Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Isabelle Sommier : "Nous sommes sur une poudrière" (video)
de : Liberation.fr
samedi 13 décembre 2008 - 22h20 - Signaler aux modérateurs
5 commentaires
JPEG - 23.6 ko

Pour Isabelle Sommier, sociologue, la frustration des jeunes rend une explosion possible en France.

de PASCAL VIROT

Isabelle Sommier, professeure de sociologie à Paris-I (1), explique que des émeutes, telles que la Grèce en connaît, peuvent survenir en France.

Existe-t-il en France un terreau semblable à celui de la Grèce ?

Isabelle Sommier (dernier ouvrage paru : La Violence révolutionnaire, Presses de Sciences-Po, 2008) : Il me semble que oui. Des crises violentes, nous en avons connues, par exemple en 2005 dans les banlieues. Une autre frange de la jeunesse, étudiante et lycéenne a vécu des moments de forte exaspération, passant par des phases de violences avec la police. Ce fut le cas en 1990. Et avec le mouvement anti-CPE de 2006, nous avons observé une radicalisation de la jeunesse.

Pourquoi ce risque en France ?

En Grèce ou chez nous, il existe une désespérance sociale profonde, qui a des racines anciennes à mesure du développement de la précarisation du salariat, qui semble sans fin. Autre point : la fracture générationnelle. Nous sommes dans une société qui a peur des jeunes, perçus comme une menace alors que, normalement, ils devraient représenter l’espoir.

Ils ressentent aussi la peur de rester au bas de l’échelle…

En effet, ces jeunes ont l’expérience du déclassement. Pour la première fois depuis la Libération, ils savent que ce sera plus difficile pour eux que pour leurs parents. Ce déclassement est d’autant plus ressenti que ces jeunes sont diplômés. D’où leur sentiment d’être floués : on les a encouragés à faire des études qui ne mènent à rien et qui conduisent à des emplois ne correspondant pas à leur niveau culturel. Ils prennent de plein fouet les réformes - elles se sont accélérées avec Sarkozy - qui visent le savoir, des secteurs non-utilitaires et hors champ du pouvoir comme l’éducation, les médias, la recherche, la santé…

GIF - 13.8 ko

Le désespoir des jeunes peut-il trouver un écho chez les salariés ?

C’est un des enjeux de la période à venir. Les jeunes des banlieues, en 2005, ne se sont pas unifiés avec les jeunes plus favorisés faisant des études. Mais aujourd’hui, la jonction est possible entre les jeunes et les trentenaires, qui se sont radicalisés. Souvenez-vous des grèves de 2003 dans l’éducation : ce sont eux qui voulaient bloquer les épreuves du sacro-saint bac…

Les syndicats et les partis peuvent-ils canaliser ce désespoir ?

Ils sont en plein marasme et sans crédibilité, n’offrant aucune alternative, c’est-à-dire aucun horizon autre que la préservation de ce qui est. Certes, ils sont capables de mobiliser, mais cela débouche, depuis plusieurs années, sur rien. Les réformes passent en dépit du niveau de mobilisation. D’où l’inclination, chez certains jeunes, à l’action directe. Ils ne croient plus dans l’avenir. Faute d’une perspective historique, ils croient en l’action immédiate. Casser une vitrine ou aller au contact de la police exprime une exaspération quand il n’y a ni issue ni espoir.

On peut donc assister à des mouvements sociaux violents…

Oui. Pendant les années 80 et 90, on a enterré la classe ouvrière, elle n’existait plus, nous étions dans la béatitude de la fin des classes. Et puis, nous avons vu à la fin des années 90 des conflits très durs, des ouvriers menaçant de faire sauter leur usine, de polluer une rivière. En s’exprimant avec violence, on devient plus visible.

Mais en période de chômage de masse, c’est plutôt la résignation qui règne…

Oui. Mais il peut y avoir une explosion. Nous sommes sur une poudrière. Une étincelle peut s’enflammer, plus qu’en 2005.

http://www.liberation.fr/politiques...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Isabelle Sommier : "Nous sommes sur une poudrière" (video)
15 décembre 2008 - 09h47 - Posté par fcourvoisier

Ben oui,c’est un BON article...(même si Libé est dans le coup !)

c’est un peu plus intéressant que de gueuler .. ALATELE(!)... contre le cannabis(dangereux ,comme tout, en cas d’abus)...



Isabelle Sommier : "Nous sommes sur une poudrière" (video)
15 décembre 2008 - 17h48

Pour qu’une révolution prenne , il faut 3 ou 4 ferments révolutionnaires traditionnels , et pas un seul unique , bien installés . Une crise économique , une crise politique , une crise morale , et de l’agitation intellectuelle . Et forcément la favorisant , un laisser-aller du pouvoir en place , sa désinvolture . Ouvrant la brèche par où s’infiltre le raz de marée . Voir 1789 , et surtout février 1848 . En fait , tout comme la Grèce , et tout comme les évènements de 1848 , nous y sommes . Mais d’autres éléments plus pernicieux vont certainement entrer en ligne de compte , et sauver in extremis le pouvoir en place . Qui commence déjà à mesurer en secret là où il en est ! Et à pas rigoler du tout .



Isabelle Sommier : "Nous sommes sur une poudrière" (video)
16 décembre 2008 - 08h17 - Posté par jpd

Ce texte sent vraiment le prêt à penser de sociologues qui font leurs choux gras de la prévisions christique et apocalyptique et se posent, souvent.. en conseillers du prince (voir à ce sujet le nouveau concept de "metteur en garde"). Car, ou bien on est dans l’évidence qu’il y a montée de mouvements sociaux, de libération des énergies face à la crise des institutions intermédiaires - partis et syndicats - et il s’agit certes d’une évidence qu’il faut rappeler, soit on est la la vielle de grandes explosions et cela reste à démontrer.
En tous les cas, cette désespérances de toute la jeunesse d’Europe si souvent évoquée et décrite je ne la vois pas aussi profonde. Pourquoi les révoltes n’auraient-elles que la désespérance comme ressort ? Pourquoi pas aussi la joie de s’exprimer, de prendre la parole, la soif de justice et l’envie de faire la peau au vieux monde ? Allons, allons, on peut ne pas avoir de perpectives de carrière, pas un sou en poche, vivre encore chez ses parents (c’est la grande mode de nos analystes de se pencher la-dessus) et ne pas être désespéré !
Mais il est vrai qu’être spécialiste des "malaises" offre plus de perpectives de postes universitaires que fonctionnaire au "ministère du bonheur". Ce sont nos diafoirus qui sont les plus désespérés, et ils prêtent à rire.



Nous sommes tous prof de sociologie
16 décembre 2008 - 09h18

Existe-t-il en France un terreau semblable à celui de la Grèce ?

Il me semble que oui. .....nous avons observé une radicalisation de la jeunesse.

Pas la peine d’avoir bac + 12 si c’est pour dire " p’t’ète binqu’oui , ça s’ pourrait , c’est fort possible

Pourquoi ce risque en France ?
Quelle question idiote.

......il existe une désespérance sociale profonde....
Profonde ? à quelle profondeur ?

....qui a des racines anciennes à mesure du développement de la précarisation du salariat.... Ah bon ? Les gens sont pas contents d’être au chomage ou précaire ????

une société qui a peur des jeunes........ils devraient représenter l’espoir.
blablabbla blablabla. Moi ? mais j’ai rien contre la jeunesse jeune homme !!!!

I ls ressentent aussi la peur de rester au bas de l’échelle…
Bien sur, depuis qu’on a bourré la ete des jeunes que d’etre ouvrier c’était parce qu’ils étaient nuls....il valait mieux etre sociologue ou faire une fac pour faire plaisir a papa et maman et ça épate les voisins.

 ma fille est sociologue. Et ton fils il fait quoi ?
 il est maçon
 mon pauv vieux

.....ce sera plus difficile pour eux que pour leurs parents...
les parents diesnt on s’en tape de la Libération , nous c’ qu’on veut c’est consommer et frimer.

on les a encouragés à faire des études qui ne mènent à rien .....
ah ! vous voyez , je ne suis pas sociologue mais je le savais.

....des secteurs non-utilitaires.....
ceux qui nous inventent des procédures administratives, des procédures informatiques ME POURRISSENT LA VIE TOUS LES JOURS. Et si leur conneries ne marchent pas il faut tenir l’objectif ou alors c’est toi qui a un problème d’adaptatibilité.Oui je pense que beaucoup de t..de ..c dans les ministères les boites de comm ou informatique nont seulement sont inutiles mais emmerdent tout le monde. Qu’ils aillent donc bosser pour de vrai , on verra après avant un salaire de 3 000 euros.

Le désespoir des jeunes peut-il trouver un écho chez les salariés ?
C’est un des enjeux de la période à venir. .....

Ouah !!!! Les salariés d’aujourd’hui ont été nourri au biberon de l’égoisme et de la trouille. En conséquences , faut pas faire de politique faut pas se syndiquer. Mais on est bien content de les trouver quand on a besoin.

Les jeunes des banlieues, en 2005, ne se sont pas unifiés avec les jeunes plus favorisés faisant des études.....
Evidament c’est chacun pour sa gueule et on va tout péter.

Mais aujourd’hui, la jonction est possible entre les jeunes et les trentenaires,
Et les quarantenaires ? Non ? Et quels élements conduisent a penser cela ?

qui se sont radicalisés..... Que veut dire "radicaliser" ? etre plus faché ?
AIE !! Isabelle a du se faire mal en enfoncant cette porte ouverte.

Souvenez-vous des grèves de 2003 dans l’éducation : ce sont eux qui voulaient bloquer les épreuves du sacro-saint bac…
Ah ouai ? et cela a fait long feu. Des poussé de mécontentement je peux vous trouver 5 pas an depuis 20 ans.

Les syndicats et les partis peuvent-ils canaliser ce désespoir ?

Ils sont en plein marasme et sans crédibilité, n’offrant aucune alternative...
ca, c’est vrai mais on le savait , mais ce qu’il faut savoir c’est que depuis que la sociale démocratie par l’intermédiaire du PS et de la CFDT et d’autres , c’est occupé du terrain idéologique et revendicatif, que le mouvement communiste avec le PCF et la CGT s’en prennent plien la gueule , que les consommateurs frimeurs n’en veulent plus et bien voila le résultat.

....Les réformes passent en dépit du niveau de mobilisation.... Quelle mobilisation ? On est 200 a manifester au lieu de 2000 pour le pouvoir d’achat pour els retraite. Alors " en dépit de la mobilisation ? laissez moi rire. Je ne sais pas ou cette sociologue a vue de la mobilisation ...a la télé ?

l’inclination, chez certains jeunes, à l’action directe.... Casser une vitrine ou aller au contact de la police exprime une exaspération
bin oui quand on est jeune on est impatient impulsif. Heureusement que les sociologue sont la.

On peut donc assister à des mouvements sociaux violents…
En clair " peut envisager l’hypothèse qu’il se pourrait qu’un contexte possible fasse que ça va péter ?

OUI. On peut.

Regardez la télé , et avec un peu de memoire.... Mais n’oubliez pas de lire l’HUMANITE pour ne pas rester lobotomisé. Et vous etes sociologue.

Oui. Mais il peut y avoir une explosion. Nous sommes sur une poudrière. Une étincelle peut s’enflammer, plus qu’en 2005.
Vous voyez ? Qu’est ce que je vous disais

André



LA VERITE
16 décembre 2008 - 12h35 - Posté par andré

ça va péter ou pas ?

Moi la vérité je vais vous la dire. P’êtes bin qu’oui. P’êtes bin qu’non. C’est possible mais on sait pas.

Si ça pète , de quel coté cela viendra ?

Ca viendra du coté des classes moyennes, mais cela peut venir des cas sociaux surendettés, mais ça peut venir des jeunes chomeurs, ou des lycéens qui ont peur de ne pas pouvoir aller glander a la fac. Mais les étudiants qui étudient sans savoir ou ils vont sont aussi des étincelles.
Et les ouvriers ? Faut pas les oubliés. Ils sont complètement dépassés et abattus les prolos mais on sait jamais. Il y a aussi les fonctionnaires ? Ou des femmes ? En particulier celles qui ne font pas assez l’amour ? Eh oui ! grand sujet de société. Ca pourrait aussi exploser quand les salariées chomeurs précaires jeunes vieux ne pourront plus consommer , ne pourront plus aller dans les grandes surfaces ( ils ont envie d’y aller le dimanche ces cons là. Normal " je consomme donc j’existe. Je ne consomme pas je suis un pauvre , un cas soss bref ,de la merde. En règle général on trouve des femmes dans les surpermarché le dimanche celle citées plus haut ( celles qui n’ont le temps de rien faire la semaine , ni les courses ni l’amour)

Et oui c’est de là que ça va venir : Des idiots et idiotes qui ne peuvent pas aller faire leur course le dimanche parce que ces feignasses d’employés de super marchés ne veulent pas bosser le dimanche, qui vont hurler aux atteintes a la liberté ( de faire chier les smicards ) alors qu’en plus ils et elles sont mal baisés.
Ca c’est de la socilogie.






Points de vue sur les Gilets jaunes
vendredi 18 - 16h35
de : jean 1
Yankees et son larbin français, effacent les preuves, de leur "implication terroriste" en syrie
vendredi 18 - 11h59
de : nazairien
"Gôôôche" démocratique et républicaine ou TRAHISON ?
vendredi 18 - 10h45
de : jean-marie Défossé
2 commentaires
Badgeophobie ou syndicalistophobie
jeudi 17 - 23h45
de : Christian DELARUE
Est-ce que oui ou non castaner va dégager ?
jeudi 17 - 20h22
de : jean 1
VERS LA BANLIEUE TOTALE
jeudi 17 - 14h12
de : Ernest London
Est ce la panique, en macronie ? Le gouvernement envisage de retarder la réforme des retraites (vidéo)
jeudi 17 - 12h49
de : nazairien
3 commentaires
Le Crédit Mutuel prépare une vague de licenciements massifs
jeudi 17 - 11h23
de : PDUROC
Suspicion délation répression ... et agressions impérialistes
jeudi 17 - 10h56
de : Chantal Mirail
Sous le voile, une femme !
jeudi 17 - 10h36
de : Chantal Mirail
2 commentaires
Sociale vigilance / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 10h28
de : Hdm
Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires
jeudi 17 - 09h58
Barcelone : des manifestants indépendantistes affrontent les forces de l’ordre pour la troisième nuit consécutive (vidéo
jeudi 17 - 00h53
de : nazairien
1 commentaire
Une personne porte ici un signe religieux ostensible !
mercredi 16 - 22h29
de : Christian DELARUE
7 commentaires
La manifestation des pompiers dégénère : incidents et tensions (15 octobre 2019, Paris) (vidéo)
mercredi 16 - 16h24
de : nazairien
2 commentaires
Des scènes de guérilla urbaine dans le centre de Barcelone, après la condamnation des dirigeants séparatistes (vidéo)
mercredi 16 - 16h09
de : nazairien
1 commentaire
Retraites : la CGT, FO, Solidaires et la FSU appellent à la grève le 5 décembre
mercredi 16 - 07h54
1 commentaire
15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
18 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
23 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1
double face
jeudi 10 - 12h01
de : jean 1
1 commentaire
Appel à Manifestation samedi 12 octobre à Saint-Victor
mercredi 9 - 22h05
de : AMASSADA
Détruire le capitalisme avant qu’il ne nous détruise (à propos de Lubrizol)
mardi 8 - 23h50
de : nazairien
3 commentaires
On nous cache tout, on nous dit rien :Frais d’obseques des deputes et de toute leur famille payes par nos impots (vidéo)
mardi 8 - 23h05
de : nazairien

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Vous voulez les misérables secourus, je veux la misère supprimée. V. Hugo
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite