Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Cesare Battisti : la Cour de cassation doit se prononcer sur l’extradition, ce mercredi
de : Ariane Chemin
mercredi 29 septembre 2004 - 01h42 - Signaler aux modérateurs
7 commentaires

RASSEMBLEMENT MERCREDI 29 SEPTEMBRE A 14H
Palais de Justice 4 bd Palais, Paris 1er Métro Cité


de Ariane Chemin

Si le pourvoi est rejeté, mercredi 29 septembre, le Conseil d’Etat examinera sur le fond le décret d’extradition que prendrait Jean-Pierre Raffarin.

La chambre criminelle de la Cour de cassation doit examiner, mercredi 29 septembre, le pourvoi formé par Cesare Battisti, ancien activiste de l’extrême gauche italienne condamné à perpétuité pour meurtres dans son pays, et en cavale depuis le 24 août, contre l’avis de la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris, favorable à son extradition.

Premier cas de figure : la Cour de cassation rejette le pourvoi formé par Cesare Battisti et ses avocats, Mes Irène Terrel et Jean-Jacques de Felice. Dans ce cas, le gouvernement doit dire s’il souhaite extrader le réfugié italien.

Sur ce point, le suspense est mince : "Il est de notre devoir de répondre favorablement à une demande d’extradition", avait déclaré le président de la République, vendredi 2 juillet, lors d’une conférence de presse commune à l’Elysée avec le président du conseil italien, Silvio Berlusconi. Jacques Chirac avait seulement ajouté : "Vous comprendrez que j’attendrai la décision de la justice, c’est-à-dire celle de la Cour de cassation, pour faire connaître la position de la France" (Le Monde du 5 juillet). Ainsi, en septembre 1994, Edouard Balladur avait pris un décret d’extradition de Paolo Persichetti, ancien militant d’une des dernières branches des Brigades rouges - qui n’avait d’ailleurs jamais été exécuté jusqu’en août 2002.

Si le décret est pris, les avocats de Cesare Battisti peuvent alors déposer un recours - suspensif - devant le Conseil d’Etat. Ce dernier l’examinera sur le fond et dira s’il lui paraît conforme au droit.

LE PRÉCÉDENT D’IRA EINHORN

C’est ainsi qu’en juillet 2001 le Conseil d’Etat avait validé le décret d’extradition d’Ira Einhorn, condamné par contumace à perpétuité en 1993 aux Etats-Unis pour le meurtre de sa compagne en 1977. C’était le premier ministre socialiste, Lionel Jospin, qui avait signé ce décret - après que l’Etat de Philadelphie eut donné à l’ancien activiste du mouvement hippy américain l’assurance d’un nouveau procès. Le Conseil d’Etat avait confirmé, en février 1995, le décret d’extradition signé contre Paolo Persichetti.

Second cas de figure : la Cour de cassation infirme la décision de la cour d’appel. L’affaire est renvoyée devant une autre chambre de l’instruction compétente, et la procédure est relancée. Un réfugié italien qui faisait l’objet d’un décret d’extradition, dans le sud de la France, avait ainsi vu la procédure annulée, dans les années 1980.

Un mandat d’arrêt a été lancé le 30 août par la justice française contre Cesare Battisti. Il était soumis depuis mars à un strict contrôle judiciaire qui l’obligeait à se présenter chaque semaine et à ne pas quitter l’Ile-de-France. La police a perdu sa trace le 17 août . "La justice ne peut se satisfaire d’un pied de nez de cette nature. Son but sera de tout mettre en œuvre pour que M. Battisti réponde de ses actes devant la justice italienne", avait déclaré le substitut du procureur général, Sylvie Petit-Leclair.

"Sa présence ou son absence ne change rien, dit Me Terrel. On est dans une procédure atypique. L’extradition de Cesare avait fait l’objet de deux avis défavorables dans le passé. Depuis quinze ou vingt ans que je m’occupe d’extradition, je n’ai jamais vu un dossier de ce type, argumente l’avocate. C’est une affaire aux dimensions purement et essentiellement politiques ."

http://www.lemonde.fr/web/article/0...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Cesare Battisti : la Cour de cassation doit se prononcer sur l’extradition, ce mercredi
29 septembre 2004 - 11h55

Par pitié qu’on cesse de nous balancer de l’info relevant des experts ! ce papier est excellent, une excellente information mais il ne procure aucune énergie à cette cause, au contraire, il l’extrait des possibles citoyens pour la situer au niveau inaccessible des pouvoirs et en confronter le cas ouvert avec un cas perdu dans le passé, choisi dans la criminalité et non dans l’insoumission politique !

Que diable, Ariane Chemin ne connaît pas le chemin de la théorie du chaos ? ce n’est pas le terrorisme, ni le droit exprimé en termes techniques, Ariane, mais le vol du papillon qui peut changer la face du monde aujourd’hui, comme hier le nez de Cléopâtre, si l’on connaît le fonds symbolique de la république française qui connote toutes ses lois et pouvoirs, y compris la justice. Ce n’est pas parce que la justice européenne prétend ne plus reconnâitre d’autre statut politique que celui des pouvoirs élus - même plus des électeurs comme citoyen, cellule lambda de la démocratie et de la république, et dénie le devoir d’insoumission - alors qu’il demeure attaché à la charte des fonctionnaires et missionnaires de l’Etat français... - qu’il faut parler comme si notre importance critique ne devait plus jamais exister en politique - suaf la nomenklatura des journalistes alliés, par leur puissance possible en matière de manipulation, des pouvoirs (qu’ils soient de gauche ou de droite) !?

LES REFUGIES POLITIQUES NE SONT PAS DES CRIMINELS CE SONT D’ANCIENS ACTIVISTES INSOUMMIS AU REGIME DE L INFAMIE CONTRE LE PEUPLE DANS L’ITALIE DES ANNEES DE PLOMB ET ILS FURENT DES CENTAINES DE MILLIERS SUREMENT PAS DES ISOLES repandus dans une multitude d’organisations ! Plus de 200 prisonniers politiques demeurant sous le coup des geôles italiennes en 2004 : un tel nombre ne confère pas à la mémoire d’un soulèvement populaire actif, plutôt qu’à un groupuscule d’activistes ?

Il faut y croire, à notre puissance, pur pouvoir l’instrumenter : nous en avons une, celle de nos convictions légitimes sur notre droit qui est un droit républicain en premier lieu, et dont nous devons absolument défendre la singularité au sein de l’Europe (à d’autres pays de défendre les leurs propres dans le même domaine, s’ils le veulent ; nous ne sommes pas dans l’universalisme ni dans le nationalisme mais dans la singularité des localités du monde global, et leur respect). Même aux Etats-Unis les lois de justice changent d’un Etat à l’autre.

Or, notre pacte politique constitutionnel et ses annexes cadrent des pouvoirs séparés sous l’indivisibilité républicaine. Qui en informe dans la Presse ? PERSONNE.

Qu’est ce que cela signifie ? l’unité républicaine consiste dans l’indivisibilité des trois principes de liberté d’égalité et de fraternité, réprésentée toute entière par chacun des pouvoirs séparés (législatif, exécutif et judiciaire). C’est le garde-fou contre l’autoritarisme, le seul, qui reste attaché au régime présidentiel, non seulement si un président abusait de son pouvoir, mais aussi dans le cas où un quelconque pouvoir séparé s’abusait de lui-même.

C’est une disposition auto-critique et critique réfléchissante d’un pouvoir à l’autre, où chacun est redevable pour lui-même sur le fonds symbolique devant le peuple des électeurs, s’agissant d’un consensus respectable par les trois (et sinon : en cas de sédition, par l’un ou l’autre, ou plusieurs de ces pouvoirs qui par ce pacte de responsabilité respective peuvent protéger de l’abus de l’autre - ou être responsables de vant l’histoire de ne pas l’avoir fait - La Collaboration).

C’est tout simplement la structure géniale - la seule - que propose notre propre conception de la république, où les trois principes indivisibles s’appliquent depuis le citoyen jusqu’aux pouvoirs dans le cadre de leurs responsibilités respectives, représentant chacun la république toute entière ! Toi et moi compris.

C’est cela l’autonomie et la liberté républicaines en France, bêtement cela et reind’autre sinon en conséquences.

Et c’est bien là-dessus qu’il faut se battrre, sinon, sans la transgression de ce pacte par les pouvoirs, les réfugiés politiques quelque soit le droit techniquement, n’auraient pu être extradés. Ily a ingérence d’autres lois dans notre propre univers législatif (la loi Perbenpar ex) : comment entériner cela ? JAMAIS nous ne devrions cesser de le répéter à la conscience publique !

Ne cessons pas d’en rappeler le fondement symbolique à la façade des médias, please - ou nous avons déjà perdu la république ? qu’importe, elle peut être remise à l’ordre du jour : tout dépend de nous.

DEVOIR DE MEMOIRE.

MORATOIRE POUR LA REPUBLIQUE ET LES REFUGIES POLITIQUES EN FRANCE !

A toi, Cesare, à toi Roberta ! vous qui êtes homme et femme singuliers dans ce monde péremptoire de la raison déréglée...

NOUS VAINCRONS PARCE QUE NOUS SOMMES DANS LA QUETE LEGITIME DE NOS DROITS CITOYENS DEJA ACQUIS QUOIQUE RESTANT DE TOUTE EVIDENCE A DEFENDRE...

OU LE POUVOIR DANS PEU DE TEMPS AURA PERDU TOUTE LA CREDIDBILITE REPUBLICAINE QUI LUI RESTAIT FACE A NOTRE REGION EUROPEENNE, QUE PAR CONSEQUENT IL NE REPRESENTERAIT PAS EN SA QUALITE PROPRE DONC ILLEMGITIMEMENT DANS LES MEMOIRES... AU MOMENT OU LES FASCISMES MONTENT DEVANT LA PERTE DE CONSCIENCE DES PEUPLES AUX LIMITES DE L’EUROPE LA PLUS PAUVRE.



> Cesare Battisti : la Cour de cassation doit se prononcer sur l’extradition, ce mercredi
29 septembre 2004 - 11h57 - Posté par

Je voulais écrire non 200 mais 2000 :

Plus de 2000 prisonniers politiques demeurant sous le coup des geôles italiennes... évidemment !


> Cesare Battisti : la Cour de cassation doit se prononcer sur l’extradition, ce mercredi
29 septembre 2004 - 18h34 - Posté par

quel charabia !!!


> Cesare Battisti : la Cour de cassation doit se prononcer sur l’extradition, ce mercredi
30 septembre 2004 - 01h00 - Posté par

Disons que Perben et Berlusconi ont gagné:Battisti un petit citoyen qui avait cru à la justice d’un Pays est de nouveau en fuite,Après 20 ans de vie honnete et respectueuse de la loi.Mais la loi du plus fort ne lui donne plus de répit.Quand on pense que Berlusconi est échappé à 21 procès,grace à ses lois,à la prescription,à ses avocats parlementaires.C’est la justice des élus.Pas différente de l’Inquisition ou pis


> Cesare Battisti : la Cour de cassation doit se prononcer sur l’extradition, ce mercredi
30 septembre 2004 - 02h15 - Posté par

En France, chaque cellule républicaine, du citoyen aux pouvoirs et à tout l’Etat, y compris l’administration, est garante respectivement de l’unité indivisible des trois principes, de liberté, de fraternité et d’égalité, en laquelle consiste la structure politique généralisée à tout le réseau démocratique de la société française ; c’est ce qui assure le droit des minorités sous le règne des majorités sans avoir à référer aux communautés (supposées inclues dans la majorité et les minorités) - en cela consiste la laïcité républicaine cadrant la cohésion sociale, mais aussi l’autonomie citoyenne face aux pouvoirs.

Cela n’empêche pas les différences de classe et de devoir les combattre, justement aussi au nom de ce principe ; mais chacun même le plus pauvre dès lors qu’il détient une carte d’identité est redevable de cette éthique face au constat d’infamie. Ce n’est pas la délation qui s’y trouve assujettie mais bien l’insoumission - une forme d’insurrection individuelle pour se désolidariser de la trahison.

C’est donc le garde fou en la rupture duquel se désigne le devoir d’insoumission, à tous les niveaux, de l’électeur à l’administration, et d’un pouvoir par rapport à l’autre (si l’un d’entre eux rompait de représenter ou d’agir à l’égide de ce pacte politique)... C’est en ceci qu’un préfet comme Jean Moulin, ou un général de brigade comme de Gaulle, ou des citoyens ont pu s’insoumettre par devoir républicain, et certains sans être nécéssairement nationalistes - mais appliquant le principe républicain de toutes façons.

Aussi, le pouvoir judiciaire ne peut déclarer que l’aspect politique de l’affaire Battisti ne relève pas de son observation mais de celle du pouvoir exécutif, puisque l’autonomie de la justice suppose qu’elle soit garante du pacte politique elle-même. Alors que ce n’est pas le cas par exemple en Belgique, ou au Pays bas.

Aussi put-on dire "la politique c’est la république en France" car tous, que l’on soit dans ou hors de la hiérarchie, nous y sommes attribués politiquement du respect de ce pacte, indépendamment des classes sociales.

C’est ce qui explique possible la coordination des maquis communistes et gaullistes sous une seule autorité acceptée de tous pendant la seconde guerre mondiale, ainsi que le gouvernement de la même alliance à la Libération (je ne parle pas des règlements de compte auxquels cela a pu donner lieu mais ne les ignore pas) ; la tradition a été refondée par de Gaulle à ce moment là et confirmée dans la 5è république présidentielle, d’autant plus après la guerre d’Algérie. Sans cette tradition la doctrine Mitterrand n’aurait pas été concevable.


> Cesare Battisti : la Cour de cassation doit se prononcer sur l’extradition, ce mercredi
30 septembre 2004 - 02h43 - Posté par

Le pouvoir judiciaire en france représente la justice républicaine, à savoir sous le règne des trois principes indivisibles de l’unité républicaine ; il ne peut se désolidariser du pacte politique qu’il représente ; ainsi, disant que la question politique relative aux réfugiés ne relève pas de la justice mais du pouvoir exécutif, manifeste sa perte d’autonomie au lieu de signifier la séparation des pouvoirs.

La séparation des pouvoirs en France n’est pas la séparation du politique mais l’autonomie politique de chacun des pouvoirs - dans le respect du même principe par tous. La séparation des pouvoirs est donc un dispositif critique et auto-critique dont au sein même du pouvoir central lui-même.

C’est l’unité républicaine (la cohésion sociale sous les mêmes droits d’égalité liberté fraternité) à tous les niveaux de représentation de la république, du citoyen aux pouvoirs en passant par l’administration.

Cette unité des trois principes assure le droit des minorités sous le règne des majorités par devoir devoir réciproque (la solidartié est désignée par la fraternité) sans avoir à référer aux communautés (contenues dans les minorités et la majorité) : tel est le sens de la laïcité en France - et non la règle intégriste qui en a été proposée.

Si je ne suis pas claire c’est que je suis fatiguée mais pourtant vous pourriez comprendre : c’est un miroir ternaire tant les trois pouvoirs que les trois droits enraciné à chaque niveau de la société non seulement l’active et la productive mais aussi l’inactive ou l’improductive qui fut inspiré par la franc-maçonnerie au XVIIIè siècle. C’est la structure organique de base du politique en France.


> Cesare Battisti : la Cour de cassation doit se prononcer sur l’extradition, ce mercredi
30 septembre 2004 - 10h46 - Posté par

On ne peut pas dire que Perben et Berlusconi aient gagné, bien au contraire, d’abord parce que Perben a obéi à Chirac, or Chirac ces temps-ci ne paraît pas être gagnant avec l’Italie sur toutes sortes d’autres plans - par exemple l’Irak, les otages, et la politique française face aux Etats-Unis (qui sont les teneurs d’otage stratégiques de la France sur le terrain).

L’affaire des réfugiés Italiens hélas pour eux - ou tant mieux - est l’objet d’un chantage qui pourrait devenir soudain brutalement prescrit, à la lueur des rapports de force infra-européens face aux Etatas-Unis, quant à tout cet environnement des relations entre l’Italie et la France : ITER, les drônes, ou l’ingérence financière des capitaux patriarcaux français en italie, ou pas.

Il ne faut pas oublier que tout, actuellement, est présidé par l’attitude américaine et la capacité de certaines singularités à y réagir.

Hier Villepin a fait une déclaration formidable à New York contre "la guerre au terrorisme" - en expliquant pourquoi cela ne voulait rien dire, même si personne ne pouvait dénier le fléau terroriste, qu’il signifiait le combat de David et Goliath, du faible contre le puissant, et que pour le combattre il fallait commencer par en comprendre les causes dans le monde ; que c’était la seule façon de le combattre, surement pas de lui déclarer la guerre puisqu’il est sans visage, et qu’on ne peut déclarer la guerre qu’à ce que l’on sait identifier. Donc, la notion de terrorisme autant que celle des "fauteurs" de terrorisme associée au terme "guerre contre le terrorisme" est confuse et inappropriée.

[ je résume clairement ] toutes sortes de pratiques pouvant impliquer indifféremment pouvoirs ou peuples sous le terrorisme dans des objectifs diffférents, ce n’est donc pas une façon convenable d’envisager le problème que celui du monde faisant la guerre contre le terrorisme.
----------------

Le choses bougent, évoluent en ce moment ; c’était certainement un coup de pouce à Kerry contre Bush en plus de la question de l’irak depuis qu’on y a repris pied avec une ambassade dans la région aujourd’hui sous le pouvoir abject de Negroponte...

Mais il ne faut pas oublier non plus le cadre éthique extrêmement cohérent de Villepin sur la question internationale, et que Chirac l’a donc laissé accomplir jusqu’au bout ce qu’il avait commencé il y a plus d’un an, à l’ONU, alors qu’il le renvoie non plus comme ministre des afaires étrangères mais comme ministre de l’intérieur à la commission mondiale sur la sécurité dans une même et cohérente position. Cela révèle un retour politique autonome de la France - mise à mal par son alliance circonstancielle avec l’OTAN pour ITER et dans son retour en Irak.

Je pense que Chirac en réalité, s’il reprend la barre politique internationale loin de l’ingérence mondiale en France, peut tout à fait se passer de répondre à un chantage pour assurer le triomphe de ses propres projets, au nom desquels les réfugiés ont été marchandés - et donc il pourrait s’en passer sans rien perdre de ce qu’il en avait gagné - ou l’ayant déjà perdu ?

On le trahit, on l’humilie (Berlusconi, Bush, Blair) il réplique aussitôt dans une pertinence sans un pli... alors souhaitons que dans ce ressaissement de l’autonomie du jugement devant le monde, il retrouvera aussi l’autonomie du jugement possible dans notre région et cela devrait-il rompre un marchandage récent pris avec ces partenaires ; même s’il y a risque pour lui, peut-être bien qu’il n’a déjà plus le choix ?

En tous cas, nous ne devons pas considérer quant à nous que la cause soit perdue, jamais, et quelle que soit cette nouvelle atttitude ne jamais nous reposer sur d’hypothétiques changements dans les menaces qui pèsent sur les réfugiés.

Mais il reste que les choses ont bien changé entre la vision "des dangereux terroristes" relayée par les "dangerreux criminels" sous laquelle les medias - tous confondus y compris les deux ou trois journaux prétenduement indépendants - avaient soutenu la demande d’extradition, et le sens profond du discours de Villepin hier à New-York, en ce qui concerne la légitimité d’une relaxe éventuelle sur la question de l’extradition par le pouvoir exécutif en France.

Reste à faire admettre localement l’indivisbilité politique des trois principes qui affecte le politique autant au pouvoir judiciaire qu’au legislatif et qu’à l’exécutif en France. Car je peux vous assurer, l’ayant entendu hier, que tout se joue sur une vision excluant au contraire le politique de tout ce qui ne viendrait pas du gouvernement. Ce qui est une conception parfaitement anti-républicaine et de la justice et de la séparation des pouvoirs en France.

Tous les décrets et amendements cités par l’accusateur hier, tendaient à mettre en relief la séparation technique des pouvoirs et l’irresponsabilité de la cour, puisque, a-t’il dit, où la cour casserait, la loi Perben de mars passerait outre, de toutes façons !

Alors à quoi sert la cour de cassation et la justice en France puisqu’elle n’a même plus le pouvoir de la cohérence de sa propre décision sinon celle du gouvernement ? C’est dire si cette séparation technique des pouvoirs marque la fin de la séparation des pouvoirs qui avait été renforcée par Guigou (il faut lui rendre hommage qu’elle ne fut pas le pire garde des sceaux que nous ayons connu - pour le reste je ne m’engage pas ou au contraire).

Un seul détail contestable, le seul d’après lui, ne ressortirait pas de cette chambre, resterait donc le conseil d’Etat... Voyez la dépêche de l’AFP qui le cite - je ne peux allonger davantage ce post qui a l’objet d’expliquer.

Mais on a bien entendu dans le descriptif de sa chronologie, comment tous les pas ont été franchis dans une représentation technique et la gestion directe de la justice par le pouvoir (loi circonstanciellement prise inclus) qui relève de la dépossession de l’éthique républicaine auprès de la justice, et a abusé la structure globale en plusieurs aspects du pacte de cohésion sociale (l’unité républicaine des trois principes) sous lequel le gouvernement et le président ont été élus et cooptés. Ceci dans un sens qui convient exactement aux nouvelles conceptions européennes, selon des modèles gestionnaires et utilitaires sans fonds symbolique.

Une chose est certaine, c’est que l’accusateur en cela fut très didactique (exactement : machiavélique, donc on peut se demander aussi s’il n’a pas voulu offrir un miroir de la réalité pour donner à comprendre qu’elle n’était pas respectueuse de la tradition républicaine) - et non strictement abusif comme celui de la cour d’appel la fois précédente ; ou plutôt, indiquant clairement où il y avait abus appuyé sur la cohérence du tissu des décrets et arrêtés et rituels du dossier édifiés par une nouvelle loi circonstancielle, qui prescrivait tout le dossier de la défense antérieur au dernier jugement, et en quoi la décision de la justice n’était plus respectable, dès lors qu’elle ne conviendrait pas à cette nouvelle loi de justice, si le ministre entendait persister.

Mais l’avocat partie de l’accusé, il faut le dire, avait fait un excellent exposé qui permettait ce dévoilement, pour peu qu’il y fut répondu par l’avocat général... ce qui eut lieu.

La décision est donc remise au 13 octobre ; mais on se demande comment en l’absence de Battisti elle pourrait donner lieu à l’exécution d’une décision d’extradition, pour une part, et pour l’autre, si oui, tout n’est pas fini ; il restera un autre recours.

Pendant ce temps le monde change et aussi les circonstances se renouvellent. Gardons toute notre confiance - pourvu qu’on ne cesse de l’instrumenter pour faire évoluer l’encombrement idéologique (y compris l’expertise technique) - attaché par les médias contre les réfugiés au fil des mois...

Nous ne sommes pas nous-mêmes des experts et ce n’est surement pas là que consistent nos propres ressources pour aider nos amis dans leur revendication légitime en France.

Reste qu’il faut que Cesare n’en devienne pas la seule victime, après avoir déclenché par son insoumission toute une série de questions sur le sens d’un tel entêtement du pouvoir français face au cadre légitime de s’insoumette , sous certaines règles éthiques : et il l’a fait. Et apparemment cela n’a pas accéléré l’instruction des autres dossiers de demande d’extradition qui étaient déjà annoncés, bien au contraire.

Pensons très fort à Cesare qui n’a nui à personne au contraire, qui a posé de fait personnellement et collectivement les bonnes questions à travers son insurrection individuelle sans arme à la main, mais aussi à un pouvoir qui ne veut pas perdre la face et donc qui pourra d’autant mieux sans s’atteindre rendre grâce aux réfugiés en revenant sur sa propre attitude, qu’il se sera retourné vers l’image de l’autonomie et de cette gloire retrouvée... Je pense que Villepin hier a peut-être donné un signe fort de la possibilité de tels changements.

A voir sans baisser les bras.

L.





Climat : comment les syndicats préparent-ils la grève du 20 septembre ?
jeudi 19 - 08h46
D’aucun devrait apprendre que nous vivons un monde Multipolaire et non plus unipolaire !
mercredi 18 - 17h02
de : joclaude
Assez cautionné le « dialogue social » bidon avec le gouvernement et ses représentants !
mercredi 18 - 13h26
de : Jodez
2 commentaires
Urgence pour l’Hôpital ! Urgence totale des luttes sociales !
lundi 16 - 22h07
de : Lepotier
ACTE 44 des Gilets Jaunes : Les BRUTES de macron à l’oeuvre ! (video)
lundi 16 - 19h17
de : joclaude
2 commentaires
Les "affaires" en régime macronien ! Vertueuse prédiction : Plus jamais ça ?
lundi 16 - 11h59
de : joclaude
2 commentaires
Venezuela : les très gênantes photos de Guaidó en compagnie des narco-paramilitaires colombiens
lundi 16 - 10h45
de : Olivier Arendt
Les sous-traitants du nucléaire en grève le 18 septembre contre le dumping social
lundi 16 - 08h11
DÉCÈS D’UN TORTIONNAIRE EN ALGÉRIE.
dimanche 15 - 15h17
de : Transmis par Nuits de septembre 1965
Que la Terre nous sauve.
samedi 14 - 13h27
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Mesures Buzyn, c’est du Coluche : Dites nous ce dont vous avez besoin, nous vous dirons comment vous en passer (vidéo)
samedi 14 - 13h12
de : nazairien
1 commentaire
MANIFIESTA 2019 - C’est l’heure de l’mettre !
samedi 14 - 11h47
de : Hdm
Patrick Balkany, proche de Sarkozy, condamné à 4 ans de prison ferme et incarcéré (vidéo Verdi)
vendredi 13 - 16h16
de : nazairien
10 commentaires
Les corbeaux , les vautours en passe de disparaître ?
jeudi 12 - 20h12
de : joclaude
1 commentaire
Réaction de LFI après la diffusion des images de Quotidien sur le jour des perquisitions (video)
jeudi 12 - 12h38
de : LFI
40 minutes d’images cachées : le coup monté médiatico-judiciaire contre LFI (video)
jeudi 12 - 08h57
de : L’Ère du peuple
Je suis prêt ! « Et ainsi de suite… »
jeudi 12 - 08h44
de : Jean-Luc Mélenchon
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 - 08h41
de : Info’Com-CGT
Grèce : l’expérience autogestionnaire des Viome menacée
jeudi 12 - 08h04
Le Val-de-Marne, premier département de France à bannir le glyphosate
mercredi 11 - 09h40
de : Agnès Vives
2 commentaires
Perquisition chez Mélenchon... Un autre son de cloches (video)
mercredi 11 - 09h01
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 - 07h51
de : Roberto Ferrario
2 commentaires
Samedi 14 septembre 2019, les éditions Noir et Rouge présentent le second tome de La CNT dans la révolution espagnole de
mardi 10 - 22h09
de : Frank
UNE JUSTE COLÈRE - Interrompre la destruction du monde
mardi 10 - 13h55
de : Ernest London
1 commentaire
Le RN face à la destruction sociale
mardi 10 - 12h08
de : Christian DELARUE
3 commentaires
Toute la macronnerie : Menteuse ! La Révolution est permanente !
lundi 9 - 15h44
de : joclaude
4 commentaires
Gaspard Glanz (journaliste), à nouveau inquiété par la flicaille, ridiculise ces flics(quettes) (vidéo)
lundi 9 - 13h59
de : nazairien
Thales : petits meurtres entre amis, ou la politique des bâtons dans les roues
lundi 9 - 11h26
de : Bertrand F
Au moins 2000 gilets jaunes convergent à Montpellier pour leur rentrée
dimanche 8 - 15h42
2 commentaires
arret de la grêve de Petit Jean
samedi 7 - 12h32
de : promedic
"Opération Aéroport de Paris" : L’initiave citoyenne en action, dans le var (vidéo)
samedi 7 - 00h50
de : nazairien
Plan et marché à Cuba des années 1960 à aujourd’hui
vendredi 6 - 13h47
de : P. Del Castillo
2 commentaires
Les élucubrations de Stéphane Bern sur l’école au Moyen Âge
vendredi 6 - 11h09
de : Catherine Rideau-Kikuchi, Florian Besson
LA SOCIÉTÉ INDUSTRIELLE ET SON AVENIR
vendredi 6 - 06h41
de : Ernest London
2 commentaires
Rentrée catastrophe / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 5 - 22h19
de : Hdm
Grenelle des violences conjugales : le gouvernement répond aux féminicides par l’aumône
jeudi 5 - 16h51
1 commentaire
Yémen : les images rares d’une guerre qui embarrasse le gouvernement français (vidéo)
mercredi 4 - 23h15
de : Nazairien
2 commentaires
La société pharmaceutique Ferring impliquée dans un nouveau scandale ?
mercredi 4 - 16h13
de : Pharmawatch
Les empoisonneurs.
mercredi 4 - 15h17
de : L’iena rabbioso
Hypotextile : Soutien à Constance seins nus
mercredi 4 - 09h25
de : Christian DELARUE

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Jamais on ne corrompt le peuple, mais souvent on le trompe. Jean-Jacques Rousseau
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite