Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Intervention initialement prévue au 49ème Congrès de la CGT - En revenant de Nantes
de : La Louve
samedi 12 décembre 2009 - 19h49 - Signaler aux modérateurs
26 commentaires
JPEG - 99.6 ko

de La Louve

Cher-e-s camarades

Voici l’intervention de 4 minutes que j’avais préparée pour porter le message des syndiqués qui m’avaient mandatée à ce 49ème congrès, notamment sur la loi sur la représentativité.

Je m’étais inscrite très tôt pour deux interventions de 4 minutes - je n’ai jamais pu y passer.

Il ne me restait donc comme seule possibilité que de tenter de saisir un micro (ce que j’ai fini par réussir à faire in extremis à force de hurler et de gesticuler comme une diablesse) pour les interventions sur les amendements de moins de 2 minutes, en fin de journée, quand l’attention des camarades ( et la mienne !) commence à baisser après plusieurs heures de débats et argumentations ...ce qui explique que le message passé a été passé comme il a pu.

Je n’ai donc pas pu lire ce que j’avais préparé au sujet de ce thème (ma première intervention également non retenue malgré l’inscription portait sur la partie I, la crise, la sécurité sociale professionnelle et le nouveau statut du travail salarié - je la retranscrirai ici si j’en ai le temps). C’était in extenso ce qui suit.


" Bonjour, je suis déléguée par les syndicats affiliés à la Fédération des Sociétés d’études, de la branche du notariat, déléguée syndicale, secrétaire d’une section syndicale en bonne et due forme, membre de la commission exécutive de mon UL à Paris.

Je tiens d’abord à saluer nos camarades de la CGT GOODYEAR AMIENS qui se battent comme des tigres depuis des années contre le patronat. Ils ont besoin, eux aussi, de notre soutien, à toutes et tous. Salut fraternel à eux.

Sur la fameuse loi sur la représentativité (en tenant compte du fait que je n’ai que 4 minutes de temps de parole) :

Il y a ici un véritable débat de fond à avoir entre nous, et il ne se règlera pas en quelques minutes et pas à un Congrès.[Les camarades que je représente, et moi même, rejoignons complètement les positions qui ont été exprimées ici au préalable par les camarades de la chimie, des ports et docks, de Radio-France ou de la CDC, entre autres. Il serait hasardeux ou manipulatoire de vouloir faire de ces positions convergentes sur un même sujet une preuve d’un "complot anti-cgt", la plupart d’entre nous ne nous connaissant pas. Il est sans doute plus intéressant de faire de cette diversité la preuve qu’il y a un réel problème.]

Est il raisonnable de travailler à ce que la désignation des représentants de la CGT dans l’entreprise soit le fait de salariés non syndiqués, voire, qui vomissent la CGT ?

N’est-il pas osé ou angélique de confier l’avenir de la représentativité de la CGT à des salariés non syndiqués qui ont pour une grande part, voté Sarkozy en mai 2007 ?

Ce dernier élément ne signifie nullement que je pense que les salariés sont tous "des cons" ou des "abrutis". Absolument pas et même, au contraire. Mais il a signé de façon indubitable l’état d’intoxication idéologique avancé dans lequel se trouvent la grande majorité d’entre nous.

Pour avancer dans la bonne voie, il faut commencer par poser les bons constats.

Prétendre que la loi sur la représentativité telle qu’elle est écrite et votée, est une bonne loi qu’il faut défendre, c’est croire ou faire croire que le jaillissement de la conscience de classe serait spontané, voire inné en chacun des travailleurs. C’est faire croire que le seul visage de la lutte des classes qui existe est celui qui apparaît lors de crises paroxystiques et de moments des luttes comme la grève ou l’occupation. C’est aussi amener insidieusement l’idée que le syndicalisme CGT pourrait se passer du rapport de force et de la mise en lumière des contradictions brutales qui jalonnent une vie dans une entreprise.

Le fait que notre syndicat ait aujourd’hui moins de 700.000 syndiqués alors qu’il existe environ 22 millions de salariés devrait pourtant amener à plus de circonspection et prudence.

Cette loi est une mauvaise loi car elle sape la possibilité d’une sérieuse implantation au long court de la CGT dans des TPE et PME, qui sont de véritables déserts syndicaux, d’où la culture de lutte et de classe est généralement absente, où les salariés sont confrontés à la violence des propriétaires directs du capital qui sont sur leur dos toute la journée, où le nombre de cadres est parfois très important, mais qui emploie pourtant la grande majorité des travailleurs aujourd’hui.

Sans la possibilité de désigner un délégué syndical protégé et muni de pouvoirs réels en dehors de toute élection, impossibilité de constituer une base syndicale. A titre d’exemple, si je n’avais pas été désignée déléguée syndicale dans mon entreprise avant cette loi, je n’aurais jamais pu monter une section syndicale CGT qui représente aujourd’hui presque 10 % de l’effectif salarié, d’autant que les élections CE en DU avaient eu lieu alors que j’avais moins de 1 an de boîte. Pas de NAO non plus, rien.

Prétendre ensuite que cette loi préservera des accords dits minoritaires est également une utopie. On aura "simplement" des accords majoritaires négociés par des syndicats patronaux "maison", qui, non contents de faire tomber, le cas échéant, des délégations CGT naissantes, pourront amener des accords inférieurs à la convention collective.

Que lorsqu’il existe une base CGT durablement constituée, on prétende que le résultat des élections dépend du travail des camarades, pourquoi pas. Mais le problème soulevé ici n’est pas celui de la pérennisation de la CGT dans les entreprises mais bien celui de son implantation.

Nous demander ensuite de syndiquer dans de telles conditions, de créer des bases syndicales, en dehors de tout moment "critique" comme licenciements économiques, PSE etc...(qui ne constituent pas, heureusement le gros de la vie des entreprises même en ce moment), en pleine période de crise du capitalisme, c’est soit de la schizophrénie soit un goût prononcé pour l’humour noir.

Ceci nous fait dire qu’il faut revenir sur cette loi et qu’à ce stade, un document d’orientation qui ne prendrait pas en compte ces réalités est plutôt un document de désorientation. En conséquence, nous demandons le retrait de cette proposition et de cette loi.

Merci."


Voilà exactement ce que j’aurais lu si j’avais pu bénéficier de ces maudites 4 minutes d’intervention DANS le débat avant les amendements.

Ce ne fut pas le cas et c’est tant pis pour cette fois, mais c’est ainsi.

Ce que je regrette encore plus, c’est la réponse en forme de caricature et remplie de mauvaise foi qui m’a été faite par une secrétaire confédérale sortante - je savais en prenant la parole le risque pris pour le débat de fond, que je ne gagnerai pas ce combat là à ce moment précis puisque c’est le dernier qui parle qui a raison, mais, "chère camarade" secrétaire confédérale sortante, que je croise parfois sur certaines actions, sache que je n’ai pas avalé la couleuvre, j’ai de la mémoire, et j’y reviendrai un jour prochain.

Je regrette également les caricatures faites par la presse (quelle qu’elle soit) de ce congrès, et je regrette, je le redis ici et je ne m’en suis jamais cachée, une candidature dite oppositionnelle que je pensais malheureuse ne serait ce que d’un point de vue tactique, à laquelle je n’ai pas participé et que, personnellement, je n’ai jamais soutenue (sans porter de jugement ni sur l’homme que je ne connais pas, ni sur le militant , que je connais peu),candidature qui par sa forme même prêtait à instrumentalisation par qui voulait, et qui a polarisé l’attention sur des questions de personnes, accrédité l’idée (rumeur émanant à l’origine d’une partie de la majorité) d’un "courant oppositionnel à BT uni et cohérent" qui faisait de l’anti-cégétisme.

C’est faux.

De très nombreux camarades "critiques" qui se sont exprimés à ce congrès l’ont fait non pas tant contre "la direction" ou "contre BT", que d’abord contre un document d’orientation (et une philosophie, social-démocrate molle, sans conteste, comme l’a prouvé l’acceptation du discours de Ayrault) qui leur a semblé extrêmement mauvais, dévastateurs à bien des égards, sur des questions de fond d’une très grande importance, qu’il s ’agisse du sujet des retraites, des services publics, des structures (l’explication sur le "pourquoi la commission des amendements a rejeté l’amendement qui disait qu’UD et UL sont des piliers fondamentaux de la CGT" n’était pas du tout satisfaisante...) ou de la représentativité, entre autre.

Un délégué a d’ailleurs utilisé son temps de parole pour dire qu’il ne soutenait pas cette candidature "oppositionnelle" quoi qu’il ait reçu mandat de voter contre le document d’orientation , même amendé.

Au sujet du discours du maire PS de Nantes,outre mon indignation devant un tel discours, je tiens à rapporter ici le panneau que montrait un délégué mais qui n’a pas été pris par la vidéo, qui disait "Pendant qu’Ayrault parle au Congrès de la CGT, 400 emplois supprimés au CHU de Nantes".

Il faudra également que l’on ait le fin mot de l’histoire relative aux positions non exprimées qui ont, semble-t-il, été comptées comme des "pour". Nous avons posé plusieurs fois la question, on nous a renvoyé aux statuts et au guide du délégué mais nous n’avons jamais trouvé la disposition qui entérinait ce principe "les non exprimés (c’est à dire ni non ni oui ni abstention) comptent "pour"".

On aura beau jeu de renvoyer cela sur le dos des délégués qui auraient mal fait leur travail (quand on sait que de nombreux délégués ont reçu leur mandatement moins d’une semaine avant le Congrès, il ne faut quand même pas charrier, et cela non plus, je ne l’ai pas avalé).

Néanmoins, ce congrès a pris des décisions, il a été très intéressant, instructif à maints égards, des "discussions de couloir" (qui sont légion dans ce genre de congrès), aux débats publics, en passant par les rencontres et les moments festifs.

Le débat public était diffusé sur Internet parait il ; c’est très bien mais il serait illusoire de croire que le congrès se résume à ce qui en a été montré - les travaux en commissions, en bureau, dans les délégations... tout ceci n’a pas été filmé.

Je pense que contrairement à ce que se disent - mais je les comprends - certains camarades depuis vendredi, ce congrès ne signe pas la fin de la CGT, mais bien la possibilité de son renouveau, car le document adopté, s’il est appliqué comme la direction confédérale sortante souhaitait qu’il le soit, va créer des situations telles que nombre de masques vont tomber et beaucoup de paires d’yeux s’ouvrir tout grand.

Oui, je pense qu’en votant tout cela, le Congrès a créé des conditions favorables pour que celles et ceux qui n’ont jamais renoncé à la lutte de classes et à l’amélioration de "l’outil CGT" en ce sens, puissent remporter d’importantes victoires d’étape pour une reconstruction.

Si nous faisons ce qu’il faut comme il faut. Mais ne présumons pas de l’avenir.

Nous avons obtenu une petite victoire en dépassant nos clivages pour nous opposer nombreux à la venue de François Chérèque prévue le jeudi. Ce monsieur-là n’avait rien à faire "chez nous" à un tel congrès.

Je pense que nombre d’entre nous en sont repartis plus déterminés encore, plus éclairés sur certains aspects de la vie de notre syndicat, avec des idées à foison, et s’investiront encore plus dans les nombreuses luttes à mener.

Il n’est pas question de "refaire le congrès" mais en revanche je rappelle pour terminer que si on ne refait pas le congrès, la CGT fonctionne encore selon le principe du fédéralisme, et non du soi-disant "centralisme démocratique", et que, plus que jamais, et comme l’ont rappelé de nombreux camarades, la bataille se mène dans les syndicats, dans les UL et les UD c’est à dire avant tout au niveau des échelons de proximité dont dispose encore la CGT( mais pour combien de temps ?).

C’est peut être désagréable à constater pour certains, mais c’est là qu’il faut se battre je pense, et pas ailleurs - d’une certaine manière, il faut "jouer le jeu". C’est la condition sine qua non (celle là et être armé de beaucoup, beaucoup de patience, car parfois, seul le temps peut démontrer la justesse d’une analyse au départ minoritaire) pour convaincre les camarades dans l’erreur, ou indécis, ou à venir, que la lutte de classe a de l’avenir en notre sein et que la CGT peut être un outil révolutionnaire mais que nous devons impérativement redresser la barre, nous unir, et continuer d’analyser en commun le document qui a été adopté vendredi.

L’union, n’est pas l’unité qu’on a voulu nous faire avaler en tentant de museler les positions critiques.

L’union des syndicats et des syndiqués, dans toutes les luttes (les vraies luttes - pas les manifestations amuse-galerie sous l’égide de la CES d’un Monks qui a bien démontré dans son discours qu’il nous prenait globalement pour des jambons-) que pourra mener la CGT, est un principe indérogeable. Les comptes ne se règlent pas sur le dos des luttes quelles qu’elles soient, car les luttes ce sont avant tous les salariés qui les mènent qui en sont les acteurs et les enjeux.

Il ne faut pas oublier que la lutte de classe a lieu de tous temps au sein même des organisations de la classe ouvrière, on peut le regretter mais c’est un fait aussi ancien que la CGT elle même, elle ne se résume pas à l’affrontement capital travail mais prend aussi en compte des affrontements idéologiques anciens entre anarco syndicalistes, couche bureaucrate (isée ?), etc. L’appel incessant à la "fraternité" ne peut pas servir à bâillonner les camarades

Hauts les coeurs camarades, la lotta continua !

Salutations militantes

http://www.vo-live.fr/live/live.php...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Intervention initialement prévue au 49ème Congrès de la CGT - En revenant de Nantes
12 décembre 2009 - 22h39 - Posté par François Pellarin

Merci chère Louve pour ce compte-rendu qui sent bon la vérité,ça change.Ton texte en dit plus long,et de manière plus juste,que tout ce qui a été rapporté par tous les médias sur ce congrès depuis le début.

Oui des masques vont tomber et des yeux s’ouvrir , les jeux ne sont pas faits.On va se charger d’exploiter ce genre d’opération et en tirer un max.

Comme tu le dis : la lutte continue !



Intervention initialement prévue au 49ème Congrès de la CGT - En revenant de Nantes
12 décembre 2009 - 22h49 - Posté par Nemo3637

Je trouve ce discours émouvant et sincère, fait d’analyses souvent justes. Néanmoins - mais je ne développerai pas ici, pas encore - l’avenir de la CGT semble tracé : rapprochement avec la CFDT et intégration à la CES. Il faudra montrer patte blanche. Ce qui est finalement dans l’ordre des choses, pour une organisation qui a globalement trahi les travailleurs depuis 40 ans et même avant. Solidarité avec tous les camarades de la CGT qui ont été à la pointe des luttes, toutes ces dernières années. Ce n’est pas contradictoire. Et bravo la Louve.



Intervention initialement prévue au 49ème Congrès de la CGT - En revenant de Nantes
13 décembre 2009 - 10h03 - Posté par Patrice Bardet

Une excellente intervention, même si je ne partage pas l’avis sur la candidature de Jean-Pierre



Intervention initialement prévue au 49ème Congrès de la CGT - En revenant de Nantes
13 décembre 2009 - 11h47 - Posté par

Bonjour Patrice.

Vidons tout de suite "l’abcès" que pourrait constituer la question de JPD entre nous ici.

Encore une fois mon appréciation sur JPD n’a rien de personnel. Je n’ai pas souhaité intervenir publiquement sur ce sujet avant le Congrès car je ne voulais pas jeter de l’"huile sur le feu ni apporter des armes à la direction sortante.

Mais franchement, ce n’est pas bien "sérieux" et ça a fait clairement plus de mal que de bien ; je pense qu’on est de nbx "opposants" (pour simplifier) à s’être dit la même chose. Et comme je le précise dans mon texte ce n’est pas personnel car je ne connais personnellement que certains des camarades qui ont soutenu JPD, ce sont plutôt des camarades valeureux et sympathiques -et une bonne partie vient "de chez moi" donc....

Tu sais que je me suis rapprochée à l’origine au mouvement "Front syndical" puisque j’avais signé la pétition initiale, je pensais que c’était une tentative intéressante de construire une tendance INTERNE (je n’ai jms été contre le droit de tendance dans une orga de la classe ouvrière) et qu’on s’était trouvés à Douai il y a environ un an, qq mois avant la mort de Jacques (à qui j’ai bien pensé quand il s’est agi au Congrès de saluer les mémoire des disparus).

Sauf que rapidement il m’a semblé que ce mouvement qui se créait avec des personnes HORS De la CGT raterait sa cible, fatalement, exactement pour cette raison.

Voire même pire alimenterait la rivière confédérale, et la candidature de JPD, non statutaire (sauf à considérer que le congrès étant souverain on pouvait en effet rajouter un nom , oui, et le congrès souverain a donc bien décidé de ne pas le faire donc que dire à cela ? On sait comment sont triés et choisis les congrès et JPD n’est pas un pigeon de l’année n’est ce pas ?!)

Mais enfin, bon, chacun d’entre nous fait comme il pense devoir faire.Je ne juge pas, je sais que ns avons des objectifs communs aussi. Je m’exprime seulement sur l’efficacité et la tactique. Ce qu’elle renvoyait comme message. Ce qu’elle a permis à la direction sortante, à la presse bourgeoise.

C’est à mettre dans le même rang que les déclarations de X Mathieu. Cela n’a fait que servir et grassement, la direction confédérale sortante.

Prétendre que ces expressions appelées "minoritaires" (moi je les appelle contestatrices, avec d’autres) représentent l’intégralité de la contestation c’est faux. JPD a eu des soutiens mais ils ne furent pas si nbx que l’ensemble des contestataires.

Je vais même te dire, je connais personnellement des délégué-e-s qui étaient contre le document d’orientation pour des raisons idéologiques, pratiques, de lutte de classe, mais qui n’ont pas voté "contre" finalement, car ils ne voulaient pas que leurs votes "contre" soient repris à son compte par JPD. Bcp ont donc finalement voté "abstention" ou sans rayer les noms qu’ils voulaient rayer à l’origine, pour que cela ne soit pas "récupéré" par JPD (ni par Thibault).

Dommage, au final, oui, JPD nous aura bien fait perdre des votes "contre" le TEXTE D’ORIENTATION, ce qui était le plus important.

Il s’est avancé "sabre au clair", il a fait des "erreurs de débutant" ( ce qui est impossible compte tenu de son âge et de son expérience, donc que cela signifie t il ?) , sans faire de contre-propositions sur le fond, en démontrant ce qui semble être une mauvaise appréciation du rapport de forces (perso, je pense qu’il a été poussé et mal conseillé, mais par qui, je n’en sais rien...), donc, tout cela n’inspirant pas du tout confiance à ceux qui ne le connaissaient pas ( fatalement plus nbx que ceux qui le connaissent) , et faisant très "petite cuisine" réalisée dans un coin par un petit groupe de personnes.

Surtout que, au risque de me répéter, le "problème" n’est PAS THIBAULT - à la rigueur, il est une petite partie du pb, en ce qu’il profite intelligemment de la situation et à la CGT et globale, mais Thibault, entouré d’un CCN, d’une CE et d’un Bureau "lutte de classe", qui feraient plus ou mieux ou différemment leur boulot, il ne serait RIEN. Il ne pourrait RIEN ! On n’aurait pas eu ce document d’orientation DE MERDE !

Arrêtons un peu la langue de bois. On s’en prend à celui qui incarne "le chef" pour ne pas avoir à nettoyer NOS propres écuries d’Augias,à bosser au local, à nos échelons de proximité, parce que c’est bcp plus compliqué, pour des tas de raisons. Bah oui mais c’est là qu’il faut mettre les mains dans la merde si je puis dire.

Moi je m’en cague de Thibault(ou X ou Y qui représente les mêmes idées Soces dém que lui) en tant que tel, car seul, isolé, il ne serait RIEN, QUE DALLe. Corseté dans un texte qui aurait été différent que celui adopté, il ne serait pas le même car il n’aurait pas la même latitude.

Surtout que pour certains nuisibles (un en particulier, sorte de serpent à sonnette) je préférais largement les avoir "en face" à la confédé que dans le dos, dans l’ombre, comme ils vont être maintenant....

L’autre chose à dégager ce sont donc tous les conseillers occultes (Simonpoli, Le Duigou etc...) et les liens avec toutes les associations et lobbies pro patronaux (dialogues, convergences, le siècle etc) -pour ceux là comment fait on ? Certainement pas avec des candidatures comme celles de JPD en tout cas. Au contraire !

Et le coup de grâce, vécu par certains comme une provocation (et j’en fais partie), c’est ce texte de propositions de JPD qui sort APRÈS le congrès.

Là, non, on se fiche du monde, ce n’est pas bien.Que ce texte n’est il sorti avant !? C’eut été la moindre des choses.

A moi, on m’a demandé de soutenir un homme (que je le redis je ne juge pas mais que je ne connais pas, et même si je le connaissais...)- je ne soutiens pas un homme ou une femme sur sa bonne mine ; ni ses "états de service" (Thibault était le leader de la grève de 95....) j’aurais voulu soutenir avant tout un projet, des engagements précis pour notre CGT et des idées. Je ne soutiens un homme ou une femme que s’il incarne un projet clair et débattu, construit démocratiquement ,et surtout, s’il n’est pas seul-e. Le côté "chevalier blanc", ce n’est pas mon truc du tout. Là ce texte arrive après, ce n’est pas anodin, ce n’est pas une erreur. Je n’apprécie pas. Pas du tout même.

Pour conclure je dirais que je suis amusée mais un un peu choquée quand même, par l’attitude qu’on eue certains camarades délégués (bien triés !) au congrès,"bleues bittes" ayant la foi des nvx convertis n’y connaissant rien (et nous arrivant parfois fraichement de... la CFDT...) qui nous expliquaient la vie et le comment du pourquoi doctement ("si vous êtes mino c’est que vous êtes des nuls") et finissaient par nous lâcher royalement un " si t’es pas d’accord casse toi", qui m’a rappelé étrangement le "casse toi pov’con" de l’omniprésident....

Je ne peux que comprendre comment on se fait manipuler par un appareil de nature social-stalinien, ainsi, j’ai joué le même rôle au PCF en 2007 pour Buffet et sa cliqua (heureusement je m’en suis rendu compte assez vite).

Raison pour laquelle je suis très bien placée pour leur dire : gaffe, vous êtes manipulés. Et être manipulés, ça arrive à tout le monde dans sa vie (et de manipuler également) ; à tous âges, intelligent ou pas, je dirais peut être même plus on est intellectualisant, plus on a de "chances" d’être facilement manipulable, averti ou pas, ce n’est pas la question - la vie est un grand échiquier et ce n’est pas un hasard si c’est pour Alexandre le Grand qu’Aristote fit de ce jeu une des bases de son éducation.

J’espère que JPD et ses compagnons de route ne vont pas quitter la CGT, ce serait, je pense , une autre erreur. Mais se battre en interne, de façon plus raisonnable. Sur le fond, en acceptant d’avance l’idée qu’ils ne pourront plus unifier l’opposition après ce congrès et donc, en acceptant démocratiquement, de n’être qu’un courant parmi d’autres.

Voilà le fond de ma pensée (et celle d’autres camarades) et comme ça les choses sont claires (et c’est pour ça qu’on ne soutiendra pas la "phase II" de la candidature de JPD , pas plus que nous n’avions soutenu la "Phase I" ici).

Salutations militantes,

A bientôt,

Elodie


Intervention initialement prévue au 49ème Congrès de la CGT - En revenant de Nantes
13 décembre 2009 - 13h06 - Posté par Patrice Bardet

je n’ai pas soutenu expressément la candidature de Jean-Pierre : je partage en partie les réticences.

Effectivement, comme tu le soulignes, ce n’est pas le problème d’une personne (en l’occurrence BT), mais un réformisme bien plus ancré dans toutes les instances de la CGT

Mais je ne comprends pas que les personnes opposées au document d’orientation aient pu changer leur vote en fonction de cette candidature : ça n’est pas très sérieux !

Quand au texte dont tu parles (celui que j’avais trouvé intéressant, qui aurait été distribué au congrès, ou après (?) ), il ne vient pas du FSC mais il est sur ce site de soutien à la candidature de JPD

Comité CGT LDC

Savoir qui manipule qui ? J’ai toujours pensé que c’était un faux débat au sein de la CGT

Aucun parti ou groupuscule politique n’a assez d’influence pour pouvoir "manipuler" un nombre important de militants CGT (hormis le PCF)

Et l’opposition à une ligne réformiste dépasse, et c’est heureux, des clivages politiques artificiels même si cette opposition est malheureusement extrêmement divisée

Reste qu’elle a gagné en influence depuis le dernier congrès

Quand à quitter la CGT, je ne pense pas que JPD et ses soutiens y songent. Mais il y a bien un risque que la "chasse aux sorcières" commence après ce congrès. Même si cela n’ira pas jusqu’aux extrémités que l’on a vu avec Jacques, l’UL de Douai, le CGT-E Dalkia et d’autres (notamment dans ma FD)... ça ne sent pas bon pour les minoritaires

salutations militantes

à bientôt, de vive voix j’espère

Patrice


Intervention initialement prévue au 49ème Congrès de la CGT - En revenant de Nantes
13 décembre 2009 - 17h50 - Posté par

@ Patrice :

Mais je ne comprends pas que les personnes opposées au document d’orientation aient pu changer leur vote en fonction de cette candidature : ça n’est pas très sérieux !

Bon et bien c’est parce que tu ne sais pas comment se passe un congrès CGT alors. C’est normal si tu n’y as jamais assisté d’ailleurs, moi non plus je ne savais pas.

Donc je vais expliquer à celles et ceux qui ne savent pas comment ça se passe.

D’abord donc, les délégués doivent être mandatés, c’est à dire que en fonction des délégués leur sont réparties les voix des syndicats, par syndicat.

moi par exemple je représentais exactement 603 voix. De plusieurs dizaines de syndicats différents et répartis sur toute la France métro (les dom tom ne sont pas comptés je crois).

Comme ma fédé avait bien fait son boulot, on avait eu une réunion avec les Ds des syndicats concernés à Montreuil, au moins un bon mois et demi avant le congrès et on avait les mandatements à peu près à la même époque. Cependant ce n’est pas pour autant que tous les syndicats ont produit des amendements, des positions etc...au contraire et ça a bien été un gros pb dans ce congrès. Bcp de syndicats ne se sont pas exprimés DU TOUT de façon écrite, indubitable, sur le doc.

Mais il faut savoir que certains délégués dans certaines fédés n’avaient reçu leurs mandatements que 7 jours avant le Congrès ! alors explique moi comment tu peux avoir un mandatement clair dans ce cas là ?

Ensuite, pour voter ,tu as une feuille de vote pour chaque résolution de chaque document (rapport financier, cogétise, document d"orientation). Dessus, il y a le nom du délégué, sa fédé, son numéro de délégué et deux possibilités soit un votre global "pour" ,"contre", ou "abstention" soit le vote différencié (le syndicat trucmuche de tazin les oies qui représente 20 voix a voté "pour" sur la résolution n° 3, le syndicat bidulechose de gonflette les arpions qui représente 56 voix a voté "contre" la résolution n° 3 etc..) sachant que le vote se faisait d’abord par résolution et le jeudi soir, en global sur tout le document amendé.

Le tout avec code barre et lecture optique. Ce qui signifie bien sûr qu’il y a quelque part, j’imagine, un fichier qui traîne avec le fait que Untel a voté pour ou contre telle ou telle résolution...Personnellement, je suis partagée sur cette façon de faire pour trois raisons : elle n’incite pas les syndicats à prendre leurs responsabilités en produisant un mandat clair, et fait d’emblée de la "non confiance" dans le délégué un principe de base (le bulletin nominatif servant notamment à contrôler la bonne exécution du mandat), mais d’un autre côté je trouve ça pas mal non plus qu’on puisse vérifier sur pièce si les mandats confiés ont été respectés.

Donc pour conclure, c’était au délégué de prendre ses responsabilités quand il n’avait pas de mandatement clair. Ce qui explique que, sans commettre le moindre "crime de lèse-démocratie" bcp de délégués ont pu s’ils le souhaitaient, porter nombre de voix non exprimées en fonction de leurs considérations sur le moment.

En revanche, et c’est là que ça devient chaud, ceux qui décidaient d’être respectueux jusqu’au bout de la démocratie qui nous était ainsi infligée, et donc, ne portaient aucun vote (ni pour,ni contre ni abstention) voyaient leurs voix automatiquement dirigée sur le "pour" telle ou telle résolution...

Moralité :

 c’est bien dommage que nombre de syndicats n’aient produit aucun mandat explicite ni aucun amendement.

 à plus forte raison, il fallait choisir "par soi même", et bien, si on avait des doutes sur le document.

J’attends évidemment les réactions des "oppositionnels déclarés" sur ces quelques "légers" pbs techniques de démocratie.

Salutations militantes


Intervention initialement prévue au 49ème Congrès de la CGT - En revenant de Nantes
13 décembre 2009 - 20h21 - Posté par patrice bardet

oui, ce que tu exposes est certainement près de la vérité

Mais si on n’est pas d’accord sur un texte quelconque, ce n’est pas en fonction d’une candidature que l’on soutiendrait ou non par ailleurs

Les syndicats n’ont pas eu le temps de se prononcer sur les textes, puisqu’ils ont été diffusés très tardivement. Il fallait les distribuer aux syndiqués, solliciter des amendements, les discuter, les mettre en commun, et tout cela avant la réunion régionale ou départementale des syndicats représentés : tâche strictement impossible pour bon nombre de syndicats ( dont le mien, en l’occurrence). Et que dire d’une "réunion de synthèse" qui se déroule en moins de 3 heures, avec un intervenant qui présente pendant 1 heure, si ce n’est que c’est une pantalonnade ? Alors, la camarade qui nous représentait au congrès n’a certainement pas eu de mandat clair, encore moins différencié : comment pourrait-il en être autrement avec une telle caricature de "débat" ?

Mais il y a encore bien mieux que ce genre de procédés : c’est quand une FD fait de la retape auprès des syndicats pour avoir des mandats en "blanc". C’est ce qui s’est passé au dernier congrès fédéral.... ajoutons des prises de parole limitées à 2 minutes, des intervenants exclus, des des interventions téléguidées, une très longue introduction "à charge" : voila comment on organise une mise à mort

(j’ai la retranscription de tous les "débats" de ce congrès lamentable)

Cela n’est pas la première fois que je le constate : UL, UD, FD..... quand on me parle de démocratie, de respect dans les débats, je réponds que la "lutte des places" a remplacé la "lutte de classe". Ce n’est pas une nouveauté de ce congrès....


Intervention initialement prévue au 49ème Congrès de la CGT - En revenant de Nantes
13 décembre 2009 - 21h24 - Posté par

"Bernard Thibault n’a pas perdu la main. Porté par les « métallos » de la région, son opposant déclaré pour le poste de secrétaire général de la CGT, Jean-Pierre Delannoy, a quand même réussi son coup cette semaine : faire exister dans les médias nationaux la voix de la contestation interne.

PAR SÉBASTIEN CHÉDOZEAU

valenciennes@lavoixdunord.fr PHOTO DIDIER CRASNAULT

Sa fine moustache lui donne de faux airs de Guy Williams, incarnation télévisuelle du plus célèbre des Zorro. Avec le cavalier surgi hors de la nuit, Jean-Pierre Delannoy, 56 ans, partage aussi un sens inné de la justice. En s’attaquant de l’intérieur au bastion de la CGT, sorte de Don Quichotte face aux moulins à vent, il a fait tomber le masque. Cette contestation interne trop longtemps cachée sous le tapis, « il fallait la rendre visible », dit-il. L’historique de l’USTM-CGT, dont il est secrétaire général depuis plus de vingt ans dans le sud du département (et depuis 2005 à l’échelon régional) s’est décidé à y aller parce que « la souffrance des militants et des salariés » lui était devenue intolérable.

Décision lourde de conséquence au sein d’une confédération cloisonnée, toujours pas guérie de la scission de 1947 (qui avait débouché sur la naissance de FO). À Nantes, où se tenait cette semaine le congrès national de la CGT, Jean-Pierre Delannoy a senti le poids des reproches. Il s’y attendait un peu, lui dont les relations avec l’union locale, à Valenciennes, sont pour le moins détériorées depuis plusieurs années : « Je n’avais jamais vécu un congrès aussi verrouillé, cadenassé et avec autant de tension. » Intimidations, quolibets et insultes n’ont pas réfréné l’ardeur de ce militant convaincu, encore bercé des luttes ouvrières des années soixante-dix et quatre-vingt. Il raconte : « En 1984, on avait fait grève un mois aux ANF (devenus vite après Bombardier) pour les salaires. On avait obtenu 10 à 12 % d’augmentation générale, le double de l’inflation de l’époque. Il y avait en permanence mille huit cents mecs en pétard. » C’était l’époque où les rapports de force prévalaient dans les relations sociales.

Cette méthode éprouvée, Jean-Pierre Delannoy la transpose à la « bataille interne » qu’il vient d’engager. Le premier assaut a été repoussé jeudi : « Tout le débat sur la commission exécutive a porté sur ma candidature. » Finalement rejetée, parce que le « métallo » n’avait pas respecté le cadre statutaire. Reparti de Nantes le soir même, il n’a pas assisté à la facile réélection de Bernard Thibault au poste de secrétaire général. Jean-Pierre Delannoy s’arrête sur un autre scrutin, celui qui portait mardi sur le bilan d’activité des trois dernières années : 71,33 % des votants se sont prononcés pour, 20,95 % contre et 7,72 % ont voté blanc. Au congrès de 2006, ils n’étaient que « 16,5 % » d’opposants. Le contestataire y voit un signe : « D’ici au 50e congrès, nous avons trois ans pour élargir notre audience. » La lutte finale sera frontale".

Alors ok, ce n’est pas JPD qui a écrit l’article, mais les propos rapportés sont ils bien ceux de JPD ou pas ?


Intervention initialement prévue au 49ème Congrès de la CGT - En revenant de Nantes
13 décembre 2009 - 21h56 - Posté par patrice bardet

oui, je suppose que ce sont ses paroles, pour ce qui est entre guillemets, et que le journaliste reproduit à peu près fidèlement le ton, même si cela fait un peu "spectacle"

Jean Pierre a raison quand il déclare « D’ici au 50e congrès, nous avons trois ans pour élargir notre audience. ». Mais...

La conclusion "La lutte finale sera frontale" est du journaliste et n’engage que lui.

En fait de "lutte frontale", ce sera très certainement des "exécutions" (symboliques !) en loucedé, une par une, sans grand bruit

Pour ma part, je m’en fous éperdument : j’ai passé l’âge d’une ambition syndicale que je n’ai jamais éprouvée


Intervention initialement prévue au 49ème Congrès de la CGT - En revenant de Nantes
13 décembre 2009 - 12h23 - Posté par sam 82

bon résumé . néanmoins il y a deux points de vue que je ne partage pas . le premier sur la candidature de Delanoy , je pense que ça été une bonne chose , même , si cela c’est fait d’une manière un peu trop désorganisée , mais ce n’était pas facile , cette candidature a pu apparaitre a beaucoup comme une opposition de personne par rapport a Thibaud , alors que c’était une opposition sur le fond , opposition de classe par rapport a la ligne réformiste qui a été confirmée a ce congrès . le deuxième point sur l’optimisme , quand a la possibilité que la conscience de classe redevienne majoritaire au sein de la CGT . car il s’agit bien de cela . là je suis très réservé , tout en souhaitant me tromper . nous sommes quelques uns a mener ce combat depuis quand même quelques années , et il faut bien l’avouer sans succès . il y a plusieurs raisons a cela , mais ça serait trop long a développer . je reste pessimiste . on aurait put penser qu’au regard de la situation sociale catastrophique , beaucoup plus de camarades seraient monté au créneau non seulement au congrès , mais surtout a différents niveaux dans sa préparation , ça n’a pas été le cas . l’orientation réformiste me semble définitive , . sam 82 .



Intervention initialement prévue au 49ème Congrès de la CGT - En revenant de Nantes
13 décembre 2009 - 17h28 - Posté par

Slt Sam82

Oui je comprends que tu sois pessimiste, mais ce n’est quand même pas à toi que je vais apprendre comment on verrouille un congrès vu que tu es à la CGT depuis près de 40 ans si ma mémoire est bonne. La photo du congrès est relativement faussée.

Sinon, moi ça me fait CREVER de RIRE les leçons de morale des réformards sur la "représentativité".

J’ai gardé la composition du congrès.

A lire la "cartographie" on pourrait croire que ce "monde du travail", qui semble être devenu le mètre-étalon des directions réformistes (le "syndiqué" étant renvoyé aux oubliettes pour qu’on nous préfère le "salarié"), serait composé essentiellement de :

 cheminots
 métallos
 postiers/france télécom
 services publics
 EDF/GDF et assimilés "énergie".
 Santé

C’est juste du gros foutage de gueule. D’un côté la représentativité s’apprécie par rapport aux élections globales de TOUS les salariés et 75 % des délégués trouvent ça normal (selon le mode de calcul de la conf qui a compté "pour" les non exprimés) alors que c’est signer la mort de la syndicalisation CGT dans les PME ET TPE, mais de l’autre, le congrès est constitué, non en fonction de ce que représente réellement chaque syndicat dans la "vraie vie" professionnelle (il faut appliquer leur logique jusqu’au bout !!) mais pour le coup, en fonction exclusivement des syndiqués....

Ca , ça ne va pas du tout non plus !

 Rien que les privés d’emplois (qui représentent en réalité environ 3 millions de salariés) devraient donc avoir au moins deux fois plus de délégués que n’importe quelle fédération présente à ce congrès, hormis la fonction publique peut être !!!!

 3 millions c’est aussi le nombre de salariés dans l’industrie manufacturière ! (cf chiffres INSEE 2007 http://www.insee.fr/fr/themes/docum...)

 Il y a 3 millions de chômeurs et 106 000 salariés d’EDF dans LE MONDE mais EDF a 2 fois plus de délégués que les chômeurs ? Quelle blague quand on repense à tous les beaux discours qui nous ont été faits sur "la nécessité d’être démocratique et représentatifs de la situation réelle à l’entreprise (sic)".

Ma fédé (les sociétés d’études) qui représente les syndicats de secteurs où il y a énormément de salariés du privé (conseils études ingénieries, centre d’appels...) devrait avoir 3 fois plus de délégués !!!!...Et oui, hors intérim et hors commerce il y a environ 2.5 millions de salariés qui travaillent dans les "service aux entreprises".... Et le nombre de salariés travaillant dans le commerce (tjs les chiffres INSEE 2007) plus de 3.5 millions !

Pourquoi je dis ça ?

Parce qu’il n’y aura aucune opposition valable qui se fera sans mettre les choses à plat. Pour tout le monde.Et ça commence par cette composition corporatiste des congrès.

Et non la candidature de JPD n’a pas permis ça, et au contraire elle a même permis que certains ne s’expriment pas.

Dis moi combien il y a de salariés (actifs) dans la filière "verre et céramique" ???, et il y a un nveau secrétaire confédéral qui vient de cette fédé !!!!!!! Est ce bien "raisonnable" surtout quand on prétend comme eux donner des leçons sur la "représentativité" ?!!????

Alors non, bien sûr, je ne suis pas d’un optimisme délirant, je dis qu’avec ce qui a été adopté, c’est à dire, notamment, la retraite sans mention de trimestres de cotisation, avec une base revendicative de 75 % du SALAIRE NET, avec la réforme sur les structures (fédés, mais aussi UL ET UD avec les "territoires" et les "syndicats multipro de sites"....), avec la "représentativité" (comme j’ai dit à une jeune femme qui s’est cru autorisée, sans connaître mon parcours militant ni mes résultats dans ma taule, à me faire la leçon sur la représentativité dans le style "tu fais pas comme il faut gniagniagnia la faute aux bases et aux syndicalistes" - quand dans 3 ans elle reviendra pas au Congrès, parce qu’elle aura pris son mandat de DS bien profond dans le c... par la CFDT, on en reparlera) etc, bref tout ça est susceptible de créer un tel "choc" qu’on ne peut qu’ être, non pas optimiste, mais plein d’espoir car ça va nécessairement ouvrir des yeux.

Donc, on va avoir besoin de TOUS les camarades actifs,n sans emplois, retraités et jeunes - c’est pas le moment de "lâcher la barre", si je puis me permettre - la CGT ce n’est pas (encore) le PCF. Et JUSTEMENT dirais je ne commettons pas les mêmes erreurs que celles qui ont été commises au PCf lors de son virage "mutant" ! ( Bon en même temps je comprends bien aussi que tu en aies ras le bol...)

Salutations militantes,

LL


Intervention initialement prévue au 49ème Congrès de la CGT - En revenant de Nantes
13 décembre 2009 - 18h20 - Posté par sam 82

salut L L .

oui tes remarques sont justes . tu sait il y a toujours eu des donneurs de leçons dans le syndicat , surtout dans les réunions ou les congrès , sur le terrain en général ils sont plus discret . j’ai suivi un peu sur le net , et j’ai vu ton intervention , ou quelques uns ont essayé de te chahuter , mais tu as su monter le ton , et c’est vrai que la conscience de classe n’est pas spontanée , elle est a regagner au sein de la CGT , pour mieux la faire partager au travailleurs . ceci dit c’est vrai il ne faut pas lâcher , il faut pousser avec vous les jeunes pour redonner ce contenu de classe a la CGT . c’est vous l’avenir . sam 82 .


Intervention initialement prévue au 49ème Congrès de la CGT - En revenant de Nantes
14 décembre 2009 - 22h55 - Posté par

sur le terrain en général ils sont plus discret

hé hé hé :) oui c’est marrant j’ai remarqué ça aussi.

A Paris par exemple, la plupart des camarades avec qui je peux avoir à l’occasion des désaccords (mais aussi des accords très solides !) acceptent EUX sans aucun problème le débat, même "sportif", et ce sont "bizarrement" ceux qu’on retrouve aussi à chaque fois dans l’action et souvent en première ligne. alors que les "confédérocrates" planqués et béni oui oui qui te taclent derrière les oreilles avec des moyens que ne renierait pas le patronat, eux , on ne les voit jamais "les mains dans le cambouis" (comme ils aiment dire) ou alors, juste 5 minute pour la photo.

Moi je pense que les pratiques non démocratiques, le refus du débat, la caricature, ne sont pas des pratiques de syndicaliste ACTIF. Le syndicaliste actif (dans son syndicat et dans son UL) en général,comprend, manie, et même AIME la contradiction entre camarades, car on sait tous qu’aucun d’entre nous n’a "la vérité toute pure" et que seule le débat permanent entre nous nous fait avancer, du moment que sur les luttes, on est ensemble pour défoncer du patron et faire gagner les salariés.Et ça ne nous empêche pas de nous respecter, au contraire.


Intervention initialement prévue au 49ème Congrès de la CGT - En revenant de Nantes
13 décembre 2009 - 17h12

La CGT a toujours été attaquée de l’exterieur et parfois de l’intérieur.

Depuis quelques temps les attaques venant de l’intérieur se multiplient.

Les Cdes qui ont des convictions et un peu de lucidité,et ils sont nombreux,font la différence entre un débat de fond nécessaire pour que la CGT reste une OS de classe et de masse,et des groupuscules qui ont d’autres objectifs bien moins avouables.

Je l’ai dit par ailleurs,la CGT n’est pas le PS.Et ceux qui caressent l’espoir de réussir une nouvelle scission dans la CGT se casseront les dents.

L’analyse de LA LOUVE que je partage à 1000%,fait que je n’ai rien à rajouter.

LE REBOURSIER



Intervention initialement prévue au 49ème Congrès de la CGT - En revenant de Nantes
13 décembre 2009 - 18h11 - Posté par patrice bardet

qui parle de scission ?

Cela fait des mois que les réformistes invitent les opposants à quitter la CGT, quand ils ne les harcèlent pas (voir l’exemple du CGT-E) ! Il ne faudrait pas inverser les rôles et responsabilités.

Ceci dit, je suis d’accord avec toi, camarade. Le risque de scission existe bel et bien, comme en 1921, quand la CGT réformiste a exclu la fédération des cheminots. En 1922, suite à cette exclusion, et de bien d’autres, les révolutionnaires constitueront la CGTU

Mais on ne va pas réécrire l’histoire, la minorité actuelle est peu organisée, et la "position commune" signée avec la CFDT.... et le MEDEF a prévenu ce risque.
Alors, il est fort à parier que les opposants "lutte de classes" seront exclus un à un.
Cela s’est passé ainsi à la CFDT après le rapport Moreau : cela s’est appelé la "chasse aux moutons noirs", si je ne m’abuse...
Sauf à ce que les menaces de BT, à peine voilées, ne soient que du vent....

salutations militantes


Intervention initialement prévue au 49ème Congrès de la CGT - En revenant de Nantes
13 décembre 2009 - 21h57 - Posté par

Qui parle de scission ?moi parmi d’autres.

C’est le danger qui guette la CGT quand en lieu et place du débat démocratique,se crée des "clans" réformistes ou pseudo-révolutionnaires,et pour faire bonne mesure réduisent la CGT à quelques individus.

La loi sur la représentativité est une vaste connerie.Après l’avoir denoncée très justement,on fait quoi ?demander simplement son abrogation ?ça suffira pas.

Je ne développe pas là-dessus LA LOUVE l’a déjà fait,et bien mieux que je ne l’aurai fait.

Je rajouterai seulement qu’aujourd’hui plus qu’hier,faisons en sorte que nos syndicats,UL et UD fonctionnent normalement,surtout en direction des PME,TPE,tertiaire...ect..

Je suis convaincu que c’est la seule solution pour maintenir NOS OUTILS SYNDICAUX,donc renforcer la CGT pour développer les luttes.

"les pro-machins et les anti-trucs"ne m’intéressent pas,et les THIBAULT et DELANNOY je les renvoie dos à dos,et qu’ils se démmerdent.

J’ai autre chose à faire.

Fraternellement

LE REBOURSIER


Intervention initialement prévue au 49ème Congrès de la CGT - En revenant de Nantes
13 décembre 2009 - 22h31 - Posté par François Pellarin

Salut Patrice,non je ne pense vraiment pas que les menaces de BT ne soient que du vent,bien au contraire.Je pense que très vite une chasse aux sorcières va s’instaler dans la CGT.

Tu as raison,un risque de scission existe bel et bien et cela n’arrangerait pas les choses mais les aggraverait.

Perso je pense qu’il faudrait que la base reste unie et très soudée face aux attaques du "haut".Cela ,bien sûr représente un travail considérable pour les camarades mais c’est,je pense,dans ce sens qu’il nous faut agir : maintenir la base soudée devant les harcellements,les vacheries etc...

C’est ,en qques sortes ,construire un front uni de la base qui forcerait le haut à nous suivre.

Je ne sais pas si je suis très clair mais la CGT est en mauvaise posture et nous devons tout faire pour la sauver,NOUS sauver.

Et ,de toutes façons,le plus stupide serait de quitter,d’une façon ou d’une autre, notre syndicat.Ce n’est pas en désertant un organisme qu’on le modifie c’est,au contraire, en en restant membre à part entière et en faisant le plus possible de nouveaux militants.

La CGT lutte des classes c’est possible,ça ne tient qu’ à nous.

TOUS ENSEMBLE CAMARADES !!!

Fraternellement


Intervention initialement prévue au 49ème Congrès de la CGT - En revenant de Nantes
14 décembre 2009 - 19h29 - Posté par

Je n’ai pas compris le passage sur le rejet en commissions sur le rôle des UL et UD : Qu’en est-t-il exactement ? Quant à moi, je me suis toujours battu pour le respect de la souveraineté du syndicat d’entreprise ou de la section syndicale des grandes entreprises, administrations ou services publics, garantie d’ailleurs constitutive de la CGT ; l’UL a toujours été pour moi un échelon indispensable mais pas "hiérarchique", par contre l’UD m’est toujours apparue comme une sorte de "commissariat politique" qui décline la "bonne" parole venue d’en haut qui souvent dans les faits s’impose à tous : on peut "casser" un syndicat à partir de l’UD. Quant à l’Union Régionale, encore plus éloignée elle ne nous a jamais servi à rien vu que le véritable pouvoir politique est ailleurs . Les rôles de l’UD et de L’UR.


Intervention initialement prévue au 49ème Congrès de la CGT - En revenant de Nantes
14 décembre 2009 - 21h17 - Posté par

"86 211",je pense que tu poses la bonne question et que les constats que tu fais en amènent d’autres.

Excuses moi,mais je n’ai pas le temps de développer.Mais ton message laisse à penser que tu pourras répondre à cette autre question :

Est-ce les structures de la CGT qui sont en cause,ou leur fonctionnement démocratique ?

Fraternellement

LE REBOURSIER Cheminot CGT


Intervention initialement prévue au 49ème Congrès de la CGT - En revenant de Nantes
14 décembre 2009 - 22h14 - Posté par

Est-ce les structures de la CGT qui sont en cause,ou leur fonctionnement démocratique ?

C’est en effet une excellente question. Est ce l’outil ou la façon dont on s’en sert ? quand tu essaies de couper une planche avec un marteau, tu peux jeter ton marteau, tu ne couperas pas ta planche pour autant !!!


Intervention initialement prévue au 49ème Congrès de la CGT - En revenant de Nantes
16 décembre 2009 - 00h16 - Posté par

Effectivement c’est une certaine pratique devenue habituelle qui ne respecte pas toujours la démocratie, aujourd’hui encore moins qu’hier. L’origine de la CGT vient de l’union des syndicats à la base, cet "oubli" fréquent favorise tous les excès bureaucratiques. Thibault et d’autres qui ont su "moderniser" la CGT en écartant peu à peu et subtilement les militants "lutte des classes" ont profité de certaines méthodes du passé pour étouffer au nom d’un syndicalisme "responsable" et sous un oreiller la contestation face aux ravages du capitalisme financier : à part la participation à la gestion loyale du traitement social du chômage, avec le gouvernement et le MEDEF que peut faire un syndicalisme sans analyses et perspectives idéologiques, sans volonté de construction du rapport de forces des exploités, sans en appeler inlassablement à l’action et sans soutien des luttes. Si on continue comme cela, la CGT va finir par essouffler les salariés comme aujourd’hui qui ne feront plus la différence avec les autres syndicats de collaboration de classe , pardon réformistes, pardon encore "responsables" comme les aiment patronat et gouvernement.


Intervention initialement prévue au 49ème Congrès de la CGT - En revenant de Nantes
14 décembre 2009 - 22h13 - Posté par

Je n’ai pas compris le passage sur le rejet en commissions sur le rôle des UL et UD : Qu’en est-t-il exactement ?

Et bien l’amendement a été rejeté sans autre forme de procès . Réponse, de mémoire , de je ne sais plus quel président de séance (P. Lichau je crois mais je ne suis pas sûr) "il ne faut pas rejeter les responsabiltés de la base sur la confédération" ou un truc du style. De tte façon les débats en vidéo sont encore dispo sur le site de la conf (voir les vidéos des amendements 5 et 6) . Pour la suite, lire le document "amendé" (par d’autres propositions) sur la partie III "structures", c’est éclairant - il doit être dispo sur le site de la cégète j’imagine.


Intervention initialement prévue au 49ème Congrès de la CGT - En revenant de Nantes
14 décembre 2009 - 21h24 - Posté par

Que voici un débat intéressant !
Je suis militant dans un syndicat d’ERDF GRDF (ex EDF GDF), et vos discussions sont extremement éclairantes.
Ma fédération (mines-énergie) est un des poids lourd de la CGT et bon nombre de questions méritent refelxion.

Tout d’abord la question de la représentativité, il faut savoir que j’y étais favorable à l’époque. Pour quelles raisons ? tout simplement parce que les règles de l’époque permettaient la conclusion d’accord minoritaires sans que l’on ne puisse rien. Quelle erreur, avec le recul, d’avoir permis la non implantation de section syndicale dans les déserts syndicaux alors qu’aujourd’hui des camarades de la soustraitance souhaiteraient en monter une... il aurait fallu que je connaisse BC pour avoir cette autre vision que celle donnée par ma FD.

Ensuite, comme souligné, la question du poids, au congrès, des fédérations très implantées est à poser. Il s’agit donc pour ces fédés (dont la mienne) de trouver des réponses à leurs problèmes (comme ci dessus). Leurs interêts priment donc sur l’interêt plus général des salariés... il nous faut donc repenser ce poids non plus en terme de nombre de syndiqués seulement mais d’y rajouter, comme sous jacent dans la discussion, une notion de representativité au sein du salariat dans sa globalité. Ma FD par exemple recense 65000 FNI environ en 2007, soit 10% des syndiqués CGT ! Il est pourtant en effet certain que ma branche professionnelle ne représente pas 10% du salariat en France !!! D’où un décalage certain et un des facteurs qui fait que la CGT plafonne en terme de nombre de syndiqué.

Pour finir le pompom ! pour très bien connaître les syndicats du champ de ma FD sur ma région je suis certain à 90% que pas un syndicat sur 10 n’a proposé d’amendements ou de conduite à tenir puisque le document d’orientation n’a pas été lu. Je n’ai d’ailleurs connu le nom des mandatés que lorsqu’ils étaient à Nantes... (sur ce point, c’est de ma faute, j’aurai pu trouver l’info...).

Le constat est là, une FD en perte de vitesse (pas fous les patrons, ils ont compris que dans la sous traitance il y a moins d’emmerdeur de la CGT) mais qui a un poid énorme dans un congrès, avec bon nombre de camarades en mode ancien temps à se battre que pour les agents statutaires...

Et moi pendant ce temps, je tente d’organiser des salariés en pestant contre cette P..... de loi de représentativité que je croyais être une avancée en son temps !

Merci bellaciao pour tes débats !


Intervention initialement prévue au 49ème Congrès de la CGT - En revenant de Nantes
14 décembre 2009 - 22h57 - Posté par

le document d’orientation n’a pas été lu.

C’est en effet une des seules conclusions certaines de ce congrès, remontée de partout : 90 % des syndiqués n’ont pas lu ni analysé le document d’orientation. Ca c’est pas seulement la faute à la fédé (comme l’a dit D Le Reste à une réunion, "j’ai connu des documents bien plus longs et bien plus ardus que celui ci")


Intervention initialement prévue au 49ème Congrès de la CGT - En revenant de Nantes
15 décembre 2009 - 04h04 - Posté par Nemo3637

Je ne suis pas à la CGT et je crois que je n’y serai jamais. Mais j’ai souvent lutté avec des copains de la CGT. A la lecture des commentaires, il y a un drame - bien connu - qui se joue. Une fraction tente de se faire entendre, de s’organiser. Elle est certes minoritaire mais devrait pouvoir s’exprimer. Cela semble difficile, et à l’aune des expériences, dans une organisation à caractère bureaucratique comme la CGT, impossible.
Mais que faire ? Partir comme le veulent bien sûr les partisans d’une certaine majorité - plutôt le reflet d’instances que celui de la base - ? Rester en attendant une prochaine opportunité, la tête parfois sur le billot ?
Vu de l’extérieur, par dignité, arguant de certains principes, dont celui de la démocratie, on a envie simplement de dire "barrez-vous les mecs, ya d’autres syndicats".
Ce n’est pas si simple, on l’a bien compris, même si le fétichisme organisationnel est en lui-même un piège.
Même s’il parait sur le déclin, le syndicalisme a connu un renouveau ces dernières années. Des organisations nouvelles sont nées, se sont développées, ont été actives. Au fond, ceux qui se manifestent aujourd’hui dans la CGT reflètent aussi un renouveau. Que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur de la CGT, il faut tisser des liens, des réseaux, construire un avenir pour ceux qui veulent lutter sur les bases d’un véritable syndicalisme de combat.



Intervention initialement prévue au 49ème Congrès de la CGT - En revenant de Nantes
18 décembre 2009 - 19h57 - Posté par Patrice Bardet

je suis effaré par la teneur violente, méprisante de certains blogs

à lire celui-ci, je ne suis pas étonné que la CGT réunisse de moins en moins de militants.

http://sanseprendrelechou.forumacti...

Si on voulait les dégouter, les chasser, on ne ferait pas mieux

D’avoir été témoin et sujet de telles diatribes, il ne me viendrait plus à l’idée de prendre quelque responsabilité que ce soit au sein de la CGT, plus haut que dans mon syndicat : au moins, ce qui y primé, c’est la camaraderie, même quand les débats sont vifs

Internet a pour intérêt de montrer ce qui se disait : ce n’est pas reluisant

Ce n’est pas ma CGT telle que celle où j’ai adhéré, mais ça l’est en profondeur, et cela me désespère






Emission : Allemagnes 89/90 - Réunification ? Ou colonisation ?
mardi 19 - 18h02
de : Emission Polémix et La Voix Off
Gilets jaunes : sept Français sur dix trouvent le mouvement "justifié" et estiment qu’il a servi aux catégories populair
mardi 19 - 13h36
de : nazairien
LA RAGE ET LA RÉVOLTE
mardi 19 - 12h42
de : Ernest London
Didier Maisto, directeur de "sud radio" , mais aussi, journaliste de terrain, témoigne sur l’acte 53 à Paris (vidéo)
lundi 18 - 23h02
de : nazairien
2 commentaires
3 Médias indépendants, au coeur de l’acte 53 à Paris, article de pierrick tillet (vidéos)
lundi 18 - 19h12
de : nazairien
Le peuple désarmé sera toujours vaincu ! Analyse à méditer en tout cas !
lundi 18 - 16h54
de : JO
2 commentaires
Le Préfet de police a « transformé par un tour de passe-passe bureaucratique des manifestants en délinquants »
lundi 18 - 16h40
de : JO
4 commentaires
Mémoire historique : Information et mise au point sur l’association « 24 août 1944 »
lundi 18 - 15h24
de : Miguel Campos
1 commentaire
Dimanche 17 Novembre, Paris, Acte 53 suite, Pas de repos pour les GJ ! (vidéo)
dimanche 17 - 21h16
de : nazairien
1er anniversaire, du combat des "gilets jaunes" AN II reprise des "ronds points" (vidéo)
dimanche 17 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires
16 et 17 novembre : pas de cadeaux pour l’anniversaire des gilets jaunes
dimanche 17 - 19h32
2 commentaires
Les Forces de l’Ordre (quoique) ne devraient-t-elle nettoyer plus souvent la visière de leur casque
dimanche 17 - 18h34
de : jean-marie Défossé
Acte 53 Gilets Jaunes : Dissuasion ou interdiction perfide des manifs ; ?
dimanche 17 - 18h01
de : JO
Acte 53 Gilets Jaunes :Des policiers se font-ils passer pour des black blocs
dimanche 17 - 17h54
de : JO
Les réformes de Macron sont les vraies armes par destination
samedi 16 - 20h54
de : Xavier Marchand
1 commentaire
Une Transition Anticapitaliste est-elle encore possible ?
samedi 16 - 14h02
de : Lepotier
9 commentaires
Damien Saez, un artiste, qui n’a jamais renié ses engagements, chante l’anniversaire du combat des "gilets jaunes"
vendredi 15 - 23h13
de : nazairien
Pour revenir sur la 4e Assemblée des Assemblées des Gilets Jaunes à Montpellier avec Demos Kratos (vidéo)
vendredi 15 - 19h35
de : nazairien
Reviens vite Evo, ton peuple a besoin de toi : Roger Waters (vidéo str fr)
vendredi 15 - 11h50
de : nazairien
2 commentaires
LES « PÉTROLEUSES »
vendredi 15 - 10h48
de : Ernest London
LA LUTTE FINALE
jeudi 14 - 20h36
de : Nemo3637
2 commentaires
Hôpital : tout le monde déteste l’austérité
jeudi 14 - 18h11
Bloc bourgeois - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 13 - 21h31
de : Hdm
Sans âme.
mercredi 13 - 21h27
de : L’iena rabbioso
Précarité étudiante : le cinq décembre dans toutes les têtes
mercredi 13 - 18h37
1 commentaire
GILETS JAUNES Acte 52 à Montpellier : La terreur bleue !
mardi 12 - 16h26
de : JO
CES 600 MILLIARDS QUI MANQUENT À LA FRANCE
mardi 12 - 12h16
de : Ernest London
BOLIVIE ! Processus électoral électronique mis en cause !
mardi 12 - 11h32
de : JO
2 commentaires
Pour poser de nouveaux jalons de laïcité
mardi 12 - 01h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Intervention de Michèle Sibony, au nom de l’UJFP, à la manifestation du 10 novembre contre l’islamophobie
lundi 11 - 23h23
de : Chantal Mirail
6 commentaires
L’appel à manifester des sous-marins jaunes
lundi 11 - 21h09
de : jean1
Rassemblement contre la précarité étudiante dans toute la France le mardi 12 novembre
lundi 11 - 20h50
de : jean1
La terre a tremblé de Cruas à Tricastin ; Allo vous m’entendez ?
lundi 11 - 15h40
de : le fou du roi nucléaire pour coordi SudEst
1 commentaire
Gauche SERVILE ou gauche INDOCILE face aux intégrismes religieux
lundi 11 - 11h53
de : Christian DELARUE
5 commentaires
Coup d’Etat en Bolivie :Les syndicats annoncent un siège et donnent 48 heures à Camacho pour quitter La Paz
lundi 11 - 11h13
de : JO
2 commentaires
L’Europe doit cesser d’investir dans l’industrie du génocide
dimanche 10 - 22h29
de : DAIARA TUKANO via Christine Prat
ISLAMOPHOBIE : du SENS STRICT au SENS LARGE
dimanche 10 - 17h42
de : Christian DELARUE
8 commentaires
Le voile est-il une obligation religieuse ?
dimanche 10 - 17h22
de : Mohammed Chirani
5 commentaires
Comprendre l’instrumentalisation du féminisme à des fins racistes pour résister
dimanche 10 - 17h07
de : Lisbeth Sal et Capucine Larzillière 15 septembre 2011
3 commentaires
MRAP : La lutte contre la haine doit être unitaire
dimanche 10 - 00h01
de : Christian D (CN - MRAP)
4 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Aucune carte du monde n'est digne d'un regard si le pays de l'utopie n'y figure pas. Oscar Wilde
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite