BELLACIAO
samedi 31 août 2019 (22h28) :
"vous vous rendez compte le signal qu’on donne au monde entier : la France qui éborgne ses citoyens !",

De : même bfm et afp le rapportent devant l’ONU vous vous rendez compte ?
3 commentaires

https://www.bfmtv.com/societe/plusi...

Pour le 42e samedi d’affilée depuis le début du mouvement le 17 novembre dernier, des manifestants se sont mobilisés dans plusieurs grandes villes de France. Ainsi qu’à Genève, en Suisse voisine, où les protestataires se sont mobilisés devant les Nations unies.

Plusieurs centaines de gilets jaunes ont de nouveau défilé ce samedi à Paris, Toulouse et Bordeaux, mais aussi à Genève en Suisse, pour ce que les manifestants surnomment l’"acte 42" de leur mouvement de contestation de la politique du gouvernement.

À Paris, un cortège de quelques centaines de manifestants est parti de la place Gambetta, à l’est, peu avant 14 heures. Arrivé au pied du Sacré-Coeur, à Montmartre, il s’est dispersé dans le calme en fin d’après-midi.

"Climat, emploi, retraites, même combat", "Urgence pour les urgences" : dans le défilé, les pancartes plaidaient pour une convergence des luttes en cette rentrée. "La réforme des retraites peut évidemment fédérer contre elle", estiment Isabel et Nathalie, deux soeurs de 61 et 57 ans.

Un "septembre noir" ?

Toutes deux croient à la promesse d’un "septembre noir" faite par les gilets jaunes au gouvernement. "C’est sûr et certain, ça va recommencer".

"Ce qui me fait tenir, c’est la conscience aiguë que Macron est en train de dépecer notre modèle social", explique Isabel, en dénonçant pêle-mêle le projet de privatisation d’Aéroports de Paris et les accords de libre-échange avec le Canada et le Japon.

Comme ces deux Essoniennes, Pascal a participé depuis le 17 novembre à la "grande majorité des manifestations" de ce mouvement social inédit, né sur fond de colère contre la hausse des taxes avant de s’étendre à une série de revendications.

"Voir des gens blessés parce qu’ils manifestaient" a conforté ce conducteur de métro dans son envie de battre le pavé. Lui aussi veut croire que "ça va forcément repartir de plus belle en septembre, notamment avec les manifs contre la réforme des retraites".

Toulouse, Bordeaux... et Genève

A Toulouse, 100 à 150 gilets jaunes ont pris part à une manifestation dans le centre, entonnant leurs traditionnels chants anti-Macron.

Jean-Pierre, 66 ans, chauffeur de poids-lourds à la retraite, dit revenir du G7 de Biarritz : "Avec 700 euros de retraite par mois, c’est normal que je sois encore là et j’y serai encore les semaines suivantes".

A Bordeaux, une centaine de manifestants ont défilé dans le centre-ville. "Samedi prochain, ça va reprendre parce qu’il y a l’université d’été de LaREM à Bordeaux", estime l’un d’eux, Pascal. "Les violences policières, on en a vraiment goûté"

A Genève, en Suisse, plusieurs centaines de manifestants français ont défilé dans le calme entre la frontière française et le Palais des Nations, siège de l’ONU, pour y dénoncer les violences policières.

"Je suis là devant les Nations Unies pour qu’elles se révoltent un peu sur la condition (imposée par le président français Emmanuel) Macron aux gilets jaunes parce que , déclare Patricia, venue de Lyon. "On est le pays des droits de l’Homme quand même, la France, vous vous rendez compte le signal qu’on donne au monde entier : la France qui éborgne ses citoyens !", ajoute-t-elle.

Plusieurs personnes se présentant comme victimes de la répression policière étaient présentes dans le cortège, par exemple David Breidenstein, grièvement blessé à l’oeil gauche par un tir de LBD en mars à Paris. Jé. M. avec AFP

&&&&&&&&&&&&

JPEG - 191.8 ko

photo de https://www.facebook.com/photo.php?... voir aussi https://reporterre.net/La-Suisse-po... La Suisse pourrait interdire la vente de LBD à la France

31 août 2019 / Émilie Massemin (Reporterre)


Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Répondre à cet article
Commentaires de l'article
"vous vous rendez compte le signal qu’on donne au monde entier : la France qui éborgne ses citoyens !",
1er septembre 2019 - 11h49 - Posté par Jean PRADIER dit jean 1 - 2.*.40.***

Est-ce que cette bande de voyous, qui blesse, éborgne, mutile, gaze et assassine le peuple, va dégager consciente de son extrême nocivité pour la population française ?

L’histoire nous montre que ces morpions s’accrochent à tout pour conserver les commandes et commettent des actes, par délégation, irréparables (Rémi, Zined, Steve... ni oubli, ni pardon) sans aucune émotion à la manière des tueurs en série.Je vous épargne la liste des éborgnés, mutilés...qui est fort nombreuse.

Il est urgent de trouver un insectifuge pour repousser cette clique nauséabonde et malfaisante.




"vous vous rendez compte le signal qu’on donne au monde entier : la France qui éborgne ses citoyens !",
1er septembre 2019 - 17h13 - Posté par JOclaude - 90.**.215.**

On peut observer le mutisme et mensonges record des médias macroniens sur la poursuite des manifs. chaque samedi des Gilets Jaunes ! En revanche ces mêmes médias sont beaucoup plus intéressés pour se qui se passe en la Province Chinoise de Hong-Kong ? No coment ! Parce que chez nous il ne se passe rien de grave assure notre monarque ! Les morts des ronds-points pour cause de sécurité non assurée par la police ce ne sont que des accidents en toute banalité bien sûr ! Et s’il n’y avait de revendications sociales et fiscales il n’y aurait pas eu ces ronds-points occupés et meurtriés, c’est bien un laisser faire volontaire et pernitieux de la part des autorités ! Elles ont bien su envoyer la police sur les ronds-points que pour les détruire ! C’est un Etat voyou qui agit ainsi !




"vous vous rendez compte le signal qu’on donne au monde entier : la France qui éborgne ses citoyens !",
2 septembre 2019 - 16h04 - Posté par Raymond H - 88.***.207.**

Je me faisais la même réflexion.




> Version web de cet article