Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Souvenez-vous de la dernière crise
de : OC
lundi 13 octobre 2008 - 14h42 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Beaucoup plus pertinent que la plupart des « fast thinkers », qui dramatisent la crise actuelle après avoir été incapables de l’anticiper, Frédéric Lordon nous explique que cette crise est un copier-coller de la précédente, celle de l’explosion de la bulle du Net en 2000-2002.

L’histoire repasse les plats

Dans l’extrait de son livre , ce chercheur au CNRS revient sur l’explosion de la bulle du Net et de ses entreprises que l’on baptise « dotcoms ».

« (…) Les crises dotcom 2000-2002 et subprimes 2007-2008 avaient normalement tout pour figurer deux épisodes sans rapport aucun. Que peut-il y avoir de commun entre une crise de valorisation d’une certaine catégorie d’actions, donc liée à des anticipations de profits d’entreprise, et une crise d’évaluation des risques portant sur des produits dérivés de crédit ? Rien, semble-t-il a priori. C’est bien pourquoi leur parallélisme formel n’en est que plus frappant – et plus révélateur d’une profonde unité. Le miracle du « nouveau paradigme ». Dotcom et subprimes, l’une comme l’autre, sont l’illustration de ce fantasme permanent de la finance à la recherche du miracle qui permettra de gagner plus en risquant moins. Comme si elle ne parvenait pas à prendre son parti de l’idée, qui lui est pourtant consubstantielle, que le gain financier ne va pas sans risque – et même que le gain financier est la rémunération du risque, par conséquent que rentabilité et risque sont voués à croître de concert –, la finance ressuscite à intervalles réguliers le rêve de vaincre sa pesanteur à elle : gagner plus à risque constant, ou risquer moins à rentabilité égale. Le miracle, qui réclame sa dose de croyance, ne va pas sans son appareil de prophéties, et celles-ci se ramènent à une seule : « le monde a changé ». « Innovation » est le nom présentable de la chimère. Quand elle est inspirée, la finance a même ses fulgurances ; alors elle dit : « changement de paradigme ». »

L’histoire dégrise les présompteux

Et l’auteur de revenir sur l’Illusion lyrique qui a précédé la crise de la bulle du Net en 2000 et celle du crédit et des banques que nous vivons.

« Des start-up, lancées par quelques étudiants autour de trois tables Ikea, valent des millions, parfois des milliards : en effet, il faut au moins un « nouveau paradigme » pour rendre possible ce genre d’événement aberrant… « Les gens croyaient vraiment que le monde était différent », dit Larry Fink, du fonds BlackRock. Mais ces propos datent de 2008 et ils parlent de la titrisation.

Ainsi, la croyance dotcom et la croyance subprimes se seront données exactement les mêmes mots. Comme les uns avaient cru repousser les frontières du profit entrepreneurial, les autres ont cru à la solution définitive du risque de crédit – et le discours du dégrisement est le même ».

L’histoire ne fait pas la vaisselle

Et notre chercheur de pointer certains responsables de l’emballement général, les grandes agences de « rating » qui notent les risques du marché. Or ces gardes fous n’ont pas fonctionné, pas plus en 2000 qu’en 2008.

« Dans les deux cas, c’est peu dire que les agences de notation ont encouragé l’ébriété générale. De même qu’elles avaient validé les valorisations boursières délirantes des start-up, elles ont certifié la parfaite sûreté des produits de la titrisation – ne faisant rien d’autre que rejoindre le grand courant de la croyance, là où elles étaient supposées garder la tête froide. Il fallait que des institutions supposées extérieures à la frénésie du marché apportent leur jugement et leur autorité pour consolider la croyance : les agences s’en sont chargées, et elles figureront en bonne place parmi les contributeurs aux fausses prophéties du « nouveau paradigme », dotcom et subprimes aussi bien.

À qui voudrait persister à tenir ces deux crises pour totalement hétérogènes, la similarité des termes dans lesquels sont mises en cause les agences de notation à cinq ans d’intervalle devrait donc suggérer quelques petites « connexions »… pour ne rien dire de la profonde incapacité de la communauté financière à l’apprentissage dont elle témoigne. La prolifération des « hors-bilans ». Mais que dire alors du bégaiement des protestations faussement scandalisées – elles sont tenues par ceux qui ont été les plus fervents partisans du jeu… avant qu’il ne se retourne – s’indignant de la prolifération des structures juridico-financières opaques et hors de tout contrôle ? On dénonce les bien nommés SPV, Special Purpose Vehicles (Véhicules à finalité spéciale), où Enron avait abrité ses activités les plus douteuses jusqu’en 2001. Mais ce sont les mêmes coquilles offshore qui ont été les supports de la titrisation massive des crédits subprimes jusqu’en 2007.

À six ans de distance, la dénonciation des structures dites hors-bilan est resservie à l’identique. Et, d’une crise à l’autre, ce sont les mêmes mots qui nourrissent les mêmes exhortations impuissantes – et trop contentes de l’être. Les appels à la vertu ».

L’histoire, écrite par les vainqueurs

« Enfin, le comble du ridicule et de l’écholalie est atteint au moment où les « moralisateurs » font leur grandiloquente entrée en scène. Ce sont la vertu et l’éthique, expliquent-ils, qui ont manqué. On dénonce les inconduites et les crapules, on en appelle avec emphase à « l’esprit du capitalisme ». Ici Kenneth Lay (le PDG d’Enron), là Jérôme Kerviel, deux paratonnerres idéaux sur lesquels précipiter la vindicte et organiser la diversion. Car évidemment tant qu’on parle des « fraudeurs » on ne parle pas d’autre chose – en particulier pas de la logique générale du système qui a vu les plus grosses pertes réalisées en toute conformité avec les pratiques habituelles légales. Aux noms propres près, les discours « éthiques » tenus en 2000 et 2007 sont eux aussi parfaitement superposables – et identiquement ineptes.

Une seule solution : l’autorégulation ! Pendant ce temps-là, les hommes du sérail comprennent très rapidement que le spectacle non seulement de l’aberration financière exposée au grand jour, mais aussi des dégâts collatéraux qu’elle ne manque pas d’occasionner dans l’économie réelle, est de nature à susciter quelque agitation politique, peut-être même des velléités d’action régulatrice ».

L’Etat paye les pots cassés

Dans notre monde, les dettes sont publiques et les profits privés. Cette fois comme toutes les fois précédentes.

« Or l’État n’est bon qu’à sauver les menus ratages de la splendide finance privée : que le Trésor public ait la sagesse de contribuer à réparer quelques « incidents isolés » et, pour le reste, qu’il se taise. Et comme tout de même il faut bien lâcher un peu de lest, la finance se fend généreusement de quelques oblats verbaux et annonce avec magnanimité qu’elle va se charger elle-même de réexaminer ses pratiques – comprendre : « nous ne laisserons pas la loi se mêler de nos affaires ! » ».

Et l’histoire repart pour un tour, jusqu’à la prochaine

« Le 10 avril 2008, l’Institute of International Finance, qui représente 375 des plus grandes compagnies financières, pose publiquement un acte de contrition pour la crise des subprimes, mais dont le sens véritable n’est révélé qu’avec ses propositions finales : « nous voulons prouver que nous, l’industrie financière, pouvons faire du meilleur travail », et de préciser pour les malentendants : « il serait complètement erroné que les autorités imposent plus de régulations à l’industrie financière ». En parfait état, tiré une nouvelle fois du placard où il est chaque fois remisé après usage ad hoc, le discours du « code de bonne conduite » n’a pas pris une ride : tel qu’il était en 2000, il est resservi en 2007. Les professionnels de la finance s’engagent à l’élaborer avec le plus grand sérieux… et surtout à n’en rien faire dès que l’orage sera passé, avec cet avantage épatant que l’abstention de l’action permet de renouveler dans toute sa solennité l’engagement à chaque nouvelle occasion !

Certes, la condition d’efficacité de la manoeuvre réclame qu’il ne se trouve personne pour faire remarquer que les mêmes, la dernière fois déjà… Mais comme elle a d’assez bonnes chances d’être remplie, la finance-promettant-de-s’autoréguler-dès-que-possible aurait tort de se gêner. Pour l’avenir toutefois, on suggérera d’éviter les maladresses les plus flagrantes et les castings à problème : en 2002, après l’éclatement spectaculaire de la bulle Internet, et désireux d’éviter toute réaction politique, le Medef s’était précipité pour faire rédiger dans l’urgence un rapport dénonçant par avance le caractère inapproprié de la régulation externe, à laquelle, comme il se doit, l’autorégulation doit être préférée. Le rapporteur de l’époque s’appelait Daniel Bouton, président d’une certaine banque qui s’illustrera cinq ans plus tard pour la qualité de son « autorégulation »… »

http://www.bakchich.info/article5366.html



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Souvenez-vous de la dernière crise
13 octobre 2008 - 18h52

Pas d’accord.
Cette fois ci, on entre bien dans la phase de crise(s) de surproduction. La planète est devenue trop petite pour le Capital, et ça va pas se tasser tout seul. Alors peut être que la grande dépression n’est ni pour 2008, 2009 ou 2010, mais ce qui se passe actuellement correspond bien à la manifestation d’une limite fondamentale à l’accumulation capitaliste : la baisse tendancielle su taux de profit. Celle ci a été contenue pendant 50 ans par le développement du crédit pour soutenir la consommation en Occident, et la délocalisation massive vers des pays où le coût du travail est faible, essentiellement en Asie.
C’est bien le spectre de Marx...






Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
7 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
20 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1
double face
jeudi 10 - 12h01
de : jean 1
1 commentaire
Appel à Manifestation samedi 12 octobre à Saint-Victor
mercredi 9 - 22h05
de : AMASSADA
Détruire le capitalisme avant qu’il ne nous détruise (à propos de Lubrizol)
mardi 8 - 23h50
de : nazairien
3 commentaires
On nous cache tout, on nous dit rien :Frais d’obseques des deputes et de toute leur famille payes par nos impots (vidéo)
mardi 8 - 23h05
de : nazairien
LES BESOINS ARTIFICIELS - Comment sortir du consumérisme
mardi 8 - 17h23
de : Ernest London
11 commentaires
Le Maquillage Vert du Capitalisme ne change pas son essence prédatrice
lundi 7 - 23h02
de : Cecilia Zamudio
Emission - Lubrizol – Enfumage chimique. Enfumage médiatique. Enfumage étatique.
lundi 7 - 16h59
de : Emission Polémix et La Vox Off
Sur les Gilets Jaunes, l’État et le fascisme – lettre d’Antonin Bernanos
lundi 7 - 16h06
de : jean 1
Ami entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne : L’Europe nous supprime la faucille ! Et le marteau ! ...
lundi 7 - 15h07
de : nazairien
1 commentaire
Réformes des retraites : depuis 1993 l’âge de départ et le montant des pensions reculent
lundi 7 - 07h50
1 commentaire
TROIS "I" en même temps !
dimanche 6 - 21h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Rencontre nationale des communes libres et des listes citoyennes
dimanche 6 - 21h42
de : commercy par invités de médiapart
La “surprise” de l’acte 47 des GJ : l’occupation du centre commercial Italie2 (vidéo)
dimanche 6 - 11h11
de : nazairien
4 commentaires
Un féminisme accusé de contrôle du corps des femmes
dimanche 6 - 02h31
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Le communautarisme du Rassemblement National - RN (ex FN).
dimanche 6 - 02h21
de : Christian DELARUE
confirmation expulsion appel à convergence
samedi 5 - 22h27
de : AMASSADA
Acte 47 Toulouse et violences à AMiens
samedi 5 - 21h51
de : https://www.frontsocialuni.fr/les-luttes-invisibles/
Une lobbyiste de la pollution au coeur de la convention pour le climat
samedi 5 - 21h39
de : Gaspard D’Allens REPORTERRE
Christine Renon : marée humaine quand l’Éducation Nationale ne veut pas de vague
vendredi 4 - 14h32
Les palettes : Il n’aurait jamais dû signer...
vendredi 4 - 10h22
LA MANIFESTATION CLIMAT DU 21 SEPTEMBRE A-T-ELLE ÉTÉ INFILTRÉE PAR LE BLACK BLOC ?
jeudi 3 - 22h36
de : jean 1
Alexandre Langlois réagit à l’attaque au couteau à la préfecture de police de Paris (vidéo)
jeudi 3 - 20h25
de : nazairien
Une corrompue de plus, comme commissaire européen : Emplois fictifs : « I’m clean », se défend Sylvie Goulard
jeudi 3 - 17h54
de : nazairien
3 commentaires
Ils avouent sans honte, que les radars c’est pour faire du fric : Les « gilets jaunes » ont plombé les recettes des radars
jeudi 3 - 16h58
de : nazairien
1 commentaire
Fouloir, Pouvoir, Vouloir.
mercredi 2 - 19h22
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
ÉCOLE
mercredi 2 - 08h41
de : Ernest London
chirac le pot pourrit infini
mardi 1er - 22h29
de : Jean-Yves Peillard
ALGERIE Louisa Hanoune condamnée à 15 ans de prison : solidarité face à la répression du régime !
mardi 1er - 21h41
de : revolution permanente
1 commentaire
Comment l’exécutif a plombé les comptes de la Sécu et s’apprête à nous faire payer la facture
mardi 1er - 16h48
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Le désarmement extérieur passe par le désarmement intérieur. Le seul vrai garant de la paix est en soi. Dalaï Lama
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite