Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Sarkozy "face à la crise" : Le capitalisme et la bourgeoisie soutenus par le "premier flic de France".


de : La Louve
vendredi 6 février 2009 - 22h12 - Signaler aux modérateurs
9 commentaires
JPEG - 55.6 ko

de La Louve

Bien évidemment il fallait être totalement "stone" ou idiot pour avoir écouté Sarkozy hier soir en en "attendant" quelque chose, au sens strict.

Non. La plupart d’entre nous savait qu’il ne fallait RIEN attendre de ce discours savamment mis en scène.

Nb : Je me suis quand même demandé s’ils l’avaient attaché à son siège ou fourni en talonnettes en plomb pour qu’il se tienne aussi tranquille devant les caméras... Merci Saint Lexo’ !

Si j’ai regardé hier soir, donc, ce n’est pas les mains tendues et l’œil humide, en espérant qu’il fasse quelque chose pour nous et remplisse nos petites poches, préserve nos emplois, nationalise les banques...après avoir condamné les financiers et dépouillé les actionnaires....

Mais pour voir l’ennemi en face.

A la fois c’était plutôt réjouissant au premier abord, il était très mauvais, disant une chose et son contraire, sans cohérence apparente (et je dis bien apparente), et en même temps assez angoissant, car je doute que nous soyons assez nombreux à être préparés réellement, actuellement, au niveau de la résistance qui s’impose face à lui.

Que doit on penser, constatant non seulement son manque (ou l’apparence de manque ?) total de culture économique, juridique... son manque de logique, son manque de synthèse... sur le fond, même d’un point de vue capitaliste (j’ai discuté avec quelques personnes qui, pourtant, salariées ou professions libérales, soutiennent le capitalisme, même elles ont halluciné sur le vide, les inexactitudes, les erreurs qui constellaient ce discours...) ?

On retiendra surtout une chose : Sarkozy refuse (ou semble refuser) de prendre en compte les contradictions inhérentes à sa classe et surtout, à ses alliés - la bourgeoisie, oui, ET la petite bourgeoisie.

Cela est un sacré talon d’Achille. Et c’est aussi très signifiant pour la suite.

Qu’il vomisse les salariés, surtout les plus pauvres, les précaires, les exclus, les fonctionnaires, les syndicalistes, on peut dire que, pour un type comme lui, c’est normal.

Qu’attendre d’autre d’un mec qui dit haïr Mai 68, qui défilait dans les années 70 contre la grève ? Qui est un pur produit du capitalisme et qui n’existe (politiquement) que pour défendre et servir le grand capital ?

Ah bien sûr, il peut nous amuser en promettant aux syndicats de se voir le 18 février et d’entamer un nouveau "dialogue".

Il va surtout nous balader, nous imposer un calendrier qui peut nous enfermer vis à vis des éléments les plus réformistes de la coalition intersyndicale (on connaît la chanson « ah mais non, on ne va pas se mobiliser, il ne faut pas le fâcher, négocions, négocions ! »), et c’est donc maintenant que le plus difficile commence pour des organisations comme la CGT et Sud, notamment. Soyons en conscients.

Quand on entendait certains représentants syndicaux hier soir, on sent bien que, dans cette intersyndicale (pour ceux qui auraient des doutes), tout le monde n’est pas sur la même "longueur d’ondes", dans la même perspective ( contrairement à ce que racontent complaisamment les médias bourgeois).

La question se posera donc très rapidement pour certaines orgas de poursuivre les luttes et la mobilisation sans d’autres (notamment sans la CFDT, dont on sait bien que le 3 février ,elle a déjà tout fait pour freiner des 4 fers le mouvement, alors que, dans la discussion, il semblerait que la CGT a clairement posé le principe de la continuation et de l’amplification).

On sait très bien que le "risque" est que certain-e-s cèdent au soi disant "besoin d’unité" intersyndicale, pour ne pas paraître diviseurs, etc...voire, s’en saisissent pour continuer dans plus de réformisme.

A nous de nous battre très fort (encore plus fort) en interne et dès la base ( ce que l’organisation et la composition "de base" de la CGT, par exemple, permettent encore) pour imposer la lutte et les conditions de lutte que nous voulons pouvoir développer et devenir le "fer de lance" du mouvement. Cette bataille est possible, et gagnable, il me semble, si on y met les moyens tout de suite, mais bien sûr, je peux me tromper...

Sachant que, paradoxalement, nous avons dans cette perspective un allié (dont nous devons aussi "vérifier" le poids et la solidité, et vice versa), c’est la mobilisation "spontanée" de toute une partie de la population non syndiquée qui constituait un gros bataillon des manifestants le 29 janvier dernier. Et il y a aussi une mobilisation étudiante qui monte et qu’il faut rejoindre (et non "récupérer").

Alors continuons ; notamment, à syndiquer, et à faire apparaître les contradictions dans nos boîtes, à les faire exploser, à prendre les patrons et leurs serfs au jeu de la "négociation", à faire monter les luttes, poussons nos pions, pour que les salariés, tous les salariés, sentent partout comme ils se font ENFLER.

Ce point fait, que Sarkozy prenne aussi ouvertement la décision de laisser crever les PME, et notamment les TPE, l’artisanat, les commerçants...cela, c’était surprenant.

Et bien oui.

-> Qu’ a-t-il proposé d’immédiat, de mesures urgentes, pour ces catégories de la "petite bourgeoisie" ?

Rien ! Absolument rien.

Même l’exonération de la taxe professionnelle, prévue pour 2010, qui pénalise évidemment le budget public, les collectivités locales, ne peut pas satisfaire les besoins urgents des "petits patrons" qui ont besoin de solutions MAINTENANT !

Quant au discours sur le 2ème tiers (?), la tranche (inférieure supérieur médiane ? on en sait pas...), des "classes moyennes" (mais qui est pour lui cette Arlésienne ?), il est suffisamment vague pour devoir être précisé, et là encore ce ne sont pas des mesures immédiates ni suffisantes. D’autant qu’une bonne partie des contribuables est mensualisée.

Le discours emberlificoté sur la TVA (et son exemple en chocolat qui a tant fait sourire la blonde de TF1), on ne peut pas dire qu’il soit encourageant.

J’ajouterai que les commerçants sont peut être de droite, mais ils ne sont pas "cons". Ils savent bien que sans augmentation immédiat du pouvoir d’achat de la majorité de leurs clients, salariés, c’est aussi dans leur caisse qu’on tape...

Son annonce sur le prochain « détricotage » des collectivités locales risque aussi de contrarier fortement de nombreux petits barons de l’UMP, des « notables de province » comme on dit, qui ne lui étaient pas forcément hostiles jusque là…

Que va-t-il leur proposer en remplacement ? Mystère…

Évidemment, son attaque à peine voilée contre les TPE et PME, c’est assez logique compte tenu de la période que nous vivons (les gros doivent grossir et les petits doivent disparaître), et c’est dans la droite ligne de la guerre qu’il a livrée aà un des représentants politiques direct de cette catégorie, le PS.

Politiquement, Sarkozy ne veut pas prendre le risque de "fricoter" avec cette classe, qui est à cheval sur la bourgeoisie et le prolétariat. Il ne veut pas s’en "embarrasser"...Ce n’est pas dans son tempérament. Sa stratégie ne lui permet pas la finasserie, la demi-mesure, le compromis.

Beaucoup de "petits patrons" en France ne veulent pas comprendre qu’ils ont tort de se laisser manipuler par la grande bourgeoisie du CAC 40, on les a pourtant assez prévenus ; ils vont le payer cher.

C’est là qu’on peut dire : Sarkozy a un talon d’Achillle.

Son omnipotence lui monte peut être à la tête, et son caractère lui interdit de revoir, le cas échéant, la stratégie qu’il compte développer.

C’est un "jusqu’au-boutiste", cela, nous l’avons constaté à nos dépens et il l’a répété ; il faut dire qu’il n’est pas aidé par la Parisot, qui semble être exactement sur la même position idéologique que la sienne (pour cause, étant en difficulté au sein de son organisation à cause de l’affaire de l’UIMM notamment, elle est contrainte à la surenchère... on pourrait dire qu’elle fait du "droitisme", comme on dit que certains font du "gauchisme").

Une fois ce constat fait : Sarkozy n’a rien proposé de positif pour les salariés, les exclus, et les exploités, il n’a eu aucun discours cohérent en direction de ce qu’il a appelé "la classe moyenne", justement, il a dit tout et son contraire sur de nombreux sujets, il veut manifestement enfumer les syndicats, il a fait l’impasse sur les attaques personnelles dont il a été l’objet direct le 29 janvier dernier...

En d’autres termes, on peut penser qu’il fait presque ouvertement le choix de poursuivre le combat dans ce moment paroxystique de la lutte des classes que nous allons connaître, en tant que représentant d’une classe puissante et actuellement dominante, certes, mais très minoritaire dans la population, avec ses seules forces, en se coupant de plus en plus d’alliés potentiels, et en brûlant –déjà- des bases arrières (ce qui ne peut être qu’"au pire", qu’une solution extrême), et c’est là que ça ne va pas...

Mais qu’en tirer ?

 Sarkozy est il un imbécile ? Non, pas au sens strict.

 Sarkozy est-il mal conseillé ? Sans doute mais pas seulement.

 Sarkozy est-il fou ? Franchement, je ne pense pas (il a une pathologie oui mais ce n’est pas de la folie), et je ne suis pas sûre que ce soit une question pertinente - il est là, il faut faire avec pour pouvoir faire sans.

 Sarkozy peut il marcher sur l’eau et multiplier les pains ? Non, pas à ma connaissance.

Mais alors, que peut , que va faire Sarkozy, surtout dans la perspective qu’il a tracée hier ?

C’est là, peut être, qu’on doit se souvenir que la majorité des électeurs, y compris "sans y penser", ont élu un « flic ». Le « premier flic de France ».

On en revient donc à la case départ.

Lorsque, avant même sa désignation officielle à la candidature, nous disions que le premier devoir des organisations de gauche dans la "bataille présidentielle" était de ne pas laisser le "premier flic de France" se présenter impunément à la Présidence de la République, de ne pas le laisser tranquillement en poste jusqu’à l’élection.... Hélas, on nous traita (une fois n’est pas coutume) de "gauchistes", de Cassandre, on nous renvoya d’un geste de la main "pfff... vraiment n’importe quoi....Psychologie de comptoir" (comme si nous en avions fait une question de "psychologie" !!)

C’est là que nous reviennent le "nettoyage au Karcher" "La racaille". Le "casse toi pauv’ con". La CB de Cécilia, le 4 février 2008....et j’en passe.

Sarkozy a une haine viscérale pour le respect des procédures, les mouvements sociaux, les mouvements populaires,et il hait les communistes, les socialistes, les libertaires, cela, par contre, on ne le prend peut être pas assez en compte dans la résistance que nous essayons d’organiser.

C’est pour cela nous sommes un certain nombre à avoir toujours été opposés à ce qu’on le ridiculise, le minimise, qu’on le traite en bouffon, bref, qu’on croie à son masque.

Oui, il nous hait. Il nous hait comme seuls les fachos peuvent nous haïr, nous "les rouges".

Il ne le cache pas. C’est à la fois idéologique et sentimental chez lui. Mettons nous cela dans le crâne une bonne fois pour toutes.

Cet homme là est l’instrument d’un système. Un système qui s’appelle capitalisme.

Pour sauver les intérêts de la classe qui a contribué à le mettre là où il est, je veux dire, la bourgeoisie, la vraie, il est prêt, et cela il ne l’a pas caché hier soir , à user de la force la plus brutale, de la répression "préventive" la plus féroce.

Son discours sur Saint Lô était édifiant.

Il a dit, et il faut le croire,je pense, que sa marge de manœuvre est ridicule, pour des raisons qu’il ne maîtrise pas, dit-il, pour des raisons idéologiques évidentes, bien sûr, et aussi pour des raisons qui tiennent à son caractère et à sa stratégie.

Donc, la traduction globale de son discours : "salariés, étudiants, chercheurs, la crise c’est pas de ma faute, c’est les américains... mais vous allez en chier. Ce que je veux, moi Sarko, c’est aider le capitalisme, le vrai, le sérieux, à s’en sortir et à reprendre la main".

Aussi, camarades, amis, n’ayons aucun doute, plus nous allons nous opposer , plus nous boufferons de la matraque, du gaz, de la criminalisation, voire de la "zonzon" et tout ce qui "va bien" avec.

Parce que compte tenu de l’analyse qu’il nous a montrée en creux hier, il est probable qu’il ne va pas avoir d’autres choix que de finir de nous faire entrer dans le fascisme. En tout cas, je n’en vois pas d’autres, mais je peux me tromper, (et dans ce cas, je ne demande pas mieux que d’être convaincue du contraire).

Avec tout ce que cela implique.

Il n’aura pas le choix. Sinon, il sautera, lui.

Oui, la différence entre la France et les autres pays européens ( à part la Russie) aujourd’hui, c’est que c’est le "premier flic de France" qui a été élu Président et que ce "premier flic" a largement réorganisé, graissé, modelé, chouchouté la "police" à sa main à lui.

On ne répètera jamais assez quelle part énorme de responsabilité porte une bonne partie de "la gauche" dans cette affaire, par sa légèreté, ses renoncements, ses compromissions idéologiques. Avant même les élections de mai 2007, bien avant...

Mais bon... Voilà c’est fait.

S’agit maintenant de pas se louper dans la résistance. Sa dimension. Son positionnement idéologique. Son organisation....

Car quand on l’entend dire hier soir :

"Je les entends tous, tout le monde veut être Président mais le Président c’est moi",

on comprend bien qu’il n’a aucune envie de lâcher sa place...

Voilà ce que je retiens de son discours.

A ce jour, nous ne sommes pas encore assez nombreux face à la puissante milice qu’il a installée sur le territoire depuis des années, à laquelle il a patiemment, avec ses amis Perben, Dati et cie, octroyé une quasi impunité et toujours plus de pouvoirs dans la poursuite (jusqu’à décimer les juges d’instruction, trop encombrants), pour prendre des risques absurdes, incalculés.

J’ai espoir cependant qu’avec notre travail quotidien et patient, cette proportion de résistants engagés peut changer.

En attendant, si nous sommes déjà une « avant-garde » résolue et déterminée, et bien, cela ne suffira pas – soyons aussi prudents, soyons organisés, soyons efficaces, frappons où ça fait mal. Ensemble.

Et essayons de ne pas nous faire "prendre" , car tout élément de nos rangs qui tombera servira d’épouvantail pour effrayer les volontaires.

Sachant que la lutte contre Sarkozy, qui est le seul objectif de certains, ne pourra se faire sans une lutte acharnée contre le capitalisme et pour le socialisme, le vrai.

C’est l’autre condition "sine qua non" de notre victoire.

Et nous devons nous mettre en train de faire la démonstration de cette nécessité à ceux qui doivent nous rallier et convaincre les alliés potentiels que notre démarche est la seule issue.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Sarkozy "face à la crise" : Le capitalisme et la bourgeoisie soutenus par le "premier flic de France".
6 février 2009 - 23h10 - Posté par pilhaouer

Imposer la lutte et les conditions de lutte, voilà qui mérite d’être développé.

"Sarkozy a décidé de laisser crever les PME, TPE, artisans, commerçants ..."
Qu’il n’ait rien proposé pour ces catégories peut s’expliquer aussi par le fait qu’elles ne se sont pas encore assez exprimé ou qu’elles sont encore considérées comme acquises

Que le fascisme s’avance ne fait guère de doute .



Sarkozy "face à la crise" : Le capitalisme et la bourgeoisie soutenus par le "premier flic de France".
7 février 2009 - 09h23 - Posté par kounet

Oui, le fascisme avance mais on peut et on doit le faire reculer avant qu’il ne soit vraiment installé, après, il est tard ;
Les " socialistes ", on ne devrait plus leur donner ce nom, sont les grands coupables de l’élection de ce rejeton du grand capital, ne passons pas sous silence non plus la responsabilité des pauvres, des précaires qui ont voté ce type...
Comment peut-on, quand on a comme salaire un mi-temps minable, voter un mec pareil ?
Pour le coup, il faut faire de la pédagogie ! on a élu un mec d’extrème droite, il faut le dire aux gens, en général, on paie très cher ce genre d’idiotie...
Le peuple devrait aimer l’histoire plus que TF1 ou le coca-cola .


Sarkozy "face à la crise" : Le capitalisme et la bourgeoisie soutenus par le "premier flic de France".
7 février 2009 - 10h32 - Posté par angela anaconda

Qu’attendre d’autre d’un mec qui dit haïr Mai 68, qui défilait dans les années 70 contre la grève ? Qui est un pur produit du capitalisme et qui n’existe (politiquement) que pour défendre et servir le grand capital ?

ah le talon d’achilles ! Il me semble bien qu’il faille le chercher de ce côté-là ! C’est dans doute à cette époque que notre président à du découvrir un esprit nouveau qui apprend à penser par soi-même, à oser la contradiction à être souverain de son désir ! L’émancipation quoi. Un esprit qui sait rendre égaux des gens de conditions différentes. Mais je pense qu’il n’a pas encore compris qu’il n’est pas seul à posséder cet esprit-là et je trouve totalement ridicule de vouloir impressionner qui que ce soit en se tapant sur la poitrine et en clamant "c’est moi le singe principal". En plus, le premier dragueur de la France a du découvrir que cet esprit prend également la forme féminine, et cela, ça lui fait peur !
angela anaconda



Sarkozy "face à la crise" : Le capitalisme et la bourgeoisie soutenus par le "premier flic de France".
7 février 2009 - 18h24 - Posté par JdesP

La Bourgeoisie comme la Noblesse en son temps s’appuie sur une catégorie sociale subalterne qu’elle vampirise et qu’elle utilise comme gardienne de ses intérêts dissimulés derrière son idéologie. Fardé des attributs de la République., ce "nouvel" ordre social faillit ne pas survivre aux soubresauts de la grande crise de 1929 avec la menace de l’accession du PCF au pouvoir après guerre. C’est encore une fois des USA et de sa puissance économique que viendra le salut. Vint le "New Deal" ( en gros et en français la nouvelle répartition) qui fit entrer en masse en Europe des capitaux et des marchandises qui permirent à la grande Bourgeoisie locale de se refaire une santé et de se constituer un puissant rempart : les classes moyennes s’élargirent grâce à l"’américan way of life."
Sarkozy et son comportement illustrent parfaitement la sous-culture américaine qui marqua les Français et en général tous ceux qui furent au contact de la propagande aux mille visage du rêve américain de la société de consommation.
Aujourd’hui, la Bourgeoisie à cause de la crise financière, pour maintenir ses profits et ses positions resserre les boulons : le tour est venu du déclin des classes moyennes représentées par l’UMP de Sarkozy et de la dissipation des illusions de sa propre reproduction...
Les coups les plus rudes viendront malheureusement du ressentiment de ces catégories sociales. Un ancien responsable FTP de la Résistance de Savoie disait, que malheureusement tout pouvait recommencer parce que nous perdons souvent la mémoire du pire.
La mobilisation après le 29 ne dépend pas des syndicats qui s’aligneront comme la CFDT, (rejointe par la CGC) qui y appela tout en signant un accord pourri magouillé avec le MEDEF contre les chômeurs.
De même, les Européennes ne suffiront pas à masquer, malgré les efforts des partis et des médias, la progression de la flamme qui consume la mèche vers le baril de poudre.
Sarkozy, quand la Bourgeoisie le trouvera insuffisant, elle le virera, et elle nous en fera payer le prix sauf si nous la prenons de vitesse.
Au fait, un détachement de l’armée allemande en France (pourquoi pas en Corrèze, en Dordogne ou dans le LImousin ?) cela ne vous rappelle-t-il pas ces régiments de mercenaires suisses ou autrichiens stationnés près de Paris sous l’ancien régime ? Je fantasme encore sur l’armée de guerre civile.
Continuons les luttes et ça ne manque pas, c’est comme cela qu’on grossit nos rangs.


Sarkozy "face à la crise" : Le capitalisme et la bourgeoisie soutenus par le "premier flic de France".
7 février 2009 - 16h47

Oui, le fascisme avance mais on peut et on doit le faire reculer avant qu’il ne soit vraiment installé, après, il est tard ; Les " socialistes ", on ne devrait plus leur donner ce nom, sont les grands coupables de l’élection de ce rejeton du grand capital, ne passons pas sous silence non plus la responsabilité des pauvres, des précaires qui ont voté ce type... Comment peut-on, quand on a comme salaire un mi-temps minable, voter un mec pareil ? Pour le coup, il faut faire de la pédagogie ! on a élu un mec d’extrème droite, il faut le dire aux gens, en général, on paie très cher ce genre d’idiotie... Le peuple devrait aimer l’histoire plus que TF1 ou le coca-cola .

Et le tendon d’Achile chez le peuple, c’est Kounet qui le montre du doigt :

 d’abord la dérive droitiste des "socialistes", qui a abandonné le peuple à son triste sort, par vengeance de 2002 pour "l’affront" fait à Jospin ?

 ensuite la responsabilité des pauvres, des précaires qui ont cru au Père Noël, au marchand de sable. On a jamais vu dans aucun pays, qu’un candidat capitaliste jusqu’aux bout des doigts, voire d’extrême-droite, allait libérer tout un peuple du fardeau de la pauvreté, de la misère. Non aucun exemple au monde à proposer.

 et il faut bien se rendre à l’évidence, c’est un type d’extrême-droite (rappelez-vous les mises en garde sur ce site quand on parlait du loup à la patita blanca)qui est installé à l’Elysée, et non de droite, ça c’était Chirac qui a oublié d’écraser le vers dans le fruit quand il était encore temps, par lâcheté, par peur, par découragement de voir son entourage politique le quitter rapido courant faire allégeance à NS ?

Il ne reste plus qu’aux salariés de se syndiquer massivement à la CGT, Sud, etc... c’est notre unique solution pour faire reculer ce type. Nous devons faire le nombre et être absolument déterminés à le faire renoncer à ses réformes idiotes, vu le contexte, et vu que les caisses de l’Etat sont pleines. Il y a même un trésor de guerre caché, dont on devrait connaître le montant, c’est le minimum.
Et pourquoi pas d’appeler à sa démission pour trahison. De l’extrême-droite, la majorité des français n’en a jamais voulu à la tête de l’Etat. Sinon ils l’auraient fait en 2002.

Ensuite, il va bien falloir redéfnir la notion du poste de président, l’intégrant dans le système de "service public", c’est-à-dire qu’il est AU service du peuple et non le peuple à son service, et qu’il n’a pas le droit de s’auto-augmenter puisqu’il propose ses services pour aider et représenter le peuple.
NS ne répond pas à ce critère, s’en tape même. C’est pas normal.



Sarkozy "face à la crise" : Le capitalisme et la bourgeoisie soutenus par le "premier flic de France".
7 février 2009 - 18h50 - Posté par JP

Je fais la même analyse compte tenu du fait qu’il a tout d’un Raspoutine est qu’il a un dossier de police sur la plupart des barons de droite et de "gôche". Le fascisme est rampant mais il apparait progressivement et bien des copains ne s’en rendent pas compte. Je me souviens que de ces pétitions récentes qui demandent au président de la république de tenir compte de leur avis.

Ce n’est que foutaise et il faut absolument cesser que des progressites se bercent d’illusions et évitent donc de lancer de telles pétitions. Il faut également ne pas participer à sa folklorisation qui pourrait fair penser qu’il est simplet.

Cet homme qui représente exclusivement la classe du capital (la bourgeoisie) et qui dispose de TOUS les leviers de la république, est d’une extrême dangerosité pour le prolétariat et les salariés, les hommes , les femmes qui vivent de leur travail et leurs enfants.

Il est temps d’en prendre la mesure. Il faut faire un travail de titan à destination de tous car objectivement, il y a bien peu de gens qui ont intérêt à ce qu’il réussisse l’opération de totale capture des ressources du travail au profit du capital.

En tous cas, bravo pour cet article. Merci Elodie avec laquelle je ne suis pourtant pas toujours d’accord.



Sarkozy "face à la crise" : Le capitalisme et la bourgeoisie soutenus par le "premier flic de France".
7 février 2009 - 22h13 - Posté par JP

D’autre part, il fallait écouter l’ennemi pour mieux démonter ces arguments. J’ai justement une question relative à ce qu’il a dit concernant les fonctionnaires.

Je pense que depuis les années de professionnalisation des armées et du renforcement de la police, il y a eu recrutement de fonctionnaires dans ces ministères. Si il souhaite tant retrouver le nombre de fonctionnaires des années 90 c’est donc au détriment de la santé ou de l’éducation et au profit de l’armée et de l’intérieur.

Il faut le dire car ses arguments sont loin de ne pas porter s’ils ne sont pas démentis par des arguments contraires solides.

JP



Sarkozy "face à la crise" : Le capitalisme et la bourgeoisie soutenus par le "premier flic de France".
8 février 2009 - 08h10

Ah ! La louve heureusement que tu es là. J’aime toujours autant tes coups de gueule. Contre un gars comme Sarko, il ne peut avoir qu’une seule réponse.
Un tribun qui porte un espoir, un projet qui déplace les foules.( çà fait culte de la Personnalité, mais je m’en fous)
L’Histoire restera l’Histoire, le Peuple se nourrit d’espoir, de pain et de jeux. Les jeux ont les a "LOTO, PMU etc...", même si c’est dur pour beaucoup, on mange encore " les restos du cœur" et j’en passe. Le tribun, on là, le Sarko, c’est un bonimenteur hors pair. Je suis venu, j’ai vu "ce que je veux voir" cachons cette plèbe qui me siffle sinon le Préfet dehors (du vrai Jules César), je mens, je sers quelques louches, photos et après on passe à un autre mensonge.
Tant que çà tiens , çà mange pas de pain.
Et nous "La Gauche" la vraie celle de 36, pas de 81, nous sommes incapable d’offrir de l’espoir, de susciter un regain de combat, pas des escarmouches ici et là.
Le 29 janvier bien et après, on attends le discours de Sarko pour continuer quoi ?? Avec Chérèque qui nous trahira ou Maillet qui gesticule avec ses petits camarades du NPA !!!
Non, retrouvons nos vraies valeurs avec un vrai programme de nationalisation du secteur bancaire et plus, surtout appliquons le, sans vergogne, sans compromissions comme en 81 puis avec JOSPIN, le Grand Privatiseur de l’économie française, bien aider par notre Camarade, l’est il encore GAYSSOT.
Il est loin le temps ou SNCF : voulais dire "Sauves Nous Charles Fitterman".
Allez çà suffit, je retourne dans mon ile du désepoir !!!
Un vieux Camarade déçu



Sarkozy "face à la crise" : Le capitalisme et la bourgeoisie soutenus par le "premier flic de France".
8 février 2009 - 10h39 - Posté par Copas

Nous ne sommes pas dans une dérive fasciste, du moins pas encore.
Le fascisme exprime toujours la recherche et l’obtention d’une base sociale consistante.

Le fascisme développe toujours un appareil militant consistant exprimant les alliances sociales de la bourgeoisie , en vue d’écraser le gros de la classe ouvrière, les partis et syndicats qui la défendent.

Là nous n’avons pas cela .

Bien au contraire, nous avons une direction de la bourgeoisie qui écrase toutes les couches sociales et résidus de classe, petites classes, qui pourraient s’allier dans un front fasciste contre la classe ouvrière.

Plus de paysannerie, celle-ci laminée et malmenée par la bourgeoisie, la petite bourgeoisie écrasée et subordonnée au plus près, les couches sociales hautes de la classe ouvrière mises au pain sec et au lot commun, le lumpen prolétariat dressé comme ennemi dangereux et terroriste.

Pas de base sociale, rétrécissement de celle-ci, donc pour l’instant on ne peut décrire la politique sarkoziste comme fasciste, l’individu lui posant un autre problème.

Par contre, nous avons bien affaire à un régime qui devient de plus en plus autoritaire et violent, mais ayant de graves faiblesses dans sa politique d’alliance fondamentale, ne tenant essentiellement que par son accès et sa possession des médias.

Cette façon de gouverner est une très grande faiblesse pour la bourgeoisie.

Et il nous fait toujours insister sur l’isolement et l’égoïsme forcené de la petite claque cossue et dorée qui est derrière Sarko, insister sur ses interets évidents, sa rapacité, son extorsion de fonds des coffres du bien public.

Sarko est l’expression du haut de la bourgeoisie.

Sur son discours :

Chacun a à noté le vide sidéral, tant en moyens qu’en propositions , pour relancer l’économie d’un point de vue capitaliste. Ce qui a provoqué la crise étant renforcé, les travailleurs continuant d’être attaqués à mort.

C’est qu’il faut saisir que, dans le tous contre tous qui prévaut actuellement, Sarko essaye d’enfumer ses voisins européens, comme il le fait avec la population française.

Nous le connaissons assez pour comprendre sa logique, ses potes bourgeois européens n’ont peut-être pas compris. Il fait toujours l’inverse de ce qu’il dit quand il essaye de baiser les autres.
Si il clame pour une relance en Europe, il attend bien qu’Allemagne et Grande Bretagne relancent leur consommation, fassent un peu du Roosvelt , afin d’avoir un avantage compétitif en continuant de comprimer la part ouvrière en France.

La lecture du discours Sarkozien c’est que celui-ci n’est nullement rossveltien, il ne relance rien, il continue d’appeler à casser la gueule au camp des travailleurs, et à renforcer, financer, la grande bourgeoisie. Il est comme ça Sarko .
En espérant ainsi faire d’une pierre deux coups : dumping salarial pour vendre mieux dans des pays qui essayent de relancer la consommation et augmenter la part du capital dans les richesses produites (laquelle augmentation a profondément accéléré la crise dans le monde et en France).

L’histoire des grands travaux c’est un enfumage et un mensonge traditionnel bien connu. Pas grand chose en investissements et peut-être même rien car c’est un pro pour annoncer comme nouveau des investissements programmés depuis longtemps.

Bref, retour au socle du programme sarko : la guerre sociale de la faction de la haute bourgeoisie derrière Sarko contre le reste de la société....






Ça branle dans le manche ! C’est l’heure de l’mettre
jeudi 20 - 06h14
de : Hdm
(video) Quand Castaner étale l’intimité d’Olivier Faure... pour défendre celle de Benjamin Griveaux
mercredi 19 - 17h48
de : Arnaud Benedetti
1 commentaire
DÉMOCRATIE - Histoire politique d’un mot aux États-Unis et en France
mardi 18 - 20h32
de : Ernest London
MICHEL DEBRONDE VIT EN NOUS
mardi 18 - 12h40
de : Nemo3637
Emission : Radio Manif – L’Hôpital saigne !
mardi 18 - 10h29
de : Emission Polémix et La Voix Off
Graeme Allwright est mort (video)
lundi 17 - 21h03
de : jean1
1 commentaire
La délation au service de la pédagogie !!! ???
lundi 17 - 20h55
de : Le moustique socratique
Tita Nzebi, chanteuse humaniste en concert le 28 mars
lundi 17 - 14h39
LE CAUCHEMAR DE DON QUICHOTTE - Sur l’impuissance de la jeunesse d’aujourd’hui
lundi 17 - 12h40
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge 22 février 2020
lundi 17 - 12h04
de : Frank
Boom de l’IA en France : 260 000 microtravailleurs à 21 € par mois en moyenne
lundi 17 - 08h08
Ce que signifie le retour de Lyssenko et pourquoi il faut le combattre !!!
dimanche 16 - 21h39
de : Lepotier
2 commentaires
BOLIVIE - L’enjeu des services privés de santé derrière l’expulsion des médecins cubains.
dimanche 16 - 12h22
de : allain graux
VENEZUELA : LES ETATS-UNIS ACCUSES DE CRIMES CONTRE L’HUMANITE DEVANT LA COUR PENALE INTERNATIONALE
dimanche 16 - 10h17
de : JO
Plaidoyer pour le Rojava - Réflexions d’un internationaliste sur les aléas d’une révolution - ed. Acratie
samedi 15 - 11h58
de : acrate
RETRAITES : le bracage à 72 milliards qu’aucun média n’a vu !
samedi 15 - 10h28
de : JO
3 commentaires
Le Service national universel que le gouvernement veut rendre obligatoire pour les jeunes de 16 ans
vendredi 14 - 18h41
de : Mars
1 commentaire
Deal électoral entre Partis bourgeois traditionnels et l’Alternative für Deutschland/AfD fascisant : La crise politique à
vendredi 14 - 18h34
de : Ollaf
TOULOUSE : Actions Syndicales , la lutte continue ! Et même si Macron ne le veut pas !
vendredi 14 - 16h20
de : JO
POUR UNE ÉCONOMIE LIBERTAIRE
vendredi 14 - 12h01
de : Ernest London
1 commentaire
Fiorina Lignier, Gilet jaune et défigurée : Reportage avec video à voir absolument !
vendredi 14 - 10h19
de : JO
2 commentaires
Animaux, système démocratique inclusif et trajet vers plus de civilisation
vendredi 14 - 03h03
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Loi travail, gilets jaunes, retraites : « une mise en ébullition de la société française »
jeudi 13 - 08h54
30 ans et deux siècles... C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 13 - 05h46
de : Hdm
1 commentaire
17 Février ?
mercredi 12 - 14h18
de : Martine
2 commentaires
Dérives inquiétantes du secrétaire général du PCF
mercredi 12 - 07h58
de : Jean-Marie Défossé
5 commentaires
QU’EST-CE QUE LE PROLETARIAT ?
mardi 11 - 18h15
de : Nemo3637
Quand la Police(?) et ses "syndicats" se distinguent à nouveau
mardi 11 - 17h10
de : azard
1 commentaire
HISTOIRE
mardi 11 - 12h09
de : Ernest London
Demain : Le syndicalisme de masse contre la destruction néolibérale
mardi 11 - 09h38
de : Christian DELARUE
Morts anti-nucléaire ou pas.
lundi 10 - 16h47
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Licenciements : Les charrettes des condamnés défilent toujours !
lundi 10 - 12h19
de : JO
DU JAMAIS VU ! Par la violence, la monarchie cherche a casser le mouvement lycéen !
lundi 10 - 11h17
de : JO
Retraites : le gouvernement n’en a pas fini avec les grèves
lundi 10 - 08h31
Gilets Jaunes, acte 65 à Bordeaux ou la fascisation du régime !
dimanche 9 - 17h13
de : JO
Agnès Buzyn, Actrice du Buzz !
dimanche 9 - 15h36
de : Claude Janvier
1 commentaire
Gilets Jaunes Acte 65 : Eric DROUET "on ne peut plus bénéficier du Droit Constitutionnel à manifester"
samedi 8 - 18h25
1 commentaire
A l’exemple de Wuhan, la Chine, "l’atelier du monde" , semble à l’arret à cause d’un virus "venu de nulle part"
samedi 8 - 16h25
de : nazairien
2 commentaires
Des hausses et baisses sournoises au 1er Février !
samedi 8 - 11h39
de : JO
17 ans de colères et d’espérances avec Jann Halexander, au Théâtre Michel
vendredi 7 - 23h55

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Les hommes passent, les idées généreuses restent. Léo Ferré
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
Projection-soutien aux grévistes "Soigne et tais-toi" Mardi 4 février à 19h30
jeudi 30 janvier
de Info’Com-CGT
2 commentaires
Pour soutenir les grévistes qui luttent actuellement contre la réforme des retraites, "Les rencontres Info’Com" organisent une soirée projection-soutien du film ’’Soigne et tais-toi". • Date : 4 février à 19h30 • Lieu : Salle Colonne au 94 bd Auguste-Blanqui 75013 Paris • Participation libre reversée à la Caisse de grève. "Les rencontres Info’Com" est un rendez-vous culturel organisé par le syndicat Info’Com-CGT. Son objectif est de vous (...)
Lire la suite
REMISE DE LA SOLIDARITÉ FINANCIÈRE À L’OPERA DE PARIS MARDI 31 DÉCEMBRE 14H
mardi 31 décembre
de Info’Com-CGT
6 commentaires
Donnez, partagez, investissez dans la lutte… c’est déterminant ! Faire un don en ligne https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... #CaisseDeGreve : remise solidarité financière pour salariés de l’Opéra de Paris mardi 31 décembre 2019 à 14h, dernier jour de l’année en symbole de lutte artistique vs #reformesdesretraites de #macron. Participation 13h à l’AG et remise publique du chèque sur les marches de l’Opéra Bastille à (...)
Lire la suite
POUR DÉFENDRE MA RETRAITE ET CELLE DE MES ENFANTS, JE VERSE À LA CAISSE DE GRÈVE (VIDEOS)
vendredi 27 décembre
de Info’Com-CGT
https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... Nous sommes des millions à être opposés à la réforme des retraites que veut imposer le gouvernement. Cette "réforme" a pour objectif de nous faire travailler encore plus longtemps et mettre en place une retraite à points qui baissera inéluctablement le montant nos futures pensions ! Ne laissons pas faire. Agissons ensemble en participant aux mobilisations ou en alimentant la caisse de grève afin d’aider celles et ceux qui sont en grève et se (...)
Lire la suite
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite