Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Venezuela : "Tous les partisans de Chavez veulent la justice sociale"
de : Bernard Duraud
vendredi 13 août 2004 - 17h38 - Signaler aux modérateurs

Entretien réalisé par Bernard Duraud

Ce dimanche, les électeurs votent pour ou contre la destitution du chef d’État. Tour d’horizon des forces politiques en présence.

Carmen Teresa Navas Reyes, politologue et professeur à l’Université bolivarienne du Venezuela (UBV), répond aux questions de l’Humanité.

A la veille du référendum révocatoire, quel est votre sentiment sur la situation du Venezuela ?

Carmen Teresa Navas Reyes. Je crois que les gens, massivement, se sont identifiés aux mesures promises par le président au début de son mandat, notamment en matière de justice et de programmes sociaux, et ces promesses ont été tenues. Tout indique que cette relation va être consolidée à l’occasion du référendum de dimanche. En cette période de tensions et de crise, beaucoup pensent que le problème c’est le président Chavez et qu’à un moment donné il n’est plus nécessaire. Les partis et les dirigeants de l’opposition, je dirai également les États-Unis, estiment qu’en le révoquant le problème prendra fin. Ils ont d’ailleurs tout fait pour s’en débarrasser, qu’il s’agisse du coup d’État d’avril 2002, de la déstabilisation économique du début 2003, et maintenant de la carte référendaire qui, je le rappelle, tourne autour de la figure exclusive du président Chavez.

L’opposition regroupée dans la Coordination démocratique peut-elle gagner ?

Carmen Teresa Navas Reyes. J’en doute fort. Les partis politiques traditionnels, comme l’Action démocratique (sociaux-démocrates) et Copei (démocrates chrétiens) ne réussissent plus à mobiliser les opposants au gouvernement. Et la création de la Coordination démocratique est une tentative désespérée de répondre à ce problème. On assiste à un phénomène de dégénérescence de la nature de l’opposition elle-même, dans le sens où elle a cédé son champ d’intervention à des acteurs comme le patronat, les médias ou l’Église qui, eux, ont su tirer profit de l’affaiblissement des partis traditionnels. Quant au programme de la Coordination démocratique, " Consensus pour le pays", c’est une copie conforme de ce que Carmona a voulu mettre en oeuvre au moment du coup d’État raté de 2002 : privatisation du pétrole, ce qui pour Chavez n’est pas négociable, réduction des coûts sociaux et, le comble, suppression du référendum révocatoire !

Quelles sont les forces qui soutiennent Chavez ?

Carmen Teresa Navas Reyes. À l’intérieur de ce courant, coexistent des forces très mûres avec des projets bien définis, et d’autres plus centrées sur l’image présidentielle. Le peuple, dont une partie de la classe moyenne (les fonctionnaires, particulièrement les enseignants), c’est indéniable, appuie le président car il a la conviction d’avoir trouvé en lui un allié. Le référendum va décanter ce soutien populaire. Il y aura aussi des ruptures, car on ne peut pas indéfiniment survivre sur la seule relation d’exploitation de l’image de Chavez, sans projet politique. Quant au MVR (mouvement pour la Ve République), qui comprend aussi des gens de droite et du centre, il est resté sous la forme d’un parti qui prend les gens par la main pour avancer. Mais ses membres ne se sont pas vraiment préoccupés de proposer une alternative claire et de former des militants. Chavez n’avait pas de parti, il lui fallait une machine.

Il y a ensuite Patria por Todos, plus petit mais plus cohérent dans sa vision et dans la formation des cadres. Il a fourni le plus gros contingent pour les ministères ou la haute administration. Il est minoritaire en voix, ne disposant que d’un seul député à l’Assemblée nationale. Je le rapprocherai du PT brésilien, avec une doctrine de gauche, voire une base syndicaliste, notamment dans la sidérurgie. A leurs côtés, il y a une collection de petits partis dont le Parti communiste vénézuélien (PCV) à la légitimité historique et dont est issu le vice-président Rangel. On trouve aussi Podemos, scission du MAS (Mouvement vers le socialisme) qui a un rôle de pivot à l’Assemblée.

Et les cercles bolivariens ?

Carmen Teresa Navas Reyes. La première formation reste le MVR. Mais il n’a pas vraiment réussi à canaliser les forces populaires. C’est pour combler ce vide qu’ont été créés les cercles bolivariens. Avec plus d’un million d’adhérents, ils ont une grande capacité de mobilisation. Mais la faiblesse de ce mouvement serait de n’être qu’une étiquette, perdant de son énergie en luttes internes. J’ajouterai qu’en essayant d’institutionnaliser les cercles, on a affaibli le mouvement. Cela se vérifie chez les étudiants et au sein de la Fédération des travailleurs bolivariens. Toutefois si l’on prend l’ensemble de ces partis et mouvements que l’on trouve derrière Ch vez, je voudrai souligner que tous veulent la justice sociale, ce qu’on appelle nous " l’inclusion ". C’est le dénominateur commun. On ne peut pas parler de communisme.

Hugo Chavez est-il un populiste ?

Carmen Teresa Navas Reyes. Le président revendique parfois haut et fort des concepts en total divorce avec les concepts qui dominent aujourd’hui : globalisation, flexibilisation, mise sous tutelle de la souveraineté nationale ou réduction des politiques sociales. Dans cette vision-là, l’État doit être faible. Chavez au contraire réaffirme la force de l’État pour impulser les grands choix politiques et économiques et pour en corriger éventuellement les erreurs. Je sais qu’en Europe on parle souvent de populisme à son endroit. Mais ici c’est la garantie d’inclure dans la société 80 % de la population qui, ne l’oubliez pas, vit dans la pauvreté.

Où placez-vous l’armée dans cet échiquier ?

Carmen Teresa Navas Reyes. C’est une force en totale rupture. Pendant longtemps le commandement militaire a été très distant de la réalité. Seuls les soldats et les militaires de rang avaient un lien avec la population. Le travail des militaires c’était le théâtre des opérations à la frontière et contre la guérilla. Dès l’arrivée de Ch vez, il y a eu une véritable révolution. Le plan Bolivar 2000 marque le début de ces changements où l’armée et le peuple entrent véritablement en contact. Je crois que c’était une façon d’effacer le précédent de la répression de la révolte populaire de 1989, le " Caracazo ", qui fit des centaines de morts. Le ressentiment a été très fort au sein de la population et même au sein de l’armée. Le président s’est présenté issu des forces armées mais au service de la population. Si l’on compare à la Colombie ou au Pérou, les officiers sont issus des milieux populaires, une minorité provient des classes moyennes ou supérieures. Le militaire subit les mêmes situations que le peuple, son salaire est toujours assez bas. Seuls quelques grands officiers, certains liés à l’oligarchie qui les pousse à agir, ont gardé leurs privilèges. Évidemment il y a eu beaucoup de résistances. Beaucoup de soldats ont voulu revenir dans les casernes tout en n’étant pas préparés à accomplir leurs tâches dans la rue au contact de la population. Il ne faut pas oublier non plus que la cible favorite des médias, c’est l’armée. L’armée et Chavez naturellement.

http://www.humanite.presse.fr/journ...



Imprimer cet article





15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
14 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
22 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1
double face
jeudi 10 - 12h01
de : jean 1
1 commentaire
Appel à Manifestation samedi 12 octobre à Saint-Victor
mercredi 9 - 22h05
de : AMASSADA
Détruire le capitalisme avant qu’il ne nous détruise (à propos de Lubrizol)
mardi 8 - 23h50
de : nazairien
3 commentaires
On nous cache tout, on nous dit rien :Frais d’obseques des deputes et de toute leur famille payes par nos impots (vidéo)
mardi 8 - 23h05
de : nazairien
LES BESOINS ARTIFICIELS - Comment sortir du consumérisme
mardi 8 - 17h23
de : Ernest London
11 commentaires
Le Maquillage Vert du Capitalisme ne change pas son essence prédatrice
lundi 7 - 23h02
de : Cecilia Zamudio
Emission - Lubrizol – Enfumage chimique. Enfumage médiatique. Enfumage étatique.
lundi 7 - 16h59
de : Emission Polémix et La Vox Off
Sur les Gilets Jaunes, l’État et le fascisme – lettre d’Antonin Bernanos
lundi 7 - 16h06
de : jean 1
Ami entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne : L’Europe nous supprime la faucille ! Et le marteau ! ...
lundi 7 - 15h07
de : nazairien
1 commentaire
Réformes des retraites : depuis 1993 l’âge de départ et le montant des pensions reculent
lundi 7 - 07h50
1 commentaire
TROIS "I" en même temps !
dimanche 6 - 21h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Rencontre nationale des communes libres et des listes citoyennes
dimanche 6 - 21h42
de : commercy par invités de médiapart
La “surprise” de l’acte 47 des GJ : l’occupation du centre commercial Italie2 (vidéo)
dimanche 6 - 11h11
de : nazairien
4 commentaires
Un féminisme accusé de contrôle du corps des femmes
dimanche 6 - 02h31
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Le communautarisme du Rassemblement National - RN (ex FN).
dimanche 6 - 02h21
de : Christian DELARUE
confirmation expulsion appel à convergence
samedi 5 - 22h27
de : AMASSADA
Acte 47 Toulouse et violences à AMiens
samedi 5 - 21h51
de : https://www.frontsocialuni.fr/les-luttes-invisibles/
Une lobbyiste de la pollution au coeur de la convention pour le climat
samedi 5 - 21h39
de : Gaspard D’Allens REPORTERRE
Christine Renon : marée humaine quand l’Éducation Nationale ne veut pas de vague
vendredi 4 - 14h32
Les palettes : Il n’aurait jamais dû signer...
vendredi 4 - 10h22
LA MANIFESTATION CLIMAT DU 21 SEPTEMBRE A-T-ELLE ÉTÉ INFILTRÉE PAR LE BLACK BLOC ?
jeudi 3 - 22h36
de : jean 1

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Les biens superflus rendent la vie superflue. Pier Paolo Pasolini
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite