Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Y’a du monde au Bal des Pompiers ces derniers jours...
de : La Louve
dimanche 1er février 2009 - 23h57 - Signaler aux modérateurs
14 commentaires
JPEG - 44.1 ko

de La Louve

Y’en a même certains soi disant "de gauche" qui doivent commencer à se sentir mal à l’aise face à la possibilité d’un mouvement social d’ampleur en France, si on en juge par les réactions crispées, les rapprochement précipités, les soutiens qui te soutiennent comme la corde le pendu...

Ça joue les pompiers à qui mieux mieux...

Et vas y que j’appelle immédiatement Sarkozy à "négocier" (mais quoi ?) le soir même du 29 janvier (en prenant bien soin de dire que "nous ne pourrons pas faire dix manifestations comme celles du 29 janvier", ou en annonçant que nous n’étions que 300.000 manifestants à Paris...), ou que je publie un "appel des appels" totalement vide et creux (un machin qui parle de "l’idéologie de l’homme économique" - gloups - quelle est cette idéologie-là ?), au besoin en le présentant fallacieusement comme un "premier pas vers le socialisme" (oui oui, y’en a qui font ça.... vous avez bien lu...), sans parler des habituels pompiers qui optent pour la solution de diversion des luttes vers l’électoralisme le plus plat, genre "arrêtez de vous battre avec la police, en juin, nous aurons les élections européennnnnneeeesss" (ahhhh.... je suis soulagée....).

En ces temps troublés, on ne rappellera jamais assez à quel point seule la clarté est révolutionnaire, et l’ambiguïté idéologique, un dangereux poison.

Combien viennent nous dire qu’il faut d’urgence (oui, d’urgence) réfléchir à "la violence révolutionnaire" (sous-entendu, pour la condamner) sans prendre, évidemment, la peine de faire d’abord un détour par la violence patronale, la violence policière...

Voir ces 2 ou 3 millions de personnes dans la rue le 29 janvier n’a peut être pas seulement affolé la droite.

Cela a peut être affolé également toute une partie de cette "gôche" parfaitement intégrée au système, (juste un peu plus sociale, un peu plus charitable, un peu plus revendicative que la droite), bref, celle qu’on connaît depuis des décennies et qui nous fait toujours le même coup "il faut savoir arrêter une grève"...

Ben oui, en même temps, il faut la comprendre, cette "gôche"...

Qu’elle se dise "gôche de gauche" ou "gauche du PS", la réalité, c’est qu’elle n’a absolument pas les moyens, selon les mauvaises habitudes qu’elle a prises, (ni l’envie, donc) de gouverner, si d’aventure un fort mouvement social coordonné, déterminé et puissant , parvenait à renverser l’actuel gouvernement (Sarkozy compris)...

Ou plutôt, qu’elle n’a QUE l’envie de gouverner "comme d’habitude", comme on le lui laisse faire depuis des années.

Elle n’a aucun programme politique sérieux susceptible de ramener sur son nom les citoyens révoltés - elle n’en a probablement pas l’intention d’ailleurs, les concessions à faire au mouvement seraient trop grandes, la possibilité de contrôler et d’imposer une conception de la citoyenneté et de la démocratie obsolètes et marquée par le capitalisme serait trop ténue.

Elle n’a pas non plus les moyens d’étouffer le mouvement naissant.

Bref, pour elle c’est un peu la quadrature du cercle, et elle est privée de son dada, à savoir la possibilité, disons le, de gouverner en alternance avec la droite, au fond, de co-gérer le système capitaliste.

De ce fait, l’air de rien, elle biaise pour "mettre le couvercle". Profusion d’appels réformistes lancés par des officines petit-bourgeois qui n’ont pas viré leur cuti, association occulte avec une partie de la droite de gouvernement , dans les actes et dans les paroles...

Ce sont les mêmes qui disaient soutenir les Palestiniens lors des récents massacres de Gaza mais qui ne voulaient pas aller jusqu’à manifester avec le vrai peuple (vous savez, celui qu’on ne peut plus contrôler quand il se déchaîne), et qui préférait finalement, par "rejet du communautarisme et condamnation des extrémismes religieux", se faire sa petite manifestation d’initiés et de gens triés sur le volet un ou deux jours après les autres à Paris...

C’est le même groupe qui mettait dos à dos "13 israéliens tués en cinq ans" et "plus de 1000 palestiniens tués en 3 semaines"

Ma parole, quand je regarde et que j’écoute tous ces gens, que j’observe leurs manœuvres depuis quelques semaines, je me croirai vraiment revenue à la fin des années 60...

Bien sur, je ne dis pas que les élections ne servent à rien.

Je dis que des élections (surtout les Européennes) sans ancrage dans les luttes (ancrage autre qu’une vague présence aux manifestations pour vous refourguer un tract et montrer votre frime aux caméras), les élections sans projet politique (et j’entends par là autre chose qu’un catalogue de mesurettes économiques), et bien, c’est du pipeau.

Quand nous investissons les institutions bourgeoises (nous devons le faire) ça ne peut pas être autrement qu’en révolutionnaires.

Bien sûr, aussi, ne soyons pas aveugles ou naïfs, ce mouvement populaire naissant est comme un mille feuilles ...

Il y a une bouche couche de ce qu’on appelait à une époque les "petits-bourgeois". Puisque les cadres paniquent aussi à l’approche de la grande récession faucheuse d’emplois, paraît-il...

Ceux-là il ne faut pas les écarter d’office, mais il faut "les avoir à l’oeil" - il y a quand même peu de chances que leurs buts soient les nôtres...

Donc, tout le monde ne souhaite pas une perspective révolutionnaire.

Nous savons même que beaucoup souhaitent surtout qu’elle n’arrive pas à la faveur de cette crise...

Nombreux, sans doute, sont celles et ceux qui souhaiteraient simplement une "autre gestion" de la "crise" actuelle.

"Jésus Marie Joseph (sic), Pourvu que les anarchistes, les communistes et l’extrême gauche n’en profitent pas pour prendre le pouvoir dans ce pays", voilà ce que se disent quand même un certain nombre de gens, y compris de ceux qui ont participé aux manifestations du 29 janvier dernier....

On ne peut pas dire que la grande majorité des manifestants participant à la journée du 29 janvier dans toute la France est d’ores et déjà animée d’un puissant sentiment révolutionnaire, ni d’une conscience de classe prolétaire.

Mais...Mais... il y a quand même une révolte, une envie naissante de "faire craquer quelque chose".

Même chez les plus tièdes. Un désir qui pointe son nez, qui commence à se tourner vers du "nouveau". Cela, c’est le début d’une prise de conscience collective qui peut nous emmener loin, à condition que les pompiers ne nous noient pas sous leurs trombes d’eau glacée...

Alors voilà.

Soyons vigilants, prenons garde à ce que nous signons, à ce que nous diffusons, la manière dont nous participons aux mouvements qui se disent "unitaires" et " de masse"...

Il ne faut pas céder à la précipitation, à la panique, à l’urgence.

Il faut absolument laisser le temps au mouvement de prendre de l’ampleur, dans sa diversité , sur des bases de classe, des bases antifascistes et anticapitalistes. Libertaires aussi.

Ne pas le corseter immédiatement dans des "appareils d’appareils"...Ne pas l’enfermer de suite dans des règles ou des coordinations trop rigides.

Et surtout, bien identifier les buts de chacun, derrière les paroles mielleuses et les postures engagées.

Par exemple, pourquoi certain leader d’un parti de gauche nouvellement créé se refuse à tirer toutes les conclusions de ses prémisses ?...

Quand il dit "nous ne ferons pas d’alliance avec le PS, nous l’avons quitté !" (ah oui mais ça, je suis bien placée pour savoir que si c’est un premier pas, ça ne suffit pas...), il dit ensuite "nous sommes concurrents du PS" (tout est dit), et il conclut "le PS n’est pas notre ennemi , notre ennemi c’est la droite"...

Pin Pon Pin Pon Pin Pon...

Comprenne qui pourra, pour moi c’est plutôt clair, (mais on dit souvent que j’ai mauvais esprit)...

Il faut aussi se faire confiance, et laisser le temps qu’un projet politique neuf et radical puisse émerger de la confrontation de toutes ces bribes de population qui ne se parlaient plus depuis longtemps et qui se retrouvent à s’unir, pas seulement "contre la crise", pas seulement "contre Sarkozy" mais aussi, contre un système, "contre le capitalisme", n’en déplaise à certains qui voudraient bien que toutes ces "petites" réactions populaires, prolétaires, mises bout à bout ensemble, ne soient que des gentils feux de paille.

C’est donc le moment où jamais de bien lire les lignes et entre les lignes, de prendre le temps de la réflexion et de bien garder en tête ce que nous souhaitons comme perspective vraiment nouvelle : la fin du capitalisme, qui commence nécessairement par la fin de la propriété privée des moyens de production, le pain pour tous, la liberté, la démocratie véritable, bref, le socialisme par exemple.

Fraternellement à toutes et tous.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
alors que c’est au bar à cocktails molotov qu’il faudrait converger !
2 février 2009 - 00h19 - Posté par COKE STAR

Débordons les appareils embourbés dans leurs certitudes ou paralysés par les petits calculs ! Laissons-les patauger dans leur logorrhée consternante car manifestement ni le PC, ni la LCR, LO, PT et autres ne sont à la hauteur des enjeux (méditons tous les rendez-vous manqués avec l’Histoire de ces formations, certaines n’ayant même rien accompli du tout si ce n’est des gesticulations à la portée strictement médiatique !)
Continuons d’alimenter l’incendie social jusqu’à la victoire et l’effondrement du capitalisme et de tous ses sbires (PS, UMP, MoDem, Medef, CFDT, NPNS, etc.) !



Y’a du monde au Bal des Pompiers ces derniers jours...
2 février 2009 - 07h12 - Posté par Copas

A un moment de la crise retentiront les tambours de l’union sacré,

ceux qui martèleront tous ensemble tous ensemble, ouais , banquiers et ouvriers pour la sauvegarde de notre pays !

Quand Sarko aura été torché , à moins que cela ne soit lui qui réussisse à réunir cette gauche là.

Il y a de quoi être inquiets de gens qui citent Brown comme une bonne politique pour la France...

Ah, au fait, Sarko se contre-tape de la journée du 29 janvier, il s’en tape le coquillard.... Il ne rend pas ainsi service aux plus réformistes du mouvement social et les égorgent sur le champ de sa haine sociale.

Il faudra cogner infiniment plus fort,

ah, on va bientôt crier une seule solution la révolution ! et ce n’est même pas nous qui aurions choisi le terrain mais la bourgeoisie qui aura sapé les bases du réformisme et de l’esprit conciliateur de certaines bureaucraties....

Il restera, je répète, plus que l’union sacrée au profit des exploiteurs comme seule issue pour les réformistes.... et certaines bureaucraties.

Révolutionnaires, tenez bon, les meilleures réformes ne sont obtenables que par vous !

et les réformistes eux, n’obtiennent rien, jamais rien, juste des pleurs et des serrages de ceinture...



Y’a du monde au Bal des Pompiers ces derniers jours...
2 février 2009 - 08h04

Fragments epars pour le debat en cours l’oligarchie mondiale et le chaos economique :

.......Je viens d’achever la traduction des "Secrets de la Réserve Fédérale", d’Eustace Mullins, qui explique en long et en large comment le monde est contrôlé par des personnes dépourvues de toute moralité, qui ne sont intéressées que par le pouvoir et par l’argent...

Venons-en au G20 qui se réunira le week-end prochain. Croyez-vous vraiment que la classe dirigeante des pays les plus développés sera capable de réorienter de manière drastique le capatalisme des barons voleurs, qui est revenu en force depuis 25 ans ? Nicolas Sarkozy et Gordon Brown auront fort à faire, d’autant plus qu’ils ne veulent pas réellement changer la face du capitalisme. Les discours sont une chose, les actes en sont une autre. Il est facile d’accuser le Luxembourg, la Suisse et le Lichtenstein d’être des paradis fiscaux, lorsque l’on a milité comme un diable pour faire passer le Traité Constitutionnel Européen qui précisait que certaines places offshore britanniques n’étaient pas concernées par un certain nombre de règles. Relisez-le : Jersey, Guernesey et les Iles Vierges, en autres, bénéficiaient d’un statut particulier. Tellement particulier que les règles imposées aux 450 millions de citoyens européens ne concernaient pas les quelques dizaines de milliers de citoyens peuplant ces îles. Oups ! J’allais omettre de mementionner les quelques millions de comptes bancaires bénéficiant d’un secret absolu pour pouvoir mieux entuber le petit peuple...

J’entends dire que les Rockefeller disposeraient de quelques 10.000 milliards de dollars d’avoirs sur leurs comptes offshore et que les Rothschild eux en auraient dix fois plus. Racontards ou stricte vérité, impossible de savoir. (novembre 2008)

http://questionscritiques.free.fr/e...

LE PLAN DE L’OLIGARCHIE MONDIALE EST DE RACHETER pour rien, comme en RUSSIE en 1990 la totalité de l’economie du monde en creant le chaos economique,la faillite des etats des services publics et de la protection sociale !!!

La volonté de resistance se precise :

42% des Français prêts à passer à une grêve générale longue et reconductible.

samedi 31 janvier

31/01/2009 Selon Le Figaro,
50 % des Français croient que le mouvement actuel peut se transformer en mouvement “de grande ampleur, analogue à celui de 1995. Pour obtenir le retrait du plan Juppé, la grève avait alors duré un mois, avec une paralysie totale des transports publics.”

Plus intéressant : “46 % la souhaitent (cette transformation) et 42 % se disent prêts à « participer » à un tel mouvement.” (Soit des dizaines de millions de salariés, de plus en plus en colère et sans perspective politique, ce que confirme également ce sondage).

Encore une mauvaise nouvelle pour le capitalisme, un sondage qu’il va falloir cacher aux lecteurs de la presse de gauche…

http://www.altermonde-sans-frontier...

http://www.lefigaro.fr/politique/20...

Pour un mouvement d’ensemble prolongé il faut un programme minimum :

Programme minimal

Par Jean Zin, dimanche 25 janvier 2009 à 12:00

On rêve de tous côtés d’un après-capitalisme qui reste complètement mythique alors que ce qui se met en place pour l’instant ce n’est qu’une régulation minimale du système, son renforcement beaucoup plus que sa remise en cause, même s’il y a des inflexions notables vers plus de justice sociale ainsi qu’une totale déconsidération des classes supérieures et de leur cynisme, considérées désormais comme aussi parasitaires et inutiles que la noblesse a pu l’être aux tout débuts de la révolution industrielle !

Certes, pour le moment on est encore dans "l’avant-guerre", avant les "événements" qui se multiplient un peu partout, avant que les conséquences de l’effondrement ne se fassent sentir socialement dans la vie de tous les jours. Pour l’instant tout cela reste abstrait, de l’ordre de l’événement médiatique qu’on proclame si facilement historique voire révolutionnaire alors qu’on avait perdu la notion même d’événement dans un monde où plus rien ne semblait pouvoir changer.

L’histoire risque de bousculer ces trop beaux ordonnancements et la catastrophe engendrer des possibilités nouvelles mais il n’y a jamais création ex nihilo. Les révolutions s’inspirent inévitablement de philosophies et d’expériences révolutionnaires précédentes plus qu’elles n’en inventent de toutes pièces. On part toujours de quelque part. Il n’est donc pas inutile de faire un état des lieux des propositions qui émergent pour l’instant afin de tenter d’évaluer leur portée et tirer le maximum du peu de potentialités révolutionnaires qu’elles laissent.......

http://jeanzin.fr/index.php?2009/01...



Y’a du monde au Bal des Pompiers ces derniers jours...
2 février 2009 - 09h38 - Posté par Patrice Bardet

excellent article de La Louve !

Quand on voit les caciques du PS, le Chérèque en Bois, Mailly envahir tous les médias, on se dit que les pompiers du capital feront tout pour contenir la colère du peuple

Seules les centrales syndicales CGT, FSU et Solidaires appellent à la poursuite du mouvement..... Les autres ont déjà déclaré qu’elles n’appelaient pas à d’autres manifestations

Les autres centrales ont la trouille que leur accompagnement des politiques libérales soit trop visible, et tenteront par tout moyen de diluer la colère des salariés sur de fausses solutions, et cadeaux au patronat


remarque : mille merci aux camarades qui gèrent le site Bellaciao, malgré toutes les attaques en tout genre. J’ai beaucoup de difficultés à accéder au site depuis quelques jours, c’est extrêmement lent, mais on y arrive

Si le site fait l’objet d’autant d’attaques, c’est que certains craignent que l’information sur les mobilisations circule....



Y’a du monde au Bal des Pompiers ces derniers jours...
2 février 2009 - 19h33 - Posté par JLD

Cher Patrick BARDET,

Je te trouve quelque peu aveugle sur le pouvoir de nos chères centrales syndicales ...
Comment expliques-tu qu’aucune d’entre elles n’ait posé de préavis reconductible (fédés et conf) à partir du 29 si ce n’est l’éternel discours du retenez moi ou je fais un malheur ...
La CGT ne signe rien ou pas grand chose mais oublie d’annuler les accords pourris en faisant valoir son droit d’opposition ou les dépose trop tard (je suis ouvrier dans la céramique et cela fait desannées que j’attend autre chose que des discours)
Le sursaut viendra de la base pour un mouvement social d’envergure, les appareils syndicaux se contenteront comme d’hab de gérer le mécontentement
Avez vous tous oublier que le mouvement anti-cpe avait été pris en marche par les conf’ après que celles-ci aient fait preuve d’un silence assourdissant pour protester contre le CNE ?

J’ai beau croire que les combats perdus d’avance sont ceux que l’on refuse de mener lorsque tu te bat plus contre ton camp que les employeurs (état et capitalistes) il y a des jours ou ca ENERVE !!!

Jean-Louis


Y’a du monde au Bal des Pompiers ces derniers jours...
2 février 2009 - 09h45 - Posté par vinz

Salut La louve,

Dans notre ville avec nos camarades nous organisons ce soir lundi une assemblée générale de lutte de tout les militants d’orga syndicales ou politiques ou associatives qui refusent de payer la crise.

une reunion pour aider a la prise de conscience de tout les acteurs des luttes que, leur lutte doit bien sur être dirigée sur la satisfaction de leur revendication sectorilelle mais aussi et surtout sur un changement de système global.

Une réunion pour faire vivre et elargir la mobilisation aujourdhui et d’ici les prochaines dates nationales qui nous seront proposées. faire vivre, caler des actions visibles, des diffusions et des réunions dans les cités etc...

une reunion qui, si elle etait imitée par des centaines d’autres a la base, partout sur le territoire, permettrait certainement de faire pression sur les Organisations nationales, qu’elles soient syndicales ou politiques, et a les bousculer un peu dans leur stratégies et leur certitudes..

Moi non plus je ne veux pas d’un 29 sans lendemain, et voici la voie que nous avons choisi pour tenter de ne pas vivre cela.

Qu’en penses tu ?
Peux tu impulser ca la ou tu habites ?

VINZ



Y’a du monde au Bal des Pompiers ces derniers jours...
2 février 2009 - 11h25 - Posté par

slt Vinz

Deux choses en préparation en ce qui me concerne :

 une réunion politique très prochainement pour présenter notre projet à qui voudra venir l’entendre et donner son point de vue (sur le projet ,sur le mouvement etc...) à Paris sans doute (vu qu’on est là)

 et de mon côté j’ai du taf "grave de chez monstrueux" au niveau syndical déjà seulement au niveau de ma branche, donc je ne peux pas faire plus que ce que je fais - l’engager ailleurs ce serait une fausse promesse !

+ le "tout venant syndical" de base, la participation aux AG diverses, comme tout le monde, BC, le travail.... etc (et bien sûr la vie perso et familiale que tout révolutionnaire se doit, à mon avis, non seulement de préserver , mais de ne pas déserter ...) - bref, là, stop, le bourricot est bien chargé :-)

Cela étant dit tiens nous au courant de ton initiative

LL


Y’a du monde au Bal des Pompiers ces derniers jours...
2 février 2009 - 10h35 - Posté par spk

Davos ou la fin des certitudes
[ les échos 02/02/2009 - 08h23 ]

Davos ne ressemble plus à Davos. Lors de la 39e édition du Forum économique mondial, qui a débuté mercredi dernier dans la station suisse et s’est achevée hier, les quelque 2.500 participants ont partagé leurs interrogations plus que leurs convictions ou leurs découvertes. La première vraie crise économique mondiale, c’est aussi la crise des idées qui sont défendues ici depuis près de quatre décennies. Récit. [ en PIN PON !)

La leçon de Poutine [ l’incendiaire !]

Vraie leçon ou sommet d’hypocrisie ? Savourant ses effets devant une salle comble, le Premier ministre russe, Vladimir Poutine, a profité de la tribune offerte par le forum pour se moquer de l’assurance des Américains qui vantaient, un an plus tôt, « la stabilité fondamentale » de leur économie. Mais les participants ont cru tomber de leur chaise en l’entendant expliquer combien [NIP & NOP-NIP NOP] « la croyance aveugle dans l’omnipotence de l’Etat » pouvait être « dangereuse pour l’économie... Nous l’avons payé très cher en Union soviétique ». Bill Clinton, le lendemain, n’a pas résisté : « C’est bien la première fois que j’entendais Poutine défendre la libre entreprise. J’espère que ça marche pour lui ! » [PIN PON PIN PON]

En vérité, ce n’est plus la Russie mais la Chine qui occupe le rôle du deuxième « supergrand », et son Premier ministre, Wen Jiabao, a adopté un ton plus mesuré pour critiquer le manque de discipline des institutions financières occidentales et les déséquilibres à l’origine de la crise. Ne pas faire perdre la face à son interlocuteur... Mais les dirigeants chinois étaient surtout venus pour faire passer un message : tout sera fait pour que la Chine renoue avec une croissance de 8 % cette année. « C’est comme pour les jeux Olympiques, nous y arriverons », assure Zhu Min, vice-président de la Bank of China.[en version NIPON NIPON ET EN FIN DE PARTIE NOUS VOUS AURONS NIQUER TOUT ROND]

Trichet superstar [ Plus fort que NANARD Du Théatre ce soir-çu-ci aurait tout vu ?]

Pour illustrer l’une de ses études, une grande banque représenta un jour Alan Greenspan comme le Dieu de Michel-Ange donnant l’élan vital aux marchés. Aujourd’hui, l’ancien patron de la Fed est plus souvent caricaturé en figure de l’Enfer, tandis que Jean-Claude Trichet, le président de la Banque centrale européenne, est célébré comme celui qui avait sonné l’alarme dès l’édition 2007 du Forum de Davos. Trop de liquidités dans le monde, trop de déséquilibres, des taux d’intérêt trop bas : tout cela, il l’avait dit. Mais, dans l’ambiance exubérante de l’époque, il prêchait dans le désert. Quand il n’était pas accusé de vouloir casser la croissance.

L’économiste de Berkeley Laura Tyson, conseillère économique de Barack Obama, raconte que, lors de la crise asiatique, en 1998, alors que la Réserve fédérale décidait de baisser ses taux d’intérêt pour remettre des liquidités dans le système et aider les pays émergents, créant ainsi les ingrédients d’une prochaine bulle, Alan Greenspan lui confia avec candeur : « Vous savez, l’économie mondiale est devenue une machine extraordinairement sophistiquée, un peu comme une voiture que l’on conduit mais dont ne comprend pas le fonctionnement du moteur. »

Le président de la BCE, justement, a quelques idées pour le réparer, le moteur : « La démonstration a été faite que nous avons une fantastique économie mondiale, qui a produit beaucoup de richesses. Mais elle contient des éléments qui amplifient les bulles et cela doit être corrigé. » Parmi ces « amplificateurs de cycle », il y a... les marchés. Ils se trompent, a dit Jean-Claude Trichet en substance, lorsqu’ils poussent les banques à augmenter leurs fonds propres au-delà de ce qu’exigent les règles prudentielles. « Ce n’est pas raisonnable ! »

Ensemble, mais chacun pour soi [ça me rappel qu’ec chose ]

Gordon Brown, qui hésitait souvent dans le choix des mots, les lance désormais à la mitraillette. « Le plus grand intérêt national aujourd’hui, c’est la coopération internationale. » [DE la concurrence à coopération, tout est dans les mots à bobos ! ] Le Premier ministre britannique chante avec conviction la rengaine de l’année. Ne serait-ce que pour mieux mettre en valeur le prochain sommet du G20 qu’il va bientôt accueillir à Londres. Depuis la conférence de Washington en novembre dernier, ce club de pays qui représente 85 % de l’économie de la planète

est considéré

comme la seule instance valable de gouvernance mondiale. [considéré par qui ? pas moi en tous les cas, et pour vous qui c’est chargé de vous poser la question !] Certains participants veulent jeter le G8 aux oubliettes de l’histoire. Le FMI est trop lourd. La chancelière allemande propose un Conseil de sécurité économique aux Nations unies, sur le modèle du Conseil de sécurité, mais l’idée provoque le scepticisme jusque chez l’ancien secrétaire général de l’ONU Kofi Annan. Non, le bon niveau, c’est le G20. [Ah BON ?????] Il reflète l’économie planétaire d’aujourd’hui, avec de vieilles nations [celles qui ont mis le feu !] mais aussi de grands pays qui ont enfin trouvé la voie du développement [comme en chine ou aux Indes , 20 % de la population aux AS , et encore c’est large et la majorité cà trimer pour remplir nos paniers à dix balles vendus 10 fois leurs prix pour engraisser des LECLERC ET DES CONFORmistes euh !! conforamaaaaah ah ah ah ! ] - et sans lesquels il est devenu impossible de penser l’équilibre du monde. Mais parviendra-il à avancer, face aux égoïsmes nationaux ? Randi Zuckerberg, la jeune soeur du fondateur de Facebook, a posé une question sur le site communautaire : « Dans la crise actuelle, les pays doivent-ils protéger leurs produits nationaux ? » Sur les 20.000 avis exprimés en une demi-heure, il y a eu 60 % de « oui »...

Le mea culpa des financiers [PIN PON PIN PON ]

« Si nous en sommes là, c’est parce que nous nous sommes trop focalisés sur le profit. » [PIN PON PIN PON] C’est Henry Kravis (fortune personnelle : 5,5 milliards de dollars), le fondateur du fonds de « private equity » KKR, qui parle. Personne ne se frotte les yeux, personne ne s’étrangle. Il s’est vraiment passé quelque chose cette année à Davos dans la tête des maîtres du monde... Guy Ryder, le secrétaire général de la Confédération internationale des syndicats, résume à sa manière : « Les certitudes qui avaient défini Davos ces dix dernières années se sont écroulées. Ce à quoi nous assistons, c’est à un effondrement de tout un système idéologique. » [ PIN PON PIN PON ]

Sans aller jusque-là, Stephen Green, chairman de HSBC, l’une des banques les moins touchées par la tempête financière, admet une crise des valeurs : « Jadis, il y avait une éthique de la finance. Un banquier n’avait qu’une parole. Puis nous avons dérivé vers une culture dans laquelle on considérait que, s’il y avait une transaction, c’est qu’il y avait un marché. Et peu importe si l’objet de la transaction était bien ou mal. » Et c’est ainsi que les « produits toxiques » ont proliféré... Les représentants de l’économie réelle ne s’en remettent pas : « Wall Street a infecté Main Street avec ses produits toxiques », s’emporte Indra Nooyi, PDG de Pepsico. Un autre industriel, John Neill, le patron d’Unipart, s’est fait applaudir en suggérant que les banquiers qui ont vendu ces produits soient punis de la même manière que les industriels qui mettent des produits toxiques sur le marché... « Comment a-t-on pu être aussi stupides ? », se sont demandés toute la semaine les banquiers à Davos. Du moins les rescapés.

Et si on réinventait le cerveau ? [PIN ECONO FICTION ON EON PATAPON]
Henry Markram parle d’une voix douce et posée. Ce quadragénaire israélien qui enseigne à l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne raconte pourtant une histoire hallucinante. Il vante... les modèles. Pas les modèles économiques singulièrement décotés par les temps qui courent. Non, Markram, lui, s’intéresse à des objets encore plus étranges : les synapses et les neurones. Ce sont en quelque sorte les cerveaux du cerveau. Le chercheur a déjà modélisé un bout de cerveau avec un superordinateur de 8.000 processeurs. Il veut aller plus loin, modéliser le cerveau tout entier pour diagnostiquer les problèmes, fabriquer des médicaments adaptés, détecter les limites et les repousser. Vous rêvez d’être un grand violoniste alors que vous parvenez seulement à faire pleurer votre malheureux instrument et encore plus vos malheureux voisins ? Rien de plus simple, quelques clics d’ordinateur et on voit comment on peut améliorer ça. « En 2020, on pourra reconfigurer le cerveau. En 2030, vous pourrez acheter le modèle de votre cerveau, le rapporter à la maison sur votre ordinateur portable, jouer avec. » [ TOTAL REKALL avant l’heure !] Bienvenue dans l’ère du clonage virtuel ! Bien sûr, cet avenir qui allie Freud et Frankenstein peut faire frissonner. Mais il raconte un nouveau monde, et aussi une nouvelle économie. La médecine sur mesure. Le travail sur soi et non plus sur la nature. L’avancée par la combinaison de plusieurs disciplines - la biologie et les mathématiques, en l’occurrence. Une autre manière de sortir de la crise.

L’espoir de la croissance « verte »

Davos se pique d’écologie depuis longtemps. Mais ce Forum 2009 se voulait encore plus écolo que les autres. Il y a bien sûr la trace de l’Obamania palpable dans les couloirs du Palais des congrès. L’engagement du nouveau président américain en faveur de l’environnement, avec des dizaines de milliards de dollars à la clef, impressionne. « Dans les réunions, c’est toujours Obama le plus « vert » », témoigne l’ancien vice-président Al Gore. Il y a aussi des industriels qui rêvent à de gigantesques marchés. Tous ici s’en disent convaincus : la sortie de la crise financière passera par la lutte contre la crise environnementale. Un élu du Congrès américain propose de commencer par le vocabulaire : ne parlons plus de réchauffement (« warming »), mais de surchauffe (« overheating »). La révolution « verte » butera toutefois sur au moins deux obstacles. Le premier, c’est qu’elle fera des perdants. Le deuxième, c’est qu’il faut que les gouvernements fixent des normes et des plafonds pour que les acteurs privés puissent faire de l’argent - et donc investir. Tous les regards convergent ici vers le sommet de Copenhague, qui aura lieu en décembre. Sir Nicholas Stern, l’économiste anglais qui a piloté le fameux rapport sur la facture du réchauffement - pardon, de la surchauffe - climatique, estime que « 2009 aura été une bonne année... si un plan de relance « verte » est décidé à la réunion du G20 à Londres, s’il y a un accord à l’Organisation mondiale du commerce sur le cycle de Doha, et s’il y a un bon Copenhague ». Le vert est plus que jamais la couleur de l’espoir.

NICOLAS BARRÉ ET JEAN-MARC VITTORI, NOS ENVOYÉS SPÉCIAUX.



Y’a du monde au Bal des Pompiers ces derniers jours...
2 février 2009 - 10h51

ou en annonçant que nous n’étions que 300.000 manifestants à Paris...

Pourquoi la direction de la CGT et pas ça base naturellement a "minimiser" volontairement le nombre des manifestants a Paris ???

C’est une question légitime que laisse des doutes sur le futur des luttes...



Y’a du monde au Bal des Pompiers ces derniers jours...
2 février 2009 - 10h59

C’est pas un bal, c’est le France, entreprise de récup en grand, ils sont tous là, anticapitalistes à la Sarko en tête, pour tenter d’éteindre ou de dévoyer le mouvement



Y’a du monde au Bal des Pompiers ces derniers jours...
2 février 2009 - 11h22 - Posté par angela anaconda

Mais...Mais... il y a quand même une révolte, une envie naissante de "faire craquer quelque chose".

Il n’est peut-être pas inutile que de vouloir identifier ce "quelque chose". Il me semble que ce quelque chose à craquer doit être un élément moralisateur attaché à la fois à la notion du travail, et à la sensation d’avoir une bonne ou une mauvaise conscience.

Cet élément moralisateur sort au grand jour au moment où l’on réussit à avoir un travail ou bien, au moment de la "perte de boulot", quand on passe du statut de salarié qui "a un travail" à celui d’un chômeur. Le licenciement, ne ressemble-t-il pas à une expulsion, une Chute ? N’est-on pas exclu de l’entreprise-paradis ? il est certain que le licenciement est ressenti non pas comme un soulagement (ouf, enfin libre), mais comme une honte, une sensation d’avoir été désigné au grand jour comme étant "fautif".

Mais qu’est-ce qui fait qu’un travailleur qui "a un travail" peut se sentir moralement supérieur au travailleur au chômage qui n’"a plus de boulot" ? D’où vient cette idée de supériorité morale ? Ne serait-elle pas lié à ce vieux concept biblique de "péché originel", comme quoi il faut travailler à la sueur de son front pour s’en repentir, mis à jour par le dogme tridentin qui accepte l’accumulation des richesses afin de se racheter par l’argent ? Et ce que l’on désigne aujourd’hui par "plafond de verre" ou "main invisible", ce serait-ce pas ce concept-là qui garde notre conscience fermée ?
angela anaconda



Y’a du monde au Bal des Pompiers ces derniers jours...
2 février 2009 - 13h46 - Posté par Maryvonne Leray

Encore un bon article

et juste...

rien à rajouter...

je vais faire un lien et encore en reprendre plein la G...



Y’a du monde au Bal des Pompiers ces derniers jours...
2 février 2009 - 18h31 - Posté par sam 82

il me plait cet article . il est même essentiel . unité dans le combat contre le capitalisme , avec en lien la perspective du socialisme . effectivement , tout le reste n’est que baratin pour bateleurs d’estrades destiné a dévoyer les consciences pour sauvé le système . ne nous leurrons pas beaucoup reste a faire y compris chez certains qui étaient dans la rue . mais bon rien n’est inné tout s’acquiert et heureusement la conscience aussi . sam 82 .



Y’a du monde au Bal des Pompiers ces derniers jours...
3 février 2009 - 22h54 - Posté par pierre

Excellent La Louve !

Je t’ai lu à partir de Cri du Peuple 1971 et j’en suis content parce que tu sais partager ta vision des choses et ta pêche... ça regonfle courage et PATIENCE !






Verdi, ancien « vrai journaliste », nous fait, une analyse extremement détaillée de cette puissante mobilisation du 5-12
vendredi 6 - 15h44
de : nazairien
Quand les riches détruisent des bâtiments publics, avec le soutien de la justice
vendredi 6 - 13h00
de : Louisette
Les Etats-Unis se hasardent-ils à considérer la CHINE comme une République bananière ?
jeudi 5 - 22h46
de : JO
Le principe de continuité du mouvement de grève
jeudi 5 - 20h03
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Grève du 5 décembre : manif monstre à Saint-Nazaire
jeudi 5 - 13h12
de : naairien
6 commentaires
LREM, Macron, farandole de casseroles : A mettre dans le livre des records (document Médiapart)
mercredi 4 - 23h53
de : nazairien
1 commentaire
Un mouvement de grève ne nous empêche pas de vous proposer nos programmes, bien au contraire ! C’est l’heure de l’mettre
mercredi 4 - 22h07
de : Hdm
VIOLENCE D’ETAT, VIOLENCE REVOLUTIONNAIRE
mercredi 4 - 19h55
de : Nemo3637
Pas d’argent pour les Retraites ?
mercredi 4 - 17h49
1 commentaire
Spectacle ’Du Gabon à la Russie’ le 7 décembre à Nantes : exil, amour, justice
mercredi 4 - 00h41
Retraites des fonctionnaires : ça va saigner pour les enseignants, les paramédicaux et les agents territoriaux
mardi 3 - 14h01
« Rassemblement non stop » : les pompiers veulent occuper la place de la République une semaine entière (vidéo)
lundi 2 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires
En grève jusqu’à la retraite !
lundi 2 - 12h47
de : jean1
2 commentaires
Acte 55 Gilets Jaunes à Toulouse ! Témoignage d’un vrai REPORTER !
dimanche 1er - 20h40
de : JO
CRITIQUE du TRAVAIL salarié et de la RELIGION
dimanche 1er - 15h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Vous avez dit : Un monde multipolaire ? Autre démonstration !
samedi 30 - 10h58
de : JO
1 commentaire
EPO et Hamster chinois.
vendredi 29 - 18h03
de : L’iena rabbioso
L’éruption de la faim - C’est l’heure de l’mettre !
vendredi 29 - 12h44
de : Hdm
1 commentaire
CONVERGENCE DES LUTTES : Contribution !
vendredi 29 - 12h14
de : JO
BOLIVIE : La succession d’EVO Morales assurée et organise la Résistance !
vendredi 29 - 11h25
de : JO
Un 5 décembre fort ou exceptionnel ! L’état de la mobilisation secteur par secteur
vendredi 29 - 07h36
1 commentaire
Xavier Kemlin, star déchue de la complosphère d’extrême-droite
jeudi 28 - 17h21
de : Blanqui75
1 commentaire
BOLIVIE : suite du complot contre EVO MORALES + corruption à la clé !
jeudi 28 - 11h57
de : JO
1 commentaire
Rafael Correa (ancien président de l’équateur) reçoit Evo Morales, (coup d’état et lutte de classes) (vidéo)
jeudi 28 - 11h32
de : nazairien
1 commentaire
La mort de Sami Abu Diak, prisonnier politique palestinien
jeudi 28 - 10h34
de : librinfo74 via jyp
Greve du 5 décembre
jeudi 28 - 10h04
de : jean 1
ARGENTINE : Alberto Fernandez Président élu, refusera le crédit du FMI !
jeudi 28 - 10h03
de : JO
Gilets jaunes : les interdictions de manifestation, l’autre face de la répression
mercredi 27 - 13h11
1 commentaire
Le monarque se prépare-t-il à lancer ses brutes contre notre Jeunesse ?
mardi 26 - 23h50
de : JO
BOLIVIE : A lire absolument ce que nos médias aux ordres ne vous diront pas !
mardi 26 - 16h15
de : JO
1 commentaire
C’est quoi : un pognon de dingue ?
mardi 26 - 15h22
de : JO
On se crève au travail, que crève le travail !
mardi 26 - 12h26
de : jean1
1 commentaire
Culture dominante et perception du déshonneur
lundi 25 - 21h09
de : Christian DELARUE
1 commentaire
CHILI : Un féminicide dont les médias ne parlent pas !
lundi 25 - 17h25
de : JO
Rapports de force a besoin de vous !
lundi 25 - 14h50
Le nouveau CRUSH 44 : ces petits jouets du capitalisme colonial.
lundi 25 - 13h34
de : jean1
BOLIVIE : La CIA partout, les dollars pleuvent à flots pour les complots, pas pour la pauvreté !
lundi 25 - 12h06
de : JO
1 commentaire
Le patriarcat compris comme dynamique sociale
lundi 25 - 01h23
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Toujours contre la prostitution et le viol ici ou ailleurs avec Zéromacho - Christian Delarue
dimanche 24 - 12h07
de : Christian Delarue
3 commentaires
L’ANARCHIE - Théories et pratiques libertaires
dimanche 24 - 11h37
de : Ernest London

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Notre tête est ronde pour permettre à la pensée de changer de direction. Francis Picabia
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite