Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Négociations sur la prime transport : Que veulent la CGC, FO et la CFTC ?


de : Slovar
jeudi 11 septembre 2008 - 11h57 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires

de Slovar

Nous vous avons révélé dans notre article "Prime transport : Le medef isolé ou idéologue" qu’alors que le MEDEF refusait toute discussion sur la prime transport pour les salariés n’habitant pas dans la région Ile de France, la CGPME avait lancé une négociation avec des syndicats de salariés sur ce thème.

Nous mettions cette "avancée" sur le compte des rapports ambigus voir conflictuels qu’entretiennent les deux organismes d’employeurs. Nous y ajouterons une deuxième remarque : Les syndicats de salariés qui ont accepté de participer à ces réunions sont les 3 centrales syndicales qui sont directement visées par la nouvelle loi sur la "représentativité syndicale"

JPEG - 38.4 ko

Nous rappelons quelques termes de la représentativité syndicale : Un syndicat devra recueillir au moins 10% des suffrages pour participer aux négociations dans une entreprise. Sont actuellement reconnus :

 la CGT (Confédération Générale du Travail) créée en 1895
 la CFTC (Confédération Française des Travailleurs Chrétiens) créée en 1919
 la CFDT (Confédération Française Démocratique du Travail) créée en 1964
 la CGT FO (Confédération Générale du Travail Force Ouvrière) créée en 1948
 la CFE CGC (Confédération Française de l’Encadrement Confédération Générale des Cadres) créée en 1944.

Toutes les organisations professionnelles qui adhèrent à l’un des syndicats représentatifs au niveau national se voient également reconnaître cette qualité. Pour exercer les droits réservés aux syndicats représentatifs, les autres syndicats doivent démontrer leur représentativité en fonction d’un périmètre donné : représentativité dans l’entreprise ou dans une branche ou dans une région incluant éventuellement plusieurs branches Source Objectif Droit du Travail

Sans être un grand analyste de la situation, nous dirons que cette concertation prend des allures de "course à la survie" et transforme encore une fois de plus les salariés en "otages" des ambitions de quelques uns. Si l’éternel désaccord sur le défilé du 1 er mai a finit par lasser, les négociations parallèles risquent d’hypothéquer plus que sérieusement l’avenir des salariés syndiqués ou non.

Car, vous pourrez le constater dans le texte intégral publié ci-dessous, les 3 syndicats n’ont rien obtenu si ce n’est une déclaration commune avec un syndicat d’employeur qui, rappelons le, représente 26% des 29% d’employeurs adhérents à un syndicat ou une confédération.

Si sur le site de la CGC ont se fait discret sur la concertation, on peut trouverun texte indiquant l’ambiance actuelle : " ... Outre le Yalta organisé par le patronat et deux organisations syndicales signataires qui visent, à terme, à rester seuls en lice dans le champ de la négociation sociale, à tous les niveaux, nous avions déjà contesté que les contreparties obtenues par les employeurs étaient énormes. La possibilité ouverte de négocier avec les élus du personnel - souvent sans étiquette - ou avec un salarié mandaté par une organisation syndicale représentative dans la branche, porte en germe un nouvel affaiblissement du syndicalisme. Nous mesurons aujourd’hui l’écart entre les promesses du mandatement lié aux trente-cinq heures dans les années 1998-2000 et le peu de nouveaux militants syndicaux que cela a amené ... "

FO de son côté indique la couleur dansle texte suivant : " ... In fine, seules trois organisations syndicales (FO, CFTC et CGC) ont répondu à une invitation lancée par les patrons de la CGPME pour débattre de la question. La CGT et la CFDT avaient décliné l’invitation en raison de l’absence du MEDEF…tout en jugeant que la responsabilité dans le financement de ladite prime devait s’imposer aux entreprises. Après une première réunion jeudi dernier, FO, la CFTC, la CGC ont prévu de se retrouver mercredi prochain avec la CGPME afin de tenter de formuler des « préconisations communes » malgré leurs divergences encore bien nombreuses sur le mode de financement du futur dispositif. Alors que les syndicats veulent que les entreprises prennent à leur charge « une prime transport à caractère obligatoire », la CGPME voudrait s’en remettre à l’Etat afin qu’il « assume le poids de ses décisions politiques ». Quant à l’UPA (artisanat) qui ne participe pas non plus à ces discussions, elle s’est déclarée également opposée « à toute mesure qui imposerait une charge financière supplémentaire aux entreprises ... "

Quant à la CFTC, elle affiche clairement la négociation en cours sur sa page d’accueil et déclare : " ... La CFTC s’oppose à la double peine que subirait les salariés qui ne peut se loger en centre ville du fait du coût de l’immobilier et qui n’ont pas la chance d’avoir à leur disposition des transports en commun et donc se verrait, aussi, pénaliser par une prime transport insuffisante. Par ailleurs, aucune piste ne doit donc être négligée en plus de la prime transport : lors des négociations actuellement en cours avec la CGPME, la CGT-FO, la CFE-CGC, la CFTC avancera des propositions concrètes pour favoriser le covoiturage et le télétravail ... "

En résumé, aucune illusion mais un communiqué de plus en commun. A vous de prendre connaissance du communiqué publié par la CGPME et de vous faire votre propre opinion.

RELEVE DE DISCUSSIONS A LA SUITE DE LA CONCERTATION ENTRE LA CGPME, LA CGT-FO, LA CFTC ET LA CFE-CGC CONCERNANT LES DISPOSITIFS D’AIDE AU TRANSPORT DOMICILE-TRAVAIL DES SALARIES

Les questions liées au transport domicile-travail des salariés sont l’une des problématiques qui relèvent du dialogue entre organisations représentatives des employeurs et des salariés.

Certains changements qui sont intervenus dans la dernière période, notamment l’augmentation du coût de l’énergie qui pèse sur les salariés mais aussi sur les entreprises, donnent une acuité particulière à cette problématique.

Dans ces conditions, la CGPME et les trois Confédérations syndicales de salariés CGT-FO, CFTC, CFE-CGC ont souhaité engager un dialogue direct qui permette un échange constructif sur les points de vue de chacune des organisations.

A la suite de deux séances de discussions approfondies, la CGPME et les trois Confédérations syndicales de salariés CGT-FO, CFTC, CFE-CGC ont abouti à un constat partagé sur certains points, divergent sur d’autres.

■ La CGPME et les Confédérations syndicales de salariés mentionnées précédemment ont considéré, compte tenu d’un certain nombre d’évolutions récentes en matière socio-économique, que les dispositifs existants d’aide au transport domicile-travail des salariés devaient être aménagés.

A cet égard, la CGPME a pris acte des demandes des trois Confédérations syndicales de salariés CGT-FO, CFTC, CFE-CGC qui souhaitent :

/ d’une part, en ce qui concerne les entreprises situées hors d’Ile de France soumises au versement transport et qui exercent leur activité dans les zones d’au moins 10 000 habitants, dans lesquelles existe un système de transport collectif organisé, la mise en œuvre d’un dispositif comparable à celui existant en Ile de France (prise en charge de 50 % d’un titre d’abonnement de transport collectif).

/ d’autre part, en ce qui concerne l’ensemble des entreprises, la mise en œuvre d’un système d’aide directe aux salariés pour faciliter le transport domicile-travail. Dans ce cadre, les organisations syndicales ont souhaité que l’aide mensuelle aux salariés revête la forme d’un barème fixe plancher de 30, 40, 50 euros correspondant à différentes distances de trajet domicile-travail.

A propos de cette aide directe, la CGPME a constaté avec intérêt que les organisations syndicales considéraient qu’une telle aide directe ne revêtait pas un caractère salarial et ne devait donc pas être assujettie aux charges sociales et fiscales.

■ A l’inverse, la CGPME d’une part, la CGT-FO, la CFTC et la CFE-CGC d’autre part, ont fait le constat d’appréciations différentes concernant les conditions d’application de ces nouveaux dispositifs s’ils étaient mis en place.

Les organisations syndicales considèrent que ces dispositifs nouveaux devraient avoir un caractère obligatoire.

La CGPME considère qu’ils devraient relever d’une décision volontaire des branches professionnelles ou des entreprises.

Par ailleurs, la CGPME estime que la mise en œuvre réelle de tels dispositifs ne pourrait être envisagée qu’avec une compensation intégrale.

Celle-ci pourrait prendre la forme :

 soit, dans le cas de la mise en œuvre d’un dispositif de prise en charge d’un titre d’abonnement de transport collectif, comme en Ile de France, d’une déductibilité du versement transport des sommes consacrées par l’entreprise à ce nouveau mécanisme ;

 soit, dans celui de la mise en place d’une aide directe aux salariés pour faciliter le transport domicile-travail, d’une compensation selon des modalités fiscales appropriées (remboursement direct par l’Etat, déduction de l’impôt sur les sociétés ou de l’impôt sur le revenu…).

■ Les Pouvoirs Publics qui ont, dans ce domaine de l’aide au transport domicile-travail des salariés, une responsabilité et un pouvoir de décision très importants, ont la capacité d’aménager les dispositifs existants pour faciliter le trajet domicile-travail des salariés sans que soient augmentées les charges nettes pour les entreprises.

Dans cette optique, la CGPME et les trois Confédérations syndicales de salariés CGT-FO, CFTC et CFE-CGC seront particulièrement attentives à la prise en compte par les Pouvoirs Publics du contenu de ce document, élaboré dans l’esprit de la Loi du 31 Janvier 2007.

CGPME CGT-FO CFTC CFE-CGC

Particulièrement attentives ? Comme le terme est élégant pour parler ... d’impuissance et de désaccord

Slovar les Nouvelles

http://slovar.blogspot.com

Source CGPME



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Négociations sur la prime transport : Que veulent la CGC, FO et la CFTC ?
11 septembre 2008 - 16h59

Assez compliqué ce texte, je trouve, ou je suis fatigué, je sais pas...

En tous cas, moi je crois d’une part les syndicats doivent arrêter de répondre aux "invitations" du MEDEF et du gouvernement, pour formuler leurs propres invitations et y convier le MEDEF et le gouvernement sur leurs propres questions et leur propre agenda.

D’autre part, pas d’accord par branche ou autre sectorisation, pour la prime transport comme pour autre chose. Place à la loi, point barre.

Enfin, la "négociation" représentativité semble être un DESASTRE. Les pertes induites par le renforcement attendu de la CGT, FO et CFDT sont sans commune mesure avec le gain.

Au final, on retrouvera les mêmes chiens de faience renforcés,mais on ne verra et on n’aura plus aucune chance de voir SUD par exemple, ainsi que tous les autres petits, nouveaux, qui essayent de revenir à un syndicalisme militant en apportant de nouvelles pratiques et en sortant de la cogestion.

Bref, total khéops.

Soleil Sombre



Négociations sur la prime transport : Que veulent la CGC, FO et la CFTC ?
11 septembre 2008 - 22h01 - Posté par

SUD et les autres petits comme tu dis’ mais dans le syndiclisme qui est grand
alors que l’on constate que moins ily a de syndiqués plus il ya d’organisations.
Quand on voit que toutes orgas confondues le nombre de syndiqués n’atteint
pas ce que comptait la CGT en 1977 le monde du travail a du mourron à se faire face au patronat et au gouvernement le plus reactionaire que l’on n’a connu depuis la libération. JP


Négociations sur la prime transport : Que veulent la CGC, FO et la CFTC ?
12 septembre 2008 - 12h18 - Posté par

C’est pas le nombre d’orgas qui provoque la baisse des syndiqués.

C’est d’abord la faiblesse de l’opposition idéologique et pratique des fédés et confs.

Elle se manifeste par un langage techno borduré aux revendications "autorisées". Les dirigeants en restent là parce qu’ils ne sont plus dans leur vie aux côtés des exploités et parce qu’ils sont acquis au marché. Hors la raison fondamentale des luttes et de l’exploitation, c’est le fonctionnement du marché, l’asymétrie des revenus et des pouvoirs que maintien l’entreprise. La marchandisation tjs croissante.

Il y aussi les stratégies "gagnant-gagnant" sur les luttes nationales. Elles ne réussissent pas, parce qu’elles sont menées sur un terrain qu’on laisse le MEDEF tracer. De plus, les dirigeants ont une volonté d’apparaître bien propre sur eux, "raisonables" (aux yeux des patrons/politiques) cogestionnaires quoi, comme cet organisme europée des syndicats, tout acquis au marché, dont les membres n’ont pas à voir, dans l’allure, les propos et la pratique avec les exploités qu’ils sont censés défendre.

C’est enfin cette volonté de ne pas pactiser avec l’autre, le frère ennemi, le syndicat d’à-côté. A vouloir se distinguer sans arrêt, on en vient au fait qu’il faut des ANNEES pour finalement réaliser une réunion commune à trois syndicats, au niveau départemental seulement. Je l’ai vu de mes yeux. Cette réunion et celle qui a suivi ont débouché sur...Un communiqué commun et une manif commune proposée, mais ou chaque proposait de venir, ou de ne pas venir sur la base de SES orientations...

T’imagines au national. C’est une crispation totale alors qu’il faudrait au moins une entente sur trois éléments à combattre sans barrières, sans "raison" et radicalement : chute du pouvoir d’achat, licenciement massifs, chomage continue, profond, généralisé.

Soleil Sombre





Client-mystère : un monde sans foi ni loi ( du travail )
dimanche 27 - 18h32
de : client mystere
1 commentaire
RASSEMBLEMENT POUR EXIGER LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH ! VENDREDI 02/10/2020 à 18h00, place de Ménilmontant - Paris
dimanche 27 - 12h32
de : Jean Clément
Pedo - Stan Maillaud lanceur d’alerte condamné
dimanche 27 - 11h15
de : marcel
Dictature sanitaire : qui manipule qui ?
samedi 26 - 17h53
de : Claude Janvier
1 commentaire
lancement initiative citoyenne européenne pour des revenus de base - collecte de signatures
samedi 26 - 09h01
de : angela anaconda
1 commentaire
Badges, signes : brève position syndicale
vendredi 25 - 15h46
de : Christian Delarue
7 commentaires
Action-fête de soutien aux grévistes de l’Hôtel Ibis Batignolles
vendredi 25 - 14h41
de : Alain Collet
1 commentaire
COVID 19 : Des Municipalités sous l’oeil haineux de la macronnie !
jeudi 24 - 16h24
de : joclaude
1 commentaire
L’appel du vide - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 23 - 23h39
de : Hdm
Des grèves reconductibles inédites chez Labosud
mercredi 23 - 09h18
Femmes prises entre capitalo-patriarcat et hyperpatriarcat : alliances à former.
mercredi 23 - 08h37
de : Christian Delarue
7 commentaires
France : Tenue républicaine exigée par les Amish
mardi 22 - 10h37
de : Sanaga
1 commentaire
Grande fête du livre des éditions Noir et Rouge
lundi 21 - 23h28
de : Frank
BOLIVIE Perspectives avant les élections du 18 octobre
lundi 21 - 19h16
de : allain graux
APPEL AU MOIS INTERNATIONAL D’ACTIONS POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH
lundi 21 - 17h44
de : Jean Clément
COVID 19 : Cuba vient de mettre au point un vaccin !
lundi 21 - 16h40
de : joclaude
Représentation syndicale avec son badge (ou pas) et rien d’autre !
lundi 21 - 12h11
de : Christian Delarue
2 commentaires
SEXYPHOBIE AU MUSEE d’ORSAY
lundi 21 - 01h28
de : Christian Delarue
4 commentaires
Premiers de corvée, premiers oubliés ! Des sans-papiers marchent vers l’Élysée
dimanche 20 - 17h03
CHILI/VENEZUELA : une superbe historique, afin que nul n’en ignore !
dimanche 20 - 16h31
de : joclaude
CUBA : courrier au Canard Enchaîné
dimanche 20 - 16h12
de : joclaude
Amérique Latine : Démocratie contre blocus !
dimanche 20 - 15h19
de : joclaude
1 commentaire
Racket sur les retraités et les personnes en perte d’autonomie : le rapport Vachey
dimanche 20 - 15h04
de : joclaude
1 commentaire
Entre droit de critique du voile et nécessaire respect des personnes
samedi 19 - 23h25
de : Christian Delarue
2 commentaires
Le néocolonialisme d’ENGIE au Brésil
samedi 19 - 21h53
de : Mr Mondialisation
SEXYPHILIE anodine d’Instagram et SEXYPHOBIES agressives ailleurs
samedi 19 - 17h02
1 commentaire
journée internationale pour la paix : visio-conf. ce 18 septembre 2020
jeudi 17 - 23h32
Le désempuissantement populaire participe de la perte de démocratie.
jeudi 17 - 20h50
de : Christian Delarue
4 commentaires
Pourquoi beaucoup de salariés ont la tête ailleurs
jeudi 17 - 12h16
1 commentaire
Des papiers pour tous ! C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 08h17
de : Hdm
De la lutte des masques à la lutte des classes
jeudi 17 - 07h58
de : Bruno Guigue
2 commentaires
Si à 5 ans un gosse n’as pas eu au moins deux leucémies, c’est qu’il a raté sa vie
mercredi 16 - 23h29
de : Dr Seguelasse de Santé publique rance
SEPARATISME
mercredi 16 - 19h48
de : Nemo3637
5 commentaires
l’Etat providence... ! Pour qui ?
mercredi 16 - 16h41
de : joclaude
VENEZUELA : On ne nous dit pas tout !
mercredi 16 - 10h37
de : joclaude
1 commentaire
La nouvelle grenade de désencerclement reste une arme de guerre
lundi 14 - 07h23
1 commentaire
Les trois secteurs de résistance du peuple-classe
dimanche 13 - 14h47
de : Christian Delarue
1 commentaire
Le séisme idéologique est plus important que le virus lui-même
dimanche 13 - 05h35
de : Michaël Verbauwhede et Seppe De Meulder - Solidaire
4 commentaires
MRAP : Droit et "séparatisme islamique" (lettre ouverte)
samedi 12 - 16h29
de : Christian Delarue (mrap)
Le MRAP assure le Maire de Stains de sa solidarité
samedi 12 - 10h48
de : Christian Delarue (mrap)

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite