BELLACIAO
samedi 24 octobre 2020 (23h54) :
Critique des PRIERES DE RUE SEXOSEPARATISTES

De :
1 commentaire

Critique des PRIERES DE RUE SEXOSEPARATISTES

Les PRIERES DE RUE SEXOSEPARATISTES - car factuellement ou idéologiquement réservées aux hommes (musulmans surtout) - doivent se garder de toute insulte sexiste à l’égard des femmes qui passent sur le trottoir, lequel doit rester libre car il doit y avoir passage ouvert aux piétons sur la rue occupée.

La liberté de manifester sa religion existe dans un Etat laïque et un Etat de droit mais elle n’est pas une autorisation à violence sexiste , ni à empêchement de circulation des piétons ! Il y a des limites aux libertés publiques !

Il y a des prières non mixtes dans d’autres religions - les juifs orthodoxes par exemple - et c’est tout aussi contestable évidemment mais comme elles sont ordinairement pratiquées en lieu privé, la critique est moins vive. Le fait de les réaliser en public, à ciel ouvert, donne nécessairement un aspect apologétique à un sexoséparatisme factuel voire théologique ou idéologique qui suscite plus de critiques encore.

Sans parler de la gêne sur d’autres aspects : les incantations et répétitions de ces lieux ne plaisent pas à tous et le mieux c’est de les pratiquer en entre-soi ou chez soi ! Question de respecter autrui au lieu de tout lui imposer sans vergogne !

Christian Delarue

http://altermd-krisdlr.centerblog.net/50-les-prieres-de-rue-sexoseparatistes

http://krismondial.blogg.org/vigilance-sur-les-prieres-de-rue-sexoseparatistes-a203877252

http://amitie-entre-les-peuples.org/Les-PRIERES-DE-RUE-SEXOSEPARATISTES


Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

Répondre à cet article
Commentaires de l'article
Critique des PRIERES DE RUE SEXOSEPARATISTES
25 octobre 2020 - 18h47 - Posté par Christian DELARUE - 46.**.192.***

C’est parce que ce type de pratique est de droit, dans une certaine mesure, alors que c’est réactionnaire, que la critique est un devoir pour qui se réclame de l’émancipation.

Critiquer ce n’est pas vouloir interdire (en tout cas pas sans motif) et ce n’est pas non hair car il n’y a pas de sanction, sauf exceptions, et si exception je ne suis pas pour des sanctions lourdes qui sont le signes de dureté dans les rapports humains, chose qu’Eric Fromm appelait à se garder.





> Version web de cet article