Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

A propos de G Frêche : faut-il en rire ou en pleurer ?
de : tutoi
mercredi 3 mars 2010 - 00h31 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Le FN, il ne le drague pas officiellement. Mais il fait, depuis son élection à la mairie en 1977, les yeux doux aux pieds noirs. Bien qu’anticolonialiste à ses années étudiantes, puis brièvement maoïste, « il est l’héritier de la gauche colonialiste façon troisième République. Son sentiment de supériorité paternaliste envers l’immigré africain explique beaucoup de ses dérapages, assure Silvain Pastor (Verts). C’est un cas pathologique de potentat finissant. Il n’a plus d’amis, que des clients. Il sait tout, contrôle tout, réfléchit pour les autres. Je le verrais bien à la tête d’une junte sud-américaine. Il se prétend rempart contre le FN mais parle comme Le Pen, avec qui il a bien des points communs. »

Un Le Pen de gauche ? Frêche conteste : « Ah non, c’est ridicule. Si ça veut dire parler la langue du peuple, c’est la seule corrélation. » Il réfléchit : « Parler direct, c’est être Le Pen ? Extraordinaire ! Je le connais depuis la corpo et la fac de droit à Paris. Je l’ai toujours combattu. Et ici, il n’a jamais dépassé 11%, grâce à mon action. »

Alain Jamet (FN), qui l’a affronté trois fois aux municipales, confirme : « Frêche prenait au Front un tiers de ses électeurs. On a fait chaque fois 11%. Six mois plus tard, dans une cantonale, sans lui, je faisais 18%. »

Jamet connaît le bonhomme. « C’est un dictateur. Tout le monde est con, sauf lui. Il explose pour un rien. Il est roublard et ne peut résister à un bon mot ou une attaque perfide. Mais je n’ai jamais été traité de con. Je crois que je suis quasiment le seul. »

Pourtant, Jamet le pratique depuis sa première législative gagnée, en 1973 : « Il est venu nous demander de nous désister pour lui. Je n’ai même pas accepté de le recevoir. » Sur le fond, admet l’élu FN, Frêche est populiste, « avec un grand P ». « Pour moi, ce n’est pas un défaut. Il est proche du peuple comme nous le sommes. Maintenant, il se régale. Il s’est transformé en victime. »

Et d’abord du PS, un parti dont on sait ce qu’il pense : il a écrit en 2007 un livre titré Il faut saborder le PS. Il résume : « Je suis né socialiste, je suis à gauche et je mourrai à gauche. Mais les socialistes ont perdu les voix des ouvriers. Ils n’ont que les voix des bobos. Nous, on a gardé la confiance des gens simples. »

Bien que hors du PS, il y pèse : les cadors socialistes viennent faire la danse du ventre devant les milliers de cartes de militants qu’il contrôle et qui lui ont permis d’être adoubé tête de liste à 90%, en décembre. « J’y ai beaucoup d’amis : Peillon, Collomb, Guérini...Si Martine Aubry quitte son poste, le prochain premier secrétaire sera un ami à moi. J’ai d’ailleurs beaucoup d’amis qui sont candidats pour la présidentielle. Mais ils ne vont pas le dire maintenant. »

On peut les deviner à travers son tiercé pour 2012 : dans l’ordre, DSK, Royal, Hollande. « Mais ça peut varier. » S’il n’a « pas envie de revenir au PS », il jubile d’y semer la zizanie. Se prétend « anar, un peu beaucoup, Ni Dieu ni maître ».

Forcément : au-dessus, il y a Frêche, un surdoué jamais contredit, élevé par sa grand-mère et sa mère. « Ma mère était socialiste jusqu’au bout des ongles. Il fallait que je sois toujours premier, sinon c’était une baffe. J’étais premier partout. »

Modeste, toujours. De son père militaire, il a gardé l’amour du combat. Conseiller général PS de l’Hérault, Philippe Saurel, un fidèle, voit en Frêche un « homme des Lumières, despote avec les traitres, pas avec les gens qu’il respecte ».

Et assure que Frêche a comme devise : « L’épée l’emporte toujours sur le bouclier. » Son socialisme est un art de combat, semblable à celui de Defferre à Marseille. Le commerce des idées y est secondaire, car elles entravent l’action. La politique s’y vit en deux phases : conquérir le pouvoir puis le conserver. Autocrate ? « Mais construire un fief, le contrôler, c’est le b-à-ba de la politique ! », rappelle Laurent Blondiau, son dircom.

C’est pourquoi, dans un clientélisme aussi affiché qu’efficace, il subventionne communautés et élus de tous bords. Et ravit des gens de droite, comme Jean-Pierre Grand, député UMP villepiniste de l’Hérault, qui assure : « C’est un grand aménageur. Ça plaît aux gens de toutes tendances politiques. Après, il fermerait sa gueule de temps en temps, ça ne lui nuirait pas. Mais ça ne remet pas en cause son action globale. Tout le monde se fout de ses dérapages. »

La vie sous le frêchisme est simple. Il y a ceux qu’il arrose, et les autre, qu’il trucide. Frêche « est fondamentalement violent, et se laisse piéger par sa violence », dit Molénat.

« Ceux qui sont contre moi, ce sont ceux que j’ai créés, inventés, remarque Frêche. Ils me doivent tout. On n’est trahis que par les siens. »

Prenez Hélène Mandroux, la maire qui lui a succédé en 2004, qu’il a traitée de « conne », et qui ose se dresser contre lui aux régionales. « Si on la laisse maire quatre ans de plus, la gauche perdra la ville. Remarquez, faut bien arrêter un moment. En 1977, la gauche toute mouillée faisait 45%. J’ai raflé 6% de la droite pour faire 51%. J’en ai fait une ville de gauche. Mais faut pas croire que c’est éternel. »

Il n’a qu’une fêlure : n’avoir jamais été ministre. Il prétend que Mitterrand l’a « barré ». La gaulliste Elyett Hermann en doute : « Vous pensez qu’un gouvernement se serait privé de lui s’il avait les qualités reconnues ? Personne n’en voulait. »

Christine Lazerges (PS) renchérit : « Il aurait pu faire une carrière nationale s’il était construit psychologiquement de manière différente. Mais il ne peut travailler en équipe. Partager et surtout partager le pouvoir, pour lui, c’est radicalement impossible. »

Aujourd’hui, le temps presse. « Les jours du système, qui ne reposent que sur lui, sont comptés », dit Christian Assaf, son ex-dircab. Frêche tempère : « J’ai encore devant moi cinq à dix ans. » Il compte les vivre à plein. S’il est réélu, il prévoit « un petit tour de France pour dire quelques vérités ». Comme celles enregistrées en 2008 par un étudiant (1) ?

Frêche expliquait : « Les cons sont majoritaires, et moi j’ai toujours été élu par une majorité de cons et ça continue parce que je sais comment les "engraner". J’engrane les cons avec ma bonne tête, je raconte des histoires de cul, ça a un succès de fou. Ils disent : "Merde, il est marrant, c’est un intellectuel mais il est comme nous." Quand les gens disent : "Il est comme nous", c’est gagné, ils votent pour vous. »

Bouquet final : « Les cons sont cons et en plus, ils sont bien dans leur connerie. Pourquoi les changer ?[...] Mais les cons sont souvent sympathiques, moi je suis bien avec les cons, je joue à la belote, je joue aux boules. Je suis bien avec les cons parce que je les aime. » Frêche et les cons, le sketch continue.

MICHEL HENRY

Envoyé spécial à Montpellier

(1) Disponible sur www.perpignan-toutvabien.com



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
A propos de G Frêche : faut-il en rire ou en pleurer ?
4 mars 2010 - 18h36 - Posté par raz-le-bol du racisme

Vous publiez un texte de MICHEL HENRY qui commence par
"Le FN, il ne le drague pas officiellement. Mais il fait, depuis son élection à la mairie en 1977, les yeux doux aux pieds noirs."

Comment cela se fait qu’un site comme le votre qui se réclame " du respect de l’égalité entre ethnies, religions ou cultures diverses "puisse publier un texte raciste .

A partir de quelle étude se base ce monsieur pour associer une ethnie à un vote. Et vous...

On apprend beaucoup sur vous finalement.
Vous vous dites combattre "le mépris des minorités " et pourtant vous le pratiquez.
Vous vous dites de gauche et vous méprisez les petites gens qui ont tout perdu et qui subissent racisme et ostracisme ,depuis plus de 45 ans.
Vous vous dites anti-colonialistes et vous vous en prenez à des victimes de la colonisation comme le sont les harkis et algériens et comme ne le sont pas les colonisateur métropolitains et héxagonaux. ...

... et dont vous êtes les descendant d’ailleurs .

Effectivement là je comprends mieux






Urgence pour l’Hôpital ! Urgence totale des luttes sociales !
lundi 16 - 22h07
de : Lepotier
ACTE 44 des Gilets Jaunes : Les BRUTES de macron à l’oeuvre !
lundi 16 - 19h17
de : joclaude
2 commentaires
Les "affaires" en régime macronien ! Vertueuse prédiction : Plus jamais ça ?
lundi 16 - 11h59
de : joclaude
2 commentaires
Venezuela : les très gênantes photos de Guaidó en compagnie des narco-paramilitaires colombiens
lundi 16 - 10h45
de : Olivier Arendt
Les sous-traitants du nucléaire en grève le 18 septembre contre le dumping social
lundi 16 - 08h11
DÉCÈS D’UN TORTIONNAIRE EN ALGÉRIE.
dimanche 15 - 15h17
de : Transmis par Nuits de septembre 1965
Que la Terre nous sauve.
samedi 14 - 13h27
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Mesures Buzyn, c’est du Coluche : Dites nous ce dont vous avez besoin, nous vous dirons comment vous en passer (vidéo)
samedi 14 - 13h12
de : nazairien
1 commentaire
MANIFIESTA 2019 - C’est l’heure de l’mettre !
samedi 14 - 11h47
de : Hdm
Patrick Balkany, proche de Sarkozy, condamné à 4 ans de prison ferme et incarcéré (vidéo Verdi)
vendredi 13 - 16h16
de : nazairien
10 commentaires
Les corbeaux , les vautours en passe de disparaître ?
jeudi 12 - 20h12
de : joclaude
1 commentaire
Réaction de LFI après la diffusion des images de Quotidien sur le jour des perquisitions (video)
jeudi 12 - 12h38
de : LFI
40 minutes d’images cachées : le coup monté médiatico-judiciaire contre LFI (video)
jeudi 12 - 08h57
de : L’Ère du peuple
Je suis prêt ! « Et ainsi de suite… »
jeudi 12 - 08h44
de : Jean-Luc Mélenchon
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 - 08h41
de : Info’Com-CGT
Grèce : l’expérience autogestionnaire des Viome menacée
jeudi 12 - 08h04
Le Val-de-Marne, premier département de France à bannir le glyphosate
mercredi 11 - 09h40
de : Agnès Vives
2 commentaires
Perquisition chez Mélenchon... Un autre son de cloches (video)
mercredi 11 - 09h01
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 - 07h51
de : Roberto Ferrario
2 commentaires
Samedi 14 septembre 2019, les éditions Noir et Rouge présentent le second tome de La CNT dans la révolution espagnole de
mardi 10 - 22h09
de : Frank
UNE JUSTE COLÈRE - Interrompre la destruction du monde
mardi 10 - 13h55
de : Ernest London
1 commentaire
Le RN face à la destruction sociale
mardi 10 - 12h08
de : Christian DELARUE
3 commentaires
Toute la macronnerie : Menteuse ! La Révolution est permanente !
lundi 9 - 15h44
de : joclaude
4 commentaires
Gaspard Glanz (journaliste), à nouveau inquiété par la flicaille, ridiculise ces flics(quettes) (vidéo)
lundi 9 - 13h59
de : nazairien
Thales : petits meurtres entre amis, ou la politique des bâtons dans les roues
lundi 9 - 11h26
de : Bertrand F
Au moins 2000 gilets jaunes convergent à Montpellier pour leur rentrée
dimanche 8 - 15h42
2 commentaires
arret de la grêve de Petit Jean
samedi 7 - 12h32
de : promedic
"Opération Aéroport de Paris" : L’initiave citoyenne en action, dans le var (vidéo)
samedi 7 - 00h50
de : nazairien
Plan et marché à Cuba des années 1960 à aujourd’hui
vendredi 6 - 13h47
de : P. Del Castillo
2 commentaires
Les élucubrations de Stéphane Bern sur l’école au Moyen Âge
vendredi 6 - 11h09
de : Catherine Rideau-Kikuchi, Florian Besson
LA SOCIÉTÉ INDUSTRIELLE ET SON AVENIR
vendredi 6 - 06h41
de : Ernest London
2 commentaires
Rentrée catastrophe / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 5 - 22h19
de : Hdm
Grenelle des violences conjugales : le gouvernement répond aux féminicides par l’aumône
jeudi 5 - 16h51
1 commentaire
Yémen : les images rares d’une guerre qui embarrasse le gouvernement français (vidéo)
mercredi 4 - 23h15
de : Nazairien
2 commentaires
La société pharmaceutique Ferring impliquée dans un nouveau scandale ?
mercredi 4 - 16h13
de : Pharmawatch
Les empoisonneurs.
mercredi 4 - 15h17
de : L’iena rabbioso
Hypotextile : Soutien à Constance seins nus
mercredi 4 - 09h25
de : Christian DELARUE
Appel à la mobilisation contre l’OMC et les accords de libre-échange
mardi 3 - 21h27
de : via campesina
Christophe Prudhomme, porte-parole des médecins urgentistes : « Il faut arrêter de gérer l’hôpital comme une entreprise »
mardi 3 - 17h08
de : nazairien
1 commentaire
AFFAIRE BENALLA : suite et... !Pas fin ?
mardi 3 - 15h29
de : JO

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La justice sans la force est impuissante, la force sans la justice est tyrannique. Blaise Pascal
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite