Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Cesare Battisti : VERS TOUJOURS PLUS D’INDIGNITE


de : Bertrand Schmitt
dimanche 4 juillet 2004 - 01h29 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

de BERTRAND SCHMITT

Ainsi, les juges de la chambre de L’Instruction de Paris ont rendu leur verdict sur ce que l’on a pris l’habitude d’appeler « l’affaire Battisti » en décidant de permettre l’extradition d’un homme qui depuis treize ans avait refait sa vie en France, où il avait coupé avec un passé douloureux et où, entouré de sa famille, il s’était attelé à bâtir une nouvelle existence. Ce matin, à plus d’un millier de kilomètres, je me réveille partagé entre l’indignation, la colère, la honte et la peur. Indignation et colère face à un verdict qui me semblait, il y a seulement quelques jours parfaitement improbable tant les pièces du dossier à charge étaient faibles, sujettes à caution, tant elles venaient remettre en cause -d’une façon on ne peut plus criante- les principes de fonctionnement d’une justice italienne empêtrée dans ses fantômes, ses haines, ses rancœurs, ses règlements de compte, ployant encore sous la lourdeur de plomb de son passé. Indignation et colère face à l’incroyable déni de justice que constitue ce verdict qui, sur la base des mêmes éléments, que sans qu’aucune pièce susceptible de changer les données de l’affaire n’ait été versée au dossier et qu’alors que nul ne peut rejuger deux fois la même personne pour les mêmes faits, vient annuler la décision prise en 1991 par la justice française de garantir à Cesare Battisti le séjour en France, sous la protection du droit français.

Indignation face à la « curée » médiatique, orchestrée par une certaine presse italienne et française qui, afin de faire pression sur une opinion le plus souvent ignorante des faits, n’ont pas hésité à présenter Battisti comme un assassin « avéré », alors que les accusations qui pèsent sur lui, déjà contradictoires et douteuses lors du procès en Italie, n’ont jamais été prouvées, que la condamnation de Battisti s’est faite en son absence, sur la base d’« aveux » de repentis (méthode qui à l’époque avait été sévèrement critiquée par les observateurs étrangers et qui est aujourd’hui dénoncée par certains de ceux qui ont eu à en subir les conséquences). Colère et indignation face aux mensonges grossiers et éhontés proférés par des personnes en charge du dossier, comme par certains responsables politiques qui, afin de « banaliser » le verdict qu’ils requéraient, ont fait croire que Cesare Battisti pouvait décemment retourner dans son pays pour y être rejugé, alors que le droit italien ne reconnaît pas la possibilité pour une personne condamnée par contumace de pouvoir se représenter devant ses juges. Ce mensonge est d’autant plus intolérable qu’il est le fait de personnes averties, connaissant la législation italienne et qu’il prend ainsi toute son abjecte mesure, celle d’une manipulation, d’une « tactique » politique sordide et dangereuse. Indignation et peur face à une justice qui accepte sans sourciller de se soumettre à pareille mascarade, qui démontre par là qu’elle est « aux ordres », qu’elle n’a servi, en l’affaire, qu’à servilement entériner une décision politique -couvrant, sans doute, de minables tractations passées entre les gouvernements français et italien - et qui par là-même se juge.

Moi qui regarde la France depuis l’étranger, qui suis très souvent amené à partager le regard que lui portent ici mes amis, j’ai honte d’un pays qui n’hésite pas à proclamer de par le monde ses « hautes » valeurs démocratiques, ses incomparables vertus du « Pays des droits de l’homme et du citoyen » - qui ne se gène d’ailleurs guère pour donner des leçons à ses voisins- mais se montre incapable de respecter la parole donnée. Mais quelle leçon a le droit de donner un gouvernement qui depuis son arrivée au pouvoir traque systématiquement et accable de son mépris les plus faibles et les plus démunis ? Quelle morale peut bien défendre un Etat qui n’hésite pas à interpeller, rudoyer et faire comparaître devant la justice des individus coupables d’avoir donné un sens concret au troisième terme, aujourd’hui bafoué, de la litanie républicaine, coupables d’avoir appliqué cette « fraternité », cet élémentaire droit d’assistance à personnes en détresse et en danger, auprès de clandestins, sans abris depuis la fermeture musclée du centre de Sangatte ? Quelle leçon peut se permettre un gouvernement qui avec l’expulsion de l’universitaire Paolo Persichetti en décembre 2002, avec l’actuelle charge de son garde des Sceaux contre Cesare Battisti se défait lâchement de la parole donnée ?

Car faut-il rappeler que le séjour de Cesare Battisti en France, comme celui de nombreux anciens militants de l’extrême gauche italienne, a été rendu possible suite à la décision de François Mitterrand, alors président de la République, d’offrir un asile, un havre, une protection légale et donc une nouvelle chance, à tous ceux qui « déposeraient les armes » qui sortiraient du cercle de la violence et choisiraient une nouvelle vie ? Faut-il préciser que cette décision ne fut certainement pas le fait d’une quelconque sympathie de Mitterrand pour les luttes qui avaient été menées en Italie mais répondait à une simple exigence : celle d’engager un nécessaire processus d’amnistie dont l’Italie ne voulait pas entendre parler et qu’elle refuse encore obstinément aujourd’hui. Doit-on encore rappeler que cette décision, toute politique qu’elle fût, fut acceptée et confirmée, vingt trois ans durant, par les neuf gouvernements français, de gauche comme de droite, qui se sont succédés ? Faut-il encore préciser que l’actuel président de la République française accepta lui-même cette décision et qu’il fut amené à la confirmer ?

C’était sur la base d’un tel engagement moral, s’appuyant sur la parole d’Etat mais aussi sur la parole personnelle données que Cesare Battisti s’était cru autorisé à rester en France pour y tenter d’oublier ses propres fantômes et dans l’espoir d’y refaire sa vie. Le jugement que vient de rendre la cours d’appel, en complète contradiction avec les précédentes décisions de justice, comme avec les propos de certains responsables politiques qui s’abritant derrière ce verdict n’hésitent déjà plus à se dédire, signifie-t-il qu’il est à ce point facile de se démettre de ses engagements, que la moindre tractation politicienne, le plus petit « arrangement » entre gouvernants, peuvent remettre en cause des promesses plusieurs fois réitérées ? Faut-il donc en conclure que la parole de l’Etat français n’a aucune valeur, qu’elle n’assure aucune garantie ? Cesare Battisti, lui, a bel et bien respecté la sienne. Il a choisi une nouvelle vie, il en a fini avec la violence de sa jeunesse et sans renier ce qu’il estimait encore de juste de ses engagements passés a choisi de mettre ses idées, ses convictions et ses doutes au service de l’écriture. Il est devenu un auteur, un ami, un voisin apprécié et respecté.

Il y a maintenant cinq ans, j’ai eu l’occasion de dîner avec Battisti chez des amis communs. L’image que je garde de lui, après cette rencontre, est à mille lieues de celle de l’« ex-terroriste » que les médias se plaisent à noircir pour exploiter un filon devenu ces derniers temps bien juteux. Ce que j’ai entrevu de la vie de cet homme était aussi bien loin de cet « exil doré », que lui renvoient aujourd’hui hargneusement à la face des médias italiens qui ne jurent que par l’expiation et la vengeance. Partir de chez soi, errer dans plusieurs pays d’accueil, devoir réapprendre chaque fois à y vivre, subsister dans des conditions financières difficiles, passer chaque jour avec la peur d’être extradé, n’est pas une garantie de bonheur assurée. De cette soirée, j’ai emporté un petit livre qu’il avait fait paraître aux Editions mille et une nuits. Ce petit récit, conte sur un air mi-tendre, mi-humoristique, le rêve fou de refaire sa vie. En lisant ce petit livre, ainsi que le très émouvant Cargo sentimental, dernier ouvrage de l’auteur, et dans lequel l’auteur revient sur ses années militantes en Italie, on ne peut s’empêcher de sentir tout le chemin parcouru depuis ces années terribles où les choix humains et politiques se réduisaient souvent à leur expression la plus ultime et prenaient les contours de l’espoir ou du désespoir le plus fou. Parmi les détresses, le poids des souvenirs, les questions que brassent ces récits, une certitude s’impose. Celle qu’il existe d’autres armes, d’autres moyens de combat, qu’aujourd’hui, dans un contexte différent de celui de l’Italie des années soixante-dix, qui fut celui d’une quasi guerre civile, avec sa politique violente et répressive, ses pressions policières, son cortèges de lois spéciales et d’exceptions, il est peut être possible d’envisager de réapprendre à vivre, tout en continuant à lutter. C’est cette possibilité même que, par son jugement, la chambre de l’Instruction de Paris cherche à dénier à Cesare Battisti et, par delà-lui, à tous les autres réfugiés italiens.

Face à ce qui se profile de terrible derrière cette décision et qui augure funestement de ce que sera l’utilisation du « mandat d’arrêt européen », il ne m’importe même pas de savoir ce que Battisti et ses camarades de lutte ont véritablement commis, ou non. Je ne suis pas là pour juger des actes et des choix politiques, sans aucun doute erronés, certainement condamnables, mais que d’autres circonstances historiques, d’autres enchaînements de faits ou de situations auraient pu faire commettre à beaucoup d’autres, auraient peut-être pu me faire commettre, moi aussi. L’histoire des siècles passés a été émaillée de pareils choix, souvent dramatiques. Que ce fût lors de la Révolution française, lors de la Commune de Paris, lors du soulèvement populaire dans les Asturies en 1934, lors de la guerre civile espagnole, lors de la libération de la France en 1944, lors des guerres d’indépendance en Indochine, en Algérie..., des individus ont commis des actes violents que les circonstances souvent entraînaient. Incendies de bâtiment officiels ou religieux, combats de rues, exécutions sommaires, lynchage publics ..., aucun de ses actes n’étaient en principe meilleurs ou pires que ceux aujourd’hui reprochés à Cesare Battisti. La plupart furent amnistiés, mêmes ceux parmi les plus atroces, parce qu’il ne pouvait en être autrement. Parce qu’un pays ne peut vivre à ressasser ses luttes fratricides, à ne laisser comme porte ouverte que celle de la vengeance. Cesare Battisti a délibérément tourné la page. Et seul cela m’importe. L’ancien militant révolutionnaire s’est efforcé, s’efforce encore, de se rebâtir une autre vie, comme l’ont fait les autres réfugiés italiens qui avaient eu confiance dans la parole que la France leur avait donnée. Les renvoyer aujourd’hui en Italie, sans possibilité d’être rejugés, sans perspective d’amnistie, c’est détruire ce que le temps avait essayé de reconstruire, c’est rouvrir des plaies qui ont eu du mal à cicatriser. Une telle solution qui est celle du reniement, de l’abandon, de la vengeance et de la haine est purement et simplement inacceptable.

Il y a quelques années, nous n’avions pu empêcher la lâche extradition de Paolo Persichetti, aujourd’hui, nous sommes bien fermement résolus à ne plus laisser se commettre un tel acte qui nous atteindrait personnellement dans ce que nous avons de dignité.

Bertrand Schmitt.(Poète, scénariste, réalisateur est membre du groupe de Paris du mouvement surréaliste).



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Cesare Battisti : VERS TOUJOURS PLUS D’INDIGNITE
5 juillet 2004 - 11h32

aux ceusses se plaignant de voir leurs reponses effacées :

vous n’avez qu’à ouvrir un site et y poster vos arguments...






Référendum constitutionnel au Chili : écrasante victoire du « OUI »
lundi 26 - 11h46
de : jean1
Stop stigmatisation des gauches
lundi 26 - 10h23
de : Christian Delarue
1 commentaire
Coexistence : Promotion des valeurs abrahamiques
dimanche 25 - 23h23
4 commentaires
L’épidémie sans fin : la stratégie de Macron afin d’éviter la destitution et un procès pour haute trahison
dimanche 25 - 19h19
de : jean1
BOLIVIE : Le Mouvement vers le Socialisme obtient la majorité aux 2 Chambres !
dimanche 25 - 10h22
de : joclaude
Critique des PRIERES DE RUE SEXOSEPARATISTES
samedi 24 - 23h54
1 commentaire
CCIF : deux faces
samedi 24 - 23h36
de : Christian Delarue
Pourquoi sommes-nous silencieux ?
samedi 24 - 21h26
de : Fath Allah Meziane
1 commentaire
Claude Posternak
vendredi 23 - 16h06
de : jean1
2 commentaires
Côte d’Ivoire : le néo-colonialisme dans ses oeuvres moribondes !
vendredi 23 - 16h01
de : joclaude
La Russie et la Tchétchénie en gros répondent “Vous voulez des terroristes et bien gardez-les…
jeudi 22 - 16h07
de : joclaude
Notre éviction de Facebook pourrait signer la fin prochaine de Rapports de force
jeudi 22 - 15h11
3 commentaires
Ne trahissons pas la mémoire de Samuel Paty
jeudi 22 - 11h26
de : Hervé Fuyet
2 commentaires
BOLIVIE : Analyse de l’élection de Luis ARCE nouveau Président.
jeudi 22 - 11h17
de : joclaude
2 commentaires
Deux heures moins le quart avant le couvre-feu - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 21 - 21h49
de : Hdm
Sgunfu di talwit a Samuel Paty
mercredi 21 - 00h16
de : ACB
1 commentaire
BOLIVIE : Luis ARCE candidat du Mouvement pour le Socialisme élu !
mardi 20 - 16h56
de : joclaude
2 commentaires
En Espagne, un hôpital face à la deuxième vague du coronavirus
mardi 20 - 16h24
de : nazairien
propos raciste de Jean Luc Mélenchon ,saisine du procureur
mardi 20 - 07h37
de : sôs Soutien ô Sans papiers
8 commentaires
Les rapports sociaux imbriqués rendent difficile l’émancipation totale
mardi 20 - 00h44
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Pour se souvenir:Ernesto « Che » Guevara (1928-1967), combattant internationaliste
lundi 19 - 17h26
de : joclaude
Sortir de toute barbarie par le haut suppose de promouvoir la civilisation
lundi 19 - 00h21
de : Christian Delarue
3 commentaires
Remember (pour se souvenir)Thomas Sankara...
dimanche 18 - 15h56
de : joclaude
Plusieurs milliers de sans-papiers défilent à Paris pour la dernière étape de la Marche des solidarités
dimanche 18 - 13h09
2 commentaires
Monogamie souple ou la fin de l’exclusivisme sexuel conjugal
dimanche 18 - 09h17
de : Christian Delarue
1 commentaire
Village du peuple : d’un lieu de vie et d’expérimentation à un tas de gravats
dimanche 18 - 08h39
UFAL : Les « hussards noirs de la République » sont désormais les cibles de l’islamisme radical
samedi 17 - 23h16
de : Christian Delarue
2 commentaires
Attentat de Conflans St Honorine : ATTAC et FSU plus MRAP
samedi 17 - 21h57
de : Christian Delarue
3 commentaires
La théorie monétaire moderne expliquée simplement
samedi 17 - 15h33
de : Luc JACOB
1 commentaire
Refus du séparatisme des riches actionnaires (17 octobre)
samedi 17 - 10h39
de : Christian Delarue
2 commentaires
quelques infos sur l’organisation de la marche des sans-papiers en Ile de France
vendredi 16 - 21h04
de : jean1
Propos scandaleux de M. Reda : solidarité avec le GISTI
vendredi 16 - 20h08
de : Christian Delarue (MRAP)
3 commentaires
Communiqué de presse des Mutuelles de France : Encore un coup fourré en macronie !
vendredi 16 - 12h11
de : joclaude
Toulouse : couvre-feu et situation sanitaire décuplent la colère des soignants
vendredi 16 - 12h09
BOLIVIE : Second coup d’Etat ou fraude électorale ?
vendredi 16 - 11h52
de : joclaude
3 commentaires
COVID19:Perquisitions chez Edouard Philippe et Olivier Véran
vendredi 16 - 11h36
de : joclaude
La théorie monétaire moderne expliquée simplement
vendredi 16 - 09h27
de : Luc JACOB
2 commentaires
Manipulation sur le séparatisme avec un Robert Ménard raciste.
vendredi 16 - 09h02
de : Christian Delarue (MRAP)
1 commentaire
Cuba est élu au Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU (pour la 5° fois)
jeudi 15 - 17h11
de : joclaude
’Urgence de vous’ ou l’urgence de parler le 21/10 à Bruxelles
jeudi 15 - 15h51

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite