Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Cuba : une révolution universelle
de : Emrah KAYNAK
lundi 18 mai 2009 - 12h16 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire
JPEG - 46.3 ko

de Emrah KAYNAK

Est-ce Cuba ou le monde qui doit changer ?

Plus que tout autre pays, Cuba est scruté, jaugé, critiqué et souvent avec peu de discernement. La réalité sociale cubaine est après 50 ans de révolution contrastée : ce n’est ni un jardin d’Eden, un havre de béatitude ni un lieu de damnation. La vérité est dans la nuance et non dans la démesure.

Malgré de sérieuses déficiences économiques - en termes de production, transport, logement- la révolution peut s’enorgueillir de succès significatifs dans des secteurs pivots tels que l’éducation, la santé, la culture, l’émancipation des femmes,…On ne peut occulter un versant aux dépens de l’autre. Il faut rendre compte de la situation dan sa complexité et non pas l’appauvrir pour l’ajuster à des présuppositions idéologiques.

Selon Carl G. Jung, la solidité d’une conviction se démontre par sa flexibilité. Cuba a été contraint de s’adapter à des circonstances nouvelles sans perdre son essence. La révolution n’est pas le royaume des certitudes ; elle s’est parfois fourvoyée mais elle n’a jamais commis l’irrémédiable erreur d’éluder les difficultés effectives du pays.

Une conviction solide est apte aussi à supporter le débat. La vérité surgit de la confrontation des idées et de l’échange des points de vue. Le gouvernement cubain a toujours montré des dispositions au dialogue avec n’importe quel interlocuteur pourvu que ce soit dans le respect des valeurs constitutives de la révolution : justice sociale, autodétermination, souveraineté et intégrité territoriale, solidarité internationale.

Le processus révolutionnaire s’inscrit en aval d’un mouvement d’indépendance entamé au 19ème s. contre les empires espagnols et états-uniens. La révolution a fédéré différentes forces contre un système d’oppression soutenu par l’impérialisme. Il n’existe pas de société pure, un dedans sans point de contact avec l’extérieur. On ne peut pas dès lors ne pas tenir compte, si l’on veut évaluer la situation du pays, des acteurs globaux de l’économie-monde et plus particulièrement de l’hostilité vorace de l’ogre états-unien. L’expérience révolutionnaire ne se déroule pas dans un laboratoire à l’abri de toute intervention étrangère. Chaque mesure de l’extérieur implique une contre-mesure et vice versa. La réalité cubaine doit donc être mise en perspective avec l’état du monde et le contexte régional.

Il n’est pas aisé de contenir l’hégémonie culturelle états-unienne qui s’appuie sur de formidables moyens de diffusion. On assiste à Cuba à la confrontation entre deux types de société : une société du désir basée sur l’irrationalité des comportements individuels (le consumérisme) et une société des besoins fonctionnels, physiques et psychologiques, impulsée par le pouvoir.

Il faut bien reconnaître que la passion acquisitive s’est répandue dan certaines catégories sociales, notamment au sein de la jeunesse.

Il y a de fait une discontinuité, comme dans tout projet humain, entre les finalités conçues rationnellement et les résistances opposées par la réalité pendant qu’on les poursuit. La rénovation des rapports humains, l’émergence d’une nouvelle culture de vie nécessitent des circonstances favorables et une longue pratique.

Les manquements économiques chroniques de Cuba ne sont pas de nature à élever les consciences. La lutte pour le quotidien - l’immédiateté- favorise l’éclosion de diverses formes d’incivilité : vols, détournement de biens publics, corruption. Notons toutefois que le taux de criminalité reste relativement marginal pour cette région du monde.

Ces carences sont inexorablement exploitées par les médias internationaux qui réservent à Cuba un traitement différencié et vicié par des considérations idéologiques.

La compassion affectée envers le peuple cubain est douteuse lorsqu’elle est mise en parallèle avec l’insensibilité ordinaire à l’endroit des exclus du système capitaliste. Si par exemple un Cubain réclame une pièce à un touriste, on en déduit que le peuple meurt de faim. Si l’on voit une file, on en conclue que la pénurie sévit. La prostitution dans l’île est traitée tout aussi inconsidérément, alors que nul pays n’est vierge de cette pratique aussi vielle que le monde. De la même façon, l’émigration cubaine est surexposée médiatiquement bien qu’elle reste dans des mesures équivalentes aux autres pays du continent et ce, malgré la législation du voisin du nord qui incite à l’émigration illégale.

Plus encore que le constat, c’est l’analyse des causes qui dénonce avec le plus d’évidence l’investissement idéologique des contempteurs du socialisme. Dans un pays capitaliste, le pauvre est tenu pour responsable de sa condition. Il est sanctionné pour son inaptitude à s’adapter au marché. Dans la même ligne de pensée, le riche est gratifié pour sa prétendue utilité sociale en tant que pourvoyeur de biens et de travail. On ne tient aucunement compte dans ce cas du cadre social qui définit les opportunités.

Le raisonnement est inversé en ce qui concerne Cuba : toutes les conduites humaines sont réduites à une seule cause déterminante, un seul référent à savoir le communisme. En somme, la responsabilité de la condition sociale est individualisée et a-politisée d’un côté tandis qu’elle politisée à outrance de l’autre.

L’objectif de cette manœuvre est clair : accuser le socialisme et inciter Cuba à « changer ». Les forces impérialistes appellent inlassablement à la mutation des structures politico-sociales de Cuba, en termes clairs, elles veulent lui faire boire la potion toxique du capitalisme.

Il y a un relent colonialiste dans cette attitude condescendante et méprisante qui prétend attribuer ex cathedra de bons ou de mauvais points.

Cuba a arraché dans la lutte son droit à l’autodétermination et à sa souveraineté pleine et entière. Le peuple cubain est le seul apte à choisir le mode de production et d’organisation sociale qui lui convient le mieux.

La doxa bourgeoise prophétise la chute sponte sua de la révolution et elle s’emploie par ailleurs avec un acharnement hystérique à la mettre en échec. Si le socialisme était effectivement voué à sa perte, il suffirait en toute logique d’attendre sagement que le système s’écroule sous le poids de ses contradictions. Or il n’en est rien. C’est l’exact contraire qui se produit dans les faits. Des sommes colossales sont allouées au dénigrement de la révolution et une incroyable énergie est déployée pour affaiblir économiquement et isoler politiquement Cuba.

Depuis toujours, la stratégie impérialiste a consisté à obérer la dialectique de la révolution afin de postuler l’invalidité des thèses marxistes. Les Etats-Unis et leurs alliés veulent convertir l’exemple de la possibilité du changement en exemple contraire de l’impraticabilité du communisme.

L’existence même de Cuba est une invite aux autres nations à devenir partie prenante de leur destin collectif. L’enjeu de la révolution est en ce sens universel et ne concerne pas les seuls citoyens cubains. C’est la possibilité d’une société organisée autour d’un idéal de raison qui est en question. Il est dès lors du plus haut intérêt de défendre, en faisant preuve d’une solidarité critico-pratique, Cuba Socialista, territoire libre d’Amérique.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Cuba : une révolution universelle
19 mai 2009 - 04h10 - Posté par jaky

fidel n,est pas un dictatore,il est un brav comandante,bon sistem de sante , sistem de education gratuit ,amour pour les enfants de son pays, pas des escroqueries, pas de criminalite,pas de coruption, je aimerais savoir quel sont les circomstance pour pour declarer fidel de dictatore, compareson avec les autre aprenti dictatores






La haine de l’Indien
vendredi 22 - 18h55
de : Álvaro GARCIA LINERA
Projection-débat “Nous ne vendrons pas notre avenir” 21 novembre 2019 - 18h30 (video)
jeudi 21 - 11h44
de : Info’Com CGT
Une fois le fascisme décongelé on ne peut pas le recongeler - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 20 - 22h09
de : Hdm
1 commentaire
SYRIE : Israël aggrave dangereusement la tension Internationale !
mercredi 20 - 20h07
de : JO
BOLIVIE : Un nouveau coup d’Etat orchestré de la guerre économique des multinationales !
mercredi 20 - 19h54
de : J0
Hôpitaux : un plan d’urgence au rabais
mercredi 20 - 14h35
Emission : Allemagnes 89/90 - Réunification ? Ou colonisation ?
mardi 19 - 18h02
de : Emission Polémix et La Voix Off
2 commentaires
Gilets jaunes : sept Français sur dix trouvent le mouvement "justifié" et estiment qu’il a servi aux catégories populair
mardi 19 - 13h36
de : nazairien
1 commentaire
LA RAGE ET LA RÉVOLTE
mardi 19 - 12h42
de : Ernest London
Didier Maisto, directeur de "sud radio" , mais aussi, journaliste de terrain, témoigne sur l’acte 53 à Paris (vidéo)
lundi 18 - 23h02
de : nazairien
2 commentaires
3 Médias indépendants, au coeur de l’acte 53 à Paris, article de pierrick tillet (vidéos)
lundi 18 - 19h12
de : nazairien
Le peuple désarmé sera toujours vaincu ! Analyse à méditer en tout cas !
lundi 18 - 16h54
de : JO
3 commentaires
Le Préfet de police a « transformé par un tour de passe-passe bureaucratique des manifestants en délinquants »
lundi 18 - 16h40
de : JO
4 commentaires
Mémoire historique : Information et mise au point sur l’association « 24 août 1944 »
lundi 18 - 15h24
de : Miguel Campos
1 commentaire
Dimanche 17 Novembre, Paris, Acte 53 suite, Pas de repos pour les GJ ! (vidéo)
dimanche 17 - 21h16
de : nazairien
1er anniversaire, du combat des "gilets jaunes" AN II reprise des "ronds points" (vidéo)
dimanche 17 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires
16 et 17 novembre : pas de cadeaux pour l’anniversaire des gilets jaunes
dimanche 17 - 19h32
2 commentaires
Les Forces de l’Ordre (quoique) ne devraient-t-elle nettoyer plus souvent la visière de leur casque
dimanche 17 - 18h34
de : jean-marie Défossé
Acte 53 Gilets Jaunes : Dissuasion ou interdiction perfide des manifs ; ?
dimanche 17 - 18h01
de : JO
Acte 53 Gilets Jaunes :Des policiers se font-ils passer pour des black blocs
dimanche 17 - 17h54
de : JO
Les réformes de Macron sont les vraies armes par destination
samedi 16 - 20h54
de : Xavier Marchand
1 commentaire
Une Transition Anticapitaliste est-elle encore possible ?
samedi 16 - 14h02
de : Lepotier
9 commentaires
Damien Saez, un artiste, qui n’a jamais renié ses engagements, chante l’anniversaire du combat des "gilets jaunes"
vendredi 15 - 23h13
de : nazairien
Pour revenir sur la 4e Assemblée des Assemblées des Gilets Jaunes à Montpellier avec Demos Kratos (vidéo)
vendredi 15 - 19h35
de : nazairien
Reviens vite Evo, ton peuple a besoin de toi : Roger Waters (vidéo str fr)
vendredi 15 - 11h50
de : nazairien
2 commentaires
LES « PÉTROLEUSES »
vendredi 15 - 10h48
de : Ernest London
LA LUTTE FINALE
jeudi 14 - 20h36
de : Nemo3637
2 commentaires
Hôpital : tout le monde déteste l’austérité
jeudi 14 - 18h11
Bloc bourgeois - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 13 - 21h31
de : Hdm
Sans âme.
mercredi 13 - 21h27
de : L’iena rabbioso
Précarité étudiante : le cinq décembre dans toutes les têtes
mercredi 13 - 18h37
1 commentaire
GILETS JAUNES Acte 52 à Montpellier : La terreur bleue !
mardi 12 - 16h26
de : JO
CES 600 MILLIARDS QUI MANQUENT À LA FRANCE
mardi 12 - 12h16
de : Ernest London
BOLIVIE ! Processus électoral électronique mis en cause !
mardi 12 - 11h32
de : JO
2 commentaires
Pour poser de nouveaux jalons de laïcité
mardi 12 - 01h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Intervention de Michèle Sibony, au nom de l’UJFP, à la manifestation du 10 novembre contre l’islamophobie
lundi 11 - 23h23
de : Chantal Mirail
6 commentaires
L’appel à manifester des sous-marins jaunes
lundi 11 - 21h09
de : jean1
Rassemblement contre la précarité étudiante dans toute la France le mardi 12 novembre
lundi 11 - 20h50
de : jean1
La terre a tremblé de Cruas à Tricastin ; Allo vous m’entendez ?
lundi 11 - 15h40
de : le fou du roi nucléaire pour coordi SudEst
1 commentaire
Gauche SERVILE ou gauche INDOCILE face aux intégrismes religieux
lundi 11 - 11h53
de : Christian DELARUE
5 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Le monde est dangereux à vivre ! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire. Albert Einstein, 1921.
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite