Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Putes et fièr(e)s de l’être
mercredi 13 janvier 2010 - 22h10 - Signaler aux modérateurs
13 commentaires
JPEG - 70 ko

de PACO

Vu sur France 2 en mars 2009, un documentaire de Jean-Michel Carré consacré aux travailleu(r)ses du sexe sortira en salles le 3 février 2010. Un film intelligent, troublant et combatif.

Depuis les années soixante-dix, Jean-Michel Carré et les films Grain de sable secouent bien des cocotiers. « Le cinéma est l’art le plus adéquat pour l’activisme politique », assure le réalisateur à qui l’on doit Alertez les bébés (1978), Votre enfant m’intéresse (1981), Femmes de Fleury (1991), Galères de femmes (1993), Visiblement je vous aime (1995), Charbons ardents (1999), Koursk, un sous-marin en eaux troubles (2004), Le système Poutine (2007)…

En 2009, Jean-Michel Carré a sorti Les travailleu(r)ses du sexe. Ce n’est pas la première fois qu’il filme l’univers de la prostitution. Le réalisateur a déjà à son actif six documentaires sur les trottoirs de Paris, sur les enfants des prostituées, sur les clients…, films réunis dans le DVD Prostitution à visage découvert (Doriane films-Films Grain de sable). On y rencontre la mère de Jean-Marie, jeune homosexuel prostitué devenu Sandra. Bénédicte parle de son combat pour quitter la prostitution et devenir éducatrice spécialisée. Un client et une prostituée parlent de leur couple. Des jeunes s’expriment sur le métier de leur mère. Il est aussi question de la spirale drogue-prostitution…

L’angle choisi pour Les travailleu(r)ses du sexe est différent. Le sous-titre « et fièr(e)s de l’être » donne le ton. Interviewé(e)s en France, en Belgique ou en Suisse, les prostitué(e)s qui s’expriment ici défendent farouchement leur métier. À visage découvert, elles /ils revendiquent haut et fort leur choix dans la lignée des slogans libertaires vus et entendus lors de la Pute Pride : « Je préfère vendre mes charmes pour du pognon que vendre mon âme à un patron ! », « Plus de caresses, moins de CRS ! » Réalisateur du film J’ai très mal au travail (2006), Jean-Michel Carré a trouvé des gens heureux chez ces travailleu(r)ses indépendant(e)s, ces artisan(e)s, ces assistantes sociales « avec le sperme en plus ».

« Toute la société pratique la prostitution voulue ou non voulue. Tout le monde se vend, se prostitue d’une façon ou d’une autre », plaide Sofia, juriste et prostituée. Certaines paroles vont choquer les puritains putophobes qui pullulent à l’ombre des bénitiers, mais aussi, hélas, dans certains milieux féministes. Pourtant, selon Isabelle, prostituée toulousaine depuis 18 ans, « se prostituer est un acte politique et féministe. » Alors ? « Le premier gros argument contre la prostitution, c’est la marchandisation des corps et le deuxième, incontournable, c’est l’esclavage, dit-elle. Des arguments qui peuvent être justes, mais qui sont justes pour l’ensemble du fonctionnement social et mondial. L’esclavagisme, malheureusement, en fait partie. Lorsque des travailleurs et des travailleuses immigré(e)s sont exploité(e)s dans des ateliers clandestins, il n’y a pas grand monde pour le dénoncer avec autant de force que la prostitution. Qu’est-ce qui se passe de si grave, de si douloureux pour une société dans le travail du sexe ? Qu’est-ce qui se joue là de si fondamental que tous les arguments convergent contre le travail du sexe ? »

« Je ne pourrais pas travailler dans un abattoir. Je ne pourrais pas être non plus spéléologue ou infirmière. Faut-il pour autant interdire ces métiers ?, lance avec malice Sonia, prostituée à Bruxelles qui a une dent contre certaines féministes. Je ne les appelle pas des féministes parce qu’une vraie féministe, c’est pas ça. Une féministe, elle accepte d’entendre la parole de toutes les femmes. Il n’y a pas des femmes qui méritent d’être défendues et d’autres qui ne le méritent pas. Je crois que ça les arrange cette histoire d’esclavage. Elles nous empêchent d’avoir le droit à la parole, parce qu’elles ont très peur de ce qu’on pourrait dire. Dès qu’une fille dit qu’elle va bien, que c’est un métier qui lui convient alors, là, il faut la tuer. Moi, je n’ai jamais été interrogée par une prohibitionniste. Elles vont chercher des filles qui sont dans la drogue, des filles qui travaillent dans des conditions abominables dans la rue. C’est uniquement sur ça qu’il faut se battre et ne pas faire un amalgame qui n’est que du populisme politique. »

Régulièrement, des enquêtes paraissent pour expliquer que de nombreuses prostituées ont été violées dans leur enfance. Ce n’est pas le cas chez les interviewées qui refusent d’endosser un rôle de victimes. « Fait-on ce genre d’études pour les secrétaires ou les ouvrières ? Non, on les fait seulement chez les putes… » Tous les moyens sont bons pour stigmatiser les prostitué(e)s. Les moralistes attaquent sous divers masques. « Mon corps n’est pas un tabernacle !, insiste Sonia. Pour moi, mon sexe n’est pas sacré, ça ne vient pas du divin, ce n’est pas fait que pour avoir des enfants, ou faire l’amour par désir pour l’homme que j’aime. Moi, mon sexe me sert au travail, et il me sert dans ma vie privée. Mais ce n’est pas le même parce qu’il n’est pas donné de la même manière. »

S’il fallait le rappeler, le film revient sur la dimension humaine et sociale de la prostitution. « Quelquefois, il y en a qui viennent juste pour tenir la main d’une femme, en respirer l’odeur, sentir l’épaule, et puis ils sont contents. Ils se rappellent peut-être quelqu’un d’autre. Dans ces cas-là, je suis un substitut d’amour », explique tendrement Pascale. Marianne s’est spécialisée dans une clientèle composée de personnes handicapées. En pratiquant des « tarifs sociaux », elle offre à des personnes « considérées comme des monstres par la société » de rares moments d’humanité. La sexualité des personnes handicapées est un tabou parmi les tabous. Parfois, elles doivent économiser pendant six mois pour pouvoir connaître un orgasme avec une « professionnelle ». Intenable. Un client, infirme moteur cérébral depuis sa naissance, livre un témoignage poignant. Marianne, l’une des « belles personnes » du film, s’est inscrite parallèlement dans une formation d’infirmière psychiatrique. Un médecin lui a avoué que ses patients prennent moitié moins de médicaments depuis qu’elle leur permet d’avoir des relations sexuelles régulières. Oui aux « assistantes sexuelles », non aux camisoles chimiques !

Les films de Jean-Michel Carré ont l’habitude de prendre les idées reçues à rebrousse poil. Celui-ci casse encore bien l’hypocrisie ambiante. Depuis la loi pour la sécurité intérieure pondue en mars 2003 par Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, une série de nouveaux délits répriment la prostitution. Ainsi, pendant que l’économie de marché se gave de sexe via salons, soirées sex-toys, films et Internet, que les médias font du sexy un argument massue, les prostitué(e)s sont obligé(e)s de longer les murs pour ne pas être accusé(e)s de « racolage passif ». Le sex appeal s’est démocratisé sur fond de pseudo libération sexuelle. Mademoiselle et madame Toulemonde sont sommées d’être sexy pour être dans le coup. Les putes, elles, sont priées d’aller se rhabiller. « Autrefois, on reconnaissait une pute à la manière dont elle s’habillait, constate Isabelle. Si ça continue, avec la loi, ça va être l’inverse. On peut voir des nanas habillées hyper sexy et les prostituées ont à cœur de s’habiller bien classique pour ne pas se faire repérer par les flics… » C’est qu’elles risquent gros entre PV, amendes, contrôles fiscaux, retrait de la garde des enfants…

Dédié à Grisélidis Réal, romancière, peintre et prostituée décédée en 2005, le documentaire de Jean-Michel Carré donne également la parole à Yvan (client de Sonia depuis dix ans), à Gaby (ex-prostituée qui veut créer une maison d’accueil pour les prostituées âgées « oubliées » sans ressources, ni sécurité sociale, ni retraite), à Alain (escort boy), à Maîtresse Nikita (président de l’association Les Putes et naturopathe), à Lisa (directrice de maison close à Genève)… Chaque témoignage nous questionne sur les rapports hommes/femmes, sur les pratiques sexuelles, sur la notion de travail, sur le contrôle de la sexualité par le pouvoir. Ce reportage explique enfin que la répression anti-prostitué(e)s fait totalement le jeu des proxénètes et des mafias. C’est en sortant la prostitution de la clandestinité que l’on pourra lutter contre les réseaux esclavagistes. C’est en donnant un statut et des droits aux prostitué(e)s qu’elles/ils pourront se défendre contre les maquereaux dont le principal demeure l’État.

Les travailleu(r)ses du sexe - et fière(e)s de l’être (1h25, France, 2009) documentaire écrit, réalisé et filmé par Jean-Michel Carré sera dans les salles à partir du 3 février 2010. Un film produit par les Films Grain de sable/Simple production/RTBF-télévision suisse romande et la participation de France 2. Un livre portant le même titre sortira aux éditions du Seuil courant 2010.

Le site du STRASS –Syndicat du TRAvail Sexuel

PACO sur Le Post.fr



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Putes et fièr(e)s de l’être
13 janvier 2010 - 23h04

Enfin un peu de vérité sur un métier tant décrié, qui pourtant en vaut bien d’autres, à tous points de vue.



Putes et fièr(e)s de l’être
17 janvier 2010 - 19h37 - Posté par MJ

Un métier qui en vaut un autre , nous dites vous ?
Conseillez donc à votre fille de le pratiquer mais éclairez la sur tout : le danger de se faire rançonner par un mac , la violence des clients , leur crasse , leurs exigences de toutes sortes ,plus dégueus les unes que les autres mais le client est roi , n’est ce pas ? et leur mépris.
Oui .."un métier qui en vaut en autre" !
c’est hallucinant de lire encore des choses pareilles !


Putes et fièr(e)s de l’être
14 janvier 2010 - 14h21 - Posté par LEMOINE

Les eunuques du palais impérial étaient sans doute aussi très fiers d’être EUNUQUES DU PALAIS IMPERIAL !!!!



Putes et fièr(e)s de l’être
14 janvier 2010 - 14h54 - Posté par

Ca c’est même certain.

Et de toute façon y avait pas moyen de faire machine arrière, (Sans jeu de mot), et de changer de statut social. (- :

G.L.


Putes et fièr(e)s de l’être
14 janvier 2010 - 15h43 - Posté par (k)G.B.

C’est un peu le cas de tout le monde en fait.

(k)G.B.


Putes et fièr(e)s de l’être
15 janvier 2010 - 12h05 - Posté par (k)G.B.

Ce qu’il y a de terrible avec le sujet de la prostitution, c’est que ça oblige à se coltiner toutes ses propres contradictions, et à bien réfléchir à ce qu’est le salariat, l’exploitation des travailleurs, à la confronter à ce que font les travailleuses & travailleurs du sexe et à se demander si au fond (ahah) cela ne reviendrait pas un peu au même, avec quelques différences toutefois finalement bien moins pregnantes que les ressemblances.

Ce qu’il y a en revanche de plus troublant, c’est de voir certaines personnes qui se prétendent progressistes condamner fermement et aveuglément tout ce qui a trait de près ou de loin à la prostitution, et enfermer prostituées, clients, proxénètes et mafias dans un même sac pour le jeter loin, très loin, le plus loin possible de leurs capacités de réflexion.

Pire encore : je me souviens du regard de dégoût d’une amie pour une transsexuelle dans une manifestation. De ses propos immondes, inqualifiables à leur encontre. De son refus de parler de leurs droits. Du fait qu’on en était arrivés à parler de prostitution (car oui, selon certains, trans = putes, systématiquement) et qu’elle avait eu les mêmes mots, là encore, pour les prostitué-e-s.
Cette amie était pourtant une progressiste, selon elle.

Bref, il reste encore beaucoup à faire. A apprendre. A transmettre.

(k)G.B., qui se pose des questions et n’a pas de réponses toutes faites là dessus.



Putes et fièr(e)s de l’être
18 janvier 2010 - 14h45 - Posté par

je crois que les travailleurs et travailleuses du sexe devrait avaoir une formation et que cette matiere soit enseigneé et pourquoi pas un bac pro .

Et comme le mariage qui parfois est une servitude sexuelle,et comme le salariat est aussi une exploitationn du coprs,il y a obligatoirement une égalité de statut .

Donc je serai trés content et toi aussi quand nos filles nous diront :
Papa je vais passer un bac pro pute ,pardon travailleuse du sexe et j’ai déja commencé un stage pratique avec 12 patients dans la journée.

les conneries passées à la moulinette du discours pseudo intellectuel psychanacon ,raménées au réel ça fait du bien.


Putes et fièr(e)s de l’être
15 janvier 2010 - 13h56
Putes et fièr(e)s de l’être
17 janvier 2010 - 10h42 - Posté par julienantifa

l’apologie de la marchandisation du corps toujours la propagande libéral-libertaire voila qui va déculpabiliser les clients ! on a besoin d’une nouvelle révolution sexuel qui abolira les rapports marchands entre les corps désirants n’oublier pas que les anarchistes du 19éme avec raison pourchasser les clients pour les corriger.



Putes et fièr(e)s de l’être
18 janvier 2010 - 12h51 - Posté par

« Le corps n’est pas une marchandise... » Excellent slogan qui n’interpelle pas que les prostitué(e)s ! Le corps ne se limite pas au sexe ! Avec quoi, les travailleurs/seuses « ordinaires » vendent-ils, à bas prix, leur force de travail ? Il faut donc aussi dire ça aux gens d’ici et de partout qui ont les mains dans le cambouis, les poumons ravagés par l’amiante et les produits chimiques, les membres amputés après un « accident »... Oui, il faudrait une révolution, mais pas seulement sexuelle, pour abolir toutes les violences faîtes aux hommes, aux femmes, aux enfants... Dans le système où nous vivons pour le moment, les travailleurs/euses du sexe ont raison de s’organiser, de se syndiquer pour lutter contre les réseaux mafieux et aussi contre l’État qui les rackette sans leur reconnaître aucun droit. Les anars doivent être solidaires de ce combat en attendant le jour où l’amour sera libre et gratuit pour tous/toutes...


www.zeromacho.eu ... messieurs, pourquoi pas signer "je n’irai pas au bois" ?
28 avril 2012 - 02h43 - Posté par ManuxKernel

Merci pour ton commentaire plus que pertinent !

Il faut traquer TOUS ceux qui rabaissent la dignité à quelques piècettes : prostitué(e)s volontaires ET clients, beaucoup manquent d’éducation et tous ont besoin de thérapie !

Les gouvernements des états qui tolèrent la prostitution sont de facto des proxénètes. Et même quand c’est illégal, les économies parallèles sont nécessaires à la survie du capital.

signé : le fils de la pute "Marie" (Sexe, prostitution et contes de fées)


www.zeromacho.eu ... messieurs, pourquoi pas signer "je n’irai pas au bois" ?
5 juin 2012 - 13h08 - Posté par CD

Une femme sexy n’est ni travailleuse du sexe ni nonne !

Contre une stigmatisation dangereuse

Il est dangereux de laisser entendre qu’une femme qui porte des jupes courtes avec des talons hauts est une "pute" ou versus plus euphémisé "vulgaire". La vulgarité n’est pas une affaire de hauteur de jupe ! Surtout comment dés lors expliquer aux jeunes adolescents qu’il ne faut pas stigmatiser leurs copines en usant du terme "pute". Ou alors il faut admettre que le terme "pute" a plusieurs sens. Ce qui est d’ailleurs exact.

Faut-il rappeler qu’une femme sexy (jeune ou pas, fine ou pas) cherche du plaisir pour elle dans un cadre hétérosexuel ou homosexuel alors qu’une travailleuse du sexe fait commerce d’une partie de sa sexualité contre rétribution financière et sans plaisir. Il peut y avoir du plaisir il y a surtout de façon générale de la souffrance et une forte aliénation. C’est pourquoi la prostitution devrait être combattue fermement.

L’ordre moral patriarcal et famillialiste entend circonscrire par des normes ce qui est acceptable.
Cela concerne les femmes mais aussi les hommes.
Exemple : Ce propos d’une femme (une vendeuse) : la jupe en-dessous du genoux cela fait mamie, la mini-jupe c’est pour les moins de trente ans la jupe pour vous (femme entre 50 et 60 ans) c’est juste au-dessus du genoux. L’espace de liberté est mince si l’on veut se conformer. Il reste le pantalon certains sont sexy et d’autres pas.

Personne n’empêche quiconque de devenir nonne mais ce n’est guère attrayant pour de très nombreux jeunes. Le modèle de la religion serait sans séduction et sans sexualité. Il faudrait pour la jeunesse une spiritualité et une religiosité digne des octogénères ! D’un autre côté la marchandisation incite à son contraire.

L’éloge des femmes passives - Les mots sont importants (lmsi.net)
http://lmsi.net/L-eloge-des-femmesp...

Essayons un mixte : Déguisement de nonne sexy

Déguisement et Fête | Pour croyants et non croyants !
A chacun ses gouts ! Certains sont anodins .

http://www.deguisement-et-fete.com/product.php?id_product=2278


www.zeromacho.eu ... messieurs, pourquoi pas signer "je n’irai pas au bois" ?
10 juin 2012 - 23h57 - Posté par CD

Zéromachos /

Les confusions de Frédéric Joignot sur la prostitution (in Le Monde).

Dans le supplément « M » du quotidien Le Monde du 9 juin 2012, p. 33, Frédéric Joignot rend compte de la manifestation du Strass (Syndicat des travailleurs du sexe), qui s’est déroulée à Paris le 2 juin. Il se joint à la protestation de ce lobby contre la proposition de loi Geoffroy-Bousquet « visant à pénaliser les clients ». Zéromacho a produit une lettre ouverte pour appuyer cette proposition.

http://www.zeromacho.eu/actions.htm...

L’article se termine ainsi : « Le client n’est pas un criminel s’il sollicite les services d’une personne majeure consentante ; soumis au droit commun, il ne doit pas utiliser la force ou la menace, ou abuser de la faiblesse d’une personne. Dès lors, rien n’autorise sa pénalisation. Pourtant, PS et UMP entendent le réprimer. Au nom de quel principe ? Ces rapports sexuels entre adultes consentants sont payants. L’amour tarifé serait éthiquement inférieur à l’amour gratuit. Il doit donc être prohibé. Tous ceux qui ne partagent pas ce jugement moral discutable doivent-ils être emprisonnés et rançonnés ? Faudra-t-il pénaliser les mariages d’argent ? Les hommes seuls cherchant une sexualité ? Les puceaux attardés en quête d’éducation ? Les célibataires handicapés ? »

N’est-ce pas un morceau d’anthologie ? On y trouve le « consentement » au lieu du désir, « l’amour » au lieu de la sexualité, la « rançon » au lieu de l’amende, la comparaison fallacieuse avec le mariage (qui, lui, donne des droits et des devoirs), l’argument de la solitude (masculine uniquement), la fonction pédagogique de la prostitution, et les immanquables handicapés, des hommes seulement, bien sûr !

Absentes en revanche, les notions de réciprocité, d’égalité, de respect de l’autre et encore plus de désir ou de plaisir partagés !

Comme si le système prostituteur, fondé sur des violences, pouvait remédier à des souffrances existentielles ! Comme si une pratique de domination prenant une forme sexuelle pouvait être une solution !

Quel dommage de voir un journaliste reprendre sans aucune distance les arguments d’un lobby !

Les responsables de Zéromacho,

Gérard Biard, Patric Jean et Frédéric Robert,

avec Florence Montreynaud





15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
14 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
22 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1
double face
jeudi 10 - 12h01
de : jean 1
1 commentaire
Appel à Manifestation samedi 12 octobre à Saint-Victor
mercredi 9 - 22h05
de : AMASSADA
Détruire le capitalisme avant qu’il ne nous détruise (à propos de Lubrizol)
mardi 8 - 23h50
de : nazairien
3 commentaires
On nous cache tout, on nous dit rien :Frais d’obseques des deputes et de toute leur famille payes par nos impots (vidéo)
mardi 8 - 23h05
de : nazairien
LES BESOINS ARTIFICIELS - Comment sortir du consumérisme
mardi 8 - 17h23
de : Ernest London
11 commentaires
Le Maquillage Vert du Capitalisme ne change pas son essence prédatrice
lundi 7 - 23h02
de : Cecilia Zamudio
Emission - Lubrizol – Enfumage chimique. Enfumage médiatique. Enfumage étatique.
lundi 7 - 16h59
de : Emission Polémix et La Vox Off
Sur les Gilets Jaunes, l’État et le fascisme – lettre d’Antonin Bernanos
lundi 7 - 16h06
de : jean 1
Ami entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne : L’Europe nous supprime la faucille ! Et le marteau ! ...
lundi 7 - 15h07
de : nazairien
1 commentaire
Réformes des retraites : depuis 1993 l’âge de départ et le montant des pensions reculent
lundi 7 - 07h50
1 commentaire
TROIS "I" en même temps !
dimanche 6 - 21h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Rencontre nationale des communes libres et des listes citoyennes
dimanche 6 - 21h42
de : commercy par invités de médiapart
La “surprise” de l’acte 47 des GJ : l’occupation du centre commercial Italie2 (vidéo)
dimanche 6 - 11h11
de : nazairien
4 commentaires
Un féminisme accusé de contrôle du corps des femmes
dimanche 6 - 02h31
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Le communautarisme du Rassemblement National - RN (ex FN).
dimanche 6 - 02h21
de : Christian DELARUE
confirmation expulsion appel à convergence
samedi 5 - 22h27
de : AMASSADA
Acte 47 Toulouse et violences à AMiens
samedi 5 - 21h51
de : https://www.frontsocialuni.fr/les-luttes-invisibles/
Une lobbyiste de la pollution au coeur de la convention pour le climat
samedi 5 - 21h39
de : Gaspard D’Allens REPORTERRE
Christine Renon : marée humaine quand l’Éducation Nationale ne veut pas de vague
vendredi 4 - 14h32
Les palettes : Il n’aurait jamais dû signer...
vendredi 4 - 10h22
LA MANIFESTATION CLIMAT DU 21 SEPTEMBRE A-T-ELLE ÉTÉ INFILTRÉE PAR LE BLACK BLOC ?
jeudi 3 - 22h36
de : jean 1

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La paix n'est pas l'absence de guerre, c'est une vertu, un état d'esprit, une volonté de bienveillance, de confiance, de justice. Baruch Spinoza
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite