BELLACIAO
jeudi 12 septembre 2019 (20h12) :
Les corbeaux , les vautours en passe de disparaître ?

De : joclaude
1 commentaire

Guerre « commerciale » entre les États-Unis et la Chine ? Pas du tout ! Seulement la défaite du turbo-capitalisme ! partager sur:FacebookTwitter Linked InEmail

Source : Réseau international /12 septembre 2019/Andre Vltchek /

Il est très populaire de nos jours de parler et d’écrire sur la « guerre commerciale » entre les États-Unis et la Chine. Mais y en a-t-il vraiment une ? Ou s’agit-il simplement d’un choc entre des systèmes politiques et idéologiques : l’un extrêmement réussi et optimiste, l’autre déprimant, plein de cynisme noir et de nihilisme ?

Dans le passé, l’Occident produisait presque tout. Tout en colonisant la planète entière (il suffit de regarder la carte du globe, entre les deux guerres mondiales), l’Europe et plus tard les États-Unis, le Canada et l’Australie ont continué à piller tous les continents des ressources naturelles, détenant des centaines de millions d’êtres humains dans ce que l’on pourrait facilement qualifier de « travail forcé », souvent à la limite de l’esclavage.

Dans ces conditions, il était très facile d’être « numéro un », de régner sans concurrence et de jeter d’énormes sommes d’argent dans le seul but d’endoctriner des « sujets » locaux et étrangers sur des sujets tels que la « gloire » du capitalisme, le colonialisme (ouvert et secret) et la « démocratie » à l’occidentale.

Il est essentiel de souligner que dans un passé récent, la dictature occidentale mondiale (et qui incluait le « système économique ») n’avait absolument aucune concurrence. Les systèmes qui ont été créés pour le contester ont été détruits par les méthodes les plus brutales et sadiques. Il suffit de rappeler les invasions de l’Occident vers la jeune Union Soviétique, avec le génocide et les famines qui s’ensuivent. Ou d’autres génocides en Indochine, qui se battait pour son indépendance, d’abord contre la France, puis contre les États-Unis. ***

Les temps ont changé. Mais pas les tactiques occidentales.

Il y a maintenant beaucoup de nouveaux systèmes, dans de nombreux coins du monde. Ces systèmes, certains communistes, d’autres socialistes ou même populistes, sont prêts à défendre leurs citoyens et à utiliser les ressources naturelles pour nourrir la population, l’éduquer, la loger et la guérir.

Peu importe la popularité de ces systèmes chez nous, l’Occident trouve des moyens de les diaboliser, en utilisant ses mécanismes de propagande bien établis. D’abord, pour les salir et ensuite, s’ils résistent, pour les liquider directement.

Comme auparavant, à l’époque coloniale, aucune concurrence n’a été autorisée. La désobéissance est passible de la peine de mort.

Naturellement, le système occidental n’a pas été construit uniquement sur l’excellence, le travail acharné et la créativité. Il a été construit sur la peur, l’oppression et la force brutale. Depuis des siècles, il s’agit clairement d’un monopole. ***

Seuls les pays les plus durs, comme la Russie, la Chine, l’Iran, la Corée du Nord ou Cuba, ont réussi à survivre, défendant leur propre culture et faisant progresser leur philosophie.

Pour l’Occident, la Chine s’est révélée être un adversaire extrêmement dur.

Avec son système politique, économique et social, elle a réussi à construire une société tournée vers l’avenir, optimiste et extraordinairement productive. Ses recherches scientifiques sont aujourd’hui inégalées. Sa culture est florissante. Avec son plus proche allié, la Russie, la Chine excelle dans de nombreux domaines essentiels.

C’est précisément ce qui irrite, voire horrifie l’Occident.

Pendant des décennies et des siècles, l’Europe et les États-Unis n’ont pas été prêts à tolérer un grand pays qui établirait ses propres règles et objectifs.

La Chine refuse d’accepter le diktat de l’étranger. Elle apparaît aujourd’hui autosuffisante, idéologiquement, politiquement, économiquement et intellectuellement. Lorsqu’elle n’est pas totalement autosuffisante, elle peut compter sur ses amis et alliés. Ces alliés sont, de plus en plus, situés en dehors de la sphère occidentale. ***

La Chine est-elle vraiment en concurrence avec l’Occident ? Oui et non. Et souvent pas consciemment.

C’est un géant ; c’est toujours la nation la plus peuplée de la planète. Elle construit, avec détermination, sa patrie socialiste (en appliquant le modèle du « socialisme aux caractéristiques chinoises »). Elle cherche à construire un système global qui a ses racines dans les milliers d’années de son histoire (BRI – Initiative Ceinture et Route, souvent surnommée la « Nouvelle Route de la Soie »).

Sa population hautement talentueuse et laborieuse, ainsi que sa population de plus en plus instruite, produit, à un rythme plus élevé et souvent de meilleure qualité que les pays d’Europe ou les États-Unis. Comme elle produit, elle fait aussi, naturellement, du commerce.

C’est là que le « problème » se pose. L’Occident, en particulier les États-Unis, n’est pas habitué à un pays qui crée des choses pour le bien et le bénéfice de sa population. Pendant des siècles, les peuples d’Asie, d’Afrique et d’Amérique Latine ont reçu l’ordre de produire quoi et comment, où et à combien vendre le produit. Ou alors !

Bien sûr, l’Occident n’a jamais consulté personne. Il a produit ce qu’il (et ses sociétés) souhaitait. Il obligeait les pays du monde entier à acheter ses produits. S’ils refusaient, ils étaient envahis ou leurs gouvernements fragiles (souvent des semi-colonies) renversés.

La chose la plus « terrible » que fait la Chine est de produire ce qui est bon pour la Chine et pour ses citoyens.

C’est, aux yeux de l’Occident, impardonnable ! La Chine construit la première ville-forêt du monde ***

Ce faisant, la Chine est « en concurrence ». Mais équitablement : il produit beaucoup, à peu de frais et de mieux en mieux. On peut dire la même chose de la Russie.

Ces deux pays ne se livrent pas une concurrence malveillante. S’ils décidaient de le faire, ils pourraient couler l’économie étatsunienne, ou peut-être l’économie de tout l’Occident, en une semaine.

Mais ils n’y pensent même pas.

Cependant, comme nous l’avons dit plus haut, le fait de travailler dur, d’inventer des produits nouveaux et meilleurs, de faire progresser la recherche scientifique et d’utiliser les gains pour améliorer la vie des gens ordinaires (il n’y aura pas d’extrême pauvreté en Chine d’ici la fin 2020) est considéré comme le crime principal à Londres et à Washington.

Pourquoi ? Parce que les systèmes chinois et russe semblent être bien meilleurs, ou du moins, simplement meilleurs, que ceux qui règnent en Occident et dans ses colonies. Et parce qu’ils travaillent pour le peuple, et non pour les entreprises ou les puissances coloniales.

Et les démagogues occidentaux – dans les médias de masse et dans les milieux universitaires – sont horrifiés à l’idée que peut-être, bientôt, le monde va se réveiller et voir la réalité. Ce qui est déjà en train de se produire : lentement mais sûrement. ***

Présenter la Chine comme un pays maléfique est essentiel pour l’hégémonie de l’Occident. Il n’y a rien de plus terrifiant pour Londres et Washington que la combinaison de ces mots : « Socialisme/communisme, asiatique, succès ». L’Occident invente de nouveaux « mouvements d’opposition », il les soutient et les finance, juste pour ensuite pointer du doigt et aboyer : « La Chine riposte et viole les droits de l’homme », lorsqu’elle se défend et défend ses citoyens. Cette tactique est claire, à l’heure actuelle, tant dans le nord-ouest du pays qu’à Hong Kong.

Tout ce que la Chine construit n’est pas excellent. L’Europe continue de produire de meilleures voitures, chaussures et parfums, et les États-Unis, de meilleurs avions. Mais les progrès enregistrés par la Chine au cours des deux dernières décennies sont remarquables. Si c’était du football, ce serait China 2 : Occident 1.

Très probablement, à moins qu’il n’y ait une véritable guerre, dans dix ans, la Chine rattrapera et dépassera l’Occident dans de nombreux domaines. Aux côtés de la Russie.

Ça aurait pu être une excellente nouvelle pour le monde entier. La Chine partage ses réalisations, même avec les pays les plus pauvres parmi les pays pauvres d’Afrique, ou avec le Laos en Asie. la ville de Qingdao

Le seul problème, c’est que l’Occident estime qu’il doit gouverner. Il est impénitent, observant le monde d’un point de vue clairement fondamentaliste. Il n’y peut rien : il est absolument, religieusement convaincue qu’il doit donner des ordres à tous les hommes et à toutes les femmes, partout dans le monde.

C’est une tique, fanatique. Dernièrement, tous ceux qui voyagent en Europe ou aux États-Unis témoigneront : ce qui s’y passe n’est pas bon, même pour les citoyens ordinaires. Les gouvernements et les entreprises occidentaux volent maintenant même leurs propres citoyens. Le niveau de vie est en chute libre.

La Chine, avec seulement une fraction de la richesse, est en train de construire une société beaucoup plus égalitaire, même si vous ne l’auriez jamais deviné, si vous vous fiez exclusivement aux statistiques occidentales. ***

Ainsi, les slogans de « guerre commerciale » sont une tentative de convaincre le public local et mondial que « la Chine est injuste », qu’elle « profite » de l’Occident. Le Président Trump « défend » les États-Unis contre les « cocos » chinois. Mais plus il les « défend », plus ils s’appauvrissent. C’est étrange non ?

Alors que le peuple chinois, le peuple russe, et même le peuple laotien, s’enrichissent « miraculeusement » de plus en plus. Ils sont de plus en plus optimistes.

Pendant des décennies, l’Occident a prêché le « libre-échange » et la concurrence. C’est-à-dire, quand il était en charge, ou disons, « le seul caïd du quartier ».

Au nom de la concurrence et du libre-échange, des dizaines de gouvernements ont été renversés et des millions de personnes tuées.

Et maintenant ?

Qu’est-ce que la Chine est censée faire ? Franchement, quoi ?

Devrait-elle réduire sa production, ou peut-être fermer des laboratoires scientifiques ? Devrait-elle consulter le Président étatsunien ou peut-être le Premier Ministre britannique, avant de prendre une décision économique essentielle ? Devrait-elle contrôler le taux de change du yuan, conformément aux souhaits des tsars économiques de Washington ? Ce serait tout à fait ridicule, étant donné que la Chine (socialiste/communiste) deviendra bientôt la plus grande économie du monde, ou peut-être l’est-elle déjà.

Il y a tout ce discours abstrait, mais rien de concret n’est suggéré. Ou c’est exprès comme ça ?

Se pourrait-il que l’Occident ne veuille pas améliorer ses relations avec Pékin ?

Le 7 septembre 2019, AP a rapporté :

« Le conseiller économique de la Maison-Blanche, Larry Kudlow, a comparé vendredi les négociations commerciales avec la Chine à l’impasse dans laquelle se trouvaient les États-Unis et la Russie pendant la guerre froide…

Les enjeux sont si élevés que nous devons faire les choses correctement, et si cela prend une décennie, qu’il en soit ainsi », a-t-il dit.

Kudlow a souligné qu’il a fallu des décennies aux États-Unis pour obtenir les résultats qu’ils souhaitaient avec la Russie. Il a noté qu’il travaillait dans l’administration Reagan : « Je me souviens que le Président Reagan menait un combat similaire contre l’Union Soviétique« .

Précisément ! La guerre contre l’Union Soviétique n’était guère une guerre pour la survie économique des États-Unis. Il s’agissait d’une bataille idéologique, que les États-Unis ont malheureusement gagnée, parce qu’ils utilisaient à la fois la propagande et la terreur économique (la course aux armements et autres moyens).

Maintenant, la Chine est la prochaine sur la liste, et la Maison-Blanche n’essaie même pas de le cacher.

Mais la Chine est futée. Elle commence à comprendre le jeu. Et elle est prête, par tous les moyens, à défendre le système qui a sorti presque tous ses citoyens de la misère, et qui pourrait, un jour bientôt, faire de même pour le reste du monde.

Andre Vltchek

Source : US – China “Trade” War ? No Way ! Only the Defeat of Turbo-Capitalism !


Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Répondre à cet article
Commentaires de l'article
Les corbeaux , les vautours en passe de disparaître ?
13 septembre 2019 - 18h02 - Posté par Pedro - 84.***.195.**

Je ne voudrais pas avoir l’air dogmatique mais quand même :
https://www.liberation.fr/france/20...
La "liquidation contre-révolutionnaire de l’URSS" serait une vue de l’esprit ?
L’Iran est une théocratie. Lénine a défendu Kuchuk Khan mais c’était alors que l’URSS était encerclée. Aujourd’hui l’Iran commence à jouer dans la cour des grands. On peut certes se féliciter qu’il ait contribué à écraser Daesh (en qui la LTF voit une force anti-impérialiste).
Le culte de la personnalité en Corée du Nord n’est pas franchement marxiste.





> Version web de cet article