Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Seule réponse de François Fillon à la colère des salariés : "refuser la logique de la violence"

de : Slovar
mercredi 8 avril 2009 - 13h11 - Signaler aux modérateurs
10 commentaires

Cantonné dans le rôle de "collaborateur" du Président avec lequel il partage des sondages exécrables, François Fillon a décidé de suivre le rythme du Chef, du moins dans le domaine des communiqués vengeurs.

Ainsi, on a pu l’entendre sur :

 L’extrême gauche, qu’il a accusée mardi de souffler "sur les braises de l’affrontement social"

 Un appel aux parlementaires de la majorité à "faire bloc" autour du président de la République

 Demander "plus de retenue et de dignité" à Ségolène Royal

 S’engager "avec toute la force de ses convictions" dans la campagne pour les élections européennes

Et enfin

Dénoncer les " actions brutales " organisées en marge des mouvements sociaux, invitant les Français à " refuser la logique de la violence " Et justement qu’en dit-il ?

"Je dis à ceux qui instrumentalisent ces inquiétudes pour justifier cette violence que la légalité républicaine s’exercera pleinement et fermement", ... / ... Revenant sur les séquestrations de certains patrons ces dernières semaines, François Fillon a prévenu que "le respect de l’intégrité des personnes, de leur liberté d’aller et venir n’est pas négociable"

JPEG - 19 ko

En bref des sujets sur lesquels Nicolas Sarkozy ou ses conseillers spéciaux avaient déjà tout dit. Néanmoins, puisqu’il est le dernier à avoir notamment, évoqué les actions de séquestration des patrons ou cadres dirigeants, nous aimerions lui soumettre les analyses de Jean-Michel Denis (chercheur au Centre d’étude de l’emploi ) et Emmanuel Lépine, (secrétaire à la fédération nationale des industries chimiques CGT)

Jean-Michel Denis, observe un "front de mécontentement excessivement large", nourri par l’impression, justifiée selon lui, qu’aucun secteur d’activité n’est à l’abri de la crise. "Au moment où on apprend que des entreprises ferment, on apprend également que des hauts dirigeants partent avec des parachutes dorés importants", rappelle ce maître de de conférence en sociologie à l’université de Marne-la-Vallée. A ses yeux, la séquestration est une réponse, certes violente, à une autre violence, sociale, celle-là. "C’est : violence contre violence".

Emmanuel Lépine, énumère les "souffrances" que vivent les salariés : harcèlement, peur du chômage, problèmes de santé au travail, précarité, sous-traitance.

Pour le syndicaliste, les salariés se tournent vers des actions radicales à cause de la "casse de l’emploi" et de l’absence de "perspectives politiques". "Peu de solutions sont proposées aux personnes, mis à part des chèques de départ". Ce phénomène n’est pas à mettre sur le compte de la crise qui a éclaté à l’automne, considère le militant de la CGT Chimie, en rappelant qu’il y a quelques années déjà "les ouvriers de Cellatex menaçaient de verser de l’acide dans la rivière".

... / ... La séquestration d’un patron est souvent "un jeu avec les médias", avance le sociologue, qui y voit "une manière de peser sur les négociations" en prenant l’opinion publique à partie, "y compris les pouvoirs politiques". "Sur le plan symbolique", il interprète cela comme une réaction aux menaces de délocalisation. Face "à cette délocalisation subie, on séquestre" ... / ...

Sera-ce suffisant pour que les patrons ne soient plus retenus par les ouvriers ?

Ni les deux sociologues, ni Emmanuel Lépine ne le pensent. Selon le cégétiste, "s’il n’y a pas de réponse qui soit positive et crédible dans la durée aux demandes et revendications des salariés, on peut craindre non seulement une multiplication de ce genre d’actions mais une encore plus grande radicalisation " AP/Google

Si les salariés français sont pour la plupart attachés à leur entreprise, il vivent de plus en plus mal les déclarations de Laurence Parisot qui semble avoir annexé la parole de tous les employeurs.

Dans de nombreuses entreprises, la tension apportée par la crise économique et les permanentes déclaration de guerre du MEDEF aux salariés finissent par pourrir le climat général et surtout donner une image déplorable de tous les chefs d’entreprise.

N’en déplaise à Madame de Menthon qui pérorait hier soir sur France3, le problème n’est pas l’éducation des français à l’amour des choses de l’entreprise mais plutôt à la remise au goût du jour de la lutte des classes par le MEDEF et sa présidente.

Que Madame Parisot nous explique plutôt ce que font les plus grandes entreprises françaises par l’intermédiaire de leur filiales dans des paradis fiscaux

BNP Paribas : 189 - LVMH : 140 - Schneider : 131 - Crédit Agricole : 115 - PPR : 97 - ... / .. France Télécom : 63 - ... / ... Lagardère : 55 - Danone : 47 - EADS : 46 - ... / ... Liste complète dans l’enquête réalisée par Alternatives Economiques dans son numéro (papier) d’avril 2009.

Madame Parisot ne doit pas en être au courant puisque qu’elle est depuis 2006 ... Membre du conseil d’administration de BNP-Paribas !!!

En clair, les salariés ont compris :

 Qu’à l’Elysée et par extension à Matignon, on avait déstabilisé profondément le Parti Socialiste qui n’est plus une force active d’opposition

 Que les syndicats de salariés n’ont plus aucun pouvoir de nuisance, contrairement au MEDEF qui se permets de tancer nos dirigeants politiques.

 Qu’au plus fort des mobilisations et défilés le Président à la banane et s’en fout

 Qu’on profite de la période pour accentuer des réformes qui sont aujourd’hui hors contexte

 Que l’argent de l’Etat ou des collectivités locales ne suffit plus à faire rester les entreprises en recherche de meilleurs bénéfices à l’Est de l’Europe.

 Que le mot de formation ou de recyclage sont des "options parking" lorsque de toute façon on est trop jeune ou trop vieux

 Que les banques créatrices de la crise financière et économique n’auront aucun complexe à saisir leurs logements en cas de chômage de longue durée

 Que les licenciements sont tellement nombreux que les media en parlent du bout des lèvres et ne se déplacent que lorsque l’ordre est transgressé

Alors,

 Oui, Ségolène Royal a raison lorsqu’elle déclare que : " Les salariés doivent forcer le barrage de l’injustice absolue "

 Oui, l’opportuniste Dominique de Villepin a raison lorsqu’il déclare : il faut "que l’on sache que cette violence est au rendez-vous parce qu’il y a un désespoir et une frustration" et que "l’on traite ce désespoir et cette frustration en y apportant des réponses ".

 Non, Martine Aubry n’a pas raison lorsqu’elle déclare : "Rien ne justifie jamais qu’on porte atteinte à la liberté des personnes, ni même d’ailleurs que l’on parte atteinte aux équipements ou aux biens" tout en évoquant le situation du Parti Socialiste : "Je me réjouis aujourd’hui : nous sommes non seulement rassemblés, nous parlons d’une même voix sur le bouclier fiscal, sur l’Europe". "Nous sommes le seul parti qui avons un texte fort pour l’Europe, voté à l’unanimité et qui a des listes, nous sommes déjà sur le terrain"

Nous passerons sur les réactions de l’UMP qui sont une parfaite duplication de ceux du Chef de l’Etat.

Quel sont les propositions des politiques face à l’angoisse, la colère et le désespoir ?

 Fermer sa g..... et continuer à travailler jusquà la lettre de licenciement.

 Accepter qu’on continue à subventionner des heures supplémentaires alors que le chômage file à la vitesse grand V

 Attendre si l’on est jeune que Martin Hirsch obtienne de TOTAL et de l’UIMM des fonds pour les aider à sortir du chômage endémique qui les touche.

 Attendre si l’on a plus de 50 ans de ne rien retrouver et de savoir qu’on va reculer une fois de plus le nombre d’années de cotisations pour la retraite en 2012.

 Accepter qu’on continue à faire des chèques de remboursement d’impôts aux plus aisés et voir le résident Suisse Johnny Hallyday recevoir 500 000 euros de l’état pour le prochain concert "gratuit" du 14 juillet

 Admirer les participants du G20 qui ont en 48H00 obtenu qu’il n’existe plus aucun pays dans la liste noire des paradis fiscaux

 Attendre patiemment 2012 pour mettre en place une alternance politique

 Voter à des élections européennes en sachant que le calamiteux Barrosso fait à peu près l’unanimité à droite pour un nouveau mandat, tandis que la gauche n’en a toujours pas trouvé un pour se présenter contre lui.

 Attendre des mois sa première indemnisation par le pôle emploi qui est "débordé"

Et bien non !!!

Le fossé entre les partenaires sociaux, les élus, les dirigeants et le peuple des salariés est si important que ces derniers vont être obligés d’être de plus en plus combatifs. Pour eux d’abord et surtout pour l’avenir de leurs enfants.

Les quelques séquestrations ou retenues de patrons ou cadres dirigeants ne sont qu’un premier cri pour ne pas être broyés par un système sur lequel ils n’ont plus aucune prise. La possible baisse du Livret A pourrait mettre le feu au baril de poudre social comme n’importe quelle mesure restrictive comme le retour du travail dominical que nous expliquions hier.

A méditer par les politiques qui ont toujours détesté le mois de Mai depuis 41 ans et ceux qui n’ont jamais compris qu’épouser la juste cause des populations valait victoire ...

Slovar les Nouvelles

http://slovar.blogspot.com

Sources, crédits et copyright

Associated Press

Crédit et copyright dessin

JEPIDA


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Seule réponse de François Fillon à la colère des salariés : "refuser la logique de la violence"
8 avril 2009 - 13h49 - Posté par pilhaouer

Mais qui est ce François Fillon, pourriez-vous nous informer ?



Seule réponse de François Fillon à la colère des salariés : "refuser la logique de la violence"
8 avril 2009 - 14h24 - Posté par no border

Un charognard dégénéré comme tous les séides de Nicolae Sarkocescu


Seule réponse de François Fillon à la colère des salariés : "refuser la logique de la violence"
8 avril 2009 - 18h28 - Posté par pilhaouer
Seule réponse de François Fillon à la colère des salariés : "refuser la logique de la violence"
8 avril 2009 - 14h30 - Posté par Jak

Espérons que la prophétie du célèbre milliardaire américain Warren Buffett se révèle fausse.

Voilà quelques mois, il déclarait : "La guerre des classes existe, c’est un fait, mais c’est la mienne, la classe des riches, qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la remporter."

Après tout, il ne tient qu’à nous de le faire mentir !

Nous sommes beaucoup plus nombreux qu’eux, il n’y a donc aucune raison que nous perdions cette guerre !

C’est vrai qu’en termes de violence, les quelques rétentions de patrons qui durent quelques heures ne sont rien face à la violence sociale exercée sur les travailleurs.

Serions-nous en train de contre-attaquer dans cette guerre que la bourgeoisie croit avoir gagnée ?

Jak


Seule réponse de François Fillon à la colère des salariés : "refuser la logique de la violence"
8 avril 2009 - 14h32

Cantonné dans le rôle de "collaborateur" du Président avec lequel il partage des sondages exécrables,

Que c’est courageux de la part des médias : aucun n’ose nous montrer les chiffres !

Il faudrait arrêter de dire que se sont les salariés qui séquestrent les dirigeants de l’entreprise, parce qu’en réalité se sont bien ces derniers qui séquestrent tous les travailleurs, par la menace de licenciements, de harcèlements, de blocage des salaires, suppression des primes, augmentation du temps de travail non rémunéré (un scandale dans la grande distribution envers les étudiants et les avenants qu’on leur fait signer pour travailler plus et non rémunérés chez Leclerc). L’article dénonce parfaitement bien cette séquestration ! Mr Fillon, subalterne du 1er ministre Sarko, il ne faudrait pas confondre les problèmes !

Et alors, cerise sur le gâteau, le nec plus ultra, les paradis fiscaux des entreprises ! Si c’est pas de la violence contre les travailleurs et les chômeurs jetés sur la paille pour planquer les "économies" faites sur leurs têtes dans ces paradis fiscaux, j’y connais rien !

Non, franchement, le capitalisme n’apporte du bien-être qu’aux voyoux de la finance, les travailleurs ne s’en rendent pas toujours compte, mais ils sont bien les esclaves de ces voyoux maffieux, et nous sommes nombreux à être utilisés comme des esclaves ! Même Fillon enfonce le clou !



Seule réponse de François Fillon à la colère des salariés : "refuser la logique de la violence"
8 avril 2009 - 15h52 - Posté par pilhaouer

A « cent minutes pour convaincre, le 25 mai 2006 »

http://www.youtube.com/watch?v=VUo9...

« Je veux mettre au service des injustices plus de moyens »
NS

http://www.dailymotion.com/video/x5...

« J’ai bien conscience que dans les critiques qui me sont faites, celle qui m’a le plus touchée et qui m’interpelle le plus c’est celle qui voit une partie des français se dire : au fond il fait UNE POLITIQUE POUR QUELQUES UNS ET PAS POUR TOUS.
Si les français croient ça, et ILS ONT RAISON DE LE CROIRE, je dois en tirer les conséquences immédiates".
NS
Show télévisé du jeudi 24 avril 2008

Ce sont des lapsus ?!


(extraits d’un article du Monde(payant)) http://www.lemonde.fr/opinions/arti....

Du côté du gouvernement, seul M. Fernandes réagit. Mais plutôt que de se
contenter de condamner, il replace l’incident dans le cadre général des
relations sociales dans l’entreprise. "Que cela serve d’avertissement aux
directions, lance-t-il. Je les appelle à traiter les ouvriers avec
compassion. Il y a des disparités de salaires entre ouvriers titulaires et
contractuels. Les ouvriers ne devraient pas être poussés à bout."

« Oscar Fernandes, le ministre indien du
travail, a fait acte de contrition, mercredi 24 septembre, pour ses
commentaires - "mal compris", selon lui - sur le lynchage à mort d’un patron
par ses ouvriers en colère à Noida, dans la banlieue de New Delhi.

Le drame avait éclaté lundi au siège de la filiale indienne de Graziano
Trasmassioni, une société italienne fabriquant des pièces détachées (boîtes
de vitesses et système de transmission) d’automobiles. L’entreprise est
basée à Noida, une zone industrielle proche de la capitale qui héberge entre
autres le japonais Honda et le sud-coréen Legend.
Ce matin-là, 200 ouvriers font irruption dans l’usine, résolus à régler leurs comptes avec le patron Lalit Kishore Chaudhary, qui les avait licenciés deux semaines plus tôt pour
vandalisme. Le contentieux a pour origine le refus du chef d’entreprise
d’augmenter les salaires et de signer des contrats à durée indéterminée.
La situation dégénère rapidement. Les intrus agressent à coups de barre de
fer les cadres et les dirigeants.
Cinq consultants italiens de la maison
mère se terrent dans les bureaux et doivent implorer la pitié des
assaillants.
M. Chaudhary, lui, n’est pas épargné : violemment frappé à la
tête, il succombera quelques heures plus tard à ses blessures. Au total, 50
personnes ont été blessées. La police a procédé à 63 arrestations.



Seule réponse de François Fillon à la colère des salariés : "refuser la logique de la violence"
8 avril 2009 - 16h24 - Posté par Alien D

... La réponse est dans le titre car dans "refuser la logique de la violence" il y a "logique" !!!



Seule réponse de François Fillon à la colère des salariés : "refuser la logique de la violence"
8 avril 2009 - 18h18 - Posté par momo11

Quand la légalité républicaine s’apparente a du servage,nous avons tous les droits !Surtout celui de vous petez la gueule.momo11



Seule réponse de François Fillon à la colère des salariés : "refuser la logique de la violence"
8 avril 2009 - 21h05 - Posté par emorej

le prolo attend une hypothétique récompense, l’actionnaire, l’élu-e, le rentier engraisse tranquillement. la police veille. après tout, on aime ça. On a ce qu’on mérite.Rien à faire pour le moment, si ce n’est d’agiter, d’éduquer, d’organiser.



Seule réponse de François Fillon à la colère des salariés : "refuser la logique de la violence"
8 avril 2009 - 21h26 - Posté par emorej

l’outil final du capitalisme comme toute autre classe dirigeante est la guerre, c’est basé sur l’économie, la politique, la religion ou autre. Ca approche, et je refuse : désertion assurée de ma part : autant être fusillé par les miens que par les autres







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite