BELLACIAO
jeudi 5 septembre 2019 (16h51) :
Grenelle des violences conjugales : le gouvernement répond aux féminicides par l’aumône

De :
1 commentaire
JPEG - 184.2 ko

Édouard Philippe a annoncé 10 mesures d’urgence en ouverture du Grenelle des violences conjugales mardi 3 septembre. Pour les financer, le gouvernement met sur la table 6 millions d’euros à côté des 79 millions qui y sont déjà consacrés. Pourtant, le rapport 2018 publié par le Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes estime les besoins financiers à 1,1 milliard d’euros.

Toutes ne sont pas assassinées, mais toutes sont en danger. Chaque année, autour de 100 000 plaintes pour violences conjugales sont déposées auprès des services de police ou de gendarmerie. Le nombre de victimes est lui estimé à 225 000 par an, de nombreuses femmes n’entamant pas de démarches pour révéler les faits. Des violences qui depuis le début de l’année ont eu pour conséquences la mort de 101 femmes sous les coups de leur conjoint ou ex-conjoint. Ainsi, le décompte macabre des féminicides est passé à un tous les deux jours depuis le début de l’année contre un tous les trois jours en 2018.

Lire la suite : https://rapportsdeforce.fr/pouvoir-...


Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Répondre à cet article
Commentaires de l'article
Grenelle des violences conjugales : le gouvernement répond aux féminicides par l’aumône
5 septembre 2019 - 19h25 - Posté par Raymond H - 88.***.207.**

Il y a quand même quelque chose d’extraordinaire dans ce type de violence. A chaque fois, c’est à la femme de partir avec enfants et bagage pour se protéger (quand elle a le temps et/ou quand elle est sûr de trouver un refuge). Pourquoi ne pas inverser la chose ? Pourquoi ne pas éloigner le conjoint violent dès la première minute ? pourquoi ne pas le mettre dans un centre d’hébergement obligatoire en attendant son procès, où il sera tenu à être présent dans un créneau horaire défini ? Pourquoi, simultanément quand il sort la journée, ne pas le munir d’un appareil de repérage et d’alerte lui interdisant d’approcher sa compagne à moins d’une distance de sécurité ? Pourquoi ne pas imposer aux flics une prise en compte efficace des plaintes dès le départ pour éviter que la compagne ne glisse lentement mais surement vers le statut de morte ? Pourquoi cette société du profit s’en fout ??





> Version web de cet article