Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

François Cusset. Contre-discours de mai
de : Bernard Gensane
mercredi 18 juin 2008 - 23h12 - Signaler aux modérateurs

François Cusset. Contre-discours de mai. Ce qu’embaumeurs et fossoyeurs de 68 ne disent pas à ses héritiers. Actes Sud, 2008.

Bizarrement, on a très peu célébré le cinquantenaire de Mai 58, la chute de la Quatrième République, le coup d’État feutré de De Gaulle, l’instauration d’une nouvelle République, donc d’un nouveau partage institutionnel du pouvoir, avec un renforcement du rôle de l’État, de sa prééminence, tout ce que les “ gaullistes ” libéraux d’aujourd’hui vomissent.

J’ai lu peu d’ouvrages consacrés à l’anniversaire de Mai 68, de ces deux mois dont on parlera peut-être encore dans cent ans et que j’ai eu la chance de vivre, à mon niveau d’étudiant provincial, en première ligne (http://blogbernardgensane.blogs.nou...).

Je n’ai pas même feuilleté les livres d’auteurs de droite du style Ferry, Glucksman ou Cohn-Bendit. Me souvenant de Politique Hebdo, je n’ai pas encore eu le temps de lire le roman-feuilleton d’Hervé Hamon, Demandons l’impossible. Je renvoie à une interview très vivante de lui, aux antipodes des acrimonies de nombreux soixante-huitards passés dans le camp de la réaction, et dans laquelle, une fois n’est pas coutume, je me reconnais globalement (http://www.kewego.fr/video/iLyROoaf...).

En revanche, on a vu que les auteurs de droite avaient tout fait pour nier la spécificité sociale de mai 68, alors que ce mouvement a concerné toute la société, jusque dans ses recoins les plus inattendus. Voir, par exemple, Les enragés du football. L’autre Mai 68, qui raconte la contestation dans un milieu où, il est vrai, les professionnels de l’époque ne roulaient pas en Ferrari (j’ai bien connu, au début des années soixante, le gardien de but d’une des meilleures équipes de football de première division ; ses enfants étaient boursiers). Les “ événements ” n’ont pas surgi de rien, ils ont en fait été, pour la France, l’aboutissement de mouvements de fermentation intellectuelle et militante qui, comme l’explique par le menu le livre savant de Daniel Lindenberg, Choses vues. Une éducation politique autour de 68, avaient débuté avant 1960. Ces événements s’inscrivent dans un contexte mondial qu’on n’est pas près, non plus, d’oublier : Guerre du Vietnam, contestation violente sur les campus étatsuniens, Printemps de Prague, jusqu’au poing ganté de noir de Tommie Smith, vainqueur du 200 mètres olympique de Mexico, cette fulgurance tellement bien narrée par Pierre-Louis Basse dans son 19 secondes et 83 centièmes.

Je voudrais évoquer le livre de François Cusset, brillant sociologue, historien, théoricien, né un an après les “ événements ”. Cusset a écrit, selon moi, le meilleur livre sur les années quatre-vingt : La décennie, le grand cauchemar des années 1980. Sa démarche est ici double : faire œuvre d’historien rigoureux en s’appuyant sur des faits précis, et exhumer l’air du temps pour définir la spécificité de ce printemps à nul autre pareil.

68, expose Cusset, ce fut à la fois des lycéens petits-bourgeois qui dépavaient la rue Gay-Lussac et la plus longue grève générale de l’histoire de France. Une grève qui ne répondait à aucune mesure impopulaire mais qui, elle non plus, n’avait pas surgi du néant : les salaires dans l’industrie, dans l’agriculture étaient faibles, les conditions de travail étaient dures, parfois dégradantes (voir le film Reprise), les lieux de travail connaissant plus souvent le paternalisme que la démocratie. 68, ce fut aussi des millions de prises de parole exubérantes, folles, authentiques, rimbaldiennes (« Sous les pavés, la plage ») et une langue de bois comme on n’en avait pas connue depuis la Novlangue d’Orwell.

Cusset évoque un « camaïeu d’émotions improvisées ». C’est-à-dire un enchevêtrement jamais vu d’expériences festives et de prise de conscience sociale, de libération sexuelle et de guérilléros de théâtre de boulevard, de découverte de soi et, pour certains, d’adulation de Mao, d’imagination débridée au pouvoir et de réflexions organisées, sérieuses dans les entreprises, les établissements scolaires. La société fut irriguée, ébranlée par tout cela au point que, nous dit Cusset, « […] la politique, qu’on cherche à tout prix à évacuer du souvenir plaisant de ce joli mois de mai, a pris en 68 un sens qu’elle n’a plus cessé en France de perdre depuis lors : non seulement l’extension de son territoire, à toutes les zones de l’existence (selon la devise féministe : “ ce qui est personnel est politique ”), mais aussi le substrat sensible de toute vie digne de ce nom, au sens où on vit, on souffre, on jouit directement de la politique. Et ceci sans métaphore aucune, ni faire insulte pour autant à ceux qui enduraient, au même moment, les tortionnaires sud-américains ou les camps de rééducation chinois. »

Le Moi, l’Autre, la Totalité ne faisaient plus qu’un. Jamais jusqu’alors, et jamais depuis, le social n’avait aussi pleinement rencontré le personnel. L’aventure intérieure était de l’autre côté de la rue, à l’autre bout de l’amphi, dans l’atelier voisin. L’histoire fut écrite par une parole individuelle et collective, par des faibles pour une fois forts, par des groupes et des isolés.

Cusset cite d’abondance Michel de Certeau, un “ grand frère ” (il avait trente-trois ans en 1968). Qui mieux que ce penseur jésuite, psychanalyste, philosophe, spécialiste de sciences sociales pouvait exprimer la différence de mai 68, sa singularité et peut-être, à échelle historique, son éternité : « La violence est le geste de qui récuse toute identification ». […] « Quelque chose nous est arrivé. Quelque chose s’est mis à bouger en nous. Émergeant d’on ne sait où, remplissant tout à coup les rues et les usines, circulant entre nous, devenant nôtres mais cessant d’être le bruit étouffé de nos solitudes, des voix jamais entendues nous ont changés. Il s’est produit ceci d’inouï : nous nous sommes mis à parler. Il semblait que c’était la première fois, en même temps que des discours assurés se taisaient et que des “ autorités ” devenaient silencieuses (La prise de parole). » Pendant longtemps encore, postule Cusset, ce mouvement restera d’une « brûlante actualité ».

Pour finir, l’auteur propose un découpage original de notre histoire depuis 1968. Après les trente glorieuses, explique-t-il, nous eûmes les « dix intensives » (1969-1978), avec le gauchisme, les luttes féministes, la tentation autogestionnaire. Puis nous eûmes les « vingt peureuses » (1979-1996), avec des socialistes qui avaient voulu changer la vie de tous et se contentèrent d’améliorer le quotidien des actionnaires. Enfin, face à la prise de pouvoir de l’hypercapitalisme financier, nous avons vécu les « dix réactives », certes plombées par la peur millénariste de l’An 2000 et la réaction grossièrement sécuritaire au 11 septembre 2001, mais avec des mouvements comme le DAL ou ATTAC qui pourraient préfigurer une équivalence structurale, une homologie, comme disait Bourdieu, aux expressions des luttes d’il y a quarante ans.



Imprimer cet article





LA LUTTE FINALE
jeudi 14 - 20h36
de : Nemo3637
Hôpital : tout le monde déteste l’austérité
jeudi 14 - 18h11
Bloc bourgeois - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 13 - 21h31
de : Hdm
Sans âme.
mercredi 13 - 21h27
de : L’iena rabbioso
Précarité étudiante : le cinq décembre dans toutes les têtes
mercredi 13 - 18h37
1 commentaire
GILETS JAUNES Acte 52 à Montpellier : La terreur bleue !
mardi 12 - 16h26
de : JO
CES 600 MILLIARDS QUI MANQUENT À LA FRANCE
mardi 12 - 12h16
de : Ernest London
BOLIVIE ! Processus électoral électronique mis en cause !
mardi 12 - 11h32
de : JO
1 commentaire
Pour poser de nouveaux jalons de laïcité
mardi 12 - 01h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Intervention de Michèle Sibony, au nom de l’UJFP, à la manifestation du 10 novembre contre l’islamophobie
lundi 11 - 23h23
de : Chantal Mirail
6 commentaires
L’appel à manifester des sous-marins jaunes
lundi 11 - 21h09
de : jean1
Rassemblement contre la précarité étudiante dans toute la France le mardi 12 novembre
lundi 11 - 20h50
de : jean1
La terre a tremblé de Cruas à Tricastin ; Allo vous m’entendez ?
lundi 11 - 15h40
de : le fou du roi nucléaire pour coordi SudEst
1 commentaire
Gauche SERVILE ou gauche INDOCILE face aux intégrismes religieux
lundi 11 - 11h53
de : Christian DELARUE
5 commentaires
Coup d’Etat en Bolivie :Les syndicats annoncent un siège et donnent 48 heures à Camacho pour quitter La Paz
lundi 11 - 11h13
de : JO
2 commentaires
L’Europe doit cesser d’investir dans l’industrie du génocide
dimanche 10 - 22h29
de : DAIARA TUKANO via Christine Prat
ISLAMOPHOBIE : du SENS STRICT au SENS LARGE
dimanche 10 - 17h42
de : Christian DELARUE
8 commentaires
Le voile est-il une obligation religieuse ?
dimanche 10 - 17h22
de : Mohammed Chirani
5 commentaires
Comprendre l’instrumentalisation du féminisme à des fins racistes pour résister
dimanche 10 - 17h07
de : Lisbeth Sal et Capucine Larzillière 15 septembre 2011
3 commentaires
MRAP : La lutte contre la haine doit être unitaire
dimanche 10 - 00h01
de : Christian D (CN - MRAP)
4 commentaires
Riposte populaire face à l’islamophobie
samedi 9 - 19h00
de : jean1
8 commentaires
Montpellier : Un Acte 52 des Gilets Jaunes marqué par plusieurs blessés et de nombreuses interpellations
samedi 9 - 17h42
de : jean1
PECO : Hypocrisie du bloc pro-capitaliste
samedi 9 - 16h06
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Combattre le fémonationalisme
samedi 9 - 13h08
de : Chantal Mirail
8 commentaires
Retraites à points : les salariés du privé ont tout à y perdre
samedi 9 - 08h53
Les "zélites" , qui détruisent la France sont responsables : à Lyon : un étudiant stéphanois s’immole par le feu
samedi 9 - 01h51
de : nazairien
4 commentaires
Épuration, recyclages et (grandes) compagnies... - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 8 - 22h49
de : Hdm
GILETS JAUNES TOULOUSE : ACTE 51 (video)
vendredi 8 - 15h36
de : JO
LA PETITE MAISON DANS LA ZERMI - Chroniques d’un saisonnier de la misère
vendredi 8 - 12h13
de : Ernest London
Les PECO : déception d’un capitalisme pur et dur et souci de penser encore une alternative
jeudi 7 - 22h10
de : Christian DELARUE
4 commentaires
Sarkozy, mais en mieux.
jeudi 7 - 16h59
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Vol, pillage des ressources naturelles de la planète : Partout là où sont encore présentent les multinationales !
jeudi 7 - 16h04
de : JO
Casser les deux communautarismes, le dominant et le dominé.
mercredi 6 - 23h59
de : Christian DELARUE
2 commentaires
LE VOILE, CHIFFON ROUGE OU TORCHE-CUL ?
mercredi 6 - 19h28
de : Nemo3637
8 commentaires
Un blessé grave de plus dans les manifs. des Gilets Jaunes !
mercredi 6 - 15h27
de : joclaude
Ces entreprises qui empochent les milliards du CICE en licenciant
mercredi 6 - 08h22
Communiqué du PRCF (Pôle de Renaissance Communiste en France) à l’occasion du 30ème anniversaire de la fin de la RDA
mercredi 6 - 06h09
de : jodez
7 commentaires
Double tiers-mondisation intérieure : sociale, territoriale.
mardi 5 - 22h42
de : Christian DELARUE
Usine Biopole d’Angers : les leçons d’un fiasco industriel
mardi 5 - 20h01
de : Christian Haroble
NOTRE ENVIRONNEMENT SYNTHÉTIQUE - La Naissance de l’écologie politique
mardi 5 - 11h38
de : Ernest London

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La musique exprime ce qui ne peut être dit et sur quoi il est impossible de rester silencieux. Victor Hugo
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite