Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Mais… pourquoi la culotte ?
de : Séverine Capeille
samedi 5 décembre 2009 - 11h38 - Signaler aux modérateurs
5 commentaires

de Séverine Capeille

Il est des questions qui sont des questions de fond et, quand on parle du logo officiel de Sistoeurs, on ne peut pas badiner. Question de fond, donc, que la culotte. Question de fond qu’il nous faut aborder. On ne peut évidemment pas traiter un tel choix par-dessus la jambe, il vaut mieux être méthodique afin de répondre correctement à la problématique :

Mais… pourquoi la culotte ?

JPEG - 30.1 ko

L’explication prendra donc la forme d’une dissertation avec parties et sous-parties, si l’on peut s’exprimer ainsi… Évidemment, nous partirons des évidences pour « aller au plus compliqué » ainsi que l’impose cet exercice exigeant. En outre, il est important d’annoncer le plan. Ici, nous pourrions écrire une phrase (petit) bateau du type : Après avoir envisagé la culotte au ras des pâquerettes, puis montré à quel point nous avons affaire à un logo culotté, nous aborderons la symbolique de la culotte.
Voilà.
On ne va pas rigoler.

I / LA CULOTTE AU RAS DES PÂQUERETTES !

- Une culotte, pour le prix…

Rien de drôle à constater que le prix des culottes est comparativement moins cher que celui de n’importe quel autre article à se mettre sur le fessier. Ainsi, dans une période de crise comme la nôtre, le string et le tanga ne font résolument pas le poids face à la culotte en coton. Loin de toute considération esthétique, c’est d’abord un argument économique qui vient étayer ce choix. Et surtout un constat. Si nous, femmes d’aujourd’hui, voudrions bien avoir les moyens de nous payer des « dessous chics », on se retrouve les bras ballants devant les prix. « En culotte », comme on dit.
Mais un proverbe québécois nous rappelle qu’au-delà du string et du tanga, on peut tomber encore plus bas, car en effet : « Que sert à l’homme de gagner l’univers s’il n’a pas de culotte pour passer l’hiver ? ». C’est clair : la culotte est notre dernier rempart avant la misère. Alors quand on nous parle de ces inesthétiques élastiques sur les fesses, vous imaginez bien que, relativement à l’état de nos budgets serrés comme des gaines de mémés, on s’en moque justement comme de notre première culotte.

- Une culotte, pour la nostalgie…

D’ailleurs, bébés, nous étions en couche-culotte, et jamais en couche-string ! Plus tard, nous avons eu les culottes avec les jours de la semaine qui étaient inscrits, les culottes qu’il fallait compter en fonction du nombre de jours en colonie, les culottes aux élastiques trop élargis… Des culottes complètement usées, mais que l’on aimait bien, et qu’on voulait garder. C’est avec une certaine émotion qu’on repense à toutes ces culottes de nos jeunes années. Celles de l’adolescence aussi, puisque la mode du string était encore réservée aux adultes, aux femmes fraichement « libérées ».
Oui, j’avoue une certaine nostalgie pour cette époque des années soixante-dix et quatre-vingts, quand le problème de la marque de la culotte visible sous les pantalons des filles n’avait pas plus d’importance que l’identité nationale dans un pays républicain. Quand tout était léger, allait de coton et de soi(e), épousant les formes de chacun.

- Une culotte, pour la vie…

Ah… Nous avons grandi. Et bien sûr nous faisons attention, nous nous fondons dans la masse, bien droites, avec une ficelle entre les fesses qui nous maintient. Rien ne nous écarte du droit chemin. Tout le monde sait que la séduction ne tient parfois qu’à un fil… Même les plus rebelles finissent par rentrer dans les rangs à la première idylle. Ainsi, nous sommes à l’affût des bonnes affaires sur les strings et les tangas. Nous trouvons des combines pour ajuster les hauts avec les bas. C’est la mode, comme la vie, qui veut ça… Nous essayons de tenir la longueur, parfois dépassées par l’inventivité des créateurs.
Car il y a désormais également le shorty, le shorty string, le body-string, les mini-strings ou micro-string, le string papillon et même, et c’est le pompon (enfin, un tout petit pompon), le C-string (une coque rigide cachant le pubis et passant entre les fesses, tenant sans ficelle). C’est compliqué. On ne sait plus à quel string se vouer. Au moins, avec la culotte, tout le monde perçoit clairement ce dont on veut parler. Elle se distingue non seulement par sa simplicité mais aussi par une certaine forme d’intemporalité.
Bien qu’elle soit considérée par certains hommes comme un « tue l’amour », force est de constater qu’on y revient toutes un jour. Peu importent nos efforts désespérés pour donner le change pendant une vie entière, nous finissons toutes en culottes de grand-mères.

II / UN LOGO CULOTTÉ

- Une culotte, pour le défi…

Afficher une culotte en logo, c’est jouer gros. C’est risquer de ne pas être « sexy », de ne pas être « glamour » ou « jeune et jolie ». C’est oser faire un magazine qui, loin de prendre les femmes pour des abruties, préfère les prendre aux mots, les prendre par les sentiments, ou les prendre à partie. Un magazine destiné à celles qui rêvaient de petites maisons dans la prairie en grandissant dans des quartiers, celles qui en ont « dans la culotte » sans vouloir nécessairement la « porter », qui sont à la fois féminines et garçons manqués.
Mais, en réalité, « Vous n’aviez jamais lu de magazine féminin » parce qu’aucun autre ne serait aussi insensé. Quel est celui qui non seulement refuserait d’intégrer de la publicité mais pire, serait capable de s’en faire une aussi mauvaise avec cette culotte dans les tons orangés ? Il faut vraiment ne pas avoir envie de rivaliser ! N’importe quel débutant dans le métier nous mettrait en garde contre cette culotte qui pourrait devenir envahissante, voire même bouffante. Il nous dirait les dangers d’un visuel aussi peu porteur sur le marché. Cependant, comme on ne pense pas en termes de « profit » et de « vente », on le laisserait parler. On lui dirait que oui, pour défendre un choix aussi périlleux, il faut être aliéné.

- Une culotte, pour la folie…

A quoi bon discuter… Depuis quand la folie serait déterminée par la longueur d’un tissu sur les fesses ? Tant pis pour ceux qui se contentent des surfaces et ne voient pas là une profonde sagesse. Il n’y a pas plus sain que cette folie-là. Et d’ailleurs, La Rochefoucauld le disait déjà : « Qui vit sans folie n’est pas si sage qu’on croit ».
La culotte concentre de nombreux aspects, de dichotomiques constats. Elle peut, par exemple, mettre en évidence certaines pathologies (« Je suis actuellement indisposée, veuillez me laisser un tampon après le Bip sonore ») et se révéler particulièrement thérapeutique (Marre d’être tendue comme un string ? Mets ta culotte !).
La culotte, c’est un tremplin pour sauter à pieds joints, faire un grand saut aux élastiques. Elle est solide et authentique, on peut compter sur elle dans toutes les situations. Car imaginons, oui, imaginons qu’une femme soit amenée à échouer sur un radeau au milieu de l’océan, eh bien sa culotte peut lui servir de fanion. Alors qu’avec un string ou un tanga, la verrait-on ? Évidemment non. Une aventurière serait bien folle de partir sans avoir pris ses précautions.

- Une culotte, pour des envies…

Avec le développement du site, des envies plus ou moins pressantes se font sentir. Pas vraiment un gros besoin mais le désir de vouloir mettre au point de très vastes projets sans aucun moyen.
D’abord, on pourrait décliner une ligne de culottes de la marque « Cul-Cul la Praline » qui ferait sensation auprès de la gente féminine. On privilégierait le confort et les couleurs, et puis on ferait des pin’s pour les customiser. Dans la mesure où cette méthode fonctionne pour des sabots initialement destinés au bateau, il n’y a pas de raison pour que l’idée des culottes Sistoeurs tombe à l’eau. Il suffirait de se mettre dans la poche Roselyne Bachelot.
En outre, sous le nom de « Cul et Chemise Production », on peut créer de nombreuses vidéos. Il est possible de décliner certains textes sous forme de petits scénarios. Mais n’en disons pas plus, gardons-nous de révéler les dessous de Sistoeurs… Motus et bouche cousue sur toutes les déclinaisons possibles de la culotte…

III / LA SYMBOLIQUE DE LA CULOTTE

- Une culotte, pour l’ironie…

Dans un ancien texte, je considérais que le string représentait le « triomphe du limité sur les idées larges ». Ajoutons que la culotte suppose une certaine dose de courage. Il y a fort à parier que la réflexion sur les apparences trompeuses qu’elle encourage ne soit pas prise en considération par les internautes pressés qui fondent leur opinion sur une image. Ceux-là s’arrêteront en effet sur le tissu en coton alors qu’on ne parle jamais de chiffons. Ils spéculeront sur l’humour et la légèreté sans voir les textes acerbes et engagés. Ils tomberont dans le panneau de la lingerie pas fine tandis que Sistoeurs est un « magazine féminin et très fin » ! Oui, ceux qui se fient aux apparences ne comprendront rien. « Circulez, il n’y a rien à voir » semble leur dire le visuel, comme un dessin enfantin qui fait la nique aux images virtuelles.
En outre, la dualité culturelle (populaire et savante) que le site développe est proprement « carnavalesque », c’est-à-dire la manifestation d’une très ancienne « culture de la place publique », irrespectueuse et profanatrice par rapport aux valeurs de la culture officielle. La culotte est notre manière de montrer que le « bas » matériel et corporel prend trop souvent la place du « haut » (l’intellect, la raison), le « derrière » celui du « devant »… C’est un processus de renversement. La culotte, à l’envers, c’est la possibilité d’un regard neuf sur le monde, l’abolition des interdits et des limitations permettant toutes les excentricités, toutes les provocations. A ceux qui ne pensent qu’à la « fête du string », c’est par la fête de l’inversion que l’on répond.
Éminente inversion, justement, que l’on peut percevoir au sein même de ce nom. Issu du latin « culus » signifiant « fondement », le mot « culotte » peut donner lieu à de nombreux jeux de mots comiques, faisant oublier qu’il s’agit en réalité de nos plus essentielles raisons d’être qui sont effectivement en jeu. Car si la culotte est un fourre-tout permettant de jouer avec la langue, elle se révèle dès lors à même de redonner de la noblesse à l’insolence et de la force à ce langage qui commence à cruellement nous manquer. Nous alternons les LOL et MDR par MSN ou SMS pour oublier les SDF, les HLM, les CDD… et tous ces sigles nous laissent dépossédés des richesses de sens, proprement désarmés. C’est un appauvrissement généralisé de la pensée, une extermination de la vie sensible qui ébranle, ironiquement, tous les « fondements » de notre société. Ainsi, le désarroi se dissimule sous le rire spasmodique, l’impuissance sous l’agitation.

- Une culotte, pour l’utopie…

Le rêve a disparu de notre horizon. La culotte est un refuge pour tous ceux qui vivent ce désastre intérieur comme une amputation. Un pied de nez à la "nomenklatura" culturelle, à ses privilèges et ses décorations. Une exception dans la course aux bourses ; un espace élastique au sein de la prison des conventions. Le creuset de tous nos fantasmes ; le réceptacle de notre imagination. Il s’agit de donner la prérogative à la sensibilité dans un monde fait de banques de données. Une petite culotte perso au cœur de la « Société en réseaux » [1] qui tient tête à la mort du sujet, à la disparition du sens et à la perte des idéaux.
L’imaginaire est nécessaire à notre survie. Il faut regarder au-dessus des montagnes de déchets accumulés, des produits de synthèse et de tout ce qui est génétiquement modifié pour reprendre goût à l’infini. Il faut tendre le cou, les muscles et les peurs pour redonner corps aux idées et souffle à la poésie.
Otages d’un monde dont la situation atomique a rendu possible un anéantissement général, nous formulons un vœu, une prière, une dernière volonté impatiente : Que les puissants lâchent leurs bombes dans leurs culottes et qu’elles leur reviennent, avec la force du boomerang, comme des boules puantes.

- Une culotte, pour le pays…

Au regard des désastres irréversibles qui ont noirci nos horizons, il y a véritablement de quoi « faire dans sa culotte » (et évidemment pas dans son string). Pour autant, il n’est pas question de « baisser sa culotte » face à ceux qui essayent de nous convaincre de l’absence de toute révolte.
Remarquons à ce propos que, pendant la Révolution française, ce qu’on appelait « la culotte » était le vêtement emblématique de l’aristocratie. Les autres, qui en étaient dépourvus, étaient issus de la partie modeste et laborieuse du peuple, et leurs revendications étaient généralement liées au problème des subsistances, c’est-à-dire aux pénuries alimentaires et à l’augmentation des produits de consommation. Il semble que ce soit aujourd’hui le contraire : disons que les gens en culottes sont les sans-culottes d’hier. Le grotesque de la situation, tant dans son sens étymologique d’inversement des valeurs que dans sa définition contemporaine de bouffonnerie ridicule, serait-il à l’origine de cette tension qui sous-tend Sistoeurs entre l’espoir d’une transformation globale de la société et l’expression d’une impuissance politique qui a valeur de symbole pour toute une époque ?
Mais qu’importe ce repère historique puisque la révolte ne s’enseigne pas. « En matière de révolte, aucun de nous ne doit avoir besoin d’ancêtres » disait André Breton. Il faut inventer, créer, suivre nos intuitions. Avancer culotté et sans cagoule pour déserter les perspectives balisées qu’on veut nous faire prendre, chercher des traces de vie insoumise dans un système de crétinisation et de normalisation sans précédent entre art et pouvoir. Tandis que la sphère culturelle est prise d’assaut (Dassault ?) par les grandes entreprises, nous préférons tourner notre cul(te) vers la culotte. Moyen de survie, elle est aussi une riposte, un grelot attaché à la folie du monde. Et puisque « C’est à la culotte de ses filles qu’on juge un pays » [2], nous parions sur elle pour mobiliser les esprits.

 A lire également : Le coup de boule du string sur la mode

http://www.sistoeurs.net/spip.php?a...


Notes :

[1] Manuel Castells, La société en réseaux, Fayard, 1998

[2] Frédéric Dard, Extrait des Réflexions sur les gens de chez nous et d’ailleurs



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Mais… pourquoi la culotte ?
5 décembre 2009 - 16h27

Les féministes me fatiguent un peu ces temps-ci.



Mais… pourquoi la culotte ?
5 décembre 2009 - 18h18 - Posté par Séverine Capeille

Qui a parlé de féminisme ?!


Mais… pourquoi la culotte ?
5 décembre 2009 - 19h06 - Posté par

En effet,je ne vois pas où est le féminisme dans cet excellent texte qui par l’humour et l’ironie assène quelques vérités.

Merci

LE REBOURSIER


Mais… pourquoi la culotte ?
5 décembre 2009 - 19h16 - Posté par Séverine Capeille

Merci LE REBOURSIER :-)


Mais… pourquoi la culotte ?
6 décembre 2009 - 08h39 - Posté par airelle

Excellent texte, plein d’humour et jeux de mots !!! divertissant par les temps qui courent !!!






Biarritz : Ville fermée.
mardi 20 - 21h39
de : L’iena rabbioso
Contre-G7 : la Confédération paysanne appelle à une forte mobilisation
mardi 20 - 16h16
de : jean 1
1 commentaire
À MES FRÈRES - Anthologies de textes poétiques et politiques
mardi 20 - 10h44
de : Ernest London
Féminisme : choisir un courant.
mardi 20 - 10h15
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Depuis le 8 Aout 2019 énième accident nucléaire Nionoska Russie
lundi 19 - 22h32
de : savoie antinucléaire ACDN Next-up
L’île aux enfants.
lundi 19 - 18h24
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Trump décrète un blocus total du VENEZUELA !
lundi 19 - 18h02
de : JOclaude
1 commentaire
Comité Chômeurs et Précaires CGT Strasbourg : Les nouveaux Esclaves !
lundi 19 - 16h23
de : JOclaude
Montpellier : 150 gilets jaunes font fermer le Polygone et un « village jaune » au rond point de Près d’Arènes.
lundi 19 - 16h06
de : jean 1
1 commentaire
ARGENTINE : le spectre d’un retour du péronisme fait plonger la Bourse !
lundi 19 - 15h53
de : joclaude
1 commentaire
Contre-sommet : « Ce G7 n’est pas un point d’arrivée, c’est un point de départ »
lundi 19 - 10h26
3 commentaires
Féminisme hypertextile et féminisme hypotextile
lundi 19 - 01h00
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Voiler sans tarder les jeunes filles de 2 à 12 ans ?
dimanche 18 - 22h09
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Suite des oeuvres des brutes de Macron ! Mes observations !
dimanche 18 - 21h25
de : JO
2 commentaires
Pudeur pour soi ou pudeur pour autrui.
dimanche 18 - 21h13
de : Christian DELARUE
5 commentaires
ADIEUX AU CAPITALISME Autonomie, société du bien être et multiplicité des mondes
dimanche 18 - 07h31
de : Ernest London
1 commentaire
G7EZ BLOKATU Deuxième communiqué/Bigarren agiria
samedi 17 - 12h06
de : g7blokatu
Théorie de la consience du monde ; aujourd’hui la Palestine
vendredi 16 - 22h54
de : Agence media palestine
ÇA GRÉSILLE DANS LE POTEAU - Histoires de la lutte contre la T.H.T Cotentin-Maine – 2005-2013
vendredi 16 - 11h04
de : Ernest London
Santé de la population : les connivences de l’aristocratie médicale avec le nucléaire, le pétrole, la téléphonie,...
jeudi 15 - 22h49
de : coordi sud-est
2 commentaires
Grèce. La chasse aux jeunes rebelles est ouverte.
mercredi 14 - 23h02
de : Ne vivons plus comme des esclaves - Yannis Youlountas
Tournesol OGM fauché dans l’Hérault
mercredi 14 - 22h44
de : faucheur de chimères
Chez Castagner le nucléaire
mardi 13 - 22h51
de : Intercollectif contre les projets nucléaires et imposés
G7 BLOKATU : Bloquons le G7 et son monde !
mardi 13 - 21h04
de : jean 1
Rassemblement de soutien aux mobilisations du 13 août au Brésil contre l’extrême droite de Bolsonaro
mardi 13 - 08h43
de : jean 1
1 commentaire
Quand Castaner diffusait une BD porno contre ses adversaires politiques
lundi 12 - 22h25
de : Les Crises
Selon l’IGPN
lundi 12 - 22h21
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Bulletin du 8 aout 2019
lundi 12 - 22h17
de : CADTM
NathalieLoiseau dans ses oeuvres.
lundi 12 - 09h18
de : jean 1
La SCOPTI 1336 a besoin de vous !
vendredi 9 - 08h10
de : Frérot
Festival « Les Bure’lesques 2019 »
jeudi 8 - 22h43
de : jean 1
Acte 42 : Appel à passage de la frontière Suisse le 31 aout 2019
mercredi 7 - 22h09
de : JOJO
Mort de Toni Morrison
mercredi 7 - 11h51
de : Cyclo 33
3 commentaires
Il y a dix jours, trois jeunes hommes étrangers à la rue sont morts à Paris »
mardi 6 - 07h41
de : jean 1
1 commentaire
"Sans haine et sans violence" , Geneviève Legay, s’adresse, aux forces de l’ordre encore dignes de leurs fonctions
mardi 6 - 00h35
de : nazairien
6 commentaires
final atomik tour à Dijon puis Burelesque en meuse
lundi 5 - 21h56
de : burelesque
LA REPUBLIQUE DES RABUTCHIKS
lundi 5 - 20h21
de : Nemo3637
L’abolition des privilèges : il paraît que c’était le 4 août 1789...
dimanche 4 - 22h32
de : Rebellyon
1 commentaire
Vénézuela, La Via Campesina condamne le massacre de Barinas
dimanche 4 - 22h12
de : via campesina
IGNOBLE MENTALITE REACTIONNAIRE : Homophobie archaïque, homophobie fasciste, homophobie viriliste et patriarcale, etc
dimanche 4 - 11h10
de : Christian DELARUE
2 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Nier la religion, ce bonheur illusoire du peuple, c'est exiger son bonheur réel. Exiger qu'il abandonne toute illusion sur son état, c'est exiger qu'il renonce à un état qui a besoin d'illusions. La critique de la religion contient en germe la critique de la vallée de larmes dont la religion est l'auréole. Karl Marx
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite