Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

La passion militante de Maitan
de : Antonio Moscato
mardi 21 septembre 2004 - 21h03 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

de ANTONIO MOSCATO

Livio Maitan a terminé jeudi sa longue bataille à contre-courant. Il l’avait commencée pendant la Résistance, puis toujours à l’intérieur du mouvement ouvrier mais en nette opposition avec les directions bureaucratiques. Il s’était lié très jeune à la Quatrième Internationale, presque en même temps qu’Ernest Mandel, avec qui il collabora pendant des décennies. Son activité de dirigeant le conduisit souvent dans d’autres continents, de la Bolivie à l’Argentine, à l’Indonésie  ; il avait été parmi les premiers à analyser et à présenter la révolution algérienne, et à étudier les contradictions du nationalisme arabe représenté par Nasser. La richesse de son analyse, l’attention à la complexité des argumentations de ses propres adversaires, l’avaient fait apprécier de gens très différents de lui, qui furent ses amis, de Enrico Berlinguer à Paolo Sylos-Labini (qui publia une postface à l’essai de Maitan sur les classes sociales, pourtant polémique avec ses propres thèses).

Livio Maitan a été très important pour des générations de communistes, pas seulement par ses livres sur Trotski, Gramsci ou la révolution culturelle en Chine (extrêmement documenté et à ce titre très impopulaire chez les nombreux adeptes du mythe : seul Aldo Natoli accepta d’en discuter avec lui), mais aussi et surtout pour son exemple. Il savait écouter patiemment les débats, très attentif surtout aux ouvriers : beaucoup se souviennent de lui dans les assemblées d’usine et devant les grilles (de Mirafiori, de la Fatme à Rome), pour comprendre, jamais pour juger sommairement ou pour octroyer d’en haut des solutions bien ficelées. Et certains intellectuels connus qui peu après 68 étaient venus au siège romain de la Quatrième Internationale, rue Candia, pour parler avec lui, me demandant quand il allait arriver, furent abasourdis de découvrir qu’il était déjà là et que c’était celui qui, en attendant le début de la réunion, était en train de nettoyer le cabinet dans la cour.

Il suivit attentivement le débat des autres formations de la nouvelle gauche, Manifesto, Lotta Continua dont il observa de près la crise finale en participant au congrès de dissolution : il écrivit à ce propos des pages très belles et troublées par la dissolution d’une force originale qui avait marqué toute une période.

Ces dernières années il savait qu’il n’avait plus beaucoup de temps à sa disposition. En 1992 il avait subi une opération du c¦ur, faisant le choix d’une valve animale qui lui assurait une liberté de mouvement (comprise la possibilité de jouer au foot, comme il a continué à faire jusqu’à 75 ans) plutôt qu’une valve synthétique, pratiquement éternelle mais fragile, qui l’aurait contraint à une vie tranquille et sédentaire.

Il s’était entre-temps engagé à fond dans la rédaction de ses mémoires et, après la publication du premier tome dédié au mouvement ouvrier italien, il était allé le présenter dans des centaines de villes, grandes et petites, toujours à la recherche de quelque chose de nouveau chez ses lecteurs.

Pendant ces années la course contre le temps était devenue plus dramatique, son c¦ur avait recommencé à créer des problèmes : le deuxième et le troisième tome des mémoires, dédiés à sa longue expérience internationale, requéraient des efforts supplémentaires pour documenter chaque page, et il commençait à avoir peur de ne pas arriver à finir. Il ne voulait pas d’une autre opération pour continuer non pas à vivre mais à végéter. Mais il a réussi. Il y a trois jours, il a téléphoné à plusieurs d’entre nous pour nous donner des instructions minutieuses sur ses papiers et même pour la cérémonie : nous avons cru que c’était l’effet d’un alarmisme infondé. Il avait compris, au contraire, qu’il avait fini son existence et il essayait de nous transmettre sa sérénité.

La chambre ardente sera installée dimanche de 10 heures à 21 heures au siège du Prc, dont Livio Maitan a été l’un des fondateurs, viale del Policlinico. Les funérailles auront lieu lundi à 11 heures et seront précédés d’une cérémonie piazzale del Verano.

http://www.ilmanifesto.it/Quotidian...

Traduit de l’italien par m-a patrizio


Hommage à Livio Maitan

La victoire de Chavez au Vénézuela, la coupe du monde de football, les nouveaux patrons en Chine, Livio s’interessait à tout.

Et c’est difficile d’imaginer qu’on ne verra plus ce militant à la fois cultivé, plein d’humour et chaleureux. A l’opposé de la caricature que certains peuvent avoir du « dirigeant trotskyste », Livio était un ancien-moderne. Porteur de la continuité du combat des marxistes révolutionnaires, il était aussi à la pointe de l’ouverture pour aider à recomposer une alternative anticapitaliste.

La continuité, il l’ a assuré à la direction de la IVe Internationale avec Ernest Mandel et Pierre Frank. Contre vents et marées, attaqués par la droite qui les traitait de « gauchistes », calomniés par les staliniens qui les traitaient de flics, Livio et ses camarades ont tenu ferme, permettant aujourd’hui à des générations de pouvoir se réclamer du communisme sans avoir honte.

Mais en même temps, Livio avait compris la necessité de construire avec d’autres, une alternative anticapitaliste face aux capitulations sociale-démocrates et au drame stalinien. Et c’est ainsi qu’il concevait sa participation à la construction du PRC en Italie. Loin des sunlight des médias, Livio a continué jusqu’au bout à pratiquer ses deux passions : la révolution et le football... Il a fini par poser ses crampons et nous on continue ; un peu grace à lui. Salut Livio.

Alain Krivine


BIOGRAPHIE :

« On ne peut pas séparer mon bilan autobiographique du bilan du courant politique et culturel, national et international que j’ai rejoint en 1947 et dont j’ai été un militant actif depuis cette date »

Livio Maitan est né à Venise en avril 1923. Il était diplômé en lettres classiques de l’université de Padoue.

Il s’est engagé activement dans le combat politique pendant la période de l’occupation de l’Italie par les nazis lorsqu’il est devenu l’un des dirigeants des Jeunesses Socialistes Italiennes. En 1947, il a rejoint le mouvement trotskiste italien dont il est resté un dirigeant tout au long de sa vie. En 1948, il faisait partie de la direction du Front Démocratique Populaire.

Il fut l’un des membres de ce petit groupe de camarades qui dirigea la Quatrième Internationale dans la période difficile, celle des années cinquante et soixante. Elu pour la première fois en 1951, réélu à chaque congrès, il est resté membre de la direction de l’Internationale jusqu’à sa mort. Ainsi, après le départ de Pablo, les opposants à la Quatrième Internationale parlaient de la direction « Mandel - Franck - Maitan ».

Sa génération fut celle qui a permis que soit transmis le programme du marxisme révolutionnaire à travers les années difficiles de l’après-guerre et qui a été progressivement capable de se lier à une couche plus large de jeunes militants, au milieu des années soixante.

Livio fut activement impliqué dans l’énorme soulèvement des étudiants et des travailleurs en Italie entre 1969 et 1976. Il était universellement considéré comme quelqu’un qui avait joué un rôle décisif dans la formation de nombreux dirigeants de la gauche révolutionnaire italienne, aussi bien dans le cadre de la Quatrième Internationale qu’à l’extérieur. Dans les années soixante-dix, il faisait aussi des conférences sur l’économie du sous-développement, dans le cadre de l’unité de sociologie de l’Université de Rome. Il fut le traducteur et le préfacier de la plupart des éditions des écrits de Trotsky en italien.

En 1989, les militants italiens de la Quatrième Internationale, regroupés autour de la revue Bandiera Rossa, rejoignirent DP - Democrazia Proletaria - et, avec DP, participèrent à la fondation du Parti de la Refondation Communiste (PRC). A chaque congrès, de 1991 à 2002, Livio fut élu à la direction de Refondation.

Jusqu’à très récemment, malgré l’âge et la maladie, il participait activement aux instances dirigeantes de la Quatrième Internationale. Footballeur fanatique, il avait continué à pratiquer chaque semaine, jusqu’à l’âge de soixante-dix ans.

Dans un ouvrage récent - « La Strada Percosa » - Livio Maitan polémiquait avec vigueur contre la thèse selon laquelle les défaites du socialisme au cours du vingtième siècle étaient inévitables. Avec la même vigueur, il défendait sa conviction : la possibilité du socialisme reste ouverte.

De nombreux ouvrages de Livio ont été publiés en italien. Mais certains ont été traduits comme son ouvrage de 1976 sur la Révolution culturelle chinoise ou un long document sur l’histoire du Parti Communiste Italien, publié en anglais et en français par l’IIRE (International Institute for Research and Education). Il collaborait également aux publications des militants italiens de la Quatrième Internationale (d’abord Bandiera Rossa et, ensuite, ERRE), de Refondation (Liberazione) et de la Quatrième Internationale (Inprecor et International Viewpoint).

Livio Maitan est mort le 16 septembre 2004 à Rome.



Imprimer cet article


Enquètes sur pratiques policières !
dimanche 21 - 16h54
de : JO
1 commentaire
LA RECOMPOSITION DES MONDES
dimanche 21 - 10h52
de : Ernest London
1 commentaire
Acte 23, forte mobilisation à Paris, Les Gilets jaunes chantent leurs carmagnoles
dimanche 21 - 10h06
de : nazairien
1 commentaire
Le gouvernement sous arrestation.
samedi 20 - 18h29
de : L’iena rabbioso
Gilets Jaunes : Lavilliers vire casaque
samedi 20 - 12h22
de : Stafed
4 commentaires
Y-a-t-il eu fichage des « gilets jaunes » blessés lors des manifestations ?
samedi 20 - 08h15
de : François Béguin
Fortes restrictions du droit de manifester : Un Etat de droit en dérive !
samedi 20 - 07h03
de : Chrstian DELARUE
2 commentaires
« VIVRE L’ANARCHIE » film documentaire de Michel Mathurin
vendredi 19 - 22h31
de : Nemo3637
Grande action de désobéissance civile en cours à Paris (video)
vendredi 19 - 15h26
de : JO
1 commentaire
VIVE LA LIBERTÉ DE MIGRER !
vendredi 19 - 12h09
de : BERNARD DUPIN
NOTRE-DAME : OU VA LA GENEROSITE ?
vendredi 19 - 10h38
de : Nemo3637
5 commentaires
Un capitaine de police, mère de famille, s’est donné la mort avec son arme de service Récit d’un ancien flic (vidéo)
jeudi 18 - 14h48
de : nazairien
6 commentaires
Carré Blanc sur Fond Blanc
jeudi 18 - 10h39
de : Marc ARAKIOUZO
3 commentaires
Toulouse : « il y a une volonté politique d’interdire les manifestations »
jeudi 18 - 08h35
1 commentaire
Gilets Jaunes : motion de soutien de la FIJ aux journalistes français
jeudi 18 - 08h25
de : FIJ
Un caillou dans sa chaussure / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 18 - 07h53
de : Hdm
Manifestation potagère le samedi 18 Mai à Sainte-Pazanne contre les multiples projets de grandes surfaces dans le 44 !
jeudi 18 - 06h52
de : Collectif Terres Communes
Wauquiez sera sûrement d’accord pour un EPR en lieu et place de NDDP
mercredi 17 - 23h58
de : Quasimodo de NDDL à Quasimodo de NDDP via jyp
2 commentaires
Aucune fermeture selon Macron. « Un hôpital sans chirurgie, sans maternité ni urgence, ce n’est plus un hôpital », réagit Christophe Prudhomme
mercredi 17 - 17h31
Les bâtiments peuvent être reconstruits mais la nature ne peut pas se reconstuire aujourd’hui !
mercredi 17 - 11h54
de : Shepered Gaïa
1 commentaire
Rencontre débat sur les violences policières ici et là-bas
mercredi 17 - 11h48
CGT, France insoumise, « gilets jaunes »... Appel à l’union pour une « grande mobilisation » sociale le 27 avril
mercredi 17 - 08h26
1 commentaire
SANS FEU, NI FLAMME ..
mercredi 17 - 08h13
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Bordel, quelle hypocrisie !
mercredi 17 - 08h09
de : anti-k
4 commentaires
Sauvons la cathédrale du cœur. Pour un autre usage de Notre-Dame-de-Paris
mercredi 17 - 07h54
de : Un curé de campagne en visite à Paris
Divine surprise.
mardi 16 - 17h15
de : L’iena rabbioso
8 commentaires
Espagne : 44 ans après la mort de Franco, l’extrême droite s’apprête à entrer au parlement
mardi 16 - 16h37
de : Stéphane Ortega
1 commentaire
Justice : la cour administrative d’appel annule la privatisation de l’aéroport de Toulouse-Blagnac
mardi 16 - 14h13
de : Juliette Meurin
LES BLACK BLOCS - La liberté et l’égalité se manifestent
mardi 16 - 12h24
de : Ernest London
Olivier est tombé, son arche restera debout !
mardi 16 - 11h34
de : Le Cercle 49
Christelle Déchronique Les péages urbains (audio)
mardi 16 - 09h48
de : Ciné Christelle
Conférence débat, Michèle Audin présente Eugène Varlin, ouvrier-relieur, jeudi 18 avril à 18h30
mardi 16 - 09h28
de : Info’Com-CGT
1 commentaire
LE 26 MAI, METTONS LA RACLÉE À MACRON ! - Meeting Mélenchon, Aubry, Ruffin, Becker à Amiens (video)
mardi 16 - 08h40
Juan Branco, avant le "grand déballage" macron, dénonce une nouvelle fois nos "pseudos élites" (video)
lundi 15 - 17h41
de : nazairien
8 commentaires
Acte 22 Place de la République, police nationale et bagueux de Paris, complètement hors sol (vidéo)
lundi 15 - 14h19
de : nazairien
4 commentaires
Toulouse #Acte22 : La police tabasse 2 Journalistes et casse leurs caméras (video)
lundi 15 - 11h01
Jean-Luc Mélenchon. Privatisations : « VOTRE MODÈLE EST FINI » (video)
lundi 15 - 10h33
Le "meilleur des mondes" A vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes.
dimanche 14 - 13h30
de : nazairien
6 commentaires
Anti-impérialisme : cycle de conférences
dimanche 14 - 13h29
Marlène Schiappa, piégée par ses mensonges, quitte l’interview (vidéo)
samedi 13 - 15h29
de : nazairien
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Un socialiste est plus que jamais un charlatan social qui veut, à l'aide d'un tas de panacées et avec toutes sortes de rapiéçages, supprimer les misères sociales, sans faire le moindre tort au capital et au profit. Engels
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite