Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

VENEZUELA - Chávez entre les mains du peuple
de : Lisa-Marie Gervais
vendredi 13 août 2004 - 17h34 - Signaler aux modérateurs

de Lisa-Marie Gervais

Dimanche 15 août 2004, la présidence de Hugo Chávez sera soumise à référendum. Plus de 14 millions d’électeurs se rendront aux urnes pour décider si le mandat de six ans du chef de l’Etat doit être révoqué avant son terme de janvier 2007.

La tension entre les pro- et les anti-Chávez est palpable dans tout le pays et plus particulièrement dans les rues de Caracas, la capitale. La ville est placardée d’affiches de propagande électorale pour le "si" ou pour le "no". L’emblématique place Candelaria est le théâtre de nombreuses altercations violentes entre militants. La semaine dernière, des manifestants pro-Chávez s’en sont pris à des membres de l’opposition et l’affrontement issu de ce "fanatisme incontrôlé", explique El Diario de Caracas, s’est dissous dans les vapeurs des gaz lacrymogènes.

Les deux camps s’accusent mutuellement d’abus, de manipulation et de pratiques déloyales. Ceux qui soutiennent le président vénézuélien voient rouge, comme en témoignent les pancartes et banderoles pro-Chávez de la même couleur qui inondent le pays. Le gouvernement met en garde la population contre un triomphe de l’adversaire, qui signifierait l’interruption immédiate des "missions" chères au chef de l’Etat, telles que les programmes ayant permis à des millions de Vénézuéliens d’être alphabétisés ou de bénéficier de soins médicaux, dispensés notamment par des professionnels cubains.

Néanmoins, le message le plus récurrent du président à ses électeurs consiste à leur rappeler les liens étroits existant entre l’opposition vénézuélienne et la politique du président des Etats-Unis, George W. Bush, souligne le quotidien espagnol El País. "Dites non à l’impérialisme !" martèle Hugo Chávez. En effet, que Chávez soit à couteaux tirés avec la Maison-Blanche n’est un secret pour personne, surtout depuis que "les ambassades des Etats-Unis et d’Espagne ont instrumentalisé un coup d’Etat contre le gouvernement de Chávez, en avril 2002", remarque le quotidien mexicain de gauche La Jornada. Coup d’Etat mené par l’opposition actuelle, et qui a d’ailleurs échoué après bien des péripéties.

Au sein de la Coordination démocratique, groupe d’opposition composé de 20 partis politiques et 20 organisations non gouvernementales (ONG), la bataille est plutôt teintée de jaune, de bleu et de rouge, les couleurs du drapeau vénézuélien. Au moyen d’affiches hypermachistes sur lesquelles on aperçoit des femmes très sexy en train de se déshabiller pour le oui à la révocation du chef de l’Etat, l’opposition tente de discréditer le président vénézuélien par tous les moyens. Sa stratégie est de persuader les électeurs pauvres que l’éviction du président est nécessaire pour laisser les entreprises créer des emplois et freiner ainsi un chômage alarmant", explique El País.

Les détracteurs de Chávez n’y vont pas de main morte. Pour preuve, les propos de l’ex-président vénézuélien Carlos Andrés Pérez, aujourd’hui poursuivi par la justice, qui est allé jusqu’à proférer des menaces de mort contre Hugo Chávez, rapporte La Jornada. "Nous, les Vénézuéliens, devons liquider Chávez par la violence, il n’y a pas d’autre choix possible", a-t-il lancé à la presse en mai 2004. Un mois plus tard, Carlos Andrés Pérez renchérissait en déclarant au quotidien vénézuélien El Nacional : "Chávez doit mourir comme un chien, c’est tout ce qu’il mérite, avec le pardon de ces nobles animaux."

Pour sa part, le gouverneur de l’Etat de Miranda, Enrique Mendoza, chef de l’opposition, a vertement critiqué Hugo Chávez, l’accusant d’être un dictateur ayant ruiné le pays et dilapidé l’argent du pétrole, l’accusant encore d’imposer des lois et de mettre tous ses opposants sur une liste noire. Henry Ramos, autre important leader de la Coordination démocratique, qualifie plutôt Chávez de "délinquant et de dérangé" et prétend que "depuis son divorce, il comble ses carences affectives et sexuelles en se montrant cruel avec le peuple vénézuélien".

Si les tenants du non à la révocation sont accusés d’avoir usé à l’excès des fonds publics pour leur campagne de publicité, la Coordination démocratique, elle, est pointée du doigt pour un financement massif en provenance des Etats-Unis. La National Endowment for Democracy, une ONG américaine, aurait versé plus de 53 000 dollars à une entreprise vénézuélienne convertie en "bras technologique et cerveau de l’opposition", révèle La Jornada. Dans un éditorial, le Washington Post a toutefois qualifié d’"indépendante" l’entreprise en question, tout en fustigeant Chávez et en déclarant le référendum "vicié".

Tout ceci n’est pas sans susciter l’ire du principal intéressé. "Plus une goutte de pétrole ne parviendra en territoire américain", a affirmé Hugo Chávez au journal espagnol ABC, si Washington continue de vouloir s’ingérer dans les affaires de Caracas. Une véritable corde sensible car le Venezuela exporte vers les Etats-Unis la moitié des 2,7 millions de barils de pétrole brut qu’il produit quotidiennement. Le président vénézuélien a également laissé entendre qu’il n’avait pas l’intention de laisser son pays devenir une "colonie" des Etats-Unis.

Des instituts de sondage indépendants prévoient une participation très importante et le gouvernement se prépare scrupuleusement à ce référendum révocatoire. Des effectifs nombreux seront déployés et un comité de 98 personnalités internationales invitées par le Conseil national électoral surveillera le déroulement du vote, conjointement à des observateurs de l’Organisation des Etats américains (OEA) et du Centre Carter. L’élection de 2000, qui a vu triompher Hugo Chávez, avait déjà bénéficié d’un ensemble similaire de mesures destinées à assurer la validité et la transparence du scrutin. A l’époque, la victoire du leader populiste avait été démocratique.

Pour remporter le référendum, l’opposition a besoin de récolter davantage de voix que le gouvernement, mais aussi d’obtenir au moins une voix de plus que les 3,75 millions obtenues par Chávez à l’élection de 2000. Jusqu’à présent, la majorité des instituts de sondage prédisent la victoire du président, avec une avance de 10 à 20 points. Ils annoncent également près de 20 % d’indécis, les "ni-ni" (ni pro-, ni anti-Chávez), sur lesquels reposera la décision finale.

Quoi qu’il en soit, tout ce branle-bas de combat témoigne de l’importance de l’enjeu de ce référendum. Si Chávez perd, les apparences laisseront suggérer une simple défaite. S’il gagne, ce sera une double victoire parce qu’il aura prouvé au monde entier, plutôt deux fois qu’une, sa capacité à incarner un président démocratiquement élu.

http://www.courrierinternational.co...



Imprimer cet article





L’État français cherche à nous faire oublier les essais nucléaires en Polynésie
lundi 21 - 22h11
de : Delaunay Matthieu
Sécurité.
lundi 21 - 19h38
de : L’iena rabbioso
Erreur de Pôle emploi en votre défaveur : garder des nerfs d’acier
lundi 21 - 09h48
Appel du non lieu dans la mort de Rémi Fraisse
dimanche 20 - 23h30
de : desarmons-les
Voilophobie : tentative de compréhension et d’explication.
dimanche 20 - 00h18
de : Christian DELARUE
10 commentaires
Canal Seine-Nord : la catastrophe écologique et économique en route !
samedi 19 - 19h08
de : Eve
5 commentaires
Reconnaissance faciale dans les lycées
samedi 19 - 11h02
de : quadrature du net
LA RAGE CONTRE LE RÈGNE DE L’ARGENT
samedi 19 - 08h44
de : Ernest London
Points de vue sur les Gilets jaunes
vendredi 18 - 16h35
de : jean 1
Yankees et son larbin français, effacent les preuves, de leur "implication terroriste" en syrie
vendredi 18 - 11h59
de : nazairien
"Gôôôche" démocratique et républicaine ou TRAHISON ?
vendredi 18 - 10h45
de : jean-marie Défossé
2 commentaires
Badgeophobie ou syndicalistophobie
jeudi 17 - 23h45
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Est-ce que oui ou non castaner va dégager ?
jeudi 17 - 20h22
de : jean 1
VERS LA BANLIEUE TOTALE
jeudi 17 - 14h12
de : Ernest London
Est ce la panique, en macronie ? Le gouvernement envisage de retarder la réforme des retraites (vidéo)
jeudi 17 - 12h49
de : nazairien
3 commentaires
Le Crédit Mutuel prépare une vague de licenciements massifs
jeudi 17 - 11h23
de : PDUROC
Suspicion délation répression ... et agressions impérialistes
jeudi 17 - 10h56
de : Chantal Mirail
Sous le voile, une femme !
jeudi 17 - 10h36
de : Chantal Mirail
2 commentaires
Sociale vigilance / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 10h28
de : Hdm
Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires
jeudi 17 - 09h58
Barcelone : des manifestants indépendantistes affrontent les forces de l’ordre pour la troisième nuit consécutive (vidéo
jeudi 17 - 00h53
de : nazairien
1 commentaire
Une personne porte ici un signe religieux ostensible !
mercredi 16 - 22h29
de : Christian DELARUE
9 commentaires
La manifestation des pompiers dégénère : incidents et tensions (15 octobre 2019, Paris) (vidéo)
mercredi 16 - 16h24
de : nazairien
2 commentaires
Des scènes de guérilla urbaine dans le centre de Barcelone, après la condamnation des dirigeants séparatistes (vidéo)
mercredi 16 - 16h09
de : nazairien
1 commentaire
Retraites : la CGT, FO, Solidaires et la FSU appellent à la grève le 5 décembre
mercredi 16 - 07h54
1 commentaire
15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
18 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Le nationalisme est une maladie infantile. C'est la rougeole de l'humanité. Albert Einstein
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite