Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Nicos POULANTZAS - 1936-1979 - éléments biographiques
de : Biographie
jeudi 18 mars 2010 - 15h51 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire
JPEG - 52.9 ko

Né à Athènes, Nicos Poulantzas a été membre du Parti communiste grec.

Résidant en France à partir de 1960, il va être maître de conférences à l’université de Paris-VIII (Vincennes).

Quand il publie en 1968 son livre "Pouvoir politique et classes sociales", il n’est pas exagéré de dire qu’il n’y a pas en France de véritable théorie marxiste de l’État. Les esprits exigeants doivent se contenter de quelques textes de Gramsci et de quelques commentaires intelligents sur les classiques de la théorie de l’État.

"Pouvoir politique et classes sociales" se situe à un tout autre niveau.

C’est apparemment un livre bardé de références dogmatiques, formulé dans une langue rébarbative, mais en même temps plein de vigueur juvénile et qui bouscule les règles établies. Nicos Poulantzas est, à l’époque, très profondément influencé par Louis Althusser, mais il ne développe pas pour autant la pensée d’un maître ; il part, en réalité, à l’aventure, un peu comme s’il s’enivrait de découvertes qu’il est très difficile de maîtriser et qu’il faut, à cause de cela, emprisonner dans une terminologie familière et bien connue.

On peut, bien entendu, critiquer sévèrement l’importance qu’il attribue alors aux définitions et aux classifications, à la taxinomie. On ne doit cependant pas oublier que cet ouvrage permet à beaucoup de rompre, à ce moment-là, avec un marxisme simpliste, qui ne voit dans l’État que l’instrument de la classe dominante et dans la politique qu’une manipulation.

Nicos Poulantzas, en cherchant à délimiter le champ du politique, fait toucher du doigt l’irréductibilité de celui-ci par rapport à l’économique ou à l’idéologique, et le redécouvre comme un jeu de stratégies et de tactiques en vue de maintenir la cohésion de la formation sociale.

Il est, en ce sens, beaucoup plus loin du structuralisme qu’on ne l’a dit.

C’est ce que montre bien son livre "Fascisme et dictature" (1971), qui s’intéresse de très près aux processus qui ont mené les fascistes italiens et les national-socialistes allemands à prendre le pouvoir.

Nicos Poulantzas, dans cet ouvrage, fait preuve d’une très grande sensibilité aux évolutions des rapports de force entre les classes et aux glissements politiques et idéologiques qu’on observe comme conséquences directes des affrontements entre les grandes organisations représentatives des couches opprimées et de la bourgeoisie.

La politique pour laquelle il se passionne n’est certainement pas le reflet de l’économie et des rapports économiques ; elle est, au contraire, la réaffirmation toujours renouvelée de la lutte des classes ; elle est faite d’une suite d’interventions qui bouleversent des relations apparemment très établies et cristallisées.

On peut dire que la théorie de Nicos Poulantzas se centre autour de la contradiction entre les déterminismes sociaux structurels et l’innovation latente, et porteuse d’avenir, des conflits de classes.

Dans cet esprit toujours, il n’y a pas de pire adversaire du marxisme authentique que l’économisme, qui résume toutes les conceptions fatalistes de l’histoire et toutes les conceptions déterministes de la société.

Pour Nicos Poulantzas, le caractère irrésistible des processus économiques auxquels les hommes d’aujourd’hui sont confrontés, particulièrement dans un contexte de prolifération des sociétés multinationales et de désordres monétaires internationaux, ne renvoie donc pas à une loi d’airain du devenir social, mais à un certain agencement des rapports de classes, à des dispositifs favorables, dans une conjoncture donnée, à la classe dominante.

La domination de l’État, sa suprématie apparente dans tous les débats qui secouent la société ne sont pas le fait d’une entité maîtresse d’elle-même, d’une sorte de démiurge qui ferait face consciemment aux problèmes qu’il doit affronter.

Ils sont plutôt l’expression d’un fonctionnement aveugle : l’État capitaliste contemporain est tout autant dirigé qu’il dirige. Comme le dit Poulantzas dans son dernier ouvrage, "L’État, le Pouvoir, le Socialisme" (1978), l’État est de nature relationnelle. Il exprime et traduit des relations sociales complexes au niveau global, ou plus précisément national, sans qu’on puisse dire qu’il s’impose comme l’organisateur véritable de la société. Il est, dit encore Nicos Poulantzas, condensation, matérialisation des rapports de force entre les classes. En d’autres termes, on est bien en présence d’une immense machinerie, mais d’une machinerie qui n’a pas en elle-même ses forces motrices ni son principe de fonctionnement.

L’État doit donc être désacralisé et débarrassé de tous les investissements idéologiques qui en font un instrument privilégié de conservation ou de transformation de la société. On ne peut évidemment ignorer des phénomènes tels que le nazisme et le stalinisme, qui sont l’irruption d’une sauvagerie étatique rationalisée ; mais ils doivent être replacés dans le cadre de modifications radicales des rapports de classes, alors même qu’ils semblent précéder celles-ci, voire les mettre en œuvre de façon paroxystique.

Il en découle logiquement qu’on ne doit pas simplifier – comme le fait une partie de la tradition marxiste – le problème de la disparition ou du dépérissement de l’État.

La métaphore de la destruction de l’appareil d’État ne doit pas nous conduire à oublier que la lutte pour faire régresser la part de la coercition politique dans les rapports sociaux ne saurait s’épuiser dans la destruction de certaines institutions étatiques.

Il faut, en réalité, qu’il y ait concomitance des transformations politiques et des transformations sociales, dans un contexte général d’extension de la démocratie.

L’œuvre prématurément interrompue de Nicos Poulantzas se clôt sur une mise en question très claire du dogmatisme et sur une invite à ne pas se laisser prendre dans les filets de l’étatisme.

Jean-Marie VINCENT (professeur à l’université de Paris-VIII)

(Sce : Encyclopédie UNIVERSALIS)


Nicos Poulantzas (Greek : Νίκος Πουλαντζάς ; 30 September 1936 – 3 October 1979) was a Greek Marxist political sociologist. In the 1970s, Poulantzas was known, along with Louis Althusser, as a leading Structural Marxist and, while at first a Leninist, eventually became a proponent of eurocommunism. He is most well-known for his theoretical work on the state. But he also offered Marxist contributions to the analysis of fascism, social class in the contemporary world, and the collapse of the dictatorships in Southern Europe in the 1970s (e.g. Franco’s rule in Spain, Salazar’s in Portugal, and Papadopoulos’s in Greece).

Life

Poulantzas studied law in Greece and was active in the student movement. He then moved to France.[1]. He killed himself in 1979 by jumping from the window of his Paris flat.[2]

[edit] Theory of the state

Poulantzas’s theory of the state was reacting against what he saw as more simplistic understandings within Marxism. Instrumentalist Marxist accounts held that the state was simply an instrument in the hands of a particular class. Poulantzas disagreed with this, because he saw the capitalist class as too focused on their individual short term profit, rather than on maintaining the class’s power as a whole, to simply exercise the whole of state power in its own interest. Poulantzas argued that the state, though relatively autonomous from the capitalist class, nonetheless functions to ensure the smooth operation of capitalist society, and therefore benefits the capitalist class.

In particular, he focused on how an inherently divisive system such as capitalism could co-exist with the social stability necessary for it to reproduce itself - looking in particular to nationalism as a means to overcome the class divisions within capitalism. Poulantzas has been particularly influential over the leading contemporary Marxist state theorist, Bob Jessop.

Borrowing from Antonio Gramsci’s notion of cultural hegemony, Poulantzas argued that repressing movements of the oppressed is not the sole function of the state. Rather state power must also obtain the consent of the oppressed. It does this through class alliances, where the dominant group makes an ’alliance’ with subordinate groups, as a means to get the consent of the subordinate group.

In his later works, Poulantzas analysed the role of what he termed the ’new petty bourgeoisie’ in both consolidating the ruling classes hegemony and undermining the poletariat’s ability to organise itself. By occupying a contradictory class position, that is to say, by identifying with its de facto oppressor, this fraction of the working class throws its lot in with the bourgeois whose fate it (wrongly) believes it shares.

The fragmentation (some would argue the demise) of the class system is, for Poulantzas, a defining characteristic of late capitalism and any politically useful analysis must tackle this new constellation of interests and power. An example of this can be seen in a Poulantzas-influenced analysis of the New Deal in the United States : the American ruling class, by acceding to some of the demands of labour (regarding things like minimum wage, labour laws, etc.), helped cement an alliance between labour and a particular fraction of capital and the state [Levine 1988]. This was necessary for the continued existence of capitalism, for if the ruling class simply repressed the movements and avoided making any concessions, it could have led to a socialist revolution.

[edit] Legacy

Poulantzas provides a nuanced analysis of class structure in an era when the internationalisation of production systems (today ’globalisation’) was shifting power from labour to capitalist classes. In many areas, he foresaw the current debate on the critical Marxian language of ’class’, ’bourgeoisie’, and ’hegemony’ finds little echo in contemporary political science where its positivism requires researchers to focus on putative measurable and objective entities. However, by placing class analysis at the center of political analysis, Poulantzas reminds us that theorists are political agents themselves and that accounts of the political world are suffused with the ambient ideology that they suppose themselves to bracket.

[edit] Major works

* Poulantzas, Nicos. Political Power and Social Classes. NLB, 1973 (orig. 1968).

* Poulantzas, Nicos. Fascism and Dictatorship : The Third International and the Problem of Fascism. NLB, 1974 (orig. 1970).

* Poulantzas, Nicos. Classes in Contemporary Capitalism. NLB, 1975 (orig. 1973).

* Poulantzas, Nicos. The Crisis of the Dictatorships : Portugal, Greece, Spain. Humanities Press, 1976.

* Poulantzas, Nicos. State, Power, Socialism. NLB, 1978.

* Poulantzas, Nicos. The Poulantzas Reader : Marxism, Law and the State, ed. J. Martin. Verso, 2008.

[edit] Further reading

* Jessop, Bob. Nicos Poulantzas : Marxist theory and political strategy. Macmillan, 1985.

* Levine, Rhonda. Class struggle and the New Deal : industrial labor, industrial capital, and the state. University Press of Kansas, c1988.

[edit] References

http://en.wikipedia.org/wiki/Nicos_...


Institut POULANTZAS, Athènes



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Nicos POULANTZAS - 1936-1979 - éléments biographiques
30 novembre 2014 - 15h33 - Posté par Jacky Réault

Bonjour,

Pour avoir pratiqué et enseigné Nicos Poulantzas, et spécialement Pouvoir politique et classes sociales..., j’ai plaisir à vous dire ma convergence d’interprétation avec votre article et spécialement avec la lecture lucide de Jean-Marie Vinçent. Je voulais vous signaler qu’à l’occasion d’un encore récent colloque, Actualité de la pensée grecque... et de la publication d’un livre ad hoc (Dir Panagiotius Christias, Antigone Mouchtouris) Paris Le Manuscrit 2014, J’ai publié une analyse rétrospective de son apport à l’historien devenu sociologue universitaire que je suis. Sur l’usage de ses concepts novateurs et libres sous la langue de bois alors obligée, dans mes propres développements de recherche, et sur le procès biographique qui le mène d’un apparent objectivisme scientiste à une prise en compte de la singularité (des sociétés et des individus), voire à une acceptation de plus en plus intense, jusqu’à son suicide, du "sujet" même ce tabou du marxisme orthodoxe, je vous signale mon article dans ce colloque et dans ce livre. De Nicos Poulantzas à Cornelius Castoriadis, deux ponctuations grecques d’un itinéraire sociologique en France (1968-2008.). Merci de votre accueil et qui sait à suivre ? Jacky Réault Université de Nantes. Lestamp jacky.reault@wanadoo.fr ce 30 novembre 2014).






Jamais 2 sans 3
samedi 7 - 18h14
de : jean1
2 commentaires
Un peu plus de musique
samedi 7 - 18h08
de : jean1
UN PEU DE MUSIQUE
samedi 7 - 17h58
de : jean1
Suppression des régimes de retraites des parlementaires ?
samedi 7 - 09h08
de : Jean-Marie Défossé
Reportage photo : Manifestation à Paris pour les retraites- jeudi 5 décembre 2019
vendredi 6 - 21h39
de : jean1
Grève de la destruction du monde à Saint-Victor
vendredi 6 - 18h36
de : AMASSADA
Comment Maduro, a t il pu laisser faire cela, livrer « Stan Maillaud » au psychopathe macron (vidéo)
vendredi 6 - 17h07
de : nazairien
Verdi, ancien « vrai journaliste », nous fait, une analyse extremement détaillée de cette puissante mobilisation du 5-12
vendredi 6 - 15h44
de : nazairien
1 commentaire
Quand les riches détruisent des bâtiments publics, avec le soutien de la justice
vendredi 6 - 13h00
de : Louisette
1 commentaire
Les Etats-Unis se hasardent-ils à considérer la CHINE comme une République bananière ?
jeudi 5 - 22h46
de : JO
Le principe de continuité du mouvement de grève
jeudi 5 - 20h03
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Grève du 5 décembre : manif monstre à Saint-Nazaire
jeudi 5 - 13h12
de : naairien
6 commentaires
LREM, Macron, farandole de casseroles : A mettre dans le livre des records (document Médiapart)
mercredi 4 - 23h53
de : nazairien
1 commentaire
Un mouvement de grève ne nous empêche pas de vous proposer nos programmes, bien au contraire ! C’est l’heure de l’mettre
mercredi 4 - 22h07
de : Hdm
VIOLENCE D’ETAT, VIOLENCE REVOLUTIONNAIRE
mercredi 4 - 19h55
de : Nemo3637
Pas d’argent pour les Retraites ?
mercredi 4 - 17h49
1 commentaire
Spectacle ’Du Gabon à la Russie’ le 7 décembre à Nantes : exil, amour, justice
mercredi 4 - 00h41
Retraites des fonctionnaires : ça va saigner pour les enseignants, les paramédicaux et les agents territoriaux
mardi 3 - 14h01
« Rassemblement non stop » : les pompiers veulent occuper la place de la République une semaine entière (vidéo)
lundi 2 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires
En grève jusqu’à la retraite !
lundi 2 - 12h47
de : jean1
2 commentaires
Acte 55 Gilets Jaunes à Toulouse ! Témoignage d’un vrai REPORTER !
dimanche 1er - 20h40
de : JO
CRITIQUE du TRAVAIL salarié et de la RELIGION
dimanche 1er - 15h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Vous avez dit : Un monde multipolaire ? Autre démonstration !
samedi 30 - 10h58
de : JO
1 commentaire
EPO et Hamster chinois.
vendredi 29 - 18h03
de : L’iena rabbioso
L’éruption de la faim - C’est l’heure de l’mettre !
vendredi 29 - 12h44
de : Hdm
1 commentaire
CONVERGENCE DES LUTTES : Contribution !
vendredi 29 - 12h14
de : JO
BOLIVIE : La succession d’EVO Morales assurée et organise la Résistance !
vendredi 29 - 11h25
de : JO
Un 5 décembre fort ou exceptionnel ! L’état de la mobilisation secteur par secteur
vendredi 29 - 07h36
1 commentaire
Xavier Kemlin, star déchue de la complosphère d’extrême-droite
jeudi 28 - 17h21
de : Blanqui75
1 commentaire
BOLIVIE : suite du complot contre EVO MORALES + corruption à la clé !
jeudi 28 - 11h57
de : JO
1 commentaire
Rafael Correa (ancien président de l’équateur) reçoit Evo Morales, (coup d’état et lutte de classes) (vidéo)
jeudi 28 - 11h32
de : nazairien
1 commentaire
La mort de Sami Abu Diak, prisonnier politique palestinien
jeudi 28 - 10h34
de : librinfo74 via jyp
Greve du 5 décembre
jeudi 28 - 10h04
de : jean 1
ARGENTINE : Alberto Fernandez Président élu, refusera le crédit du FMI !
jeudi 28 - 10h03
de : JO
Gilets jaunes : les interdictions de manifestation, l’autre face de la répression
mercredi 27 - 13h11
1 commentaire
Le monarque se prépare-t-il à lancer ses brutes contre notre Jeunesse ?
mardi 26 - 23h50
de : JO
BOLIVIE : A lire absolument ce que nos médias aux ordres ne vous diront pas !
mardi 26 - 16h15
de : JO
1 commentaire
C’est quoi : un pognon de dingue ?
mardi 26 - 15h22
de : JO
On se crève au travail, que crève le travail !
mardi 26 - 12h26
de : jean1
1 commentaire
Culture dominante et perception du déshonneur
lundi 25 - 21h09
de : Christian DELARUE
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

C'est par nos pensées, nos paroles et nos actions, individuellement et collectivement, que nous façonnons nos lendemains. Sagesse Tsagali
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite