Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Cesare Battisti : le reniement du droit ?
de : humanite
jeudi 17 juin 2004 - 16h52 - Signaler aux modérateurs

de Jean-Jacques De Felice et Irène Terrel, avocats.

Qu’un parquet général, par définition hiérarchisé, se soit déclaré favorable à l’extradition de Cesare battisti, arrêté sur ordre direct du garde des Sceaux à la demande de son homologue italien Roberto Castelli, non seulement cela n’était pas un scoop mais encore cela s’inscrivait dans la logique même de cette procédure. Rappelons d’ailleurs qu’à de très rares exceptions près, tous les parquets de France, dans ces affaires, se sont toujours déclarés favorables aux extraditions. Jeux de rôles et relations diplomatiques obligent.

Au contraire, les cours d’appel de Paris et de province saisies de dossiers similaires ont, pratiquement à l’unanimité ces quinze dernières années, refusé l’extradition des réfugiés italiens en fondant leurs décisions non pas sur des doctrines politiques, non pas sur des campagnes de presse mélangeant aberrations juridiques, erreurs de fait, diabolisation du sujet et considérations politiciennes, mais sur quelques principes de droit intangibles. Dans l’affaire Battisti, ces principes intangibles sont essentiellement au nombre de deux.

Premier principe : l’autorité de la chose jugée, principe fondamental de l’édifice juridique qui confère aux décisions de justice leur solidité, et aux justiciables le droit, qui leur est en outre reconnu par l’article V de la convention européenne des droits de l’homme, à la " sûreté juridique ".

Une fois les recours définitivement épuisés, le droit est dit, la chose est jugée.

Or, en 1991, la même cour d’appel de Paris, saisie des mêmes faits, a refusé l’extradition de Cesare Battisti. Sous quel prétexte pourrait-on aujourd’hui revenir sur ce refus qui, aux termes mêmes de la loi sur l’extradition, est définitif et s’impose au gouvernement ? Contraint de reconnaître que les deux procédures de 1991 et 2003 portent bien sur les mêmes faits, le parquet a soutenu qu’en 1991 les magistrats se seraient fondés sur des mandats d’arrêt, alors que l’Italie produit aujourd’hui des condamnations. Mêmes faits, autres titres, donc.

À cette enseigne, la protection juridique s’attachant, de par la loi, aux refus d’extradition deviendrait, dans bien des cas, lettre morte. En effet, nombreux sont les refus d’extradition rendus ces dernières années par les cours d’appel de France qui pourraient soudain être revus au prétexte de la production d’autres titres émis au fil du temps par les autorités italiennes, y compris pour les besoins de la cause. La seule hypothèse dans laquelle un nouvel examen est admis, après avis judiciaire défavorable à l’extradition, est celle de l’existence d’une nouvelle convention internationale qui modifierait les conditions légales de l’extradition. Rien de tel dans l’affaire Battisti qui, aujourd’hui comme hier, reste soumise à la convention européenne d’extradition.

En réalité, dès 1991, la condamnation définitive à perpétuité, présentée - treize ans plus tard ! - comme un prétendu élément nouveau, était déjà intervenue dans le courant même de la procédure de l’époque, ce dont les autorités italiennes n’avaient pas informé la cour, malgré l’obligation qui leur en était pourtant faite par la loi. Et pourquoi cette omission ? Tout simplement parce que le fait d’être définitivement condamné en son absence à la perpétuité sans avoir droit à un nouveau procès était considéré comme contraire à l’ordre public français et européen, et conduisait inéluctablement au rejet de la demande d’extradition en vertu d’une jurisprudence constante de toutes les cours d’appel. En 1991, les autorités italiennes ont ainsi tenté de tromper la cour en taisant un élément déterminant qui ne pouvait qu’entraîner un refus d’extradition. Les juges, ont donc, en langage juridique, stigmatisé ce stratagème dans leur arrêt, en constatant la caducité des pièces transmises, et en refusant l’extradition de Cesare Battisti.

Et l’on voudrait aujourd’hui revenir sur l’autorité de la chose jugée afin que cette même cour d’appel, composée de magistrats différents, se prononce à nouveau, mais dans un sens opposé, sur la même affaire ! Cette simple démarche, et ce quelle qu’en soit l’issue, en dit long sur la dégradation des moeurs judiciaires.

Deuxième principe : le droit pour tout accusé jugé en son absence par une cour d’assises à comparaître physiquement devant ses juges lors d’un nouveau procès. Ce principe élémentaire a été consacré et rappelé par toutes les cours d’appel de France ces quinze dernières années, par la Cour européenne des droits de l’homme, par la loi du 15 juin 2000 affirmant la nécessité du caractère contradictoire du procès pénal.

Même la toute récente loi du 9 mars 2004, dite loi Perben II, n’a pas dérogé à cette règle en instituant une nouvelle procédure de défaut en matière criminelle aux termes de laquelle un accusé absent devant une cour d’assises peut certes être représenté par un avocat, mais conserve en cas d’arrestation le droit automatique à bénéficier d’un nouveau procès en sa présence.

D’ailleurs, d’éminents juristes italiens se sont eux-mêmes exprimés dans le même sens. Ainsi, le professeur Sandro Cerini, pourtant membre du bureau de coopération internationale - secteur extradition - au ministère de la Justice, conclut-t-il une étude publiée en juillet 2003 sur " Extradition et contumace " par sa conviction que " pareil chemin (réforme de la procédure italienne de la contumacia - NDLR) ne peut être ultérieurement différé ".

Contrairement à ce qui a été insinué à tort par le parquet général afin de contourner cet obstacle majeur, la loi italienne actuelle n’ouvre à Cesare Battisti, condamné définitif à la perpétuité sur la foi de déclarations de repentis et considéré comme s’étant volontairement soustrait aux procès, aucun droit à un nouveau jugement en sa présence.

Consultés sur l’affaire Battisti, deux éminents juristes, Emmanuel Decaux, professeur de droit public à l’université Panthéon Assas, et François Julien-Laferrière, professeur à l’université de Paris Sud et directeur de l’Institut d’études de droit public, se sont clairement prononcés, sur le seul plan juridique et après étude de la procédure, contre une extradition qui heurterait l’ensemble de ces principes fondamentaux.

Pour le professeur François Julien-Laferriere, " la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme, l’évolution récente de la position du Conseil d’État, la jurisprudence dominante des chambres de l’instruction et, enfin, la modification du régime du "défaut en matière criminelle" par la loi Perben II, établissent clairement que la procédure italienne de la "contumacia" heurte l’ordre public français et s’oppose, en conséquence, à ce que l’extradition soit accordée aux autorités italiennes ".

Le professeur Emmanuel Decaux, après avoir longuement analysé les arrêts de la CEDH condamnant l’Italie pour sa procédure de " contumacia ", conclut en ces termes : " Le caractère inacceptable d’un procès en contumace aboutissant à une condamnation perpétuelle, sans aucun recours possible, tient à l’exigence des garanties effectives du procès équitable. "

Un avis favorable à l’extradition dans cette affaire constituerait donc un revirement radical de la jurisprudence extraditionnelle des cours françaises, constante depuis plus de quinze ans, et une régression majeure des garanties du procès équitable : chose jugée désormais aléatoire et procès criminel par contumace définitif devenu soudain en 2004 compatible avec l’ordre public, et ce contrairement à toute l’évolution du droit français et européen.

Revirement qui pourrait bien s’apparenter à un reniement du droit chaviré par la raison d’État. Si l’on ajoute à cela :

 la violation du droit d’asile accordé à Cesare Battisti depuis quatorze ans, qui ne peut lui être arbitrairement retiré : son dernier titre de séjour lui a été délivré le 11 avril 1997 sous le gouvernement d’Alain Juppé et la présidence de Jacques chirac et un courrier du ministère des Affaires étrangères daté du 11 février 2004 lui annonçait, après deux ans d’enquête et un avis favorable du ministère des Affaires sociales, du Travail et de la Solidarité, la prochaine parution au Journal officiel du décret portant sa naturalisation ;

 la violation des droits des deux enfants français de Cesare Battisti, soudain privés des garanties qui leur sont pourtant reconnues par la convention internationale des droits de l’enfant ;

 et enfin la trahison de la parole de la France qui s’est engagée depuis un quart de siècle, sous deux présidents de la République et neuf gouvernements successifs, à accueillir et protéger cette communauté d’italiens exilés des " années de plomb " ;

on aura une idée de l’ampleur du reniement, froidement programmé, des valeurs et idéaux de notre République.

Lors d’une interview accordée au quotidien italien Il Corriere della Sera, daté du 5 mars 2004, M. Robert Badinter, se définissant pourtant comme un " européen convaincu ", affirmait : " Comme juriste, je répète que la position prise par un État, par l’intermédiaire de son plus haut représentant, ne devrait pas être contredite vingt ans après. "

Concluant son étude, le professeur Emmanuel Decaux écrit : " La prise en compte du "facteur temps" est un élément important d’appréciation. La situation de M. Battisti en France était tout à fait officielle, qu’il s’agisse de son statut de résident ou de sa domiciliation à Paris. Si une situation de clandestinité ne saurait créer des "droits acquis", il n’en va pas de même dans le cas d’un établissement régulier sur le territoire français et d’une intégration dans la société française, à la suite de la double décision de la justice française ayant stabilisé en droit la situation de M. Battisti. Cette situation de droit a été confirmée sur le plan général par les déclarations de principe des plus hautes autorités françaises et sur le plan pratique par la délivrance régulière de titres de séjour à M. Battisti. "

Ainsi l’enjeu de cette affaire dépasse-t-il très largement le sort d’un homme et celui de la communauté d’exilés italiens dont il fait partie. Ce qui est aussi en cause, parallèlement à ces vies brutalement menacées, ce sont les fondements mêmes de l’État de droit et la pérennité des valeurs sur lesquelles il repose.

17.06.2004
Collectif Bellaciao



Imprimer cet article





GILETS JAUNES Acte 52 à Montpellier : La terreur bleue !
mardi 12 - 16h26
de : JO
CES 600 MILLIARDS QUI MANQUENT À LA FRANCE
mardi 12 - 12h16
de : Ernest London
BOLIVIE ! Processus électoral électronique mis en cause !
mardi 12 - 11h32
de : JO
1 commentaire
Pour poser de nouveaux jalons de laïcité
mardi 12 - 01h01
de : Christian DELARUE
Intervention de Michèle Sibony, au nom de l’UJFP, à la manifestation du 10 novembre contre l’islamophobie
lundi 11 - 23h23
de : Chantal Mirail
5 commentaires
L’appel à manifester des sous-marins jaunes
lundi 11 - 21h09
de : jean1
Rassemblement contre la précarité étudiante dans toute la France le mardi 12 novembre
lundi 11 - 20h50
de : jean1
La terre a tremblé de Cruas à Tricastin ; Allo vous m’entendez ?
lundi 11 - 15h40
de : le fou du roi nucléaire pour coordi SudEst
1 commentaire
Gauche SERVILE ou gauche INDOCILE face aux intégrismes religieux
lundi 11 - 11h53
de : Christian DELARUE
5 commentaires
Coup d’Etat en Bolivie :Les syndicats annoncent un siège et donnent 48 heures à Camacho pour quitter La Paz
lundi 11 - 11h13
de : JO
2 commentaires
L’Europe doit cesser d’investir dans l’industrie du génocide
dimanche 10 - 22h29
de : DAIARA TUKANO via Christine Prat
ISLAMOPHOBIE : du SENS STRICT au SENS LARGE
dimanche 10 - 17h42
de : Christian DELARUE
8 commentaires
Le voile est-il une obligation religieuse ?
dimanche 10 - 17h22
de : Mohammed Chirani
5 commentaires
Comprendre l’instrumentalisation du féminisme à des fins racistes pour résister
dimanche 10 - 17h07
de : Lisbeth Sal et Capucine Larzillière 15 septembre 2011
3 commentaires
MRAP : La lutte contre la haine doit être unitaire
dimanche 10 - 00h01
de : Christian D (CN - MRAP)
4 commentaires
Riposte populaire face à l’islamophobie
samedi 9 - 19h00
de : jean1
8 commentaires
Montpellier : Un Acte 52 des Gilets Jaunes marqué par plusieurs blessés et de nombreuses interpellations
samedi 9 - 17h42
de : jean1
PECO : Hypocrisie du bloc pro-capitaliste
samedi 9 - 16h06
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Combattre le fémonationalisme
samedi 9 - 13h08
de : Chantal Mirail
8 commentaires
Retraites à points : les salariés du privé ont tout à y perdre
samedi 9 - 08h53
Les "zélites" , qui détruisent la France sont responsables : à Lyon : un étudiant stéphanois s’immole par le feu
samedi 9 - 01h51
de : nazairien
4 commentaires
Épuration, recyclages et (grandes) compagnies... - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 8 - 22h49
de : Hdm
GILETS JAUNES TOULOUSE : ACTE 51 (video)
vendredi 8 - 15h36
de : JO
LA PETITE MAISON DANS LA ZERMI - Chroniques d’un saisonnier de la misère
vendredi 8 - 12h13
de : Ernest London
Les PECO : déception d’un capitalisme pur et dur et souci de penser encore une alternative
jeudi 7 - 22h10
de : Christian DELARUE
4 commentaires
Sarkozy, mais en mieux.
jeudi 7 - 16h59
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Vol, pillage des ressources naturelles de la planète : Partout là où sont encore présentent les multinationales !
jeudi 7 - 16h04
de : JO
Casser les deux communautarismes, le dominant et le dominé.
mercredi 6 - 23h59
de : Christian DELARUE
2 commentaires
LE VOILE, CHIFFON ROUGE OU TORCHE-CUL ?
mercredi 6 - 19h28
de : Nemo3637
8 commentaires
Un blessé grave de plus dans les manifs. des Gilets Jaunes !
mercredi 6 - 15h27
de : joclaude
Ces entreprises qui empochent les milliards du CICE en licenciant
mercredi 6 - 08h22
Communiqué du PRCF (Pôle de Renaissance Communiste en France) à l’occasion du 30ème anniversaire de la fin de la RDA
mercredi 6 - 06h09
de : jodez
7 commentaires
Double tiers-mondisation intérieure : sociale, territoriale.
mardi 5 - 22h42
de : Christian DELARUE
Usine Biopole d’Angers : les leçons d’un fiasco industriel
mardi 5 - 20h01
de : Christian Haroble
NOTRE ENVIRONNEMENT SYNTHÉTIQUE - La Naissance de l’écologie politique
mardi 5 - 11h38
de : Ernest London
Brésil : un défenseur de la forêt amazonienne de la tribu Guajajara tué
lundi 4 - 19h02
de : élian
artiste lili-oto exposition sur les gilets jaunes
lundi 4 - 14h48
de : lili-oto
1 commentaire
L’Assemblée des Gilets Jaunes vote la jonction à la grève du 5 décembre 19
dimanche 3 - 16h08
de : joclaude
5 commentaires
Qu’ils soient de gauche ou de droite...
dimanche 3 - 14h08
de : jean1
Contre la pudibonderie d’Etat
samedi 2 - 16h21
de : Christian DELARUE
6 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Si tu ne participes pas à la lutte, tu participes à la défaite. B. Brecht
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite