiles (ce qui ne signifie pas ne pas passer d’alliance avec des forces ne remplissant pas ces conditions, mais ça permettrait au moins de faire des regroupements politiques sur ces minimas rigoureux ).

A réfléchir.............






15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
14 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
22 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1
double face
jeudi 10 - 12h01
de : jean 1
1 commentaire
Appel à Manifestation samedi 12 octobre à Saint-Victor
mercredi 9 - 22h05
de : AMASSADA
Détruire le capitalisme avant qu’il ne nous détruise (à propos de Lubrizol)
mardi 8 - 23h50
de : nazairien
3 commentaires
On nous cache tout, on nous dit rien :Frais d’obseques des deputes et de toute leur famille payes par nos impots (vidéo)
mardi 8 - 23h05
de : nazairien
LES BESOINS ARTIFICIELS - Comment sortir du consumérisme
mardi 8 - 17h23
de : Ernest London
11 commentaires
Le Maquillage Vert du Capitalisme ne change pas son essence prédatrice
lundi 7 - 23h02
de : Cecilia Zamudio
Emission - Lubrizol – Enfumage chimique. Enfumage médiatique. Enfumage étatique.
lundi 7 - 16h59
de : Emission Polémix et La Vox Off
Sur les Gilets Jaunes, l’État et le fascisme – lettre d’Antonin Bernanos
lundi 7 - 16h06
de : jean 1
Ami entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne : L’Europe nous supprime la faucille ! Et le marteau ! ...
lundi 7 - 15h07
de : nazairien
1 commentaire
Réformes des retraites : depuis 1993 l’âge de départ et le montant des pensions reculent
lundi 7 - 07h50
1 commentaire
TROIS "I" en même temps !
dimanche 6 - 21h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Rencontre nationale des communes libres et des listes citoyennes
dimanche 6 - 21h42
de : commercy par invités de médiapart
La “surprise” de l’acte 47 des GJ : l’occupation du centre commercial Italie2 (vidéo)
dimanche 6 - 11h11
de : nazairien
4 commentaires
Un féminisme accusé de contrôle du corps des femmes
dimanche 6 - 02h31
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Le communautarisme du Rassemblement National - RN (ex FN).
dimanche 6 - 02h21
de : Christian DELARUE
confirmation expulsion appel à convergence
samedi 5 - 22h27
de : AMASSADA
Acte 47 Toulouse et violences à AMiens
samedi 5 - 21h51
de : https://www.frontsocialuni.fr/les-luttes-invisibles/
Une lobbyiste de la pollution au coeur de la convention pour le climat
samedi 5 - 21h39
de : Gaspard D’Allens REPORTERRE
Christine Renon : marée humaine quand l’Éducation Nationale ne veut pas de vague
vendredi 4 - 14h32
Les palettes : Il n’aurait jamais dû signer...
vendredi 4 - 10h22
LA MANIFESTATION CLIMAT DU 21 SEPTEMBRE A-T-ELLE ÉTÉ INFILTRÉE PAR LE BLACK BLOC ?
jeudi 3 - 22h36
de : jean 1

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Lorsqu'on ouvre une école, on ferme une prison. Victor Hugo
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite