Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Cesare Battisti : L’EXCEPTION FRANÇAISE
de : paroledonnée
jeudi 9 septembre 2004 - 03h34 - Signaler aux modérateurs

(texte paru sur le site des réfugiés italiens : www.paroledonnee.info, rubrique "non aux extraditions")

Quoi qu’on dise, le choix d’ouvrir la porte à l’extradition des ressortissants italiens des « années de plomb » après vingt ans d’« asile de fait » officiel et ininterrompu ne peut se targuer ni d’attributs juridiques, ni d’impératifs éthiques. En fait, il ne s’agit-là que de décision à caractère éminemment politique. Personne, même le fabricant de mensonges ad hoc le plus acharné, ne saurait le nier. Car, la cible, c’est la petite multitude d’anciens militants transalpins de la subversion sociale réfugiés en France ; les viseurs, ce sont les plus hauts responsables de la chose publique ; la raison, tirée de soi-disant contraintes de l’Europe actuelle, c’est la prétendue nécessité politique d’acquiescement inconditionnel aux requêtes répressives, quelles que soient ses références et sa nature, d’un pays ami.

Matière politique, donc, que cette chasse tardive aux auteurs présumés de faits vieux d’un quart de siècle ou plus. Et le « droit », dans cette véritable trahison de sa propre parole par l’Etat ? Eh bien, s’il y a du droit dans cette affaire, il ne s’agit que de droit bafoué par la révocation rétroactive d’un espace de liberté qui, dès les années 80 jusqu’à nos jours, a autorisé ces ressortissants à reconstruire leur vie au grand jour sur le sol français.

Plus exactement : si la coutume crée une sorte de « droit acquis », ce qui est en train d’être piétiné c’est le « droit acquis » de ces ressortissants à ne pas voir annihiler leur vie au sein de la société française. En particulier, ce sont trois volets qui ont comporté, et comportent, l’acquisition de facto d’une sorte de droit légitime de poursuivre leur existence ici, dans l’Hexagone : une vie bâtie au grand jour depuis bien trop longtemps pour faire l’objet de soupçon ; une vie garantie contre toute extradition par trois Présidences de la République et neuf Gouvernements successifs ; une vie dont l’éloignement indiscutable de la forme prise par l’engagement d’antan, dans un contexte précis de l’histoire sociale d’un pays, témoigne du respect de la condition requise (sortir de la « machine infernale » de la lutte armée) pour pouvoir s’installer en France.

Certes, du fait et au nom de la nouvelle alternance, le pouvoir peut jeter tout cela aux orties par un acte de force pur et dur. Cela est bien sûr possible, faisable. Mais, par rapport au vécu de ces réfugiés, en l’espèce un vécu compatible des années durant avec l’ordre public français, la subite incompatibilité avec ce même ordre invoquée aujourd’hui à leur encontre ne peut, selon nous, que relever d’une décision politique ubuesque.

Quant à une certaine opinion publique et aux médias qui la façonnent, c’est la stupeur qui nous saisit. Car les choses se passent comme si les gens se réveillaient brusquement un matin envahis par un syndrome morbide et aigu de répulsion à l’égard de ces exilés italiens. Qui se voient ainsi l’objet d’un étrange transfert, d’une haine qui, au lieu de se porter sur ce qui menace et trouble « ici et maintenant », se déplace de l’autre côté des Alpes et sur ce qui s’est passé là-bas il y a un quart de siècle ou plus. Jusqu’à hier, presque personne ne s’est jamais penché sur les « années de plomb », ni sur ces ressortissants italiens qui, d’ailleurs, ne causaient aucun problème. Mais les voilà aujourd’hui sortis de l’anonymat et érigés en objet phobique à détruire, en exécrables criminels à faire disparaître de la circulation. Enfin, en boucs émissaires, en « ennemis par substitution » à portée de main dont il faut se défaire coûte que coûte. Même au détriment de l’honneur de leur République, et au détriment de la pleine réussite, en matière de solution politique d’affrontements sociaux arrivés jusqu’aux armes, de la réintégration d’un noyau de fugitifs issus d’un conflit violent au sein d’une démocratie.

Or, face à ce climat hargneux et à son agencement intéressé, ainsi qu’à certaines maladresses nuisibles issues de notre propre champ, nous, des réfugiés italiens axés sur la page-web signataire de ce texte, nous dressons des arguments précis portant sur le plan politique et non sur les casiers judiciaires ; sur des parcours et responsabilités qui se veulent collectifs et communs et refusent donc toute dérive particulière et personnalisée ; sur la seule toile de fond franco-française, puisque l’Europe de l’époque des « années de plomb » est indéniablement anachronique par rapport à celle d’aujourd’hui et à ses contraintes, et puisque c’est précisément en France que se sont joués il y a longtemps, et se jouent aujourd’hui, nos destins.

L’abri, le refus d’extradition qui nous ont été assurés puisent leurs raisons dans l’appréciation du caractère politique de nos activités d’antan. En Italie, nous avions fait un pari de nature politique, et l’avions perdu. Pourchassés, nous nous sommes réfugiés en France, laquelle nous a accueillis en tant que révolutionnaires d’extrême gauche vaincus. Bien sûr, cela n’impliquait nulle sympathie ou affinité à l’égard du fond, des fins et moyens de nos engagements précédents. Par contre, il est clair que notre cas de figure rentrait dans ce « programme Mitterrand » qui disait « France terre d’asile, pas d’extraditions politiques », et que le débat de l’époque avait fini par trancher en ce sens. Cela, dans la faculté parfaitement légitime d’un Etat souverain de ne pas extrader des ennemis politiques d’un autre Etat, indépendamment de tout autre jugement de valeur.

C’est justement sur cette toile de fond politique que nous avons pu bénéficier de l’asile et qu’a été instaurée l’« exception française », c’est-à-dire l’abri élargi à des ressortissants issus d’une démocratie. Un asile qui a été octroyé en bloc, erga omnes, à tout-un-chacun, sans exception ni différenciation aucune. Soit par rapport à la non-extradition d’aucun d’entre nous, soit par rapport à la régularisation administrative dont nous tous avons pu bénéficier. C’est pourquoi prétendre nous dénoncer aujourd’hui comme des criminels de droit commun n’est que manoeuvre de mauvaise foi, mensonge frauduleux. Bien sûr, nos activités politiques ont été pénalement sur-sanctionnées en Italie (d’ailleurs, par des lois spéciales qui stigmatisaient explicitement des actes portant atteinte à la personnalité intérieure de l’Etat, donc des faits de nature politique). Mais, dès notre arrivée en France, cette donnée était bien connue par les autorités de l’Hexagone, et personne, ni nous ni ces mêmes autorités, n’en ont jamais fait mystère. C’est donc bien nous que la France a accueillis, il n’y a jamais eu erreur sur les personnes. Sur aucune personne. Affirmer le contraire et agir en ce sens, c’est, répétons-le, dire le faux et se mettre en porte-à-faux. Nous ne pouvons accepter cela ; ni, par conséquent, se laisser conduire sur ces territoires du « coupable ou innocent » que l’essence même de l’« exception française » exclue de ses motivations et son champ d’application.

À l’adresse de tous ceux qui aujourd’hui tenteraient ce soudain revirement à notre encontre, nous ajoutons que justement aujourd’hui, vingt ans après le début formel de notre « histoire française » et en présence des effets cumulés de par le cours du temps, il ne s’agit plus seulement de la « doctrine Mitterrand », de la « parole donnée » par la plus haute charge de la République qui, en tout état de cause, lie la République en tant que telle. Ni, à bien regarder, du respect conscient de cette parole tenu par neuf gouvernements successifs et le Président de la République qui a succédé à Monsieur Mitterrand. Car, au fond, et nous le soulignons avec conviction, ce qui est en jeu n’est rien d’autre que notre « droit de fait » légitimement acquis de demeurer en France, notre droit au respect de ce droit acquis. Le révoquer reviendrait, quel qu’en soit l’habillage, à se ranger du côté de l’illégitimité. Une illégitimité à laquelle nous, avec nos amis français, nous opposerons tout moyen légitime disponible.



Imprimer cet article





LA LUTTE FINALE
jeudi 14 - 20h36
de : Nemo3637
Hôpital : tout le monde déteste l’austérité
jeudi 14 - 18h11
Bloc bourgeois - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 13 - 21h31
de : Hdm
Sans âme.
mercredi 13 - 21h27
de : L’iena rabbioso
Précarité étudiante : le cinq décembre dans toutes les têtes
mercredi 13 - 18h37
1 commentaire
GILETS JAUNES Acte 52 à Montpellier : La terreur bleue !
mardi 12 - 16h26
de : JO
CES 600 MILLIARDS QUI MANQUENT À LA FRANCE
mardi 12 - 12h16
de : Ernest London
BOLIVIE ! Processus électoral électronique mis en cause !
mardi 12 - 11h32
de : JO
1 commentaire
Pour poser de nouveaux jalons de laïcité
mardi 12 - 01h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Intervention de Michèle Sibony, au nom de l’UJFP, à la manifestation du 10 novembre contre l’islamophobie
lundi 11 - 23h23
de : Chantal Mirail
6 commentaires
L’appel à manifester des sous-marins jaunes
lundi 11 - 21h09
de : jean1
Rassemblement contre la précarité étudiante dans toute la France le mardi 12 novembre
lundi 11 - 20h50
de : jean1
La terre a tremblé de Cruas à Tricastin ; Allo vous m’entendez ?
lundi 11 - 15h40
de : le fou du roi nucléaire pour coordi SudEst
1 commentaire
Gauche SERVILE ou gauche INDOCILE face aux intégrismes religieux
lundi 11 - 11h53
de : Christian DELARUE
5 commentaires
Coup d’Etat en Bolivie :Les syndicats annoncent un siège et donnent 48 heures à Camacho pour quitter La Paz
lundi 11 - 11h13
de : JO
2 commentaires
L’Europe doit cesser d’investir dans l’industrie du génocide
dimanche 10 - 22h29
de : DAIARA TUKANO via Christine Prat
ISLAMOPHOBIE : du SENS STRICT au SENS LARGE
dimanche 10 - 17h42
de : Christian DELARUE
8 commentaires
Le voile est-il une obligation religieuse ?
dimanche 10 - 17h22
de : Mohammed Chirani
5 commentaires
Comprendre l’instrumentalisation du féminisme à des fins racistes pour résister
dimanche 10 - 17h07
de : Lisbeth Sal et Capucine Larzillière 15 septembre 2011
3 commentaires
MRAP : La lutte contre la haine doit être unitaire
dimanche 10 - 00h01
de : Christian D (CN - MRAP)
4 commentaires
Riposte populaire face à l’islamophobie
samedi 9 - 19h00
de : jean1
8 commentaires
Montpellier : Un Acte 52 des Gilets Jaunes marqué par plusieurs blessés et de nombreuses interpellations
samedi 9 - 17h42
de : jean1
PECO : Hypocrisie du bloc pro-capitaliste
samedi 9 - 16h06
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Combattre le fémonationalisme
samedi 9 - 13h08
de : Chantal Mirail
8 commentaires
Retraites à points : les salariés du privé ont tout à y perdre
samedi 9 - 08h53
Les "zélites" , qui détruisent la France sont responsables : à Lyon : un étudiant stéphanois s’immole par le feu
samedi 9 - 01h51
de : nazairien
4 commentaires
Épuration, recyclages et (grandes) compagnies... - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 8 - 22h49
de : Hdm
GILETS JAUNES TOULOUSE : ACTE 51 (video)
vendredi 8 - 15h36
de : JO
LA PETITE MAISON DANS LA ZERMI - Chroniques d’un saisonnier de la misère
vendredi 8 - 12h13
de : Ernest London
Les PECO : déception d’un capitalisme pur et dur et souci de penser encore une alternative
jeudi 7 - 22h10
de : Christian DELARUE
4 commentaires
Sarkozy, mais en mieux.
jeudi 7 - 16h59
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Vol, pillage des ressources naturelles de la planète : Partout là où sont encore présentent les multinationales !
jeudi 7 - 16h04
de : JO
Casser les deux communautarismes, le dominant et le dominé.
mercredi 6 - 23h59
de : Christian DELARUE
2 commentaires
LE VOILE, CHIFFON ROUGE OU TORCHE-CUL ?
mercredi 6 - 19h28
de : Nemo3637
8 commentaires
Un blessé grave de plus dans les manifs. des Gilets Jaunes !
mercredi 6 - 15h27
de : joclaude
Ces entreprises qui empochent les milliards du CICE en licenciant
mercredi 6 - 08h22
Communiqué du PRCF (Pôle de Renaissance Communiste en France) à l’occasion du 30ème anniversaire de la fin de la RDA
mercredi 6 - 06h09
de : jodez
7 commentaires
Double tiers-mondisation intérieure : sociale, territoriale.
mardi 5 - 22h42
de : Christian DELARUE
Usine Biopole d’Angers : les leçons d’un fiasco industriel
mardi 5 - 20h01
de : Christian Haroble
NOTRE ENVIRONNEMENT SYNTHÉTIQUE - La Naissance de l’écologie politique
mardi 5 - 11h38
de : Ernest London

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La guerre ne sert qu'à remplir vos poches et à éliminer mes proches. C'est pourquoi je n'irai pas. Vous ne me verrez pas au combat. Boris Vian
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite