Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Découpage et charcutage sont les deux mamelles (électorales) de la France
de : Slovar
jeudi 18 septembre 2008 - 16h03 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires

de Slovar

Vous n’avez pas oublié les débats concernant la réforme de la constitution et le court vote positif obtenu au congès de Versailles ?

Votée à une ou deux voix, beaucoup ont oublié ou n’en connaissent pas les principales dispositions du texte.

Elles sont disponibles sur le site Web de l’Assemblée Nationale sous le titre : Constitution : modernisation des institutions de la Ve république

Un détail n’échappera pas à ceux qui pousseront la curiosité jusqu’à lire le document : Le nom et le rôle du Sénat n’y sont pas évoqués. Argument des élus Socialistes, Communistes et Verts lors de leur opposition à la modification de la constitution, la modification du mode de scrutin pour le Sénat a été rejettée par la majorité et n’a pas fait partie de la réforme des institutions.

JPEG - 59.8 ko

Il faut rappeler au lecteur, puisque nous abordons les sénatoriales avec comme point d’orgue l’élection de son Président (troisième personnage de l’Etat), comment sont élus les Sénateurs. Slovar avait consacré un article à ce scrutin. Nous vous donnons ci-dessous lecture de quelques extraits et le source complet de l’article

Les sénateurs sont élus par les grands électeurs, réunis dans chaque département au sein d’un collège électoral qui est composé comme suit :

Des représentants des conseils municipaux. Ils représentent 95 % du collège électoral. Des conseillers généraux, les conseillers régionaux et les députés. Ils représentent 5 % du collège électoral.

Les sénateurs sont ainsi les élus des élus, puisque désignés par le suffrage universel indirect, à savoir par les grands électeurs, qui ont eux-mêmes été élus au suffrage direct. Le collège électoral comprend environ 150 000 personnes :

577 députés ; 1 870 conseillers régionaux ; 4 000 conseillers généraux ; 142 000 délégués des conseils municipaux. Ils constituent donc 95% de l’ensemble des grands électeurs du Sénat.

Au-delà de cet aspect purement théorique et institutionnel, la pratique politique a montré un tout autre visage du Sénat. La meilleure illustration que l’on puisse en trouver réside dans une phrase de l’un des pères spirituels de la Constitution de 1958, le Général De Gaulle, qui après avoir vainement tenté de réformer le Sénat en 1969, disait de celui-ci : « Le Sénat a un privilège exorbitant et imparable, celui de tout bloquer. ... / ...

Mais quelle est la situation aux vues des dernières élections locales ?

Depuis le 16 mars 2008, la gauche est majoritaire dans toutes les catégories de collectivités locales. La gauche gère 20 des 22 régions métropolitaines et depuis mars 2008, 58 des 102 départements. Par ailleurs, 60 % des Français vivent dans des communes gérées par la gauche qui gère :

184 villes de 10 à 30 000 habitants contre 153 à droite, 82 villes de 30 à 50 000 habitants contre 61 à la droite, 52 villes de 50 à 100 000 habitants contre 31 à droite et 32 villes de plus de 100 000 habitants contre 17 à droite.

La gauche gère désormais 350 villes de plus de 10 000 habitants contre 262 pour la droite, qui en détenait 342 auparavant. Elle est majoritaire dans les communes de 3 500 à 10 000 habitants. Alors, la gauche devrait en ce cas pouvoir devenir majoritaire au Sénat. et bien non , puisque le collège électoral du Sénat sur-représente en effet les communes les moins peuplées.

Les 21 704 communes de moins de 500 habitants qui abritent 8,39 % de la population (en 1990) désignent 16,17 % des grands électeurs

Pour les villes de plus de 100 000 habitants (dont Paris, Lyon, Marseille) qui représentent 16 % de la population (en 1990), elles ne disposent que de 8 % des délégués.

La France des communes de moins de 10 000 habitants, où vivait en 1990 51 % de la population comptait 69 % des délégués sénatoriaux tandis que les communes de plus de 10 000 habitants, où vivait 49 % de la population n’étaient représentées que par 31 % des électeurs sénatoriaux.

Par ailleurs dans ce collège, les communes (les représentants des communes représentent à eux seuls 96% de son collège) sont sur-représentées par rapport aux départements et régions. Or, l’article 24 de la Constitution précise que le Sénat est le représentant « des » collectivités territoriales de la République. Pourtant, les représentants des communes représentent à eux seuls 96 % de son collège électoral, conformément à l’esprit du « grand conseil des communes de France » qu’il était à sa création en 1875 ... / ...

Cette chambre ouvertement conservatrice a toujours été un bastion de la droite, ce qui fait dire au constitutionnaliste Guy CARCASSONNE (membre de la commission Balladur) : « Quand la gauche perd tout, elle perd tout ; quand la droite perd tout, elle conserve le Sénat » C’est parce que l’alternance fait partie des garanties de la santé démocratique d’un régime que l’on est en droit de s’inquiéter de ce que depuis un demi-siècle le Sénat n’a jamais changé de bord politique. ... / ...

Si le mode d’élection des sénateurs est la cause du déficit de légitimité démocratique de cette institution, il est également responsable de l’avènement d’une chambre structurellement à droite. En effet la quasi-totalité des grands électeurs (95% d’entre eux) sont des délégués des conseils municipaux. Cela signifie que les citoyens de la France d’en bas élisent leurs conseils municipaux, qui élisent des délégués, qui élisent des sénateurs. Le Sénat est donc une chambre issue du troisième degré, alors même que l’Assemblée nationale est élue directement par l’ensemble des citoyens.

De plus les 150 000 grands électeurs qui constituent le collège électoral du Sénat, qui élisent donc la seconde chambre de la République, ne représentent en fait que 0,25% de la population. Il est inutile de rappeler que l’Assemblée nationale est élue par tous les électeurs. Le poids écrasant des délégués des conseils municipaux, accentué par le fait que 98% des communes françaises comptent moins de 9000 habitants, contribue à faire du Sénat une chambre vouée à la défense des intérêts ruraux au détriment de l’intérêt général.

La genèse de cette réforme des institutions revient à la commission BALLADUR. Que dit-elle au sujet du Sénat ?

Pour le rapport Balladur : «  il n’est pas douteux que le régime électoral applicable au fonctionnement [du collège sénatorial] favorise à l’excès la représentation des zones faiblement peuplées, au détriment des zones urbaines  » ... / ...

Car, aujourd’hui, départements et régions participent au collège électoral sénatorial uniquement par le vote des 3 857 conseillers généraux et des 1 722 conseillers régionaux et conseillers à l’Assemblée de Corse. Ils représentent ainsi, respectivement, seulement 2,66 % et 1,19 % du collège électoral sénatorial, constitué à 96 % de représentants des communes.

En bref, le Sénat n’est pas représentatif de la France d’aujourd’hui ni du vote des français, mais il était indispensable de ne rien changer.

Alors qu’en ce qui concerne les députés, l’urgence est grande de la part du gouvernement (préoccupé par des sondages assez calamiteux) de retoucher la carte électorale qui elle justement " devrait tenir compte de la démographie française" Même si cela tient en quelques lignes, l’intention est clairement définie sur le site du Premier Ministre :

.../ ... Enfin, une série de mesures sont destinées à rendre le Parlement plus représentatif :

 les Français établis hors de France ne seront plus représentés qu’au seul Sénat mais aussi à l’Assemblée nationale ;
 les modalités de redécoupage des circonscriptions électorales seront soumises à l’avis public d’une commission indépendante ;
 les membres du Gouvernement cessant leur fonctions ministérielles pourront retrouver leur siège au Parlement sans provoquer une élection partielle ...
"

On ne va tout de même pas obliger un ministre même remercié ou démissionnaire à affronter le suffrage universel. Et puis quoi encore !!!

Le redoutable Alain MARLEIX furtif Secrétaire d’Etat aux anciens combattants et surtout expert électoral de l’UMP formé par le "maître" Charles PASQUA va s’occuper de ce redécoupage. Le Nouvel Obs nous présente quelques pistes :

" ... Globalement, les départements perdants en terme de députés sont situés plutôt au nord (Paris, Nord, Pas-de-Calais, Marne, Somme, Seine-maritime) et les gagnants au sud (Hérault, Haute-Garonne, Gironde, Gard, Vaucluse, Var, mais aussi les deux Savoies, Isère, Ain, Seine-et-Marne, Val-d’Oise). L’opposition pointe d’ores et déjà des risques de "charcutage".

Comme la population française, depuis le très débattu découpage Pasqua de 1987, est passée de 55 millions à 64 millions d’habitants, il devrait y avoir un député pour 125.000 habitants, contre un pour 108.000 actuellement.

Les départements perdants sont situés plutôt au nord : Paris qui pourrait voir disparaître deux de ses 21 circonscriptions, Nord (- 2), Pas-de-Calais (- 2), Marne, Somme, et Seine-Maritime (- 1). Les gagnants sont au sud : Hérault, Haute-Garonne, Gironde, Gard, Vaucluse, Var, mais aussi les deux Savoie, Isère, Ain, Seine-et-Marne, Val-d’Oise. A ceux-là, il faut ajouter des départements, comme les Bouches-du-Rhône, où il n’y aura pas de création de siège, mais remodelages des circonscriptions en raison de disparités démographiques.

Au moins 45 départements ne seront pas touchés. Une moitié des autres devraient voir modifier leur nombre de députés, l’autre moitié remodeler leurs circonscriptions.

Le gouvernement s’appuiera sur le dernier recensement de l’Insee connu fin 2008 pour procéder au détail du redécoupage.

Alors que l’opposition est déjà l’arme au pied en pointant des risques de "charcutage", Alain Marleix, secrétaire d’Etat à l’Intérieur chargé du dossier, a affirmé à la sortie du Conseil des ministres que ce redécoupage était "neutre politiquement". Dans le sud de la France, "on va créer des circonscriptions nouvelles dans des départements qui ne nous sont traditionnellement pas du tout favorables, comme la Haute-Garonne ou l’Hérault. Dans le nord, ça va s’équilibrer, on va supprimer des circonscriptions qui ont pu être de gauche ou de droite", a-t-il dit. " ... / ...

La commission de contrôle comprendra trois magistrats et trois "personnalités qualifiées" et restera en fonction au moins cinq ans

Une dizaine de circonscription pour les expatriés

Sur le modèle du Conseil constitutionnel, le chef de l’Etat, le président du Sénat et celui de l’Assemblée nationale nommeront chacun l’une des "personnalités qualifiées", qui ne pourront pas avoir de mandat électif.

Les trois hauts magistrats seront issus du Conseil d’Etat, de la Cour des comptes et de la Cour de cassation.

Les Français de l’étranger étaient jusqu’à présent représentés au Sénat, mais pas à l’Assemblée nationale. Le nombre de circonscriptions qui seront créées pour eux n’est pas encore fixé, mais il devrait être d’une dizaine - Sources Nouvel Obs

Comme disait Clémenceau : "Lorsque je veux enterrer un problème, je créé une commission" Message apparemment reçu par une récente commission indépendante ...

Le redécoupage pour l’Outremer, pourrait faire sourire si une fois de plus, on n’avait l’impression qu’on va s’essuyer les pieds sur la démocratie. Car :

"Les collectivités territoriales de Saint-Martin et Saint-Barthélemy auront donc désormais leurs propres députés à l’Assemblée Nationale. La Réunion, quant à elle, devrait avoir deux nouveaux élus, Mayotte un nouveau député et un également pour la Polynésie. Il faudra tout de même attendre le recensement qui sera effectué d’ici la fin de l’année pour connaître le nombre exact de sièges ..." Source Domactu

Mais alors me direz-vous, : " Pourquoi ce redécoupage de circonscriptions est-il indispensable et urgent ? " Alors que : "Les 21 704 communes de moins de 500 habitants qui abritent 8,39 % de la population (en 1990) désignent 16,17 % des grands électeurs. Pour les villes de plus de 100 000 habitants (dont Paris, Lyon, Marseille) qui représentent 16 % de la population (en 1990), elles ne disposent que de 8 % des délégués. La France des communes de moins de 10 000 habitants, où vivait en 1990 51 % de la population comptait 69 % des délégués sénatoriaux tandis que les communes de plus de 10 000 habitants, où vivait 49 % de la population n’étaient représentées que par 31 % des électeurs sénatoriaux"

Poser la question, c’est peut être déjà y répondre ...

Mais du moment que Jean-Marc Ayrault a déclaré : "Le gouvernement peut être tenté par une certaine forme de charcutage. Nous en prenons acte et serons plus que vigilants" et qu’on espère que le Congrès de Reims sera terminé, digéré et que l’ensemble du Parti Socialiste sera prêt à s’opposer à un Président dont le principal bonheur consiste à les déstabiliser, pourquoi s’inquiéter ?

Slovar les Nouvelles

http://slovar.blogspot.com

Crédit montage

Sarkozynews



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Découpage et charcutage sont les deux mamelles (électorales) de la France
19 septembre 2008 - 02h17 - Posté par Nawabad

De mémoire, si je me souviens bien, mais si quelqu’un a les chiffres exacts d’une façon sure, ça m’intéresse :

En 1978, en moyenne, pour être élu député, il fallait 100 000 voix à un communiste alors qu’il en suffisait de 20 000 à un gaulliste (ou 10 000 ? mais je pencherais plutôt pour 20 000, quoique...).

Miracle du découpage électoral. C’est ainsi qu’en 1978 la gauche a perdu les élections législatives alors que globalement elle avait obtenu 52% des voix !

Il y eut d’ailleurs, peu après, un fête des JC à Paris où Léo Ferré avait chanté sa chanson « Ils ont voté, et puis après... ». Le P"C"F de l’époque lui avait alors coupé l’électricité et il avait dû continuer avec son orchestre symphonique sans sono ! Après, on s’étonne que le P"C"F perde des voix ! Avec un tel comportement, c’est pas étonnant !

Il me semble aussi que Rocard, quand il était chef du PSU, et qu’il était donc très à gauche, avait été élu plusieurs fois député des Yvelines. Mais le RPR avait pu l’éliminer en refaisant le découpage électorale de sa circonscription. Mais j’aimerais une confirmation, parce qu’une brève recherche sur internet n’a pas suffit à me le confirmer.

Je cite tout ça de mémoire. Quand à la fête des JC dont je parle, j’y étais : la moitié des gens avaient fortement applaudi Léo Ferré dès qu’il a commencé sa chanson ! Et les gens ont fortement hué quand on lui a coupé l’électricité !



Découpage et charcutage sont les deux mamelles (électorales) de la France
30 novembre 2008 - 23h34 - Posté par Hervé

Michel Rocard avait vu en 1986 sa circonscription amputée de la ville des Mureaux, très à gauche. Il fut néanmoins réélu en 1988 alors qu’il était à Matignon. Il fut battu par Pierre Cardo en 1993, et ne fut plus candidat. Pierre Cardo a constamment été réélu depuis, y compris en 1997 face à Jean-Paul Huchon.


Découpage et charcutage sont les deux mamelles (électorales) de la France
20 septembre 2008 - 07h59 - Posté par fcourvoisier

 S’il y a découpage,c’est que la "Majorité"(pouvoir en place) n’est pas tranquille.
-"Ma" circonscription(la "deuxième" de Côte d’or) fut et est encore un modèle du genre : sa forme très découpée(dirons-nous) est vraiment"spéciale" car il fallait (Pasqua) que la gauche ne puisse gagner ... mais ça n’a même pas toujours réussi !
-Mais si nous nous occupions de parler "politique" ? car le découpage qui serait opportun ,en raison des variations démographiques , va se transformer ...en charcutage (même sans Pasqua) si nous n’informons pas ;faisons un peu de "bruit" comme pour Edvige ! .. sans oublier la Pétition pour la Poste...



Découpage et charcutage sont les deux mamelles (électorales) de la France
20 septembre 2008 - 10h44 - Posté par Titi de Paris

Pour que les électeurs soient bien représentés, disent-ils, les tatuffes !
Pour que la représentation soit proche du réel, il faut la proportionnelle intégrale. point.
Il faut,aussi, aller militer sur les forums de franc2, et d’ailleurs ( gauche Left et autres) pour faire passer les messages. Nous n’avons plus que ça.





Laurent Berger, le syndicaliste grèvophobe
dimanche 15 - 17h28
de : mat
1 commentaire
Retraite à 67 ans : quand le gouvernement anticipe !
dimanche 15 - 16h21
1 commentaire
Fondation SNCF : réseau d’influence et "social washing"
dimanche 15 - 15h48
de : Mat
solidarité
samedi 14 - 17h28
de : jean1
(video) Le capitalisme porte en lui la guerre, la violence !
vendredi 13 - 11h07
de : JO
7 commentaires
Prévision théatrale
jeudi 12 - 21h50
de : jean1
L’ Acentrale Radio de la grève
jeudi 12 - 16h55
de : jean1
R.N. la place à la tête de l’état est déjà occupée
jeudi 12 - 10h06
de : jean1
bourgeois, tremblez, ça n’fait que commencer ! C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 11 - 22h34
de : Hdm
1 commentaire
TOTAL en Ouganda Rendez-vous au Tribunal ce jeudi 12 décembre
mercredi 11 - 19h21
de : SURVIE
BOLIVIE : La dictature auto-proclamée en appelle à Israël !
mercredi 11 - 17h16
de : JO
1 commentaire
COP 25 : supercherie capitaliste
mercredi 11 - 16h13
de : jean1
Retraites : Édouard Philippe confirme les mauvais coups du rapport Delevoye
mercredi 11 - 15h41
2 commentaires
Les régimes sociaux coûtent un pognon de dingue ? No coment !
mercredi 11 - 09h57
de : JO
2 commentaires
Contre le travaillisme , une gauche de RTT 32 H et de retraite à 60 ans.
mardi 10 - 23h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Deuxième journée de grève : le nombre de manifestants dans 50 villes
mardi 10 - 17h50
3 commentaires
Les manipulations de macron, pour "piller" , nos retraites révélées au grand jour
lundi 9 - 20h13
de : nazairien
5 commentaires
Delevoye et le think tank "Parallaxe"
lundi 9 - 13h59
de : Mat
2 commentaires
Les liaisons troubles de Jean-Paul Delevoye avec le milieu de l’assurance !
lundi 9 - 11h43
de : lullal
6 commentaires
Emission - Grève SNCF : Cheminots et cheminotes luttent pour tout le monde !
lundi 9 - 11h14
de : Emission Polémix et La Voix Off
(video) Pour gagner : « reconduction, auto-organisation, généralisation » de la grève
lundi 9 - 07h13
2 commentaires
Grève : le scénario catastrophe d’un "lundi noir" se précise, la RATP et la SNCF alarmistes
dimanche 8 - 19h08
de : nazairien
Le labyrinthe.
dimanche 8 - 16h14
de : L’iena rabbioso
(video) « Nos camarades de la SNCF et la RATP ne veulent pas de chèques, ils veulent qu’on fasse grève avec eux »
dimanche 8 - 16h06
Convergence des luttes : 5 décembre : les manifs dans plus de 45 villes en France ! à suivre... (vidéos)
dimanche 8 - 11h37
de : nazairien
6 commentaires
LA TERRORISATION DÉMOCRATIQUE
dimanche 8 - 11h31
de : Ernest London
Jamais 2 sans 3
samedi 7 - 18h14
de : jean1
3 commentaires
Un peu plus de musique
samedi 7 - 18h08
de : jean1
UN PEU DE MUSIQUE
samedi 7 - 17h58
de : jean1
Suppression des régimes de retraites des parlementaires ?
samedi 7 - 09h08
de : Jean-Marie Défossé
Reportage photo : Manifestation à Paris pour les retraites- jeudi 5 décembre 2019
vendredi 6 - 21h39
de : jean1
Grève de la destruction du monde à Saint-Victor
vendredi 6 - 18h36
de : AMASSADA
Comment Maduro, a t il pu laisser faire cela, livrer « Stan Maillaud » au psychopathe macron (vidéo)
vendredi 6 - 17h07
de : nazairien
2 commentaires
Verdi, ancien « vrai journaliste », nous fait, une analyse extremement détaillée de cette puissante mobilisation du 5-12
vendredi 6 - 15h44
de : nazairien
1 commentaire
Quand les riches détruisent des bâtiments publics, avec le soutien de la justice
vendredi 6 - 13h00
de : Louisette
2 commentaires
Les Etats-Unis se hasardent-ils à considérer la CHINE comme une République bananière ?
jeudi 5 - 22h46
de : JO
Le principe de continuité du mouvement de grève
jeudi 5 - 20h03
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Grève du 5 décembre : manif monstre à Saint-Nazaire
jeudi 5 - 13h12
de : naairien
6 commentaires
LREM, Macron, farandole de casseroles : A mettre dans le livre des records (document Médiapart)
mercredi 4 - 23h53
de : nazairien
1 commentaire
Un mouvement de grève ne nous empêche pas de vous proposer nos programmes, bien au contraire ! C’est l’heure de l’mettre
mercredi 4 - 22h07
de : Hdm

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Nous devons apprendre à vivre comme des frères, faute de quoi nous périrons comme des imbéciles. Pasteur Martin Luther King
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite