Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

L’hiver de Manu Chao en Sibérie-sur-Seine
de : Véronique Mortaigne
samedi 18 septembre 2004 - 04h30 - Signaler aux modérateurs

de Véronique Mortaigne

Désertant Barcelone, le chanteur publie avec le dessinateur Wozniak le livre-CD "Sibérie m’était contée", recueil poétique d’hommage à Paris.

Entre Cigale et Boule noire, une petite porte mène au repaire de Manu Chao, qu’il dévoile au moment où il va le quitter. Au pied de la butte Montmartre, presque à Pigalle mais encore un peu en territoire Tati, le chanteur a transporté en 2003 son sac à dos, un matelas et ses ordinateurs. Logé pour pas cher par son agent et tourneur parisien, Corida, Manu Chao grimpa au dernier étage de La Cigale, y passa l’hiver à travailler avec un ami dessinateur du Canard enchaîné, Wozniak.

Manu Chao est en forme. Depuis la fin de sa tournée avec le Radio Bemba Sound System, il a chanté au Brésil en juin pour le Forum culturel de Sao Paulo, version artistique de la manifestation altermondialiste de Porto Alegre. Puis il a passé un mois au Mali afin d’y produire l’album du "couple aveugle" Amadou et Mariam. Sinon, il est resté perché ici à Paris, désertant Barcelone, la ville où il habite officiellement.

Après les étonnants succès de Clandestinoet d’Ultima Estacion Esperanza (environ 6 millions d’exemplaires vendus en deux coups de maître), Manu Chao avait annoncé que, jaloux de sa liberté, il se réservait le droit de ne signer aucun contrat discographique, ni avec Virgin, sa maison de disques depuis le groupe La Mano negra, ni a fortiori avec d’autres. Il met aujourd’hui ce précepte en application, fort de sa société de production, Radio Bemba, et son pendant d’édition, Mille Paillettes. Et se passe des multinationales.

Début septembre, sur les toits de Paris, il fait moite. Chao est torse nu, cheveux ras, bermudas baggy, tongs aux pieds, tatouages en poupe et tout sourire. Quand une idée lui vient, il la note au feutre noir sur sa main avec des airs de gosse. Avec Wozniak, il présente leur prochaine production : un livre, conçu au départ comme un petit cahier d’écolier. Cet amusement fut bientôt adoubé par quelques chansons, puis par d’autres, et, grossissant, il atteint au printemps les 120 pages et les 22 titres. Manu Chao est inflationniste, Wozniak aussi.

VU DES BOULEVARDS

Sibérie m’était contéeest parfaitement parisien, francophone et sans paresses latines. C’est un hommage à Paris vu par ses boulevards extérieurs, par Wozniak, d’origine polonaise, et Manu Chao, homme du Sud. Le couple fut d’abord réuni par les vertus de l’Internet, grâce au site scorbut.br et ses actualités décalées décryptées par Cardon, Cabu, ou les Chao (Manu le fils, Ramon le père, écrivain et journaliste à Radio France International).

Avec une poésie très ondoyante, Wozniak campe le champ politique. Manu Chao puise alors dans son ordinateur des bouts de phrases, petits poèmes immédiats ou futures chansons, qui ne demandaient pas mieux que de flirter avec les vaches aériennes et géométriques du dessinateur satirique. Puis des musiques.

Wozniak, le rock dans l’âme, Manu Chao, taraudé par l’envie constante de projets parallèles, passent des nuits en blanc, calculant en artisans le poids des mots, l’attrait du trait et jusqu’aux marges blanches au millimètre. Puis la bande Bemba-Corida décide d’opérer en deux temps : 23 septembre, mise en vente en kiosque d’un 25-pages et d’un CD six titres à 6,50 € (35 000 exemplaires, distribués par les Nouvelles Messageries de la presse parisienne) ; 1er novembre, sortie en librairie du livre CD dans son intégralité (25 euros, 150 000 exemplaires maximum, distribués par Actes Sud). Entrée et plat, le dessert (facultatif) devrait arriver sous forme de version espagnole.

" Sibérie m’était contée, explique Manu Chao, toujours prêt à la digression sociétale et politique, est un livre d’hiver. Les hivers à Paris, c’est ma Sibérie à moi. Et puis, c’est un rêve, et ça fait du bien de penser à tout ce blanc, ce ciel bleu, alors que le monde est surréaliste, affolant." Si "Paris n’est pas un bagne", c’est qu’il y a des amis. L’ouvrage est d’ailleurs dédié : "A tous les pêcheurs du fleuve Amour", cours d’eau sibérien et force tutélaire de l’humanité.

Y a-t-il un propos politique au livre ? Réponse de l’auteur par la lecture de quelques morceaux choisis : "Je hais les cons, je hais la connerie, je hais leurs amis." Et George W. Bush, ajoute le chanteur, outré par la guerre en Irak, incrédule devant les absurdités admises sans recul par le commun des médias (les joutes électoralistes de la campagne présidentielle américaine, l’état de l’Afrique, les mafias - drogue, disque, firmes transnationales, Eglise de scientologie qui pourrissent la vie des honnêtes gens).

Autre page présentée comme une déclaration politique : "Pour arranger les choses, il faut faire un trait sur les rancœurs du passé." Passer "le cap"pour ne pas être happé dans "un long fleuve stérile".

Dans sa pièce-studio du 18e arrondissement, il y a une bouteille de bourgogne blanc en attente d’ouverture et True Love de Toots & The Maytals, mais pas la télévision. "J’ai décroché. Avant j’étais branché en continu, même si c’est un moyen de contrôle planétaire ; je ne peux pas vivre sans être branché sur le monde." Désintoxiqué, Manu Chao a pu se livrer au plaisir entier de fouiller dans les entrailles de son ordinateur portable. "Avec mon ordi, je suis libre, tout est là-dedans, je ne suis plus attrapé", dit-il, se remémorant le temps, pas si lointain, de La Mano negra où le rock alternatif devait accepter "l’enfermement entre les quatre murs d’un studio".

"L’ordi" est au centre des choses. Non pas que, pour sa prochaine production musicale, le musicien nomade ait abusé des échantillonnages et autres effets qui jalonnaient ses précédentes œuvres. Au contraire, à l’écoute des premiers six titres, on découvre un Manu Chao revenu à un format plus acoustique, classiquement inspiré des groupes de saltimbanques de la chanson française des années 1990, façon les Voleurs de poules (l’ex-groupe de Sanseverino). Accordéon, voix grave très en avant, textes en français exclusivement : "Normal, sur les toits de Pigalle, j’ai été ambiancé."

UN APPEL À SE RÉVEILLER

"C’est un voyage, un petit transsibérien parisien avec une escale au Mali." Car Sibérie a subi les influences de l’excellent disque à paraître d’Amadou et Mariam. Un titre, J’ai tant rêvé du fleuve Amour, s’est même glissé avec ses balafons cycliques, remplis des senteurs transfrontalières et électroniques de Manu Chao, de son art du tissu musical hispanisant - l’album des Maliens "à l’extraordinaire gentillesse et simplicité" offre une version sahélienne de l’univers du Franco-Galicien.

Déjà publié, dans une version calme, Dans mon jardin faisait partie de la compilation 2004 de Ras l’front, association de lutte contre l’extrême droite. Manu Chao en livre une seconde mouture, énergique. Il y a aussi Te souviens-tu ?,composée pour Jane Birkin, rhabillée swing, avec trompette bouchée, ou encore un hommage à Elno, le chanteur des Négresses vertes mort en 1993.

Mais, déjà, Manu Chao annonce la fabrication prochaine d’un album en portugnol (portugais/espagnol) et d’un autre de rumba catalane, "celle des troquets et des fêtes". Pour secouer nos contemporains "qui dorment debout, sonnés" mais dont Manu Chao espère "qu’ils vont se réveiller"pour accomplir enfin une large "révolution horizontale" - chacun l’un après l’autre.

Véronique Mortaigne

Loin des majors, le modèle alternatif de Corida

Manu Chao a confié la gestion de sa maison de production Radio Bemba à son agent et tourneur Corida. La société, installée boulevard de Rochechouart (Paris-18e), au-dessus de La Cigale, est née en 1985 du club parisien les Bains Douches, alors codirigé par Jacques Renaud, actuel patron de Corida. Indépendante depuis 1992, Corida développe des modèles originaux, tant dans les rapports contractuels avec ses artistes, jamais figés par des contrats à long terme, que dans leur diffusion.

Corida a produit le dernier album en date des Rita Mitsouko (avec les Concerts Lamoureux) et gère leur société, Six SARL ; les frères Amokrane de Zebda, le groupe Dupain ou Laetitia Shérif y ont fait des choix à la carte. "Je n’ai jamais perdu un artiste, précise Jacques Renaud. C’est un pacte de fidélité." L’ancien PDG d’EMI Europe, récemment démis de ses fonctions, Emmanuel de Buretel, ami personnel de Jacques Renaud, vient d’acquérir des parts de Corida. Il y retrouvera son ancien artiste de Virgin, Manu Chao.

http://www.lemonde.fr/web/recherche...



Imprimer cet article





GILETS JAUNES à REIMS : Les brutes macronistes dans leurs oeuvres ?
dimanche 19 - 09h25
de : JO
La stratégie horizontale.
samedi 18 - 16h38
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Jean-Claude Kaufmann, sociologue. Les gilets jaunes ne sont que le début d’autres surprises à venir (vidéo)
samedi 18 - 14h32
de : nazairien
2 commentaires
LUNDI MATIN PAPIER #4 - Gilets jaunes : un assaut contre la société
samedi 18 - 14h04
de : Ernest London
Gilets jaunes : la révolte inattendue, la révolte des "Gueux".NOUS SAVONS QU’IL EXISTE UN PEUPLE EN FRANCE (vidéo)
vendredi 17 - 21h58
de : nazairien
1 commentaire
52éme congrès confédéral CGT La structure CGT-Police n’a pas le droit à l’expression !
vendredi 17 - 12h12
de : CGT-Police
2 commentaires
52E CONGRÈS DE LA CGT : LE DOYEN DES SYNDICATS EMPÊCHÉ D’INTERVENIR !
vendredi 17 - 09h01
de : Info’Com-CGT
GOODYEAR : LA SEULE LUTTE QUE L’ON EST SUR DE PERDRE EST CELLE QUE L’ON LE MÈNE JAMAIS . (video)
vendredi 17 - 08h58
de : Mickael Wamen
Comment (et pourquoi) le Rassemblement national a "retourné" un élu de la France Insoumise
vendredi 17 - 08h52
de : Maxence Lambrecq et Olivier Bénis
1 commentaire
Gilets jaunes à Toulouse : accusée pour avoir bousculé des policiers avec son fauteuil roulant (video)
vendredi 17 - 08h37
Violences policières : les images décryptées (video)
vendredi 17 - 08h20
de : Arthur Carpentier
26 actes et toujours pas de Molière (video)
jeudi 16 - 23h04
de : Gilets jaunes intermittents chômeurs précaires
Monsanto, avance masqué,"Envoyé Spécial : Monsanto aurait recruté des agriculteurs à leur insu pour vanter le glyphosate
jeudi 16 - 22h46
de : nazairien
1 commentaire
Horreur et justice
jeudi 16 - 19h51
de : jean 1
Portraits Macron décrochés : Ne frise-t-on pas des emprisonnements politiques ?
jeudi 16 - 17h44
de : J0
2 commentaires
L’art de la compromission
jeudi 16 - 14h49
de : Jean-Marie Défossé
On avance, en Angleterre les gilets jaunes sont vus comme des héros. Ça fonctionne ! Ensemble !!! (vidéo)
jeudi 16 - 14h49
de : nazairien
3 commentaires
Mobilisation contre les lois Blanquer : la grève reconductible, c’est pas automatique
jeudi 16 - 12h20
Intervention sur RTL du camarade Mickael Wamen au sujet du jugement prud’hommes pour les 823 ex Goodyear (video)
jeudi 16 - 11h59
de : Mickael Wamen
Don quichotte dort à l’Elysée
mercredi 15 - 22h00
de : Irae
VGE ne meurt jamais.
mercredi 15 - 19h55
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
La Ditature en marche : GILETS JAUNES : EN GARDE À VUE POUR UNE PANCARTE (vidéo)
mercredi 15 - 07h09
de : nazairien
2 commentaires
Gilets Jaune "nous accusons" ; 10000 citoyens accusent le gouvernement (video)
mardi 14 - 23h00
de : le media
4 commentaires
Vaccynisme et réalité
mardi 14 - 22h53
de : Annee Gourvès pour AIMSIB
3 commentaires
Plus de 100 artistes français dénoncent l’Eurovision 2019 en Israël et en appellent à France Télévisions
mardi 14 - 17h32
de : JO
Suppression de postes d’enseignants spécialisés dans l’Hérault
mardi 14 - 17h06
de : AREN34
Tourisme de riches
mardi 14 - 13h20
de : Irae
1 commentaire
LE BOURREAU DES GOODYEAR ACCEUIL LA CGT ... !!!
mardi 14 - 08h39
de : Mickael Wamen
3 commentaires
Il ne faut pas s’arrêter en si bon chemin
lundi 13 - 16h46
de : jean 1
1 commentaire
I.B. Ou la Bourgeoise Ridicule.
lundi 13 - 16h44
de : L’iena rabbioso
Syndicalisme et féminisme : aller ensemble vers l’égalité.
lundi 13 - 09h18
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Italie : 12 mai 1977, l’assassinat de Giorgiana Masi (videos)
lundi 13 - 08h28
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Congrès de la CGT : pourquoi les débats s’annoncent vifs sur les questions internationales
lundi 13 - 08h16
de : Stéphane Ortega
3 commentaires
Menacée par les autorités, la juriste, Georgia Pouliquen, nous parle d’Angleterre, exfiltrée par des amis anglais (videos)
dimanche 12 - 17h56
de : nazairien
Agnes HELLER, un marxisme sans lutte de classe, ni perspective socialiste
dimanche 12 - 14h34
de : Christian DELARUE
Quelle ignominie ! (video)
dimanche 12 - 13h56
de : jean 1
MAKE ROJAVA GREEN AGAIN
dimanche 12 - 11h20
de : Ernest London
Il s’appelait Fiacre Gbédji. Il était guide dans le parc de la Pendjari, au Bénin. Il n’aura pas d’hommage, pas d’émission spéciale...
samedi 11 - 21h38
de : jean 1
1 commentaire
Malaise dans la police ?
vendredi 10 - 17h38
de : JO
4 commentaires
Vous me demandez pourquoi je suis Gilet Jaune ? (Réponse en vidéo, démonstration, excellent, à partager))
vendredi 10 - 15h02
de : nazairien
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Dans n’importe quel travail physique, même le plus mécanique et le plus dégradé, il existe un minimum d’activité intellectuelle. Antonio Gramsci
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite