Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

LA MARCHANDISE CONTRE LE VIVANT


de : Patrick MIGNARD
lundi 21 décembre 2009 - 11h55 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires
JPEG - 21.9 ko

de Patrick MIGNARD

Au-delà des conditions sociales imposées par les rapports de production et qui déterminent les jeux de pouvoir et de conflits dans la société, l’existence humaine s’est détachée peu à peu du substrat naturel dont elle est issue au point que la Nature lui est peu à peu devenue étrangère.

 

La manière de produire, la finalité de la production et les critères de distribution des « richesses » produites – qui sont à la base même des rapports de production et rapports sociaux – révèlent aujourd’hui une méconnaissance généralisée – au niveau du comportement quotidien - des lois de la nature à l’origine de dérives gravissimes.

 

 

LA MUTATION DE LA VIE HUMAINE

 

 

L’être humain, contrairement aux autres animaux, s’est très vite insatisfait de la simple cueillette pour subvenir à ses besoins. Pour se faire, il a inventé l’outil intermédiaire entre lui et la nature. Démarche aux conséquences redoutables car celui-ci, l’outil, n’est pas le simple instrument matériel qu’il paraît être mais il est aussi un objet social dans la mesure où son existence modifie le comportement de l’Homme-animal social, vis-à-vis de ses semblables, de même que son évolution dans son rapport à la Nature.

 

Paradoxalement, la connaissance scientifique de la nature, c’est-à-dire la connaissance de ses lois de fonctionnement n’a pas servi à vivre plus harmonieusement avec elle, mais à au contraire à l’instrumentaliser à des fins aboutissant à sa destruction. L’anthropocentrisme a entraîné la négation de l’Homme en tant que composante de la Nature.

 

C’est cette connaissance/méconnaissance de la nature qui permet de faire n’ « importe quoi ». Quand la valeur d’échange de la marchandise, au détriment de la valeur d’usage, détermine de manière quasi absolue les conditions de l’existence du produit qui la sous-tend, on entre dans un monde nouveau où ne règnent plus les lois de la Nature, où même, le comportement humains par rapport à ses propres besoins et désirs est complètement soumis à une nouvelle logique, celle de la marchandise.

 

Dans notre système, tout ce qui ne paie pas, ne rapporte pas, n’a pas de valeur monnayables,… n’a aucun sens, n’a pas à exister. Même la biodiversité est soumise à cette loi. Exemple : On explique aux populations africaines qu’il faut respecter les espèces non pas en tant que telles mais parce qu’elles sont le « support au tourisme ». Le respect de la Nature est perverti par l’argent.

 

Vu sous l’angle du rapport à la Nature, et dans sa phase marchande, il y a pourrait-on dire schématiquement, deux catégories d’individus dans l’acte de production :

 

-  les « producteurs » qui utilisent la totalité des technologies inventées pour produire dans les meilleures conditions – au sens de plus rentables – des biens qui n’ont de sens qu’en tant que porteurs de valeur marchande. Qu’ils soient employeurs, salariés ou indépendants, tous, indépendamment de leur statut social, utilisent les technologies qui éloignent l’Homme de la nature et l’instrumentalisent… ce que l’on nomme le « progrès » ;

- 

les « consommateurs » qui adoptent et acceptent de consommer des « produits » élaborés qui s’éloignent de plus en plus de l’état naturel soit par inconscience, soit par nécessité. La configuration sociale, l’organisation spatiale de la société – par exemple l’urbanisation extrême - laissent peu de choix à la manière d’acquérir des biens et des services.

 

Bien sûr, producteurs et consommateurs sont les mêmes personnes, mais, de même que le producteur est « piégé » par les conditions de la production marchande – être rentable ou disparaître – le consommateur est « piégé » par la nature des produits qui lui sont vendus. Cette situation double d’« aliénation » piège, au sein même du système marchand toute possibilité d’évolution dans le sens de son dépassement.

 

 

LA CONSOMMATION, UN ACTE VIDE DE SENS

 

 

On sait quel est le sens de l’acte de production dans le système marchand : la maximisation du profit. L’acte de consommation, qui a un sens complètement perverti par rapport à ce qu’il est à l’origine, satisfaire ses besoins, s’emboîte parfaitement à la logique de la production.

 

 

La consommation pour la consommation

 

 

L’efficacité technologique de l’acte de production, s’il a fait évoluer la nature des objets produits, a bien évidemment eu un impact sur la manière de consommer. La sophistication – l’industrialisation, la standardisation - des produits fabriqués les a dénaturé au point que l’on ne sait plus très bien dans l’alimentation par exemple - ce que l’on consomme. L’acte de se nourrir – manger pour vivre – est devenu son inverse – vivre pour manger. La multiplication infinie des produits a engendré une non moins infinie multiplication des besoins, souvent factices et superflus, au point qu’il est aujourd’hui bien hasardeux de définir ce que l’on pourrait appeler des « besoins de base ». En fait l’évolution de la masse et de la hiérarchie des besoins a suivi l’évolution des innovations technologique pour les produire. La situation s’est dramatiquement aggravée lorsque la production d’objets est devenue instrument de spéculation, la valeur d’échange supplantant définitivement la valeur d’usage. L’incitation à la consommation n’a alors plus connu de limites et n’a plus été le moyen de satisfaire des besoins, mais des fantasmes sociaux d’appartenance, de statuts et de postures.

 

 

La consommation pour la production

 

 

Dans la lignée de l’évolution de la production, la consommation est devenue aussi objet de spéculation

 

En elle-même, en spéculant sur l’abondance et la rareté en fonction des besoins exprimés. Moyen d’enrichissement elle a été aussi – et est encore – instrument de pouvoir en créant la pénurie ou au contraire l’avidité de la possession (politique des marques).

 

Vis-à-vis de la production en étant l’instrument essentiel de celle-ci. En effet le maintien d’une production dépend de ses débouchés et une réduction de ces derniers met en péril ce qui structure le social, le rapport de production. C’est tout le sens de slogans tels que : « Produisons et achetons français ! » « Nos emplettes font nos emplois ». Le niveau de consommation d’un pays est un élément essentiel de sa « bonne santé économique ». Autrement dit, l’on doit consommer, le plus possible, non pas en fonction des besoins, mais pour préserver l’emploi, les profits, l’investissement, la croissance,…. Bref tout ce qui fait l’ « équilibre » du système marchand.

 

 

L’INEVITABLE ET NECESSAIRE RETOURNEMENT

 

 

Il aura fallu des décennies pour prendre conscience des dérives d’un tel système. Le système marchand – en développant de manière inouïe les moyens de production
 a surdéterminé celles-ci en les accroissant quantitativement et pas toujours qualitativement.

 

La surconsommation des ressources naturelles non renouvelables ne pouvait passer, à terme, inaperçue, les conditions sociales de la production ne pouvaient pas ne pas entraîner des conflits… Pourtant les unes ont été acceptées au nom du progrès et du confort immédiat, les autres n’ont fait l’objet que d’aménagements – entre classes sociales - et de marchandages sur les conditions de travail et le partage des richesses.

 

C’est après trois bonnes décennies de « société de consommation » intensive (1945-1975) que celle-ci est devenue peu à peu suspecte entraînant une prise de conscience – encore modeste – des enchaînements aboutissant à des catastrophes écologiques et alimentaires.

 

C’est la perversion de l’acte de consommation qui, aujourd’hui, permet de réinterroger le sens de l’acte de production.

 

La « sécurité » - alimentaire entre autres - qui devait être la règle, a totalement échappé aux apprentis sorciers de la production, multipliant les catastrophes sanitaires à grande échelle et autres drames industriels gravissimes.

 

Le « manger » anonyme, artificiel, synthétique, mort au regard de l’authenticité de la Nature (standardisation des produits, perte de goût,…), cède peu à peu la place à un désir de retour à une consommation plus authentique.

 

Parallèlement à ces dérives, le système marchand, détruisant le lien social qui le constitue – l’emploi en particulier, en généralisant l’exclusion –  des dynamiques alternatives, sous toutes les latitudes sont apparues entraînant une prise de conscience de plus en plus large.

 

C’est, aujourd’hui, et demain, dans ces initiatives que réside probablement la problématique d’un changement social radical. Les vieux dogmes « révolutionnaires » des 19e et 20e s siècle, ayant fait faillite, de même que les élucubrations politico-économiques (interventionnisme étatique, « humanisation du capitalisme » et autres manipulations idéologiques)  des gestionnaires du capital, il ne nous reste plus que cette voie pour ouvrir une alternative crédible et durable.

 

Il n’y va plus simplement du confort et de l’abondance, mais de la vie de notre espèce – et de toutes les autres – sur la planète Terre.

 

 

Décembre 2009    Patrick MIGNARD

 

 

Voir aussi :

 

« L’HOMME APPARTIENT-IL A LA NATURE ? »

 

« LES SOLDES, CET OBSCUR OBJET DE DESIR »

 

« CE QUI SE JOUE DERRIERE LES OGM »

 

L’ECONOMIE DU GASPILLAGE »

 

« LA PUB OU LA VIE »


_______________



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
LA MARCHANDISE CONTRE LE VIVANT
21 décembre 2009 - 17h05

Cher Patrick,

Merci de rappeler les bases du debat,

Copenhague fut une auberge espagnole de promesses dont une seule a ma connaissance s’engagea sur ton terrain,meme si ambigue et un peu megalo :

Wade rêve d’une centrale solaire dans le Sahara pour une énergie gratuite

COPENHAGUE - Le président sénégalais Abdoulaye Wade a proposé mercredi à Copenhague la construction d’une immense centrale solaire dans le désert du Sahara afin de fournir une énergie gratuite à tout le continent africain, puis à l’Europe.

"Nous, les hommes politiques africains, nous voulons créer au Sahara une centrale solaire de 100.000 mégawatts", a déclaré M. Wade lors de l’assemblée plénière de la conférence climat de l’ONU.

"Nous sommes propriétaires de la chaleur que le soleil envoie à nos sols, ce réchauffement est une richesse !", a déclaré le président Wade à la tribune devant l’assemblée plénière des ministres.

"Au bout d’un an, le coût de l’énergie solaire est réduit d’un tiers puis au bout de sept ans, il tombe à zéro. Nous pouvons alors fournir une énergie gratuite à l’Afrique", a expliqué M. Wade.

Par la suite, l’Europe pourrait également être approvisionnée à "un coût d’abord marginal, puis nul", a-t-il assuré.

Selon le président sénégalais, le coût de la construction de cette centrale serait d’environ 350 milliards de dollars (240 milliards d’euros).

"Avec ce projet, l’Afrique va rattraper son retard. L’Afrique va devenir la dernière frontière car elle pourra recevoir tous les savants du monde pour développer ce grand continent", a-t-il conclu.

16 décembre 2009 17h45

http://www.romandie.com/infos/News2...

Venant d’un chef d’Etat ;exposée a la tribune,elle ne suscita que le silence general,elle indique pourtant qu’une breche est ,s’appuyant et provoquée par la crise en Afrique dont nous n’avons qu’une vague idée...



LA MARCHANDISE CONTRE LE VIVANT
22 décembre 2009 - 12h59 - Posté par Mengneau Michel

Cet article est intéressant, d’autant plus intéressant qu’il en remet une couche pour la décroissance.

Il résume en partie ce que certains évoquent depuis 10 à 20 ans, qui furent souvent d’ailleurs raillés par les sceptiques, voire complétement ignorés. Comme quoi, quand cela ne paraissait pas urgent, c’était alors une utopie pour beaucoup, mais quand on s’aperçoit que c’est probalement l’une des solutions surtout en opérant une mutation constante sur le terrain, c’est à dire en favorisant par exemple l’autogestion, la relocalistion, la modification du comportement du consommateur, même si le principe n’est pas parfait les amap sont déjà une avancée, l’ensemble des actions réussies comme celle-ci nous ménerons vers le fait de créer ce que l’on appelle la masse critique qui fera basculer les comportements et notre société.

Cependant, contrairement à certaine de mes amis objecteurs de croissances, si je crois à la valeur de la masse critique pour la pérénité de l’évolution de nos sociétés, je pense néanmoins qu’il ne faut pas oublier le mouvement insurrectionel. Certes, pour se conforter dans le seul concept de la masse critique ou si l’on a un sentiment négatif pour les révolutions, on peut considérer la révolution française comme ratée puisqu’elle fut essentiellement bourgeoise et a amené cette bourgeoise au capitalisme. Toutefois, les privilèges de la noblesse ont disparu et l’on a enclanché le processus de la laïcité à la française. Alors n’oublions aussi qu’en même pas les révoltes ou révolutions elles peuvent venir demain. Il s’agit alors d’être vigilant et d’aller au fond du changement et ne pas se contenter d’un résultat de surface.

Mais ou l’on peut déjà se battre ponctuellement, en déhors du fait de parler encore plus de décroissance, c’est autour des OGM et surtout, surtout ce que beaucoup n’ont pas encore appréhendé : les nanotechnologies. D’ailleurs on pourrait voir par ce biais le brevetage du vivant, en neurologie par exemple. Les nanoparticules sont déjà dans notre alimentation, certaines dont on ne connait même pas les dangers, et personne ne réagit...

Pendant ce temps là on nous enfume avec un Copenhague à la con, grande messe pseudo écolo-business !

http://le-ragondin-furieux.blog4ever.com






Air France : milliards de prêt, milliers de postes en moins, bonus époustouflant pour le PDG
jeudi 9 - 09h00
Venezuela : Publication de la liste des organisations candidates aux élections législatives
mercredi 8 - 16h32
de : joclaude
Du 8 au 12 juillet 2020 Festival des Canotiers 2020 : le programme
mercredi 8 - 07h26
Conférence de presse de Jean-Luc Mélenchon
mardi 7 - 18h03
1 commentaire
IRAN : Israël joue-t-il avec le feu ?
mardi 7 - 17h47
de : joclaude
AVEC CASTEX çA CARBURE SEC
mardi 7 - 05h25
de : Nemo3637
1 commentaire
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 - 21h35
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Services publics pour appliquer les droits sociaux « opposables »
dimanche 5 - 11h14
de : Christian Delarue (Converg SP)
Remaniement Ministériel:le 1er Ministre n’arrive pas en novice !
samedi 4 - 21h28
de : joclaude
Coronavirus : Superbe analyse d’Ignacio Ramonet
samedi 4 - 16h31
de : joclaude
Stopper le rouleau compresseur mondialiste
samedi 4 - 15h37
de : Claude Janvier
1 commentaire
LA PRÉFECTURE DE PARIS MET DES FAMILLES À LA RUE POUR UN HÔTEL DE LUXE
samedi 4 - 11h54
de : joclaude
Nomination de Castex à Matignon
samedi 4 - 08h15
de : jo.dez
L’indépendantisme catalan à la veille d’une recomposition d’envergure
vendredi 3 - 18h20
de : Antoine (Montpellier)
Remaniement : Emmanuel Macron réinvente la macronie d’avant le Covid-19
vendredi 3 - 15h29
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 - 15h00
de : Roberto Ferrario
4 commentaires
MUNICIPALES : GAUCHE BOBO CONTRE GAUCHE PROLO
vendredi 3 - 11h21
de : joclaude
2 commentaires
SYNDICALISTE - ANTIRACISTE - ANTISEXISTE
vendredi 3 - 07h21
de : DELARUE C. & LE QUEAU S.
La Via Campesina condamne le plan d’annexion colonialiste en Palestine
vendredi 3 - 06h25
de : VIA CAMPESINA
Crise et robotisation : De l’actualité des Grundrisse de Marx !
vendredi 3 - 02h32
de : Lepotier
MON COMMUNISME
jeudi 2 - 21h55
de : Nemo3637
1 commentaire
Soignants : une « grande famille ». Vraiment ?
jeudi 2 - 15h30
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 - 11h38
de : Mickael Wamen
Le creux de la vague - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 1er - 20h54
de : Hdm
QG présente : "« Le capital se radicalise » Mickaël Wamen, Monique Pinçon-Charlot" (video)
mercredi 1er - 17h28
de : Aude Lancelin
4 commentaires
CARNAGE ORGANISÉ CONTRE RÉACTION DÉSORGANISÉE ...
mercredi 1er - 17h06
de : Mickael Wamen
Convention Citoyenne pour le climat soumis au bon vouloir de notre monarque !
mercredi 1er - 12h27
de : joclaude
Courrier à l’adresse de Philippe Martinez SG CGT.
mardi 30 - 22h38
de : Mickael Wamen
IRAK : M.Macron ne nous l’expliquera pas : NOUS SOMMES EN GUERRE !
mardi 30 - 17h51
de : joclaude
« Ségur de la santé » : les soignants maintiennent la pression
mardi 30 - 17h43
André Bouny : « Agent orange, le déni reste total »
mardi 30 - 14h23
de : jean1
Municipales 2020:ABSTENTION – Une « insurrection froide contre toutes les institutions du pays »
lundi 29 - 17h57
de : joclaude
2 commentaires
Elections municipales 2020 : un vote nul ...
lundi 29 - 16h40
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Election Municipale à LYON : l’Humanitaire forcément HUMANISTE ?
lundi 29 - 11h02
de : joclaude
[Vidéo] Covid-19 : la Guyane souffre de sous-équipement et d’un manque de préparation de l’État
dimanche 28 - 18h50
Libérez Roland Veuillet !
dimanche 28 - 17h21
de : CNT 30
Pour un grand bol d’air pur, le point avec Manon Aubry , LFI au Parlement Européen.
samedi 27 - 17h14
de : joclaude
BFM-TV EN GRÈVE POUR LA PREMIÈRE FOIS (video)
samedi 27 - 16h41
Coronavirus : 15 médecins Cubains à La Martinique !
samedi 27 - 16h02
de : joclaude
Professeur Raoult auditionné sur RMC-J.J. Bourdin
samedi 27 - 15h26
de : joclaude

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite