Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Années de plomb, Parole donnée, Doctrine Mitterrand : 25 ans après...
de : Orphée
jeudi 14 janvier 2010 - 14h46 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires

Aliette G.Certhoux, 12 janvier 2010 © La revue des ressources (avec l’autorisation)

http://www.larevuedesressources.org/spip.php?article1488

JPEG - 9.2 ko

[ Google Translate ]

Cette recension des conditions internationales et locales du refuge et de l’extradition des Italiens en France depuis 1985 et après 2002 suit l’entretien de Olivier Favier avec Fred Vargas (où elle révèle des informations inédites) publié dans La revue des ressources le 26 décembre 2009, et accompagne l’appel à signatures des écrivains brésiliens qui appuient la demande d’asile présidentiel pour Cesare Battisti, dans un rapport de forces difficile entre l’Italie et les différents partis impliqués par les prochaines élections au Brésil, où Lula ne peut revendiquer un nouveau mandat. Deadline de la décision présidentielle en février 2010.



L’ingérence italienne pourrait avoir réussi à diviser le pouvoir brésilien. A quelques mois des élections Cesare Battisti est dans les Rafales. Mais la réponse de Lula est politique :
Au Brésil la mémoire des années de plomb revient sur le devant de la scène (Le Monde numérique, 12 janvier 2010).

JUSTICE D’EXCEPTION, REFUGE, AMNISTIE,
NE SONT PAS DES QUESTIONS DE MORALE MAIS D’ETHIQUE

Les juridictions d’exception font face aux états d’urgence de la violence civile individuelle ou collective, ou à la sédition du pouvoir. Par définition elles ne sont pas imprescriptibles ; exception, car elles suspendent un moment la règle de référence (lois démocratiques, républicaines, conventions internationales, ou autres). Le bilan du refuge et de l’extradition des Italiens en France, depuis 1985 puis après 2002, jusqu’à la relaxe de Marina Petrella en octobre 2008, par laquelle le président français (contradictoirement de son exécution sous le mandat présidentiel de son prédécesseur) la sauve de la mort, ce qui pourrait installer une nouvelle doctrine n’accréditant plus ces demandes de l’Italie, s’évalue d’abord à l’anomalie [1] que 25 ans après la réunification civile de l’Italie, l’amnistie à propos des années de division n’ait toujours pas eu lieu.

Dans une société la morale est réduite à la croyance, l’éthique est à l’échelle des évaluations relatives. L’éthique est le comportement adapté en politique moderne. Dans la politique actuelle, si l’éthique avait encore une signification symbolique — et si elle n’en a plus alors qu’est le politique ? — en dépit du jeu de passe-passe juridictionnel et judiciaire exécutif français à partir de 2002, alors l’échange de "la parole donnée", parce qu’elle aidait extérieurement la paix dans l’Italie encore surchauffée par les passions, et pour cette raison allait être négociée avec le président du conseil italien de l’époque, dans le respect des souverainetés respectives, devrait être imprescriptible, tant que l’amnistie des activistes des années de plomb ne serait pas devenue la réalité de toutes les parties opposées survivantes, en Italie.

Autrement, il faut le relais de personnalités élues particulièrement charismatiques et déterminées face à la tendance — que parfois elles ont contribué à instaurer tel Mitterrand (il a prescrit le devoir d’insoumission des droits de l’homme en France, pour correspondre au droit européen, et a fait juger les activistes de choc d’Action Directe par un tribunal spécial d’assises), Lula (qui a fait intégrer son pays dans l’économie de marché) — Sarkozy au contraire se retournant en seconde phase (sensible au contre-versant italien de sa nouvelle épouse)... Relais rares, de plus en plus rares, dans le flux des législations arbitraires et le reflux des conventions internationales, chaque jour contournées par les réseaux.

C’est pourquoi il convient de poursuivre de réclamer une déclaration publique d’amnistie. Elle seule prescrit les divisions parce qu’elle prescrit sans résoudre, entre autre, ce qui demeure impossible à résoudre... Mais chacun sait que l’Italie actuelle est éloignée de cette éventualité, puisque les partis descendants de l’extrême droite impliquée dans les attentats de masse à la bombe, pendant les années de plomb, y gouvernent à l’instant même.

Il reste que l’amnistie ne soit pas qu’une idée singulière française, mais également celle de parlementaires italiens ; la direction du Parti Radical (pourtant libéral) l’a réclamée à plusieurs reprises, notamment quand le gouvernement Prodi succéda au gouvernement Berlusconi, au moment de la mort de Jean-Paul II qui avait demandé au nouveau parlement la clémence, en 2005, Giacinto Pannella (Marco) engagea une grève de la faim et de la soif pendant deux semaines, soutenu par la confédération intersyndicale COBAS, et en France par Oreste Scalzone qui entreprit une grève solidaire. En vain.

Scalzone, dans son ouvrage Vademecum [2], publié en 2006, à propos de Persichetti revenait sur son idée de l’amnistie italienne, trouvant un modèle pragmatique dans la campagne de réconciliation sud-africaine, après l’élection de Mandela. Quelques mois avant l’arrestation de Marina Petrella, en 2007, il relança l’idée [3]. Elle est toujours d’actualité et le resterait y compris dans le cas où les réfugiés éprouveraient la certitude définitive de ne plus être inquiétés (ce qui est toujours improbable dans une époque post-politique, à géométrie variable).

En effet, est-il concevable que les réfugiés soustraits à l’extradition ne puissent jamais retourner en Italie où se trouvent encore des membres de leurs familles — et parfois leurs enfants d’une première union ? De plus, serait-il imaginable qu’ils voyagent à l’étranger, pour des raisons professionnelles ou personnelles, sans risquer de tomber dans un nouveau piège (on a bien vu le cas de Roman Polanski arrêté en Suisse, pour être extradé vers les Etats-Unis, bien qu’il ait la nationalité française) ?

L’éthique du refuge et l’éthique de l’amnistie sont les données respectives des souverainetés bilatérales ; elles donnent l’échelle de leurs alliances ou de leurs allégeances, car elles se modèrent dialectiquement ensemble (et elles s’équilibrent), ou elles se plagient — se renforçant dans leurs extrêmes.

ANNÉES DE PLOMB
(1969-1985)

C’est une expression éponyme du film allemand Die Bleierne Zeit (1981) de Margarethe von Trotta, à propos de l’histoire de Fraction armée rouge, groupe de l’historien Andreas Baader et de la journaliste Ulrike Meinhof qui demandent des comptes sur les anciens nazis restés actifs, en Allemagne fédérale (fondation en 1968, après l’assassinat d’un manifestant par balle à l’acte d’un policier, pendant les mouvements de protestation contre le Shah d’Iran, à Berlin Ouest) ; ils font des émules dans d’autres pays, chacun avec une singularité de ses cibles. Les groupes les plus connus : Action directe, en France (fondation en 1977), les Brigades rouges en Italie (fondation en 1970 répondant à la "Stratégie de la tension" [4] après l’attentat de la Piazza Fontana et la défenestration policière du cheminot anarchiste Pinelli), Armée rouge japonaise (1970), Weathermen aux Etats-Unis (1969). Les années de plomb recouvrent une quinzaine d’années, avant la dernière décennie du siècle dernier. La guerilla et sa répression : éxécution sommaire de Che Guevara le 9 octobre 1967 à La Higuera (Bolivie).

Dans le monde occidental cet activisme correspond à un moment intense des luttes sociales dans le monde consumériste du capitalisme industriel, au moment où passant à son état post industriel il se délocalise et fait sa conversion financière, après la seconde moitié du XXe siècle, avant la réalisation mondiale de l’économie de marché. La guerre froide toujours en vigueur au moment des années de plomb justifie les dernières guerres coloniales impérialistes, et la réponse dans la quête d’autonomie justifie les derniers nationnalismes révolutionnaires ; la guerre du Viêt Nam s’achève par un armistice au crédit des forces de résistance victorieuses, en 1975, ce qui nourrit l’idéologie de la lutte de classe armée dans les pays occidentaux.

Or en 1973 c’est le premier choc pétrolier, dû à l’embargo des pays arabes producteurs de pétrole, contre les pays qui soutiennent Israël dans sa guerre à l’Egypte et à la Syrie, dite Guerre du Kippour. Soit une raréfaction du brut et son prix augmenté de 70% par l’OPEP. Cette situation va provoquer un changement sécuritaire offensif de la stratégie américaine en économie et en défense prospectives, alternative qui succèdera à la guerre froide. G.H.W. Bush nommé directeur de la CIA de 1975 à 1976 appelle des scénarios de l’appropriation des ressources (qui règneront y compris dans le partage mondial des grands marchés lors des accords du GATT en 1994) et des guerres futures de ce monde nouveau, et les fera simuler en laboratoire par des équipes qualifiées *. D’autre part, en toute logique, il fera armer l’intégrisme iranien contre la dictature irakienne. Puis la France armera l’Irak contre l’intégrisme iranien (Rouhollah Khomeini renverse le Shah Mohammad Reza Pahlavi en 1979). C’est en France l’invention d’un concept simpliste d’autonomie énergétique, pour la production nucléaire de l’électricité nationale (Giscard d’Estaing). Les premières luttes écologiques commencent. Le parti vert allemand s’installe et confirme son succès avec un double impact politique sur la société et sur l’environnement.

Ce sont les années du jouir sans entrave, de la libération sexuelle, de la réalisation des désirs — la révolution du désir et le désir de révolution en occident.

Les années de plomb c’est le désordre contre la loi et le désordre de la loi, tout se fragmente, puis s’infiltre (il y a les infiltrés de l’intérieur et les infiltrés de l’ingérence). Le terme ne qualifie pas seulement l’activisme anticapitaliste des organisations armées auto-défensives, défensives, ou séditieuses, ou solidaires des combattants armés, ou solidaires du terrorisme résistant des peuples opprimés (Palestine), ou encore les provocations meurtrières pour tenter de les compromettre ou dissuader le mouvement populaire de les suivre, ni les crimes et les meurtres commis de part et d’autre, ni enfin les assassinats qui eurent lieu dans les prisons (cas éventuel de la mort de quatre des principaux membres de Fraction armée rouge (RAF), considérés comme suicidés en détention, en Allemagne, finalement révélée par une survivante)... Ce sont des années de contestation absolue du parlementarisme, des partis, du syndicalisme réformiste, par l’autonomie de l’activisme politique.

Les années de plomb qualifient pour beaucoup les dernières années de la lutte des classes à l’égide du marxisme et de l’anarchisme révolutionnaires, face aux transformations stratégiques et à la question du pouvoir sous influence dominatrice en post-modernité, au titre desquelles les dernières grandes grèves ou les violences ont lieu, ainsi que les manipulations et les Coups d’Etat pour les empêcher (par exemple les attentats à la bombe en Italie ou le Coup d’Etat du général Pinochet contre le gouvernement de Front uni du marxiste Allende au Chili, en 1973). Car ce sont aussi les années des contre-révolutions et de la torture généralisée par les dictatures armées de la "guerre sale" en Amérique Centrale et en Amérique du Sud, principalement manipulées par la CIA contre le développement des démocraties inspirées par le marxisme **.

Le capitalisme de la production à l’apogée de ses rapports sociaux, avec la transformation de ses producteurs en consommateurs, subit un mouvement de libération général qui explose à la fin des années 60 partout dans le monde. Il réplique en se préparant à sa phase vectorale ; il commence à se délester de ses propriétés productives, moyens de production et force de travail, trop coûteuses pour ses profits. Il rompt avec les conventions collectives acquises des luttes ouvrières qu’il considère aux dépens de la plus-value, laissant pour compte de sa reconversion le prolétariat et les employés. Déjà les pouvoirs parient sur le chômage annoncé comme l’effet du progrès technologique réducteur des domaines du travail, et du partage mondial égalitaire et solidaire des avantages de la production ; à cette époque ce n’est pas informé comme une quête d’accroissement du profit, ni médiatisé comme l’information négative d’un effet de crise, mais bien considéré comme une conséquence du progrès positif : le monde aurait encore du progrès à accomplir devant lui...

GUERRE CIVILE DE BASSE INTENSITÉ EN ITALIE
ET DOCTRINE PACIFIQUE EN FRANCE : LA PAROLE DONNÉE

L’Italie, en plein progrès social, solde sa grande industrie ce qui installe une récession et un sentiment d’injustice économique qui provoquent le retour des revendications révolutionnaires syndicales ; sous le coup des services secret de l’OTAN durcis par la guerre froide, dont l’Italie est un poste clé des Etats-Unis face au bloc communiste, et l’organisation Gladio *** son ingérence secrète dans l’Etat italien, le mouvement de revendication et son opposition structurent une division civile de la population qui s’arme en auto-défense, organisations syndicales et activismes révolutionnaires face à une opposition néo-fasciste parfois soutenue par une partie de la police et de l’armée, qui commet des attentats de masse à la bombe, avec l’alliance mafieuse et séditieuse de la Loge P2 et l’aile droite de la Démocratie Chrétienne (qui tiennent leurs prolongements financiers au Vatican). A quoi se mêle l’ingérence directe du réseau Condor à la recherche d’activistes de gauche fuyant les dictatures d’Amérique du Sud (b). Guerre civile dite "de basse intensité" (tant la guerre de harcèlement et d’usure faite à la population et à la gauche activiste que le système de réplique de celle-ci, aléatoire, puis organisé en résistance) qui dans son temps prolongé, et son extension sur le territoire national, s’avère particulièrement irréductible [5].

Sur 2000 blessés et environ 400 morts au long de ces années en Italie, moins de 130 victimes au total ont été attribuées à la gauche par la justice elle-même. (Voir un dénombrement approchant dans la recension de Mathieu Lebeau, publiée dans L’Express du 25/03/2002). Un tel bilan paraît faible comparé aux bilans du monde globalisé que nous avons du connaître depuis, celui de l’effondrement des tours jumelles le 11 septembre 2001 (près de 3000 morts), celui de la guerre d’Irak (655 000 morts irakiens), ou le Tsunami de 2004 (plus de 200 000 morts), ou encore l’ouragan Katrina (plus de 1000 morts) ; mais dans le cadre de la vie ordinaire à un moment plutôt faste économiquement en Europe, le bilan italien auquel il faudrait ajouter les blessés qui poursuivent d’avoir des séquelles, désigne un conflit social suffisamment important, épars au long de plusieurs années, pour qu’on ose utiliser les mots de guerre civile.

La menace ressentie est d’abord celle du pouvoir, qui craint de basculer sous l’alliance improbable du centre gauche de la Démocratie chrétienne avec les communistes, dans un pays européen sous la domination stratégique de la Défense américaine, qui ne peut donc pas le réaliser. L’autre menace est celle du prolétariat qui le sait — qui sait qu’il entre dans sa phase locale de disparition. En 1978, l’enlèvement et l’assassinat de l’artisan officiel du "compromis historique" Aldo Moro, par des membres des Brigades Rouges infiltrées, dans une action influencée par les services secrets (aujourd’hui révélée par deux de ses acteurs mêmes, Steve Pieczenik envoyé des Etats-Unis auprès du ministre de l’intérieur Cossiga — sous la présidence du Conseil Andreotti) [6], scelle le désespoir d’une alternative gouvernementale, et servira de justification à l’alliance parlementaire pour la répression brutale et systématique des activistes armés.

Ces années s’achèvent avec l’état d’urgence et les grands procès aux juridictions spéciales de 1983, par l’incarcération d’au moins 6000 activistes (compte tenu de ceux qui avaient été arrêtés auparavant) dont 4000 de toutes les organisations subversives de gauche, des syndicalistes aux bandes armées, sont condamnés fermement, un grand nombre à perpétuité. Au contraire, très peu d’activistes d’extrême droite ou d’organisations séditieuses comme la Loge P2 se retrouvent dans cette situation. Pourtant les attentats qui leur sont ou leur seront attribués sont déjà bien connus, parmi lesquels : L’attentat à la bombe de la Piazza Fontana (banque de l’agriculture) à Milan, 16 morts et plus d’une centaine de blessés (1969), l’attentat à la bombe de la manifestation de Brescia, 8 morts (1974), l’attentat à la bombe dans le train Italicus, 12 morts (1974), l’attentat de la gare de Bologne, 85 morts et plus de 150 blessés (1980), l’attentat à la bombe dans le train Naples-Milan, 15 morts (1982), sans compter les assassinats individuels en pleine rue ou au domicile des syndicalistes. Selon les statistiques du Ministère italien de l’Intérieur, 67,55 % des violences (rixes, actions de guérilla, destructions de biens) commises en Italie de 1969 à 1980 sont imputables à l’extrême droite. [7]

Après l’attentat meurtrier de la synagogue de la rue Copernic ****, le 3 octobre 1980, à Paris, la France alors extérieure à l’OTAN (du moins sans ingérence américaine dans sa démocratie électorale directe) peut au contraire connaître la victoire du Front Commun, en 1981, qui donnera lieu à l’expérience social-démocrate de l’alliance communiste et socialiste, avant la réalisation néo-libérale. Cette situation privilégiée de l’opinion française face à l’insoumission que sa culture tolère permet encore d’accueillir en nombre des activistes italiens de gauche (mais d’autres — dont quelques français à la marge d’Action Directe — iront au Mexique, tandis que les activistes d’extrême droite fuiront plutôt vers l’Angleterre et vers le Japon) ; le président Mitterrand se veut l’artisan de la réalisation européenne ; informé de l’injustice notoire du nombre des condamnations des activistes de gauche, dans le cadre d’enquêtes et de tribunaux expéditifs, sans amnistie annoncée dans un avenir proche (étant données les implications et les compromis de l’OTAN du Vatican et du principal parti politique italien avec l’extrême droite et la Mafia), pense que la France peut être utile au rétablissement de la paix civile en Italie, si les activistes de gauche qui veulent fuir les armes arrivent dans un pays d’accueil où ils ne sont pas menacés en tant que réfugiés désarmés.

La France se trouve encore sous la charte des droits de l’homme républicains, annexés à la Ve constitution par le grand insoumis de la seconde guerre mondiale que fut le Général de Gaulle, qui rétablit le devoir citoyen d’insoumission dans certain cas, issu de la constitution révolutionnaire de 1793, et dont le corollaire logique de sortie de crise est l’amnistie — elle a servi à rétablir la paix civile en France après la guerre, et encore servi à rétablir la paix civile en France après la guerre d’Algérie. Paradoxe dans la situation européenne cadrée par une charte des droits de l’homme issue de la convention du Conseil de l’Europe à Rome en 1950 [8], à l’instar de ceux de l’ONU inspirés par Eleanor Roosevelt qui ne l’entend pas comme pertinent (aux Etats-Unis la démocratie est entendue comme un régime universellement juste, dans une conception politique qui reste finaliste, et ne peut donc pas se tromper, pourvu que le descriptif des droits soit clair et exhaustif : l’insoumission individuelle est au mieux inutile et au pire n’est pas tolérée ; le modèle fondateur de l’Europe n’est pas un modèle de démocratie républicaine mais un modèle de démocratie fédérale — où le néo-libéralisme fera son lit) ; les droits de l’homme français seront modifiés dans ce sens à la demande des partenaires européens en 1989. En 1985, le président Mitterrand requiert que sa présidence soit constitutionnellement exécutive d’admettre des réfugiés politiques, il y ajoute une condition : selon un échange de promesse de leur part qu’ils ne poursuivent pas d’activité subversive. C’est le protocole de "la parole donnée".

La Parole donnée est réputée assumée par ceux qui ayant rejoint la France sous la présidence précédente se sont pacifiquement intégrés.

Ainsi le Président Mitterrand ne déjuge pas son prédécesseur sur ce point du droit français (le refuge des insoumis en cohérence des droits de l’homme en vigueur). Giscard d’Estaing lui-même comme auparavant Pompidou ont accueilli les réfugiés activistes de gauche des dictatures d’Amérique du Sud dont celle de la Junte brésilienne et celle du Général Pinochet — bien que la France se soit compromise en Argentine —, mais il y a aussi l’accueil des réfugiés contestataires des républiques du pacte de Varsovie. Ou simplement des personnalités religieuses fuyant la prison à perpétuité ou la peine de mort dans leur pays natif tel l’Ayatollah Khomeiny dans son derniers parcours d’exil contre le Shah (pourtant ami de la France) à la fin des années 70 — il rentre en Iran en 1979. Parmi ces réfugiés, de nombreux artistes, écrivains et poètes contemporains étant des personnalités des avant-gardes post-modernes poursuivent ou inaugurent en France leurs carrières internationales et deviennent des stars qui caractérisent la culture critique française et la pensée de l’essai des années Pop, dans leur différence avec le mouvement américain du Pop Art. La culture Punk la critiquera à leur tour, croisant le dé-constructivisme, le situationnisme et les alignant dans la mise à plat de l’histoire sans future, sous l’aspect d’une palette réquisitionnant toutes les avant-gardes de la modernité rassemblées, et pour en marquer le terme.

Cette proposition d’ouverture dans la tradition de la pensée critique française constitue la Doctrine Mitterrand. Destinée à aider la paix en Italie elle doit aussi protéger d’une revendication de poursuite par la justice italienne les réfugiés ainsi accueillis en France. Elle est donc négociée en commission entre le président Mitterrand et le président du conseil italien de l’époque, le socialiste Bettino Craxi. Ils informent publiquement leur rapport lors d’une conférence de Presse commune le 22 février 1985 [9] :

Les principes d’actions sont simples à définir. Ils sont souvent moins simples à mettre en oeuvre. Il s’agit du terrorisme qui est par définition clandestin ; c’est une véritable guerre. Nos principes sont simples. Tout crime de sang sur lequel on nous demande justice — de quelque pays que ce soit et particulièrement l’Italie — justifie l’extradition dès lors que la justice française en décide. Tout crime de complicité évidente dans les affaires de sang doit aboutir aux mêmes conclusions. La France, autant que d’autres pays, encore plus que d’autres pays, mène une lutte sans compromis avec le terrorisme. Depuis que j’ai la charge des affaires publiques, il n’y a jamais eu de compromis et il n’y en aura pas. Le cas particulier qui nous est posé et qui alimente les conversations, est celui d’un certain nombre d’Italiens venus, pour la plupart, depuis longtemps en France. Ils sont de l’ordre de 300 environ — plus d’une centaine était déjà là avant 1981 — qui ont d’une façon évidente rompu avec le terrorisme. Même s’ils se sont rendus coupables auparavant, ce qui dans de nombreux cas est probable, ils ont été reçus en France, ils n’ont pas été extradés, ils se sont imbriqués dans la société française, ils y vivent et se sont très souvent mariés. Ils vivent en tous cas avec la famille qu’ils ont choisie, ils exercent des métiers, la plupart ont demandé la naturalisation. Ils posent un problème particulier sur lequel j’ai déjà dit qu’en dehors de l’évidence — qui n’a pas été apportée — d’une participation directe à des crimes de sang, ils ne seront pas extradés. Cela je l’ai répété à M. le Président du Conseil tout à l’heure, non pas en réponse à ce qu’il me demandait mais en réponse à un certain nombre de démarches judiciaires qui ont été faites à l’égard de la France. Bien entendu, pour tout dossier sérieusement étayé qui démontrerait que des crimes de sang ont été commis ou qu’échappant à la surveillance, certains d’entre eux continueraient d’exercer des activités terroristes, ceux-là seront extradés ou selon l’ampleur du crime, expulsés.

Le 21 avril 1985, à l’occasion du 65e congrès de la Ligue des droits de l’homme, le chef de l’Etat, François Mitterrand, répète :

Prenons le cas des Italiens, sur quelque trois cents qui ont participé à l’action terroriste en Italie depuis de nombreuses années, avant 1981, plus d’une centaine sont venus en France, ont rompu avec la machine infernale dans laquelle ils s’étaient engagés, le proclament, ont abordé une deuxième phase de leur propre vie, se sont insérés dans la société française, souvent s’y sont mariés, ont fondé une famille, trouvé un métier... J’ai dit au gouvernement italien que ces trois cents Italiens... étaient à l’abri de toute sanction par voie d’extradition [10]...

RESPECT ET TRAHISON BILATÉRAUX

En 1989, la présidence du Conseil de l’Union l’Européenne revient à la France qui fête le bicentaire de la révolution française... d’une étrange façon : en supprimant la clause d’insoumission dans les droits de l’homme annexés à la constitution nationale, tout en mentionnant auprès de la Cour européenne des droits de l’homme la réserve protectionniste sur les réfugiés italiens. Quelques incertitudes planent quand le gouvernement Balladur confie la nouvelle présidence française du Conseil de l’Union à Alain Juppé, en 1995. C’est pourquoi Lionel Jospin devenu premier ministre, en 1997 ne diffère pas de faire ré-informer le dossier dans les archives de la Cour Européenne, avec la liste des noms mise à jour en 1998, au moment du Presidium allemand (socialiste) ; et de le rappeler en 2000, au moment du déménagement de la Cour à Strasbourg, quand revient le tour français, avec le Presidium d’Hubert Védrine.

Mais en 2003 c’est le tour de l’Italie gouvernée par Silvio Berlusconi, dont les émissaires se chargent de faire retirer les pièces, alors que le président Chirac vient d’être élu à une large majorité contre le Front national (un an auparavant) ce qui lui a permis de former un gouvernement sans cohabitation de gauche.

La victime inaugurale du dépassement inique de cet accord sera Paolo Persichetti, arrêté et quasiment enlevé pour être remis aux italiens, en août 2002, alors que la dispersion citoyenne en période de vacance estivale ne permet pas d’organiser des protestations démonstratives ni de recours auprès des élus... On sait l’impact du 11 septembre 2001 sur les nouvelles règles de sécurité internationales à l’égide du Patriot Act américain, dans le cadre desquels la pression italienne — assortie de l’opportunité de grands marchés — put s’exercer avec succès face à l’opinion sous le second mandat de Jacques Chirac, président de la république par lequel, contre toute loyauté politique, l’extradition soudaine des italiens sera déclarée "Raison d’Etat" par le Parquet à propos de Battisti : donc sans explication, sans appel, et irrévocable.

De ces dispositions, alors que la France n’a pas encore réintégré l’OTAN, on remarque une contradiction essentielle de la décision des extraditions avec la position de la France par la voix de Dominique de Villepin à l’ONU, déclaré contre la guerre d’Irak (la troisième guerre du golfe), sur l’ordre du Président Chirac (qui le confirmera par son refus d’envoyer des troupes) exhortant à voter et votant contre, à la fin de la même année et au début de 2003. La décision infra-européenne d’extrader fut probablement et principalement opportuniste et arbitraire, en tous cas en dehors d’une cohérence symbolique de la singularité française en politique, pourtant encore active à propos de la guerre d’Irak.


LES FAITS INIQUES

« Le Conseil d’État – Ordonnance du juge des référés – Assemblée du contentieux no 273714 – Séance du 11 mars 2005 – Lecture du 18 mars 2005 – M. BATTISTI » [11] « Considérant que, si le requérant invoque les déclarations faites par le Président de la République, le 20 avril 1985, lors du congrès d’un mouvement de défense des droits de l’homme, au sujet du traitement par les autorités françaises des demandes d’extradition de ressortissants italiens ayant participé à des actions terroristes en Italie et installés depuis de nombreuses années en France, ces propos, qui doivent, au demeurant, être rapprochés de ceux tenus à plusieurs reprises par la même autorité sur le même sujet, qui réservaient le cas des personnes reconnues coupables dans leur pays, comme le requérant, de crimes de sang, sont, en eux-mêmes, dépourvus d’effet juridique ; qu’il en va également ainsi de la lettre du Premier ministre adressée, le 4 mars 1998, aux défenseurs de ces ressortissants. »

La question de vie et de mort des ressortissants réfugiés, envoyée comme une balle de set dans les nouveaux échanges de marché franco-italiens, au moment du second septennat de Jacques Chirac sans cohabitation, ne leur offrait pas d’autre voie que la fuite perpétuelle, ou la "perpète" éternelle. Sauf accident.

Le 26 août 2002 Paolo Persichetti alors enseignant en poste d’ATER à l’université de Paris 8 est arrêté et expéditivement extradé — remis aux autorités italiennes à la frontière — autrefois accusé par un repenti d’avoir commis l’assassinat du général de l’aviation italienne Licio Giorgeri. Dans les mois qui suivent il est jugé et intégralement lavé de cette accusation, mais il ne se retrouve pas relaxé de sa peine d’emprisonnement pour autant ; en fait, son ancien activisme dans le cadre de l’Union des Communistes Combattants resterait donc le reproche majeur, justifiant, sous diverses accusations relatives à une bande armée, une réclusion ciminelle de 25 ans, puis de 17 ans (puis de 12 ans ?)... Sauf information contradictoire nouvelle, actuellement il ne serait encore qu’en semi-liberté conditionnelle (depuis 2008), c’est à dire devant réintégrer la prison chaque soir après son travail.

Voici le tour de Cesare Battisti en février 2004, arrêté puis sous la pression de l’opposition réactive, remis en liberté conditionnelle pour attendre la fin de sa procédure d’extradition, au titre de cinq meurtres qu’il aurait commis. Subissant des menaces de plus en plus précises de la part d’activistes néo-fascistes et de journalistes italiens qui assaillent son domicile, pour sa sécurité il va vivre chez d’autres personnes, où sa protection physique est amicalement assurée. Le 2 juillet 2004, le président Chirac déclare qu’il n’a pas l’intention de s’opposer à l’extradition, puis le Garde des Sceaux, Dominique Perben, confirme le changement officiel en ces termes : « Il n’y a pas d’ambiguïté. Il y a un changement d’attitude de la part de la France et je l’assume » (en référence à la doctrine Mitterrand) [12]. Le 8 juillet 2004, le gouvernement retire le décret d’application concernant la naturalisation de Cesare Battisti, qui était en passe d’aboutir suite à une procédure débutée en 2001. Le 21 août 2004, Cesare Battisti se souvient du désert estival dans lequel l’enlèvement de Persichetti vers l’Italie put avoir lieu sans protestation collective, quelques années auparavant ; il se soustrait au contrôle judiciaire et passe dans la clandestinité. Grâce à des faux papiers remis par d’anciens agents des services secrets français respectueux de la parole donnée, et à un itinéraire qu’ils préparent et balisent avec des réceptionnistes informés, il arrive sous un faux nom au Brésil et va résider à Rio de Janeiro, où il sera néanmoins arrêté avec la complicité de la police française, dépêchée sur place, le 18 mars 2007.

Entre temps il s’est désolidarisé de la défense unie (Fred Vargas le rappelle dans ses réponses à Olivier Favier) — et il a raison puisque son cas est le plus accablant de tous. Il dit à ses amis qu’il n’a pas commis ces crimes, il explique qu’il a signé des procurations en blanc à ses camarades restés sur place... Et en effet, les procurations ont apparu dans le dossier à charge remis par l’Italie à la justice française, où ceux qui ont accès aux pièces y découvrent les écritures en faux. Mais cela ne change rien à la détermination du Parquet.

C’est rituellement dans la torpeur parisienne, à la fin du mois d’août, que les actions extraditionnelles contre les Italiens de la parole abusivement reprise ont lieu : le 21 août 2007 vient le tour de Marina Petrella, accusée de meurtre (en complicité, par défaut de délation contre le meurtrier du commissaire Calabresi en 1972 — responsable hiérarchique avéré de la défenestration d’un innocent dont nous avons déjà parlé, Giuseppe Pinelli, après l’attentat de la Banque de Milan en 1969), qu’elle est censée connaître. Ce qui la sauverait de la prison à perpétuité ne pourrait être que le suicide — ce n’est pas un chantage puisque ce choix se fonde sur la conviction qu’il n’y ait aucun espoir de changement franco-italien pour révoquer l’extradition — ; ce qui la sauve de l’extradition, c’est que la lenteur d’une agonie annoncée — dont les irlandais donnèrent l’exemple radical, jusqu’à la mort, devant l’intransigeance du pouvoir Thatcher — manifestation de l’activisme ultime, celui qui fait de l’injustice et de la justice une question de vie ou de mort — et de le démontrer à l’acte de son propre corps. Alors qu’elle atteint le stade de devoir subir des perfusions, elle les supporte passivement en n’y accrochant pas de retour, elle déclare à son compagnon "prépare-toi, c’est un cadavre qu’ils remettront". Détermination depuis laquelle son avocate Irène Terrel est reçue par le Président Sarkozy.

Que les soeurs Bruni Tedeschi, sympathisantes ou pas, soient intervenues auprès du Président pour éviter le pire (pourquoi pas et tant mieux), c’est de toutes façons alertées par la grève de la faim et de la soif de Marina Petrella, alors qu’elle a déjà dépassé la limite réversible du préjudice corporel, qui porte son cas d’extradition au-delà des conditions humanitaires acceptables dans les pays cadrés par les droits de l’homme, au moment où la France préside la Commission européenne [13] en se voulant exemplaire...

Si l’épouse du Président se déplace personnellement avec sa soeur au chevet de la prisonnière, c’est une question de jour afin d’empêcher le processus de mort physiologique dans lequel celle-ci s’est engagée — pour qu’il ne soit pas irréversible, pour la convaincre dans sa langue même que son calvaire de l’extradition est vraiment prescrit — pour qu’elle puisse avoir envie de vivre, et déclencher qu’elle parvienne à s’alimenter de nouveau.

Aujourd’hui on imagine Marina Petrella libre auprès de son compagnon et de leur fille — probablement sous protection pour éviter des malveillances à son encontre — mais personne n’oserait imaginer que sa santé soit totalement rétablie.


OU EST L’ISSUE ?

Mitterrand : «  [...] Nous avons environ 300 Italiens réfugiés en France depuis 1976 et qui depuis qu’ils sont chez nous, se sont “repentis” et auxquels notre police n’a rien à reprocher. Il y a aussi une trentaine d’Italiens qui sont dangereux mais ce sont des clandestins. Il faut donc d’abord les retrouver. Ensuite ils ne seront extradés que s’il est démontré qu’ils ont commis des crimes de sang. Si les juges italiens nous envoient des dossiers sérieux prouvant qu’il y a eu crime de sang, et si la justice française donne un avis positif, alors nous accepterons l’extradition. [...] »

Paradoxalement, les réfugiés dont le gouvernement français récent et moins récent a finalement accepté l’extradition en France n’étaient pas des clandestins, et le principe de leur refuge, en toute connaissance de cause du pays d’accueil, était corrélatif au doute sur les accusations portées par des juridictions spéciales à chaud, condamnant à la prison à perpétuité pour des meurtres portés aux enchères, et qui finissent souvent par l’oubli des abus d’un seul côté, plutôt que par l’amnistie collective.

Entre 1985 à 2001, aucune des accusations de crime de sang accablant chacun de ces trois réfugiés n’avait été considérée comme incontestable à leurs yeux, quoique toutes réputées dépassés par la parole donnée ; ce n’était pas seulement la question de la vérité, c’était d’abord celle de la vie et de la société. Ce n’était pas seulement la question du témoignage des repentis en rémission de peine, mais encore celle de la délation forcée sous la torture ou le chantage et celle des fausses preuves. Et la réalité telle qu’on peut l’éprouver aujourd’hui, c’est qu’aucun de ces trois réfugiés ne reconnaît avoir commis de crime de sang lui-même, mais sans pouvoir jouir d’un nouveau procès pour le défendre.

Il n’y a pas d’ambigüité sur les trois premiers réfugiés qui ont servi de boucs émissaires ; si Persichetti comme Battisti et Petrella n’étaient pas des réfugiés anonymes ni sous une fausse identité, de la même manière il y avait une réserve sur la doctrine au titre de laquelle le gouvernement italien avait déjà fait une première demande d’extradition pour chacun des trois, car il avait été officiellement débouté par le gouvernement français. Sous la présidence Mitterrand : Persichetti [14] — révocation présidentielle en 1995 d’une extradition signée par Edouard Balladur en 1994 après qu’il ait fait arrêter Persichetti en 1993 et l’ait maintenu en prison ; Battisti [15] — rejet de la demande d’extradition après 5 mois de prison à Fresnes, en 1991 ; et sous la présidence Chirac : Marina Petrella — rejet de la demande d’extradition en 1994... accueillie sous sa véritable identité dès son arrivée en 1993, pour fuir sa condamnation à perpétuité en Italie, elle avait repris ses études et était devenue une travailleuse sociale, en toute connaissance de cause des autorités françaises.

Si Persichetti devait encore être jugé, Battisti et Petrella l’étaient déjà une fois pour toutes (condamnés à perpétuité dans le cadre d’un jugement par contumace) ; le rejet de leur extradition par deux arrêts : les lois adoptées en Italie contre le terrorisme allaient "à l’encontre de la conception française du droit", qui appliquait (et applique encore) notamment le principe "Non bis in idem" selon lequel aucune personne acquittée légalement ne peut plus être reprise ou accusée à raison des mêmes faits, même sous une qualification différente. Code de procédure pénale, article 368 (en vigueur depuis le 2 mars 1959). [16] La raison étant que chaque demande d’extradition voyait ses changements de titres pour pouvoir faire l’objet d’une réitération de la demande pour les mêmes faits, alors qu’elle avait déjà été jugée en France.

Quant à la Parole donnée en France, il ne s’agit pas de celle du président Mitterrand mais de celle des réfugiés : l’ont-ils trahie ? Ont-ils récidivé de s’armer en France ? Non. Le Président Mitterrand le constatait lui-même pour la plupart des réfugiés, au moment où il évoquait publiquement la question en 1985, citant en outre ceux qui étaient déjà réfugiés sous le mandat de son prédécesseur... Certes, les trois personnes réclamées avec insistance par les italiens ne se trouvaient sûrement pas sur la première liste, puisqu’en 1985 ils n’étaient pas encore arrivés sur le territoire. Battisti est arrivé en 1990, Persichetti en 1991, Petrella en 1993. Ils font partie de la dernière vague, c’est leur point commun.

Mais depuis, étaient-ils bien intégrés ? Oui. Des années plus tard Cesare Battisti était à la fois gardien d’immeuble et romancier publié chez des grands éditeurs ; Marina Petrella rejointe par sa fille aînée était assistante sociale et vivait conjugalement avec le père français de sa seconde fille née en France ; Paolo Persichetti, enseignait en histoire avec un poste d’Ater qui suppose des diplômes en amont et ne s’obtient pas sans effort, parce que c’est précisément un des rares postes qui assure un salaire viable, quand on n’est pas titulaire d’un poste de maître assistant ou de maître de conférence.

Devaient-ils, pour autant qu’une condamnation pesât sur eux de l’autre côté des Alpes, devenir eux-mêmes des repentis ou des délateurs en dénonçant quelqu’un ?

Ce sont des juridictions spéciales aux enquêtes expéditives qui les ont jugés ou les ont fait accuser : fouilles et perquisitions sur délation, écoutes, interrogatoires sous la torture, prolongation de la garde à vue des repentis à charge, peines de prison à vie y compris contre les auteurs d’enlèvements, réductions de peine pour les repentis attestés par des dénonciations, aucun recours équitable possible une fois les jugements prononcés. A fortiori certains témoins à charge et les pièces à conviction ont disparu depuis. Quoiqu’ils aient fait on ne saura jamais quoi par des preuves ni par les témoignages convenant au droit commun.

La doctrine Mitterrand serait-elle prescrite par le Conseil d’Etat pour correspondre aux nouvelles alliances du second mandat de Chirac, mais après que Persichetti ait déjà rejoint les geôles italiennes, et Battisti découvert les geôles brésiliennes, en dépit de la Doctrine alors en cours, cela ne résoud pas la question de justice sur les réfugiés déjà nationalisés en France qui ne pourraient plus être inquiétés désormais, par rapport à l’injustice du domaine d’extension possible des prétentions italiennes sur l’ensemble des réfugiés qui ne seraient pas encore nationalisés, seraient-ils socialement intégrés.

Somme toutes, 25 ans plus tard il reste des repentis (ceux qui ont dénoncé des camarades et ont ainsi trouvé leur remise de peine) et des dissociés (ceux qui ont assumé ce dont on les accusait mais déclarant abandonner leur quête ont également obtenu des remises de peine). La justice d’exception pour solder les années de plomb n’a toujours pas été prescrite en Italie puisqu’il n’y a toujours pas d’amnistie : la page n’est pas tournée [17].

Cesare Battisti, sachant que le passé ne pouvait pas être rejugé, a fini par citer les noms des meurtriers parfaitement connus de la police et des enquêteurs pour ce qu’ils avaient réellement fait, déjà jugés (pour cela ou pour autre chose pouvant permettre de reporter leur charge sur d’autres), ils ne pourraient plus être inquiétés de nouveau pour autant. Sauf pour eux rien peut être réglé.

25 ans après il n’y a plus d’innocents ni de coupables, tant de confusions de falsifications et d’acharnement ont produit un révisionnisme en temps réel de la justice qui se voulait totale mais sous un seul point de vue, celui du pouvoir qui la mettait en application, sous les yeux de la partie de la population qui le cautionnait... Et comme les choses sont dites en France : Paolo coincé, Cesare exilé, Marina libérée, et les autres sortis de la liste d’attente (si l’on a bien compris les communications de Presse et les démarches brésiliennes de la Présidence française), nous pouvons nous réjouir que la grève de la faim et de la soif de Marina Petrella — respect — n’ait pas dû faire école : aucun dignitaire européen responsable, dans la communauté parvenue à son point de difficulté technique, économique, financier, ne pourrait exprimer la justice du déséquilibre où le porterait l’Italie, si en outre elle confirmait son visage à l’image de l’Angleterre thatcherienne, ignorant le droit face à la loi, pour un détail vestimentaire posé comme une question de dignité républicaine, par Bobby Sands et ses amis, morts dans la prison de Maze, en 1981.

Espérons que Lula, avant de partir en vacances, fera ce qu’il faut au Brésil pour nous sauver de nos petites lâchetés européennes, et que Cesare Battisti recommencera à écrire.

LES REMOUS DE LA DEMOCRATIE REPUBLICAINE
APRES LA FÊTE


Je me souviens qu’à chaque élection présidentielle il y avait une AMNISTIE GÉNÉRALE (c’était son nom qui résonnait comme les clochettes dans les lampions du 14 juillet) pour inaugurer le droit de grâce du Président par la grâce ; elle comprenait l’apuration des contraventions et des petits délits, et des remise en liberté conditionnelle pour les moyens délits, des remises de peine pour les plus grands délits. Chaque fois les prisons se délestaient d’un surnombre, et pour le reste c’était comme un bon bain après les routes boueuses, le gens n’avaient pas peur de l’amnistie, ils ne pensaient pas qu’elles les mettaient dans l’insécurité, c’était un vrai bonheur !

Je ne sais pas qui a inauguré de ne plus amnistier mais ce fut une erreur. . . Je me souviens que Jacques Chirac par deux fois nous en a privés et que son successeur nous a donné le signe qu’il dut probablement ignorer qu’autre chose pût exister. Mais il me vient soudain à l’esprit que la première fois, ce fut peut-être François Mitterrand qui oublia, à moins qu’il ne s’agît de son prédécesseur... ça fait tellement longtemps, qu’on finit par ne plus savoir qui, ni quand.

Il nous a pris le vote blanc en juin 1981, au nom de la proportionnelle implacablement juste, mais elle n’a jamais existé sous cette forme ; nous n’en connaissons que la version injuste qui a produit le résultat du premier tour des Présidentielles de 2002... On peut toujours poursuivre de réclamer qu’il soit rétabli.

L’Europe nous a pris le devoir d’insoumission devant l’infamie, ou plus simplement le droit individuel de l’insubordination, dans certaines conditions d’injustice — car les lois pour tous ne sont pas, ne peuvent pas, être exhaustives des droits ni de l’éthique. Il y a toujours des circonstances aléatoires pour révéler que la règle n’est pas celle de l’autre. On peut aussi espérer qu’une occasion de nous le rendre surviendra un jour. La Doctrine Mitterrand a joué le rétablissement de l’équilibre perdu de la République avec la carte puissante de l’éxécutif de la Ve. Le coup de la Parole donnée ce n’était pas un coup de dé, ou plutôt oui, justement c’était de la haute politique de l’absurde : c’était imparable. On voit bien aujourd’hui qu’il n’y avait pas d’autre solution pour deux régions aussi différentes que l’Italie et la France en Europe ; leur propre masse critique.

Même le président Sarkozy a fini par s’y résoudre, après la plongée de Marina dans l’absolu radical (qui faillit vraiment lui coûter la vie).

Mais en attendant, dans tout ça : que devient l’amnistie ?

Ce trait de culture dont nous avions fait un bien collectif précieux nous est absolument nécessaire.

Entre clémence et tolérance : les territoires de l’amnistie
L’EXTRADITION DES RÉFUGIÉS ITALIENS INDIQUE-T-ELLE UN ABANDON DU PRINCIPE D’AMNISTIE EN FRANCE ?
 [18]

Je voudrais juste savoir si Jean-Marc Rouillan et Georges Cipriani vont pouvoir sortir avant qu’il ne soit trop tard, c’est que la maladie gagnant du terrain, il serait temps...

(à suivre)

P.S.

* G.H.W. Bush homme du réseau des alliances économiques et/ou politiques fortes liées aux Skull and Bones Society a un pied puis deux à la Maison Blanche de 1980 à 1994 à travers deux vice-présidences puis son mandat personnel (auxquels il conviendrait sans doute d’ajouter ses bras indirects Dick Cheney et Condoleezza Rice et plus tard Robert Gates — maintenu Secrétaire de la Défense de la Présidence Obama — dans les deux mandats présidentiels de son propre fils de 2001 à 2009), durant lesquels il passera à l’acte les projets du CIA auxquels il a présidé de 1976-1977. Parmi ces scénarios la conquête stratégique et les tactiques du grand marché agro-alimentaire qui sera acquis lors de la session du GATT en 1994 et du pétrole dans lequel il avait lui-même entrepris (après la guerre, George Bush se lance dans l’industrie du pétrole au Texas et créé la Zapata Petroleum Company en 1953, avec un ancien agent de la CIA, Thomas J. Devine. Il travaille pour la société Dresser Industries qui fusionne en 1998 avec la société Halliburton Energy Services dont Dick Cheney, qui deviendra son ministre de la Défense, était à l’époque le président-directeur général. Article George H. W. Bush, fr.wikipedia.org) ; élu Président des Etats-Unis en 1988 il confie le commandement du corps d’armée stationné en Floride pour l’Afrique centrale, l’Asie du Sud Est, et le Moyen Orient, au Général H. Norman Schwarzkopf et le charge de simuler le scénario paramétré par l’occupation d’un pays pétrolier pour déclencher une guerre contre l’Irak. La première (comme la seconde) guerre du Golfe deviendra vraiment une guerre de terrain le moment venu et sera dirigée par ce Général.

** Au moment où le Président Lula parvenant à la fin de son dernier mandat veut laisser au Brésil une nouvelle charte des droits et une inscription des méfaits de la Dictature militaire qui avait aboli la démocratie et gouverné le Brésil par la répression de 1964 à 1985, on ne peut passer sous silence cette sinistre page de l’histoire de l’Amérique dite Guerre Sale. La guerre sale était le nom donné par la Junte d’Argentine (aux actes de laquelle la France n’aurait pas été tout à fait étrangère) à l’activisme social comme à la guerilla de gauche ; puis l’étendue des meurtres durant la répression par les dictatures militaires (Argentine, Bolivie, Brésil, Paraguay, Uruguay) qui rallièrent le plan Condor des argentins — qualifié dans les rapports de la CIA de Gestapo moderne — pour la traque des résistants ou des guerilleros sud-américains, y compris à l’extérieur (USA, Europe) pendant les années de plomb, l’usage actuel du terme Guerre sale est celui retourné par la déclaration espagnole auprès de l’ONU de "crime contre l’humanité", qui s’applique aux actes de ces Etats contre les populations réprimées.
(b) Deux ouvrages mentionnent la participation directe des néo-fascistes italiens pour des opérations chiliennes du plan Condor extramuros :
Les Années Condor, comment Pinochet et ses alliés ont propagé le terrorisme sur trois continents, John Dinges, trad. Isabelle Taudiere, préface William Bourdon, Coll. La Découverte/Poche, éd. La Découverte (2008) ;
Pinochet – Un dictateur modèle, Marc Fernandez et Jean-Christophe Rampal, coll. Essais, éd. Hachette Littérature (2003). http://fr.wikipedia.org/wiki/Augusto_Pinochet.

*** Selon l’article de fr.wikipedia, Gladio : (Glaive en italien) désigne le réseau italien des stay-behind, cette structure clandestine de l’OTAN créée après la Seconde Guerre mondiale pour parer à une menace d’invasion soviétique. On désigne couramment par ce nom l’ensemble des armées secrètes européennes, dont l’existence a été révélée publiquement le 24 octobre 1990 par le Premier ministre italien Giulio Andreotti. Gladio a été mis en place dès le lendemain de la Seconde Guerre mondiale sous l’égide de la CIA et du MI6, comme structure de l’OTAN répondant directement au SHAPE [ centre de commandement supérieur de l’OTAN ]. Cette structure avait comme fonction de « rester derrière » en cas d’invasion soviétique, afin de mener une guerre de partisans. Dans cet objectif, des caches d’armes étaient disposées un peu partout.

**** Un attentat antisémite à la bombe devant la synagogue de la rue Copernic fait 4 morts et 46 blessés, le soir du shabbath pour la fête de Sim’hat Torah, le 3 octobre 1980. Après une manifestation spontanée le lendemain, une manifestation de protestation unitaire massive est organisée et le 7 octobre défile de la Nation à la République en passant par la rue du Faubourg Saint Antoine et la Bastille ; elle regroupe tous les partis d’extrême gauche, de gauche, et de centre gauche, les syndicats, les Francs maçons arborant leurs parures et leurs symboles comme à la Libération de Paris, la plupart des organisations juives, et une foule populaire venue marcher parmi laquelle François Mitterrand et de nombreuses personnalités... signe déterminé du Front uni attendu qui va vers sa prochaine victoire. La responsabilité de l’attentat sinon une personne arrêtée d’après un portrait-robot dont le nom a été publié n’a jamais été informée.


Archive TV INA à propos de la Commémoration des vingt ans de la mort d’Aldo Moro (Journal A2 20H - 09/05/1998).


Notes :

[1] Ce n’est pas le même sens de l’"anomalie" que Cesare Battisti attribue à ce mot, dans son article du 30 janvier 2006 pour son site Vialibre5, et publié le même jour par la revue Multitudes en ligne : 68 ou années de plomb ? L’anomalie italienne ; où il explique que la démocratie chrétienne a gouverné l’Italie sans interruption depuis la fin de la seconde guerre mondiale.

[2] Oreste Sclazone, Vademecum éd. Immaginapoli, It. avril 2006.

[3] La traduction d’un extrait de Vademecum publiée par Oreste Scalzone, bellaciao.org (FR), février 2007.

[4] Voir l’article Stratégie de la tension, fr.wikipedia.

[5] Dans le magazine No Pasaran N°58 (avril-mai 2007) l’article Liberté pour Cesare Battisti présente une évocation descriptive informée de la "guerre civile de basse intensité" dans l’Italie des années de plomb.

[6] Voir les videos extraites du film de Emmanuel Amara diffusé sur TV5le 9 février 2008, en illustration de l’article Pourquoi le pouvoir italien a lâché Aldo Moro, exécuté en 1978 de Hubert Artus, Rue89, fu 6 février.

[7] Liberté pour Cesare Battisti, op.cit.

[8] Voir la Convention Européenne des Droits de l’Homme dans le site lexinter.net.

[9] La France, l’Italie face à la question des extraditions : Compte rendu du déjeuner de travail avec Bettino Craxi, Président du Conseil des ministres d’Italie ; conférence de Presse conjointe avec Bettino Graxi, 22 février 1985 (Institut Mitterrand, Association des amis de l’Institut).

[10] fr.wikipedia, Doctrine Mitterrand.

[11] Doctrine Mitterrand, op. cit.

[12] Doctrine Mitterrand, op. cit.

[13] Il s’agit de la session de la présidence française de la Commission Européenne de juillet à décembre 2008.

[14] Lire le blog de Paolo Persichetti sous la responsabilité éditoriale de Oreste Scalzone.

[15] Plusieurs informations de cet article sont extraites de l’article Cesare Battisti dans fr.wikipedia.

[16] Une recherche pour une définition variable des "mêmes faits" et le régime des exceptions, ainsi qu’une extension de l’application des Etats à la relation entre les Etats et des Etats à l’Europe, du principe Non bis in idem, informés par le Sénat français en 2003, auraient été modifiés aux conventions européennes entre Etats en 2003-2004 (Garde des Sceaux Perben).

[17] Isabelle Sommier, Repentir et dissociation : la fin des "années de plomb" en Italie ?, Cultures & Conflits, 40, 2000, [En ligne], mis en ligne le 28 septembre 2006. URL : http://conflits.revues.org/index475.html. Consulté le 12 janvier 2010.

[18] Maria Grazia Sangalli, Entre clémence et tolérance : les territoires de l’amnistie, L’EXTRADITION DES RÉFUGIÉS ITALIENS INDIQUE-T-ELLE UN ABANDON DU PRINCIPE D’AMNISTIE EN FRANCE ? col. L’Homme et la société, éd. L’Harmattan, Paris.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Années de plomb, Parole donnée, Doctrine Mitterrand : 25 ans après...
14 janvier 2010 - 14h52 - Posté par Orphée

pardon pour le doublon des notes : dans la prévisualisation j’avais cliqué mais le code ne paraissait pas avoir fonctionné (donc si un camarade veut bien avoir la gentillesse d’enlever le premier corps de notes — celui qui n’est pas linké au texte par les chiffres — pour ne laisser que le suivant, ce serait super, comme moi je n’y ai plus accès ;-)



Années de plomb, Parole donnée, Doctrine Mitterrand : 25 ans après...
18 janvier 2010 - 01h15 - Posté par Roberto Ferrario
Années de plomb, Parole donnée, Doctrine Mitterrand : 25 ans après...
21 janvier 2010 - 21h57 - Posté par Orphée

Merci — sincèrement ;-)





La France n’a pas de leçons à donner à la Russie
vendredi 23 - 14h33
de : JO
1 commentaire
G7 : Biarritz occupée par l’état-major du néolibéralisme
jeudi 22 - 18h05
de : joclaude
1 commentaire
Nous accusons !
jeudi 22 - 17h07
Qu’a vraiment dit Vladimir Poutine sur les Gilets Jaunes à Brégançon ?
jeudi 22 - 16h58
de : JO
Urgences, femmes de chambre, travailleurs sans-papiers : trois grèves qui n’ont pas pris de vacances
jeudi 22 - 16h21
VENEZUELA : Témoignage sur la reconnaissance des droits des Indiens !
jeudi 22 - 11h50
de : JO
GILETS JAUNES :L’enquête sur la mort de Mme. Zineb Redouane à Marseille !
mercredi 21 - 19h37
de : joclaude
MANIFESTATION POUR EXIGER LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH
mercredi 21 - 17h51
de : Jean Clément
La "guerre en syrie, qui n’en finit pas de finir" : Les raids pro-Résistance de l’aviation russe
mercredi 21 - 17h25
de : nazairien
1 commentaire
Biarritz : Ville fermée.
mardi 20 - 21h39
de : L’iena rabbioso
Contre-G7 : la Confédération paysanne appelle à une forte mobilisation
mardi 20 - 16h16
de : jean 1
3 commentaires
À MES FRÈRES - Anthologies de textes poétiques et politiques
mardi 20 - 10h44
de : Ernest London
Féminisme : choisir un courant.
mardi 20 - 10h15
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Depuis le 8 Aout 2019 énième accident nucléaire Nionoska Russie
lundi 19 - 22h32
de : savoie antinucléaire ACDN Next-up
L’île aux enfants.
lundi 19 - 18h24
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Trump décrète un blocus total du VENEZUELA !
lundi 19 - 18h02
de : JOclaude
1 commentaire
Comité Chômeurs et Précaires CGT Strasbourg : Les nouveaux Esclaves !
lundi 19 - 16h23
de : JOclaude
Montpellier : 150 gilets jaunes font fermer le Polygone et un « village jaune » au rond point de Près d’Arènes.
lundi 19 - 16h06
de : jean 1
1 commentaire
ARGENTINE : le spectre d’un retour du péronisme fait plonger la Bourse !
lundi 19 - 15h53
de : joclaude
1 commentaire
Contre-sommet : « Ce G7 n’est pas un point d’arrivée, c’est un point de départ »
lundi 19 - 10h26
3 commentaires
Féminisme hypertextile et féminisme hypotextile
lundi 19 - 01h00
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Voiler sans tarder les jeunes filles de 2 à 12 ans ?
dimanche 18 - 22h09
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Suite des oeuvres des brutes de Macron ! Mes observations !
dimanche 18 - 21h25
de : JO
2 commentaires
Pudeur pour soi ou pudeur pour autrui.
dimanche 18 - 21h13
de : Christian DELARUE
5 commentaires
ADIEUX AU CAPITALISME Autonomie, société du bien être et multiplicité des mondes
dimanche 18 - 07h31
de : Ernest London
1 commentaire
G7EZ BLOKATU Deuxième communiqué/Bigarren agiria
samedi 17 - 12h06
de : g7blokatu
Théorie de la consience du monde ; aujourd’hui la Palestine
vendredi 16 - 22h54
de : Agence media palestine
ÇA GRÉSILLE DANS LE POTEAU - Histoires de la lutte contre la T.H.T Cotentin-Maine – 2005-2013
vendredi 16 - 11h04
de : Ernest London
Santé de la population : les connivences de l’aristocratie médicale avec le nucléaire, le pétrole, la téléphonie,...
jeudi 15 - 22h49
de : coordi sud-est
2 commentaires
Grèce. La chasse aux jeunes rebelles est ouverte.
mercredi 14 - 23h02
de : Ne vivons plus comme des esclaves - Yannis Youlountas
Tournesol OGM fauché dans l’Hérault
mercredi 14 - 22h44
de : faucheur de chimères
Chez Castagner le nucléaire
mardi 13 - 22h51
de : Intercollectif contre les projets nucléaires et imposés
G7 BLOKATU : Bloquons le G7 et son monde !
mardi 13 - 21h04
de : jean 1
Rassemblement de soutien aux mobilisations du 13 août au Brésil contre l’extrême droite de Bolsonaro
mardi 13 - 08h43
de : jean 1
1 commentaire
Quand Castaner diffusait une BD porno contre ses adversaires politiques
lundi 12 - 22h25
de : Les Crises
Selon l’IGPN
lundi 12 - 22h21
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Bulletin du 8 aout 2019
lundi 12 - 22h17
de : CADTM
NathalieLoiseau dans ses oeuvres.
lundi 12 - 09h18
de : jean 1
La SCOPTI 1336 a besoin de vous !
vendredi 9 - 08h10
de : Frérot
Festival « Les Bure’lesques 2019 »
jeudi 8 - 22h43
de : jean 1

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Avant les médias, il y avait une limite physique à l'espace qu'une personne pouvait occuper toute seule. Andy Warhol
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite