Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Régionales : pourquoi ils n’iront pas voter


de : Paris
dimanche 14 mars 2010 - 18h42 - Signaler aux modérateurs
6 commentaires
JPEG - 64.4 ko

de Benoît Hopquin

Même le mot est une réprobation. Abstention… Dans nos démocraties, il charrie dans son sillage des notions infamantes. Il est synonyme d’incivisme, d’indifférence, d’indécision, voire d’indigence intellectuelle. Maître de conférences à l’Institut d’études politiques de Lyon et spécialiste du langage politique au laboratoire Triangle, rattaché au CNRS, Denis Barbet a longuement étudié les connotations péjoratives qui accompagnent l’usage de ce terme (dans la revue Mots. Les langages du politique, numéro 83, mars 2007).

Elles sont pléthore, ces dépréciations : " lassitude ", " désertion ", " désaffection ", " désintérêt ", " bouderie ", " maux ", " crise ", " lâcheté ", entre autres. A contrario, note le chercheur, la participation est liée à des valeurs positives, quasi patriotiques : " sursaut citoyen ", " élan républicain ", " mobilisation démocratique ", etc. Un électeur " retrouve le chemin des urnes " comme un paralytique ses jambes, un croyant la foi. Une belle leçon d’instruction civique !

Et pourtant, les récents sondages sont formels : devoir ou pas devoir, près d’un Français sur deux a déjà annoncé qu’il ne voterait pas lors des élections régionales, les 14 et 21 mars. A l’exception de la présidentielle de 2007, cette abstention croît dans tous les types de scrutin. Les objurgations citoyennes ou les tentatives de culpabilisation n’y peuvent rien : 35 % des électeurs ne viennent plus choisir leurs conseillers municipaux, 40 % leur député national, 45 % leur conseiller général, 60 % leur député européen. Encore ces abstentionnistes ont-ils daigné s’inscrire sur les listes. Quelque 8 % des citoyens majeurs n’ont même pas pris la peine de demander leur carte en mairie.

Le parti des pêcheurs à la ligne, expression attribuée tantôt à Octave Mirbeau, tantôt au Canard enchaîné, ne cesse donc d’enfler comme rivière en crue. Au point d’intéresser, au-delà d’une simple condamnation. " L’abstention est aujourd’hui moins stigmatisée qu’autrefois ", constate Denis Barbet. Les experts du corps électoral s’intéressent à cette cohorte mystérieuse, établissent des classifications, des genres. Les abstentionnistes deviennent une variable majeure, comme on l’a vu le 21 avril 2002, quand près d’un électeur sur trois ne s’était pas déplacé au premier tour de l’élection présidentielle. Ira, ira pas ? Les candidats aux élections régionales sont à leur tour inquiets d’une faible participation qui pourrait bouleverser la donne.

Le Monde Magazine est donc allé à la rencontre de ces abstentionnistes, à Auxerre et dans ses environs. Chef-lieu de l’Yonne, cette ville de 40000 habitants vote peu ou prou comme la France. Elle subit de plein fouet la crise économique. Une ville somme toute ordinaire, gagnée par la désillusion du politique. Comme partout, le taux d’abstention y progresse inexorablement. En 2009, lors d’une élection cantonale partielle impliquant un quartier populaire de la ville, moins d’un électeur sur cinq s’était déplacé. Et quand en février François Patriat, président (PS) du conseil régional, est venu tenir meeting à Auxerre, la salle Vaulabelle sonnait bien creux, avec à peine cinquante personnes.

Le maire (PS), Guy Férez, ne peut que constater l’apathie de ses administrés. Il sait " la déception de gens à qui on a trop promis ", connaît l’anathème " Tous pareils ! ". " La crise de la représentation politique, syndicale et religieuse est une tendance lourde ", analyse-t-il. Elu de gauche dans une ville de droite, il constate, jour après jour, la " faillite des idéologies ", la détermination des opinions " sur de l’émotion, sur un point de vue particulier, sur l’irrationalité parfois ". En même temps, le maire estime que " l’abstention est plus complexe dans son analyse qu’un simple rejet ". Et c’est exactement ce que disent les abstentionnistes que nous avons rencontrés

Le réfractaire : Bernard Deslin 58 ans, gérant immobilier

"Je suis né dans le Nord, dans la courée d’une filature. J’ai passé un CAP d’imprimeur. Je faisais du marché noir avec la Belgique pour vivre je transportais du café et des cigarettes, au nez et à la barbe des douaniers. Après, j’ai fait mille métiers. J’ai la bosse du commerce. J’ai commencé à faire les marchés et puis j’ai ouvert une boutique de fringues, puis une deuxième, puis une troisième. Martine Aubry est arrivée avec ses 35 heures. C’est devenu l’anarchie. J’ai tout vendu en 2003, bien vendu d’ailleurs, et je suis venu m’installer ici, plus au sud, un peu au hasard. Je gère aujourd’hui mon patrimoine immobilier dans le Nord. J’ai retapé une vieille maison, j’ai un 4x4. Pour les gens d’ici, je suis quelqu’un qui a réussi, qui est arrivé. Un jour, on m’a même dit que je pourrais devenir le maire. Quelle rigolade !

J’ai voté pour la première fois en 1973. Je venais d’avoir 21 ans, c’était pour l’élection du maire de Lille. C’était Mauroy à l’époque. J’ai même participé au dépouillement. A l’époque, c’était normal de voter, je ne me posais même pas la question. On vous demandait si vous votiez ou non. Il y avait une pression morale. C’était mal vu de ne pas y aller. Mon grand-père mettait son habit du dimanche, son chapeau, pour se rendre au bureau de vote. Mon père aussi. A chaque élection, je me faisais piloter par mon vieux. Il ne votait pas pour la rose et ne chantait pas L’Internationale, bien qu’on ne fût pas riche. Il n’y croyait pas, aux socialistes. Moi non plus. Mes parents ont voté Coti, de Gaulle et Pompidou. Moi, j’aimais bien Chaban-Delmas.

J’ai voté comme ça, régulièrement, jusqu’en 1981. Là, Mitterrand est passé et j’ai dit stop ! Lui, je ne pouvais pas le voir en peinture. Il m’a dégoûté de la politique. Je n’ai plus jamais voté. Les élections, c’est joué d’avance. On retrouve à chaque fois les mêmes : vous rendez-vous compte que Mitterrand était déjà ministre avant ma naissance ! J’ai juste hésité en 2002. Je voulais voter Chirac contre Le Pen. Le FN, ça ne me plaisait pas. Moi, je ne suis pas raciste, même si, quand je les dirigeais encore, mes magasins ont été attaqués plus souvent qu’à leur tour : douze cambriolages en deux ans ! Je m’intéresse pourtant à la politique. Je regarde les infos, les débats à la télévision, je lis le journal. Mais, pour l’instant, je ne vois pas qui pourrait me faire revenir dans un bureau de vote. Je ne veux pas perdre mon temps. Sarko, Strauss-Kahn, pour moi, c’est la même crémerie. Ce qu’ils ont vécu, je l’ai vécu. Obama, par exemple, là ça m’aurait plu."

La distante : Laurence Deslin 37 ans, sans profession

" Je suis née à Lille. Mon père était chef de chantier, ma mère femme de ménage. Ils ne votaient pas, par indifférence. Mon frère et mes sœurs ne votaient pas non plus. A la maison, on ne parlait jamais de politique. Je n’ai pas été élevée dans un climat propice. Je n’ai d’ailleurs jamais eu de carte d’électeur. J’ai rencontré mon mari à 18 ans, un âge où, de toute façon, on se fout de la politique. Il ne votait pas non plus. Ça ne m’a pas aidée. A

ujourd’hui encore, franchement, ça ne m’intéresse pas. Quand un homme politique passe à la télé vision, je décroche. Je n’y comprends rien. Et puis Carla Bruni et tout le tintouin, franchement, y’en a marre. Quand je travaillais dans le Nord, les hommes politiques passaient dans mon magasin, pendant les campagnes électorales. Ils me serraient la main, distribuaient leur tract. Je le prenais mais je le jetais dès qu’ils étaient sortis. Poubelle ! Chacun sa boutique, sa spécialité.

Mais ne croyez pas que je sois indifférente à ce qui se passe autour de nous. Je regarde " Envoyé spécial " à la télévision. Haïti, ça me touche au cœur. En 2002, j’ai un peu regretté de ne pas avoir de carte d’électeur car j’ai eu peur que Le Pen passe. Jusqu’à 20 heures, j’ai été un peu inquiète. "

Le déçu : Arlindo Fernandes, 46 ans, employé à l’hôpital psychiatrique

" Je suis né au Portugal. Ma famille est arrivée en France quand j’avais 5 ans. J’ai obtenu la nationalité française à 18 ans. J’ai perdu mes parents à 16 ans et j’ai ensuite dû me débrouiller tout seul. Je me suis fait par moi-même. J’ai toujours bossé. Je n’ai jamais touché d’aide. J’ai construit moi-même ma maison.

J’ai voté pour la première fois en 1981, à l’époque de Mitterrand. C’était un truc inconnu pour moi. J’étais un peu ému. Et puis, avec le temps, je me suis dit que j’avais affaire à des beaux parleurs qui me trompaient. Les hommes politiques te promettent monts et merveilles mais, après, tu ne fais que payer, parce que nous, les classes moyennes, nous payons sans avoir le droit à rien. Je me suis mis à voter de moins en moins souvent.

Maintenant, c’est uniquement pour les présidentielles. En 2002, j’étais encore motivé, pour contrer Le Pen. En 2007, j’ai voté blanc. On a l’impression que tout est joué d’avance, décidé ailleurs. Et puis le procès Villepin, ça me désole, ces gens qui lavent leur linge sale en public. Il n’y a que Sarko qui me donne envie d’aller voter… de l’autre côté ! Quand il passe à la télé, je zappe : ça ne m’avait jamais fait ça avant. Lui, c’est “Faites ce que je dis mais pas ce que je fais”. Tu ne peux plus avoir confiance.

Quand tu vois ces mecs, directeurs de ci et de ça, qui cumulent les salaires et toi, avec tes 1300 euros par mois, tu n’as pas le droit d’avoir un autre emploi… Travailler plus pour gagner plus, ça, c’est bon pour le patron de Veolia. A côté de chez nous, une usine vient de délocaliser. J’ai des voisins qui se retrouvent au chômage.

Il faut quelqu’un qui tienne ses engagements, loyal envers les citoyens. Quelqu’un de carré. Avant, dans les réunions de famille, avec mes six frères et sœurs, c’était la bagarre sur la politique. Aujourd’hui, chacun a ses convictions mais n’en débat plus.

Je crois être un citoyen responsable. Je suis investi dans la vie sociale. Je travaille dans une association, Maxime Plus, pour les enfants victimes du cancer. Je suis entraîneur de foot, aussi, dans l’équipe de Migennes. Quand je milite en milieu associatif, quand je discute de l’avenir des enfants, je fais de la politique. "

L’irrégulier, Philippe Rocci 38 ans, artisan santonnier

"Je suis né à Marseille, j’ai vécu à Paris pendant dix ans puis je me suis installé dans l’Yonne en 1993. Je travaillais comme commercial dans les cosmétiques. Je m’ennuyais. J’ai eu envie de faire des santons. C’était un hobby puis j’en ai fait un métier. Mais j’ai ressenti durement la crise. Je faisais travailler sept personnes en 2008. J’ai dû m’en séparer.

J’ai voté assidûment quelque temps. Aujourd’hui, je ne me déplace plus que pour les élections présidentielles. J’essaye encore de donner un sens à cette élection. Et puis, durant la campagne présidentielle, les candidats sont omniprésents, ils entrent chez toi par la télévision. Il y a une forme de proximité. Paradoxalement, les autres campagnes semblent plus lointaines. Depuis de Gaulle, on vote à droite dans la famille. En 2007, j’ai voté Sarkozy. Quelqu’un qui vous dit : “On a une obligation de résultat”, c’est quelqu’un qui prend conscience des choses. Mais en même temps, je sais qu’il n’y aura pas de changement radical dans mon quotidien. Si demain une loi devait me concerner, il y a fort à craindre que ce serait pour me pénaliser. Nous, les artisans, nous sommes ceux auxquels on présente la facture. On ne me demande pas si j’ai contribué à construire quelque chose, avec mon entreprise.

Alors, à quoi bon ! Mon abstention est un grand sujet de débat, avec mes amis. Ils me disent : “Vote blanc mais vote !” Mais, voter blanc, c’est ne pas être pour l’un ou pour l’autre. Moi, simplement, je ne me sens pas concerné. La politique, je la regarde de l’extérieur comme à travers une fenêtre. J’ai le sentiment, avec les candidats, que je ne concerne personne et que personne ne me concerne. Mes proches me disent : "Tu ne participes pas à la vie de ton pays en ne votant pas." C’est faux. J’ai des origines italiennes. Mon grand-père s’est installé en France en 1908. Je me sens totalement de ce pays que je contribue à fabriquer et je prendrais un fusil pour lui s’il le fallait. Cela n’a rien à voir.

Quand on me rétorque “en votant, tu deviens acteur”, je réponds “oui et non” car, au bout du compte, l’électeur subit les choses plus que le contraire. Si la Grèce est en faillite et que la France est endettée, croyez-vous que ce soit en votant que vous changerez quoi que ce soit ? On le voit bien avec la crise bancaire, on a le sentiment de vivre dans un monde artificiel où tout vous échappe. Quel est le sens, l’explication de tout ça, la prise que l’on peut avoir sur ces choses ?"

L’écœurée : Géraldine Micot, 38 ans, chômeuse

"Je suis née à Villeneuve-Saint-Georges, dans le Val-de-Marne. Je suis actuellement au chômage. J’ai perdu mon emploi de comptable à l’été 2009, à cause de la crise. J’ai voté à toutes les élections. Là, c’est la première fois que je ne voterai pas. Mon grand-père était un résistant communiste. Il a été déporté dans un camp de concentration. Après la guerre, il a été déçu par le communisme et est devenu socialiste. Il a défilé en 1968 et s’est retrouvé sans travail. Alors, il ne voulait pas que je m’engage politiquement et que je connaisse les mêmes déceptions. En revanche, il voulait que je vote. Il se serait fâché si je n’y étais pas allée. Il s’était battu pour que je puisse le faire.

Ma mère avait sa carte du PS. Mon père aussi était socialiste. Il tenait un bar dans la Nièvre. Toute la gauche y défilait. J’y ai vu Jospin. Au début, j’étais à gauche, naturellement, j’ai manifesté contre Devaquet. Et puis j’ai vu les choses différemment. Dans la Nièvre, j’ai connu Mitterrand sous son aspect le plus néfaste, notamment avec l’affaire Bérégovoy.

J’ai voté pour la première fois aux européennes de 1992. Depuis je vote à droite. Il a fallu que j’explique ça à mes parents. Je ne voterai pas aux prochaines régionales, pour la première fois. Je me dis que ce n’est pas bien, je pense à mon grand-père. S’il était encore en vie, il m’emmènerait voter à coups de pied dans les fesses. Mais j’ai perdu confiance. Je me suis aperçue que les candidats étaient plus intéressés par la politique que par les gens. Je ne supporte plus l’impunité dont jouissent les ministres. Vous, lorsque vous avez un problème, on vous fait payer. Mais les ministres, eux, ne sont pas responsables. Ils font des choses condamnables et puis, plus rien, ils continuent toujours à faire de la politique. Moi, je ne peux pas comprendre cela.

Ici, on a le sentiment de ne pas compter. La France n’existe pas en dehors de Paris, Lyon ou Marseille. Les gens de banlieue se disent défavorisés. Mais, à la campagne, la plupart des copains de mon fils n’iront pas non plus à l’université parce que leurs parents n’auront pas les moyens. Parfois, j’ai envie de crier ma colère et ma détresse, de hurler qu’on nous oublie."

Le revenant : Jean-Michel Robert 42 ans, agent d’entretien qualifié

"Je suis né à Auxerre. J’ai voté, pour la première fois, à la présidentielle de 1988. Je votais comme tous les copains. J’ai dix frères et sœurs et ils votaient tous. Mon père, Jean, me disait : "Faudrait aller voter. C’est mieux pour toi plus tard." J’ai voté quatre fois au total. Et puis j’ai arrêté. Ça ne m’intéressait plus. Je me suis dit que tout ça, c’était du pipeau. Ils avaient trahi ma confiance avec leurs promesses non tenues. Alors, je les regardais se bouffer le nez. Je rigolais. Je me disais que ce n’était pas cela qui allait changer le système.

Mon entourage me le reprochait, on me disait : "Pourquoi tu ne votes pas ?" Je suis ainsi resté dix-neuf ans sans voter. Ensuite, j’ai connu ma compagne. Elle, elle votait. En 2006, j’ai eu mon premier enfant, Mathéo. Là, je me suis dit : "Pour lui, pour son avenir, je vais retourner voter." On est prêt à tout pour ses enfants. Et puis, on voit tellement de trucs à la télévision, on est plus réfléchi avec l’âge, on prend plus le temps de penser. Donc, je suis allé me réinscrire à la mairie. J’ai refait les papiers pour avoir ma carte électorale.

A la présidentielle de 2007, j’ai voté, aux deux tours. Je n’ai pas trop regardé la campagne. J’ai juste lu les tracts pour me décider. Nous y sommes allés en famille, à l’ouverture des bureaux, à 8 heures. J’ai gardé les enfants, en regardant comment ma compagne faisait. Après, j’y suis allé à mon tour. Je crois que je vais continuer à voter, pour l’avenir de mes gamins. Je vais participer aux régionales. En revanche, je ne sais pas encore qui je vais choisir. J’attends qu’ils m’envoient leur pub pour me décider."

http://www.lemonde.fr/elections-reg...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Régionales : pourquoi ils n’iront pas voter
14 mars 2010 - 19h13

Ils/elles ont raison : ras le bol d’être pris pour des cons par une classe politique parasite et incompétente !



Régionales : pourquoi ils n’iront pas voter
15 mars 2010 - 11h23 - Posté par commercynpa

Quand on arrivera à ce que la politique soit menée par des non professionnels, au service du peuple et avec impossibilité de cumuler les mandats en durée et en nombre. Si les places à prendre ne permettent plus de se goinfrer comme des truies, peut-être verront nous un jour notre pays géré par des hommes et des femmes de bonne volonté pour l’intérêt général et non pour le portefeuille personnel. Ce n’est pas une utopie, c’est techniquement possible. En tout cas ce qui se passe avec les politiques vient justement du fait que les gens ne s’y intéressent pas assez. S’abstenir c’est donner carte blanche à la clique des politiques professionnels, c’est de l’assistanat. Et il coûte très cher.
http://npa-commercy.over-blog.com

commercynpa


Régionales : pourquoi ils n’iront pas voter
14 mars 2010 - 23h08

CES ÉLECTIONS C’EST COMME CHOISIR ENTRE UN SANDWICH AU CACA ET UNE POIRE A LAVEMENT...



Régionales : pourquoi ils n’iront pas voter
15 mars 2010 - 10h10

C’est surtout qu’on te bourre le crâne jusqu’au lycée avec ce soit disant "devoir" alors ils se laissent bercer les belles paroles des profs et de la tv et vont voter, mais d’un autre côté ils s’en foute complètement, seulement pour faire "bien" vis à vis des amis et de la famille... Allez voter NPA pour se sentir plus révolutionnaire que les autres...non merci. Ni dieu Ni maître je m’y tiens !



Régionales : pourquoi ils n’iront pas voter
16 mars 2010 - 13h00 - Posté par Fred

Bonjour,

Puisque certains d’entre vous paraissent meilleurs que les autres et si sains d’esprit : présentez-vous.

A+



Régionales : pourquoi ils n’iront pas voter
16 mars 2010 - 17h56 - Posté par Victor

Avoir l’esprit civique, c’est ne pas aller voter.
Nous retournerons aux urnes lorsqu’on sera en démocrarie.
Ignorez tous ces guignols qui nous utilisent tous les X années et qui se foutent de notre gueûle tout le reste du temps. Souvenez-vous du référendum de 2005 et du traité de Lisbonne.
ELECTIONS PIEGE A CONS !
Ce slogan est plus que jamais d’actualité !!!





journée internationale pour la paix : visio-conf. ce 18 septembre 2020
jeudi 17 - 23h32
Le désempuissantement populaire participe de la perte de démocratie.
jeudi 17 - 20h50
de : Christian Delarue
1 commentaire
Pourquoi beaucoup de salariés ont la tête ailleurs
jeudi 17 - 12h16
Des papiers pour tous ! C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 08h17
de : Hdm
De la lutte des masques à la lutte des classes
jeudi 17 - 07h58
de : Bruno Guigue
2 commentaires
Si à 5 ans un gosse n’as pas eu au moins deux leucémies, c’est qu’il a raté sa vie
mercredi 16 - 23h29
de : Dr Seguelasse de Santé publique rance
SEPARATISME
mercredi 16 - 19h48
de : Nemo3637
2 commentaires
l’Etat providence... ! Pour qui ?
mercredi 16 - 16h41
de : joclaude
VENEZUELA : On ne nous dit pas tout !
mercredi 16 - 10h37
de : joclaude
1 commentaire
La nouvelle grenade de désencerclement reste une arme de guerre
lundi 14 - 07h23
1 commentaire
Les trois secteurs de résistance du peuple-classe
dimanche 13 - 14h47
de : Christian Delarue
1 commentaire
Le séisme idéologique est plus important que le virus lui-même
dimanche 13 - 05h35
de : Michaël Verbauwhede et Seppe De Meulder - Solidaire
4 commentaires
MRAP : Droit et "séparatisme islamique" (lettre ouverte)
samedi 12 - 16h29
de : Christian Delarue (mrap)
Le MRAP assure le Maire de Stains de sa solidarité
samedi 12 - 10h48
de : Christian Delarue (mrap)
Agression antisémite à Aubervilliers
samedi 12 - 10h43
de : Christian Delarue (MRAP)
Génération désenchantée
vendredi 11 - 22h11
de : paris lutte info
Oussama et CIA copains comme cochon
vendredi 11 - 21h56
de : globalResearch
quel "homme" de petite taille ce darmanin
vendredi 11 - 18h14
1 commentaire
Le moment paranoïaque (le déferlement totalitaire) face à la dialectique du maître et de l’esclave Par Ariane Bilheran,
vendredi 11 - 11h21
de : pierrot
2 commentaires
CHRONIQUES NOIR & ROUGE N° 2 Septembre 2020
mercredi 9 - 22h26
de : frank
ELEVES ET PROFS A L’ABANDON
mercredi 9 - 18h16
de : Nemo3637
Séance de déplacement collectif
mercredi 9 - 12h43
de : jean1
République et démocratie : dérives et instrumentalisations
mercredi 9 - 00h08
de : Christian Delarue (Fondation Copernic)
1 commentaire
Rentrée scolaire "bleu marine" !
dimanche 6 - 16h33
de : joclaude
Mali : une solution est-elle possible sans remise cause des règles du jeu ?
samedi 5 - 16h57
de : Eve76
Rentrée, plan de relance, luttes…
samedi 5 - 09h40
Regard marxiste sur la catastrophe écologique et perspectives - Chrismondial
samedi 5 - 08h38
de : Christian Delarue
1 commentaire
RÉUNION ET REPAS DE SOLIDARITÉ ORGANISÉS PAR LA CAMPAGNE UNITAIRE POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH - 12/09/20
vendredi 4 - 17h40
de : Jean Clément
RÉUNION ET REPAS DE SOLIDARITÉ ORGANISÉS PAR LA CAMPAGNE UNITAIRE POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH - SAMEDI 12 SEP
vendredi 4 - 17h37
de : Jean Clément
Mali : Dans quel but s’y maintient l’Armée Française ?
vendredi 4 - 17h29
de : joclaude
Guy KONOPNICKI : 2005 - 2020 . Christian DELARUE
vendredi 4 - 17h14
de : Christian.Delarue
3 commentaires
Etats-Unis : Daniel Prude asphyxié par des policiers dans l’Etat de New York (video, photos)
vendredi 4 - 10h58
Des tags islamophobes sur la mosquée de Tarbes - MRAP
jeudi 3 - 21h34
de : Christian DELARUE (MRAP)
3 commentaires
Le plan de relance enchante le patronat sans trop convaincre les syndicats de salariés
jeudi 3 - 17h38
A LA RENTREE FAIS GAFFE A LA RECRE
jeudi 3 - 10h02
de : Nemo3637
La grande descente - Si c’est pas l’heure de l’mettre, ça y ressemble !
mercredi 2 - 22h37
de : Hdm
1 commentaire
Tita Nzebi, femme de parole et de chant
mercredi 2 - 17h28
L’universalisme, seule boussole de l’antiracisme - HPR répond à JLM (Marianne)
mercredi 2 - 07h34
de : Christian Delarue
La République En Masques : une armada de collabos !
mardi 1er - 15h25
de : Claude Janvier
3 commentaires
Le PCF du Tarn agressé par l’extrême droite, le PRCF 81 apporte son soutien et sa solidarité antifasciste.
mardi 1er - 12h01
de : jodez
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite