Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

La société du "non dialogue"


de : Patrick Mignard
mercredi 20 mai 2009 - 09h09 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire
JPEG - 33.7 ko

de Patrick Mignard

Les "partenaires" sociaux parlent sans cesse de "dialogue" comme moyen de résoudre les problèmes sociaux, mais au fil des conflits on se rend compte que ce soit disant dialogue est complètement piégé. La dernière expérience que viennent de faire les salariés, mais aussi les étudiants français est particulièrement instructive à cet égard.

Il ne s’agit pas de dramatiser ou de prendre une position maximaliste, il s’agit de comprendre exactement ce qu’il se joue et quel est l’état des forces en présence.

LES CONDITIONS DU DIALOGUE SOCIAL

Il n’y a pas une définition précise et "officielle" de ce qu’est un dialogue social, mais essayons tout de même de le définir.

Le dialogue social se fonde sur un consensus implicite entre plusieurs parties susceptibles et d’accord pour faire des concessions.

Le fondement de tout dialogue est la possibilité d’aboutir à une entente, à un compromis, un accord dans lequel chaque partie trouve un intérêt.

Pour qu’il y ait dialogue il faut une triple condition : une situation qui fasse problème des interlocuteurs, « quelque chose » à négocier

La situation, nous la connaissons tous : un système économique fondé sur le profit et qui, dans les conditions actuelles de mondialisation marchande – et qui plus est, de crise - fait que, les anciens pays industriels, voient leur puissance économique relativisée.

Les interlocuteurs nous les connaissons également mais ils prennent une configuration nouvelle :   l’État, considéré à tort comme neutre dans le rôle de l’arbitre joue de plus en plus évidemment en faveur des possesseurs du capital ;   les possesseurs du capital, de plus en plus exigeants – fonds de pensions, Hedge Funds, en particuliers – et qui jouent leurs intérêts sur une plus grande échelle.   les interlocuteurs : les représentants institutionnels des salariés – les syndicats – qui ne se sont pas rendu compte – ou bien ils mentent – que les actions d’antan sont aujourd’hui des impasses.

Quelque chose à négocier : là est le cœur du problème. Ce qui se négocie, ce n’est plus des avancées sociales comme se fut le cas jusqu’à il y a une dizaine d’années, mais le recul des acquis sociaux. En effet, l’époque est finie, celle où les pays développés industrialisés avaient le monopole de l’économie mondiale et dictaient leur loi.

Les conditions du dialogue social, contrairement aux époques passées, est problématique

LE DIALOGUE SOCIAL EST-IL ENCORE POSSIBLE ?

Et d’abord, a-t-il encore un sens ?

Le seul sens que l’on puisse, aujourd’hui, lui trouver c’est de garder le contact et d’éviter la rupture entre « partenaires sociaux ». À proprement parler, il ne s’agit plus là de sens, mais du constat d’une exigence partagée : donnons nous l’impression de dialoguer pour éviter de nous affronter.

Or, ce qui prétend être un dialogue social actuel est fondé sur une situation complètement déséquilibrée qui peut se résumer à la manière du Pouvoir en place de poser le problème : « OK pour dialoguer, mais nous maintiendrons nos positions et nos décisions quoi qu’il arrive ». Ce qui montre que le soit disant dialogue n’est qu’un prétexte qui n’est absolument pas ce qu’il prétend être.

L’occultation du réel par le discours est une constante permanente de tous les pouvoirs, à toutes les époques. Aujourd’hui, on est dans cette situation dans la mesure où le pouvoir n’a plus rien à négocier, ne cèdera plus rien,… et sait qu’il peut ne rien céder.

L’attitude de l’État est parfaitement logique. En effet, garant de la pérennité du système marchand, fondé comme nous l’avons vu, sur la réalisation du profit, il se doit de gérer ce système – encore qu’il a abandonné une grande partie de ses prérogatives – dans des conditions de mondialisation nouvelles par rapport à la période précédente. Cette garantie, il l’assure par la référence exclusive aux lois du marché (libéralisme) et le renforcement de la répression (l’État gendarme succédant à l’État providence).

Il a, face à lui, des partenaires qui, non seulement sont dispersés et en désaccord sur les mesures tactiques, à fortiori stratégiques, à prendre et qui n’ont recours qu’à de vieilles méthodes (manifestations, grèves, pétitions, protestations, délégations) dont on sait, par la pratique, qu’elles sont totalement obsolètes.

NON DIALOGUE ET AFFRONTEMENT

Est-ce à dire que la situation est bloquée ?

Oui, certainement, en ce sens qu’elle ne peut générer aucun changement. Les forces « conservatrices » au pouvoir n’ont face à elles aucune force ayant un projet et une stratégie alternative. Nous en avons aujourd’hui un parfait exemple.

Les trépignements d’impatience, les défilés à répétition, la radicalité des discours, qui tiennent lieu d’une soit disante stratégie politique, ne sont que des manifestations d’impuissance qui veulent donner l’illusion d’une dynamique qui en fait n’existe pas.

Ce blocage est incontestablement générateur de violence sociale. L’exaspération succède tout logiquement au piétinement.

Cette violence, si elle est logique et compréhensible, est parfaitement stérile. Certes, elle alimente chez certains les fantasmes du « grand soir », ou de l’ « insurrection qui vient »,… pour d’autres elle doit être canalisée vers les urnes. Pour le pouvoir, elle est une aubaine, lui permettant de faire un « pot pourri » de « violence-délinquance-irresponsabilité politique-terrorisme,…. », le tout, avec l’appui des médias complaisants, aboutissant à une remise en question des libertés publiques et un renforcement de l’arsenal répressif.

Allons nous vers un affrontement social, un conflit ouvert entre possesseurs et leurs valets et victimes de ce système qui nous conduit à la ruine ?. Peut-être ! Qui peut l’affirmer ?

Une chose est cependant sûre : l’affrontement, aussi logique soit-il, s’il se produit, sera écrasé par les possédants qui disposent d’un arsenal et de bandes armées prêts à celui-ci, mais savent aussi également qu’aucune alternative sérieuse à leur système n’est prête à prendre la relève… autrement dit les hésitants, la majorité, dans tous les cas de figure, se retournera vers eux et non contre eux – ce qui explique aujourd’hui la situation apparemment absurde qui fait que la majorité vote contre ses propres intérêts.

En attendant,… quoi au juste ? … on nous fait patienter en organisant des manifestations folkloriques et colorées, des pétitions par centaines et des élections… ; jusqu’aux vacances qui joueront le même rôle que les massages sur des membres endoloris par l’effort.

Soyez cool,… « on » s’occupe de tout !

Patrick MIGNARD mai 2009

Voir aussi : « ILS NE CÈDERONT PLUS RIEN ! » « CES LUTTES À BOUT DE SOUFFLE » « LE SENTIMENT TRAGIQUE DE L’INUTILE » « MANIFESTE POUR UNE ALTERNATIVE »

http://www.altermonde-sans-frontier...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
La société du "non dialogue"
20 mai 2009 - 09h49 - Posté par momo11

Dialogue social ?Avec l’intersyndicale,l’impression est plutot de COLLABORATION sociale.Qu’avons a négocier ,le poids de nos chaines,la couleur de nos habits de "bagnard".Non,revenons a nos acquis ,pour lesquels des personnes sont mortes et ne négocions pas l’injustice et le martyr !Tout est a nous rien est a eux !momo11






Dimanche 31 mai Pas de retour à l’anormal
lundi 25 - 22h37
de : Le Cercle 49
De 1789 au 29 mai 2005, mobilisation du peuple-classe.
lundi 25 - 22h31
de : Christian DELARUE
LE COVID-19 RÉVÈLE LA FOLIE DU CAPITALISME.
lundi 25 - 17h24
de : joclaude
Gifle énorme dans l’escarcelle de l’impérialisme : Les Tankers Iraniens sont arrivés au Venezuela !
lundi 25 - 17h16
de : joclaude
Pour comprendre le nouveau pouvoir des Banques Centrales
lundi 25 - 14h20
de : Lepotier
1 commentaire
Bagnols sur cèze (30 Gard) : les raisons d’un incendie.
lundi 25 - 04h24
de : L’iena rabbioso
Fier d’être un minimaliste vaincu !
dimanche 24 - 18h05
de : Claude Janvier
1 commentaire
Violences policières : nier, nier, il en restera toujours quelque chose
dimanche 24 - 18h04
ACHÈVEMENT D’UN MONDE INVIVABLE
dimanche 24 - 17h24
1 commentaire
La liberté d’expression en net progrès aujourd’hui à Angers
samedi 23 - 21h36
de : Le CERCLE 49
Que sait-on des navires iraniens qui arriveront au Venezuela ?
samedi 23 - 17h50
de : joclaude
1 commentaire
Un monarque s’en inspire d’un autre ! Des accusations fusent !
samedi 23 - 16h17
de : joclaude
La chenille qui redémarre.
vendredi 22 - 16h14
de : L’iena rabbioso
Le concept de peuple-classe dans ATTAC Démocratie
vendredi 22 - 11h59
de : Christian DELARUE (ATTAC Démo)
1 commentaire
TRUMP, président ou gangster : La paix du monde en danger ?
vendredi 22 - 11h30
de : joclaude
Licenciements, où en est-on ?
vendredi 22 - 10h41
Urgence sociale
vendredi 22 - 02h09
de : Martine lozano
Le 21 mai 1871 débutait la Semaine sanglante
jeudi 21 - 22h00
de : Le pouvoir est maudit
2 commentaires
Appel à agir contre la réintoxication du monde !
jeudi 21 - 16h41
de : jean1
1 commentaire
Pas la haine du voleur de vélo.
mercredi 20 - 23h17
de : Christian DELARUE
Opération mangouste - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 20 - 18h38
de : Hdm
Astuces patronales pour un monde d’après, pire qu’avant !
mardi 19 - 07h48
2 commentaires
La contestation mise au ban
lundi 18 - 23h02
de : Le CERCLE 49
la macronie en dessin
lundi 18 - 12h19
de : jean1
CONVERGENCE DES LUTTES : Vers une fusion des syndicats patronaux CFDT MEDEF ?
dimanche 17 - 23h03
de : Viktor Yugov
4 commentaires
Même pas mort.
dimanche 17 - 11h06
de : L’iena rabbioso
2 commentaires
Dans l’ESS, RTT et autres progrès
dimanche 17 - 00h08
de : Christian DELARUE
Et si on essayait la démocratie... pour voir ?
samedi 16 - 19h43
de : Le Cercle 49
15 mai 1948 / 15 mai 2020 : 72 ans de résistance jusqu’à la libération !
samedi 16 - 18h21
de : Jean Clément
Arrestations à Bologne
samedi 16 - 17h24
de : jean1
1 commentaire
Déconfiture - C’est l’heure de l’mettre !
samedi 16 - 10h02
de : Hdm
Entre deux flics, la lutte s’est déconfinée dès le 11 mai un peu partout en France
vendredi 15 - 23h56
de : La Gazette des confiné·es
1 commentaire
Coronavirus dans les abatoirs
vendredi 15 - 23h13
de : azard
1 commentaire
Lettre ouverte de Léon Landini à François Ruffin.
vendredi 15 - 17h11
de : jodez
Philippe Martinez : « Gouvernement et patronat confondent la solidarité avec la charité.
vendredi 15 - 16h19
de : JO
Ce n’est pas avec des médailles qu’on résoudra les problèmes de l’hôpital
vendredi 15 - 11h23
de : JO
Création du CNNR : Conseil National de la Nouvelle Résistance
jeudi 14 - 22h12
Le capitalisme ne va pas s’effondrer tout seul, il faut s’en préoccuper !
jeudi 14 - 15h22
de : Eve76
2 commentaires
32 HEURES : ET SI C’ÉTAIT LE MOMENT ?
mercredi 13 - 20h56
de : Ch Delarue
Crise sanitaire sous contrôle ouvrier à la coopérative Scop-Ti
mercredi 13 - 10h11
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
Christophe nous a quittés (video)
vendredi 17 avril
de Roberto Ferrario
Je me rappelle de cet soirée moi et Thom juste derrière a gauche entrain de manger du couscous vapeur... Le musicien et chanteur Christophe nous a quittés hier soir. Il collaborait encore récemment avec les musiciens de Ménilmontant Hakim Hamadouche, Mirabelle Gilis etc. et l’association Ménil Mon Temps souhaitait lui proposer d’être le parrain de la prochaine édition du Gala des Artistes de Ménilmontant. Nous le croisions au restaurant La Cantine de Ménilmontant. Il y (...)
Lire la suite
« Vous paierez tout et vous paierez cher, vous les capitalistes ! » Milan, 16 avril 1975, très sombre souvenir... (vidéo)
jeudi 16 avril
de Roberto Ferrario
Une soirée mémorable dans une trattoria a coté d’un canaux de Milan (Naviglio) Claudio, moi et d’autres camarades on mange ensemble pour fêter nôtres élections comme représentants des étudiants dans nôtres respectif instituts technique, lui dans ITIS du Tourisme, moi dans l’ITIS Molinari (XI ITIS). Une semaine après le 16 avril 1975 tard dans la soirée un coup de téléphone d’un camarade de mon organisation politique (A.O.)... J’arrête de manger avec mes parents (...)
Lire la suite
Scoop Bellaciao : scandale, un rapport de Santé Publique France de mai 2019 réclamait 1 milliard de masques !
jeudi 26 mars
de Roberto Ferrario
6 commentaires
La date est importante (mai 2019), le gouvernement de Macron ne peut donc pas continuer à dire que les responsables sont les anciens gouvernements... Deuxièmement, c’est cette phrase dans le rapport qui est très importante et qui détermine le milliard de masque demandé : "En cas de pandémie, le besoin en masques est d’une boîte de 50 masques par foyer, à raison de 20 millions de boîtes en cas d’atteinte de 30% de la population..." Il est extrêmement "bizarre" (...)
Lire la suite
Projection-soutien aux grévistes "Soigne et tais-toi" Mardi 4 février à 19h30
jeudi 30 janvier
de Info’Com-CGT
2 commentaires
Pour soutenir les grévistes qui luttent actuellement contre la réforme des retraites, "Les rencontres Info’Com" organisent une soirée projection-soutien du film ’’Soigne et tais-toi". • Date : 4 février à 19h30 • Lieu : Salle Colonne au 94 bd Auguste-Blanqui 75013 Paris • Participation libre reversée à la Caisse de grève. "Les rencontres Info’Com" est un rendez-vous culturel organisé par le syndicat Info’Com-CGT. Son objectif est de vous (...)
Lire la suite
REMISE DE LA SOLIDARITÉ FINANCIÈRE À L’OPERA DE PARIS MARDI 31 DÉCEMBRE 14H
mardi 31 décembre
de Info’Com-CGT
6 commentaires
Donnez, partagez, investissez dans la lutte… c’est déterminant ! Faire un don en ligne https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... #CaisseDeGreve : remise solidarité financière pour salariés de l’Opéra de Paris mardi 31 décembre 2019 à 14h, dernier jour de l’année en symbole de lutte artistique vs #reformesdesretraites de #macron. Participation 13h à l’AG et remise publique du chèque sur les marches de l’Opéra Bastille à (...)
Lire la suite
POUR DÉFENDRE MA RETRAITE ET CELLE DE MES ENFANTS, JE VERSE À LA CAISSE DE GRÈVE (VIDEOS)
vendredi 27 décembre
de Info’Com-CGT
https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... Nous sommes des millions à être opposés à la réforme des retraites que veut imposer le gouvernement. Cette "réforme" a pour objectif de nous faire travailler encore plus longtemps et mettre en place une retraite à points qui baissera inéluctablement le montant nos futures pensions ! Ne laissons pas faire. Agissons ensemble en participant aux mobilisations ou en alimentant la caisse de grève afin d’aider celles et ceux qui sont en grève et se (...)
Lire la suite
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite