Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Les défis auxquels fait face le communisme aujourd´hui - Septembre 1991
de : Copas
mercredi 27 mai 2009 - 14h54 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires

de Copas

Dans le soucis d’élargir le débat, je passe ce texte d’un marxiste iranien, mort bien trop tôt, qui a permis, avec le succès des partis qu’il a contribué à construire en Irak et en Iran , a des avancées dans la compréhension de la période actuelle.

JPEG - 21 ko

Les défis auxquels fait face le communisme aujourd´hui _ Septembre 1991

Mansoor Hekmat
(1951-2002)

 Ces dernières années ont sans aucun doute été une période décisive dans l´histoire du 20e siècle.

Nombre de celles et ceux qui ont connu la révolution de 1917, la montée du fascisme ou les deux guerres mondiales, ont considérés ces événements comme de simples « actualités », même si leur vie quotidienne a été inévitablement marquée par ces événements historiques.

De la même manière, il se peut que bon nombre de gens de notre génération ne comprennent pas la signification historique de la période actuelle.

Le futur montrera combien la société humaine a changé, combien le profil économique, politique et intellectuel mondial a changé ; comment la conception que l´Humanité se fait d´elle-même et de son destin s´est transformée.

Nous vivons une période de rupture historique fondamentale.

D´où que nous venions et quoique nous fassions, les événements de ces dernières années modifient nos conditions de vie et redéfinissent le cadre de nos luttes sociales et de celles des générations futures.

Les guerres des cinquante prochaines années, les difficultés auxquelles l´Humanité devra faire face, les défis sociaux, politiques et intellectuels auxquels des millions de personnes vont dédier leurs vies, l´image que le genre humain va projeter de lui-même dans l´art, la culture et la littérature, la psychologie individuelle et sociale des gens, leur espoirs et leur craintes économiques et politiques, leurs conceptions morales et philosophiques, vont porter la marque des événements dont nous sommes aujourd´hui les témoins.

Exactement comme les résultats politico-économiques et intellectuels ont modelé les vie des deux dernières générations, de l´Europe industrielle et des USA jusqu´aux régions les plus reculées et les plus arriérées, les développements actuels vont affecter la vie des générations futures dans tous ses aspects.

« L´Occident a gagné la troisième guerre mondiale sans tirer un seul coup de feu », ont déclaré certains analystes occidentaux.

En fait, l´histoire réelle de plusieurs décennies de conflits entre les deux camps de cette « troisième guerre mondiale », y compris sa phase finale durant les dernières années, n´a été rien d´autre que la mort, la pauvreté et la privation de droits pour des milliards de personnes.

Cela seul suffit à faire de la proclamation qu´« aucun coup de feu n´a été tiré » un non-sens.

Néanmoins, ce qu´il y a de vrai dans cette affirmation doit être reconnu, en l´espèce, que ce qui se passe est comparable à la fin d´une troisième guerre mondiale et que son impact sur l´histoire contemporaine doit être compris.

Les développements historiques se déroulent à des niveaux variés.

L´aspect le plus tangible et immédiat de ce processus est la désintégration du bloc de l´Est et la destruction du système politique, économique et idéologique qui le définissait.

De manière simple et évidente, l´Ouest a gagné la bataille qui opposait deux camps bourgeois, l´Est et l´Ouest.

De même que pour chaque victoire précédente d´une puissance bourgeoise sur une autre, nous sommes témoins d´une désintégration politique et géographique, d´une subjugation économique et d´une subordination idéologique du camp des perdants.

De l´annexion de ses terres à l´invasion de ses marchés, du changement de son système politique et administratif, de l´ouverture de ses portes aux valeurs culturelles et éthiques du vainqueur, tout cela sont les marques classiques de la victoire d´une puissance bourgeoise sur une autre.

Ce qui n´est pas du tout « classique », par contre, c´est que le camp vaincu a été l´un des pôles d´un système bipolaire qui durant un demi-siècle a dominé l´ensemble des caractéristiques de la situation politique mondiale. Politiquement, le monde entier a été modelé sur la base de ce système. C´est pourquoi la fin de cette polarité change complètement l´équation politique et économique, non seulement dans le bloc de l´Est, mais dans le monde pris dans son ensemble.

Dans le bloc de l´Est lui-même, les développements les plus frappants sont en train de prendre place. La victoire du marché a répandu la pauvreté et l´insécurité économique pour les travailleurs. Une lutte intense s´est développée autour des nouveaux modèles économies et des structures politiques.

JPEG - 82.6 ko

D´un autre côté, la désintégration d´un espace politique et administratif clos a activé toutes sortes de mouvements sociaux, des plus progressistes et révolutionnaires aux plus archaïques et aux plus réactionnaires.

Aux côtés d´un mouvement ouvrier qui présente de nouvelles revendications, de nouvelles formes de protestation, le nationalisme, le fascisme et la religion sont revenus au premier plan.

Dans cette partie du monde dominée et arriérée connue comme le « tiers-monde », où les problèmes ont été directement liés aux confrontations internationales, une redéfinition fondamentale des enjeux est en cours. Soudainement, des solutions sont trouvées pour de vieux problèmes, tandis que de nouveaux, et plus complexes, sont en train de surgir.

Les forces sociales sont placées face à une situation fondamentalement transformée.

C´est ce qu´on voit clairement en Palestine, en Afghanistan en Ethiopie, au Cambodge, dans différents pays d´Amérique centrale et du Sud, et dans les principales aires de conflits en Afrique.

Le nationalisme, la religion, le libéralisme, le réformisme et le radicalisme sont placés dans une configuration complètement différente d´auparavant. Les perspectives pour le développement économique dans cette partie du monde ont changé une fois encore.

La désintégration de l´Est et l´ouverture aux capitaux de l´Ouest ont créé un engouement pour un développement orienté vers l´Occident et l´intégration au marché mondial pour les pays asiatiques africains et latino-américains.

Mais les aspects les plus important et, à long terme, les plus décisifs de la désintégration du bloc de l´Est sont les inévitables développements futurs dans l´Ouest victorieux.

L´entité politique, économique et idéologique appelée « occident » ou « monde libre », qui s´était définie comme contrepartie du bloc de l´Est, va inévitablement changer, comme résultat de la disparition du pole opposé.

L´Ouest doit se désintégrer comme un bloc global. A structure politique et idéologique qui lui a donné son identité unifiée va devoir être revue.

Non seulement de nouvelles formations militaires, politiques et économiques, mais aussi un nouveau système compatible avec le capitalisme après la fin de la confrontation « Est-Ouest », vont prendre place.

Le monde capitaliste marche vers une révision totale de sa formation économique, politique et culturelle.

La nouvelle période historique ne sera pas faite de stabilité, d´ordre et de clarté, mais d´instabilité, de désordre et de confusion.

Même si nous voyons cette question comme un « règlement de comptes » historique entre blocs bourgeois, il manque la moitié de l´image.

La fin de la « troisième guerre » entre blocs bourgeois, est accompagnée d´une attaque significative de la bourgeoisie toute entière contre la classe ouvrière.

Les vainqueurs et les vaincus sont unis pour proclamer la « fin du communisme ». La victoire de l´Ouest est célébrée, non seulement comme une victoire sur un bloc militaire, politique et économique rival, ou comme celle du marché sur l´économie étatisée, mais avant tout comme une victoire sur le communisme. Cette formule est, en partie, le legs idéologique de l´offensive finale de l´Ouest contre l´Est entreprise par Reagan et Thatcher.

C´est la contribution spécifique de la Nouvelle droite en Europe occidentale et aux USA dans les années 80 à la confrontation Est-Ouest. D´un autre côté sa caractérisation, par l´idéologie occidentale officielle, comme une bataille de la démocratie et du marché contre le socialisme et le communisme est le drapeau d´une nouvelle série d´attaques contre le mouvement ouvrier.

Cela montre que du point de vue de la bourgeoisie, le processus de règlement de leurs combats internes doit se terminer par des gains significatifs dans la guerre de classe qui a continué de se dérouler en même temps.

C´est le côté obscur des développements internationaux récents, qui augure d´un cauchemar horrifiant pour l´Humanité toute entière.

Pour nombre d´analystes naïfs des événements récentes, parmi les gauchistes ou ex-gauchistes, ou pour des intellectuels à l´humanisme borné, le monde va vers la paix, l´harmonie, la liberté et l´humanité. Tous placent leurs revendications nationalistes, libérales et environnementales, aux pieds du capitalisme.

De telles illusions naïves sont autant d´indications d´une perception anhistorique des développements récents. Les attaques actuelles contre le communisme ne sont pas contre un groupe particulier, contre un parti, ou encore un système politique et administratif. Ce sont des attaques contre l´Humanité, l´égalité et la liberté en général, et contre le mouvement de la classe ouvrière pour la réalisation de ses aspirations en particulier.

Leur objectif est de proclamer l´immortalité du capitalisme et la futilité de toute forme de protestations de la part des masses opprimées.

C´est une offensive contre les attentes humaines, contre l´espoir des gens de prendre le contrôle de leur propre destin, contre toute notion de responsabilité de la société envers l´individu, et contre l´idéal d´une égalité légale, politique et économique.

C´est une offensive pour supprimer toute forme de limitation et mettre un frein aux idées socialistes et à deux siècles de luttes quotidiennes de la classe ouvrière contre l´exploitation et le pilage du capital.

Si la bourgeoisie réussit dans son offensive contre le communisme et repousse les critiques socialistes, le mouvement socialiste, dans les marges, l´alternative réelle auquel le monde devra faire face ne sera rien d´autre que la barbarie enveloppée dans le papier-cadeau de la technologique.

JPEG - 124.4 ko

Fédération des conseils ouvriers d’Irak

Le résultat, ce sera l´atomisation des travailleurs et des citoyens vis-à-vis du capital, de ses institutions politiques, économiques, administratives et de leur propagande. Cela ridiculisera tous les idéaux humains comme ridicules et inatteignables.

Les applaudissements quand tombent les statues de Lénine ne sont seulement une marque d´hostilité face à un bloc de l´Est paralysé et défait.

Ils font tomber Lénine comme un symbole de la tentative insolente de Lénine contre la sainteté du Capital ; le symbole de la lutte des masses laborieuses pour changer le monde.

Même sans cette offensive contre l´humanité travailleuse, le monde d´aujourd´hui est plutôt sombre pour quiconque se soucie de la dignité et des droits du peuple.

Dans les centres industriels, les rangs des chômeurs augmentent. Les divisions de classes se creusent.

La sécurité sociale et le bien-être des gens a dramatiquement diminué.

Une famille ouvrière ne peut survivre sans deux boulots.

Les organisations ouvrières, même le mouvement syndical qui a depuis longtemps cessé d´être une menace pour l´ordre bourgeois, est réprimé et perd ses moyens d´agir.

L´individualisme et la compétition ont été acceptés comme des normes fondamentales et indéniables de la société.

L´aspect général de cette société, tel qu´il est reflété par les intellectuels en particulier, l´intelligentsia, les penseurs et les créateurs d´images de la bourgeoisie, a dramatiquement glissé vers la droite.

Les idées libérales et réformistes des années 60 / 70 ont été déclarées invalides et repoussées dans les marges.

L´existence d´un vaste nombre de personne vivant sous le seuil de pauvreté aux USA et en Europe est maintenant considérée comme quelque chose d´acceptable.

Le néo-fascisme et le racisme sous des formes variées sont revenus sur la scène.

La révolution technologique n´a pas seulement amélioré la domination économique du capital sur les travailleurs, mais il l´a aussi pourvu de nouveaux moyens de préserver sa domination politique.

A côté de l´armée, des tribunaux et des prisons, l´expansion des mass medias occupe une position unique dans la sécurisation du contrôle politique de la bourgeoisie.

La duperie systématique et l´intimidation des individus isolés dans leurs foyers, le bombardement constant de la société par une propagande exposant la vision bourgeoise du monde, de la société et de l´Homme, est devenue une précondition intégrale et indivisible de la survie des démocraties occidentales (la dictature parlementaire de la bourgeoisie).

En dehors du monde industriel, l´insécurité économique sociale et politique règne sans partage. La perspective e la croissance économique, pour ces pays, est sombre, et dans nombre d´entre eux la lutte quotidienne contre la pauvreté et la famine est le moyen de vivre pour la plus grande masse de la population.

L´importance de la dette extérieure du « Tiers-monde » au pays occidentaux et de leurs institutions financières a atteint des dimensions incroyables. Dans certains, plus de 80 % du revenu généré par la croissance économique est dépensée en payement des intérêts de cette dette, un fait qui selon des estimations officielles, a pour résultat cinquante millions d´enfants morts chaque année (un toute els deux secondes) et ne laisse, pour celles et ceux qui survivent, que la pauvreté, l´absence de logement, la prostitution et la dépendance à la drogue.

Des milliards de gens, dans ces pays, se voient déniés les droits miniums nécessaires pour diriger leur société et influencer leur destinée économique et politique.

Les régimes bourgeois répressifs, et les crimes politiques commis par l´état ou de manière para-étatiques contre la classe ouvrière et le mouvement ouvrier, sont la marque de fabrique des systèmes politiques de ces pays. Dans la plupart, toute tentative d´organisation socialiste ou syndicale est un crime passible de peines sévères.

Le statut des travailleurs, comme citoyens de seconde classe, comme vendeurs de travail pas cher, est de plus en plus confirmé dans l´économie politique du monde actuel.

Cet apartheid de classe à l´échelle globale, qui classe les gens selon leur « valeur » pour l´industrie, est renforcé par la montée de nouveaux systèmes idéologiques réactionnaires.

Le poids de la stigmatisation pour la pauvreté, pour ne pas avoir de boulot ou de logement, ou de médecine de base, d´instruction ou de sécurité sociale, ont glissé de l´individu à la société. Le concept de droit, politique ou économique, est de nouveau étroitement lié à la propriété. Les mouvements nationalistes et religieux trouvent un terrain d´action ouvert. Avec la sanctification du marché, du capital et de la propriété capitaliste, l´interventionnisme militaire à l´échelle globale et son cadre de pensée raciste et eurocentriste sont revivifiés et baptisés sous la bannière du Nouvel Ordre Mondial.

- Pour un communisme qui n´a pas revu ses idéaux d´égalité et de liberté pour tous et toutes ;

- pour un communisme qui est le mouvement critique-pratique des travailleurs pour transformer d´un bout à l´ordre bourgeois arriéré et inhumain,

- pour un communisme qui est témoin des attaques actuelles contre le marxisme et les idées et les mouvements de la classe ouvrière, l´ère actuelle pose une longue liste de défis intellectuels et politiques.

Nous devons faire face à ces défis.

Et il y a tous les signes qu´une victoire des travailleurs et du communisme est possible durant cette même période.

Le monde entier est dans un processus de reconsidération majeure de ses fondements économiques, politiques et intellectuels.

Le communisme-ouvrier, libre du poids des blocs socialistes bourgeois, a une grande opportunité de mettre en avant, de manière directe, sa vision critique et son alternative sociale.

La globalisation du capital et de la production industrielle a transformé la classe ouvrière moderne en une véritable classe globale.

Les protestations ouvrières contre les politiques des gouvernements et des employeurs et pour l´amélioration de leurs conditions de vie continue dans nombre de pays.

Les courants traditionnels au sein du mouvement ouvrier, particulièrement les syndicalistes et les sociaux-démocrates, ont montré leur incapacité à étendre les organisations ouvrières et à mener les protestations ouvrières à la victoire.

En dépit de toute cette agitation, de toute cette propagande anti-communiste, aujourd´hui les courants socialistes radicaux au sein du mouvement de la classe ouvrière ont de bien meilleures possibilités aujourd´hui d´attirer les travailleurs à des politiques et dans des organisations radicales.

Pour les communistes, il y a beaucoup de choses à faire. Et il y a beaucoup qui peuvent être faites.

Une victoire complète et une défaite complète sont également probables.

Les défis majeurs sont globaux et n´ont pas de caractères spécifiquement liés à un pays, bien qu´il soit possible de proposer des conclusions spécifiques de tâches communistes dans chaque pays. Nos lignes de front sont connues, et le communisme aujourd´hui se distinguent par leur présence sur ces lignes de front.

Non seulement nous devons défendre le marxisme contre l´offensive bourgeoise, mais nous devons aussi mettre en avant une critique marxiste radicale, la critique ouvrière du monde capitaliste, avec plus de force et de détermination qu´auparavant.

Nous devons balayer les illusions démocratiques, nationalistes, libérales et religieuses et les critiques en demi-teinte de dissidents bourgeois sur des questions sociales marginales. Les rangs socialistes des travailleurs doivent être ralliés sur le champ de bataille des décisives luttes économiques et politiques d´aujourd´hui.

JPEG - 22.6 ko

L´alternative ouvrière doit être proposée au monde.
La forme et la structure des luttes des masses ouvrière radicales doivent être définies et étendues. Des partis ouvriers communistes radicaux doivent être construits. L´unité de classe internationale des travailleurs doit être mis au programme comme un problème pratique urgent.

Un véritable communiste, aujourd´hui, c´est celui ou celle qui comprend l´urgence de la situation actuelle et la signification de son propre rôle…

Le communisme dans les marges de la société n´est pas le communisme.

Etre sur la ligne de front de la résistance contre l´offensive mondiale de la bourgeoisie, pour la réalisation des idéaux humains et sociaux, organiser le front socialiste international des travailleurs dans ce monde turbulent, et travailler à la victoire du socialisme, voilà ce que c´est être un communiste aujourd´hui.

JPEG - 63.9 ko

Voilà, qu’on ne se méprenne pas, je n’approuve pas tout ce que dit ce camarade (notamment la question des droits démocratiques mais c’est plus dans les mots utilisés qu’au fond que j’ai divergence) mais il a eut indéniablement un regard lucide sur les bouleversements qu’on vit actuellement , notamment ceux, sous l’impact de la grande crise du capitalisme qui, quel qu’en soit l’issue, transformeront le monde jusqu’à son cœur.

C’était avant la grande crise du capitalisme et avant le début de puissantes rébellions dans le monde post-bipolarisation.

Le point de vue était assez sombre mais déterminé.

A nous de faire en sorte que ce monde ne débouche pas sur une barbarie stabilisée mais sur une société de liberté, celle de la démocratie prolétarienne, le pouvoir des travailleurs, l’autogestion généralisée (chacun choisira le terme approprié suivant son courant politique)....

Nous pouvons le faire.

Copas



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Les défis auxquels fait face le communisme aujourd´hui Septembre 1991
27 mai 2009 - 14h57 - Posté par Copas
Les défis auxquels fait face le communisme aujourd´hui Septembre 1991
27 mai 2009 - 15h23 - Posté par Copas
Les défis auxquels fait face le communisme aujourd´hui Septembre 1991
28 mai 2009 - 14h50

Très bon papier visionnaire ,à lire et relire ....Mais les communistes du monde entier doivent revoir leur manière de militer et engager un combat physique frontal avec les instruments technologiques guerriers de la bourgeoisie mondiale ...Les irakiens et les afghans ont pu mettre en difficulté l’armée US,pourquoi pas nous avec notre intelligence stratégique du combat de classe ..

Mais alors il faut sortir du bureaucratisme social-démocrate et revoir nos méthodes dites démocratiques inefficaces dans le mouvement de masse ...Les contacts avec la population sont le plus souvent désuets et sans résultats idéologiques,sauf peut-être parfois dans la jeunesse comme nous l’avons vu dans les Universités ....

Parfois j’ai l’impression de militer dans le vide comme bien d’autres camarades ...

Bernard SARTON,section d’Aubagne






14 Juillet 2019, est ce un "galop d’essai" , avant la "prise de la Bastille" ? (vidéo)
mercredi 17 - 00h26
de : nazairien
1 commentaire
Manon Aubry Députée Européenne (LFI), balance du lourd, envers, Ursula von der Leyen, candidate à la sucession de Junck
mardi 16 - 17h06
de : nazairien
2 commentaires
"Homard m’a tué" François de Rugy démissionne du gouvernement
mardi 16 - 15h21
de : nazairien
6 commentaires
Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
4 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
1 commentaire
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
2 commentaires
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1
La France de Macron : la liberté d’expression en péril ! (no coment)
mardi 9 - 11h48
de : JO
2 commentaires
Sanctions contre les chômeurs : dix associations, collectifs et syndicats déposent un recours devant le Conseil d’État
lundi 8 - 17h06
ENVIRONNEMENT : Pas nette la planète sauf que "bla/bla" etc... !
lundi 8 - 16h11
de : JO
GODIN, INVENTEUR DE L’ÉCONOMIE SOCIALE
dimanche 7 - 20h11
de : Ernest London
1 commentaire
Billet de Pierrick Tillet : Effondrement : le ministre Blanquer contraint de saborder le baccalauréat
dimanche 7 - 12h01
de : nazairien
3 commentaires
Week-end de résistance et d’occupation contre le projet de Surf Park de Saint Père en Retz (44) le 20 et 21 Juillet 2019
dimanche 7 - 11h02
de : Collectif Terres Communes
POINTS DE NON-RETOUR [THIAROYE]
vendredi 5 - 20h16
de : Ernest London
1 commentaire
Alexandre Langlois réagit à son exclusion de 12 mois : « C’est une sanction politique » (vidéà)
vendredi 5 - 01h44
de : nazairien
Baccalauréat 2019 : Blanquer droit dans ses notes
jeudi 4 - 18h07
Le Président du Mexique Andrés Manuel Lopez Obrador reçoit des menaces !
jeudi 4 - 15h12
de : JO
L’Eau, c’est la vie : la "guerre de l’eaué a telle commencé, NESTLÉ : l’escroquerie du commerce de l’eau (vidéo)
mercredi 3 - 23h10
de : nazairien
2 commentaires
"Américan Dream" Peste bubonique à Los Angeles : la Californie sur le point de devenir un État du tiers-monde
mercredi 3 - 12h32
de : nazairien
2 commentaires
Amazon : plusieurs sites bloqués par des Gilets Jaunes et des écolos
mardi 2 - 11h06
de : nazairien
1 commentaire
Vilain Villani la suite à Grenoble chez Mandrin
lundi 1er - 23h19
de : PMO viaJYP
Collège République de Bobigny : Sud-éducation dénonce un article à charge de Libération
lundi 1er - 16h17
Accidents du travail : silence des ouvriers meurent :
lundi 1er - 08h43
de : jean 1

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Lorsqu'on ouvre une école, on ferme une prison. Victor Hugo
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite