Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

ATTENTATS DE MUMBAY : UN INSPECTEUR GENERAL DE LA POLICE DU MAHARASTHRA SE MET A TABLE


de : himalove
mardi 16 février 2010 - 15h05 - Signaler aux modérateurs

Peut-on imaginer en France, en Angleterre ou aux États-Unis, la publication d’un livre écrit par un policier, dénonçant l’implication d’agences de sécurité dans une série d’attentats, sous faux drapeau, ayant fait des centaines voire des milliers de morts ?

Certes non. Le 11-Septembre, les attentats de Londres et de Madrid, garderont longtemps leurs mystères et nul policier ou membre des services secrets, à la retraite, ne viendront éclairer nos contemporains sur l’origine, les circonstances et les commanditaires des grands attentats mythiques de ce début de siècle.

Les journalistes, les intellectuels, les gens payés pour nous instruire, étant à la solde de ceux et celles, une minorité, qui souhaitent perpétuer l’âge des Ténèbres.

Curieusement, c’est du pays où est né Georges ORWELL, l’Inde, que nous provient un courageux porteur de lumière.

L’ancien inspecteur général du Maharasthra, S.M. MUSHRIF nous explique, dans un livre « Who Killed Karkare ? The real face of terrorism in India », publié aux éditions Pharos, comment et pourquoi les services secrets de son propre pays se sont affranchis de toute forme d’éthique et de raison d’état.

Combien ils ont planifié et réalisé d’attentats sous faux drapeau, massacrant leurs propres populations ; et utilisé les assauts de mercenaires « pakistanais », à Mumbay, le 26 novembre 2008, pour éliminer un policier, un peu trop curieux et intègre, le chef de l’anti-terrorisme du Maharasthra, Hemant KARKARE.

MUSHRIF n’est pas Thierry MEYSSIAN écrivant « L’effroyable Imposture ».

L’inspecteur écrit comme un gendarme et réfléchit comme un juge d’instruction, nous forçant à avaler de nombreux rapports de police, des interrogatoires musclés et des coupures de presse.

Le regard qu’il pose sur les journaux et télévisions est sans concessions.

On vivrait selon lui « dans un climat d’état d’urgence et de propagande permanente qui ne permettent plus l’analyse ».

Difficile de faire passer ce policier amer pour un complotiste, imaginatif et fantasque.

Il s’en tient à ce qui se passe sur le terrain.

Le policier musulman décortique, avec minutie, les attentats du 11 juillet 2006, à la gare de Mumbay, ceux de Malageon du 8 septembre 2006, le plasticage du train Samjhauta Express, le 19 février 2007, la bombe à la mosquée d’Hyderadad, le 18 mai 2007, celle d’Ajmer, le 11 octobre 2007, les explosions près de tribunaux en Uttar Pradesh, le 23 novembre 2007, les bombes de Jaipur, le 13 mai 2008, Ahmedabad et Surat, le 26 juillet 2008, New-Delhi, le 13 septembre 2008 et l’explosion de Malageon du 29 septembre 2008 qui fit six mort et blessa plus de cent personnes.

Partout les mêmes empreintes, le même modus operandis et souvent l’odeur des explosifs, fournis par le lieutenant-colonel Prasand PUROHIT, un ancien du renseignement militaire, en poste au Jammu-et-Cachemire...

Pour le flic MUSHRIF, les meurtres du 26 novembre 2008, aux premières heures des attaques de Mumbay, du chef de l’Antirerrorism Squad, Hemant KARKARE et de ses proches collaborateurs sont liés directement à l’arrestation du Lieutenant-colonel PUROHIT, de Sadhvi Pragyasingh, du Swami Amrutanand et de la mise hors d’état de nuire de l’Abhinav Bharat, deux mois plus tôt.

Selon lui, le spectacle grandiose des attaques de la maison Loubanovitch, du Café Leopold, des hôtels Taj, Oberoi, Trident et la longue confusion qu’elles ont entraînée ont permis à une équipe de tueurs locaux, au service de l’Intelligence Bureau, de procéder à la liquidation d’officiers supérieurs de la police indienne.

L’inspecteur de police étaye scientifiquement sa conviction.

Méthodiquement, MUSHRIF analyse les différentes scènes de crime, la séquence des événements, depuis le débarquement de 6 à 8 terroristes, le 26 novembre, à 8 heures 30 du soir, à Mahatma Phule Nagar, Badhwar Park à Cuffe Parade auquel assista Anita Rajendra Uddaiya, laquelle identifia, plus tard, formellement le corps de 6 « pakistanais » à la morgue de Mumbay.

Il apparaît que si on peut attribuer à ces tueurs les fusillades du café Leopold, les tueries à l’intérieur des palaces Taj, Oberoi, Trident, et l’étrange occupation et prise d’otage de la Nariman House, les massacres de la gare et ceux de l’hôpital CAMA semblent l’oeuvre d’une autre équipe.

L’étude des 284 coups de téléphone, échangés entre les terroristes, présents à Mumbay, et leurs officiers traitants à l’étranger confirme ce point de vue.

Alors que les terroristes « pakistanais » opérant à l’intérieur des hôtels et du centre juif ne cessent de communiquer avec leurs contrôleurs, ceux tirant au hasard à la gare et se réfugiant, ensuite, à l’hôpital CAMA, n’utilisent pas le même réseau téléphonique, et parleraient même aux passants qu’ils croisent en langue vernaculaire, le « marathi ».

Pour MUSHRIF, cette équipe, composée au moins de six individus, qui ont tué beaucoup et peu affrontait les commandos de la marine et l’armée, sont responsables de la mort de 56 innocents, à la gare, et de l’exécution des chefs de l’anti-terrorisme de Mumbay, Hemant KARKARE, Ashok KAMATE, Vijay SALASKAR, dans la Rang Bhavan Lane, près du GT Hôpital.

Ces terroristes locaux, probablement sortis indemnes de leurs méfaits, sont difficlement identifiables.

Car les 16 caméras des plateformes de la gare où ils ont tiré, de manière indiscriminée, sur la foule étaient hors service ; et les témoins, encore vivants, qui les ont croisé à l’hôpital CAMA, les décrivent masqués.

L’arrestation miraculeuse d’un pakistanais, Ajmal KASAB, vivant, après une telle hécatombe, est très suspecte.

Il n’est pas dans les habitudes de la police et de l’armée indiennes de faire des prisonniers lorsqu’elles rencontrent, les armes à la main, des commandos pakistanais.

On aurait tendance même à profaner leurs cadavres...

Selon l’inspecteur MUSHRIF, ce terroriste rescapé serait une pièce rapportée, enlevé avant les événements par l’Intelligence bureau, pour être placé vivant et bavard comme un canari dans un box d’accusé.

Les preuves matérielles accusant KASAB, dans les séries de meurtres à la gare et autour de l’hôpital CAMA, sont - malgré le battage médiatique - très faibles :

Une poignée d’empreintes digitales sur un Plexiglass du bateau « Kuber » qui aurait emmené les terroristes de Karachi aux plages de Mumbay.

Des photos prises de KASAB, une Kalashnikov à la main, à l’intérieur de la gare...

MUSHRIF et ses amis de la police scientifique pensent que ces preuves ont été préfabriquées.

Au regard des habitudes de l’IB, en matière de lutte anti-terroriste, la chose est fort probable.

La plupart des personnes arrêtées, autour des grands attentats qui ensanglantent périodiquement les villes indiennes, sont innocentes et n’ont en général que commis un seul crime : être à proximité du lieu où ont explosé les bombes, être dans les petits papiers de la police ou faire partie d’une minorité discriminée.

Si MUSHRIF reconstitue les circonstances dans lesquelles ont été assassinés ses amis policiers, et donné un mobile crédible à leurs exécutions, il ne cherche pas à éclaircir les événements autour et à l’intérieur des hôtels Taj, Oberoi, Trident et Nariman House où les terroristes ont beaucoup échangé de coups de fils, notamment avec l’ambassade d’Israël !

MUSHRIF n’accuse pas comme le docteur Amiresh MISRA (2) le MOSSAD, dans les opérations de Mumbay, mais se venge personnellement de collègues, appartenant au Rashtriya Swayamsevak Sangh, dont le dessein serait de détruire, à l’intérieur de la police, l’idéal multiculturel du pandit NEHRU, défendu, aujourd’hui, par Sonia GANDHI.

« Le complot des bhramines cherchant à instaurer un Hindu rasthra » grâce aux provocations et pogroms anti-musulmans, à large échelle, comme en février et mars 2002 au Gujarat, reste le substrat idéologique de son enquête et, peut-être, le point faible du livre.

Car « le syndrome de la Partition » empêche l’auteur d’appréhender « le caractère exceptionnel des attaques de Mumbay » qui adviennent au moment où l’impérialisme décide d’une escalade militaire en Af-Pak et change, avec Obama, de politique à l’égard du Cachemire pour se concilier les faveurs de l’armée pakistanaise.

Ce moment de contradiction entre deux politiques, l’une qui cherche le casus belli et l’entrée en guerre immédiate de l’armée indienne, en Af-Pak, aux côtés de l’OTAN, dans le cadre de la nouvelle alliance, établie, en 2005, par l’administration Bush, et celle plus classique qui continue l’habituelle stratégie du CENTCOM dont l’armée pakistanaise fait toujours partie, me semble à l’origine de l’équipée sauvage du 26 novembre 2008, à Mumbay.

« On a cherché les 26, 27, 28 novembre 2008, sans qu’on puisse identifier exactement les auteurs, à provoquer une guerre (2) » tel est le sentiment, aujourd’hui, de l’intelligentzia en Inde comme au Pakistan.

Selon les cachemiris, basés à Londres, et les militants à Srinagar, seuls les faucons de New-Delhi profitèrent des attaques spectaculaires de Mumbay lesquelles stigmatisèrent et placèrent, un instant, au banc d’infamie, le Pakistan.

Le rapport Pradhan, commandé par le gouvernement Mahmohan SINGH, corrobore cette hypothèse : le contre-espionnage disposait de l’itinéraire maritime des mercenaires, partis de Karachi, et des 35 numéros de téléphone utilisés par ces derniers, dés le 18 novembre 2008, et n’a pas communiqué le renseignement au quartier-général de l’Indian Navy ni à la police de Mumbay (3).

Mais « le 11-Septembre indien », comme l’ont baptisé trop rapidement les médias, n’a pas déclenché de réunion du Conseil de sécurité, de guerre mondiale ni de mise à l’index de l’état pakistanais et encore moins de coup d’état fasciste en Inde.

Simplement un changement du ministre de l’Intérieur et un remaniement des services secrets, un an plus tard...

L’enquête parcellaire de MUSHRIF n’enlève rien à la qualité de l’ouvrage qui compte 319 pages.

Il y a quelques années un tel livre, exposant les corruptions, exactions de la police et la subversion des services secrets par le Sangh Parivar, eut été impossible.

Il serait tombé sous le coup de la censure et de vieilles lois héritées du Raj britannique.

La nouvelle loi sur le Droit à l’information, votée en 2005, par le gouvernement de l’United progressive alliance, permet, aujourd’hui, à l’inspecteur MUSHRIF de se mettre à table.

Espérons que l’auteur ne subisse pas le même sort que l’avocat, Shahib AMZI, défendant Fahim ANSARI, faussement impliqué dans les attaques de Mumbay, abattu par des tueurs non identifiés, le 10 février 2010.

L’avocat avait eu l’imprudence de demander à la haute cour de Justice de convoquer à la barre des témoins l’ancien agent américain de la DEA, David COLEMAN HEADLEY (4)...

La Vérité autour des attaques de Mumbay continue à faire des victimes.

HIMALOVE

Critique du livre « Who Killed Karkare ? The real face of terrorism in India » de S.M. MUSHRIF, édition Pharos, octobre 2009

htpp :/www.pharosmedia.com

Si un éditeur ou un magazine souhaitent une traduction française de l’ouvrage ou une interview de l’auteur, contactez-moi.


1.J’avais publié au lendemain des attentats sur Bellaciao l’article de l’historien, témoin de l’événement, Amiresh MISRA, « Attaques de Mumbay : la signature du MOSSAD ».

2.Le général en chef Deepak KAPOOR qui part en retraite le 31 mars 2010 était partisan de l’envoi d’un corps expéditionnaire en Afghanistan et d’une guerre nucléaire limitée avec le Pakistan ainsi que d’un affrontement avec la Chine...

3.Etrangement, la CIA, au courant des opérations extérieures du Laskar-e-Toiba, qui a passé le renseignement au RAW, n’a pas averti les autorités maritimes pakistanaises qui auraient pu immédiatement arrêter l’expédition à Karachi ; ce fait rend crédible la thèse d’un possible double ou triple jeu américain...

4.David Coleman Headley, âgé de 49 ans, est un yankee d’origine pakistanaise, cousin du Premier ministre Gilani, arrêté par le FBI, en septembre 2009, pour son rôle présumé, dans la préparation des attaques du 26 novembre 2008, à Mumbay ; l’ancien agent de la DEA, infiltrés parmi les trafiquants de drogues, au Pakistan, plaide non coupable à son futur procès. Les américains refusent toujours que la police et la justice indiennes l’interrogent... Il est probable que cet agent double soit une pièce sacrifiée, destinée à cacher l’importance du dispositif US, dans les activités terroristes en Asie du sud-ouest.



Imprimer cet article





Histoire de la Sécurité Sociale (à visionner)
jeudi 4 - 20h24
Le jugement du 28 mai nous ouvre une possibilité nouvelle de gagner sur le prejudice moral au TGI
jeudi 4 - 19h44
de : Wamen Mickael
Strasbourg : Un homme de 21 ans frappé par un policier au commissariat
jeudi 4 - 19h41
de : Nadir Dendoune
Camélia Jordana : "La révolution est venue" (videos)
jeudi 4 - 19h33
La CGT Chimie appelle à la grève pour le 16 JUIN
jeudi 4 - 19h05
de : CGT Chimie
L’appel d’Omar Sy : « Réveillons-nous. Ayons le courage de dénoncer les violences policières en France »
jeudi 4 - 18h49
de : Omar Sy
Adama, Georges Floyd, violences policières : vers un acte 2 en France ?
jeudi 4 - 13h41
Le retour de la culture à Paris le 22 juin
jeudi 4 - 12h00
la police est elle raciste ?
jeudi 4 - 01h36
de : sôs Soutien ô Sans papiers
1 commentaire
Pas de révolution sans régler la question du fantôme de l’esclavage et du colonialisme
mercredi 3 - 23h18
de : Ballast
Les références historiques sont un bien commun !
mercredi 3 - 23h10
de : Eve
Victoire des ex-Goodyear d’Amiens aux prud’hommes (video)
mercredi 3 - 22h34
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Respirer - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 3 - 21h34
de : Hdm
La France se prépare-t-elle à exfiltrer le terroriste Guaido ?
mercredi 3 - 17h29
de : joclaude
15 JUIN 2020 AU 22 JUIN 2020 : SEMAINE INTERNATIONALE D’ACTIONS POUR EXIGER LA LIBÉRATION DE GEORGES ABDALLAH !
mercredi 3 - 10h25
de : Jean Clément
polémique du jours beurette est-ce raciste ?
mardi 2 - 10h57
de : sôs
2 commentaires
communiqué de sôs Soutien ô Sans papiers :États Unis France mème combat
mardi 2 - 09h52
de : sôs
Consommez plus, travaillez plus, gagnez moins
lundi 1er - 15h19
MANIFESTATIONS : LA RUE REPREND SES DROITS
lundi 1er - 10h57
de : joclaude
1 commentaire
VOYAGE EN MISARCHIE - Essai pour tout reconstruire
lundi 1er - 09h21
de : Ernest London
Un goût de revenez-y
dimanche 31 - 22h42
de : Le CERCLE 49
Les pénibilités selon "le monde d’après" !
dimanche 31 - 16h22
de : joclaude
1 commentaire
Les lois scélérates d’antan, les revoilà en macronie !
dimanche 31 - 16h01
de : joclaude
Face au capitalisme, se fédérer pour le « salut commun »
vendredi 29 - 22h52
de : Louise
2 commentaires
Ségur de la santé : L’INDECOSA-CGT réclame des vrais états généraux !
vendredi 29 - 20h32
de : nono47
Malgré la crise sanitaire la casse de l’hôpital public continue
vendredi 29 - 18h06
de : joclaude
Les médecins cubains quittent l’Italie
vendredi 29 - 10h56
de : joclaude
Allemagne : les asperges de la colère
vendredi 29 - 07h57
L’heure du réveil - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 27 - 20h58
de : Hdm
Les trans-croissances émancipatrices du peuple
mercredi 27 - 09h21
de : Christian Delarue
Le prolongement de la CRDS, premier « impôt coronavirus »
mercredi 27 - 01h12
de : Bce_106,6
1 commentaire
41 JOURS FACE A COVID-19 : ce n’est pas une petite grippette, ça ne touche pas que les vieux (témoignages)
mardi 26 - 12h26
de : nazairien
2 commentaires
Hôpital : les embauches absentes des pistes du Ségur de la santé
mardi 26 - 11h58
Dimanche 31 mai Pas de retour à l’anormal
lundi 25 - 22h37
de : Le Cercle 49
De 1789 au 29 mai 2005, mobilisation du peuple-classe.
lundi 25 - 22h31
de : Christian DELARUE
LE COVID-19 RÉVÈLE LA FOLIE DU CAPITALISME.
lundi 25 - 17h24
de : joclaude
Gifle énorme dans l’escarcelle de l’impérialisme : Les Tankers Iraniens sont arrivés au Venezuela !
lundi 25 - 17h16
de : joclaude
Pour comprendre le nouveau pouvoir des Banques Centrales
lundi 25 - 14h20
de : Lepotier
1 commentaire
Bagnols sur cèze (30 Gard) : les raisons d’un incendie.
lundi 25 - 04h24
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Fier d’être un minimaliste vaincu !
dimanche 24 - 18h05
de : Claude Janvier
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
Christophe nous a quittés (video)
vendredi 17 avril
de Roberto Ferrario
Je me rappelle de cet soirée moi et Thom juste derrière a gauche entrain de manger du couscous vapeur... Le musicien et chanteur Christophe nous a quittés hier soir. Il collaborait encore récemment avec les musiciens de Ménilmontant Hakim Hamadouche, Mirabelle Gilis etc. et l’association Ménil Mon Temps souhaitait lui proposer d’être le parrain de la prochaine édition du Gala des Artistes de Ménilmontant. Nous le croisions au restaurant La Cantine de Ménilmontant. Il y (...)
Lire la suite
« Vous paierez tout et vous paierez cher, vous les capitalistes ! » Milan, 16 avril 1975, très sombre souvenir... (vidéo)
jeudi 16 avril
de Roberto Ferrario
Une soirée mémorable dans une trattoria a coté d’un canaux de Milan (Naviglio) Claudio, moi et d’autres camarades on mange ensemble pour fêter nôtres élections comme représentants des étudiants dans nôtres respectif instituts technique, lui dans ITIS du Tourisme, moi dans l’ITIS Molinari (XI ITIS). Une semaine après le 16 avril 1975 tard dans la soirée un coup de téléphone d’un camarade de mon organisation politique (A.O.)... J’arrête de manger avec mes parents (...)
Lire la suite
Scoop Bellaciao : scandale, un rapport de Santé Publique France de mai 2019 réclamait 1 milliard de masques !
jeudi 26 mars
de Roberto Ferrario
6 commentaires
La date est importante (mai 2019), le gouvernement de Macron ne peut donc pas continuer à dire que les responsables sont les anciens gouvernements... Deuxièmement, c’est cette phrase dans le rapport qui est très importante et qui détermine le milliard de masque demandé : "En cas de pandémie, le besoin en masques est d’une boîte de 50 masques par foyer, à raison de 20 millions de boîtes en cas d’atteinte de 30% de la population..." Il est extrêmement "bizarre" (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite