Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Libéralisme et mécénat culturel
de : muncerus
samedi 28 mars 2009 - 16h33 - Signaler aux modérateurs

Françoise Benhamou, sur Rue 89, nous informe des problèmes rencontrés par les universités américaines : « La crise atteint aussi les institutions financées par le mécénat On compte plus de 700 musées sur les différents campus du pays. La vie culturelle américaine se joue en partie sur ces campus, et en particulier sur les plus célèbres d’entre eux. Un dommage collatéral de la crise réside dans la nécessité pour les universités de reconsidérer leurs plans de développement, de réviser leurs projets culturels. La crise signifie aussi que la recherche de mécénat va plus que jamais se renforcer, s’ouvrant sur une triple concurrence : entre les établissements culturels d’un même pays, entre la culture et d’autres actions, qu’elles soient sociales ou humanitaires, et entre établissements analogues mais de pays différents. Il y a quelques années, Philippe de Montebello, alors à la tête du Metropolitan Museum de New York, était venu en Europe pour chercher des mécènes. Nul ne s’en était ému. De même, le Louvre ou le Mnam ont créé des associations d’amis donateurs américains. Que vont devenir ces mécénats transnationaux ? Nul ne le sait encore, mais les temps risquent d’être durablement difficiles, et le mythe de l’argent privé comme alternative au financement public des universités et de la culture a quelque chance de s’écorner devant la réalité des années à venir. »

Oui, le « mythe de l’argent privé » ! Il serait temps de revenir sur la tarte à la crème des années 80 et de tirer un trait sur le rêve de Jacques Rigaud, sur les ardeurs de Jack Lang qui entendait largement engranger au bénéfice de l’Etat les « dons » des entreprises disposées à orienter leurs choix publicitaires vers les sphères dites culturelles. L’époque du management « entrepreneurial » des institutions publiques se prêtait encore assez bien au démarchage assidu auprès des firmes susceptibles de suppléer les carences de l’Etat ; les missions confiées aux fonctionnaires ou à leurs collègues contractuels étaient souvent couronnées de relatifs succès, aboutissant ici à la restauration d’un patrimoine architectural, là à l’acquisition d’œuvres par tel musée national ou bien encore à la promotion de la création artistique.

Dans l’ensemble, avouons-le, la récolte restait plutôt limitée et le budget de l’Etat ne s’en trouvait que fort peu allégé. Faut-il le regretter aujourd’hui, alors que les « généreux mécènes » se détournent à la hâte de leurs « œuvres » pour se concentrer sur les urgences de la rentabilité. De leur côté les départements ministériels concernés, ici comme ailleurs, semblent renoncer à ces apports aussi ponctuels qu’aléatoires et réexaminent les budgets en fonction d’une part des promesses et des échéances électorales et, d’autre part, des « dépenses incompressibles ». Il s’ensuit, par exemple, la très logique réduction des effectifs et des subventions et, partant, la déplorable situation dans laquelle sont mises les institutions mais aussi les nombreuses associations qui constituent le bras armé du développement et de la coopération culturels.

Paradoxalement le discours, de la part desdits départements ministériels, recommande à leurs partenaires extérieurs de « diversifier » leurs ressources, ce qui, en termes clairs, revient à les orienter vers les fonds privés dont on vient de voir qu’ils sont aujourd’hui plus que tarissables. On tourne en rond.

Concernant la coopération, les dernières informations nous révèlent les restrictions dont sont victimes les ONG qui, depuis quelques années, se tournaient de plus en plus vers les collectivités territoriales, lesquelles maintenant écrasées par les transferts de compétences peinent à faire face à leurs obligations légales et donc hésitent à prendre de nouvelles initiatives. Autant dire que de nombreux programmes d’intervention dans les pays en développement seront ni plus ni moins supprimés, car il serait naïf de penser que, même pour se refaire l’image, telle entreprise prendra le relais des financements publics. Les impératifs du secteur privé ne sont plus à la philanthropie ni même à la communication de second degré.

Quant aux enseignements supérieurs, imaginons un instant qu’on ait activement suivi les recommandations du libéralisme ambiant et que nos universités, sous couvert d’autonomie, se soient largement ouvertes aux financements comme au contrôle du secteur privé. Ce qui est en train de se produire aux Etats-Unis nous renseigne sur ce qui très probablement serait advenu à la France. Nul doute que « la crise » inciterait les financeurs privés à revendiquer non plus seulement le contrôle mais un pouvoir réel au sein des instances universitaires dirigeantes. Leur participation pourrait être soumise à des choix n’ayant que peu à voir avec les exigences universitaires traditionnelles. Ce que les rares universités ayant récemment opté pour l’autonomie pourraient bientôt vérifier à leurs dépens.

Et je n’évoque pas ici le domaine de la formation professionnelle…

Le sursaut salutaire du monde enseignant, tel qu’il se manifeste depuis quelques temps, est certes encourageant. Encore serait-on inspiré de mieux mettre en avant les contradictions dans lesquelles notre société est en train de dangereusement s’empêtrer et de plus explicitement revendiquer le renforcement du service public dans les secteurs où la responsabilité régalienne est génériquement engagée.

Muncerus



Imprimer cet article





GILETS JAUNES à REIMS : Les brutes macronistes dans leurs oeuvres ?
dimanche 19 - 09h25
de : JO
Le peuple ? Quel peuple ?
dimanche 19 - 07h18
de : loulou
1 commentaire
Leçons de répression mal assimilées ?
dimanche 19 - 07h11
de : tirelire
1 commentaire
La stratégie horizontale.
samedi 18 - 16h38
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Jean-Claude Kaufmann, sociologue. Les gilets jaunes ne sont que le début d’autres surprises à venir (vidéo)
samedi 18 - 14h32
de : nazairien
3 commentaires
LUNDI MATIN PAPIER #4 - Gilets jaunes : un assaut contre la société
samedi 18 - 14h04
de : Ernest London
Gilets jaunes : la révolte inattendue, la révolte des "Gueux".NOUS SAVONS QU’IL EXISTE UN PEUPLE EN FRANCE (vidéo)
vendredi 17 - 21h58
de : nazairien
3 commentaires
52éme congrès confédéral CGT La structure CGT-Police n’a pas le droit à l’expression !
vendredi 17 - 12h12
de : CGT-Police
2 commentaires
52E CONGRÈS DE LA CGT : LE DOYEN DES SYNDICATS EMPÊCHÉ D’INTERVENIR !
vendredi 17 - 09h01
de : Info’Com-CGT
GOODYEAR : LA SEULE LUTTE QUE L’ON EST SUR DE PERDRE EST CELLE QUE L’ON LE MÈNE JAMAIS . (video)
vendredi 17 - 08h58
de : Mickael Wamen
Comment (et pourquoi) le Rassemblement national a "retourné" un élu de la France Insoumise
vendredi 17 - 08h52
de : Maxence Lambrecq et Olivier Bénis
1 commentaire
Gilets jaunes à Toulouse : accusée pour avoir bousculé des policiers avec son fauteuil roulant (video)
vendredi 17 - 08h37
Violences policières : les images décryptées (video)
vendredi 17 - 08h20
de : Arthur Carpentier
26 actes et toujours pas de Molière (video)
jeudi 16 - 23h04
de : Gilets jaunes intermittents chômeurs précaires
Monsanto, avance masqué,"Envoyé Spécial : Monsanto aurait recruté des agriculteurs à leur insu pour vanter le glyphosate
jeudi 16 - 22h46
de : nazairien
1 commentaire
Horreur et justice
jeudi 16 - 19h51
de : jean 1
Portraits Macron décrochés : Ne frise-t-on pas des emprisonnements politiques ?
jeudi 16 - 17h44
de : J0
2 commentaires
L’art de la compromission
jeudi 16 - 14h49
de : Jean-Marie Défossé
On avance, en Angleterre les gilets jaunes sont vus comme des héros. Ça fonctionne ! Ensemble !!! (vidéo)
jeudi 16 - 14h49
de : nazairien
3 commentaires
Mobilisation contre les lois Blanquer : la grève reconductible, c’est pas automatique
jeudi 16 - 12h20
Intervention sur RTL du camarade Mickael Wamen au sujet du jugement prud’hommes pour les 823 ex Goodyear (video)
jeudi 16 - 11h59
de : Mickael Wamen
Don quichotte dort à l’Elysée
mercredi 15 - 22h00
de : Irae
VGE ne meurt jamais.
mercredi 15 - 19h55
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
La Ditature en marche : GILETS JAUNES : EN GARDE À VUE POUR UNE PANCARTE (vidéo)
mercredi 15 - 07h09
de : nazairien
2 commentaires
Gilets Jaune "nous accusons" ; 10000 citoyens accusent le gouvernement (video)
mardi 14 - 23h00
de : le media
4 commentaires
Vaccynisme et réalité
mardi 14 - 22h53
de : Annee Gourvès pour AIMSIB
3 commentaires
Plus de 100 artistes français dénoncent l’Eurovision 2019 en Israël et en appellent à France Télévisions
mardi 14 - 17h32
de : JO
Suppression de postes d’enseignants spécialisés dans l’Hérault
mardi 14 - 17h06
de : AREN34
Tourisme de riches
mardi 14 - 13h20
de : Irae
1 commentaire
LE BOURREAU DES GOODYEAR ACCEUIL LA CGT ... !!!
mardi 14 - 08h39
de : Mickael Wamen
3 commentaires
Il ne faut pas s’arrêter en si bon chemin
lundi 13 - 16h46
de : jean 1
1 commentaire
I.B. Ou la Bourgeoise Ridicule.
lundi 13 - 16h44
de : L’iena rabbioso
Syndicalisme et féminisme : aller ensemble vers l’égalité.
lundi 13 - 09h18
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Italie : 12 mai 1977, l’assassinat de Giorgiana Masi (videos)
lundi 13 - 08h28
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Congrès de la CGT : pourquoi les débats s’annoncent vifs sur les questions internationales
lundi 13 - 08h16
de : Stéphane Ortega
3 commentaires
Menacée par les autorités, la juriste, Georgia Pouliquen, nous parle d’Angleterre, exfiltrée par des amis anglais (videos)
dimanche 12 - 17h56
de : nazairien
Agnes HELLER, un marxisme sans lutte de classe, ni perspective socialiste
dimanche 12 - 14h34
de : Christian DELARUE
Quelle ignominie ! (video)
dimanche 12 - 13h56
de : jean 1
MAKE ROJAVA GREEN AGAIN
dimanche 12 - 11h20
de : Ernest London
Il s’appelait Fiacre Gbédji. Il était guide dans le parc de la Pendjari, au Bénin. Il n’aura pas d’hommage, pas d’émission spéciale...
samedi 11 - 21h38
de : jean 1
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Il est temps d'instaurer la religion de l'amour. Louis Aragon
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite