Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Gauche, révolution communisme, reconquérir l’espoir !


de : Jean-Paul LEGRAND
jeudi 31 juillet 2008 - 19h26 - Signaler aux modérateurs
12 commentaires

"Les conceptions théoriques des communistes ne reposent nullement sur des idées, des principes inventés ou découverts par tel ou tel réformateur du monde. Elles ne sont que l’expression générale des conditions réelles d’une lutte de classes existante, d’un mouvement historique qui s’opère sous nos yeux".
Karl Marx et Friedrich Engels - Manifeste du Parti communiste - Londres 1848

L’émancipation des peuples sera leur œuvre

La crise de la gauche

Je n’attends pas grand chose de la gauche telle qu’elle existe aujourd’hui. Pour moi elle est arrivée à la fin d’un cycle où elle a davantage joué le rôle de cadrer le mouvement populaire dans le système plutôt que de l’aider à trouver son autonomie transformatrice. La gauche est perçue comme une alternative politicienne possible davantage par opposition formelle à la droite que par sa capacité à porter un projet transformateur. Cela reste donc du domaine politicien et dans le cadre du capitalisme qui serait un horizon indépassable.

Pour moi, au contraire, ce dont il s’agit c’est de libérer les énergies inventives de millions d’individus qui n’en peuvent plus du capitalisme, y compris de ceux qui ont cru dans ce système et qui aujourd’hui en pressentent la faillite inexorable sur le plan du développement de milliards d’être humains dans le monde , de millions dans notre pays. La crise que traverse la gauche PC-PS-LCR- etc... réside dans son incapacité à promouvoir une alternative de transformation fondamentale de la société parce qu’elle s’est laissée piéger par le système de la bipolarisation et des institutions actuelles en négligeant son rapport aux milieux populaires et à la classe ouvrière dont elle ne mesure sans doute pas les profondes modifications qui y sont intervenues.

Je crois qu’il appartient aux citoyens, aux travailleurs de transformer en profondeur la gauche et en son sein le PCF. Au lieu de combinaisons politiciennes et électoralistes chacun doit se poser la question de comment favoriser la créativité des citoyens. Ainsi il est urgent de promouvoir la maîtrise par les gens de leur intervention et le combat pour une éducation populaire aux idées les plus progressistes afin de doter le mouvement populaire des moyens politiques de son autonomie. Face à la machine médiatico- idéologique du capital, face à un appareil d’Etat de plus en plus au service des plus riches, à une internationalisation capitaliste des forces productives, les idées révolutionnaires peuvent vite progresser si la gauche et en son sein le PCF deviennent des espaces de liberté totale de création politique qui fassent appel à l’inventivité et à l’imagination des gens, deux qualités que le capitalisme tente de formater, restreint et ramène au but ultime de l’accumulation de l’argent. L’imagination et l’invention partout, dans les quartiers, les entreprises, dans tous les lieux de décisions, exercées par le plus grand nombre, cela s’organise.

L’imagination au pouvoir

C’est un combat ! Aucune alternative politique viable ne se fera en dehors de la créativité des gens, de la maîtrise par eux des enjeux et des décisions. Si les partis politiques peuvent être utiles c’est dans cette action pour stimuler l’éducation populaire et une citoyenneté d’engagement et d’action des gens tout en présentant leurs propositions.

Mais pour l’instant les partis de gauche sont bien éloignés des citoyens hormis quelques élus et militants qui estiment que le capitalisme doit et peut être dépassé, qui osent remettre en cause la routine et qui sont critiques vis-à-vis des institutions lesquelles sont davantage des freins à l’action démocratique que des outils de réelle participation. Si la droite s’est décomplexée totalement quant à la promotion d’un ultra-libéralisme de rupture avec tout ce que notre peuple a conquis de progrès démocratique et social, la gauche et ses dirigeants restent dans le cadre désespérant de vieux schémas surannés, incapables de faire appel à l’espoir et à l’inventivité des gens, complètement bloqués par la trouille d’un mouvement populaire qui pourrait aller au-delà des habitudes réformistes ou staliniennes qui ont mené le mouvement progressiste à l’échec.

Social-démocratie et stalinisme disqualifiés par l’histoire

C’est que fondamentalement ces dirigeants considèrent comme définitive la victoire du capitalisme pourtant en crise et qu’ils n’y décèlent aucunement les signes avant-coureurs d’une possible transition de civilisation. Que ce soient les dirigeants socio-démocrates ou les staliniens, ils ont durant le XXème siècle prouvé que leurs méthodes conduisaient à confisquer le pouvoir au peuple pour le confier à des castes de bureaucrates qui soit se sont refusés à combattre le capitalisme, soit lorsque le mouvement révolutionnaire fut engagé se sont évertués à le corrompre , à le dénaturer et en définitive à le pervertir pour aboutir à l’échec des premières tentatives de socialisme du fait du manque criant de démocratie. Car le socialisme ne peut se développer sans une démocratie supérieure : celle de l’engagement des citoyens et de la reconnaissance à leurs droits de créer, de maîtriser collectivement les grands moyens de production et l’Etat. Au contraire en désespérant le peuple, ils ont accompli leur mission historique que leur avait assigné la bourgeoisie d’encadrer le mouvement populaire, d’anéantir les outils d’analyse théorique du mouvement social sous prétexte que le marxisme serait mort, de maintenir une régulation sociale en promouvant des dispositifs rémunérés d’intégration dans la précarité et le chômage au détriment de l’emploi comme le RSA, de participer à une bipolarisation de la vie politique qui est un crime contre le pluralisme et la démocratie.

L’heure est venue de révolutionner la politique de fond en comble et d’envisager de grands mouvements de lutte qui se donneront des perspectives de transformation de la société sur la base de l’invention d’un nouveau monde. Tout ce qui cantonne l’initiative des gens à une vision étriquée, à son maintien dans le cadre du capitalisme, au refus d’analyse critique des institutions et du système, tout ce qui maintient les gens dans l’idée qu’ils sont incapables de changer la société, bref tout ce qui s’oppose à une visée révolutionnaire et démocratique alliant prise du pouvoir d’Etat et créations de pouvoirs autogestionnaires de base et à tous les niveaux de la société doit être considéré comme contre-révolutionnaire et doit être combattu sans répit.

La peur et l’ignorance sont toujours au service de la classe dominante

Les idéologues du capitalisme, les politiciens de l’ordre établi comptent sur la peur que leur domination provoque chez les gens. Ils mettent en place des dispositifs renforçant une domination de plus en plus dure (fichage, flicage avec suivi des consommations et des actions des citoyens, exploitation renforcée dans les entreprises, heures supplémentaires obligatoires, mise en concurrence des gens, reculs des droits sociaux, chasse aux étrangers sans papier, criminalisation de l’action syndicale et politique, campagnes idéologiques avec matraquage télévisuel, etc…). Il est donc urgent de créer des réseaux de transformation révolutionnaire dans les quartiers, les entreprises, sur internet, pour développer les idées démocratiques de contestation systématique de l’ordre fascisant en cours et mener des actions concrètes pour changer la vie quotidienne.

Les armes de la démocratie réelle vaincront cette peur que les dominants veulent généraliser, elles le démontrent aujourd’hui au sein des couches populaires du Venezuela ou encore de Bolivie. En France les révolutionnaires encore bien minoritaires s’attellent à redonner l’espoir et à faire reculer cette peur. Les idées révolutionnaires peuvent devenir des forces matérielles car elles correspondent aux exigences de notre temps, d’une humanité qui pour se développer sans aller vers le chaos devra se débarrasser de la domination de classe. Nous ne sommes qu’au tout début d’une transition historique, tout dépendra de la capacité des exploités à vaincre leur désespoir pour relever la tête, s’unir et prendre les rênes de l’avenir.

La crise du PCF

La gauche n’est donc pas au diapason des réalités. La gauche peut gesticuler dans tous les sens, elle est à la fin d’un cycle qui a abouti à l’affaiblissement du Parti communiste et à l’ancrage du Parti socialiste dans la gestion de la crise du capitalisme. Le capitalisme en crise se donne comme rechange possible une gestion politique future avec le PS, le MODEM, le PRG, le MRC voire des éléments de la direction du PCF convaincus que le capitalisme est indépassable ou qu’il est impossible d’inventer autre chose que l’économie de marché. Tout en reléguant la gauche trotskyste à son rôle contestataire mais totalement inefficace pour la transformation de la société, sorte de petite soupape du capitalisme.

La gauche dans son ensemble se refuse à une analyse critique sérieuse de son échec historique et le PCF traversé par une lutte entre ses courants réformistes et ses courants révolutionnaires prendra encore de nombreux mois, voire de nombreuses années pour remonter la pente de façon à devenir un grand parti populaire de transformation sociale. Tant qu’il se fixera des objectifs électoralistes sans lien avec des orientations révolutionnaires mise en débat au sein du peuple il perdurera dans les difficultés qu’il connaît aujourd’hui.

Misère et grandeur du PCF

Car le PCF adopte souvent les défauts de la social-démocratie : il a réalisé des alliances en dehors de la maîtrise par les gens des objectifs de transformation et de leur action autonome, il arrive que certains de ses élus votent des décisions sans jamais consulter la population, nombre de militants et d’élus passent beaucoup de temps en réunions internes et consacrent à peine 10% de leur temps militant à la rencontre des habitants, il arrive qu’on considère les habitants comme des citoyens incapables de comprendre ce que comprennent les communistes et l’on s’adresse à eux avec un langage si simpliste qu’il en devient ridicule et en perd de sa crédibilité avec des phrases tellement "bateau" et "redites" qu’elles sont éloignées d’une analyse concrète de la réalité concrète et donc n’ont pas de sens pour les gens.

Pourtant il y a dans le PCF une richesse extraordinaire qui ne demande qu’à fructifier. Le PCF a été un grand parti. Il a été même le ,grand parti de la classe ouvrière dans la France de ce XXème siècle. Toutes les conquêtes sociales, culturelles et même économiques sont marquées du sceau du PCF. La personnalité même de la France est imprégnée de l’existence de ce que fut ce parti qui a joué un rôle éminent dans toutes les avancées. Il y a des expériences de vie, de luttes de chaque adhérent qui sont rarement entendues en tout cas peu prises en compte. Il y a depuis quelques années un véritable abandon du travail théorique et critique alors qu’aucun parti en France n’avait jamais autant rendu la philosophie populaire, l’histoire aussi vivante, alors que les communistes par leurs connaissances ont des références marxistes et progressistes fortes qu’on néglige tellement aujourd’hui. Le parcours de chaque communiste est si singulier qu’il permet de voir qu’on vient au communisme pour des raisons qui sont bien différentes mais on néglige trop souvent d’étudier ce cheminement pour comprendre qu’aujourd’hui le communisme peut devenir l’engagement de millions d’hommes et de femmes de toutes les catégories sociales.

Oui il va falloir ne pas craindre apporter une critique de fond pour que le PCF devienne le parti révolutionnaire dont notre pays a besoin qui saura se définir comme force autonome au service du peuple et qui ne sera plus dans la pratique la force d’appoint d’une social-démocratie divisée ni une caution de gauche à des politiques d’accompagnement du capital, politiques qui ont conduit en définitive à la baisse d’influence du PCF.

La digue cèdera !

La recomposition de la gauche est donc une opération politique de plus, sans grande portée pour les intérêts populaires. Pourquoi ? Tout simplement parce que les forces qui entendent y participer renoncent à reconnaître la réalité de la lutte des classes et ont décidé qu’il n’y avait pas d’autre horizon que celui du "marché".

Il y aura toujours en politique des gens qui se penseront investis du pouvoir de penser pour les autres, qui vendront leur esprit critique pour un poste, qui se prostitueront pour quelques places auprès de mieux placés qu’eux dans la hiérarchie du pouvoir. Beaucoup de gens ont compris comment tout cela fonctionne et ils sont conscients que ces politiciens de droite comme de gauche sont à mille lieues des préoccupations réelles des citoyens

Rien n’est plus ridicule pour un parti de faire de grandiloquentes déclarations sur le socialisme et en définitive de soutenir le capitalisme dans des actes très concrets, comme de s’abstenir face à des mesures criminelles contre le droit du travail, lesquelles vont conduire à un recul social sans précédent.

Alors, me dit-on, tu les mets tous dans le même sac ? Non pas du tout, autant il est compréhensible que les politiciens de droite ont tout naturellement la tâche de promouvoir le capitalisme, autant il est nécesssaire de démasquer la duplicité de tant de politiciens de gauche qui récupèrent les aspirations socialistes pour renoncer en définitive à combattre résolument le capitalisme. Toute l’histoire de la gauche de ces dernières décennies a été traversée par cette problématique.

"Alors en fait tu es un vieux stalinien, tu refuses l’évidence et la modernité, tu refuses d’accepter l’évidence : le capitalisme est indépassable, il faut le réguler, limiter sa nocivité" me disent certains. Non pas du tout, je ne suis pas stalinien, je suis communiste !. Je suggère simplement d’analyser la réalité de l’évolution des forces productives car c’est là que réside l’avenir du communisme, ce n’est pas une invention de mon cerveau : c’est la réalité en mouvement à laquelle se confronte la conscience des hommes, une réalité qui a ses exigences : concentration gigantesque de la production, augmentation colossale de la productivité, accélération des échanges, prédominance de la finance, migrations humaines sans précédent, employabilité immédiate de centaines de millions d’hommes, harmonisation mondiale du droit du commerce, utilisation des nouvelles technologies dernier cri pour les transactions, phénomènes où tout est conçu pour augmenter l’accumulation du capital afin de rémunérer au mieux celui-ci

Le capitalisme du XXIème siècle est l’ogre de l’Humanité

Toute cette révolution se fait au prix de sacrifices humains et écologiques jamais atteints dans l’histoire de l’humanité, des centaines de millions de victimes de la pauvreté, du chômage, de la précarité dont le nombre croît chaque jour beaucoup plus vite que celui des riches qui profitent du système justement sur la base de l’inégalité, intrinsèque au capitalisme. Cette paupérisation grandissante relativement aux richesses créées est la preuve que le capitalisme n’est pas le système qui peut donner une perspective de développement juste et durable à l’humanité.

"Alors tu veux nous rejouer le communisme avec prise du pouvoir par le parti pour imposer aux capitalistes l’étatisation de la société ? Mais ça on a dejà vu ce que ça a donné en Union soviétique, alors non merci !" Non pas du tout, je ne propose pas de rejouer ce très mauvais scénario qui a démoralisé tout le mouvement ouvrier et révolutionnaire et de surcroît a fait tant de victimes, en premier lieu les révolutionnaires eux-mêmes ! Je propose d’essayer la démocratie poussée au plus loin, c’est à dire de permettre à chacun et de façon définie par la loi, le droit d’apporter son expérience, son opinion, ses propositions sur tous les choix qui se font dans la société tant dans les entreprises que dans les institutions. Plus de domaine réservé à quiconque, obligation pour l’Etat de créer toutes les conditions pratiques de la participation des citoyens à la réflexion, l’élaboration, la mise en oeuvre et l’évaluation des projets. Droit à la formation et à l’éducation permanente en vue de cette citoyenneté moderne. Ne serait-ce prendre que quelques mesures en ce sens et le moteur de la révolution politique se mettra en marche parce que tout pousse à cela : l’affirmation de la créativité individuelle dans la stimulation coopérative pour résoudre les problèmes, répondre aux défis de notre temps.

Faire confiance à l’initiative populaire, l’aider à s’organiser

Il faut donc libérer la politique de son cadre surrané et faire confiance à l’initiative populaire en lui donnant les moyens de s’éclore et de se développer comme un objectif politique fondamental. Evidemment ce programme est insupportable pour tous ceux qui dirigent aujourd’hui la société et les entreprises, dont beaucoup sont convaincus que leur position dominante leur donne la légitimité d’être porteur de la science infuse. On a connu et il en existe encore, des souverains qui se pensent Dieu sur terre. Le dernier en date, cela ne lui a pas réussi, vient d’être détrôné au Népal. La tentation permanente du pouvoir fait perdre l’humilité, la modestie et l’empathie que l’on devrait à tout être humain. Elle conduit à la reproduction de rapports dominants-dominés structurés par la nature même de la lutte de classes.

"Alors tu penses vraiment que les gens sont capables de s’engager dans ton projet ? C’est peut être un peu trop utopique non ?" Je ne pense pas qu’il s’agisse de mon projet. Je n’ai rien inventé. Je crois pour écouter ce qui se dit autour de moi que cela correspond à une aspiration profonde des gens. Mais la plupart de nos concitoyens sont en souffrance non seulement à cause du chômage, de la vie chère, de la crise du logement, de la précarité, je crois qu’ils le sont aussi et surtout parce qu’on ne les considère pas à la hauteur de ce qu’ils méritent, parce qu’on ne les écoute pas, ou parce qu’on fait semblant de les écouter pour mieux leur confisquer le pouvoir.

Mais le moment se rapproche où la digue cédera, et le flot des exigences retenues se déversera sur toute la société. C’est là que réside l’avenir du communisme, bien loin de toute recomposition de la gauche. Telle est mon opinion, bien loin, elle aussi des tractations politiciennes, de positionnement derrière tel ou tel dirigeant ou tendance. Je suis un communiste indépendant de tout pouvoir parce que je suis d’abord un homme libre !

Faire des enjeux économiques des questions populaires

Tous les hommes politiques sont d’accord : il faut créer des emplois, il faut que les gens soient logés, il faut qu’ils puissent vivre décemment, il faut, il faut....Pourtant, il suffit de voir l’écart entre les discours et la réalité pour comprendre pourquoi nos concitoyens n’ont pas une bonne image de la politique. Plus le capitalisme se développe plus il révèle sa nature inhumaine . Pour l’accumulation de l’argent en profit capitaliste tout, je dis bien tout, doit être sacrifié. Quel paradoxe ! Plus l’Humanité est capable de créer des richesses, plus la productivité du travail est grande, plus s’agrandissent les populations qui meurent de faim, plus croît le nombre de gens sans emploi et sans abri, plus l’exploitation, la prostitution, la vente d’armes et l’esclavage des enfants prennent de l’ampleur. Curieux non ? Pas si bizarre que cela pourtant.

Ce ne sont pas des phénomènes naturels dont il s’agit sur lesquels les hommes n’auraient aucune maîtrise, non ! Ce sont des phénomènes qui résultent des choix politiques de quelques hommes aux différents niveaux des appareils d’Etat tous voués à répondre aux exigences des membres des conseils d’administrations des multinationales. Parfois comme aux Etats-Unis, voir même en France, les mêmes qui sont ou qui ont été à la tête de grandes entreprises sont les mêmes que l’on retrouve à la direction de l’Etat. Mais tout cela ne tombe pas du ciel. Il a fallu des décennies pour que le capitalisme trouve cette maturité, cette symbiose capital/Etat pour en arriver à un capitalisme, certes mondialisé, mais reposant sur des réalités nationales et étatiques.

La coercition du capital sur les peuples

Pour que le capital puisse poursuivre son business en toute tranquillité, il est impératif d’exercer une coercition sur les populations, de faire en sorte que les gens soient conduits à adopter le mode de vie qu’on leur impose et donc à s’adapter aux exigences des entreprises. Par-dessous tout, la crainte des forces capitalistes est le développement de la démocratie : plus les gens interviendront dans les affaires de l’Etat et de l’économie, plus le « danger » de contestation du capitalisme et de la création d’une alternative est grand. C’est pourquoi le capitalisme mène une guerre idéologique qui favorise l’individualisme à outrance au détriment des solutions collectives et sociales qu’il assimile au collectivisme et à l’échec qui en a résulté dans les pays dits « communistes ». Or cet échec provient justement du manque de démocratie réelle avec des pouvoirs staliniens qui ont mené des peuples entiers à la désespérance et à la répression et qui se sont accommodés d’un statut-quo du partage du monde avec les puissances capitalistes, fondé sur une course aux armements extrêmement coûteuse et périlleuse pour l’Humanité.

Les idéologues du capitalisme ont donc vite annoncé l’inefficacité du « socialisme » et le triomphe du libéralisme, de la société marchande fondée sur l’accumulation du capital. Si les idéologues aiment les raccourcis, l’histoire les déteste ! Car si le capitalisme domine la planète il apporte la preuve quotidienne non seulement de son inefficacité à répondre aux défis de l’humanité et aux besoin des gens, mais surtout de sa nocivité concrète par l’utilisation de la force, de la division et de la concurrence comme modes de développement d’une minorité d’humains sur les milliards d’autres. Tout le discours "bien-pensant" actuel nous explique que le salut serait de se "vendre". Vocabulaire marchand par excellence qui dénote la nature même du capitalisme : l’homme pour lui n’est qu’une source de profit.
A partir de là, toutes les stratégies politiques découlent de cet impératif : faire un maximum de profit dans un temps le plus court possible pour rentabiliser l’énorme masse de capital qui existe à l’échelle mondiale. Mais le macro-économique n’existe pas sans le micro-économique, sans que les grandes stratégies ne reposent sur des réseaux locaux de stratégies au plus proches des populations pour les maintenir sous un contrôle social et politique répondant aux objectifs fondamentaux de rentabilité du capital.

L’exemple du sud de l’Oise

A ce titre, l’expérience vécue en terme d’économie locale à l’échelle du sud de l’Oise peut être riche d’enseignements. Pour aller vite, après les décisions d’en finir avec des industries inadaptées en matière de rentabilité dépassant les deux chiffres de croissance (casse de Chausson à Creil-Montataire par exemple avec 5000 emplois en moins), on a assisté dans le grand bassin creillois à une désindustrialisation sévère diminuant les capacités des collectivités à répondre aux besoins des gens. A cela s’ajoute une crise nationale du logement dans laquelle la construction sociale est sacrifiée sur l’autel de la spéculation foncière et immobilière se traduisant par une crise locale du logement qui représente un véritable bombe à retardement. Sans parler d’une transformation asphyxiante de l’hôpital public qui, considéré comme non rentable, paie les frais d’un libéralisme dévastateur.

Evidemment face à de telles situations, il faut du courage pour relever les défis. Il faudrait s’attaquer aux causes réelles des difficultés en cours qui ne sont rien à côté de celles qui risquent de se multiplier si les citoyens laissaient les seuls politiciens s’occuper de leur sort. Car en toute lucidité, quelles ont été les stratégies employées ces dernières décennies par ces politiciens locaux, départementaux, régionaux et nationaux : les mêmes en fait, qui se résument en une seule "accompagner le capitalisme dans son évolution prédatrice et inhumaine". Rares sont ceux qui ont osé s’opposer à cela. Et quand bien même ils l’ont fait, malgré la sympathie des populations, voire de quelques mobilisations, le système a bien fonctionné pour liquider la richesse humaine de nos industries, pour déstructurer le tissu social, pour déployer une pédagogie du renoncement à la lutte et à l’autogestion politique.En toute lucidité, il a été convenu entre la gauche et la droite que puisque le "capitalisme était indépassable" l’heure n’était plus à la lutte de classes, mais à l’accompagnement social de l’évolution capitaliste, sorte de compromis historique qui a conduit à nous expliquer que les plans de licenciements ne sont pas des plans consistant à mettre à la rue les gens mais de véritables plans dits "sociaux" !

Le « deal » gauche-droite

D’un côté "tu me laisses faire mon business", de l’autre "ne m’’embête pas trop sur mon fief politique, en échange j’exerce le contrôle des gens pour qu’ils se tiennent à carreaux si possible en les assistant avec quelques expédients qui leur permettront de survivre". Hélas il est arrivé que mêmes certains qui se disaient "communistes" sont tombés dans ce triste panneau de l’abandon de la lutte de classe pour un pauvre plat de lentilles : celui de l’illusion qu’il suffisait de posséder un titre pour que le peuple vous le décerne ad vitam aeternam. Le hic dans l’affaire c’est que le capitalisme fait tellement de dégâts que le système craque de partout et que le "socialisme" de contrôle des populations commence à atteindre ses limites. Il est donc fondamental d’agir pour une pensée politique critique nouvelle qui ne fasse aucune concession aux idéologies capitalistes, néo-libérales, lesquelles si nous n’y prenons pas garde mèneront à des réponses extrêmement autoritaires avec un recul sans précédent de la démocratie.
On entend ici et là de doctes savants qui déclarent que la solution pour l’agglomération creilloise serait que les populations s’adaptent à la demande des entreprises. Il est vrai que si demain un PDG chinois vient "offrir 500 emplois" par la création d’une entreprise sur notre territoire, mais payés 300 euros mensuels, ce sont les mêmes doctes savants de la nomenklatura locale qui viendront nous dire que l’on n’ a pas le choix et qu’il faudra accepter. Les mêmes nous diront que l’Education nationale risque d’effrayer les patrons en sur-diplômant les jeunes, ou que le rôle d’une société publique de développement économique c’est de s’adapter à la demande patronale mais pas de proposer des stratégies industrielles et d’engager des prospections d’entreprises puisqu’il faut d’abord adapter les gens à une culture d’entreprise qui n’est autre que la course à l’argent pour une minorité au détriment de l’immense majorité ! Autrement dit, le peuple n’est pas bon, changez de peuple !
Des esprits chagrins disent que ces dernières années, nos élus du sud de l’Oise n’ont pas fait grand chose pour tirer le meilleur profit d’un projet comme celui du canal Seine-Nord, ni celui de la ligne ferroviaire Creil-Roissy, ni encore celui d’un pôle industriel automobile ! Horreur, vous n’y pensez pas tout de même ? Arrêtez de dire des gros mots : industrie ? Industrie ? Vous avez dit Industrie ?

Vaincre la proscratination du fatalisme

Le fatalisme de l’ordre capitaliste demeure dans la tête de nombre d’élus, de militants, de citoyens qui n’ont pourtant rien à attendre de ce système sinon dans de très rares cas quelques maigres avantages de petits pouvoirs individuels, en échange d’une soumission qui les compromettrait durablement. La fracture entre ceux qui ont définitivement choisi le capitalisme qu’ils soient de droite ou de gauche et les autres devient de plus en plus évidente. Pour autant, il ne s’agit pas de se lancer dans l’aventure de la LCR de la création d’un parti dit "anti-capitaliste" qui cantonnerait le mouvement populaire dans une impasse politicienne de la seule contestation du système. Il s’agit d’avoir une ambition transformatrice non politicienne fondée sur les possibilités de notre époque : celles d’unir des gens très différents, issus de tous les milieux, qui refusent le capitalisme parce qu’ils prennent conscience de sa nocivité et qui sont prêts à construire une société reposant sur le développement humain et non plus sur celui du capital. De ce point de vue des pistes riches d’avenir peuvent être ouvertes. Je pense en particulier à la mobilisation des citoyens pour un ordre planétaire qui soit pacifique au travers des échanges internationaux, des jumelages, de la coopération décentralisée. Les collectivités locales peuvent être à la pointe de ce combat non seulement dans des coopérations culturelles mais en particulier dans des coopérations économiques qui pourraient offrir un type de développement nouveau en dehors des multinationales et du G8. Il y a ici des potentialités très vives de création d’emplois et de richesse partagée du point de vue des connaissances, des nouvelles technologies, des matières premières...

La révolution n’est pas l’oeuvre d’une minorité mais l’hypothèse universelle la plus crédible humainement

Les révolutionnaires que nous sommes n’ont rien à voir avec ceux qui nous louent les médiocres avantages d’un aplatissement devant le capitalisme et nous combattrons sans merci leur stratégie suicidaire. Nous la combattrons sans répit en rassemblant largement pour que les habitants s’emparent des enjeux économiques et en fassent leurs biens, leur propriété, leur patrimoine commun. La lutte pour la transformation radicale de la société commence à l’échelon local pour gagner la périphérie et le global. Après 40 ans de tromperies de dirigeants politiques bien serviles à la cause du capital, la lutte transformatrice ne fait que commencer ! Car la révolution n’ a rien à voir avec des groupes ou des minorités agissantes, elle est l’hypothèse la plus crédible d’une transformation démocratique radicale que l’humanité doit opérer sous peine de disparaître.

Dans les prochains mois et les années à venir, des bouleversements profonds seront entrepris à l’échelle planétaire. Ou bien transition vers une civilisation supérieure avec un développement inédit de la démocratie ou bien recul plongeant notre monde dans les ténèbres d’une barbarie jamais connue dans l’histoire. Tel est l’enjeu où chacun devra prendre ses responsabilités dans l’accomplissement du rôle historique de sa propre classe.

Jean-Paul LEGRAND
militant communiste
maire-adjoint PCF de Creil



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Gauche, révolution communisme, reconquérir l’espoir !
1er août 2008 - 00h28 - Posté par denis st brévin

Le principal obstacle à l’émancipation des peuples (hormis le capitalisme) c’est la délégation de pouvoir.

Les peuples, les gens délèguent leur pouvoir aux élus pour de multiples raisons qu’il serait trop long et complexe de développer ici.

Nombres d’élus y trouvent (quoi qu’ils en disent) leur contentement.

Le PCF en ayant comme colonne vertébrale de sa stratégie la prise de pouvoir contribue, par la force des choses, à nourrir la délégation de pouvoir donc à empêcher l’émancipation des gens.

L’hypothèse communiste (A. Badiou) ne peut pas passer par une stratégie de prise de pouvoir, voilà un siècle que le PCF s’y obstine et on connait le résultat.
Elle n’est possible que par l’émancipation et l’émancipation n’est rien d’autre que l’expérience poussée jusqu"au bout. je m’explique ; les gens rencontre un problème -premier acte de l’expérience- puis il espère que quelqu’un va trouver la solution, un élu, un chef, un délégué...voire dieu - fin de l’expérience. Pour que l’experience soit menée au bout, les gens doivent eux-mêmes trouver la solution.

Ce n’est donc pas la prise du pouvoir qu’il faut chercher mais des solutions à chaque question avec les gens, eux-mêmes.

Cela peut s’appeler autogestion, cela peut ressembler aux réseaux coopératifs, aux AMAP... Beaucoup de choses à développer, à inventer et même aller voir ailleurs comme par exemple les indigènes du Chiappas...
Malheureusement, Le PCF a ,dès son origine, coupé les ponts avec la fibre anarchiste qui ne déplaisait pas à K.Marx pour choisir la lutte pour la prise du pouvoir et obstinément vouloir s’allier, pour ce faire, avec les réformistes du PS. tant est si bien qu’à lire chaque jour la gauche, la gauche dans l’Huma, j’ai désormais ce mot en horreur.

A ce stade, il me semble Que Le PCF est un obstacle au communisme.

Denis ST Brévin



Gauche, révolution communisme, reconquérir l’espoir !
1er août 2008 - 07h37 - Posté par

Ce n’est donc pas la prise du pouvoir qu’il faut chercher mais des solutions à chaque question avec les gens, eux-mêmes.

Et laisser le pouvoir entre les mains de la bourgeoisie ?.....

Le PCF a ,dès son origine, coupé les ponts avec la fibre anarchiste qui ne déplaisait pas à K.Marx pour choisir la lutte pour la prise du pouvoir

Voir la polémique avec l’anarchiste Proudhon... Tant qu’il y aura des classes antagonistes, il y aura un état pour permettre à la plus riche de dominer les autres. Le meilleur moyen de ne rien changer c’est de laisser le pouvoir d’état à la bourgeoisie ! Ce qui ne veut pas dire qu’il suffit de confisquer ce pouvoir pour solutionner le pb des classes exploitées.

CN46400


Gauche, révolution communisme, reconquérir l’espoir !
1er août 2008 - 08h05

La révolution n’est une hypothèse,elle est un mouvement mondial en cours que la censure du capital et ses complices de “gauche” s’ingenient depuis des decennies a disqualifier et denigrer.

"Tout-à-fait persuadés que « retarder l’heure du soulèvement des ouvriers dans chaque pays constituait le seul véritable souci de la stratégie politique mondiale des états....... "

http://ecritscorsaires.free.fr/arti...



Gauche, révolution communisme, reconquérir l’espoir !
1er août 2008 - 09h40

L’incantation démocratique ne doit pas servir de tenue de camouflage au vide de l’analyse sociètale.

Doit-on, ou non, continuer, ou revenir, à la méthode de Marx pour analyser la société actuelle ? Si oui quelles sont les classes en contradiction d’intérêts ? C’est quoi la classe ouvrière aujourd’hui ? le prolétariat ? la bourgeoisie ? Comment dépasser le capitalisme, c’est à dire installer une société supérieure, plus efficace, pour "l’immense majorité" ? sur tout, ou partie, de la planète ?

Comment réaliser le "Prolétaires de tous les pays, unissez-vous !" ? en France, en Europe ? dans le Monde ?

En répondant à ces questions on répond à toutes ; Pcf or not Pcf, rapports avec Ps, Lcr, etc...positionnement résolument anti-impérialiste....

Voilà, à mon sens, quelques questions fondamentales, qui doivent être au centre du congrés du PC. Parceque, soyons clairs, personne, absolument personne, n’y sera opposé à la "démocratie", mais que vaut une thèse sans antithèse ? Dans ce contexte, la démocratie n’est qu’une évidence, un oecuménisme de façade, une manip pour remettre à plus tard les réponses aux questions qui, parcequ’essentielles, peuvent clarifier la perspective politique du communisme français.

CN46400



Gauche, révolution communisme, reconquérir l’espoir !
4 août 2008 - 22h32 - Posté par pedrito communista

Ainsi, l’esprit de résistance à la confiscation du Parti Communiste par qqs politiciens professionnels serait élégament qualifié d’ "incantation démocratique", alors que les interminables incantations et la langue de bois de dirigeants corrompus combleraient le "vide de l’analyse sociétale", sous-entendu des protestataires et résistants divers à la liquidation , et trouveraient grâce aux yeux des vrais communistes autoproclamés ?

Comme au PS, une hiérarchie tient solidement les rênes de notre Parti depuis des décennies. A la différence des années 70/80, le Parti s’est considérablement affaibli, par l’hémorragie de militants déçus et trahis, et par le vide politique qui accompagne cet exode de militants.

Et les dirigeants de la lutte des places qui continuent de ne rien voir ni entendre : reconquérir l’espoir malgré ces gardiens du temple entêtés ?


Gauche, révolution communisme, reconquérir l’espoir !
1er août 2008 - 13h52 - Posté par Copas

On n’en est plus très loin et on s’en approche.

Reste encore du réformisme et malgré tout ce que j’appellerai de l’illusion constitutionnelle , mais c’est peut-être pour des raisons tactiques (?).

Si la droite s’est décomplexée totalement quant à la promotion d’un ultra-libéralisme de rupture avec tout ce que notre peuple a conquis de progrès démocratique et social, la gauche et ses dirigeants restent dans le cadre désespérant de vieux schémas surannés, incapables de faire appel à l’espoir et à l’inventivité des gens, complètement bloqués par la trouille d’un mouvement populaire qui pourrait aller au-delà des habitudes réformistes ou staliniennes qui ont mené le mouvement progressiste à l’échec.

Peut-être n’est-ce pas seulement une incapacité politique et psychologique mais plus fondamentalement une question d’incapacité liée à des interets matériels .

Une caste intermédiaire entre bourgeoisie et classe ouvrière qui se nourrit de sa situation de contrôle des travailleurs et en même temps de mouleur de grain, ne sert plus à rien dans deux cas :

1) les travailleurs se dotent d’outil sous contrôle direct d’eux (l’autonomie), un puissant mouvement en général fout la trouille aux appareils qui se sont constitués en bureaucratie, car ce mouvement les met matériellement en danger (soit par ses risques d’échecs qui supprimeront tout ou partie des mangeoires, soit par ses risques de succès qui auront fait démonstration d’une grande partie de leur inutilité).

2) Quand la bourgeoisie veut tout récupérer de la "galette" . C’est le cas actuellement.

Que ce soient les dirigeants socio-démocrates ou les staliniens, ils ont durant le XXème siècle prouvé que leurs méthodes conduisaient à confisquer le pouvoir au peuple pour le confier à des castes de bureaucrates qui soit se sont refusés à combattre le capitalisme, soit lorsque le mouvement révolutionnaire fut engagé se sont évertués à le corrompre , à le dénaturer et en définitive à le pervertir pour aboutir à l’échec des premières tentatives de socialisme du fait du manque criant de démocratie.

Ca c’est bon et juste.

En fait, j’entends beaucoup ici ou là parler de marxisme, de la lecture d’une société en termes de classes, et souvent on en réduit l’expression aux classes principales (2), sans faire beaucoup d’analyses des couches qui les composent ni de l’existence de différentes castes qui peuvent émerger et qui sont et font partie de le lutte des classes.

La bureaucratie ou nomenclatura, on l’appelle comme on veut, fait partie de ces couches sociales qu’il faut analyser avec un immense sérieux, leur genèse, leur autonomisation relative des plus grosses classes en présence, leurs bases matérielles, sa dangerosité , ses modes d’action,...

Souvent on a tendance à discuter comme si cette caste, bureaucratie , nomenclatura était en divergences politiques avec les communistes. Il n’en est rien, du moins très peu. C’est beaucoup plus grave : elle est en divergence avec les communistes pour des raisons matérielles, pour défendre ses intérêts, sa place, ses pouvoirs , qui conditionnent son existence de caste.

C’est pour ça que de puissants mouvements hors de son contrôle lui fout la trouille. Et qu’elle est fondamentalement contre-révolutionnaire. Son désir se porte sur un statu-quo éternel où chaque année lui sera avancé une soupe plus épaisse et nourrissante. Mais ce n’est qu’un désir.

Car le socialisme ne peut se développer sans une démocratie supérieure : celle de l’engagement des citoyens et de la reconnaissance à leurs droits de créer, de maîtriser collectivement les grands moyens de production et l’Etat.

Ouais, mais concrètement ? et dans le concrètement ça fait large ....

Tout ce qui cantonne l’initiative des gens à une vision étriquée, à son maintien dans le cadre du capitalisme, au refus d’analyse critique des institutions et du système, tout ce qui maintient les gens dans l’idée qu’ils sont incapables de changer la société, bref tout ce qui s’oppose à une visée révolutionnaire et démocratique alliant prise du pouvoir d’Etat et créations de pouvoirs autogestionnaires de base et à tous les niveaux de la société doit être considéré comme contre-révolutionnaire et doit être combattu sans répit.

C’est OK, sauf qu’étant un peu dinausorien je ne pense pas trop d’un état se prenne, mais plutôt qu’il se casse et soit remplacer par un autre type d’état. Également je pense que le pouvoir ne loge pas à l’Elysée, il y loge quand le locataire applique une politique bourgeoise, mais certainement pas si il y applique une politique de rupture avec le capitalisme (soit réformiste soit révolutionnaire).

Par contre sur l’essentiel c’est bon. Par contre il faut bien traiter cette poussée auto-organisationnelle pas seulement par qui est contre, donc contre-révolutionnaire (je comprends bien la formule qui vise à cogner ceux qui parlent de socialisme sans pouvoir des travailleurs), mais par des tâches concrètes.

Ces tâches concrètes pour faire progresser parmi les classes exploitées l’entrainement et les habitudes d’auto-gouvernement passent maintenant par des initiatives pour préparer au développement de formes d’auto-organisation unitaires et démocratiques dans les batailles concrètes contre les mesures Sarkozy, afin de repousser la fragmentation syndicale par exemple , fragmentation bien pourvue par ailleurs en bureaucraties aux intérêts collectifs et individuels parfaitement identifiés (on en revient à l’attitude des castes/nomenclaturas/bureaucraties).

Bref, des communistes qui ne travailleraient pas, dans le cadre des combats contre la bourgeoisie, à aider à l’auto-organisation des travailleurs seraient bien peu communistes.... Il ne s’agit pas là de beugler à tout propos qu’il faut des soviets (pssss, des coordinations démocratiques) , mais de faire rentrer en ligne de compte qu’on doit aller vers des formes d’organisation démocratiques et unifiées, d’abord par la base, ayant vocation à réunir tous les travailleurs.

Des tas de chemins existent pour créer, pour susciter de l’auto-organisation, des moutures diverses et variées , intermédiaires peuvent être soutenues et défendues (des comités unitaires pour un "tous ensemble", des formes de liaisons, de comités de liaisons rassemblant d’abord ceux qui veulent en découdrent, des sections syndicales communes dans d’autres endroits, des formes avancées d’intersyndicales, etc),...

L’essentiel est de savoir vers où on va, et que parmi les aspects et nécessités du combat social soient recherchés dés que possible une participation de plus en plus active de l’ensemble des travailleurs, non seulement aux mouvements, mais surtout à la gestion et à la direction de ceux-ci.

Évidemment ce genre de proposition suscite en général immédiatement oppositions de ceux qui défendent les nomenclaturas d’appareil , ces dernières d’ailleurs completement incapables de résoudre les problèmes posés par la division syndicale.

Une des raisons supplémentaires qui sont apparues au développement de structures d’auto-organisation ces dernières années c’est l’incroyable fragmentation du mouvement syndical en France, sa faiblesse numérique et sa bureaucratisation anormale.

Tant qu’il se fixera (le PCF) des objectifs électoralistes sans lien avec des orientations révolutionnaires mise en débat au sein du peuple il perdurera dans les difficultés qu’il connaît aujourd’hui.

C’est pire que cela, ce sont des objectifs d’occupation de postes dans l’état comme fins, nirvana de la politique.
Mais en filigrane est indiqué là le fond : Une bataille électorale, voir des postes d’élus, n’ont de sens que si ça sert à renforcer un mouvement qui a son centre en dehors des positions institutionnelles.

Pour en finir avec la question des formes d’organisation démocratiques, unitaires ayant vocation à préparer à l’auto-gestion je crois qu’elles ne peuvent prendre chair que dans les combats réels entre les classes, les batailles, les avancées et les reculs, et non comme des proclamations abstraites, des objectifs vagues de communisme , bref, ça avance ou ça recule dans le feu de l’action et non dans une avancée de ces idées seulement culturelle et idéologique.

Bref, un seul pas en avant concret vaut mieux que 1000 séminaires.

Les communistes, où qu’ils soient, même ceux qui ne se définissent pas eux-même comme ça mais le sont de fait, encartés ou pas, peuvent travailler consciemment au milieu de la classe exploitée, à ces objectifs de préparation à l’auto-gouvernement des travailleurs dans le feu des luttes.

C’est cela qui importe bien plus que beaucoup d’aspects plus superficiels.



Gauche, révolution communisme, reconquérir l’espoir !
2 août 2008 - 07h59 - Posté par karljooris

c’est pas mal surtout dans la critique des positions électoralistes et de l’absence de stratégie réelle ret du type d’alliances que l’on veut..

en fait onévite le pourquoi et on ne précise pas comment... a ce propos rappelons que robespierre fut assassiné le 28.07



Gauche, révolution communisme, reconquérir l’espoir !
2 août 2008 - 10h20 - Posté par jehanrictus

s’inspirer du mouvement chomsky avec democraty now acceder aux tribunes radio
associatives soit louer des plages et intervenir sur les sujets chauds avec débats partagés et offerts à tous sujets ex le devemlopeement durable dont on nous rase ne vient il pas au szcours du capital puisque l’on retrouve les memes acteursrecréeer cette ferveur combattive qui avait fait prévaloir le non européen français et ce malgré un rouleau compressuer médiatique jamais vu



Gauche, révolution communisme, reconquérir l’espoir !
2 août 2008 - 11h18 - Posté par Alain Chancogne

CHER Jean Paul,
"Vous" êtes tant d’ex camarades de mon ex Parti à ressasser cette incantation que cela , parfois, me fait bondir.. !
Tu martèles
« Oui il va falloir ne pas craindre apporter une critique de fond pour que le PCF devienne le parti révolutionnaire dont notre pays a besoin qui saura se définir comme force autonome au service du peuple et qui ne sera plus dans la pratique la force d’appoint d’une social-démocratie divisée ni une caution de gauche à des politiques d’accompagnement du capital, politiques qui ont conduit en définitive à la baisse d’influence du PCF. »

Tu es un responsable, un élu, tu connais aussi bien que moi l’"appareil" , tu sais fort bien que l’organisation qui a incarné l’espoir, qui a porté les colères populaires, qui a été le cauchemar du capitalisme français depuis près de 80 ans..n’est plus un REPERE de classe mais un REPAIRE de pré-retraités qui tirent les ficelles , une compillation de clans ou la grande préoccupation du jour est : « Quel "groupe" assurera au mieux les retraites d’un nombre assez important de permanents et élus qui, à juste titre s’inquiètent..Car l’espérance de vie pose plus de problèmes en 2008..qu’en 1960.Surtout que le Parti n’a plus les ressources d’alors.... »
Le PCF en 2008 ? : Quelques dizaines de milliers d’adhérents, beaucoup moins en "cotisants" et deux trois milliers(? ??) de militants s’y retrouvant dans les zigs d’un jour, les zags de l’autre, les textes certes souvent intellectuellement interessants mais décors "rouges" pour scènes ou les acteurs ont en têtes les Européennes et la façon de continuer à vivre materiellement avec le masque àOxygène PS( diffuseur r de CO2 soc- dem) , un refus d’affronter le REEL ( ce qui, tout marxsite le sait ne permet pas de le transformer,) la fascination pour les modèles Die linke , ou"Arc en ciel" l’engluement" dans un PGE ,avec quelques nonagénaires arc boutés sur des slogans de 1929 pour faire pendant à la "rénovation antilibérale" ! Comment peut on, Cher Camarade, penser que ceux qui souffrent et qui ont besoin d’un OUTIL d’aideà la lutte de classes pourraient t être attirés par ce Parti qui a objectivement , lentement mais surement, TOUT fait pour que son existence ne soit plus un enjeu de classe ?
Il est temps que les camardes auxquels je porte encore affection et considération comprennent qu’on ne transpercera pas le mur de beton armé du K en aidant à ce que se pérennise lea perceuse à mèche de bois qu’est devenu le Parti Communiste Français.
Trois décennies d’expérience militante en son sein, avecX responsabilités m’ont convaincu qu’il est temps que NOUS, Communistes de toutes origines, construisions le PROJET, la stratégie et le PARTI Communiste de ce millénaire..
C’est, douloureux à admettre et j’en sais quelque chose : mais ce qui n’est pas de nature à favoriser le déplacement du curseur Capital/Travail , n’est d’aucune utilité.A la limite, oui le Parti est un frein au Communisme.
Le courage, qualité Révolutionnaire consiste à admettre que c’est à mettre au garage.en travaillant encore sur les raisons et les responsabilité d’un tel gâchis.
Sans rien occulter de ce que fut de gmorieux et efficace l’outil" qu’"ils" ont laissé rouiller.
Après tout, personne ne nie ce qu’a pu être , en termes de Transports en commun , l’utilité des diligences.
Mais le besoin de transports fiables et modernes me fait préférer le TGV...
Cordialement
Alain Chancogne



Gauche, révolution communisme, reconquérir l’espoir !
2 août 2008 - 18h51 - Posté par

Je partage les idées de Jean-Paul depuis longtemps et ses propositions et analyses seront sûrement au menu du congrès .Mais ce que tu exprimes sur le corps dirigeant du PCF avec ses permanents et élus est en parti exact mais en cours d’évolution depuis la "branlée" de la présidentielle.Nous ne sommes plus des suivistes au nom de l’esprit de corps cher à l’armée et ce site le démontre.Notre indépendance d’esprit et de décision évolue à la lumière des récents évènements et des échecs stratégiques du passé .Même les camarades donneurs de leçons marxistes sont en passe de faire preuve d’humilité devant leur fausse analyse.Pour regagner l’intérêt du peuple aux idées des théoriciens du communisme il faut faire une autocritique publique et sans concessions de la période du programme commun et du Mitterrandisme,de la gauche plurielle,de l’alliance avec les socio-démocrates et autres PRG-Verts et ensuite appeller tous les révolutionnaires à s’unir dans une fédération commune en intégrant tous les citoyens prêts à cette démarche radicale.Organiser l’horizontalité du pouvoir des citoyens de toutes classes sociales en dehors de la grande bourgeoisie,ce qui n’élimine pas à titre individuel tel ou tel grand dirigeant d’entreprise ou de l’élite d’Etat prêt à contribuer au renouveau de la France et de son peuple en mouvement .Mettre la délégation de pouvoir au Musée de l’histoire rapidement partout où c’est possible.

Ainsi nous pourrons construire l’économie de Marché des besoins et non du Profit maximum sous une forme autogestionnaire et coopérative au plus près du terrain et des besoins des gens.Cela permettra de réorganiser les territoires sur la base de leur environnement,de leur culture économique et sociale.On n’est pas obligé de faire tous pareil,les échanges commerciaux des produits agricoles,fonciers,technologiques,energétiques,de santé,d’éducation etc ...Peuvent très bien utiliser soit la monnaie,le troc,le bénévolat en fonction des désirs des citoyens et de leurs compétences et créativité ....Dans une période révolutionnaire bien des choses peuvent être expérimentées et tout devient possible malgré l’utopie de certains rêves que nous avons tous .Mais il faudra se protéger de la haine de classe du pouvoir bourgeois vaincu qui utilisera toutes les provocations et ficelles du mensonge,de la duplicité,de la violence physique et sanglante,de la traitrise avec la corruption.Comme le dit jean-paul c’est avec le peuple en mouvement que nous construirons la nouvelle socièté avec un Etat ou pas suivant son désir.Les Nomenklaturas qui ont souvent émergé des révolutions passées ne devront pas de nouveau apparaître par lassitude des citoyens devant l’effort à fournir pour construire la nouvelle socièté sans le capitalisme.Mais comme toujours c’est l’histoire du réel qui sera le juge de paix de l’histoire tout court .

Les contradictions et les conflits de personnes peuvent se résoudre par l’honnêteté et le respect...En serons-nous capables ? Peut-être ou pas !!!! Mais soyons optimistes ,sinon il veut mieux attendre la mort tranquille au coin du feu et laisser aux générations futures le soin de changer l’ordre des choses.

Bernard SARTON,section d’Aubagne


Gauche, révolution communisme, reconquérir l’espoir !
3 août 2008 - 09h22 - Posté par

.A la limite, oui le Parti est un frein au Communisme.

Quand on est logique avec soi même on va au bout de son raisonnement. D’aprés toi moins de parti communiste c’est plus de communisme, tu vas , sans doute nous lister les heureuses contrées (et trés nombreuses) où ce mélange réalisé permet au "travail" de dominer "le capital".

Sans rien occulter de ce que fut de gmorieux et efficace l’outil" qu’"ils" ont laissé rouiller.

Et moi, pendant 30 ans, j’ai cotisé, milité, et je ne suis responsable de rien !....

CN46400


Gauche, révolution communisme, reconquérir l’espoir !
4 août 2008 - 10h31 - Posté par Alain Chancogne

Cher CN ,
Il faudrait essayer avant de dégainer pour le plaisir de "contrer" une opinion, d’éviter tout ce qui ressemble à la vieille méthode "stal"( que j’ai pratiquée) consistant à déformer un propos pour le ridiculiser.
Je n’ai jamais écrit que" moins de parti communiste c’était plus de communisme "..
Je prétends que l’actuel PARTI COMMUNISTE français (P.C.F.) est une Organisation dont la structure, les pratiques ; l’histoire récente , les convulsions, les guerres de clan , le "verrouillage" de tout débat de fonds notamment sur la question clé de la Propriété , sont un FREIN objectif au nessaire besoin de construire un PROJET Communiste moderrne ; Ce Projet , la stratégie qui le sous tend et le type de Parti qui "va avec" est à INVENTER. C’est parce que , justement ; il ya là une exigence d’UTOPIE, que ta question ironique pour demander l’adresse des contrées ou cela a pu marché est totalement a-communiste..( c’est une pique pas méchante, crois moi)...
Cela d’ailleurs règle pour moi la question du"Communisme qui aurait échoué" NON, il n’ya jamais eu de COMMUNISME !

Quant à ta dernière phrase, figure toi, Amigo que je suis conscient (quant à ce qui me concerne que mes 30 ans de milita,tisme ont été le mélange tragique d’un dévouement et d’un "activisme" sans bornes ( être dirigeant départemental du PCF , élu communtaire à bordeaux et éternel porte drapeau du parti en Médoc quand on travaille dans la plus grande Banque de la ville c’est pas de la "lutte de classes "à fleurets mouchetés)..
..d’avec une participation inconsciente mais efficace à la liquidation de l’Outil révolutionnaire..Je suis plus "liquidateur" que les actuels conducteurs du convoi funèbre ! c’est ma génération qui a fait du programme Commun , de sa diffusion militante le tragique outil dépossédant les masses de toute possibilité dêtre "auteurs-acteurs" du processus révolutionnaire.
Le PCG était non marxiste , et donc contrerévolutionnaire s’il faut appeler un chat un chat..
Cordialement
AC





Violences policières:après l’ONU, la France pointée du doigt par Amnesty. Gérard Filoche s’en explique !
mercredi 30 - 22h18
de : joclaude
1 commentaire
Licenciés - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 30 - 20h34
de : Hdm
BIELORUSSIE : Autre volée de mois-vert pour notre monarque !
mercredi 30 - 14h24
de : joclaude
2 commentaires
Appel à soutien aujourd’hui place Sainte-Marthe !
mardi 29 - 19h00
de : jean1
En macronie on est en guerre, la mobilisation ne suit pas pour la cause Humaine ?
mardi 29 - 13h56
de : joclaude
1 commentaire
PRIX NOBEL POUR LA PAIX : La candidature de Cuba enregistrée !
lundi 28 - 22h53
de : joclaude
COVID19 : video avec le Professeur TOUSSAINT
lundi 28 - 22h42
de : joclaude
Quand l’Etat espagnol se retourne contre…le gouvernement !
lundi 28 - 18h56
de : Antoine (Montpellier)
Rage et désespoir au rassemblement en hommage à Doona à Montpellier
lundi 28 - 17h49
1 commentaire
L’autre « police des moeurs »
lundi 28 - 13h20
de : Christian Delarue
1 commentaire
Bielorussie : réponse pertinante de Loukachenko !
lundi 28 - 11h08
de : joclaude
5 commentaires
Justice sociale et climatique : « sans mouvements sociaux, il ne se passera rien »
lundi 28 - 09h15
Client-mystère : un monde sans foi ni loi ( du travail )
dimanche 27 - 18h32
de : client mystere
2 commentaires
RASSEMBLEMENT POUR EXIGER LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH ! VENDREDI 02/10/2020 à 18h00, place de Ménilmontant - Paris
dimanche 27 - 12h32
de : Jean Clément
Pedo - Stan Maillaud lanceur d’alerte condamné
dimanche 27 - 11h15
de : marcel
Dictature sanitaire : qui manipule qui ?
samedi 26 - 17h53
de : Claude Janvier
1 commentaire
lancement initiative citoyenne européenne pour des revenus de base - collecte de signatures
samedi 26 - 09h01
de : angela anaconda
1 commentaire
Badges, signes : brève position syndicale
vendredi 25 - 15h46
de : Christian Delarue
8 commentaires
Action-fête de soutien aux grévistes de l’Hôtel Ibis Batignolles
vendredi 25 - 14h41
de : Alain Collet
1 commentaire
COVID 19 : Des Municipalités sous l’oeil haineux de la macronnie !
jeudi 24 - 16h24
de : joclaude
1 commentaire
L’appel du vide - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 23 - 23h39
de : Hdm
Des grèves reconductibles inédites chez Labosud
mercredi 23 - 09h18
Femmes prises entre capitalo-patriarcat et hyperpatriarcat : alliances à former.
mercredi 23 - 08h37
de : Christian Delarue
7 commentaires
France : Tenue républicaine exigée par les Amish
mardi 22 - 10h37
de : Sanaga
1 commentaire
Grande fête du livre des éditions Noir et Rouge
lundi 21 - 23h28
de : Frank
BOLIVIE Perspectives avant les élections du 18 octobre
lundi 21 - 19h16
de : allain graux
APPEL AU MOIS INTERNATIONAL D’ACTIONS POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH
lundi 21 - 17h44
de : Jean Clément
COVID 19 : Cuba vient de mettre au point un vaccin !
lundi 21 - 16h40
de : joclaude
Représentation syndicale avec son badge (ou pas) et rien d’autre !
lundi 21 - 12h11
de : Christian Delarue
2 commentaires
SEXYPHOBIE AU MUSEE d’ORSAY
lundi 21 - 01h28
de : Christian Delarue
4 commentaires
Premiers de corvée, premiers oubliés ! Des sans-papiers marchent vers l’Élysée
dimanche 20 - 17h03
CHILI/VENEZUELA : une superbe historique, afin que nul n’en ignore !
dimanche 20 - 16h31
de : joclaude
CUBA : courrier au Canard Enchaîné
dimanche 20 - 16h12
de : joclaude
Amérique Latine : Démocratie contre blocus !
dimanche 20 - 15h19
de : joclaude
1 commentaire
Racket sur les retraités et les personnes en perte d’autonomie : le rapport Vachey
dimanche 20 - 15h04
de : joclaude
1 commentaire
Entre droit de critique du voile et nécessaire respect des personnes
samedi 19 - 23h25
de : Christian Delarue
2 commentaires
Le néocolonialisme d’ENGIE au Brésil
samedi 19 - 21h53
de : Mr Mondialisation
SEXYPHILIE anodine d’Instagram et SEXYPHOBIES agressives ailleurs
samedi 19 - 17h02
1 commentaire
journée internationale pour la paix : visio-conf. ce 18 septembre 2020
jeudi 17 - 23h32
Le désempuissantement populaire participe de la perte de démocratie.
jeudi 17 - 20h50
de : Christian Delarue
4 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite