Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Que faire ? Préparons la révolution !


de : Jean-Paul LEGRAND
vendredi 10 octobre 2008 - 12h02 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

La crise financère va vers une crise politique nationale et mondiale inédite

La presse communiste a ces derniers jours publié des propositions pour faire face à la crise financière. (10 mesures publiées ci-dessous)

Ces propositions sont mises en débat. Si je les trouve intéressantes, je ne pense pas qu’elles soient suffisantes.

Pour moi la question économique est inséparable de la question politique. Or ces propositions sont insuffisantes politiquement. On y déclare que le mouvement social pourrait en être porteur et qu’il faut donner de nouveaux droits aux travailleurs pour qu’elles aient des chances d’être mises en oeuvre. Certes.

Mais la situation que nous connaissons, est une situation totalement nouvelle politiquement, totalement inédite, il semble que l’urgence pour les communistes est de définir des propositions concrètes pour l’unité et l’efficacité du mouvement social. Or celui-ci est pour l’instant divisé et ses interventions n’ont pas la force pour modifier l’orientation du pouvoir capitaliste, pour commencer à l’affaiblir dans le but de le remplacer par un pouvoir populaire. Seul un grand mouvement populaire de masse et fortement politisé avec la participation de millions de gens pourra commencer à modifier les orientations suicidaires des ultra-libéraux qui mènent la société dans un terrible gouffre qui risque d’entrainer un recul terrible de civilisation.

Or le PCF n’offre pas des perspectives d’une pratique radicalement nouvelle parce que le PCF reste prisonnier d’une conception électoraliste et institutionnelle de la démocratie.

La situation est pourtant très ouverte pour appeler les citoyens à une révolte constructive et unitaire pouvant déboucher sur des prises de contrôle populaire dans les institutions par l’exigence que les élus et les dirigeants refusent la voie ultra-libérale qu’on veut leur imposer ou qu’ils entendent poursuivre. Il est urgent que le PCF appelle les gens à investir tous les lieux où se prennent des décisions quant à l’utilisation de l’argent, c’est à dire d’organiser concrètement déjà cette lutte en parlant de cela avec les salariés et les habitants, en invitant les gens à exprimer leurs besoins par des cahiers de doléances et de financement de celles-ci afin de faire monter face à l’immense gâchis capitaliste en cours, les exigences populaires.

Vu la violence contenue dans la puissance de la crise, celle-ci peut très rapidement offrir une dégénérescence de tout l’ordre social et provoquer des phénomènes très brutaux et rapides (licenciements massifs, très forte perte du pouvoir d’achat, faillites nombreuses, perte de valeur de l’argent et donc chute de la consommation, refus de prêt aux particuliers et aux PME-PMI, crise des budgets publics et mise en faillite des collectivités, etc...) Ces phénomènes risquent d’entrainer les gens dans des spirales de provocations-violences-émeutes-répression que les capitalistes et leur personnel politique à la tête de l’Etat ne manqueront pas d’exploiter pour casser toute perspective révolutionnaire.

Il y a donc une responsabilité des communistes pour veiller à diriger la colère des gens contre le capitalisme et la transformer en actes démocratiques pour demander des comptes partout où des dirigeants économiques et politiques prennent des décisions et pour que les citoyens se posent en tant que gestionnaires légitimes de l’argent qui doit devenir propriété sociale en le transformant en un instrument au service de toute la société et en le soustrayant du capitalisme.

On peut publier autant de propositions qu’on veut, tant qu’elles ne se confrontent pas au critère de la pratique, c’est à dire à l’action politique des gens, ces propositions resteront sur le papier et n’auront aucune chance d’être mises en œuvre ! Le PCF doit donc se préparer à organiser des luttes contestant partout des orientations qui soutiennent le capitalisme dans les entreprises et dans la société, en démontrant que c’est le capitalisme qui est la cause des souffrances des gens et le dire clairement sans attendre les futures élections ou d’hypothétiques alliances qui n’auront aucun sens si elles ne sont pas décidées dans les luttes par les protagonistes du mouvement populaire

Jean-Paul LEGRAND

1. Une réforme du crédit pour affamer la bête financière
Au coeur de la crise actuelle se trouve le développement d’un certain type de crédits (tels les subprimes), de techniques (titrisation) et de produits financiers qui garantissaient aux banques et aux fonds d’investissement des taux de profit introuvables ailleurs. Les banques ont mobilisé leurs ressources au service de ces jeux purement spéculatifs, au détriment de l’investissement productif et social. Autant dire l’importance cruciale, pour combattre ce « cancer financier », d’une réforme du crédit.
Avancée dès les années 1980-1990 par l’économiste Paul Boccara, appuyée aujourd’hui largement au PCF, à la CGT ou à ATTAC, l’idée est d’instaurer un « crédit sélectif », avec des taux d’intérêts différenciés en fonction de la finalité du projet à financer : d’autant plus bas que les projets seraient créateurs d’emplois, de productions durables, et, à l’inverse, d’autant plus élevés s’il s’agit d’opérations spéculatives. Cette proposition pourrait être déclinée à tous les échelons : régional, national, européen, mondial. Mais elle ne peut trouver toute sa portée qu’en lien avec un mouvement social pour un nouveau type de croissance, que si, dans les banques et les entreprises, les salariés peuvent peser sur les choix d’investissements.

2. Mise en place d’un pôle financier public
Devant le bilan accablant des banques et autres fonds d’investissements privés, la proposition, portée par de nombreuses voix dans la gauche sociale et politique, de créer un « pôle financier public », investi de missions répondant effectivement à l’intérêt général, prend plus de relief que jamais. Ce pôle, explique ainsi la CGT, consisterait en la mise en réseau d’institutions de statut public, comme la Banque de France, la Caisse des dépôts et consignations, les Caisses d’épargne… _ Il interviendrait notamment dans les domaines du soutien au développement des PME et du tissu économique local, du financement du logement social, de la politique de la ville, des infrastructures de transports, de la politique industrielle, de l’aide à l’innovation… Le pôle serait placé sous un « contrôle public et social », assuré par le Parlement, les élus locaux, les organisations syndicales, des acteurs de la société civile.

3. Des fonds régionaux pour l’emploi et la formation
Face aux difficultés de financement rencontrées par les PME, le PCF a défendu l’idée de créer des fonds régionaux pour l’emploi et la formation (FREF). Objectif : utiliser autrement l’argent des collectivités territoriales alloué au développement économique, afin d’influer sur le comportement des banques et des entreprises. À l’image de la région Rhône-Alpes, certains conseils régionaux se sont lancés dans l’expérience. Ainsi Christiane Puthod, responsable du Fonds rhônalpin, développe ces missions : « J’avais par exemple un patron d’une entreprise de la chaussure - importante dans notre région - qui me disait : "Ma boîte va bien, je n’ai pas besoin de l’argent de la région. Par contre, si vous pouviez m’aider à obtenir un crédit bancaire, c’est ça dont j’ai besoin." Lorsqu’une entreprise a un projet d’investissement et d’emploi, la région se porte garante pour lui permettre d’obtenir un prêt auprès des banques. Doté de 5 millions d’euros, nous levons ainsi environ 50 millions d’euros par an de crédit pour les PME - soit le tiers du total des aides régionales. C’est économiquement et socialement plus juste et plus efficace. L’idéal serait que progressivement le Fonds régional se substitue à toutes les subventions régionales aux entreprises. »

4. Abrogation de la « liberté de circulation des capitaux »
Si les crises financières se répètent, c’est « parce que toutes les entraves à la circulation des capitaux et à l’« innovation » financière ont été abolies », constatent, dans un texte publié au printemps, plusieurs dizaines d’économistes européens (lire notre édition du 16 mars). Mettre un terme à l’instabilité « suppose d’intervenir au coeur du "jeu", c’est-à-dire d’en transformer radicalement les structures », notent-ils. « _ Or, au sein de l’Union européenne, toute transformation se heurte à l’invraisemblable protection que les traités ont cru bon d’accorder au capital financier. » D’où leur appel à « l’abrogation de l’article 56 du traité de Lisbonne, qui, interdisant toute restriction à ses mouvements, offre au capital financier les conditions de son emprise écrasante sur la société ».

5. Changer les statuts et les missions de la BCE
Objectif unique de lutte contre l’inflation et indépendance de la Banque centrale européenne, injection massive de liquidité pour sauver les banques, la Banque centrale européenne doit être réformée. Pour une politique monétaire favorable à la croissance réelle des entreprises et qui favorise l’emploi, Francis Wurtz, président du groupe de la Gauche unie européenne au Parlement de Strasbourg préconise « de revoir les statuts qui octroient cette toute puissance et même lui fixent cette mission ». La première priorité de la BCE devrait être la croissance de l’emploi en quantité et en qualité. La recherche d’une stabilité des prix serait conditionnée à cet objectif prioritaire. Selon l’eurodéputé communiste, « la BCE utiliserait la puissance de la création monétaire pour inciter au financement d’emplois stables, de bonnes formations et une sécurité de revenu. Un tel objectif serait financé au moyen de crédits bancaires aux entreprises dont les coûts seraient abaissés grâce à des refinancements massifs de la BCE. Les taux d’intérêt seraient d’autant plus bas que les entreprises programmeraient des investissements productifs créateurs d’emplois et de véritable formation pour chaque individu. »

6. Pour s’émanciper du dollar, une monnaie commune mondiale
Le dollar, monnaie d’échange imposée au monde depuis des décennies, est utilisé par les États-Unis pour faire financer par les autres pays leur gigantesque déficit et asseoir leur domination économique. Face aux dégâts de la suprématie du billet vert, l’idée de créer une véritable monnaie commune mondiale reprend du poil de la bête. Se substituant au dollar pour l’ensemble des transactions commerciales et financières internationales, elle pourrait être émise par un Fonds monétaire international (FMI) profondément transformé, où les peuples auraient, à égalité, voix au chapitre. Cette monnaie commune pourrait en particulier être mise au service d’une coopération Nord-Sud, pour développer des biens publics comme l’eau, l’énergie, etc., via des crédits à long terme, à taux très bas.

7. Le « SLAM », une limite au profit des actionnaires
Si la crise met en lumière les ravages des marchés financiers dans la sphère du crédit, elle ne fait pas oublier les conséquences de leur domination sur les entreprises, où l’exigence de taux de rentabilité à deux chiffres se solde par des décisions dramatiques, comme le montre l’actualité quotidienne des fermetures de sites, des plans sociaux, des « gels » des salaires, etc. C’est pour réduire cette emprise de la finance actionnariale que Frédéric Lordon, économiste au CNRS, propose d’instituer, « réglementairement et autoritairement », un seuil limite au profit, « seul moyen de lui ôter toute incitation à pressurer les entreprises, leurs salariés et leurs sous-traitants, en créant les conditions qui rendent la surexploitation sans objet ». Au-delà de cette limite serait appliqué un prélèvement fiscal intégral. Cette « mesure contre la démesure de la finance » est baptisée par Frédéric Lordon du nom de SLAM, pour Shareholder Limited Authorized Margin, ou marge actionnariale limite autorisée.

8. Des droits nouveaux pour les salariés face aux actionnaires
Le développement des marchés financiers et la recomposition du pouvoir au sein de l’entreprise en faveur des financiers ont privilégié les intérêts des actionnaires au détriment des salariés. Cette dérive conduit à une déresponsabilisation des directions d’entreprise et à l’explosion des rémunérations patronales. L’intervention des salariés sur les choix de gestion des entreprises s’impose pour placer l’économie dans un développement social et sociétal. Dans un entretien paru dans la revue Mouvements, Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT, proposait « de dépasser la structure de représentation où les salariés sont informés, consultés, mais où ils n’ont pas accès aux lieux où se prennent les décisions stratégiques, qu’il s’agisse de conseils d’administration ou de conseils de surveillance. Certains voudraient réserver aux seuls salariés devenus actionnaires le droit éventuel d’être assis à la table. Nous dénions au propriétaire faisant fructifier son capital ce privilège exclusif, et nous estimons que ceux qui produisent les richesses par leur travail devraient avoir le droit, à ce seul titre, d’être présents là où s’élaborent les décisions. »

9. Un meilleur contrôle interne des banques
Les salariés de la CGT Banques-Assurances réunis en congrès cette semaine ont avancé une proposition pour améliorer le contrôle interne des banques. Outre l’amélioration des contrôles traditionnels, ils souhaitent que les banques ou opérateurs financiers justifient à chaque comité d’entreprise l’ensemble des sommes échangées sur les marchés financiers, le montant des pertes comme des gains. « Avec un tel " bilan ", nous pourrions interpeller la banque et nous assurer que tous les contrôles sont effectués pour éviter les risques », explique Jean-Jacques Surzur, délégué national CGT du Crédit Mutuel.

10. Valoriser le travail, pour de bon
Loin d’être le simple produit d’une « dérive » du capital, la crise d’aujourd’hui s’inscrit dans son implacable logique, qui s’est traduite depuis des années par un double processus : inflation des activités financières d’un côté, déflation salariale et récession sociale de l’autre. Partant de cette analyse, la CGT plaide pour une authentique « valorisation du travail ». Une ambition qui passe, à la fois, par un développement d’emplois de qualité, des qualifications des salariés, une revalorisation des salaires, et par un soutien aux investissements productifs, à l’aide d’un crédit bancaire sélectif. Le gouvernement pourrait, sans délai, donner le bon signal en décidant d’une hausse du SMIC et des retraites.

http://www.humanite.fr/2008-09-25



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Que faire ? Préparons la révolution !
10 octobre 2008 - 13h29

TOUT LE POUVOIR AUX TRAVAILLEURS !!!

LE SPECTRE DE LA REVOLUTION SOCIALE MONDIALE

LA REVOLUTION a l’ordre du jour ?

La destruction en cours du systeme financier mondial est un defi pour l’humanité.

Aura t elle l’energie de se liberer du systeme capitaliste et de jeter les fondations d’une nouvelle societé :

L’alienation generalisée va t elle se fracasser sous les coups de la crise ?

La liberation collective des griffes multiples du capital sera elle suffisamment determinée et lucide, ou serons nous tetanisés par l’acceleration demente en cours ?

Tout devient possible et tout depend de nous !

PROPOSITIONS URGENTES POUR UN MOUVEMENT SOCIAL FANTOME :

NE NOUS RESIGNONS PAS A L’ABSCENCE DE REPONSES DES PARTIS,SYNDICATS ASSOCIATIONS QUI COMME LE CAPITAL N’ONT JAMAIS CRU QUE LA CRISE PRENDRAIT CETTE AMPLEUR !

ECHAPPONS AU SPECTRE DE L’ARGENTINE , OSONS PRENDRE DES
INITIATIVES, SORTONS DE LA DEFENSIVE :

MARRE DE SUBIR L’ESCROQUERIE en autre FINANCIERE :

souveraineté populaire a tous les niveaux de pouvoir y compris BCE,a commencer par la monnaie et le credit ;

controle populaire permanent partout ,levée du secret bancaire !!

CREEONS DES ASSEMBLEES POPULAIRES DANS LES RUES,USINES QUARTIERS,

CONTRE LA PANIQUE AFFIRMONS LA SOLIDARITE DES TRAVAILLEURS,CHOMEURS,etc :

Si le G8 cherche a sauver le systeme bancaire mondial,ce n’est pas uniquement pour sauver ses amis...

Nous sommes tous aujourd’hui dependants des banques pour pouvoir toucher nos salaires, pensions, aides sociales etc.....

Or le trou des banques devient un gouffre tel qu’elles auront la tentation de garder notre argent pour se sauver elles meme.....

C’est ça le prochain choc....

N’ATTENDONS PAS TOUT DES ECHEANCES ELECTORALES REFUSONS LES SACRIFICES

pour un programme commun immediat a partir des besoins reels,contre l’hyperinflation qui demarre :

requisition des stocks de nourriture,essence etc,distribution generale tant que les revendications sociales ne seront pas accordées !!

CONTROLE PUBLIC DES PRIX , REFUS DES HAUSSES !!

salaire minimum garanti europeen 1500 € pour 30H/semaine

revenu garanti europeen inconditionnel de 1000 € pour toutes et tous

droits sociaux garantis : santé education et transports collectifs gratuits

echelle mobile des salaires et des revenus

logement loyer 10% du revenu

moratoire sur tous les interets des dettes privées et publiques ;
50 Milliards d’interet de la dette publique a payer aux banques dans le budget de l’etat français pour 2009 !!!

souveraineté populaire a tous les niveaux de pouvoir y compris BCE,a commencer par la monnaie et le credit ;

controle populaire permanent partout et en priorité des Travailleurs

medias publics

etc

SACHONS QUE TOUTES LES VICTOIRES PARTIELLES NE SONT QUE PROVISOIRES ,

VIRONS LES TOUS AVANT QU’ILS NE CREUSENT NOS TOMBES !!






COVID 19 : Des Municipalités sous l’oeil haineux de la macronnie !
jeudi 24 - 16h24
de : joclaude
L’appel du vide - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 23 - 23h39
de : Hdm
Des grèves reconductibles inédites chez Labosud
mercredi 23 - 09h18
Femmes prises entre capitalo-patriarcat et hyperpatriarcat : alliances à former.
mercredi 23 - 08h37
de : Christian Delarue
5 commentaires
France : Tenue républicaine exigée par les Amish
mardi 22 - 10h37
de : Sanaga
1 commentaire
Grande fête du livre des éditions Noir et Rouge
lundi 21 - 23h28
de : Frank
BOLIVIE Perspectives avant les élections du 18 octobre
lundi 21 - 19h16
de : allain graux
APPEL AU MOIS INTERNATIONAL D’ACTIONS POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH
lundi 21 - 17h44
de : Jean Clément
COVID 19 : Cuba vient de mettre au point un vaccin !
lundi 21 - 16h40
de : joclaude
Représentation syndicale avec son badge (ou pas) et rien d’autre !
lundi 21 - 12h11
de : Christian Delarue
2 commentaires
SEXYPHOBIE AU MUSEE d’ORSAY
lundi 21 - 01h28
de : Christian Delarue
4 commentaires
Premiers de corvée, premiers oubliés ! Des sans-papiers marchent vers l’Élysée
dimanche 20 - 17h03
CHILI/VENEZUELA : une superbe historique, afin que nul n’en ignore !
dimanche 20 - 16h31
de : joclaude
CUBA : courrier au Canard Enchaîné
dimanche 20 - 16h12
de : joclaude
Amérique Latine : Démocratie contre blocus !
dimanche 20 - 15h19
de : joclaude
1 commentaire
Racket sur les retraités et les personnes en perte d’autonomie : le rapport Vachey
dimanche 20 - 15h04
de : joclaude
1 commentaire
Entre droit de critique du voile et nécessaire respect des personnes
samedi 19 - 23h25
de : Christian Delarue
2 commentaires
Le néocolonialisme d’ENGIE au Brésil
samedi 19 - 21h53
de : Mr Mondialisation
SEXYPHILIE anodine d’Instagram et SEXYPHOBIES agressives ailleurs
samedi 19 - 17h02
1 commentaire
journée internationale pour la paix : visio-conf. ce 18 septembre 2020
jeudi 17 - 23h32
Le désempuissantement populaire participe de la perte de démocratie.
jeudi 17 - 20h50
de : Christian Delarue
4 commentaires
Pourquoi beaucoup de salariés ont la tête ailleurs
jeudi 17 - 12h16
1 commentaire
Des papiers pour tous ! C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 08h17
de : Hdm
De la lutte des masques à la lutte des classes
jeudi 17 - 07h58
de : Bruno Guigue
2 commentaires
Si à 5 ans un gosse n’as pas eu au moins deux leucémies, c’est qu’il a raté sa vie
mercredi 16 - 23h29
de : Dr Seguelasse de Santé publique rance
SEPARATISME
mercredi 16 - 19h48
de : Nemo3637
5 commentaires
l’Etat providence... ! Pour qui ?
mercredi 16 - 16h41
de : joclaude
VENEZUELA : On ne nous dit pas tout !
mercredi 16 - 10h37
de : joclaude
1 commentaire
La nouvelle grenade de désencerclement reste une arme de guerre
lundi 14 - 07h23
1 commentaire
Les trois secteurs de résistance du peuple-classe
dimanche 13 - 14h47
de : Christian Delarue
1 commentaire
Le séisme idéologique est plus important que le virus lui-même
dimanche 13 - 05h35
de : Michaël Verbauwhede et Seppe De Meulder - Solidaire
4 commentaires
MRAP : Droit et "séparatisme islamique" (lettre ouverte)
samedi 12 - 16h29
de : Christian Delarue (mrap)
Le MRAP assure le Maire de Stains de sa solidarité
samedi 12 - 10h48
de : Christian Delarue (mrap)
Agression antisémite à Aubervilliers
samedi 12 - 10h43
de : Christian Delarue (MRAP)
Génération désenchantée
vendredi 11 - 22h11
de : paris lutte info
Oussama et CIA copains comme cochon
vendredi 11 - 21h56
de : globalResearch
quel "homme" de petite taille ce darmanin
vendredi 11 - 18h14
1 commentaire
Le moment paranoïaque (le déferlement totalitaire) face à la dialectique du maître et de l’esclave Par Ariane Bilheran,
vendredi 11 - 11h21
de : pierrot
2 commentaires
CHRONIQUES NOIR & ROUGE N° 2 Septembre 2020
mercredi 9 - 22h26
de : frank
ELEVES ET PROFS A L’ABANDON
mercredi 9 - 18h16
de : Nemo3637

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite