Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

L’Irlande replonge l’UE dans la crise mais 2008 n’est pas 2005


de : Bruxelles
vendredi 13 juin 2008 - 17h58 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

L’Irlande replonge l’UE dans la crise mais 2008 n’est pas 2005

ven. juin 13, 2008 3:49 CEST

par Yves Clarisse

BRUXELLES (Reuters) - Le "non" irlandais au traité de Lisbonne replonge l’Union européenne dans une profonde crise institutionnelle, mais la décision des autres pays de poursuivre la ratification du texte change la donne par rapport à 2005.

Le vote de l’Irlande, le seul pays de l’UE où était organisé un référendum sur le traité, constitue une véritable catastrophe pour une construction européenne qui paie notamment la facture du mécontentement face à la dégradation de l’économie.

"Je suis effondré", a déclaré le secrétaire d’Etat français aux Affaires européennes, Jean-Pierre Jouyet. "Cela envoie un signal négatif dans le cadre d’une Europe en pleine reconstruction sur le plan institutionnel."

Antonio Missiroli, directeur de centre de réflexion European Policy Centre (EPC), insiste lui aussi sur la gravité du moment.

"Cela déclenche une crise politique en Europe qui requiert une direction forte en Irlande, à Bruxelles et ailleurs en Europe", a-t-il estimé. "Plus vite on agira, plus il est possible que la crise puisse être traitée et peut-être résolue."

Il y a tout d’abord le fait qu’il s’agit du troisième "non" au même texte, puisque le traité de Lisbonne reprend pour l’essentiel les éléments du projet de Constitution européenne déjà rejeté par la France et les Pays-Bas au printemps 2005.

Or, après les deux pays fondateurs de la Communauté européenne, l’Irlande n’est pas n’importe quel Etat membre.

Depuis leur adhésion en 1973, les Irlandais ont bénéficié de la plus grande injection de fonds européens par habitant, transformant un pays qui, lors de son adhésion en 1973, était le plus pauvre de l’UE, avec un PIB qui s’élevait à 69% à peine de la moyenne communautaire, en une nation prospère.

L’Irlande est devenue le deuxième pays le plus riche de l’Union après le Luxembourg, avec un PIB par habitant qui s’élève désormais à 146% de la moyenne communautaire.

En outre, contrairement au Royaume-Uni, par exemple, aucune grande formation politique n’est eurosceptique.

PAS DE SOLUTION ÉVIDENTE

Le pays est au coeur des coopérations européennes en étant par exemple membre de l’euro, même si sa neutralité et son insularité l’ont incité à renoncer à la politique de défense et à l’accord Schengen de libre circulation.

Il n’y a donc pas de sortie de secours évidente.

Dans le cas de la France et des Pays-Bas, le "non" de 2005 a incité les dirigeants de ces pays à expliquer à leur opinion publique que le traité simplifié ne justifiait pas un nouveau référendum et l’on est passé par la voie parlementaire.

Impossible en Irlande, où le référendum est une obligation constitutionnelle et les diplomates européens soulignent que ce pays a déjà obtenu en 2001, après son rejet du traité de Nice, et dans les négociations pour le traité de Lisbonne toutes les dérogations qu’il réclamait, notamment sur la défense.

"On a mis trois ans à élaborer un plan B. Il n’y a tout simplement pas de plan B au plan B", a expliqué une source gouvernementale française de haut niveau.

Les répercussions sur la bonne marche de l’Union seront extrêmement importantes, puisque le malaise qui saisit les opinions publiques par rapport à l’Europe et qui est confirmé par de nombreux sondages d’opinion est plus que jamais patent.

"ÇA VA TANGUER MONSTRUEUSEMENT"

"On ne peut pas envoyer paître le seul pays qui a permis à ses citoyens de se prononcer directement, même si la coalition du ’non’ était hétéroclite et a agité des craintes totalement infondées", a expliqué un diplomate de haut niveau.

"Cela aura un profond retentissement en France, le camp du ’non’ va se réveiller", a-t-il prédit. "Ça va monstrueusement tanguer. Le spleen va gagner l’Europe. Le non irlandais est finalement pire que le non français."

Cela fait dix ans que l’UE consacre l’essentiel de son énergie à sortir de ses problèmes institutionnels et le "non" irlandais l’oblige à replonger les mains dans le cambouis sans aucune garantie de faire pouvoir faire redémarrer le moteur.

Or, l’Union n’a plus de temps pour l’introspection : le fléchissement de l’économie et la lutte contre le changement climatique obligent les dirigeants européens à réagir vite.

La France, qui s’apprête à assumer la présidence de l’UE à partir du 1er juillet prochain, affiche un certain flegme.

"Les priorités restent", affirme Jouyet en évoquant le pacte sur l’immigration, l’Europe de la défense, la réduction des émissions de CO2 et la réforme de la Politique agricole commune.

Mais comment imaginer parler défense ou Europe verte avec un pays où le débat a précisément porté sur ces points ?

POURSUITE DES RATIFICATIONS

Comment nouer sans cacophonie un accord de partenariat avec la Russie et continuer à négocier avec les pays candidats à l’adhésion alors que le traité devait adapter les institutions précisément pour faire face à une UE comptant plus de 30 pays ?

Le président stable du Conseil européen, le "ministre" des Affaires étrangères de l’UE, la généralisation du vote à la majorité qualifiée : tout cela passe en effet à la trappe.

"C’est une tragédie, parce que les problèmes que le traité devait résoudre subsistent", a regretté le député européen Andrew Duff, une libéral-démocrate britannique.

Mais il y a une différence de taille par rapport à 2005.

A l’époque, malgré les appels à poursuivre le processus de ratification, nombre de pays, dont le Royaume-Uni, la Pologne ou la république tchèque avaient arrêté le mouvement.

Aujourd’hui, tous les Etats membres sont décidés à aller de l’avant et à rejoindre les 18 pays qui ont déjà ratifié.

C’est notamment vrai pour le premier ministre britannique Gordon Brown, qui a fait savoir à ses partenaires européens qu’il ne jouerait pas une partition discordante.

Les "Vingt-Six" vont donc demander au Premier ministre irlandais Brian Cowen, lors du Conseil européen des 19 et 20 juin, de trouver une solution au problème créé par son pays.

Un second référendum peut-il être organisé en Irlande ? Quels sont les changements - forcément cosmétiques - qui lui permettraient de le remporter ? Quel est le calendrier, même si l’on sait déjà qu’il sera impossible de faire entrer le traité en vigueur à la date prévue du 1er janvier 2009 ?

Pour les autorités françaises, de toute manière, le poids de 26 Etats membres sur 27 permettra d’éviter l’arrêt du train en gare, ce qui laisse entrevoir la naissance d’une Europe à deux vitesses si l’Irlande ne parvient pas à monter à bord.

"Il faut poursuivre les politiques communes qui sont les nôtres", a estimé Jean-Pierre Jouyet. "Nous verrons ceux qui sont en mesure de nous suivre dans cette voie."

 http://today.reuters.fr/news/NewsAr...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
L’Irlande replonge l’UE dans la crise mais 2008 n’est pas 2005
13 juin 2008 - 18h38 - Posté par momo11

La crise,c’est quand les riches sont plus riches et les pauvres plus pauvres.Alors la crise est présente depuis longtemps.momo11



L’Irlande replonge l’UE dans la crise mais 2008 n’est pas 2005
14 juin 2008 - 10h23

ce referendum est un probleme pour la noblesse europeenne, mais comme dans tout coup d’etat il y a pour eux une solution






Anti-racisme à gauche et signes religieux. (Fr - Deutsch)
mercredi 26 - 00h26
de : Christian DELARUE - Monique DEMARE
UN ESPACE INDÉFENDABLE - L’Aménagement urbain à l’heure sécuritaire
mardi 25 - 07h03
de : Ernest London
Élections, piège à cons ?
lundi 24 - 13h28
de : jean1
A paris . 24 février 2020 : Les rendez-vous de Publico. ATTENTION (R)évolution permanente
lundi 24 - 12h18
de : jean1
2 commentaires
La Bourse de Paris s’affole face au coronavirus
lundi 24 - 10h55
de : nazairien
6 commentaires
Retraites : « avec le 31 mars, nous voulons refaire une très, très grosse journée »
lundi 24 - 09h12
1 commentaire
AGRIBASHING : COMMUNAUTARISME & AMALGAME
dimanche 23 - 21h44
de : Christian DELARUE
1 commentaire
No soy un hombre libre .
dimanche 23 - 16h07
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Gilets Jaunes : Éric Drouet évacué du Salon de l’Agriculture
samedi 22 - 11h49
2 commentaires
Ça branle dans le manche ! C’est l’heure de l’mettre
jeudi 20 - 06h14
de : Hdm
(video) Quand Castaner étale l’intimité d’Olivier Faure... pour défendre celle de Benjamin Griveaux
mercredi 19 - 17h48
de : Arnaud Benedetti
2 commentaires
DÉMOCRATIE - Histoire politique d’un mot aux États-Unis et en France
mardi 18 - 20h32
de : Ernest London
MICHEL DEBRONDE VIT EN NOUS
mardi 18 - 12h40
de : Nemo3637
Emission : Radio Manif – L’Hôpital saigne !
mardi 18 - 10h29
de : Emission Polémix et La Voix Off
Graeme Allwright est mort (video)
lundi 17 - 21h03
de : jean1
1 commentaire
La délation au service de la pédagogie !!! ???
lundi 17 - 20h55
de : Le moustique socratique
Tita Nzebi, chanteuse humaniste en concert le 28 mars
lundi 17 - 14h39
LE CAUCHEMAR DE DON QUICHOTTE - Sur l’impuissance de la jeunesse d’aujourd’hui
lundi 17 - 12h40
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge 22 février 2020
lundi 17 - 12h04
de : Frank
Boom de l’IA en France : 260 000 microtravailleurs à 21 € par mois en moyenne
lundi 17 - 08h08
Ce que signifie le retour de Lyssenko et pourquoi il faut le combattre !!!
dimanche 16 - 21h39
de : Lepotier
3 commentaires
BOLIVIE - L’enjeu des services privés de santé derrière l’expulsion des médecins cubains.
dimanche 16 - 12h22
de : allain graux
VENEZUELA : LES ETATS-UNIS ACCUSES DE CRIMES CONTRE L’HUMANITE DEVANT LA COUR PENALE INTERNATIONALE
dimanche 16 - 10h17
de : JO
Plaidoyer pour le Rojava - Réflexions d’un internationaliste sur les aléas d’une révolution - ed. Acratie
samedi 15 - 11h58
de : acrate
RETRAITES : le bracage à 72 milliards qu’aucun média n’a vu !
samedi 15 - 10h28
de : JO
3 commentaires
Le Service national universel que le gouvernement veut rendre obligatoire pour les jeunes de 16 ans
vendredi 14 - 18h41
de : Mars
2 commentaires
Deal électoral entre Partis bourgeois traditionnels et l’Alternative für Deutschland/AfD fascisant : La crise politique à
vendredi 14 - 18h34
de : Ollaf
TOULOUSE : Actions Syndicales , la lutte continue ! Et même si Macron ne le veut pas !
vendredi 14 - 16h20
de : JO
POUR UNE ÉCONOMIE LIBERTAIRE
vendredi 14 - 12h01
de : Ernest London
1 commentaire
Fiorina Lignier, Gilet jaune et défigurée : Reportage avec video à voir absolument !
vendredi 14 - 10h19
de : JO
2 commentaires
Animaux, système démocratique inclusif et trajet vers plus de civilisation
vendredi 14 - 03h03
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Loi travail, gilets jaunes, retraites : « une mise en ébullition de la société française »
jeudi 13 - 08h54
30 ans et deux siècles... C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 13 - 05h46
de : Hdm
1 commentaire
17 Février ?
mercredi 12 - 14h18
de : Martine
2 commentaires
Dérives inquiétantes du secrétaire général du PCF
mercredi 12 - 07h58
de : Jean-Marie Défossé
5 commentaires
QU’EST-CE QUE LE PROLETARIAT ?
mardi 11 - 18h15
de : Nemo3637
Quand la Police(?) et ses "syndicats" se distinguent à nouveau
mardi 11 - 17h10
de : azard
1 commentaire
HISTOIRE
mardi 11 - 12h09
de : Ernest London
Demain : Le syndicalisme de masse contre la destruction néolibérale
mardi 11 - 09h38
de : Christian DELARUE
Morts anti-nucléaire ou pas.
lundi 10 - 16h47
de : L’iena rabbioso
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Il faut avoir une parfaite conscience de ses propres limites, surtout si on veut les élargir. Antonio Gramsci
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
Projection-soutien aux grévistes "Soigne et tais-toi" Mardi 4 février à 19h30
jeudi 30 janvier
de Info’Com-CGT
2 commentaires
Pour soutenir les grévistes qui luttent actuellement contre la réforme des retraites, "Les rencontres Info’Com" organisent une soirée projection-soutien du film ’’Soigne et tais-toi". • Date : 4 février à 19h30 • Lieu : Salle Colonne au 94 bd Auguste-Blanqui 75013 Paris • Participation libre reversée à la Caisse de grève. "Les rencontres Info’Com" est un rendez-vous culturel organisé par le syndicat Info’Com-CGT. Son objectif est de vous (...)
Lire la suite
REMISE DE LA SOLIDARITÉ FINANCIÈRE À L’OPERA DE PARIS MARDI 31 DÉCEMBRE 14H
mardi 31 décembre
de Info’Com-CGT
6 commentaires
Donnez, partagez, investissez dans la lutte… c’est déterminant ! Faire un don en ligne https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... #CaisseDeGreve : remise solidarité financière pour salariés de l’Opéra de Paris mardi 31 décembre 2019 à 14h, dernier jour de l’année en symbole de lutte artistique vs #reformesdesretraites de #macron. Participation 13h à l’AG et remise publique du chèque sur les marches de l’Opéra Bastille à (...)
Lire la suite
POUR DÉFENDRE MA RETRAITE ET CELLE DE MES ENFANTS, JE VERSE À LA CAISSE DE GRÈVE (VIDEOS)
vendredi 27 décembre
de Info’Com-CGT
https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... Nous sommes des millions à être opposés à la réforme des retraites que veut imposer le gouvernement. Cette "réforme" a pour objectif de nous faire travailler encore plus longtemps et mettre en place une retraite à points qui baissera inéluctablement le montant nos futures pensions ! Ne laissons pas faire. Agissons ensemble en participant aux mobilisations ou en alimentant la caisse de grève afin d’aider celles et ceux qui sont en grève et se (...)
Lire la suite
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite