Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Casser le service public et marchandiser la santé et l’éducation
de : Carland
mardi 26 mai 2009 - 12h36 - Signaler aux modérateurs

Du 15 au 17 mai la coordination nationale des hôpitaux et maternités de proximité organisait ses 12ème rencontres. Une universitaire est intervenue pour montrer l’intérêt de la convergence dans les luttes pour les services publics


Brève comparaison entre la loi « hôpital, patients, santé et territoire » (dit Bachelot) et les lois Pécresse (mai 2009) HOPITAL / UNIVERSITE

Idée : L’université emprunte le même chemin que l’hôpital public - l’hôpital a, si l’on peut dire, une longueur d’avance sur l’université

Au départ, deux convictions (côté gouvernement)

1/ alléger les dépenses publiques, c’est se donner les moyens d’alléger les impôts, donc de libérer l’épargne des plus riches : c’est leur donner les moyens d’investir dans l’économie, de créer des entreprises, de créer des emplois, de donner du pouvoir d’achat aux gens, et de relancer la croissance

=> des riches plus riches, c’est bon pour la collectivité nationale

2/ le progrès passe par le développement de l’esprit de compétition : c’est comme ça que chacun est encouragé à se dépasser, à faire mieux, donc à faire du bien aux autres

2 objectifs principaux

1/ réduire les impôts, donc réduire les dépenses publiques

2/ introduire de la concurrence là où il n’y en a pas ou peu

Où ça ?

 là où il y a des fonctionnaires, c’est-à-dire dans les trois grandes fonctions publiques : celle de d’Etat, celle des collectivités territoriales, celle de l’hôpital

 là où on dépense l’argent public (services publics étatiques notamment)

 là où prévaut autre chose que la logique de la compétition (solidarité, coopération, redistribution…)

En disant quoi ?

 que les dépenses publiques sont improductives (ce qui est faux : investir dans les routes, les écoles, les transports, la sécurité, le développement des territoires, c’est bon pour « l’économie réelle », ça contribue à élever la productivité d’un pays)

 qu’elles ont abouti à d’immenses bureaucraties qui fonctionnent mal (ce qui est vrai en partie)

 qu’il faut donc recentrer l’Etat sur son « cœur de métier » (emprunt au management) : défense, sécurité intérieure, justice, économie/finances

 qu’il faut donc réduire son périmètre d’intervention : non seulement dans les services publics dits industriels et commerciaux (qui ont presque tous été privatisés - La Poste étant le dernier à y passer) mais aussi dans tous les autres services publics où prévalait jusque là, au nom de leur caractère fondamental, un principe de gratuité ou de quasi-gratuité : notamment la santé, l’éducation, la culture

Au nom de quoi ?

de la stratégie de Lisbonne (« faire de l’UE l’économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique au monde d’ici 2010) => domaines privilégiés = recherche, éducation, santé

I. ­ Logique d’ensemble : un système à 2 vitesses

affaiblir le service public pour favoriser le développement d’une offre privée

Hôpital (scénario prévisible) : lois qui visent à substituer à la notion de « service public hospitalier » celle de « missions de service public » qui pourraient être assurées par tous les établissements du secteur

• on laisse les hôpitaux se paupériser, les soins se dégradent, les plus aisés se tournent vers les cliniques (qui refusent de prendre en charge les plus pauvres et les pathologies les moins « rentables »), les plus pauvres restent à l’hôpital, l’écart de prestations (et de coûts : pathologies plus lourdes et moins « rentables » à l’hôpital) s’accroît

• ce qui est rentable est transféré au privé, on laissera au public les moins rentables (personnes âgées, pauvres, précaires, patho lourdes)

• les plus aisés vont finir pas ne plus vouloir payer pour d’autres qu’eux (« moins d’impôts ! »), les pressions sur le système hospitalier (réduction des sites, des coûts…) vont s’accroître

=> suppression à terme de services publics non rentables

=> développement parallèle de l’assistance (organisations caritatives)

=> fort essor des cliniques et « hôpitaux privés »

=> un système à 2 vitesses se met en place

Université (scénario prévisible)

• on laisse les universités de taille petite et moyenne (pluridisciplinaires) se paupériser, l’offre éducative et de recherche se dégrade, elles sont transformées en « collèges universitaires » (niveau L)

=> les étudiants plus aisés se tournent vers les universités de grande taille + grandes écoles + établissements sup privés

=> les plus pauvres restent dans les « collèges » (où on ne fait plus de recherche)

=> fort essor d’un enseignement sup privé

=> système à 2 vitesses, inégalités territoriales et sociales accrues

II. ­ Outils de mise en place des réformes

1) Pas de réforme avec tambour et trompettes mais une avalanche de réformettes : plus on bombarde l’adversaire de réformes, plus on l’affaiblit (il ne sait plus où donner de la tête, il est à la fois sur tous les fronts et nulle part)

Hôpital : loi hospitalière de 1991, ordonnances Juppé de 1996, plans "Hôpital 2007" puis "Hôpital 2012", et maintenant la loi HPST

Université : réformes (LRU, Pécresse, etc.) sur les conditions de gestion des U (décollégialisation), conditions de recrutement des EC et de gestion de leur carrière (fin du jugement par les pairs), conditions de formation des enseignants du primaire et du secondaire (assèchement concours de la fonction publique), éclatement CNRS, etc.

2) Pas de débat démocratique

 une phraséologie qui subvertit le sens originel des mots « réforme » = destruction service public

 une rhétorique bien rodée

. « le service public est en crise ! il ne fonctionne pas bien ! »

. « nous sommes en retard sur les autres : il faut à tout prix rattraper ce retard »

. « regardez votre place dans les palmarès : on est trop bas, il faut remonter ! »

 un processus présenté comme inéluctable

 des décisions tranchées par des experts, un débat enclos dans l’espace technocratique

=> des réformes dont la logique d’ensemble ne se découvre que progressivement et dont l’éclatement nuit à l’organisation de résistances et d’une contre-mobilisation

3) Une logique de division

Outils ?

* des calendriers différents : repères temporels différents. Exemple : Universités : 3 « vagues »

* une logique « dilemme du prisonnier » => jeux d’anticipations croisées sur ce que fait le voisin qui nuit à la coopération et à la solidarité

Universités : « l’université d’à côté ne va-t-elle pas remonter ses maquettes de diplômes ? Dans le doute, remontons les nôtres »

4) Modalités concrètes de mise en œuvre SFR (acronyme de mon cru)

. on Supprime (les établissements, les activités, les emplois de fonctionnaires, via le non remplacement des départs en retraite)

. on Fusionne (au nom de la lutte contre les « doublons », les services redondants…)

. on Réduit (le périmètre d’activité, le nombre de services)

Hôpital : mise en place de « communautés hospitalières de territoire », qui permettront de mutualiser certaines fonctions ou activités.

Argument ? améliorer les coopérations locales et les parcours de soins

Universités : série de plans (PRES, pôle de compétitivité, plan Campus…) qui contraignent universités à « mutualiser » activités et services autour d’un seul et même pôle d’excellence.

=> ce sont là les préconisations de la vaste réforme qui affecte toute la fonction publique d’Etat, la RGPP (Révision générale des politiques publiques qui a été pensée par des hauts fonctionnaires, des chefs d’entreprise, des experts en management et des responsables de cabinets de consultants) qui est mise en œuvre depuis 2009

=> inégalités s’accroissent, services publics qui contribuent pourtant à la productivité du pays sont de plus en plus affaiblis, et investissements attendus n’ont pas eu lieu (le désir de faire de l’argent pour de l’argent l’a emporté)

5) Des instruments d’action étatique à distance (relevant du nouveau management public)

Un exemple comptable et budgétaire

Hôpital : la « T2A », la tarification à l’activité

principe : hôpital réduit à un pourvoyeur d’actes de soins (critère privilégié : durée de séjour des pathologies)

visée : réduire cette durée, éliminer les « soins » non rentables et trop coûteux en personnel (gériatrie, psychiatrie, soins palliatifs)

Université

avant on avait San Remo : qui prenait en compte des effets de taille, de coûts de fonctionnement différents par classe de formation

désormais on a « SYMPA » Logiciel "Système de répartition des moyens à la performance et à l’activité" (opérationnel depuis le 1er janvier 2009) : avec lui, on ne peut augmenter la masse salariale (le gouvernement agit à distance)

=> répartition de la dotation au prorata des étudiants (4 pondérations dont : inscrits, présents aux examens, ayant réussi, etc.) et des enseignants-chercheurs publiants.

6) Un exemple de technique incitative : le benchmarking (comparaison-émulation)

 Ça consiste en quoi ? à donner aux gens des moyens de se comparer constamment avec les autres et de mesurer les écarts entre sa position et celle des autres. Ça va de pair :

. avec le développement des méthodes d’évaluation (reporting, emprunté au privé) : fixation d’objectifs, de critères, de délais, résultats, bilan, récompenses/sanctions + nouveau cycle d’objectifs-critères-délais-récompenses/sanctions, etc.

. avec un discours de valorisation des « meilleurs » et de stigmatisation publique des « médiocres »

 Pourquoi ça marche ? parce que c’est une forme douce de coercition

Hôpital : palmarès des hôpitaux

=> critères contestables (taux d’infections nosocomiales, de morts, etc.) qui ne tiennent pas compte des caractéristiques globales de la population des patients et du territoire

Université palmarès des « licences pro », des « masters », des « universités », palmarès de Shangaï (construit n’importe comment)

=> critères contestables qui ne tiennent pas compte des caractéristiques globales de la population des étudiants, des EC et des C

III. Conséquences : affaiblissement services publics

« Verticalisation » des deux systèmes

1/ mise en place d’exécutifs forts qui rendent des comptes directement au gouvernement,

=> le directeur d’hôpital rend des comptes au directeur d’agence régionale de santé qui rend des comptes à la ministre

=> le président d’U rend des comptes au recteur qui rend des comptes à la ministre

2/ pas de contre-pouvoirs

Une bureaucratisation croissante

renforcement des pouvoirs administratifs au détriment des « professionnels »

Hôpital renforcement des exécutifs locaux : directeur de l’UNCAM, des hôpitaux, des ARS (hauts fonctionnaires révocables par le gouvernement)

personnification du pouvoir : le directeur de l’H en devient le seul et unique « patron »

Université renforcement et personnification des exécutifs locaux : président, staff rapproché, direction administrative des composantes…

personnification du pouvoir : le directeur de l’U en devient le seul et unique « patron »

Vers l’extinction de la fonction publique

1/ suppressions de postes (départs en retraite non remplacés)

Hôpital 20 000 emplois menacés sur toute la France. Rien que l’Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) : 1 000 emplois doivent disparaître en 2009.

Universités - 1 090 postes

2/ précarisation embauches sous statut précaire (CDD) : bon instrument pour rendre les gens dociles

Universités : externalisation et disparition progressive des administratifs de catégorie C (par ex. dans la restauration)

3/ rémunération à la « performance »

Hôpital article 10 du projet de loi HPST crée un nouveau statut contractuel pour les médecins exerçant à l’hôpital : part de rémunération variable liée à la réalisation d’objectifs financiers

Universités ça commence : chaires d’excellence, primes accordées par le président, etc.

Conséquences négatives à long terme

Vision court-termiste. Or à long terme :

Hôpital : réduction de l’offre sanitaire à la population (qualité, diversité, sécurité)

Universités : réduction de l’offre d’enseignement et de recherche (qualité, diversité, accès quasi gratuit : hausse prévue des frais d’inscription)

Source : cordination nationale des hôpitaux et maternités de proximité

Carland



Imprimer cet article





Une fois le fascisme décongelé on ne peut pas le recongeler - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 20 - 22h09
de : Hdm
SYRIE : Israël aggrave dangereusement la tension Internationale !
mercredi 20 - 20h07
de : JO
BOLIVIE : Un nouveau coup d’Etat orchestré de la guerre économique des multinationales !
mercredi 20 - 19h54
de : J0
Hôpitaux : un plan d’urgence au rabais
mercredi 20 - 14h35
Emission : Allemagnes 89/90 - Réunification ? Ou colonisation ?
mardi 19 - 18h02
de : Emission Polémix et La Voix Off
2 commentaires
Gilets jaunes : sept Français sur dix trouvent le mouvement "justifié" et estiment qu’il a servi aux catégories populair
mardi 19 - 13h36
de : nazairien
1 commentaire
LA RAGE ET LA RÉVOLTE
mardi 19 - 12h42
de : Ernest London
Didier Maisto, directeur de "sud radio" , mais aussi, journaliste de terrain, témoigne sur l’acte 53 à Paris (vidéo)
lundi 18 - 23h02
de : nazairien
2 commentaires
3 Médias indépendants, au coeur de l’acte 53 à Paris, article de pierrick tillet (vidéos)
lundi 18 - 19h12
de : nazairien
Le peuple désarmé sera toujours vaincu ! Analyse à méditer en tout cas !
lundi 18 - 16h54
de : JO
2 commentaires
Le Préfet de police a « transformé par un tour de passe-passe bureaucratique des manifestants en délinquants »
lundi 18 - 16h40
de : JO
4 commentaires
Mémoire historique : Information et mise au point sur l’association « 24 août 1944 »
lundi 18 - 15h24
de : Miguel Campos
1 commentaire
Dimanche 17 Novembre, Paris, Acte 53 suite, Pas de repos pour les GJ ! (vidéo)
dimanche 17 - 21h16
de : nazairien
1er anniversaire, du combat des "gilets jaunes" AN II reprise des "ronds points" (vidéo)
dimanche 17 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires
16 et 17 novembre : pas de cadeaux pour l’anniversaire des gilets jaunes
dimanche 17 - 19h32
2 commentaires
Les Forces de l’Ordre (quoique) ne devraient-t-elle nettoyer plus souvent la visière de leur casque
dimanche 17 - 18h34
de : jean-marie Défossé
Acte 53 Gilets Jaunes : Dissuasion ou interdiction perfide des manifs ; ?
dimanche 17 - 18h01
de : JO
Acte 53 Gilets Jaunes :Des policiers se font-ils passer pour des black blocs
dimanche 17 - 17h54
de : JO
Les réformes de Macron sont les vraies armes par destination
samedi 16 - 20h54
de : Xavier Marchand
1 commentaire
Une Transition Anticapitaliste est-elle encore possible ?
samedi 16 - 14h02
de : Lepotier
9 commentaires
Damien Saez, un artiste, qui n’a jamais renié ses engagements, chante l’anniversaire du combat des "gilets jaunes"
vendredi 15 - 23h13
de : nazairien
Pour revenir sur la 4e Assemblée des Assemblées des Gilets Jaunes à Montpellier avec Demos Kratos (vidéo)
vendredi 15 - 19h35
de : nazairien
Reviens vite Evo, ton peuple a besoin de toi : Roger Waters (vidéo str fr)
vendredi 15 - 11h50
de : nazairien
2 commentaires
LES « PÉTROLEUSES »
vendredi 15 - 10h48
de : Ernest London
LA LUTTE FINALE
jeudi 14 - 20h36
de : Nemo3637
2 commentaires
Hôpital : tout le monde déteste l’austérité
jeudi 14 - 18h11
Bloc bourgeois - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 13 - 21h31
de : Hdm
Sans âme.
mercredi 13 - 21h27
de : L’iena rabbioso
Précarité étudiante : le cinq décembre dans toutes les têtes
mercredi 13 - 18h37
1 commentaire
GILETS JAUNES Acte 52 à Montpellier : La terreur bleue !
mardi 12 - 16h26
de : JO
CES 600 MILLIARDS QUI MANQUENT À LA FRANCE
mardi 12 - 12h16
de : Ernest London
BOLIVIE ! Processus électoral électronique mis en cause !
mardi 12 - 11h32
de : JO
2 commentaires
Pour poser de nouveaux jalons de laïcité
mardi 12 - 01h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Intervention de Michèle Sibony, au nom de l’UJFP, à la manifestation du 10 novembre contre l’islamophobie
lundi 11 - 23h23
de : Chantal Mirail
6 commentaires
L’appel à manifester des sous-marins jaunes
lundi 11 - 21h09
de : jean1
Rassemblement contre la précarité étudiante dans toute la France le mardi 12 novembre
lundi 11 - 20h50
de : jean1
La terre a tremblé de Cruas à Tricastin ; Allo vous m’entendez ?
lundi 11 - 15h40
de : le fou du roi nucléaire pour coordi SudEst
1 commentaire
Gauche SERVILE ou gauche INDOCILE face aux intégrismes religieux
lundi 11 - 11h53
de : Christian DELARUE
5 commentaires
Coup d’Etat en Bolivie :Les syndicats annoncent un siège et donnent 48 heures à Camacho pour quitter La Paz
lundi 11 - 11h13
de : JO
2 commentaires
L’Europe doit cesser d’investir dans l’industrie du génocide
dimanche 10 - 22h29
de : DAIARA TUKANO via Christine Prat

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Le progrès technique est comme une hache qu'on aurait mise dans les mains d'un psychopathe. Albert Einstein
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite