Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Quelques réflexions sur le syndicalisme, les luttes, le secteur tertiaire privé, la politique et "l’exemple du LKP"
de : La Louve
mercredi 4 mars 2009 - 13h31 - Signaler aux modérateurs
28 commentaires
JPEG - 83.2 ko

de La Louve

A un camarade qui me disait que, nous en métropole, compte tenu de notre inaction actuelle, on devrait "avoir honte" et que nous devions "suivre l’exemple" du LKP, je répondais, en gros, que on ne fait pas grève durablement "par solidarité" (une heure ou deux oui, en témoignage, à la rigueur), on ne bloque pas un pays ou une région "pour ressembler au LKP", j’ai eu, d’un autre, cette réponse, ironique, et qui m’a agacée (pas parce qu’elle était ironique, mais pour ce qu’elle révèle au fond, parce que c’est simpliste comme manière de présenter le problème , donc au fond, que c’est le meilleur moyen de ne pas le résoudre, ce problème réel...) :

"Tu as raison, La Louve !

Heureusement qu’on a des dirigeants syndicaux RESPONSABLES, pour nous empêcher de faire n’importe quoi !

Grâce à eux on attend un mois et demi entre le 29 janvier et le 19 mars.

Je leur demande que la prochaine fois ils soient encore plus responsables et d’attendre carrément la rentrée pour une nouvelle journée d’action.

D’ailleurs, une journée, c’est pas un peu trop long pour une grève"

Voici ce que j’ai répondu, et finalement je décide de publier tout cela, agrémenté de quelques réflexions supplémentaires, dans un texte unique, pour vous soumettre certaines de mes réflexions et donc, surtout, attirer les vôtres, évidemment.


Je vais passer outre l’ironie de ton intervention et ce qu’elle m’inspire de même en échange.

Pour essayer d’être constructive.

1 ° Je ne soutiens pas le moins du monde la position de nos directions syndicales, au contraire, je la combats.

Mais je règlerai ce compte, comme tant d’autres camarades, "le moment venu", et pour l’instant, je la combats différemment de toi peut être, parce que je me suis rendu compte que la combattre en "braillant", comme dit un-e autre camarade, en signant des pétitions, en dénonçant, si ce n’était pas stupide, c’était néanmoins non seulement inefficace mais "contre productif" (parce que, à la longue, si ce n’est suivi de "rien d’autre", cela montre que notre seule force est de déclamer, mais pas de regrouper, et donc, in fine cela ne montre que notre faiblesse et notre incapacité de fédérer pour nos buts).

Or, je crois qu’il n’y a rien de pire pour engager une lutte que de montrer ouvertement à "l’ennemi" la médiocrité de notre niveau d’analyse du réel. On peut se planter mais il ne faut pas persévérer et savoir changer son fusil d’épaule pour atteindre la cible... non ?

La seule manière de faire tourner casaque et de "dé-légitimer" une direction syndicale nationale qui ne nous conviendrait pas est de lui imposer le mouvement de la base.

Ce que l’on ne peut pas faire dans un parti politique réformiste et embourgeoisé, sclérosé (suivez mon regard...), mais qu’on peut encore essayer de faire à la CGT par exemple, compte tenu de nos structures et de notre fonctionnement ( mais comme ça ne va peut être pas durer, et que ce sera un rude combat de préserver cette possibilité organisationnelle originale, il faut se dépêcher d’en profiter pour éviter "le pire").

Mais quelle plus belle victoire contre ce que tu dénonces que de jeter à la face de directions capitulardes et "traine savates" ;-)) des mouvements de grève puissants, organisés, coordonnés et unis à la base ?

Bien sur que les directions nationales ne sont pas "facilitantes" du mouvement, voire, le bloquent pour certaines ; ce n’est pas seulement le fait de "traîtres" - ce sont aussi des divergences d’appréciation pour certains, une culture syndicale "d’un autre âge", pour d’autres.... Ce qui est surtout incroyable, c’est que certains représentants nationaux sont plus présents dans les salons que pour soutenir les travailleurs en lutte ... Enfin pour la direction de la CFDT à quoi s’attendre d’autre ? Quant à FO, on attend juste de voir quand ils vont se "retourner"...Bref.

Mais il ne faut pas non plus tout ramener à ça, et en faire "la causa ultima" de notre problème !

D’abord, c’est comme dire que les travailleurs sont des "infans", des personnes sous tutelle, qui ne peuvent pas décider pour et par elles mêmes de ce qu’il convient de faire pour elles.

Alors, là où je suis d’accord, le drame, c’est qu’à ce stade et pour l’instant, c’est peut être vrai (7 % de syndiqué dans le privé mon cher camarade !!! ouvre les yeux....participation aux prudhommes ? moins de 25 % je crois de mémoire) et on n’a pas le cul sorti des ronces , donc. Ce n’est pas de "flinguer" verbalement B Thibault Le Duigou ou tte la clique, sans être force de proposition, qui fera bcp avancer le schmilblick, ( même si ça peut défouler, je le reconnais...)

La question c’est : comment on inverse cette "mauvaise vapeur"-là, nous syndicalistes, militants de terrain ? Comment on fait pour sortir "la masse" de sa torpeur, de son suivisme ? Comment on travaille, patiemment, modestement , chacun-e- à son niveau, pour CONSTRUIRE ce qui nous manque pour "ressembler au LKP", justement ?

Cela étant dit, depuis quand tu as vu qu’il suffisait que les grands chefs à plume disent "On y va" pour que 2 ou 3 millions de personnes soient dans la rue (et en grève , n’en parlons pas !!!), je veux dire ,durablement ?

C’est fini et bien fini, l’époque du syndicalisme instrument de partis politiques puissants à la solde de l’étranger, où on se retrouvait des centaines de milliers, des millions, dans la rue, le "doigt sur la couture du pantalon", au premier claquement de doigt des directions (si tant est que ça AIT JAMAIS existé, et moi je doute...).

3 ° On a par ailleurs un VRAI problème : la syndicalisation, surtout dans le privé, et la conscience de classe qui va avec - car c’est pas le tout d’avoir des adhérents, encore faut il avoir aussi des MILITANT-E-S.

Tiens, tu en fais des adhésions toi ? Et si oui, tu prends le temps de les former, un minimum, sur des bases de classe, tes adhérents ? Ou tu te contentes d’encaisser les cotiz’, de répertorier les noms et de leur dire "Ralliez vous à mon panache blanc ?" (et surprise, oh, quand tu te retournes, les trois quarts de ce que tu pensais être "tes troupes", sont restées au port !?...)

L’état de ce qui est réellement mobilisable dans le secteur privé et notamment tertiaire , est dramatique. Or, notre manque est là. Il y a des syndicats entiers à CRÉER - mais qui parmi les camarades vraiment engagés y pense ? Le fait ? C’est si facile de se contenter de "gérer" l’existant dans sa branche ou sa profession. C’est un foutu pb et c’est pour ça d’ailleurs AUSSI que corrélativement nos directions syndicales partent en sucette.

Il faut commencer par là donc, syndiquer, organiser les colères, les faire devenir "conscience de classe". Organiser les forces et les volontés, dans le bon sens. Préparer le terrain. Tu ne sèmes rien sur une terre qui n’est pas labourée.

Autre "problème", c’est un hiatus, une apparente scission dans le mouvement, je m’explique : on a des luttes très fortes, des avant garde très pointues, très déterminées en France depuis 2 ans - je salue encore une fois les camarades de Goodyear, la SBFM , Renault, Saint Nazaire, Ford, les cheminots, La Poste, les profs, les sans papiers, et tant d’autres, encore en lutte actuellement .

Ce sont des "durs à cuire", admirables, et ils sont en guerre depuis bien plus longtemps que "nous", je parle du privé tertiaire (gros pourvoyeur d’emplois mais dramatiquement sous mobilisé), et bien plus férocement ; oui, chapeau bas devant eux.

Oui, mais voilà, d’une part, nous ne savons pas comment bien aider cette "avant garde" (j’emploie le mot à dessein car ce sont bien des luttes "isolées" pas seulement isolées par la direction de certains syndicats, mais isolées, difficilement reliables entre elles pour des raisons géographiques aussi, "en pointe" dans le climat social général jusqu’à présent, disons que ce sont des "poches de révolte et de luttes"), et d’autre part, cette avant garde, pour des tas de raison, a fait les frais, pour le moment, du déclenchement d’une crise structurelle partielle "trop en avance" par rapport au reste du contexte , si vous comprenez ce que je veux dire.

Les conditions ou possibilités d’autres luttes ailleurs plus étendues, d’une "extension du domaine de la lutte", sont seulement en train d’arriver maintenant pour la majorité des salariés, tous secteurs confondus.

Il faut tenir compte de cela aussi. Les fameuses conditions conjoncturelles, les circonstances historiques. Et les mentalités dominantes, dures à bouger ! Et ce n’est pas en faisant le mariole pour "casser" les uns ou les autres que tu changeras quoi que ce soit aux faits. Qui sont têtus malheureusement.

Je peux rappeler le gros "plouf" qu’a fait le fameux "grève le 11 novembre" par exemple ? Je signale aussi que selon certains, le 29 janvier au soir, touchants, qui prennent leurs désirs pour des réalités, la France entière devait entrer dans la grève générale pour ne plus en sortir avant d’avoir pendu le dernier banquier avec les tripes du dernier curé... (C’est pas forcément l’envie qui m’en manque....mais...Je cherche encore aux pylônes et aux arbres, ce fameux dernier banquier... Mais là tout de suite, j’vois rien...)

Perso’, depuis que je suis syndiquée, et bien, tous les matins, psychologiquement, je "prends mon tracteur", je vais labourer "mon" champ. C -à -d mon entreprise et son entourage immédiat. Sillon par sillon, patiemment, en sachant que c’est un combat quotidien à recommencer sans cesse, demain j’aurais de la flotte averse pendant 3 jours, puis le gel, puis la grêle, que je devrais recommencer des tas de fois, mon labourage, mon semis, ma récolte....

Compte tenu des conditions historiques qui s’avancent, on peut refaire ce retard, ce décalage, pas pour "servir à la CGT", mais bien pour servir aux luttes et à l’émancipation des travailleurs par eux mêmes, pour eux mêmes, pour notre classe, pas pour un drapeau avant tout.

Je me place dans cette optique.

Je me suis fixé des objectifs pour le 19 mars : essayer de monter, avec d’autres, un embryon de coordination départementale, amener au moins une 10 aine de personnes de ma branche à ne pas travailler et à venir manifester en tenant une banderole CGT, même si elles n’y sont pas (encore ;-)), qu’elles voient que c’est possible, qu’on ne mord pas, qu’on est des "gens normaux", comme EUX, les aider à se frotter aux réalités de la lutte, leur donner envie de ne plus baisser la tête, de se révolter contre l"ordre des choses " si bien établi.

Pas seulement "contre Sarko" non mais contre toute la droite, contre la fausse gauche, dans son ensemble, MAIS surtout, contre le patronat, le grand possédant, qui possède même nos vies.Qui a droit de regard même sur nos rythmes biologiques, nos désirs d’enfants, nos besoins élémentaires. Leur dire qu’elles ne sont pas obligées d’accepter d’être licenciées "parce que c’est la crise" après 25 ans de bons et loyaux et service.

Qu’elles se sentent vouloir devenir des adultes autonomes, indépendants, que l’on doit respecter, qu’elles fassent "craquer les coutures" du vêtement social imposé par la bourgeoisie, et qu’elles disent "STOP", que les propriétaires du capital ne peuvent pas les humilier, maltraiter, voler, briser... comme ça impunément.Et que si il y a du fric, en France, et ailleurs, et bien on va aller d’abord le chercher dans LEURS POCHES, plutôt que dans les nôtres , celles de nos vieux, de nos gamins !

Voilà, ce n’est évidemment pas pour "parler de moi", mais c’est pour livrer mon expérience personnelle, de terrain, mes réflexions quotidiennes sur ce sujet, et dire que je suis en complet désaccord avec cette position infantilisante ("c’est la faute au chef"), qui finalement, si on la déroule jusqu’au bout, va simplement aller nous chercher un "autre chef à plume", un autre "grand leader" que ceux là , qui ne conviennent plus, et finalement, ce sera plus ou moins toujours pareil "à la fin" car le PROBLÈME EST AILLEURS que dans la couleur du cheval blanc d’Henri IV, ou du chat de Bernard...

Ce qui me gêne au fond dans cette position-là, si on va au fond des choses, c’est que je ne suis pas convaincue que tu aies envie de l’émancipation réelle des travailleurs, et moi je ne rêve que de ça, c’est une des conditions de la fin du capitalisme.

Et c’est pas Chérèque ni Mailly ni Thibault ni le Pape qui nous en empêcheront le JOUR Où LE MOMENT sera venu.

En revanche la bonne question, je pense, c’est : avons nous construit de quoi nous éviter le fascisme et l’extrême droite le jour où "ça va venir" ? Ma réponse, hélas, à ce jour, c’ est non.

C’est pour ça que, en plus de mon activité syndicale je m’efforce ,avec d’autres, de construire les possibilités d’une démocratie réelle, une démocratie prolétarienne, au cas où par hasard le capitalisme aurait encore qques décennies devant lui, qu’on ne les passe pas le nez dans la merde.....et bien sur, toujours , de ne pas perdre de vue la révolution c à d la fin du capitalisme et le début d’un nouveau jour....

Bref, désolée j’ai été longue mais je dois dire que ça me gonfle légèrement de lire ce type de réactions parce que je en vois pas en quoi ça fait avancer. Je préfèrerais largement que tu me parles de ton activité de terrain que tu t’ouvres à nous de tes idées pour construire le mouvement durablement. Les jaunes et les capitulards t’inquiète pas ils ne perdent rien pour attendre....

Mais dis moi, si ça se trouve tu n’es même pas syndiqué et tu considères comme de nombreux petits bourgeois que "c’est nul et ça n’en vaut pas la peine, ça ne sert à rien , car tous pourris" ? non ?

La Louve


Et je conclurai ici en disant qu’on ne peut pas tout faire reposer sur le mouvement social et les syndicalistes, cela je le dis depuis longtemps et je le maintiens.

Si le syndicalisme ne peut être "apolitique" comme le prétendent certains de façon hypocrite, il ne peut tenir lieu d’organisation politique au sens strict, en tout cas, pas pour des communistes ou des socialistes révolutionnaires.

Or, c’est une tendance forte actuelle dans de nombreux "partis de gauche" d’être "à la remorque" des syndicalistes, de vouloir les utiliser, les instrumentaliser, et cela aussi, ça me "gonfle".

C’est en plus nous prendre pour des abrutis, car on voit très bien que les manteaux qui sont sur les épaules de Martine, Vincent ou même Jean Luc, par exemple, sont les nôtres, qu’ils viennent des combats de classe que NOUS menons, en général sans leur aide, dans les entreprises, et qu’eux n’ont pas la légitimité pour les porter ainsi.Encore moins pour les revendiquer comme étant "les leurs" !

Il faut les deux et on doit travailler aux deux : mouvement social et mouvement politique. Un seul mouvement social ne règlera pas tout.

On doit travailler, j’en suis plus convaincue que jamais, à pouvoir aller vers la démocratie prolétarienne, c’est cela que nous devons proposer, construire.

Il faut une force politique, y compris protéiforme, populaire, révolutionnaire, et un projet politique nouveau à opposer à la droite, à arracher le bras armé de la politique du Capital. Mais aussi au PS et à ses alliés implicites, deuxième fer au feu des patrons "au cas où". A bon entendeur...

Cela ne sortira pas de terre "tout seul" en revanche, et il faut y travailler ensemble ( et le premier qui me parle "élections européennes" comme solution ultime à cette occasion a un gage !! ).

Fraternellement



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Quelques réflexions sur le syndicalisme, les luttes, le secteur tertiaire privé, la politique et "l’exemp
4 mars 2009 - 14h00

« depuis quand tu as vu qu’il suffisait que les grands chefs à plume disent "On y va" pour que 2 ou 3 millions de personnes soient dans la rue (et en grève , n’en parlons pas !!!), je veux dire ,durablement ? »

J’ai vu ça le 29 janvier !



Quelques réflexions sur le syndicalisme, les luttes, le secteur tertiaire privé, la politique et "l’exemp
4 mars 2009 - 14h04 - Posté par momo11

Par contre nous voyons les chefs qui ne mordent pas assez.Le résultat est nul et les revendications légitimes restent de l’abstraction pour l’umps.Peut etre devons nous mordrent l’umps et les "chefs" !!!!!momo11


Quelques réflexions sur le syndicalisme, les luttes, le secteur tertiaire privé, la politique et "l’exemp
4 mars 2009 - 14h04 - Posté par

Puis, quand les grands chefs à plume ont dit qu’il fallait que ça ne dure pas et que ça ne recommence surtout pas avant le 19 mars, la plupart des gens mobilisés ont dit Amen !


Quelques réflexions sur le syndicalisme, les luttes, le secteur tertiaire privé, la politique et "l’exemp
4 mars 2009 - 14h46 - Posté par

la plupart des gens mobilisés ont dit Amen !

Et Oui.....

Il faut aller jusqu’au bout de ton raisonnement !!

Donc on fait quoi ? On pend les 90 % de manifestants du 29 qui se sont arrêtés là ?????????????????? Non, on pend les dirigeants syndicaux, tiens, c’est sûr, ça, ça fera mettre ces 90 % de connards de balletringues en grève illimitée, non ?

Arrêtez de délirer camarades...

B Thiabult , Mailly Chérèque ou pas, quand des travailleurs sont en grève, ils sont en grève, quand ils veulent pas arrêter, ils veulent pas arrêter. Point barre.

Quand la majorité des grévistes arrête et "achève" le mouvement c’est qu’elle le veut bien soit par ce qu’elle a obtenu gain de cause ( c’est là qu’il faut pas confondre grève générale et révolution même si il y a des liens) soit parce qu’elle est usée, si la majorité n’avait pas été implicitement d’accord avec Thorez quand il a dit "il faut savoir arrêter une grève dès que satisfaction a été obtenue", et bien il aurait pu le dire mile fois, le Maurice, ça n’aurait pas bougé d’un iota.


Quelques réflexions sur le syndicalisme, les luttes, le secteur tertiaire privé, la politique et "l’exemp
4 mars 2009 - 16h16 - Posté par

" la plupart des gens mobilisés ont dit AMEN ! "

Mon Cde,on doit pas fréquenter les mêmes "chapelles",ni les mêmes "ouailles".Car si pour toi la "messe"est dite,dans mon département (30),hier soir réunion interpro,et il en ressort (pour l’instant ) que le nombre de grévistes et de manifestants sera doublé par rapport au 29.

Ce qui nous a obligé de revoir le trajet des manifestations à ALES et NIMES.

Ce matin,dans ma boite (SNCF ),AG d’où il ressort que nous passerions de 74,3% de grèvistes le 29,à plus de 80% le 19.

D’après un sondage effectué à la demande du FIGARO,l’EXPRESS,HEC,FRANCE-INTER,que l’on ne peut soupçonner d’avoir des affinités avec la CGT,il ressort que 58% des cadres approuvent la journée du 19.

Mais ça ne suffit pas ! il faut continuer à convaincre les indécis que leur emploi du temps pour le 19 c’est GREVES ET MANIFESTATIONS ! et cela conditionnera la suite.

Alors là,nous pourrons dire à SARKO et PARISOT : AMEN...LE PEZE !

LE REBOURSIER


Quelques réflexions sur le syndicalisme, les luttes, le secteur tertiaire privé, la politique et "l’exemp
4 mars 2009 - 16h37 - Posté par

FIGARO,l’EXPRESS,HEC,FRANCE-INTER,que l’on ne peut soupçonner d’avoir des affinités avec la CGT

Ah ben si justement ... Tu savais pas ? C’est le grand truc à la mode en ce moment chez certains récupérateurs de mouvements issus notamment des rangs du Modem et autres "officines ni de droite ni de gauche et syndicat apolitique"....

Nous sommes toutes et tous des traîtres à la BASE.INTRINSÈQUEMENT. Pas seulement certains mous du slip qui sont à la conf, non non, TOUT LE MONDE !!! Toi, moi, tout le monde j’te dis.

C’est toi, moi, et tous les camarades qui empêchent (je dis bien empêchent) le peuple révolté de se secouer ses chaînes ,de se soulever, et de prendre la Bastille..

Comment on arrive à faire ça, bloquer, à qques centaines de mille, plusieurs millions de salariés du public et du privé déchaînés et avides d’action de grève, de coordination, je ne sais pas mais bon... il parait que c’est ce qu’on fait.

Et si par malheur tu défends l’opportunité, actuellement en tout cas, de l’action syndicale, et que tu oses exprimer l’idée qu’il faut faire une différence entre la CGT et certains dirigeants, par exemple, et bien tu es un ENNEMI DU PEUPLE. C’est comme ça.

Attention, je ne dis pas qu’il n’y a aucune critique à faire, ni sur notre conception du syndicalisme ni sur certains dirigeants, et je les fais. Je ne dis pas "hors le syndicat point de salut" dans l’absolu. On a vu que le syndicat ne peut pas tout et que parfois même il freine. Je dis juste que pour l’instant compte tenu des conditions, de l’état des mentalités etc... l’action syndicale est vitale, et la Cégète parmi ce qui se fait de moins pire, pour rester polie vis à vis des autres.

Oui, je sais , je serai fusillée à l’aube.... (j’peux avoir une dernière clope ?)

LL


Quelques réflexions sur le syndicalisme, les luttes, le secteur tertiaire privé, la politique et "l’exemp
4 mars 2009 - 17h06 - Posté par

HOUUUULALAAAA tu es énervée ! jetons les fusils,prends ta clope,et moi je rajoute le pastaga !

Bises LE REBOURSIER


Quelques réflexions sur le syndicalisme, les luttes, le secteur tertiaire privé, la politique et "l’exemp
4 mars 2009 - 14h33 - Posté par

J’ai bien "DURABLEMENT".....

Explique moi ce qui s’est passé le 30 le 31 janvier que j’aurais du voir et que je n’ai pas vu ?

Accessoirement , la moitié des gens qui étaient là étaient là en RTT ou en congé donc.....on est tjs un peu loin du LKP et du mouvement des Antilles camarade......


Quelques réflexions sur le syndicalisme, les luttes, le secteur tertiaire privé, la politique et "l’exemp
4 mars 2009 - 14h45 - Posté par

Les grands chefs avaient dit UN SEUL JOUR ! donc les gens ont obéi ! c’est tout !


Quelques réflexions sur le syndicalisme, les luttes, le secteur tertiaire privé, la politique et "l’exemp
4 mars 2009 - 14h53 - Posté par

Toi je sais pas à quoi tu joues mais je suis d’accord avec toi.

"Les gens " ont obéi.

En effet.

De là à croire qu’ils vont "obéir" de la même manière pour faire grève de façon durable et bien y’a un univers....et tu sais pourquoi ?

C’est justement parce qu’ils ont encore obéi.....tant que tu te comportes comme un serf tu es traité comme un serf - voilà tout - donc ne va pas dder à l’avant garde de se griller et de se jeter sous la mitraille pour une majorité qui ne veut pas secouer ses chaînes. Merde à la fin.

On ne fait pas grève durablement "pour les autres" ou "par solidarité"- on fait grève POUR SOI pour défendre ses intérêts de classe immédiats - enfoncez vous ça dans le crâne. Et tant que tuas un CDI pas trop de menace et 1500 à 1800 euros par mois, tu "tiens" car la grève, la vraie, elle coûte cher , c’est une arme de 1ère catégorie justement, et tout le monde le sait !

Je dis pas que c ’est la vérité je dis que c’est mon analyse.

Tant que t’as encore bien à bouffer, un peu de loisirs ,de consommation, un CDI et pas d’épée de Damoclès au dessus de la tête, en gros ,tant que le patronat entretiens correctement la laisse qu’il nous a attachée autour du cou, à moins d’avoir des motivations militantes chevillées au corps et une vraie conscience de classe, et bien tu ne bouges pas trop. Tu compatis au sort de tes camarades, mais tu ne vois pas forcément que tues aussi la cause de cette merde, et tu fais "le gros dos".

Donc construisons sérieusement et plus que jamais le 19 mars et surtout LA SUITE.


Quelques réflexions sur le syndicalisme, les luttes, le secteur tertiaire privé, la politique et "l’exemp
5 mars 2009 - 18h48 - Posté par Le communisme ne se conçoit pas sans solidarité

Tu te trompes à propos de la solidarité et de la grève par solidarité.

En 1971, un lycéen nommé Guyot est trouvé en train de baiser avec une camarade du même lycée dans le dortoir des filles. Il est puni. Peu après, c’est la grève illimitée des lycéens et étudiants de tout le pays.

Mai 68 n’aurait jamais vu le jour sans les révoltes par solidarité.

En décembre 1986, c’est par solidarité avec les étudiants suite à l’assassinat de Malik Oussékine par la police, que commence la grève générale des salariés menée ensuite par la SNCF.

Etc.

La solidarité est le ciment de la classe : elle est l’essence de la conscience de classe, elle est le moteur de la lutte de classe.


Quelques réflexions sur le syndicalisme, les luttes, le secteur tertiaire privé, la politique et "l’exemp
4 mars 2009 - 14h30 - Posté par Ménine

tu as vu La louve il y a quelqu’un, un nommé claude, qui parle de toi ici dans un commentaire :

http://bellaciao.org/fr/spip.php?ar...



Quelques réflexions sur le syndicalisme, les luttes, le secteur tertiaire privé, la politique et "l’exemp
4 mars 2009 - 14h40 - Posté par

Ah oui tiens... Marrant... ben écoute ...assertion ne vaut pas démonstration.....Jusqu’à preuve contraire ,encore une fois les faits sont têtus. Mille B Thibault et Fr Chérèque n’auraient pu empêcher, par exemple, 1936 ou 1968 ou la Commune...Docn ce genre de positionnement ça me fait plutôt rigoler.

Quant au 19 mars j’ai dit moi même que je trouvais qu’on aurait du maintenir une une date de manif’ le 18 février et faire qque chose - mais j’ai pas l’impression que ça ait poussé énormément de partout dans les orgas et ailleurs pour ce faire....

Facile, donc, de désigner des "coupables idéaux" sans nettoyer la merde qui est vraiment "chez nous".....


Quelques réflexions sur le syndicalisme, les luttes, le secteur tertiaire privé, la politique et "l’exemp
4 mars 2009 - 15h14

HA HA ! vive les européennes !

C’est pas par convictions,c’est pour connaitre le "gage".

@ + LE REBOURSIER



Quelques réflexions sur le syndicalisme, les luttes, le secteur tertiaire privé, la politique et "l’exemp
4 mars 2009 - 15h27 - Posté par

ça m’étonne pas !


Quelques réflexions sur le syndicalisme, les luttes, le secteur tertiaire privé, la politique et "l’exemp
4 mars 2009 - 16h21 - Posté par Luis

Merci La Louve, encore une fois. Tout ce que tu as écrit ici est d’une lucidité exemplaire. Elle recoupe tout ce que j’ai pu vivre comme militant puis délégué syndical (CGT).

Aujourd’hui il faut RECONSTRUIRE à la base, la conscience de classe. En sachant que celle-ci ne progresse que par l’exemple et l’activité journalière des révolutionnaires au sein des travailleurs et fait un bond lorsque ce n’est plus possible pour la majortié de courber l’échine, de supporter.

En sachant que nous approchons de ce moment, mais que pour la généralisation de l’affrontement ne se termine pas par la barbarie autoritaire, voire le fascisme, il faut quadriller les lieux de travail de militants qui ont la confiance de leurs camarades, par leur honnêteté, par leurs valeurs de solidarité, par leurs tripes. Faut donc se bouger, vite !

On ne décide pas du soulèvement général, c’est le rythme de la crise du capitalisme, la plus grave par son extension géographique et sa profondeur aussi sans doute, qui en décidera.

Enfin LL a raison : il faut un débouché politique, donc avancer un projet de société alternatif au capitalisme (pas d’alternance électorale), le socialisme, qui apparait de plus en plus comme l’unique solution. Donc regrouper communistes déclarés ou de tripes, révolutionnaires et révoltés, sans le moindre dogmatisme. J’ai fait le pas du NPA, où mon expérience est utile et appréciée, où j’apprends aussi malgré l’âge, mais je respecte les autres engagements, pour autant que tous ayons la volonté d’aller plus loin que le NPA, le PC, LO, les libertaires et bien d’autres, vers le Parti de la Révolution.

PS : j’ai vécu ce moment de basculement de la conscience de classe, dans des luttes partielles débordant mon syndicat (pas par hazard !) et un Tous Ensemble en 68. Pas bp de côtés, la situation qui s’ouvre est bien meilleure. La bourgeoise perd les pédales dans la crise, entre autres parce que les réformistes n’encadrent plus les mouvements. C’est ce que confirment bien des luttes en France, et vérifie à autre échelle le mouvement sans concession et unitaire dans les Antilles. Et demain, grève générale à la Réunion. Courage, camarades. Le monde est avec vous !


Quelques réflexions sur le syndicalisme, les luttes, le secteur tertiaire privé, la politique et "l’exemp
5 mars 2009 - 02h37 - Posté par

« Enfin LL a raison : il faut un débouché politique, donc avancer un projet de société alternatif au capitalisme »

Pourtant, Karl Marx avait critiqué les utopies !

Il disait : « L’idéologie dominante, c’est l’idéologie de la classe dominante ». Par conséquent, il faut que le prolétariat cesse d’être dominé avant de commencer à imaginer une autre société, sinon, il engendrera un monstre issu, en fait, de l’ancien monde !


Quelques réflexions sur le syndicalisme, les luttes, le secteur tertiaire privé, la politique et "l’exemp
5 mars 2009 - 11h04 - Posté par

« Enfin LL a raison : il faut un débouché politique, donc avancer un projet de société alternatif au capitalisme »

Pourtant, Karl Marx avait critiqué les utopies !

Il disait : « L’idéologie dominante, c’est l’idéologie de la classe dominante ». Par conséquent, il faut que le prolétariat cesse d’être dominé avant de commencer à imaginer une autre société, sinon, il engendrera un monstre issu, en fait, de l’ancien monde !

Ah "camarade", t’en as pas marre de raconter n’importe quoi là ? Sans blague tu deviens fatigant-e.

K.Marx a critiqué les utopies. Oui et moi aussi. Mais c’est toi qui hurles "Révolution ! les dirigeants syndicaux nous trahissent et empêchent la grève générale" qui viens me faire la leçon sur ce point ???? Toi qui vois le peuple en armes et qui prends tes désirs pour la réalité ? C’est excellentissime !!!

Cela étant dit je veux bien aussi discuter avec toi du Manifeste du Parti communiste, du point de vue de l’idéalisme il y aurait beaucoup à en dire.... et autant Marx "analyste philosophe historien scientifique" est génial, unique, incontournable, , autant en tant que communiste justement, disons en tant que socialiste révolutionnaire, il y a des défauts dans la cuirasse... Mais bon...

Tu ne confondrais pas projet politique et utopie par zazar ? Dis moi tu ne serais pas au PC pour le "Front de gauche avec Chevènement", encore par zazar ???? Je dis ça parce que ça expliquerait un paquet de choses....

Bref, l’essentiel, pour toi, c’est d’abord tout péter et ensuite on verra ? T’as raison ça a fini par donner de beaux résultats finalement...En plus c’est hyper mobilisateur.

Mais alors finalement c’est quoi la différence pour toi entre une révolution communiste et une révolution fasciste ? Et pourquoi s’organiser politiquement alors si on suit ton raisonnement ? Etc...

Je crois que c’est la notion de révolution ou de perspective communiste. Qui t’échappe. Relis les discours de Fidel sur le sujet- en gros une fois que "la révolution est advenue", "le plus dur est devant nous"...

LL


Quelques réflexions sur le syndicalisme, les luttes, le secteur tertiaire privé, la politique et "l’exemp
5 mars 2009 - 15h37 - Posté par

La révolution communiste est faite par une classe en lutte, avec une conscience de classe, une classe internationale ; alors que la révolution fasciste est faite au sein d’une nation par des éléments pronant la collaboration de classe.

La révolution communiste est faite par le prolétariat international alors que la révolution fasciste est faite par un peuple national.

Karl Marx disait à juste titre :

« Quand j’entends parler de peuple, je me demande ce qui se trame contre le prolétariat ! »


Quelques réflexions sur le syndicalisme, les luttes, le secteur tertiaire privé, la politique et "l’exemp
4 mars 2009 - 16h16 - Posté par

"le gage" dis-tu ?

Moi aussi, je suis de moins en moins convaincue du bien fondé de ces européennes anti-démocratique. C’est pour "du beurre" que l’UE nous invite à cette mascarade démocratique ! Uniquement pour justifier leur propre légitimité d’exister pour nous em. !

Puisque c’est ainsi, ou je reste à la maison, mais je permets à l’UMPS de se renforcer en raflant des sièges donc de l’ultra-libéralisme en plus et du fric venant de nos impôts européens. Ou alors je m’abstiens mais le résultat sera le même, ou alors s’il y a un front commun PCF-NPA-LO-PG..., j’aime autant leur donner ma voix pour qu’ils aillent g. au parlement européen. Maintenant, si j’ai pas trop le choix, ça sera pour une de ces formations sauf si le PCF s’allie au PS ainsi que PG. Dans ce cas, c’est NPA qui aura ma préférence. Et je préfère dire d’avance que je m’en tape de toutes les saloperies que pourraient nous sortir l’ump et Sarko & C° sur la Gauche. J’ai déjà préparé les boules kiès.


Quelques réflexions sur le syndicalisme, les luttes, le secteur tertiaire privé, la politique et "l’exemp
4 mars 2009 - 16h25 - Posté par

Mais je suis complètement d’accord avec toi !

"LE GAGE"c’était juste une note d’humour avec "ma soeur qui est derrière moi ".

Fraternellement LE REBOURSIER


A l’abbatoir, on n’attend pas, on résiste !
6 mars 2009 - 11h52

Absolument pas d’accord.

Pourquoi on attendrait un mois et demi entre deux manifestations ?..Quelle est la simple logique qui veut qu’on stoppe un mouvement, une grève, une manifestation jamais vue depuis 20 ans. Qu’est-ce qui permet de dire qu’une AUTRE JOURNEE AU MOINS, n’aurait pas été un succés ?..Rien.

Tout ça, c’est du baratin pour rester politiquement dans les clous. La CGT, comme FO mon syndicat, comme la CFDT, comme la plupart des syndicats ne pose même pas de préavis reconductible. Lamentable.

Et tu dis, La Louve que les conditions ne sont pas réunies. On a jamais entendu, en parlant avec les gens, en écoutant même les médias suceurs, un tel degré de mécontentement, dans l’ensemble des couches de la population.

La crédibilité des paroles de Sarkozy et de ses projets n’a jamais été aussi dégonflée, les licenciements sont maximals comme le montre le chiffre du mois de février, les appels à l’action déterminée, ici et maintenant viennent de partout, une partie de notre propre pays est en grève totale, reconduite depuis plus d’un mois, la Guadeloupe.

La Guadeloupe et le LKP, un syndicat en grève générale depuis cinq semaines qui conduit une véritable ébranlement de la structure sociale néo-colonialiste. La Guadeloupe agrège dans les luttes la Martinique, et la Réunion sans doute. Par solidarité, oui, par conscience que c’est ensemble qu’ils réussiront, et qu’il faut battre le fer tant qu’il est chaude. Ne pas laisser l’ennemi, récupérer, forger des arguments pour ne plus céder, envoyer ses Robocps, fomenter des troubles, du discrédit des luttes.

Tous les "experts", meme l’Express et le Point soulignent que les 1000 chantiers de Sarko sont inneficaces par rapport à la crise, et même son plan de relance financier que les libéraux de ces canards de merde approuvent, trouvent que c’est peanuts par rapport au plan US.

Donc, dans l’ensemble du pays, la crise casse de plus en plus de gens, des fractions entières de la population se retrouvent d’un coup jetées à la rue sans perspective aucune, comme par chez moi ou la deuxième boite du coin vient d’annoncer, à la radio, qu’elle balançait 700 kleenex d’un coup.

C’est une boule de neige noire qui arrive sur tout le pays et on vide les caisses ce qui interdit les politiques de relance. On ferme les portes de l’espoir, on interdit l’avenir. Et face à cet effondrement général et rapide, il faudrait patienter. Alors qu’en plus nous avons des armes qui s’appellent syndicats de TRANSFORMATION SOCIALE, pas syndicats de ballade dominicales.

Alors, comment peux-tu justifier l’attente, l’inaction, le fait qu’on ne pousse même pas deux jours une action qui marche, dans tous le pays, face à un gouvernement qui nous casse au sens propre, qui matraque meme les femmes et les enfants ?!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Non, l’attente n’est pas légitime, elle n’est pas de bonne stratégie. On a déjà bcp trop perdu de tant à s’isoler, à laisser les négociateurs aller s’abaisser à écouter un type qui n’entend pas le pays, qui ne veut que continuer à servir le grand capital. Et ils ont rompu eux-mêmes le front syndical, en laissant lamentablement SUD être exclu.

Et on nous promet la même chose, puisque personne n’a déposé de préavis de grève RECONDUCTIBLE.

La stratégie des "temps forts" nous rend faible, camarades.

Faut-il s’en étonner quand on lit la prose de la CES, à laquelle les trois "grands" syndicats de France adhèrent. CES qui cite en exemple de "bonne pratiques syndicales" la CFDT. CFDT qui vient de mettre au tribunal des manifestants qui avaient occupé un de ces locaux.
CES qui approuve des deux mains le traité de Lisbonne.
CES qui vote des deux mains pour la "flexsécurité"...etc.

On nous balade. Il faut mettre la pression sur nos syndicats, chauffer les gens et non pas leur dire d’attendre. Il ne font que ça !...Ca lasse les esprits, affaibli la combativité. Et pendant ce temps, ce sont seulement quelques milliers de chomeurs, sur ce front-là, qui sont indemnisés. Dire d’attendre aux dizaines de milliers de gus, à leurs femmes, à leurs gosses, alors qu’ils ont rien ?...

Ca ne tient, c’est du petit bras de technocrate auquel tu te laisse prendre. C’est le même discours, le même paradigme mou que fréquentent les zélites du PS, ceux qui disent toujours que les gauchos, les manifestants, les cocos, y n’ont pas de programmes. Ce ne sont pas des membres d’un parti "de gouvernement"...

D’ailleurs, tu appelais à signer la "Lettre de masse aux états-majors syndicaux", y a combien, moins d’un an. Dans laquelle on lisait :
"Parallèlement, les directions confédérales, pourtant censées coordonner les luttes et les revendications à l’échelle inter-pro, s’appliquent à multiplier les ripostes dispersées, chaque secteur étant appelé à son tour à de grandes journées d’actions isolées et sans perspective. S’agirait-il alors d’organiser des barouds d’honneur à la seule fin de donner des gages à une base combative ?

On sera dans la rue le 19, puisqu’on nous a fait perdre tout ce temps. Espérons que les responsables sortiront la tête pour sentir l’air de la rue, et qu’ils lacheront ces conneries de "responsabilité", d’"attente lucide", qui ne servient que les bourgeois qui nous tapent sur la gueule de toutes les manières.

Soleil Sombre



A l’abbatoir, on n’attend pas, on résiste !
6 mars 2009 - 14h02 - Posté par

Entièrement d’accord, mais j’irai plus loin :

Faire pression sur nos syndicats est une perte de temps. Il faut apprendre à se passer de nos syndicats et monter une coordination afin de faire pression directement sur le pouvoir.


A l’abbatoir, on n’attend pas, on résiste !
6 mars 2009 - 16h16 - Posté par

Excuse moi mais tu déformes complètement ce que j’ai écrit et voulu dire !!! A ce point là c’est ahurissant .

J’aurais mauvaise grâce à dire qu’il ne fallait pas mobiliser avant le 19 mars et que "tout va très bien Mme la marquise", vu que j’ai écrit plusieurs fois le contraire, y compris à quel point je suis mécontente (euphémisme) de la manière dont les directions syndicales nationales molles du genou "mènent la danse".

Je l’ai dit et redit plusieurs fois depuis des mois et des mois, j’ai même signé un appel en ce sens pour plus de "radicalité des directions nationales participé à certaines initiatives etc...je l’ai dit pour la Palestine, je l’ai dit pour les luttes que les travailleurs de la filière auto ont démarrées l’an dernier etc etc... Donc ça va bien de me faire dire n’importe quoi !

Mon propos consistait bel et bien à dire que force est de constater cependant que lesdites directions syndicales ne sont pas contredites par un fort mouvement de la base. Et ça, désolée, tu ne peux pas me dire le contraire quand même ? !!! ???

Donc, loin de cracher dans la soupe, je proposais, au contraire une réflexion qui devrait être commune et collective, sur le comment construire un vrai démarrage des luttes à plus grande échelle, comment chacun-e devait dans sa boîte trouver les ressources pour s’engager davantage et initier les rassemblements et le regroupement des revendications etc.

Je ne pensais vraiment pas que ça mériterait la corde de rappeler ce qui me semble être qques évidences de base !!!!!!!!!!!!!!!!!!

LKP = surexploitation + crise + circonstances historiques locales particulières + organisation (et je signale à ma connaissance, sans "l’appel" d’aucune direction syndicale nationale..)

Mais là encore bien sur je raconte peut être absolument n’importe quoi ??!!!

Il n’y a que la lutte qui paie, mais quand "ça" veut pas, ça veut pas.

"Accessoirement" à part une ou deux tentatives plutôt isolées mais certes méritantes, je n’ai pas vu non plus de mouvement coordonné de masse dans nos bases syndicales pour aller botter le cul "tous ensemble" des directions trop laxistes ou collaborationnistes.

Enfin, le problème vient de ce que le gros de lnotre classe n’est pas encore à l’abattoir comme tu dis - d’où la faiblesse de la mobilisation (hors syndiqués) en plus - ce n’est quand même pas de ma faute ? !!?

Par contre ,ça va changer, oui. Malheureusement, vite et bientôt.

Et ce que je voudrais voir moi c’est comment les fameux syndicats vont soutenir les luttes quand elles vont vraiment se développer et s’étendre - vu la casse massive qui arrive ça devrait plus tarder. Alors là oui on verra...
Donc bon...

LL


A l’abbatoir, on n’attend pas, on résiste !
8 mars 2009 - 10h54 - Posté par geronimo

intéressant ces débats, tout d’abord sur le soutien des luttes à venir j’ai des doutes, comment expliquer l’absence de Thibaut lors de la sépulture de notre camarade assassiné, il était bien syndiqué.
La grève par solidarité ça ne fonctionne que lorsqu’il y a un intérêt direct à la faire.
le temps est long entre les deux grèves 29 janvier au 19 mars, le LKP n’a pas été instantané, il a mis du temps à se constituer.
Ici le manque de perspective politique bloque quand même une action de masse. De plus il est regrettable que le mouvement, qui je l’espère est entrain de se dessiner, ne réunit que les orga syndicales et pas toutes les associations qui pourraient y participer. Si ce mouvement se cantonne exclusivement à la sphère syndicale sans s’élargir à toute la sphère civile, une fois de plus on courre à l’échec.
Nous avons tous un intérêt convergent, sans parler de communisme ou de socialisme révolutionnaire, la remise en cause de ce pouvoir et de son dictat sur la société.
je pense qu’il faudra oui comme LL le dit remettre en cause nos directions syndicales, en attendant faisons avec, et poussons les à prendre les bonnes orientations.
Je rappelle qu’elles ont été élues, dans quelle condition ? Mais je remarque une chose en tout cas pour la CGT celle-ci fonctionne comme une entreprise privée, avec son DRH pour canaliser les "mauvaises têtes". C’est très intéressant et instructif de connaitre le fonctionnement de la direction, ou tout le monde se surveille et est prêt a délatter auprès du chef ceux dont les orientations ne correspondent pas, en espérant prendre leur place.
Comme disait Marx brisons nos chaines, mais les premières sont dans nos comportements de servile vis à vis du pouvoir qu’il soit d’état ou syndical.
On pourra développer, mais la meilleure des réponses c’est de mettre des millions de personnes dans la rue le 19 mars.


A l’abbatoir, on n’attend pas, on résiste !
7 mars 2009 - 23h05 - Posté par

"...on sera dans la rue le 19.." Et la grève tu en fais quoi ? ça compte pas pour toi ?

Je suis cheminot,le 29 nous étions 43% de grévistes,tous collèges confondus .

Dans ta boite,vous étiez combien en grève ?

Dans toutes les boites tu peux me donner le % national de grévistes le 29 ?

Depuis 20 ans il n’y a pas eu une telle journée de grèves et de manifestations ?

Je redonne une nouvelle fois les chiffres du 29 JANVIER.

3 millions de personnes dans les rue = 4% de la population.

= 13% des salariés.

= 2,3% de grévistes.

Alors oui le 19 mars ça fait loin après le 29 Janvier,mais pourquoi ? parce qu’il y a des petits rigolos qui ont fait le choix de critiquer les OS,plutot que de mobiliser les indécis à rejoindre les luttes.Et toi tu continus aujourd’hui.

En novembre 2007 les cheminots ont reconduit une grève entre 9 et 11 jours,pour leurs revendications catégorielles certe,mais au-dela pour des revendications qui concernaient tous les salariés,notamment la défense des services publics.

Tu étais où toi le champion de la grève générale reconductible ?

ça commence à bien faire ces incantations à la con,de la part de ceux qui tapent plus volontiers sur la CGT que sur le patronat.

Mes Cdes et moi on a fait un autre choix,c’est d’essayer de multiplier par 3 le nombre de grévistes et de manifestants pour le 19 mars.

Mais bon,à chacun ses priorités hein ?

LE REBOURSIER


A l’abbatoir, on n’attend pas, on résiste !
10 mars 2009 - 18h24 - Posté par

« Mes Cdes et moi on a fait un autre choix,c’est d’essayer de multiplier par 3 le nombre de grévistes et de manifestants pour le 19 mars. »

Et tu auras exactement l’inverse : un nombre de grévistes et de manifestants divisé par 3 parce que les salariés voudront montrer qu’ils n’ont pas apprécié que les syndicats les mènent en bateau en les faisant attendre plus d’un mois et demi entre le 29 janvier et le 19 mars. Le 19 mars les salariés ne se mettront pas en grève et n’iront pas manifester et d’une parce que ça ne sert à rien de faire un jour de grève tous les deux mois et de deux pour punir les syndicats.

Mais c’est peut-être cela au fond qui est recherché. Et à la télé on nous dira "échec de la mobilisation" et les syndicats nous diront : « Vous voyez bien que les gens ne sont pas prêts pour une grève générale illimitée ! »

Donc ne tombons pas dans le piège, ne cherchons surtout pas à punir les syndicats le 19 mars et mobilisons-nous le 19 mars en faisons tout pour que la grève devienne illimitée !


A l’abbatoir, on n’attend pas, on résiste !
10 mars 2009 - 18h45 - Posté par

l’art et la manière de dire tout et son contraire !

hop, on retombe sur ses pattes, quoiqu’il se passe, on a toujours raison !

trop fort !





Grève de la destruction du monde à Saint-Victor
vendredi 6 - 18h36
de : AMASSADA
Comment Maduro, a t il pu laisser faire cela, livrer « Stan Maillaud » au psychopathe macron (vidéo)
vendredi 6 - 17h07
de : nazairien
Verdi, ancien « vrai journaliste », nous fait, une analyse extremement détaillée de cette puissante mobilisation du 5-12
vendredi 6 - 15h44
de : nazairien
1 commentaire
Quand les riches détruisent des bâtiments publics, avec le soutien de la justice
vendredi 6 - 13h00
de : Louisette
1 commentaire
Les Etats-Unis se hasardent-ils à considérer la CHINE comme une République bananière ?
jeudi 5 - 22h46
de : JO
Le principe de continuité du mouvement de grève
jeudi 5 - 20h03
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Grève du 5 décembre : manif monstre à Saint-Nazaire
jeudi 5 - 13h12
de : naairien
6 commentaires
LREM, Macron, farandole de casseroles : A mettre dans le livre des records (document Médiapart)
mercredi 4 - 23h53
de : nazairien
1 commentaire
Un mouvement de grève ne nous empêche pas de vous proposer nos programmes, bien au contraire ! C’est l’heure de l’mettre
mercredi 4 - 22h07
de : Hdm
VIOLENCE D’ETAT, VIOLENCE REVOLUTIONNAIRE
mercredi 4 - 19h55
de : Nemo3637
Pas d’argent pour les Retraites ?
mercredi 4 - 17h49
1 commentaire
Spectacle ’Du Gabon à la Russie’ le 7 décembre à Nantes : exil, amour, justice
mercredi 4 - 00h41
Retraites des fonctionnaires : ça va saigner pour les enseignants, les paramédicaux et les agents territoriaux
mardi 3 - 14h01
« Rassemblement non stop » : les pompiers veulent occuper la place de la République une semaine entière (vidéo)
lundi 2 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires
En grève jusqu’à la retraite !
lundi 2 - 12h47
de : jean1
2 commentaires
Acte 55 Gilets Jaunes à Toulouse ! Témoignage d’un vrai REPORTER !
dimanche 1er - 20h40
de : JO
CRITIQUE du TRAVAIL salarié et de la RELIGION
dimanche 1er - 15h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Vous avez dit : Un monde multipolaire ? Autre démonstration !
samedi 30 - 10h58
de : JO
1 commentaire
EPO et Hamster chinois.
vendredi 29 - 18h03
de : L’iena rabbioso
L’éruption de la faim - C’est l’heure de l’mettre !
vendredi 29 - 12h44
de : Hdm
1 commentaire
CONVERGENCE DES LUTTES : Contribution !
vendredi 29 - 12h14
de : JO
BOLIVIE : La succession d’EVO Morales assurée et organise la Résistance !
vendredi 29 - 11h25
de : JO
Un 5 décembre fort ou exceptionnel ! L’état de la mobilisation secteur par secteur
vendredi 29 - 07h36
1 commentaire
Xavier Kemlin, star déchue de la complosphère d’extrême-droite
jeudi 28 - 17h21
de : Blanqui75
1 commentaire
BOLIVIE : suite du complot contre EVO MORALES + corruption à la clé !
jeudi 28 - 11h57
de : JO
1 commentaire
Rafael Correa (ancien président de l’équateur) reçoit Evo Morales, (coup d’état et lutte de classes) (vidéo)
jeudi 28 - 11h32
de : nazairien
1 commentaire
La mort de Sami Abu Diak, prisonnier politique palestinien
jeudi 28 - 10h34
de : librinfo74 via jyp
Greve du 5 décembre
jeudi 28 - 10h04
de : jean 1
ARGENTINE : Alberto Fernandez Président élu, refusera le crédit du FMI !
jeudi 28 - 10h03
de : JO
Gilets jaunes : les interdictions de manifestation, l’autre face de la répression
mercredi 27 - 13h11
1 commentaire
Le monarque se prépare-t-il à lancer ses brutes contre notre Jeunesse ?
mardi 26 - 23h50
de : JO
BOLIVIE : A lire absolument ce que nos médias aux ordres ne vous diront pas !
mardi 26 - 16h15
de : JO
1 commentaire
C’est quoi : un pognon de dingue ?
mardi 26 - 15h22
de : JO
On se crève au travail, que crève le travail !
mardi 26 - 12h26
de : jean1
1 commentaire
Culture dominante et perception du déshonneur
lundi 25 - 21h09
de : Christian DELARUE
1 commentaire
CHILI : Un féminicide dont les médias ne parlent pas !
lundi 25 - 17h25
de : JO
Rapports de force a besoin de vous !
lundi 25 - 14h50
Le nouveau CRUSH 44 : ces petits jouets du capitalisme colonial.
lundi 25 - 13h34
de : jean1
BOLIVIE : La CIA partout, les dollars pleuvent à flots pour les complots, pas pour la pauvreté !
lundi 25 - 12h06
de : JO
1 commentaire
Le patriarcat compris comme dynamique sociale
lundi 25 - 01h23
de : Christian DELARUE
2 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Le monde est un endroit magnifique pour lequel il vaut la peine de se battre. Ernest Hemingway
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite