BELLACIAO
jeudi 8 octobre 2020 (16h06) :
BOLIVIE : Le MAS continue de mener les intentions de vote

De : joclaude
3 commentaires

Source : TELESUR - Le MAS, encore une fois, est à l’avant-garde de l’intention de voter en Bolivie à 10 jours en vue de l’ élection présidentielle. | Photo : EFE Publié le 8 octobre 2020 (il y a 1 heure il y a 43 minutes)

Articles Bolivie : l’OEA prépare une fraude électorale par Angel Guerra

par Carlos Aznarez A 10 jours de l’élection présidentielle, Luis Arce (MAS) est en tête des intentions de vote.

Le Centre stratégique latino-américain pour la géopolitique (Celag) a publié un récent sondage indiquant qu’à seulement 10 jours de l’élection présidentielle bolivienne, le candidat du Mouvement pour le socialisme (MAS), Luis Arce, est en tête des intentions de vote dans un climat de tensions sur d’éventuelles fraudes. Selon le sondage, Arce est en tête des intentions de vote avec 44,4 favorables, tandis que Carlos Mesa atteint 34 pour cent et en troisième place apparaît Fernando Camacho, avec seulement 15,2 pour cent.

Si ce pronostic était atteint, Arce se verrait attribuer la présidence au premier tour parce que, en vertu de la loi bolivienne, avec un minimum de 40 pour cent des voix et une différence d’au moins 10 pour cent sur la deuxième place, il devrait être déclaré vainqueur.

| A deux semaines des élections en Bolivie et du CELAG, nous résumons en une minute les principaux résultats de notre dernière https://t.co/kPZ67TxL0e

— CELAG ( aY2 CELAGeopolitica) 6 octobre 2020 Arce a affirmé il y a quelques jours, lors d’une émission de télévision, qu’il remporterait l’élection au premier tour, bien qu’il craignait une fraude à grande échelle pour l’empêcher.

La semaine dernière, Arce a déclaré que dans « les élections, le MAS se révélera être la première force politique du pays. Nous allons retrouver la démocratie dans le pays. En ces temps, la liberté d’expression n’existe pas. Nous voyons des menaces et des intimidations, même à l’encontre des journalistes qui signalent la corruption au sein du gouvernement.

| #EncuestaCELAG Bolivie deux semaines après auront lieu les élections législatives

40,7% des Boliviens pensent encore à leur vote

Enquête complète ici :https://t.co/VA079P0vfk pic.twitter.com/Ps6BZbtAeV

— CELAG ( aY2 CELAGeopolitica) 7 octobre 2020 Avant cette élection du 18 octobre, le gouvernement de facto a tenté d’interdire le MAS, une tentative ratée, qui a été évaluée par le représentant renversé, Evo Morales, dans les termes suivants : « Ils savent que nous allons gagner l’élection et l’opposition cherchera à éviter le triomphe de Luis Arce par coup d’Etat ou de fraude. C’est pourquoi vous devez gagner par une grande différence », a déclaré Morales.


Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Répondre à cet article
Commentaires de l'article
BOLIVIE : Le MAS continue de mener les intentions de vote
9 octobre 2020 - 13h32 - Posté par jaime - 46.**.192.***

Aux dernières nouvelles , Le Mas dénonce une offensive de la dictature contre les élections en Bolivie .
https://www.les2rives.info/mas_elections
Le candidat présidentiel du Mouvement vers le socialisme (MAS), Luis Arce, a alerté mardi les organisations internationales telles que l’ONU, la Celac, l’UE et l’OEA sur les "risques" pour le rétablissement de la démocratie, et a demandé une observation électorale pendant et après les élections du 18 octobre.
"Nous mettons en garde la communauté internationale contre les risques liés au rétablissement de la démocratie en Bolivie, et c’est pourquoi nous vous demandons votre soutien et une observation active pendant la campagne électorale, le jour du 18 octobre et les jours qui suivent les #ElectionsBo", a écrit le candidat par l’intermédiaire de ses réseaux sociaux.
L’ancien ministre de l’économie a accompagné le message d’une lettre adressée au secrétaire général des Nations unies, Antonio Gutérres, au président pro tempore de la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes (CELAC), Andrés Manuel López Obrador, au haut représentant de l’Union européenne (UE) pour les affaires étrangères, Josep Borrell, et au président du Conseil permanent de l’Organisation des États américains (OEA), Luis Fernando Cordero.
"Les récentes déclarations des autorités du gouvernement de facto montrent qu’elles ne renoncent pas à leurs tentatives d’entraver le processus électoral en essayant de générer la peur et en menaçant maintenant d’utiliser la force militaire. Je le répète : quelles autres provocations sont-elles prêtes à générer dans le but de faire dérailler les élections", a dénoncé le candidat du MAS, à travers la lettre envoyée aux organisations internationales.
Arce a demandé à la communauté internationale d’être attentive aux "risques" auxquels la Bolivie est confrontée pour "retrouver la démocratie", et a également dénoncé les "provocations" du gouvernement en place pour ternir le processus électoral.
Il a déclaré que le ministre du gouvernement, Arturo Murillo, et le vice-ministre de l’intérieur, Javier Issa, ont tous deux fait des annonces "irresponsables" (...) concernant un prétendu plan du MAS-IPSP visant à déstabiliser le pays après les élections et l’activation d’un "groupe anti-terroriste" pour faire face à ce prétendu scénario", a-t-il déclaré dans la lettre.
En ce sens, il a souligné que les autorités de gestion de la transition ont tenté à plusieurs reprises d’arrêter le processus électoral et a réitéré la demande faite à la communauté internationale de mener une observation électorale active le 18 octobre et les jours suivants.
"Leur présence sera un facteur de tranquillité pour les citoyens, un facteur de dissuasion contre ceux qui tentent de subvertir l’exercice démocratique, et une garantie importante du respect des résultats électoraux", a-t-il déclaré.
Aujourd’hui, l’ancien ministre des affaires étrangères, Diego Pary, a déclaré que le voyage du ministre de l’intérieur, Arturo Murillo, pour rencontrer l’OEA et le Département d’État, aux États-Unis, est un signe qu’il y a "un plan de plus derrière" les élections générales.
"Étonnamment, nous avons rapporté que le ministre Murillo s’est déplacé pour rencontrer Luis Almagro, au Département d’État, et ce sont donc des signes clairs qu’il y a un plan de plus derrière les élections, pour affecter le développement normal de celles-ci", a déclaré l’ancien fonctionnaire.
L’ancien ministre des affaires étrangères a déclaré que le ministre de l’intérieur doit assurer l’ordre public et ne pas assumer des pouvoirs qui correspondent à ceux du Tribunal électoral (TSE).
"Un ministre de l’intérieur qui rencontre des organismes internationaux n’est pas normal. Les ministres de l’intérieur sont responsables du maintien de l’ordre public", a-t-il déclaré à Panamericana.
En ce sens, il a ajouté que Murillo "n’a pas le pouvoir de prendre des mesures au nom du TSE car la seule institution chargée de prendre des mesures sur les questions électorales, les observateurs électoraux, est le TSE".
La semaine précédente, le ministre de l’intérieur s’est rendu aux États-Unis pour une réunion avec le département d’État, dirigé par Mike Pompeo, et avec le secrétaire général de l’OEA, Luis Almagro, concernant le déroulement des élections.
En outre, l’achat d’armes militaires a été annoncé, ce qui, selon le ministre Murillo, servira à renforcer la police et les forces armées, pour la défense de la "démocratie". _ 
Source : Pagina 7 - Traduction : Romain MigusDernière nouvelle :




BOLIVIE : Le MAS continue de mener les intentions de vote
9 octobre 2020 - 13h33 - Posté par jaime - 46.**.192.***

Le Mas dénonce une offensive de la dictature contre les élections en Bolivie .
https://www.les2rives.info/mas_elections
Le candidat présidentiel du Mouvement vers le socialisme (MAS), Luis Arce, a alerté mardi les organisations internationales telles que l’ONU, la Celac, l’UE et l’OEA sur les "risques" pour le rétablissement de la démocratie, et a demandé une observation électorale pendant et après les élections du 18 octobre.
"Nous mettons en garde la communauté internationale contre les risques liés au rétablissement de la démocratie en Bolivie, et c’est pourquoi nous vous demandons votre soutien et une observation active pendant la campagne électorale, le jour du 18 octobre et les jours qui suivent les #ElectionsBo", a écrit le candidat par l’intermédiaire de ses réseaux sociaux.
L’ancien ministre de l’économie a accompagné le message d’une lettre adressée au secrétaire général des Nations unies, Antonio Gutérres, au président pro tempore de la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes (CELAC), Andrés Manuel López Obrador, au haut représentant de l’Union européenne (UE) pour les affaires étrangères, Josep Borrell, et au président du Conseil permanent de l’Organisation des États américains (OEA), Luis Fernando Cordero.
"Les récentes déclarations des autorités du gouvernement de facto montrent qu’elles ne renoncent pas à leurs tentatives d’entraver le processus électoral en essayant de générer la peur et en menaçant maintenant d’utiliser la force militaire. Je le répète : quelles autres provocations sont-elles prêtes à générer dans le but de faire dérailler les élections", a dénoncé le candidat du MAS, à travers la lettre envoyée aux organisations internationales.
Arce a demandé à la communauté internationale d’être attentive aux "risques" auxquels la Bolivie est confrontée pour "retrouver la démocratie", et a également dénoncé les "provocations" du gouvernement en place pour ternir le processus électoral.
Il a déclaré que le ministre du gouvernement, Arturo Murillo, et le vice-ministre de l’intérieur, Javier Issa, ont tous deux fait des annonces "irresponsables" (...) concernant un prétendu plan du MAS-IPSP visant à déstabiliser le pays après les élections et l’activation d’un "groupe anti-terroriste" pour faire face à ce prétendu scénario", a-t-il déclaré dans la lettre.
En ce sens, il a souligné que les autorités de gestion de la transition ont tenté à plusieurs reprises d’arrêter le processus électoral et a réitéré la demande faite à la communauté internationale de mener une observation électorale active le 18 octobre et les jours suivants.
"Leur présence sera un facteur de tranquillité pour les citoyens, un facteur de dissuasion contre ceux qui tentent de subvertir l’exercice démocratique, et une garantie importante du respect des résultats électoraux", a-t-il déclaré.
Aujourd’hui, l’ancien ministre des affaires étrangères, Diego Pary, a déclaré que le voyage du ministre de l’intérieur, Arturo Murillo, pour rencontrer l’OEA et le Département d’État, aux États-Unis, est un signe qu’il y a "un plan de plus derrière" les élections générales.
"Étonnamment, nous avons rapporté que le ministre Murillo s’est déplacé pour rencontrer Luis Almagro, au Département d’État, et ce sont donc des signes clairs qu’il y a un plan de plus derrière les élections, pour affecter le développement normal de celles-ci", a déclaré l’ancien fonctionnaire.
L’ancien ministre des affaires étrangères a déclaré que le ministre de l’intérieur doit assurer l’ordre public et ne pas assumer des pouvoirs qui correspondent à ceux du Tribunal électoral (TSE).
"Un ministre de l’intérieur qui rencontre des organismes internationaux n’est pas normal. Les ministres de l’intérieur sont responsables du maintien de l’ordre public", a-t-il déclaré à Panamericana.
En ce sens, il a ajouté que Murillo "n’a pas le pouvoir de prendre des mesures au nom du TSE car la seule institution chargée de prendre des mesures sur les questions électorales, les observateurs électoraux, est le TSE".
La semaine précédente, le ministre de l’intérieur s’est rendu aux États-Unis pour une réunion avec le département d’État, dirigé par Mike Pompeo, et avec le secrétaire général de l’OEA, Luis Almagro, concernant le déroulement des élections.
En outre, l’achat d’armes militaires a été annoncé, ce qui, selon le ministre Murillo, servira à renforcer la police et les forces armées, pour la défense de la "démocratie". _ 
Source : Pagina 7 - Traduction : Romain Migus




BOLIVIE : Le MAS continue de mener les intentions de vote
9 octobre 2020 - 16h16 - Posté par JOclaude - 46.**.192.***

Voilà encore un triste exemple de la voracité du capitalisme face à des élections Présidentielles après l’instauration d’un coup d’Etat chassant le Président Evo Morales ! La menace d’un autre coup d’Etat est à peine voilée ! Il faut bien savoir, si une preuve était encore besoin, que les gérants du capitalisme de quelconque pays ne conçoivent la démocratie en la condition suprême qu’il ne perd pas les pouvoirs politique et économique ! Parce que ils savent très bien que la seule bataille qu’il ne peuvent pas gagner c’est celle contre un Peuple Uni ! Alors ils peuvent prendre le risque à provoquer une guerre civile moyennant quoi ils perdront tout, même tout espoir à retrouver leurs pouvoirs en recevant la punition qu’ils méritent !




> Version web de cet article