Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

De la Maternelle à l’Université : résistance et utopie !
de : jean
mercredi 11 février 2009 - 10h35 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires

De la Maternelle à l’Université : résistance et utopie !

Les attaques contre le service public d’éducation, menées depuis des années, atteignent cette année un paroxysme. La violence des remises en cause (ce que les chiens de garde médiatiques nomment « réformes » et que nous continuerons à appeler « attaques »), l’énergie déployée par un grand nombre d’acteurs pour démoraliser les personnels, en tapant dans le porte-monnaie, en employant des méthodes issues du management privé le plus pervers, en restreignant le métier d’enseignant à des automatismes normés et fabriqués dans les bureaux des Inspections, en mettant au pas toute contestation, en instillant concurrence et course à la rentabilité, bref, cette « révolution » conservatrice qui touche le système – avec le soutien silencieux d’une partie de la population, marquée par le discours des années quatre-vingt sur le concept de fonctionnaire comme corps parasite et individu raté – cette réaction même doit interroger profondément quiconque aujourd’hui se trouve partie prenante des mouvements sociaux.

Et le fait est que, dans les salles des profs, dans les couloirs de la fac, et les assemblées d’école, quelque chose de neuf, mais qui était préparé depuis des années, se matérialise, prend corps, s’installe, s’étend : une conception marchande du savoir, une vision de l’enseignant basée sur l’obéissance et la soumission, un défaitisme assumé quant à la dimension émancipatrice du savoir, un constat, partagé même par de nombreuses personnes de gauche, que l’inégalité scolaire renforce l’inégalité sociale, en gros, la fin d’un modèle – fils de Condorcet et des Lumières ? – éducatif déroule son tapis d’ajustements sous nos yeux, et nous en restons babas.

Un grand nombre d’entre nous, profs, étudiants, lycéens, chômeurs, précaires, citoyens, intéressés à l’avenir d’une éducation forte et d’une école émancipatrice, subissent le discours de la réforme de manière douloureuse. Car un grand nombre d’entre nous à quelque chose à dire contre le système scolaire : libertaires, nous en avons assez de l’autoritarisme à tous les niveaux dans le système éducatif, communistes, nous ne supportons plus l’infiltration des intérêts privés, pédagogues attachés aux alternatives, nous souffrons de voir tant de jeunes ne pas profiter de l’enseignement qu’il leur est donné sous prétexte de normes pédagogiques et disciplinaires dépassées, violentes, moutonnières, décroissants, nous disons stop aux déserts éducatifs qui se profilent et aux usines à gaz qu’on nomme pôles d’excellence, de compétitivités, de compétences qui bouffent du carbone, centralisent les richesses, déconnectent savoirs et territoires, etc. On pourrait continuer encore longtemps...

Tout cela pour dire que la défense du service public d’éducation français n’est pas la défense de principes installés depuis longtemps dans le système et que nous réprouvons tout autant. Mais attention à ne pas se méprendre : il ne s’agit pas de renvoyer dos-à-dos Snes et Darcos, pour faire court. Ni même de remettre en question l’idée d’une éducation qui existe dans un cadre national (quoique ? Aucune idée ne doit être taboue si l’on veut inventer une éducation pour tous et par tous). Mais nous ne devons pas cesser de militer pour une autre école. Tout en défendant des acquis, ce qui rend la position tout à fait difficile.

Elle est même, pour beaucoup d’entre nous, proprement intenable.

Les attaques portées à une certaine idée de l’école, en ces temps de crise, ont peut-être un avantage. En rognant jusqu’à l’os ce qui pouvait faire consensus au sein de la population vis-à-vis de l’éducation, Sarkozy et consorts nous donnent l’occasion formidable pour réexaminer ce consensus, le remettre en question, en construire un nouveau. La massivité de la violence contre le corps enseignant (des instituteurs aux docteurs et profs de facs) a cet avantage : nous allons être OBLIGES de nous rassembler, et de proposer, au front de nos concitoyens, attentifs, quoi qu’on en dise, à ce que le monde de l’école énonce, une école nouvelle, émancipatrice, REVOLUTIONNAIRE !

Mais quelle école ? Comment le trouver ce consensus ? Comment l’inventer ce système novateur où s’inscrivent en lettres intransigeantes les mots égalité, émancipation, élévation ? Comment concilier partisans d’un élitisme républicain avec ceux qui contestent la dimension factice du savoir enseigné ? Comment mettre d’accord les fanas de la structure et les anti-autoritaires ? Comment rénover, révolutionner en tenant compte des volontés éparses de défense d’un savoir constitué, d’aide à l’autonomie intellectuelle des jeunes, de rejet des valeurs d’argent, d’amélioration des conditions sociales, du rapport de l’école à la commune, au quartier etc ? TACHE PASSIONNANTE. Et qui mérite notre attention la plus grande.

Il devient urgent et c’est l’objet de ce texte de se RETROUVER. Hors de tout système de médiation, l’école doit devenir un débat populaire, public, ouvert. Nous nous retrouvons dans les manifs, dans le soutien aux élèves sans papiers, au NPA, à la CNT, chez SUD, au SNES, à la CGT, nous combattons les mêmes ennemis. Mais nous n’avons pas le dessus, le pouvoir a l’avantage de la cohérence : un système, basé sur l’inégalité première, sur la violence institutionnelle et sur la vision policière de la jeunesse. Ils sont d’une cohérence qui fait frémir. Qu’ont-ils en face ?

Nous. C’est-à-dire, rien. Des volontés individuelles, des désirs personnels, des rêves cachés, des utopies concentrées dans nos cerveaux devenus fort inapte au partage.

Qu’ont-ils en face ?

Des manifs, des désobéissances, des pétitions, des assemblées.

Mais pas de projet. Pas de corpus fort de réflexion globale. En 68, des intellectuels ont cherché à imprimer, de manière institutionnelle, leur conception du savoir. 68 n’est pas terminé dans l’école. Il nous faut achever, refaire, continuer ce work in progress.

Nous retrouver en assemblées de plus en plus nombreuses pour énoncer une utopie collective. L’investissement social et citoyen mis sur l’école ne nous paralysera pas : si aujourd’hui, un grand nombre des commentateurs émérites de la vie « politique » française a tendance à rendre l’école responsable de tous les maux de la France, nous ne tomberons pas dans le panneau. Notre force est dans le rejet de cette assertion. Car si l’école ne peut régler les problèmes politiques, sociaux, économiques, moraux d’une communauté, elle peut être le modèle dans lequel la majorité peut trouver un consensus destiné à la correction de ces problèmes. Ce n’est certes pas en changeant l’école qu’on changera le monde. Mais quand le monde changera, quand la rue débordera le calice empuanti de la démocratie capitaliste, que ferons-nous de nos enfants ? Que proposerons-nous ?

De l’école maternelle à l’Université, mettre en commun nos idées, nos réflexions, ne pas avoir peur du débat, ne pas avoir peur de philosopher sur l’école, d’en penser les enjeux. Faire école dans la rue, dans les boîtes, dans les champs, sur les trottoirs de nos villes blêmes, faire école pour et par tous, faire école sans directeur, sans un savoir écrasant d’autorité...

Et la question qui taraude, qui enfle comme une belle petite flamme : comment nous retrouver ?



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
De la Maternelle à l’Université : résistance et utopie !
11 février 2009 - 13h04

Les attaques contre le service public d’éducation, menées depuis des années, atteignent cette année un paroxysme.

C’est bien la preuve que cette casse a été planifiée de longue date, pour satisfaire les exigences de Mastreecht et le traité de Lisbonne.

Il doit bien y avoir un "contrat secret" de l’UE, dont Bruxelles est tour à tour l’arbitre et le gendarme de l’Europe. C’est ce contrat fait dans notre dos qu’il conviendrait de faire revenir à la surface.



De la Maternelle à l’Université : résistance et utopie !
11 février 2009 - 13h15 - Posté par jean

Ce contrat on le connaît : faire de l’éducation une économie comme les autres. Sans verser dans la peur (un contrat secret), le plus grave n’est-il pas le contrat public, aux yeux de tous, établi entre un président-roi agité et un peuple abusé ? contrat qui stipule que ce kyste qu’est l’éducation nationale dans l’adaptation de la france aux situations "modernes" doit diparaître ?
Il faut faire revenir à la surface toutes les preuves de cette volonté de destruction. Et expliquer à tous nos entourages ce que cela signifie. Mais, sans projet clair face à cette volonté, nous risquons de prêcher dans le désert.
Dès lors, la question n’est pas "que sont-ils donc en train de nous préparer ? ", mais "comment faire pour nous préparer ?".


De la Maternelle à l’Université : résistance et utopie !
11 février 2009 - 14h26 - Posté par

Justement, c’est bien écrit quelque part ce "plan diabolique", non ? Bruxelles, l’UE, ont bien pondu des textes fondateurs, traité de Mastreecht, traité de Lisbonne qui stipulent tout ce qui doit sauter avant l’avènement de l’Europe !

Et c’est en le remettant à l’ordre du jour, à la surface, que tout le monde se décidera enfin à en prendre connaissance, qu’il sera possible de contrer plus facilement, tant qu’il nous reste encore des "services publics". Les communistes, les syndicats avaient déjà prévenu, mais personne n’y a cru. Aujourd’hui les citoyens voient ce qu’il en est sur le terrain.

De plus, le fait que le PS ait penché du côté de la droite, a créé un grand déséquilibre au niveau du contre-pouvoir, et a permis cette casse monumentale de notre système social.

C’est idem dans tous les autres pays de l’UE, à commencer par la GB et Tatcher la grande fossoyeuse qui a montré ce qu’attendait Bruxelles. On voit les résultats aujourd’hui, les Anglais sont dans une merde incroyable et je suis étonnée de leur apathie, soumission face à leur situation catastrophique , ou alors les médias ne font pas leur boulot.


De la Maternelle à l’Université : résistance et utopie !
12 février 2009 - 00h42

En voulant dégraisser le mamouth,Claude Allègre avait déjà commencé la sape de l’éducation nationale ;c’est vrai que cela ressemble à "un plan préconçu" !L’Europe n’est pas celle dont nous aurions pu rêver !Par contre des réformes bienveillantes pour le fonctionnement de nos systèmes scolaires seraient les bienvenus ;mais la France manque d’imagination et de bonne volonté ;alors plutôt que de copier nos voisins anglo-saxons et de rêver l’importation des uniformes à l’école,il serait possible de regarder vers la Finlande ;à ce sujet,M6 a diffusé une émission montrant le fonctionnement des écoles et lycées finlandais ; pas de barrières à l’entrée des établissements,pas de pions,pas de répressions,ni d’humiliation...et le résultat est là:pas de délinquance,les élèves sont les meilleurs à l’échelle internationale,comme une étude l’a prouvé,ils sont responsabilisés et peuvent croire en eux-mêmes et en l’avenir ;Il n’y a là aucun miracle,mais la psychologie élémentaire aurait pu prédire que des enfants respéctés dans leur spécificité,leur rytme biologique et leurs aspirations se révèlent être des mines de trésors !Je crois que les ministres de l’éducation devraient impérativement avoir des notions de psychologie....au lieu de cela,ils se montrent rétrogrades et stériles,pire encore...hostiles à la jeunesse,comme le prouve l’envoie de policiers et de leurs chiens dans les lycées,et la traque du délinquant de trois ans...là où il n’y a que de petits enfants probablement ahuris de découvrir le monde dans lequel ils sont obligés de vivre ! Nos enfants ont besoins de notre confiance et non de l’insupportable suspiçion qui envahit notre pays,et ce ,dans tous les domaines !Mais chez nous on construit des prisons...il va bien falloir qu’elles servent !et puis pour un état totalitaire qui cherche à s’imposer,il est impératif de soumettre la population par la peur....






Hôpital : tout le monde déteste l’austérité
jeudi 14 - 18h11
Bloc bourgeois - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 13 - 21h31
de : Hdm
Sans âme.
mercredi 13 - 21h27
de : L’iena rabbioso
Précarité étudiante : le cinq décembre dans toutes les têtes
mercredi 13 - 18h37
1 commentaire
GILETS JAUNES Acte 52 à Montpellier : La terreur bleue !
mardi 12 - 16h26
de : JO
CES 600 MILLIARDS QUI MANQUENT À LA FRANCE
mardi 12 - 12h16
de : Ernest London
BOLIVIE ! Processus électoral électronique mis en cause !
mardi 12 - 11h32
de : JO
1 commentaire
Pour poser de nouveaux jalons de laïcité
mardi 12 - 01h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Intervention de Michèle Sibony, au nom de l’UJFP, à la manifestation du 10 novembre contre l’islamophobie
lundi 11 - 23h23
de : Chantal Mirail
6 commentaires
L’appel à manifester des sous-marins jaunes
lundi 11 - 21h09
de : jean1
Rassemblement contre la précarité étudiante dans toute la France le mardi 12 novembre
lundi 11 - 20h50
de : jean1
La terre a tremblé de Cruas à Tricastin ; Allo vous m’entendez ?
lundi 11 - 15h40
de : le fou du roi nucléaire pour coordi SudEst
1 commentaire
Gauche SERVILE ou gauche INDOCILE face aux intégrismes religieux
lundi 11 - 11h53
de : Christian DELARUE
5 commentaires
Coup d’Etat en Bolivie :Les syndicats annoncent un siège et donnent 48 heures à Camacho pour quitter La Paz
lundi 11 - 11h13
de : JO
2 commentaires
L’Europe doit cesser d’investir dans l’industrie du génocide
dimanche 10 - 22h29
de : DAIARA TUKANO via Christine Prat
ISLAMOPHOBIE : du SENS STRICT au SENS LARGE
dimanche 10 - 17h42
de : Christian DELARUE
8 commentaires
Le voile est-il une obligation religieuse ?
dimanche 10 - 17h22
de : Mohammed Chirani
5 commentaires
Comprendre l’instrumentalisation du féminisme à des fins racistes pour résister
dimanche 10 - 17h07
de : Lisbeth Sal et Capucine Larzillière 15 septembre 2011
3 commentaires
MRAP : La lutte contre la haine doit être unitaire
dimanche 10 - 00h01
de : Christian D (CN - MRAP)
4 commentaires
Riposte populaire face à l’islamophobie
samedi 9 - 19h00
de : jean1
8 commentaires
Montpellier : Un Acte 52 des Gilets Jaunes marqué par plusieurs blessés et de nombreuses interpellations
samedi 9 - 17h42
de : jean1
PECO : Hypocrisie du bloc pro-capitaliste
samedi 9 - 16h06
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Combattre le fémonationalisme
samedi 9 - 13h08
de : Chantal Mirail
8 commentaires
Retraites à points : les salariés du privé ont tout à y perdre
samedi 9 - 08h53
Les "zélites" , qui détruisent la France sont responsables : à Lyon : un étudiant stéphanois s’immole par le feu
samedi 9 - 01h51
de : nazairien
4 commentaires
Épuration, recyclages et (grandes) compagnies... - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 8 - 22h49
de : Hdm
GILETS JAUNES TOULOUSE : ACTE 51 (video)
vendredi 8 - 15h36
de : JO
LA PETITE MAISON DANS LA ZERMI - Chroniques d’un saisonnier de la misère
vendredi 8 - 12h13
de : Ernest London
Les PECO : déception d’un capitalisme pur et dur et souci de penser encore une alternative
jeudi 7 - 22h10
de : Christian DELARUE
4 commentaires
Sarkozy, mais en mieux.
jeudi 7 - 16h59
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Vol, pillage des ressources naturelles de la planète : Partout là où sont encore présentent les multinationales !
jeudi 7 - 16h04
de : JO
Casser les deux communautarismes, le dominant et le dominé.
mercredi 6 - 23h59
de : Christian DELARUE
2 commentaires
LE VOILE, CHIFFON ROUGE OU TORCHE-CUL ?
mercredi 6 - 19h28
de : Nemo3637
8 commentaires
Un blessé grave de plus dans les manifs. des Gilets Jaunes !
mercredi 6 - 15h27
de : joclaude
Ces entreprises qui empochent les milliards du CICE en licenciant
mercredi 6 - 08h22
Communiqué du PRCF (Pôle de Renaissance Communiste en France) à l’occasion du 30ème anniversaire de la fin de la RDA
mercredi 6 - 06h09
de : jodez
7 commentaires
Double tiers-mondisation intérieure : sociale, territoriale.
mardi 5 - 22h42
de : Christian DELARUE
Usine Biopole d’Angers : les leçons d’un fiasco industriel
mardi 5 - 20h01
de : Christian Haroble
NOTRE ENVIRONNEMENT SYNTHÉTIQUE - La Naissance de l’écologie politique
mardi 5 - 11h38
de : Ernest London
Brésil : un défenseur de la forêt amazonienne de la tribu Guajajara tué
lundi 4 - 19h02
de : élian

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Dans la bataille de l'homme et du monde, ce n'est pas le monde qui a commencé. Gaston Bachelard
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite