Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Réflexions sur le pouvoir


de : LEGRAND Jean-Paul
jeudi 14 mai 2009 - 19h20 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

Du Pouvoir

Il faut détenir une sacrée dose d’orgueil, beaucoup de suffisance pour prétendre au pouvoir tel qu’il existe depuis la nuit des temps. Le pouvoir même sous ses apparences démocratiques de l’époque contemporaine reste pour l’essentiel le pouvoir personnel et personnifié dans des figures emblématiques, représentants d’une classe ou d’une caste. L’homme de pouvoir produit deux prototypes : l’homme d’Etat à la forte ambition et la petite crapule au médiocre dessein. Tous deux savent qu’ils doivent fouler au pied les idéaux dont ils se réclament, déjouer les pièges de leurs adversaires, et les assassiner mentalement pour se forger le caractère intransigeant et décidé que la mission qu’ils se sont donnée exige. Mentalement ? Seulement selon les circonstances, car l’Histoire prouve que de la pensée aux actes, il n’y a que quelques bourreaux qui séparent le criminel de la victime puisqu’en dernière instance la fin justifie les moyens.

L’homme du pouvoir est un tueur, mais ce qui le distingue du malfrat ordinaire c’est qu’il est stratège. La petite crapule, elle, peut parvenir au pouvoir mais n’y reste longtemps que si elle a su reproduire ses us et coutumes maffieux dans la hiérarchie de l’Etat. L’ homme d’Etat, lui, est un stratège de haut vol. Il connaît l’art de la guerre sociale avec ses méthodes, ses manipulations mais surtout il a l’intuition de l’opportunité, de l’occasion. L’homme d’Etat est un génie de la politique. Il réussit le tour de passe-passe d’apparaître ordinaire et donc humain et pourtant au-delà des contingences terrestres, presque proche des dieux. La petite crapule n’atteint jamais ces hauteurs, médiocre en humanité, elle est incapable de susciter le rêve, l’espoir, la grandeur. Tout au contraire l’homme d’Etat, figure vivante de la puissance doit aussi savoir produire l’illusion d’un changement espéré afin que la domination de classe se perpétue, en somme que les affaires continuent. Ainsi donc est la matrice séculaire de notre condition politique. Seule la révolution communiste brisera le moule abject de celle-ci. La petite crapule et l’homme d’Etat, ces criminels historiques seront enfin anéantis par le triomphe grandiose de la démocratie !

Jean-Paul Legrand

http://creil-avenir.com



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Réflexions sur le pouvoir
15 mai 2009 - 11h57

Bonjour,

Je me permets de citer tout de suite (parce que ça éclairera je pense la suite de mes élucubrations..) un extrait fameux de M Weber in "Le savant et le politique" :

"Le pouvoir politique, c’est le monopole de la violence légitime".

Et j’adjoins celle ci (Carl Schmitt "La Notion de politique et la Théorie du Partisan") :

"Aussi longtemps qu’un peuple existe dans la sphère du politique, il devra opérer lui-même la distinction entre amis et ennemis, tout en la réservant pour des conjonctures extrêmes dont il sera juge lui-même. C’est là l’essence de son existence politique. Dès l’instant que la capacité ou la volonté d’opérer cette distinction lui font défaut, il cesse d’exister politiquement."

En fait , cette réflexion que tu nous livres, c’est plutôt une réflexion sur les hommes de pouvoir (et...les femmes de pouvoir ça existe aussi), pas vraiment sur "le pouvoir" . Voire même sur les "politiciens" ou pire les "politicards" (appelons un chat un chat ?)

Bon, il y a beaucoup de sujets soulevés très intéressants et qui sont de vraies questions mais de mon point de vue je trouve qu’il y a aussi qq assimilations ou imprécisions qui nuisent un peu au propos.

Par exemple la réflexion sur la reproduction des us et coutumes maffieux au sein de l’Etat - on peut se dder si l’Etat "moderne" comme disent les journaux, ie pour nous capitaliste, n’est pas en soi corruptible, corrompu par essence ? donc si ce n’est pas plutôt de devoir savoir s’adapter ou faire avec les pratiques maffieuses DANS l’Etat (national et local) qui compte ?

Je regrette qu’aucune place ne soit réservée aux êtres humains qui forment et représentent leur classe et qui sont obligés de se confronter au pouvoir de manière à la fois passive (pouvoir subi) et active (pouvoir à prendre). Je ne crois pas à la politique sans pouvoir, mais bien sur cela dépend de ce qu’on entend par pouvoir, et également par "politique". De mon point de vue le pouvoir tel que nous devons l’envisager est une traduction du vouloir.

C’est ce qui nous différencie par exemple de certains mouvements purement contestataires mais sans volonté de "pouvoir".

Même les anarchistes, ont , de mon point de vue , à se confronter avec cette notion et à en faire leur part. Parce qu’il n’y a pas que "pouvoir sur autrui" mais aussi, pouvoir sur les choses et pouvoir sur l’histoire, je pense. Et lorsqu’on se bat contre un ennemi (de classe) on est bien dans une dialectique de pouvoir ?

Oui oui bien sur, "le pouvoir est maudit"...si on le prend sans immédiatement le renverser pour le changer et en substituer un autre plus conforme plus en correspondance avec nos objectifs. Mais ce qu’entendait L. Michel par là c’est bien l’exercice bourgeois du pouvoir bourgeois parce que dans un cadre bourgeois, enfin, je pense. Parce qu’enfin, quand Louise Michel était sur les barricades avec un fusil, elle était bien en relation direct avec le pouvoir même si c’ était dans la contestation de ce pouvoir ("qui est au bout du fusil" comme disaient les Mao...) ?

Comment faire abstraction du pouvoir dans la lutte de classe, lutte qui implique conflit, qui implique rapport de force, qui implique pouvoir ?

Je veux dire que le vouloir être libre c’est nécessairement se donner le pouvoir de l’émancipation, non ?

Ensuite je ne suis pas convaincue par l’assimilation pouvoir/puissance (ou "puissant") ni par l’assimilation "homme d’État"/homme de pouvoir.

Donc je comprends bien que ce qui est visé ici c’est plutôt "la politique politicienne", le pouvoir pour le pouvoir et non le pouvoir comme nécessité, comme contingence préalable à l’émancipation.

Pour dire les choses clairement , ce qui me gêne un peu avec cette réflexion fort intéressante , c’est qu’en la poussant à fond, on fait à nouveau l’impasse de la question de l’Etat pour nous, comme si notre révolution ne pouvait être qu’une violente suppression de tout Etat.

Je crois que la question de l’Etat socialiste, état de transition vers le communisme, doit être reposée, indépendamment, autrement, de ce qu’on a connu avec l’URSS post léniniste, mais aussi, à la lumière de la tragique fin de l’expérience anarchiste espagnole anti franquiste par exemple.

Je pense qu’une réforme profonde de la conception même de l’Etat (et je ne parle donc pas d’aménager l’Etat bourgeois par une X ième "constitution") serait sans doute plus révolutionnaire que mille velléités de voir "disparaître" un Etat du jour au lendemain.

Et c’est là justement que la réflexion sur le pouvoir reprend toute sa place, parce qu’une telle expérience de création d’un État réellement , profondément socialiste, ne sera pas viable ni pérenne dans un monde capitaliste si nous ne savons pas ce que doit être le pouvoir pour NOUS, selon nous, comment il doit être pris et compris, si ce que nous avons à offrir comme liberté n’est pas plus avantageux pour chacun de notre classe et de nos alliés de classe que ce que les marchands de Coca Cola et de canons ont à proposer...

Et là on retombe sur la question de la culture, de l’éducation, de l’enseignement, comme seules armes fondamentales pour que la liberté se défende d’elle même

Mais il ne tient qu’à nous de réfléchir aux mécanismes nouveaux permettant de lutter contre la corruption qu’exercerait le pouvoir en soi, il ne tient qu’à nous de définir ce qu’est le pouvoir pour des socialistes révolutionnaires, des communistes. Se posera donc fatalement la question de la bureaucratie et de la police, également.

Ainsi donc est la matrice séculaire de notre condition politique. Seule la révolution communiste brisera le moule abject de celle-ci. La petite crapule et l’homme d’Etat, ces criminels historiques seront enfin anéantis par le triomphe grandiose de la démocratie !

Sur ce dernier point, je ne suis pas d’accord - de mon point de vue , si nous ne commençons pas par briser ce moule (dans les têtes, dans les actes et dans nos organisations ou supposées telles) il n’y aura pas de révolution communiste, jamais.

C’est une vision mystique, religieuse de la révolution (dont nous sommes presque tous, nous communistes, "dépendants" même à "notre corps défendant" et contre laquelle nous devons lutter chaque jour - et c’est normal, car tous les grands penseurs ont démontré que l’essence de la modernité politique était profondément religieuse -)

ça commence avec Saint Augustin et "la Cité de Dieu"

« Deux amours ont donc fait deux cités : l’amour de soi jusqu’au mépris de Dieu, la cité terrestre ; l’amour de Dieu jusqu’au mépris de soi, la cité céleste. L’une se glorifie en elle-même, l’autre dans le Seigneur. L’une demande sa gloire aux hommes ; pour l’autre, Dieu témoin de sa conscience est sa plus grande gloire. L’une dans sa gloire dresse la tête ; l’autre dit à son Dieu : « tu es ma gloire et tu élèves ma tête ». L’une dans ses chefs ou dans les nations qu’elle subjugue, est dominée par la passion de dominer ; dans l’autre, on se rend mutuellement service par charité, les chefs en dirigeant, les sujets en obéissant. L’une, en ses maîtres, aime sa force ; l’autre dit à son Dieu : « je t’aimerai Seigneur, toi ma force . » (XIV, 28)

On pourrait presque remplacer dans cette conception qui nous oppresse le "Notre Père qui êtes aux cieux..." par :

"Révolution qui êtes au cieux que votre règne vienne que votre volonté soit faite et ne nous soumet pas à la tentation mais délivre nous du mal".

Je crois qu’un de nos problèmes en France, c’est qu’on a trop tendance à investir la Révolution (figure mythologique, fiction tant qu’elle est en mots) de la même attente messianique que les fascistes par exemple, sur l’homme providentiel.

Nous notre Providence, notre Salut, ce n’est pas tant, au fond, un homme fort, "l’homme providentiel" de Max Weber, c’est "la Révolution"...

Et bien je pense qu’on doit se défaire absolument d’une part de cette éducation chrétienne (au sens strict) - et c’est pour cela qu’être laïque est insuffisant pour être socialiste révolutionnaire je pense, et que la "fréquentation" de certains penseurs anarchistes est nourrissante aussi de ce point de vue, et d’autre part, de se défaire ce fantasme, de cette fiction - la Révolution n’est pas un "existant" qui planerait dans l’éther en attendant d’avenir "au bon moment".

Elle n’est ni nécessairement socialiste ou communiste, ni "advenante"tout court d’ailleurs. La Lutte des classes peut parfaitement ne pas accoucher de la révolution, en d’autres mots. Et d’ailleurs cela Marx et Engels l’envisagent dans "Le Manifeste" mais on l’oublie très souvent ...

La révolution, elle est à construire une fois renversée la classe auparavant dominante, la bourgeoisie, une fois saisi l’appareil d’Etat dans son entier, et l’Etat bourgeois n’est pas détruit par la simple magie de notre "accession aux manettes", il est à détruire par nous dès que nous plantons le drapeau rouge au fronton de l’Assemblée nationale et du Conseil d’Etat, dès que nous prenons l’Elysée.

Or comme la nature a horreur du vide, pour le détruire il faut proposer autre chose à la place.

Non pas qui en fasse office, non pas qui en tienne lieu, mais que nous aurons créé. Ce qui implique de mon point de vue que nous l’aurons réfléchi soigneusement auparavant (ce que nous avons cessé de faire depuis 40 ans, en tout cas, en France, en nous balançant désormais entre "acceptation pure et simple de l’Etat bourgeois" et "suppression totale de tout type d’Etat par la pure magie de la Révolution").

C’est cela que j’aime chez un Fidel Castro - une fois Cuba "reprise" aux impérialistes, il a dit, je ne sais plus comment exactement, mais, en gros, "c’est maintenant que la révolution commence et elle ne peut pas finir, maintenant que le plus dur est à venir".

Ce qui le distinguait d’un Guevara, qui ne tenait pas en place et était un pur guerrier.

C’est là que je dis on ne peut pas être révolutionnaire sans être aussi réformateur (et j’ai pas dit réformiste...)

A (pour)suivre donc,

Fraternellement à toi,

La Louve

Ps : Évidemment, désolée si j’ai mal compris - ce qui sera sans doute le cas - ton propos.



Réflexions sur le pouvoir
16 mai 2009 - 04h15 - Posté par JPL

Mon texte n’avait pas vocation à donner une réponse complète, fouillée sur le thème du pouvoir. C’est simplement une idée couchée sur la page web pour susciter le type de réaction qui est la tienne.

Bien à toi

JPL





COVID 19 : Des Municipalités sous l’oeil haineux de la macronnie !
jeudi 24 - 16h24
de : joclaude
L’appel du vide - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 23 - 23h39
de : Hdm
Des grèves reconductibles inédites chez Labosud
mercredi 23 - 09h18
Femmes prises entre capitalo-patriarcat et hyperpatriarcat : alliances à former.
mercredi 23 - 08h37
de : Christian Delarue
6 commentaires
France : Tenue républicaine exigée par les Amish
mardi 22 - 10h37
de : Sanaga
1 commentaire
Grande fête du livre des éditions Noir et Rouge
lundi 21 - 23h28
de : Frank
BOLIVIE Perspectives avant les élections du 18 octobre
lundi 21 - 19h16
de : allain graux
APPEL AU MOIS INTERNATIONAL D’ACTIONS POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH
lundi 21 - 17h44
de : Jean Clément
COVID 19 : Cuba vient de mettre au point un vaccin !
lundi 21 - 16h40
de : joclaude
Représentation syndicale avec son badge (ou pas) et rien d’autre !
lundi 21 - 12h11
de : Christian Delarue
2 commentaires
SEXYPHOBIE AU MUSEE d’ORSAY
lundi 21 - 01h28
de : Christian Delarue
4 commentaires
Premiers de corvée, premiers oubliés ! Des sans-papiers marchent vers l’Élysée
dimanche 20 - 17h03
CHILI/VENEZUELA : une superbe historique, afin que nul n’en ignore !
dimanche 20 - 16h31
de : joclaude
CUBA : courrier au Canard Enchaîné
dimanche 20 - 16h12
de : joclaude
Amérique Latine : Démocratie contre blocus !
dimanche 20 - 15h19
de : joclaude
1 commentaire
Racket sur les retraités et les personnes en perte d’autonomie : le rapport Vachey
dimanche 20 - 15h04
de : joclaude
1 commentaire
Entre droit de critique du voile et nécessaire respect des personnes
samedi 19 - 23h25
de : Christian Delarue
2 commentaires
Le néocolonialisme d’ENGIE au Brésil
samedi 19 - 21h53
de : Mr Mondialisation
SEXYPHILIE anodine d’Instagram et SEXYPHOBIES agressives ailleurs
samedi 19 - 17h02
1 commentaire
journée internationale pour la paix : visio-conf. ce 18 septembre 2020
jeudi 17 - 23h32
Le désempuissantement populaire participe de la perte de démocratie.
jeudi 17 - 20h50
de : Christian Delarue
4 commentaires
Pourquoi beaucoup de salariés ont la tête ailleurs
jeudi 17 - 12h16
1 commentaire
Des papiers pour tous ! C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 08h17
de : Hdm
De la lutte des masques à la lutte des classes
jeudi 17 - 07h58
de : Bruno Guigue
2 commentaires
Si à 5 ans un gosse n’as pas eu au moins deux leucémies, c’est qu’il a raté sa vie
mercredi 16 - 23h29
de : Dr Seguelasse de Santé publique rance
SEPARATISME
mercredi 16 - 19h48
de : Nemo3637
5 commentaires
l’Etat providence... ! Pour qui ?
mercredi 16 - 16h41
de : joclaude
VENEZUELA : On ne nous dit pas tout !
mercredi 16 - 10h37
de : joclaude
1 commentaire
La nouvelle grenade de désencerclement reste une arme de guerre
lundi 14 - 07h23
1 commentaire
Les trois secteurs de résistance du peuple-classe
dimanche 13 - 14h47
de : Christian Delarue
1 commentaire
Le séisme idéologique est plus important que le virus lui-même
dimanche 13 - 05h35
de : Michaël Verbauwhede et Seppe De Meulder - Solidaire
4 commentaires
MRAP : Droit et "séparatisme islamique" (lettre ouverte)
samedi 12 - 16h29
de : Christian Delarue (mrap)
Le MRAP assure le Maire de Stains de sa solidarité
samedi 12 - 10h48
de : Christian Delarue (mrap)
Agression antisémite à Aubervilliers
samedi 12 - 10h43
de : Christian Delarue (MRAP)
Génération désenchantée
vendredi 11 - 22h11
de : paris lutte info
Oussama et CIA copains comme cochon
vendredi 11 - 21h56
de : globalResearch
quel "homme" de petite taille ce darmanin
vendredi 11 - 18h14
1 commentaire
Le moment paranoïaque (le déferlement totalitaire) face à la dialectique du maître et de l’esclave Par Ariane Bilheran,
vendredi 11 - 11h21
de : pierrot
2 commentaires
CHRONIQUES NOIR & ROUGE N° 2 Septembre 2020
mercredi 9 - 22h26
de : frank
ELEVES ET PROFS A L’ABANDON
mercredi 9 - 18h16
de : Nemo3637

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite