Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Eros (57 articles)
NOYAU ROUGE PELE
de : Franca Maï - 24 février 2007
de Franca Maï La lumière n’est jamais celle que l’on croit. Les nuages sont-ils trop en panique ou faut-il attendre encore quelques secondes avant que le soleil rouge ne darde de ses rayons, le sable mouillé ?... Mais les pieds se sont déjà enfoncés dans les algues gluantes et le corps se penche en avant pour se coller à la barrière de galets. Elle respire, mal, oppressée. Elle a une migraine terrible. Elle aurait du avaler ses cachets. La dernière fois qu’elle a vu sa (...)
Lire la suite, les commentaires...
Quicky
de : Franca Maï - 18 février 2007
13 commentaires
de Franca Maï J’habite le long de la voie ferrée. Il y a des trains qui passent toutes les dix minutes. Ca pulse bien la tête. Ma femme m’a quitté, il y a cinq ans. Je suis toujours amoureux d’elle. Il faut comprendre Man que quand t’es largué par une femme, même la plus moche que la terre puisse porter, t’es un homme en demande. La mienne, elle était canon. Toute petite, fragile d’apparence, une taille plus fine que celle d’une gamine de douze (...)
Lire la suite, les commentaires...
Mon cœur halète, ne sais pour qui…
de : Alina Reyes - 18 février 2007
24 commentaires
de Alina Reyes Il n’y avait rien dans cette pièce, sinon un livre ouvert, un livre plus grand que moi. L’encre noire sur le papier gravait des caractères géants, les dessinait dans toute leur étrangeté, leur beauté mystérieuse. Je fis quelques pas vers l’ouvrage, le cœur battant d’enthousiasme et d’une vague appréhension, comme si je m’attendais à voir ses ailes se refermer doucement sur moi, pour m’embrasser et m’enlever. (…) Je (...)
Lire la suite, les commentaires...
CUBA : J’AI ENCORE REVE D’ELLE
de : Viktor Dedaj - 13 février 2007
27 commentaires
de Viktor Dedaj Ca vous arrive de rêver ? Je veux parler des rêves pendant le sommeil, de vrais rêves quoi. Ceux dont on se souvient au réveil (parce que les autres, hein, autant les oublier). Il parait que la majorité des hommes de sexe masculin font des rêves à caractère érotique. Personnellement, je suis scandalisé par une telle affirmation qui constitue une agression frontale contre notre dignité et n’est certainement que l’oeuvre d’une bande de féministes (...)
Lire la suite, les commentaires...
Politique de l’amour : "Ce bel objet du désir"
de : Alina Reyes - 11 février 2007
45 commentaires
de Alina Reyes Quand je vois ce bel objet susceptible de se mettre à gonfler, durcir, se dresser… Comment dire ? Ça me fascine, ça m’énerve, ça me rend idiote, ça m’hébète, ça m’affame, ça me creuse, ça me rend vide, ça me fait envie… Ça me rend minuscule… Humble… Puissante… C’est trop beau, trop bon, trop étrange… Le pénis de l’amant. Peut-être que j’aurais voulu en avoir un, moi aussi. Est-ce qu’il (...)
Lire la suite, les commentaires...
Avec ma permission...
de : Franca Maï - 11 février 2007
16 commentaires
de Franca Maï Ce matin, j’étais à mon balcon, bras ballants, noyée vers l’infini. J’ai entendu un cri strident. Ils étaient deux. Ils violaient une fille sur le terrain vague. Je n’ai pas bougé. Je suis trop fatiguée. J’ai regardé. Je n’ai même pas esquissé un geste vers le téléphone pour appeler de l’aide. J’ai regardé. Tout d’abord, en fermant à moitié les paupières. Les deux gus, bien charpentés, avaient l’air de (...)
Lire la suite, les commentaires...
Sea, sex and love au Fou de Bassan
de : Esteban - 9 février 2007
509 commentaires
de Esteban Tout commence un matin Un jour pas commun D’un été pas commun. On marche nonchalant Le long du rivage Où s’ébrouent quelques baigneurs. On regarde sans voir On entend sans écouter Pourtant il suffit d’un instant Pour sortir de l’absence. La " mer " m’a ébloui ! Calme et scintillante Bleue et brillante Transparente… Seulement quelques petites vaguelettes Pour capter mon attention. Je détourne mes yeux Et toujours ces (...)
Lire la suite, les commentaires...
La femme qui fait l’amour est politique
de : Osemy - 4 février 2007
32 commentaires
de Osemy Ce qui se passe dans la tête des hommes lorsque la femme entr’ouvre les cuisses est magique... Nous sommes toutes des magiciennes en puissance. La Femme est l’avenir de l’Homme. Bien peu résistent au doux bruissement des chairs qui se frôlent pour laisser apercevoir la naissance d’un sein, l’ombre d’un sexe. Bien peu résistent au mouvement d’une hanche, à la cascade d’une chevelure... Que l’homme devient fragile et (...)
Lire la suite, les commentaires...
Eden-sur-Seine, ou le roman comme arme politique
de : Olivier Berthelot - 28 janvier 2007
2 commentaires
de Olivier Berthelot Cher-e-s tous, Ecrire un roman d’amour politique, féministe et utopiste est-il une gageure ? Surtout, lorsqu’on le veut joyeux et libre…. Peut-on écrire un roman féministe en s’appuyant sur la pornographie ? S’appuyer sur des hommes et des femmes politiques réel-le-s comme acteur du roman est-il légitime, lorsque l’on souhaite, avant tout, éviter la peoplisation de la politique ? A ces trois questions, j’espère que la (...)
Lire la suite, les commentaires...
Alina desnuda : 8 façons pour décrire l’eros
de : Ranieri Polese - 25 janvier 2007
1 commentaire
de Ranieri Polese traduit de l’italien par karl&rosa L’auteure du "Boucher" raconte sans pudeurs ses rencontres amoureuses "Agenouillée devant son trésor, je suis une petite fille devant l’arbre de Noël, droit, resplendissant et si beau, avec ses boules pleines de promesses. Dans mon cœur je prie le Père Noël, j’espère avoir été assez bonne pour mériter mon cadeau". Après presque trente livres publiés (le premier, Le Boucher, de 1988, lui donna tout de (...)
Lire la suite, les commentaires...
PEDRO, dernier opus de Franca Maï, en librairie le 11 janvier 2007
de : Franca Maï - 8 janvier 2007
Si Mata, adolescente de 17 ans, élève surdouée au corps sculptural, abandonne ses études en pleine année de baccalauréat et choisit la vie professionnelle, c’est juste un leurre pour tromper son entourage. Elle a d’autres projets en tête. Elle n’hésite pas à dérouiller les hommes mariés qui tentent de s’amuser avec son corps en leur infligeant une leçon mémorable. Elle est imprévisible et animale ! Et surtout, elle hait cette soumission qui rend corvéable (...)
Lire la suite, les commentaires...
Musée de l’Erotisme : exposition "Double You See d’oYo"
de : Franca Maï - 5 décembre 2006
de Franca Maï C’est une bien belle et étrange exposition qui se déroule actuellement au Musée de l’Erotisme à Paris. Baptisée Double you see par son concepteur oYo -artiste onirique- elle plonge le visiteur dans une immersion sensuelle à hauteur des latrines, provoquant tour à tour, le trouble, l’envie, le rejet, le sourire, le doute, le rêve éveillé comme si le réalisateur de ces sept tableaux animés et sonores avait voulu livrer aux curieux, la face cachée d’un (...)
Lire la suite, les commentaires...
Toilette intime
de : Séverine Capeille - 23 mai 2006
de Séverine Capeille Il y a bien quelques bruits. Lointains. On entend sans doute les ronflements de la vie extérieure, plus ou moins perceptibles, pareils à des battements de cœur. Les sons arrivent déformés, non pas tant par l’épaisseur de la paroi que par la présence du liquide dans lequel on baigne. On est comme un fœtus de quelques semaines. L’eau, c’est notre entrée en matière... La tête s’incline légèrement vers l’arrière. Doucement. Un (...)
Lire la suite, les commentaires...
"L’ultime tabou" roman de Franca Maï
de : Marc Alpozzo - 21 novembre 2005
14 commentaires
La parole étouffée par Marc Alpozzo En 2003, paru un roman sous le titre évocateur : Rose bonbon. Son objet : la dérive d’un pédophile. Ecrit à la première personne du singulier, généreux en détails, ce livre de littérature générale créa un tollé avant de disparaître dans un oubli bien déconcertant. Lumière crue Alors, devant une telle censure symbolique (je rappelle que des "biens pensants" ont tout essayé pour faire interdire ce livre en librairie, voire se livrer à un "autodafé") (...)
Lire la suite, les commentaires...
Le pouvoir d’Achat
de : Franca Maï - 15 septembre 2005
de Franca Maï Ils sont entrés en défonçant la porte. Cinq hommes parés comme des robocops. Je n’ai même pas eu le temps d’ôter le tablier qui enserrait ma taille. Mes mains étaient encore imbibées du produit gluant à vaisselle. L’assiette a valsé. J’ai été plaquée au mur sans ménagement. Vous faites erreur ! Ma voix émettait des tremblements. Je ne la reconnaissais même pas. Comme si en un quart de seconde, je m’étais perdue dans une autre carcasse. Ferme (...)
Lire la suite, les commentaires...
LE BRUIT CRISTALLIN D’UN TALON AIGUILLE SUR LE MACADAM
de : Franca Maï - 24 janvier 2005
32 commentaires
La Loi du 18 mars 2003 est de mettre fin aux troubles causés à l’ordre public et de lutter contre le racolage... de Franca Maï Emballé, c’est pesé... L’agonie de la truie qui couine en une litanie perçante ne percute que le plat de l’assiette vide. On oublie la douleur de la bête pour se remplir la panse. Plaisir immédiat. Comment l’animal a-t-il été tué ? ... Noyé dans de l’eau bouillante, tabassé au gourdin, électrocuté en masse, asphyxié dans (...)
Lire la suite, les commentaires...
Au Nom de la Mère : "Speedy Mata"
de : Séverine Capeille - 27 décembre 2004
1 commentaire
de Franca Maï, Le cherche midi, sortie : le 5 janvier 2005 dans les librairies. Elle. Il n’y a qu’elle dans la vie de Mata. Une mère qui remplit l’univers, comme un soleil qui chauffe, réchauffe toujours plus fort, et ne brûle pas. La mère dans le désert, un « roc » que rien ne peut casser, un oiseau dans la tempête, un refuge solitaire où les rêves se mélangent au sable et à la pureté. Une mère dans un HLM de cité. Seule. Le père s’est tiré. Il y a « elle » et (...)
Lire la suite, les commentaires...

0 | 20 | 40



accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Je voudrais seulement comprendre comment il se peut que tant d'hommes, tant de bourgs, tant de villes, tant de nations supportent quelquefois un tyran seul qui n'a de puissance que celle qu'ils lui donnent, qui n'a de pouvoir de leur nuire qu'autant qu'ils veulent bien l'endurer. Etienne de La Boétie, 1576
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite